La rue est à nous

LA RUE EST À NOUS !

ALERTE DANGER sur la pollution de l’air à Paris et en Ile-de-France

Aujourd’hui, 85% des franciliens sont exposés à des niveaux de pollution qui ne respectent pas les recommandations de l’OMS (Organisation Mondiale pour la Santé). Ce 24 octobre 2019, la France a été une nouvelle fois condamnée par la CJUE (Cour de Justice de l’Union européenne) pour avoir manqué à ses obligations de lutte contre la pollution atmosphérique. 

Pourtant, la directive européenne relative à la qualité de l’air ambiant pour le paramètre « dioxydes d’azote » date de 2008.

La France a systématiquement dépassé, et de façon permanente, la valeur limite annuelle pour le dioxyde d’azote (NO2) depuis le 1er janvier 2010.

Cette exposition chronique à la pollution de l’air dans les grandes agglomérations, en France et partout dans le monde, représente un risque environnemental majeur pour la santé : 48 000 décès prématurés en France chaque année dont 2 500 à Paris.

La source de cette pollution est pourtant bien connue : le trafic routier est l’un des principaux responsables des émissions de dioxyde d’azote et de particules.

En vue des élections municipales de 2020 et de l’inaction de nos politiques, Alternatiba Paris et ses partenaires lancent la campagne La rue est à nous afin de sensibiliser et de mobiliser les francilien.ne.s sur la pollution atmosphérique à Paris / Ile-de-France et d’interpeller les candidat.e.s aux municipales.

Des chiffres alarmants dus à une pollution de l’air  « systématique et persistante » * :

– 48 000 décès prématurés en France par an dont 2 500 à Paris

– 2 ans d’espérance de vie en moins pour les habitant.e.s d’Île de France

– La cause de nombreuses maladies, telles que les accidents vasculaires cérébraux, cardiopathies, cancer du poumon et affections respiratoires, chroniques ou aiguës, y compris l’asthme, des risques de naissance prématurée, des effets possibles sur la reproduction, l’atteinte du développement neurologique de l’enfant…

– L’équivalent de 9 paquets de cigarettes fumées chaque année : imaginez l’impact sur les enfants et les personnes fragilisées !

– 682 écoles d’Ile-de-France ont des taux de dioxyde d’azote supérieurs aux seuils réglementaire (voir la carte interactive des écoles polluées, par l’association Respire).

Nous demandons aux candidats de prendre des engagements concrets : 

La campagne La Rue est à Nous vise le meilleur partage de l’espace public et l’apaisement de la circulation automobile, au profit des mobilités douces et collectives, accessibles et justes pour tou.te.s.  

Une suppression du trafic routier autour des écoles, et des quartiers entiers avec une réduction du trafic à court terme pour avancer vers un Paris sans voiture individuelle en 2030.

Une ville entièrement cyclable en 2020, et la mise en place d’un REV Réseau Express vélo francilien pour relier Paris et toutes les banlieues.

L’amélioration en maillage et qualité des transports en commun, particulièrement entre Paris et les banlieues, et au sein des banlieues, et la transformation du périphérique dans ce sens.

Le développement d’espaces végétalisés, en passant d’un indice de canopée de 9% environ, à plus de 15%.

Comment se déroule notre campagne ?

Forte de son expérience de mobilisation citoyenne, cette campagne s’appuie sur tous les moyens d’action. Nous proposons des actions citoyennes non violentes et de sensibilisation, ainsi que l’interpellation et l’étude des programmes des candidat.e.s aux Municipales.

Nous avons donc besoin de toutes vos compétences !

Pour agir, rejoignez-nous ! 

Pour préserver le climat et respirer un air sain, pour redonner du sens à l’espace public et un accès à tou-te-s à la mobilité, nous nous mobilisons pour le Grand Paris de demain. 

Je souhaite agir avec Alternatiba : https://alternatiba.eu/paris/rejoins-nous/

La rue est à nous !

😷


Timeline de la campagne : 

    • Le 21 novembre 2019 ⇒ 

    • Depuis le 14 novembre 2019 ⇒ l’équipe plaidoyer rencontre les candidats aux élections municipales afin de leur faire part des solutions que l’on propose pour lutter contre la pollution de l’air.
    • 15 novembre 2019 ⇒ C’est parti, on commence à coller nos affiches un peu partout à Paris et proche banlieue. 

  • 14 novembre 2019 ⇒ Lancement officiel de la campagne La rue est à nous place de l’Hôtel de ville à Paris.

  • Eté 2019 ⇒ Alternatiba Paris décide de se mobiliser et d’agir pour lutter contre la pollution de l’air à Paris et en banlieue. Réflexion, brainstorming, on commence à monter l’équipe de campagne.

Ils soutiennent notre campagne : 

* Sources : 

EN SAVOIR PLUS SUR ALTERNATIBA :  

Depuis septembre, notre mouvement pour la justice climatique ne cesse de grandir.
A Paris, Alternatiba a joué un rôle majeur dans le passage à l’action de nouveaux·elles militant·es, l’organisation de mobilisations et d’actions non-violentes de désobéissance civile, la structuration de ce mouvement populaire, radical et déterminé.
Parce que nous n’avons plus le temps, aujourd’hui, pour changer d’échelle, gagner la bataille culturelle, et relever ensemble le défi climatique contre les forces productivistes et mortifères, nous avons besoin de vous.

POURQUOI NOUS SOUTENIR

Mois après mois, nous avons été sur tous les fronts : organisation des Marches pour le climat et d’actions de désobéissance civile dont le blocage de la République des Pollueurs, le lancement de la base, notre Quartier Général de la mobilisation pour le climat en plein Paris, les actions de rapprochement avec les Gilets Jaunes. Nos actions ont permis de mettre le climat au centre du débat. C’est une grande réussite mais c’est encore insuffisant face à l’urgence.

Qui nous sommes
Nous sommes plus de 700 bénévoles régulier·es, réparti·es dans 7 groupes de travail (Alternatives Territoriales, Action Climat Paris, Respir’Action, logistique, communication, gestion des bénévoles, finances), dont une majorité de jeunes et très jeunes.
Le mouvement est animé par d’une équipe de 40 personnes, toutes bénévoles, dont 2 volontaires en service civique.
Chaque personne qui prend part au mouvement est invité·e à participer à sa construction stratégique et politique. Nous sommes un mouvement apartisan, mais intensément politique.

GRÂCE À VOUS NOUS POURRONS…

Défendre nos activistes en procès
9 de nos activistes sont actuellement en procès pour avoir décroché des portraits présidentiels. Les dons récoltés serviront en premier lieu à financer ces amendes qui pourraient monter jusqu’à 75 000€.
Depuis le 21 février, des citoyen·ne·s décrochent des portraits présidentiels des murs des mairies, pour dénoncer le vide de la politique climatique et sociale du gouvernement. En réaction, le gouvernement a déclenché une vague de procès.
A Paris, 8 activistes parisien·ne·s et le Youtubeur Vincent Verzat, seront jugé·e·s le 11 septembre, par la 16ème Chambre, celle des affaires terroristes. Ils risquent 5 ans d’emprisonnement.

Organiser les prochains temps forts

Les dons récoltés nous serviront à organiser la suite de la mobilisation climat.
Grâce à vous nous pourrons entretenir et acheter du matériel, héberger des données, payer les assurances, ainsi que la location du bureau de notre équipe 100% bénévole.
Soit renforcer, équiper et organiser la suite du mouvement climat.

CE QUE NOUS ACCOMPLIRONS ENSEMBLE

Tout au long de ces 10 mois de mobilisation, nous avons commencé à remplir nos objectifs. Mais nous devons continuer à :
Mettre le climat au cœur du débat public, en faire le sujet incontournable de l’agenda médiatique et politique, comme cela a été le cas pour les élections européennes
Amplifier et diversifier le mouvement, pour que nous soyons des centaines de milliers, bientôt des millions.
Apporter une vision “radicale”, c’est à dire une critique profonde du système. L’emballement climatique nécessite de prendre le mal à la racine de ce système productiviste. Politiser, donc, et construire un rapport de force favorable dans l’opinion publique. Nous attaquer au double discours du gouvernement, et nommer, coûte que coûte, partout, à chaque instant, les vrais responsables du dérèglement climatique.
Dire haut et fort que la question écologique est une question sociale. S’interposer face à chaque politique, chaque projet climaticide.
Construire et soutenir les alternatives pour les faire changer d’échelle.
Arracher des victoires locales, comme le TEP Ménilmontant que nous avons protégé de la bétonisation avec les habitants et les associations du quartier.

Ensemble, nous pouvons œuvrer pour des sociétés soutenables, pour construire et imaginer d’autres façons de vivre et d’habiter la Terre.


Pour être informé(e) de nos actualités, inscrivez-vous à notre newsletter :