Category Archives: 1000Alternatiba

  • 0

Marche funèbre à Paris : respirer tue !

Tags : 

A l’occasion de la clôture du sommet de l’OMS sur la pollution de l’air, une cinquantaine de personnes du collectif Respir’action ont organisé une marche funèbre des poussettes au son de la marche funèbre de Chopin jusqu’à la morgue pour appeler les responsables à agir. En effet les enfants sont particulièrement exposés aux pots d’échappements. Ils développent de nombreuses maladies : troubles psychomoteurs, asthme, infections respiratoires, voire leucémie. Dans le monde, 600 000 enfants meurent chaque année de la pollution de l’air (chiffres OMS) : respirer tue !

France 3 et Le Parisien étaient témoins de cette marche funéraire contre la pollution de l’air.

➡️ Les solutions existent pour éviter tous ces morts et ces malades, les décideurs les connaissent : ils doivent prendre des mesures courageuses pour diminuer considérablement la place de la voiture en ville et sortir du diesel et de l’essence.
RESPIRER NE DOIT PLUS TUER
Ensemble, agissons contre la pollution de l’air.


  • 1

Cyril Dion : Comment mobiliser pour sauver le climat ?

Tags : 

Cyril Dion lors de sa prise de parole le 13/10/2018 - ® Photo Jade LangA l’occasion de la marche pour le climat du 13 octobre 2018, Cyril Dion a pris la parole sur le sujet : ” Comment être encore plus nombreux à nous mobiliser pour le climat ?

Son intervention était très attendue et d’autant plus légitime, qu’en tant que cofondateur du mouvement des Colibris et coréalisateur avec Mélanie Laurent du film Demain (1,2 million d’entrées en salle, César du meilleur documentaire), son action en terme de mobilisation autour des questions écologiques et de sensibilisation aux alternatives est exemplaire.

Dans son intervention [1], il a d’abord comparé le nombre de participants des marches pour le climat :

  • 100 000 personnes dans toute la France pour la marche du 13 octobre 2018
  • 700 000 personnes au total pour les 2300 marches organisées dans 170 pays au moment de la COP21 en 2015

avec la participation à d’autres manifestations :

  • 1 500 000 personnes uniquement sur les Champs Élysées pour célébrer l’équipe de France victorieuse de la coupe du monde de football en 1998 [2]
  • 4 000 000 de personnes dans les manifestations qui ont suivi les attentats à Paris en janvier 2015 [3]

Cyril Dion s’interroge ensuite :

Qu’est-ce que ces chiffres nous racontent ?
Son interprétation est que “pour mobiliser des millions de personnes, on a besoin d’une émotion, d’une émotion euphorique comme quand on gagne la coupe de monde ou d’une émotion tragique quand on est face à la barbarie et aux attentats.
Il constate donc que les mouvements écologiques n’ont “pas réussi à créer cette émotion avec le climat ou la biodiversité.” Pourtant l’enjeu est de taille : il s’agit de “la survie de l’humanité ” !

Comment faire grandir le mouvement ?

Il voit 2 possibilités :

1) soit les personnes se mobiliseront massivement face à l’émotion provoquée par des catastrophes climatiques et leurs conséquences. Mais il sera alors trop tard puisque les catastrophes seront déjà en cours avec un risque important d’emballement par les boucles de rétroaction des phénomènes du réchauffement climatique.

2) soit émergera un nouveau récit, une “histoire” qui sera capable de mobiliser des millions de gens : “Tous nos systèmes, que ce soit nos systèmes politiques, toutes nos idéologies, le communisme c’est une histoire, le libéralisme c’est une histoire, les religions ce sont des histoires, tout ça c’est fondé sur des mythes, des ententes, et plus le nombre de personnes est grand à adhérer à une histoire et plus cette histoire devient la norme, devient la structure de la société. Aujourd’hui, on voit que le libéralisme, le capitalisme, ont gagné la bataille du récit.

Quel pourrait être ce récit, pour qu’il soit plus fort que celui du capitalisme et du libéralisme ?
Cyril Dion ne propose pas une histoire avec un scénario bien précis. Pour lui, chaque alternative, chaque action en faveur du climat, chaque geste écologique raconte déjà une histoire qui peut être contagieuse. Il cite une phrase attribuée à Gandhi : “Montrer l’exemple, c’est pas la meilleure façon de convaincre, c’est la seule.

Le récit qu’il propose est ébauché vers la fin de son intervention : “On n’est pas sur cette planète pour être des producteurs-consommateurs, on est sur cette planète pour découvrir qui on est, pour être utile aux autres, pour exprimer nos talents, pour construire un monde qui correspond à la vision qu’on en a.

Enfin, il termine son intervention en insistant sur la nécessité d’avoir une stratégie et de s’organiser en créant une sorte de lobby citoyen pour contrer, de façon efficace, les lobbyistes climaticides et écocides qui, bien que peu nombreux, sont capables d’orienter un certain nombre de décisions dans le sens opposé à celui que souhaiteraient des millions de français.

L’écoute de Cyril Dion suscite plusieurs questions :

  • Toutes les personnes déjà mobilisées ont-elles eu une émotion semblable qui les ont conduites à agir et à militer ? Quelle a été notre propre émotion mobilisatrice ? Peut-on susciter cette émotion chez d’autres personnes pas encore sensibilisées à la question climatique ?
  • Chacun a probablement son propre récit sur la façon d’envisager le monde et sur la possibilité de changer le système. Il y a-t-il des points communs universels capables de mobiliser des millions de personnes ?

N’hésitez pas à répondre à ces questions ou à réagir à l’intervention de Cyril Dion en postant un commentaire ci-dessous.


Pour approfondir le sujet, lire le dernier livre de Cyril Dion :
Petit manuel de résistance contemporaine, Domaine du possible – Actes Sud, 160 pages – ISBN 978-2-330-10144-2


  • 0

Climate Friday versus Black Friday le 23 novembre 2018

Le “Climate Friday” a été lancé en réponse au “Black Friday” pour dénoncer les conséquences écologiques de cette tradition américaine, indissociable de la cérémonie de Thanksgiving, qui s’est exportée dans le monde entier.

En France, le Black Friday a d’abord été introduit par quelques grandes marques du web comme Amazon et Apple. Ensuite, les enseignes comme Auchan, La Redoute ou encore Darty ont testé le concept avec beaucoup de succès.” [1]

Le vendredi 23 novembre 2018 s’annonce donc comme un nouveau “vendredi noir” pour la planète. À la surconsommation d’objets, pour la plupart accessoires ou superflus, consommateurs de ressources non renouvelables, rapidement obsolescents qui viendront gonfler le volume déjà impressionnant de nos déchets, s’ajoutera la pollution liée au transport de tous ces achats.

Le “Black Friday” n’est pas seulement une journée où la surconsommation atteint un paroxysme, c’est aussi une journée où les inégalités économiques, déjà incommensurables, s’aggravent encore. Par exemple, lors du Black Friday 2017, “le patron d’Amazon Jeff Bezos a gagné 2,4 milliards de dollars (soit un peu plus de 2 milliards d’euros) en une journée” [2] ce qui lui a permis “d’élever sa fortune personnelle à un peu plus de 100 milliards de dollars (83,6 milliards d’euros) selon l’agence Bloomberg” [3]. Or, le creusement des inégalités est un facteur déterminant et indépendant dans les modèles d’effondrement des sociétés. [4]

Avec United4Earth – Lobby Citoyen, Zero Waste France, Plastic Attack France participons à cet événement pour agir, sensibiliser, s’engager contre la surconsommation. Evénement Climate Friday Un événement à construire, à partager et à vivre ensemble [5].

Arrêtons de croire aux rabais et aux économies à court terme. Investissons nos ressources et notre énergie pour réduire les coûts à venir du réchauffement planétaire.

Références :


  • 0

Venez défendre la forêt de Romainville ! La destruction a déjà commencé !

À deux kilomètres à l’est de Paris, en contre-bas de la cité Gagarine, il existe une forêt clôturée de 27 hectares, interdite au public : la Forêt de la Corniches des Forts, à Romainville.

La Région Ile-de-France a prévu d’en défricher 8 hectares pour la transformer en Ile-de-Loisirs, un non-sens dans le contexte de crise écologique actuelle. Depuis le lundi 8 octobre, les machines ont été lancées à l’assaut de cette forêt.
La destruction a commencé.

Chaque jour, dès l’aurore, un petit nombre est venu sur place, soutenus par quelques élus, pour tenter d’entraver la mise en place du chantier, puis l’avancée de la broyeuse et de la pelleteuse qui attaquent le bois, en remontant depuis l’entrée du chantier située en bas de la forêt, au coin de la rue du Dr. Vaillant et du chemin du Trou Vassou.

Lundi 8 octobre, date de début des travaux, des militants prétendaient faire respecter l’arrêté municipal interdisant de pénétrer sur le site. Pendant quelques minutes, ils ont réussi à convaincre la police municipale de faire évacuer la forêt. Les jours suivants, la police nationale a été appelée en renfort pour les déloger.
Ils filment, prennent des photos, alertent. Ils constatent les dégâts, ils font observer en vain que les engins ne respectent pas le cahier des charges « écologique » du chantier. Mais ils ont besoin d’être beaucoup plus nombreux pour faire efficacement barrage à cette destruction.

Ce lundi 15 octobre, la présence pacifique d’un petit nombre de personnes (entre 30 et 50 selon les moments) déterminées à ne pas quitter les lieux, aura suffi à faire reculer les machines pour la journée.

Un appel a été lancé pour reproduire l’expérience tous les jours à partir de ce mercredi 17 pour demander l’arrêt immédiat des travaux et un débat indépendant sur le devenir de cette forêt.

Rendez-vous dès 7h30 du matin et toute la journée à l’entrée du chantier depuis le Parc de la Sapinière, 98-106 Avenue du Colonel Fabien, prendre le chemin qui descend le long des potagers.

Métros les plus proches : Bobigny – Pantin – Raymond Queneau (ligne 5), Mairie des Lilas (ligne 11).

Pétition pour sauver la forêt

Pour en savoir plus


  • 0

Samedi 13 octobre, marchons pour le climat, et empêchons les projets climaticides !

Alternatiba Paris et Action Climat Paris appellent avec de nombreux autres mouvements à une grande mobilisation pour le climat ce samedi 13 octobre à Paris place de l’Opéra. Après l’alerte rouge sonnée par le dernier rapport du GIEC, nous devons agir par nos propres moyens pour éviter le pire. Samedi 13 octobre, mobilisons-nous massivement à la fois pour marcher pour le climat, et pour empêcher les projets climaticides !

Le rapport spécial du GIEC publié lundi 8 octobre nous dit qu’il est encore possible de maintenir le réchauffement climatique sous le seuil crucial de 1,5°C, à condition de changer le système radicalement et dès maintenant. Autrement dit : il est encore temps, mais nous n’avons plus le temps d’attendre les décideurs politiques et économiques !

Dès dimanche en clôture d’Alternatiba Bayonne et du Tour Alternatiba, après avoir mobilisé 77 000 personnes pendant 4 mois et rassemblé 15 000 personnes à Bayonne, nous avons lancé l’appel à actions de plusieurs mouvements pour une nouvelle mobilisation massive ce samedi 13 octobre.

Pour relever le défi climatique, nous appelons à marcher sur nos deux jambes : celle des alternatives et celle de la résistance. Nous appelons ainsi à nous mobiliser le plus massivement possible ce samedi 13 octobre sur deux axes :

  • organiser et renforcer les Marches pour le climat, pour y porter les alternatives que nous pouvons mettre en place dès maintenant pour activer la métamorphose de nos territoires. Les alternatives existent dans tous les domaines, il faut les développer massivement pour qu’elles deviennent la norme !
  • nous opposer à tout projet et toute politique climaticide. Nous ne devons plus tolérer aucune action qui nous écarterait de la trajectoire encore possible de limitation du réchauffement climatique à +1,5°C, et qui au contraire nous entraînerait vers la trajectoire absolument catastrophique d’au moins +3°C. Nous utiliserons le symbole de la main rouge pour exprimer l’urgence climatique et notre détermination à nous interposer de manière non-violente et déterminée aux forces qui entendent détruire les conditions de vie sur Terre.

Les scientifiques nous disent qu’il est encore possible de maintenir le réchauffement climatique à +1,5°C, si nous changeons radicalement de système dès maintenant : alors faisons-le !

Rejoignez la Marche pour le climat à Paris et le collectif Alternatiba Paris

Le PROGRAMME de +Plus qu’une marche à PARIS :

14h-16h : MARCHE _ de la Place de l’Opéra à la Place de la République

13h -18h : VILLAGE DES SOLUTIONS _ Place de la République

– VILLAGE ASSOCIATIF ET COLLECTIF : Les associations présentent leurs solutions.
– FORUM CITOYEN : et après on fait quoi ?
Tous les participants sont invités à venir discuter : Quelles solutions ? Quelles revendications ? Quelles finalités ? Comment s’organiser ?
– PRISE DE PAROLES : Rapport du Giec, démographie, système politique… des scientifiques viennent présenter leur constat, Cyril Dion et –M- clôtureront ce moment.

18h : Concert de l’Orchestre Debout