Marche pour le futur du 9 avril 2022 à Paris – photo Baptiste Soubra / collectif la Faille
Marche pour le futur du 9 avril 2022 à Paris – photo Baptiste Soubra / collectif la Faille

Législatives : au-delà des urnes, la mobilisation continue !

Les résultats des élections législatives sont désormais connus. Le parti présidentiel n’a pas de majorité et l’extrême droite progresse de manière inquiétante. Pour Alternatiba, cette nouvelle Assemblée nationale doit avoir un objectif clair en tête : l’urgence climatique et sociale. Mais il serait illusoire d’attendre sagement des résultats concrets sans se mobiliser.

Avec 246 député·es, la coalition « Ensemble » de la majorité présidentielle sera le premier parti à l’Assemblée nationale. Mais, contrairement au précédent quinquennat, Emmanuel Macron ne disposera pas de la majorité absolue : pour cela, il lui faudrait 289 député·es. Cela signifie qu’il devra chercher des alliances dans d’autres groupes pour appliquer son programme. 

Pour les député·es conscient·es des enjeux climatiques et sociaux, cela doit être une occasion pour réclamer et obtenir des politiques beaucoup plus ambitieuses que celles conduites depuis 2017 et auparavant. Rappelons que l’Etat français a été condamné deux fois pour son inaction climatique [1], et que le rapport du Giec d’avril 2022 insiste sur le fait que les émissions de gaz à effet de serre doivent baisser de 43% d’ici 2030 pour éviter les effets les plus délétères du dérèglement climatique. La France doit donc s’engager, sans tarder, dans un changement radical pour respecter cette trajectoire.

Agir, sans tarder, face à l’urgence climatique et sociale et face aux idées haineuses

La récente canicule qui a fait suffoquer des millions de Français la semaine dernière – un phénomène qui se produira de plus en plus fréquemment à l’avenir – est là pour nous le rappeler : c’est maintenant qu’il faut agir. Et pour Alternatiba, le mouvement climat a évidemment son rôle à jouer, au même titre que les nouvelles et nouveaux élus. 

C’est à nous de faire pression pour que des propositions ambitieuses pour le climat et la justice sociale soient traduites en actes, et donc en lois. C’est à nous de faire pression pour que les lobbys climaticides ne torpillent pas l’aspiration populaire à un avenir soutenable et apaisé.

Alors que le président s’était engagé à éradiquer l’extrême droite lors de son premier mandat, cette dernière fait une inquiétante progression. Ses idées et son programme ne permettront pas de répondre aux enjeux climatiques et sociaux. Ces cinq prochaines années, et comme nous l’avons toujours fait, il s’agira de dénoncer et de combattre chaque idée et comportement xénophobe, raciste, sexiste, homophobe, discriminatoire, violent, anti-démocratique.

Mettre le climat au cœur des débats 

Nous avons travaillé sans relâche pour mettre l’urgence climatique au cœur des débats : des marches pour le climat et la justice sociale aux actions de com pour inciter les jeunes à aller voter, en passant par des actions de masse comme le blocage de Total


Dès cet été et partout en France, nous continuons la lutte. C’est en étant le plus nombreuses et nombreux possible à défendre les mêmes idées que nous gagnerons la bataille climatique, alors formons-nous ensemble, rencontrons-nous ! Cet été, rendez-vous aux Camps climat ! 

Rejoins-nous ! 

Ancrés dans leurs territoires, les Camps climat sont l’occasion d’approfondir les questions d’urgence climatique et sociale, découvrir les stratégies de mobilisation, & faire partie d’un groupe soudé. Ils permettent de devenir un·e citoyen·ne actif·ve et engagé·e toute l’année ! 

Si toi aussi, tu ne veux plus attendre et agir, tu peux rejoindre l’un de nos 130 groupes locaux dès maintenant. Depuis le début de ces élections 2022, nous avons eu plusieurs vagues d’arrivées, et il y a toujours des choses à faire !

Nous continuerons toujours à nous mobiliser, lors de marches, d’actions de désobéissance civile non-violentes, et de mobilisations de plus en plus massives. Le vieux monde tarde à céder sa place, mais nous sommes là pour l’aider à partir et libérer de l’espace pour celles et ceux qui se battent pour faire avancer la justice climatique et sociale !

Notes

[1] Le 3 février 2021, le tribunal administratif de Paris a jugé l’Etat français « responsable » de manquements dans la lutte contre le réchauffement climatique. Le 1er juillet 2021, le Conseil d’État a ordonné à la France de prendre, sous 9 mois, toutes les mesures nécessaires pour respecter ses engagements dans le cadre de l’accord de Paris. Un nouveau mémoire réalisé en juin 2022 par les organisations de l’Affaire du siècle dénonce des mesures toujours très insuffisantes.

  • 20 juin 2022