Mon assurance vie ? Le mouvement climat !

Le comble de l’assurance vie

Ma chérie, j’ai pris une assurance vie à la banque, comme ça tu en profiteras quand je ne serai plus là.” Quand notre grand-mère nous glisse ces mots à l’oreille, de quoi parle-t-elle exactement ? C’est quoi, au juste, une assurance vie ?

Un contrat d’assurance vie permet en théorie de préparer l’avenir en plaçant son argent à long terme, afin d’améliorer son confort de vie futur ou celui de ses descendant·es.

Mais en y regardant de plus près, on s’aperçoit que plus de 50 % de l’argent investi dans les contrats d’assurance vie est placé dans des financements d’entreprises [1] (actions, obligations…) qui participent à la destruction de nos systèmes sociaux. Environ 15 % du montant des assurances vie sert à financer des entreprises d’extraction de minerais ou d’hydrocarbures [2], celles-là même qui hypothèquent notre avenir en aggravant le dérèglement climatique qui menace les conditions de vie civilisée sur Terre… un comble pour une assurance vie !

Quelle vie veut-on “assurer” ?

Les contrats d’assurance vie contribuent donc à accélérer le dérèglement climatique et à provoquer un monde toujours plus chaotique et injuste. Les scientifiques nous parlent de milliards de vies humaines détruites à travers le monde ; et il ne faut pas croire que l’Europe sera épargnée. Cette assurance vie ressemble plutôt à une assurance de mort. Est-ce vraiment ce futur que notre grand-mère désire pour nous ?

La meilleure assurance vie : le mouvement climat

Il n’y a aucun sens à se projeter dans un futur qui poursuit les logiques actuelles, avec ses émissions de gaz à effet de serre incontrôlées. Ce futur, des milliers de personnes le refusent et s’engagent pour l’éviter. Elles se tournent vers le mouvement climat parce qu’elles considèrent que construire les alternatives solidaires et organiser la résistance non-violente est la meilleure réponse à ce défi sans précédent.

L’action du mouvement climat, dont Alternatiba et Action Non-Violente COP21 font partie, a et aura un impact sur nos vies, en œuvrant pour une prise de conscience et une mobilisation citoyenne massive, conditions nécessaires pour préserver des conditions de vie dignes sur Terre. En d’autres termes, le mouvement climat sonne comme une assurance vie pour tou·tes.

L’argent, c’est du temps pour le mouvement !

Aujourd’hui, des personnes sont prêtes à consacrer l’essentiel de leur temps au mouvement climat. Des jeunes sortant de leurs études mais refusant de travailler pour une entreprise polluante [3] ; des personnes quittant leur emploi après une prise de conscience de l’urgence climatique ; des étudiant·es ; des chômeur·euses… 

S’investir à plein temps pour le climat, c’est souvent renoncer à une vie confortable. C’est un acte fort que nous ne pouvons pas tou·tes faire. Nombre d’entre nous avons des personnes à charge, des emprunts à rembourser, exerçons une action professionnelle utile pour la société… Il y a de nombreuses raisons de ne pas pouvoir investir tout notre temps dans le mouvement climat.

Mais si nous gagnons suffisamment bien notre vie pour ne pas être dans une situation de précarité, nous pouvons activer le deuxième levier et donner une part significative de nos revenus afin de permettre à d’autres de se consacrer à plein temps au mouvement climat [4]. 

Choisir où iront nos impôts

Si nous considérons que nos impôts sur le revenu sont mal investis, car l’État ne fait pas de la transition écologique une priorité absolue, nous pouvons choisir de verser l’intégralité de notre impôt au mouvement climat, grâce à la déduction fiscale. Comment ? En faisant un don à hauteur de 1,5 fois notre impôt sur le revenu [5]

C’est une action forte qui aura un impact significatif sur le changement d’échelle du mouvement.

Donner 10 % pour l’intérêt général ?

Cela peut sembler élevé, mais on retrouve cet ordre de grandeur dans de nombreuses traditions. Dans les familles juives, chrétiennes ou musulmanes qui le peuvent, il est courant de consacrer un dixième de son revenu à la solidarité.

Ce type d’engagement est essentiel pour le changement d’échelle du mouvement. Pour les personnes ayant la chance de ne pas être en situation de précarité, c’est un moyen puissant de consolider les fondations du mouvement climat pour faire émerger une société soutenable et juste.

“Je n’ai jamais été intéressé par les placement financiers qui investissent dans l’armement ou les industries extractives. Avec l’assurance vie climat, j’ai l’impression de donner une chance à la cause climatique.”
Arthur, enseignant du supérieur

Ensemble, reprenons notre avenir en main

Des idées à foison, de l’énergie, une méthode efficace éprouvée, des personnes déterminées et engagées… le mouvement Alternatiba et ANV-COP21 est prêt pour faire changer d’échelle les mobilisations pour le climat et faire grandir le rapport de force avec les dirigeant·es, afin de les contraindre à respecter l’Accord de Paris. 

Mais pour relever ce défi, nous avons besoin de l’engagement de toutes et tous.

Alors posons-nous la question, posons la à notre grand-mère, à toute notre famille et à nos proches : où notre argent sera-t-il le plus utile pour nos enfants et le reste de l’humanité ?


Crédit photos : Mathieu Prat, 3 militant·es Alternatiba ; Chloé Guilhem, personnes avec fumigènes

[1] https://argent.boursier.com/epargne/analyses/decryptage-ou-va-largent-de-votre-assurance-vie-2581.html

[2] http://www.epargneclimat.com/documents/Classement.pdf

[3] https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/c-est-mon-boulot/ces-etudiants-des-grandes-ecoles-

[4] Une personne qui n’est pas dans une situation de précarité est une personne pour qui les fins de mois ne sont pas difficiles. Qui n’est pas obligée de compter chaque euro et qui n’a donc qu’une idée imprécise du montant qu’elle consacre à ses courses alimentaires, à son fournisseur d’électricité ou à son moyen de transport.

[5] Valable pour les personnes imposables gagnant moins de 7000 euros bruts par mois. Exemples de calcul :

Exemple 1

Une personne avec 3 000 € brut de revenus mensuels, et vivant seule, aura à s’acquitter annuellement de 2100 € d’impôts sur les revenus. En faisant un don de 3150 €, elle versera directement de sa poche 1050 € au mouvement climat, et orientera l’intégralité de ses impôts sur le revenu dans le mouvement climat. Pour elle, c’est un montant qui correspond à un peu moins de 4% de ses revenus nets, hors impôts, pour le mouvement, cela permet d’embaucher un permanent sur un peu plus d’un mois et demi, soit plus de 250h de travail.

Exemple 2

Une personne qui gagne le salaire médian doit s’acquitter d’environ 1500 euros d’impôt sur le revenu. En faisant un don de 187,50 € par mois, elle versera réellement de sa poche 62,50 € par mois (750 € sur l’année) et orientera ainsi l’intégralité de son impôt sur le revenu vers le mouvement climat. Elle fera donc un don correspondant à 3,5% de ses revenus nets d’impôt tandis que le mouvement recevra de quoi payer (au Smic) 5 semaines de travail.

NB : le concept présenté sur cette page n’est pas un contrat d’assurance vie comme le définit le site service-public.fr.