Category Archives: revue de presse

  • 0

Alternatiba à la radio – Logiciels libres & Écologie

L’April, que l’on a pu accueillir sur nos villages, a interviewé Marion et William de Alternatiba Paris sur le lien entre Logiciels libres et Écologie.

A retrouver en podcast ici: https://www.april.org/decryptualite-du-23-avril-2018-alternatiba-et-le-libre

 

L’April En quelques mots

L’April est l’association nationale de référence pour la promotion et la défense du logiciel libre. Constituée de 4152 adhérents (individus, entreprises, associations et organisations), elle est depuis 1996 un acteur majeur de la démocratisation et de la diffusion du logiciel libre et des standards ouverts auprès du grand public, des professionnels et des institutions dans l’espace francophone. Elle veille aussi, dans l’ère numérique, à sensibiliser l’opinion sur les dangers d’une appropriation exclusive de l’information et du savoir par des intérêts privés.

Plus d’infos sur https://www.april.org/


  • 0

Revue de presse Climat et COP – janvier 2016

Après une longue pause, la revue de presse Cop & climat revient ! Parce que la Cop 21 n’a comme attendu pas résolu le problème du dérèglement climatique et que la mobilisation climatique ne doit faire que commencer, poursuivre une veille sur ces sujets reste important et d’actualité.

rfi cop21

Nouvelle année, nouveau format, nous avons voulu pour cette première revue de 2016 faire le bilan à froid (si on peut dire) de la Cop, le récit des mobilisations et le point sur les perspectives évoquées sur le climat en 2016. A ce titre, on peut d’ailleurs noter la coupure médiatique nette entre les analyses et bilans foisonnants de la Cop jusqu’à mi décembre, et le traitement médiatique quasi inexistant du climat depuis…
En espérant que ça ne dure pas, les revues de presse continueront désormais toutes les deux semaines !

Et dès aujourd’hui, avec :

I. Le bilan des négociations

A – L’accord lui-même :

– Difficile de synthétiser un bilan de la Cop 21, mais la plupart des médias s’y sont essayé avec réussite comme Reporterre, Le Monde ou Terra Eco : de l’objectif fixé de limiter le réchauffement à +1,5°C au mécanisme de révision des engagements en passant par les pertes et dommages, le montant du Fonds vert, …

> La plupart des ONG ont rappelé à l’image du RAC ou de 350.org que l’accord ne donne que des objectifs et que la mobilisation et l’action pour les rendre effectifs (re)commencent maintenant.

> Pour une analyse critique, d’autres ont préféré un débat contradictoire, ou interroger ceux qui dénoncent le verre à moitié vide et ceux qui saluent le verre à moitié plein.

> Enfin, pour varier les formats, d’aucuns ont essayé de le résumer en une BD ou en 7 mn de vidéo.

– Sur le cadre de la Cop 21, on peut rappeler le chiffre gigantesque des 27 000 visiteurs, ainsi que des images pour se faire une idée ; mais aussi que son organisation n’était pas vraiment exemplaire pour le climat.

> Par ailleurs, nombreux sont ceux qui ont pendant la Cop rappelé le cadre et le fonctionnement des négociations, par exemple en patates ou en infographie.

> La méthode et la diplomatie française ont en tout cas été unanimement saluées pendant cette période, à la fois pour son travail par le passé et au vu du consensus trouvé.

> A noter le poids comme toujours prégnant des lobbies dans ces négociations… à tel point qu’une cartographie a été réalisée, révélant des exemples criants comme celui-ci sur l’huile de palme.

 

B – Les engagements volontaires des Etats… qui continuent de nous orienter vers les +3°C :

– Au début de la Cop, le point avait été fait et reste juste sur les engagements des États… rappelés à mi mots dans les grands discours d’ouverture des chefs d’État.

– La Cop a été l’occasion de distinguer les mauvais élèves, ce qu’on fait les Fossil of the day award, en remarquant certains cas particuliers : le blocage récurrent de l’Arabie Saoudite, les trucages de la Russie qui sera pourtant plus rapidement touchée par les effets du réchauffement, ou encore ces 12 pays qui n’ont pris aucun engagement sur le climat.

A l’inverse, certains bons élèves ont été remarqués… et ils viennent plutôt des pays du sud. 

Enfin, l’on peut aussi s’intéresser aux contradictions de certains Etats : de l’Europe qui s’imaginait motrice et se poser en exemple pour se révéler finalement très absente ; de la Belgique qui fonce droit vers le nucléaire ; de la Bolivie qui se veut pourfendeur du capitalisme responsable de la crise climatique tout en soutenant les énergies fossiles ; ou encore des Etats Unis dont le Congrès votait une annulation symbolique du plan de décarbonation, avancé en parallèle par le président Obama.

 

C – Le bilan des à côté de l’accord (résumé ici) :

La question énergétique, à peine abordée dans l’accord mais pourtant centrale, avec d’une part un désamour grandissant du charbon et des énergies fossiles, (à tel point que le lobby européen du charbon se plaint d’être stigmatisé), avec le mouvement de désinvestissement des fossiles qui atteint 3 400 milliards de dollars d’actifs, et qui progresse auprès des Etats ou des banques même si encore bien trop lentement. 

D’autre part, la Cop a servi de rampe de lancement pour un investissement grandissant et réel dans les énergies renouvelables, avec le début d’une alliance internationale pour le solaire notamment au sud, des investissements pour l’électrification en renouvelables de l’Afrique, ou encore la volonté d’investir dans la recherche et le développement de technologies dans les renouvelables.

– La Cop était aussi révélatrice du poids des lobbies économiques, de leur communication et de leur volonté de s’en tenir seulement à des solutions technologiques… dangereuses, comme celles de géo-ingénierie aux risques avérés.

> Des “solutions” qui ont été vivement taxées de Greenwashing, au Grand palais par exemple, où lorsque EDF est épinglé par le Jury de déontologie publicitaire (JDP), lorsqu’on dénonce les dérives des centrales à biomasse géantes ou encore lorsqu’on révèle l‘inadéquation entre discours et actes, notamment avec la campagne des faucheurs de chaises contre l’évasion fiscale.

– L’impact sur l’économie réelle, avec des études qui défendent et légitiment peu à peu l’économie circulaire au nom de la protection du climat, tandis que d’autres estiment que la Cop a mis en lumière une transition déja en cours vers une économie décarbonée

– Un rendez vous manqué pour se servir du levier de la finance, alors que le projet de taxe sur les transactions financières a encore été reporté, que les mécanismes d’assurance climat restent flous, ou encore que la question du prix du carbone, déjà très controversée, est restée ignorée. Seul point positif, des effets qui se ressentent lentement sur les marchés de l’énergie avec “le charbon orienté à la baisse, les énergies renouvelables à la hausse”.

– La Cop a aussi été l’occasion de rappeler l’enjeu de justice sociale et climatique derrière les négociations, notamment en notant l’importance des inégalités dans les émissions de CO2 et face aux conséquences , et en rappelant qu’il ne faut pas dépolitiser le débat sur les les émissions de CO2 qui relève de choix politiques au moins autant qu’individuels.

Autre avancée en parallèle de l’accord, celle des collectivités territoriales, avec la rencontre de 1000 maires du monde à Paris qui ont pris plusieurs engagements qui “visent l’objectif du « tout énergie renouvelable » sur le territoire de leur ville d’ici à 2050″. Des engagements qui ont permis de mieux structurer le réseau des collectivités engagées pour le climat qui prévoit des suites… tandis que pour les régionales, le RAC et FNE ont plaidé pour l’intégration du climat dans les programmes, idées d’action pour les régions à l’appui.

– Le levier du droit qui fait ses preuves et son chemin, avec de plus en plus d’Etats poursuivis pour crime de pollution ou atteinte au climat, comme récemment au Royaume Uni ou même en France. ou encore les propositions en France d’un club de juristes pour “contraindre les Etats à respecter leurs engagements en matière d’environnement”.

– Les transports, grands oubliés de la Cop et pourtant largement responsables des émissions de GES : ainsi, la réduction du trafic automobile ou aérien n’étaient malheureusement pas à l’ordre du jour, pour des raisons variées. 

– L’agriculture et la nature enfin, qui comme l’energie restent périphériques aux négociations pour “ne pas empiéter sur cette prérogative des Etats“… la question de la faim dans le monde n’ayant même pas été traitée et les alternatives proposées par Vandana Shiva par exemple ayant été éludées.

Il en va de même pour les océans, invités de dernière minute mais oubliés des négociations. 

II. Le bilan des mobilisations

 

article le monde

 

A – Les temps forts de la mobilisation :

– Après des mois intenses de préparation et quelques jours avant les deux semaines de la COP21, retour en images et analyse détaillée du mouvement climatique, des années 70 jusqu’au 12 décembre, dernier jour des mobilisations citoyennes en marge de la Cop.

– A la COY (Conférence of Youth), quelques jours avant l’ouverture de la COP21, des jeunes du monde entier se rassemblent à Paris, mettent en œuvre des dizaines d’initiatives d’influence et de sensibilisation, et cherchent ensemble les solutions à mettre en œuvre pour relever le défi de leur génération.

– Les 28 et 29 novembre 2015, alors que Paris est paralysé par l’État d’urgence, la société civile trouve des moyens alternatifs de se mobiliser, avec notamment une chaine humaine qui réunit plus de 10 000 personnes … mais aussi des affrontements place de la République, avec 317 personnes qui ont été placées en garde à vue et des événements sur lesquels la lumière a été faite après coup, via différents témoignages.

Ailleurs, plus de 780 000 personnes participaient aux 2 300 marches pour le climat dans le monde entier.

– Les 5 et 6 décembre, le Sommet citoyen pour le climat, seule mobilisation autorisée malgré l’État d’urgence à ce stade, attire des citoyens du monde entier à Montreuil pour échanger et découvrir des alternatives citoyennes existantes à travers la planète.

La COP21, c’était aussi composer avec l’État d’urgence, avec des militants climatiques perquisitionnés, assignés à résidence et parfois intimidés mais soutenus par des syndicats, quelques parlementaires qui demandent des explications, ou des personnalités comme Naomi Klein.

– Le dernier jour, le 12 décembre, c’est toute une journée de mobilisation qui avait été planifiée, et dans le détail trois actions de masse avec une action géolocalisée géante pour la justice climatique et la paix, les Redlines qui s’emparent de l’avenue au pied de l’Arc de Triomphe et marquent les lignes rouges que les Etats ont dépassé en ne signant pas l’accord ambitieux attendu, et un rassemblement sur le champ de mars pour clore la journée et décréter l’état d’urgence climatique. 

B – Et tout au long de la COP21, l’on a vu :

– L’art-activisme s’emparer de la capitale française avec les panneaux publicitaires détournés via de fausses affiches publicitaires plus originales les unes que les autres dénonçant le greenwashing de plusieurs multinationales.

– 120 équipes jouer aux Climate Games dans tout Paris.

– Les zadistes de Notre Dame des Landes improviser un banquet au pied du Château de Versailles.

– Les peuples autochtones danser pour le climat.

– Les 7 plus grands criminels du climat recherchés à la mode Western dans tout Paris.

10 activistes arrêtés au Louvre alors qu’ils protestaient contre l’investissement indirect des fonds du musée dans des énergies fossiles.

– Des artistes mettre leur talent au profit de la sensibilisation, comme le photographe Erik Johansson, JR ou Yan Toma. D’autres qui exposent à la Gaïeté Lyrique, au Palais de Tokyo ou encore font fondre des iceberg devant le Panthéon.

– Les procès parodiques à répétition des criminels du climat, pour les droits de la nature et accusant Monsanto ou Exxonmobil.

Sans oublier des mobilisations via des outils numériques qui ont également trouvé leur place et une utilité grandissante.

– Le off de la COP21, c’était aussi des lieux : la Zone d’Action pour le Climat où se sont rassemblés du 7 au 11 décembre des citoyens engagés dans le monde entier. Place to B où du 28 novembre au 12 décembre, près de 2000 personnes se sont rencontrées pour repenser la communication sur les enjeux climatiques, ou encore le Jardin d’Alice qui a vu passer des centaines de militants et d’idées de mobilisation.

Village Alternatiba Paris

 

III. Et maintenant ?

– Pour la diplomatie française, toujours présidente de la Cop, le travail reprend avec les prochaines étapes annoncées par Laurent Fabius, de signature officielle de l’accord puis du processus de mise en œuvre… tandis que Nicolas Hulot met fin à sa mission de conseiller spécial auprès de l’Élysée. 

– La mobilisation citoyenne, après un léger repos, s’apprête à rebondir pour mettre les États devant leurs responsabilités avec l’accord signé à Paris en main … d’autant que la Cop a donné l’envie à beaucoup de s’engager davantage.

Prochaine date, une semaine mondiale de mobilisation contre les énergies fossiles s’organise déjà début mai. 

– Trois batailles climatiques en cours que le mois de janvier a vu se rouvrir : la première autour du gaz de schiste, avec des scandales aux États-Unis sur les effets de son exploitation qui provoquent des séismes à répétition entre autres problèmes graves pour les habitants. L’Europe se met pourtant à en importer… et la France, même, a finalement autorisé à Total un permis d’exploration

> La deuxième contre le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, qui reprend avec des procédures d’expulsion en cours contre des paysans qui résistent : une volonté de reprendre les travaux qui se heurte à une mobilisation générale à travers la France.

> La troisième contre les traités de libre échange, dont l’attaque de Transcanada contre les États-Unis pour avoir annulé le projet d’oléoduc Keystone est un triste exemple de leurs impacts sur le climat.

– Le constat sur le dérèglement climatique et la science qui continuent d’interpeller, avec la confirmation que 2015 est l’année du nouveau record de chaleur planétaire, et des impacts qui se font sentir en France comme au pôle Nord, sur la faune ou encore via l’assèchement de lacs. Le phénomène El Nino n’y est pas étranger, … même si malgré tous ces constats, la science climatique n’est pas épargnée par la controverse.

– A Davos, Le Forum économique mondial ne traite qu’à la marge de la question du climat, qui redevient un sujet mineur en ce moment… malgré les alertes des experts qui y voient la menace la plus lourde pour l’économie mondiale en 2016.

Et en bonus :

– L’après Cop continue d’autant plus à poser la question : comment parler du dérèglement climatique clairement et de façon ludique ? Une série cherche et trouve peut être la réponse, tandis que Reporterre provoque gentiment en faisant interroger une experte sur le climat par “des gens normaux“, et que le Monde pose la question franchement, Réchauffement climatique : pourquoi cela n’intéresse pas ?

– Les climato-sceptiques étaient de sortie pendant cette période de Cop, que ce soit à l’Académie des sciences ou plus largement… jusqu’à estimer que tous ceux qui refusent d’agir le soient ? Et que dire alors de ceux qui “s’en foutent” ?

Le rire, bonne thérapie pour les déçus de la Cop… avec un tumblr qui nous fait revivre les émotions de la Cop, le best off des tweets cassants de la Cop, ou le soulagement de savoir qu’un accord a été trouvé sur une baisse de 2 degrés de la clim‘ de la salle.

Bonne lecture, et bonne semaine !

par Marion Esnault et Victor Vauquois


  • 0

Revue de presse Climat & COP21 – 16 octobre 2015

Bonjour à toutes et à tous,

Cette semaine dans la revue de presse climat & Cop 21, un adoucissement et des éclaircies sur la justice climatique et la transition énergétique, encourageants pour la Cop ! Avec:

Des fossiles aux renouvelables, la transition énergétique qui progresse

– Engie ne construira plus de centrales au charbon – Les Échos – 15 octobre ; où l’énergéticien français dont l’État détient 33% du capital abandonne ses nouveaux projets de centrales à charbon et s’engage à “consacrer (ses) nouveaux investissements aux énergies peu ou pas émettrices de CO2”, même s’il ne sort pas totalement du charbon et continue d’exploiter ses centrales construites.
– Désinvestissement des énergies fossiles : une arme contre le réchauffement climatique – Novethic – 14 octobre ; où l’on s’intéresse aux progrès de la campagne de désinvestissement des fossiles et sur de nombreux engagements obtenus, à l’étranger comme en France, avec une dernière bonne nouvelle en celui de la banque Natixis.
– Énergies renouvelables : une progression des investissements qui reste insuffisante pour atteindre les objectifs climatiques – Novethic – 12 octobre ; où l’on salue le pic d’investissement dans les énergies renouvelables, passé de 100 à 270 milliards de dollars entre 2005 et 2014, mais où l’on relève que la progression reste insuffisante par rapport aux objectifs climatiques et à l’ambitieux scénario 100% renouvelable de Greenpeace.
Et en bonus, zoom français sur la part d’énergies renouvelables dans la consommation électrique française.
Vers une vraie justice climatique ? Des réfugiés climatiques mieux protégés à une hausse des financements climat
– 110 Etats adoptent un « agenda pour la protection » des déplacés environnementaux – Le Monde – 13 octobre ; où “l’initiative Nansen” a réuni pour la première fois 110 pays dans un cadre volontaire pour combler le vide juridique quant aux déplacés environnementaux et pour mieux les protéger via une meilleure prévention et des simplifications administratives.
– COP21 : les 100 milliards à portée de main – Novethic – 12 octobre ; où les banques de développement promettent 15 milliards de dollars supplémentaires en faveur du climat à l’horizon 2020 pour restaurer la confiance des pays en développement, approchant de l’objectif des 100 milliards, même si la question de la part de l’adaptation fait encore débat.
– La question climatique domine l’agenda des dirigeants mondiaux à Lima – Euractiv – 9 octobre ; où l’on revient sur les assemblées annuelles de la Banque mondial et du Fonds monétaire international ainsi que sur la réunion des ministres des Finances du G20, qui ont parlé (entre autres) de l’efficacité énergétique comme priorité…ou de s’attaquer aux barrières financières.

– OCDE : des financements climat insuffisants pour les pays victimes du réchauffement climatique – Novethic – 8 octobre ; où la société civile et certains politiques saluent l’abondance des 100 milliards pour les pays du Sud mais regrettent que ces financements n’aillent pas aux plus défavorisés et restent modestes par rapport à l’enjeu.

Et pour aller plus loin, l’on peut revenir sur l’importance du financement et de la réduction des injustices climatiques comme clé de réussite de la Cop. 
La pertinence des rapports du Giec critiquée… et défendue !
– Climat : les rapports du GIEC sont-ils incompréhensibles ? – Le Monde – 12 octobre ; où dans une étude publiée par Nature Climate Change, est critiquée la difficulté d’accès des rapports du GIEC, mais où les climatologues français qui ont joué les pédagogues estiment que les dirigeants les comprennent très bien et que ce ne peut être une excuse à l’inaction politique.
– Le Giec se plante, le Giec ment, le Giec ne débat pas… 10 idées reçues à la loupe – Terra-Eco – 12 octobre ; où l’on défend le travail du Giec et où l’on détricote les critiques récurrentes qu’il subit, sur le financement des scientifiques, la place des politiques, le seuil des +2°C, ….
Et en bonus un collectif de scientifiques à l’initiative des petits débrouillards lance un appel à “une mobilisation décisive face aux enjeux climatique”. 
A l’étranger, la question du climat dans le débat politique
– Annabelle Jaeger :”L’UE peut atteindre l’objectif zéro émission de CO2 en 2050″ – Euractiv – 13 octobre ; où l’auteure d’un avis de la commission environnement du Comité des Régions regrette le manque d’une cartographie des actions climat des Régions et souligne l’importance de l’urbanisme et l’aménagement du territoire pour la biodiversité.
– Contre le réchauffement climatique, la Bolivie appelle à détruire le capitalisme – 13 octobre ; où la Bolivie détonne avec une contribution qui lie crise climatique et « échec du système capitaliste », et avance des propositions ambitieuses comme la mise en place d’une justice climatique internationale, la reconnaissance des droits de la “Madre Tierra” ou la démarchandisation de biens communs.
– Présidentielle américaine : le climat, ligne de partage de la campagne – Euronews – 12 octobre ; où l’on revient sur l’opposition frontale entre républicains et démocrates sur l’environnement et le climat, sur le poids des lobbies dans la campagne, et sur le fait que le sujet n’est pourtant pas prioritaire pour les américains selon les sondages.
Et en bonus, un documentaire s’intéresse au possible changement de cap de l’Australie…
revue de presse2-1610
Et une implication tous azimuts d’acteurs de tous types !
– Climat : 88% des Français disent “bougez-vous” ! – Le Nouvel Obs – 15 octobre ; où, à la demande de la Fabrique Écologique, un sondage laisse penser que les Français souhaitent une action plus rapide du gouvernement, une mobilisation forte même si les autres pays ne le font pas, et que son coût est jugé élevé.
– Climat : des ONG réclament plus d’ambitions pour la COP21 – Le Figaro – 15 octobre ; où la vigilance reste de mise pour les ONG qui estiment que la feuille de route demeure peu ambitieuse, avec un accord concluant à une hausse des températures d’environ + 3°C, et qui balaient plusieurs points sur lesquels avancer.
– Le pape François défend la COP21 et appelle à “renoncer à idolâtrer l’argent” – BFMTV – 15 octobre ; où le pape dans une longue interview insiste sur l’importance d’engagements concrets à la Cop 21 et estime que “l’humanité doit renoncer à idolâtrer l’argent et doit replacer au centre la personne humaine, sa dignité, le bien commun, le futur des générations qui peupleront la Terre après nous” .
– Des art-activistes préparent la plus grande action de désobéissance civile pour le sommet de Paris sur le climat – The Guardian – 13 octobre ; où le Guardian revient sur les différentes actions de désobéissance civile qui s’organisent pour la Cop, des Climate Games au 12 décembre,et sur la stratégie des “lignes rouges” à ne pas dépasser.
– La lutte climatique mobilise les militaires – Libération – 13 octobre ; où l’on apprend que des états-majors se sont réunis cette semaine à Paris pour mieux appréhender les causes climatiques des conflits (Sahel, Syrie, Bangladesh, Arctique, …)
– « Les collectivités doivent faire encore plus de bruit sur la COP21 » – Matthieu Orphelin, porte-parole de la Fondation Nicolas Hulot –La Gazette des communes – 7 octobre ; où est salué l’avancée des collectivités en matière climatique, mais aussi souligné le besoin d’accélérer, et où le porte-parole de la FNH critique la “débilité” de la concomitance d’agenda de la COP21 et des élections régionales.
revue de presse-1610
Et en bonus : 
– Le débat sur la place des climatosceptique dans les médias relancé par la mise à pied du monsieur météo climatosceptique de France 2, aux erreurs avérées. L’occasion de revenir sur plusieurs cas médiatiques préoccupants, ou de démonter le mythe d’un réchauffement du au soleil.
– Éduquer à l’enjeu climatique, avec la porte d’entrée des gestes du quotidien, ou celle de la photographie sur les conséquences qui se font déjà sentir, mais aussi le kit de survie de Reporterre qui continue. Enfin, si vous êtes une grenouille, il existe aussi désormais une BD pour vous expliquer le dérèglement climatique
– Des vidéos et des mobilisations, avec une analyse de celle de Nicolas Hulot, un retour en images sur Alternatiba Paris, unedémonstration de fauchage de chaise des Jeunes Amis de la terre, et l’annonce vidéo de Place to B.
– De nouvelles parutions climatiques, avec la parution de Sortons de l’âge des fossiles ! de Maxime Combes, et de l’Atlas de la révolution climatique par l’Humanité avec de nombreuses contributions de personnalités.
– L’avis des entreprises, avec l’interview du président de We Mean Business, coalition importante d’entreprises sur le climat et son avis sur leur rôle dans le cadre de la Cop. L’occasion de se pencher sur les divergences entre géants pétroliers américains et européens, surl’impact pour l’emploi et l’adaptation des métiers, ou sur l’exploitation du big data de la recherche climatique…

Bonne lecture et bonne semaine !

 

Victor Vauquois

  • 0

Revue de presse Climat et COP21

Cette semaine dans la revue de presse climat & Cop 21, mise au point estivale, dépassement des ressources terrestres et montée de mobilisations variées notamment, avec :

 

Avec la contribution décevante de l’Australie, l’occasion de faire un état des lieux estival des négociations :
Climat : avant la COP21, les États adaptent leurs promesses – Le Figaro – 12 août ; où avec la contribution australienne on fait le point sur les façons de définir les objectifs climatiques, les dates de référence choisies et leurs significations, la prise en compte d’autres facteurs et moyens de réduction, bref la difficulté à comparer les contributions des États et l’hypocrisie de certains d’entre eux qui jouent volontairement avec les chiffres.
Climat : l’Australie publie une contribution décevante pour la COP21 – Novethic – 11 août ; où “le 13ème émetteur mondial prévoit de réduire d’ici 2030 de 26 à 28 % ses émissions de GES en-dessous des niveaux de 2005″… et pas de 1990 ce qui réduit sensiblement la valeur de cet objectif, très insuffisant pour rester sous la barre des 2°C.
Coulisses de la COP 21 : Pour quelques degrés de plus… – Le Parisien – 7 août ; où l’on revient sur la bataille scientifique et diplomatique sur le chiffre choisi de +2°C comme limite à ne pas dépasser, et où l’on fait un rapide état des lieux des contributions à ce sujet.

 

Le globe, symbole de la future grande conférence internationale sur le climat COP21, au Bourget près de Paris le 6 mai 2015. AFP

Le globe, symbole de la future grande conférence internationale sur le climat COP21, au Bourget près de Paris le 6 mai 2015. AFP

 

En Afrique, conséquences de la crise climatique, campagnes et scandales
Cop21 : Ségolène Royal en campagne en Afrique anglophone – Le Point – 13 août ; où l’on s’intéresse à la tournée de la ministre de l’Écologie en Afrique, “de la Namibie au Ghana, en passant par la Zambie et le Botswana”, pour attirer l’attention sur les graves effets du changement climatique sur le continent africain, et chercher à faire front commun avec ces pays pour la Cop.
En Afrique de l’Ouest, la fraude des multinationales dépasse l’aide au développement – Libération – 13 juillet ; où l’on relève que “la fraude fiscale a fait perdre 210 milliards de dollars à la Communauté économique des États d’Afrique de l’ouest”, ce qui s’avère plus élevé que l’aide au développement reçue dans ces États, et bien sur que les aides à l’adaptation et l’atténuation contre le dérèglement climatique.

 

L’Afrique du Sud fragilisée par son climat – Le Monde – 10 août ; où l’on dessine un tableau assez inquiétant sur les effets du dérèglement climatique en Afrique du sud, mal anticipés et gérés, et où l’on renvoie vers un documentaire pour en savoir plus.

 

Des constats alarmants, entre impacts en France et épuisement des ressources
Ressources mondiales: Ce jeudi 13 août, l’humanité entame une 2ème planète – Novethic – 13 août ; où depuis le 13 août, la population mondiale vit à crédit, l’ONG Global Footprint Network expliquant qu’en 2015 il aura fallu 255 jours pour que nous consommions les ressources naturelles et la capacité de stockage du CO2 que la Terre peut fournir en une année.
Quels seront les impacts du réchauffement climatique en France ? – Mr Mondialisation – 9 août 2015 ; où l’on précise les effets attendus du dérèglement climatique en France sur la santé (vagues de chaleur, allergies, maladies exotiques), l’agriculture, le nucléaire (réduction du débit des rivières) et la biodiversité. Et des initiatives variées qui continuent d’émerger de la société civile !
Une randonnée Copenhague-Paris à vélo pour sensibiliser au climat – Sciences & Avenir – 12 août ; où l’on s’intéresse à ce voyage de plus d’un mois qui s’achève, organisé par Cyclotranseurope à vélo pour sensibiliser au dérèglement climatique de Copenhague à Paris, et pour plaider pour une réelle politique pro-vélo en France jugée “très en retard” sur le sujet.
COP21: Les milieux artistiques se mobilisent – Le Huffington Post – 11 août ; où l’on fait le point sur les initiatives, événements et actions en faveur du climat de trois réseaux artistiques : “Art COP21“, “Art of Change 21“ et “Artists 4 Paris Climate 2015“.

 

n-COP21-large570
Le pape François crée une journée mondiale pour l’environnement – La Tribune – 10 août ; où dans la foulée de son Encyclique le pape annonce la création d’une “Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la Création”qui aura lieu chaque année le 1er septembre, et intégrera les questions de préservation du climat.
Tara: mission ornithologique au Groenland avant la COP21 – L’Express – 10 août ; où l’on suit les aventures du petit navire d’expédition scientifique qui s’intéresse en ce moment à l’impact du climat sur les oiseaux marins, et dont l’équipe plaide et plaidera intensément pendant la Cop pour la prise en compte du respect des océans dans les négociations comme moyen majeur de lutter contre le dérèglement climatique.

 

Et en bonus :

 

La Cop 21 qui sert de prétexte à l’expulsion du plus vieux bidonville d’Ile de France en plein été sans solution de repli, alors que des plans de sortie progressive étaient envisagés… Une pétition circule contre l’expulsion et pour l’application des solutions des associations.

Des débats sur l’appréciation du changement climatique aux États-Unis : alors que d’aucuns taclent les climato-sceptiques en comics, d’autres discutent de l’applicabilité et des enjeux du plan Obama “pour une énergie propre” présenté la semaine dernière.

Les enjeux agriculture et climat, avec la Confédération paysanne qui publie une vidéo et une infographie pour critiquer l’impact de l’agriculture industrielle sur le climat et montrer des modèles d’agriculture décarbonée.
Des chercheurs ont par ailleurs découvert un complément alimentaire qui limiterait les pets et rots des vaches et leur ferait émettre 30% de méthane en moins… mais qui pose de nombreux problèmes, l’article concluant que “finalement, rejeter moins de gaz à effet de serre, c’est d’abord faire appel au bon sens paysan” !

 

@Victor Vaucquois


  • 0

Revue de presse Climat et COP21 #36

Par Victor Vauquois

Cette semaine dans la revue de presse climat & Cop 21, lever de soleil à l’ouest et éclairage sur l’importance de la solidarité internationale pour le climat, avec notamment

Aux États-Unis, un nouveau plan de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre

Barack Obama réaffirme ses ambitions face au réchauffement climatique – Le Monde – 3 août ; où le président américain publie un plan de lutte contre le dérèglement climatique plus ambitieux que celui présenté en juin, qui mise notamment sur l’investissement dans les énergies renouvelables et des restrictions contre les centrales à charbon… mais doit faire face à une opposition républicaine très opposée à ces mesures.

Climat : Obama va au charbon– Libération – 4 août ; où l’on analyse plus en détail le plan d’Obama de réduction des gaz à effet de serre, ses réelles avancées mais le fait que ni les transports ni l’industrie ne sont mis à contribution, et où l’on s’attarde sur la question du timing de ces annonces.

COP21: le plan d’Obama contre le réchauffement climatique ravit Paris– Le Huffington Post – 4 août ; où l’on s’intéresse à la réaction unanime du gouvernement français qui a félicité Barrack Obama pour ces annonces et y voit un signe de “la volonté de la communauté internationale d’adopter à Paris, en décembre 2015, un accord universel sur le climat”.

Et pour aller plus loin, Arte publie le discours d’Obama et la réaction du RAC ; et la Maison Blanche, un communiqué vidéo spécifique.

 

Des projets d’exploitation d’énergies fossiles contestés…

018206WhitsundaysHardy Reef, Great Barrier Reef
La Grande Barrière de Corail menacée en Australie

 

La conquête de l’Arctique, une nouvelle forme de colonisation ?– Rue89 – 6 août ; où alors que la Russie a présenté officiellement à l’ONU ses revendications sur l’Arctique, l’on s’interroge sur la volonté des États de s’approprier ce territoire… pour en exploiter les immenses réserves d’énergies fossiles, gaz et pétrole notamment.
Un projet minier menaçant la Grande Barrière de corail d’Australie suspendu Le Monde – 5 août ; où la justice australienne suspend un projet de gigantesque mine de charbon aux conséquences désastreuses pour des espèces protégées, les émissions de gaz à effet de serre et la Grande Barrière de corail, projet que le gouvernement australien veut poursuivre en ne mentionnant qu’“un problème technique et administratif”.

 

Le changement climatique, et son impact sur l’agriculture
“Le changement climatique va modifier les pratiques agricoles”– Le JDD – 2 août ; où le directeur scientifique Environnement de l’Inra explique dans une interview l’impact du climat sur les rendements agricoles, les semences, la carte des cultures et l’adaptation nécessaire.
A cause du climat, les paysans au régime sec– Le JDD – 2 août ; où l’on s’inquiète de la sécheresse inédite qui frappe plusieurs régions de France cet été, à son impact dur pour les paysans, et où l’on s’intéresse à différents moyens d’adaptation.
Et en bonus, Jean-Louis Étienne et Florence Cohen se sont penchés dans une chronique sur la sécurité alimentaire et les questions d’adaptation et d’atténuation de l’agriculture.

 

La mobilisation citoyenne et Alternatiba dans la presse

Le Tour Alternatiba

Les militants d’Alternatiba pédalent pour le climat– Le Monde – 4 août ; où l’on suit la folle épopée du Tour Alternatiba qui s’est fait contrôler par la police après son passage devant Fessenheim, est passé dire bonjour aux 15 000 scouts rassemblés à Strasbourg, a rencontré la présidente du Conseil environnement de l’UE et a parlé climat avec des centaines de citoyens européens.
Conférence climat : rassemblement citoyen Alternatiba fin septembre à Paris– Romandie – 4 août ; où l’on parle d’un des plus grands rassemblements citoyens de l’année 2015 sur le climat, Alternatiba Paris, les 26 et 27 septembre, avec au programme plus de 250 organisations qui agissent dans différents domaines, Naomi Klein et son nouveau film, l’arrivée du Tour Alternatiba, un grand concert et des animations en tous genres.

 

Et la solidarité internationale, passée et future, clé de réussite des négociations climat !
Les migrants et nos impuissances : que ferons nous quand se présenteront des millions de réfugiés climatiques ?– Politis – 4 août ; où l’on s’indigne de la politique migratoire actuelle en Europe et où l’on se questionne sur sa capacité à gérer les futurs exilés du climat, l’on imagine le pire et l’on rappelle la responsabilité des pays du Nord dans la crise climatique.
Le plan d’action de l’ONU pour un « monde meilleur »– La Croix – 3 août ; où l’ONU publie son projet de plan d’action 2016-2030, contenant 17 « Objectifs de développement durable » (ODD) qui visent notamment à en finir avec la faim et la grande pauvreté, et “censés assurer la prospérité de tous d’ici quinze ans tout en maîtrisant le réchauffement climatique”.
Coulisses de la COP 21 : Entre Nord et Sud, ça va chauffer !– Le Parisien – 30 juillet ; où l’on retrace l’histoire du clivage nord-sud dans les négociations climat depuis 1992, sa tendance à s’estomper, les promesses non tenues mais aussi l’importance d’une réelle solidarité internationale pour la réussite de la Cop 21.

 

index

Et en bonus :
Météorologie et climat cette semaine : si l’on nous rappelle que les deux ne sont pas à confondre, Joel Collado ou Laurent Romejko nous parlent de l’importance de la lutte contre le dérèglement climatique et de sensibiliser l’audimat de la météo à ces questions.
La parole à la science, avec le milieu universitaire international qui lance la Global Climate Change Week, du 19 au 25 octobre, un appel à mobiliser facultés et étudiants à travers le monde dans toutes les disciplines sur le climat. L’occasion de revenir sur des constats, le rôle des océans avec le National Geographic, la vision du climatologue Jean Jouzel des négociations, … alors que d’autres scientifiques relèvent que certains des pires effets du changement climatique sont déjà visibles, ou que la fonte des glaces est désormais inexorable.
Mais aussi aux citoyens, qui ont de nombreuses et bonnes raisons de venir à Paris pour la Cop 21, des réactions fatalistes face aux ilots de chaleur urbains en banlieue… et une occasion d’améliorer via un quiz la connaissance de son empreinte carbone.
Des avancées du coté de la COY11, Conférence of Youth, dont les pré-inscriptions sont ouvertes et dont l’appel à projet a été clos. L’occasion de revenir sur les initiatives du Warn et autres mouvements jeunes, avec un sondage ou une table ronde politique.

Les énergies renouvelables, avec leur essor en Afrique hors aide au développement, et un appel lancé par Desmond Tutu à fixer un objectif de 100% renouvelables en 2050 au niveau mondial dans les négociations climat.

Des offres d’emploi climat, avec un appel pour l’organisation de la Cop elle-même et plus de 800 postes à pourvoir… tandis que Oxfam propose un travail avec une mascotte de rêve et Voxe quelques autres postes sur la Cop.

Climat et déchets, avec Zéro Waste qui nous parle ce mois-ci du potentiel de réduction des émissions de gaz à effet de serre avec une meilleure gestion des déchets du BTP ou des emballages ménagers, mais aussi de ses conclusions du sommet Climat et territoires.

@Victor Vauquois