Category Archives: 1000Alternatiba

  • 0

Un lieu pour changer le monde ?

Tags : 

Pour accélérer et solidifier la mobilisation citoyenne pour la justice climatique et sociale, huit organisations s’unissent pour lancer la base.
La Base d’Action Sociale et Ecologique est un lieu ouvert où celles et ceux qui souhaitent s’engager pour le climat et donc la justice écologique et sociale se rencontrent et agissent.
Située au centre de Paris, la base se donne trois objectifs :
  • Mobiliser massivement pour le climat et la justice sociale, par l’échange, la formation, l’organisation d’actions ;
  • Proposer des actions à celles et ceux qui cherchent à s’engager pour la première fois ;
  • Promouvoir les alternatives et les solutions qui permettent de construire une société soutenable, plus juste, plus solidaire et plus conviviale.

Impliquez-vous pour la justice climatique et sociale.
Contribuez au financement participatif de la base,
l’accélérateur de la mobilisation situé au coeur de Paris !

Cette base, elle sera à nous toutes et tous !

Pour se lancer courant mars 2019,

LA BASE, C’EST QUI ?
La base a été imaginée par huit organisations regroupées pour passer à l’étape supérieure, celle de la mobilisation permanente :
Alternatiba Paris, le groupe Action Climat Paris, Le Consulat, Mouvement Utopia, Nature Rights, Notre affaire à tous, Le Mouvement et Partager c’est sympa.

  • 0

Invitation à la plénière d’Alternatiba Paris le 6 février

Le week-end du 26-27 janvier a été un tournant dans la mobilisation en faveur du climat. Après les 3 marches de l’automne 2018, partout en France et en Belgique près de 150 000 citoyen·ne·s se sont mobilisé·e·s avec enthousiasme et détermination pour demander des comptes à leurs dirigeant·e·s. Le mouvement, touchant toutes les couches de la société, s’affirme en imposant sa dynamique internationale.

En 2019, nous nous rencontrons et nous nous organisons pour faire toutes et tous ensemble de cette année, l’année du climat et imposer l’urgence climatique dans l’agenda de nos dirigeants. Il est temps de construire un rapport de force réel pour le climat et pour la justice sociale.

Alors, que faire concrètement et comment faire entendre nos voix ? Bien des choses encore, au programme de cette plénière :

  • Bousculer le grand débat. Mettre en place des revendications et actions pour la justice climatique et sociale.
  • S’organiser pour la grève mondiale pour le climat du 15 mars. Prendre part à un mouvement international afin créer une dynamique à l’échelle planétaire.
  • Se mobiliser pour le 16 mars. Faire grandir le mouvement climat par une mobilisation historique.

Faisons de 2019 l’année de la justice climatique, sociale et fiscale.
Faisons en sorte que, plus jamais, plus personne ne contredise la force qui émerge de notre mouvement citoyen.
Nous vous attendons nombreuses et nombreux, ce mercredi 6 février, pour montrer qu’ensemble, nous pouvons écrire une nouvelle histoire.

Mercredi 6 février 2019
Bourse du Travail de Paris
3 rue du Château d’Eau, 75010 Paris
19h30 – 21h

  • 0

150 000 personnes pour un week-end d’action réussi pour faire de 2019 l’année du climat

Dimanche 27 janvier – Ce week-end, 150 000 personnes se sont mobilisées en France et en Belgique pour exiger des politiques ambitieuses et justes face à l’urgence climatique.

Crédits photo : Pablo Porlan

De multiples marches, agoras, chaînes humaines, flashmobs, die-in et actions non-violentes se sont déroulées samedi 26 et dimanche 27 janvier dans 120 villes en France et dans le monde. Après quatre mois d’enracinement et d’intensification du mouvement climat, le ton du week-end était celui du passage à l’action.

A Bruxelles, 70 000 personnes ont marché. À Paris, la place de la République a accueilli plus de 8 500 personnes lors d’une Agora pour le Climat. Brest a été le théâtre d’une chaîne humaine, et Orléans d’un grand die-in. A Lyon, 5 000 personnes se sont mobilisées pour dénoncer la pollution de l’air. A Dijon, 1 200 personnes se sont retrouvées devant la mairie les mains peintes en rouge pour symboliser l’urgence climatique.

L’interpellation des décideurs locaux pour une transition dans les territoires était au coeur des mobilisations de ce week-end. Anne Hessel est intervenue pour défendre le Pacte Finance Climat. D’autres groupes issus des associations et des collectifs citoyens sont impliqués dans la campagne Alternatives Territoriales et dans le Pacte pour une Transition Citoyenne.

À Nancy, après la garde à vue du président des Amis de la Terre et d’un membre du Mouvement pour une alternative non-violente, plus de 100 personnes sont venues se « dénoncer » au commissariat pour avoir participé à la Marche pour le Climat du 8 décembre, en solidarité avec ses organisateurs.

Derrière ces mobilisations, un objectif : faire de 2019 l’année du climat.

Un rendez-vous mondial est déjà pris pour les jeunes le vendredi 15 mars, en réponse à l’appel de Greta Thunberg. Inspirés par cette dernière, les jeunes se mobilisent de plus en plus pour faire porter leur voix et rejoignent ainsi une mobilisation mondiale d’ampleur. Le 16 mars, toutes les générations se retrouveront pour une mobilisation internationale.

Avec le slogan “fin du monde, fin du mois, même combat” les mobilisations citoyennes récentes dénonçant des injustices fiscales et sociales ont mis l’accent sur la nécessité d’enclencher une transition écologique juste pour toutes et tous. Ont été évoquées des propositions comme celle d’une taxe carbone jaune et verte, qui permettrait de financer la transition écologique tout en favorisant les plus précaires et en résorbant les inégalités.

Les collectifs citoyens appellent à s’emparer de tous les espaces de discussion, qu’il s’agisse de la rue, du grand débat ou des espaces collaboratifs numériques. Tout le monde peut s’investir sur les réseaux sociaux ou Discord proposés par les mouvements citoyens.

Ce week-end a été également l’occasion pour de nombreux citoyens de choisir la méthode d’action qui leur correspond le mieux. Ils disposent désormais d’un large éventail d’actions possibles allant de la désobéissance civile à la sensibilisation active de leurs proches et de leur cadre professionnel. Ils entendent maintenir la pression sur les responsables du dérèglement climatique et multiplier les actions contre les banques investissant dans les énergies fossiles. Un exemple : la campagne menée par les Amis de la Terre et ANV-COP 21 de nettoyage de la Société Générale qui finance les gaz de schiste.

Depuis l’été 2018, l’histoire s’est accélérée !

A trois reprises, les 8 septembre, 13 octobre et 8 décembre, des centaines de milliers de personnes ont marché dans toute la France. En parallèle, des centaines d’actions non-violentes ont été menées contre les multinationales climaticides. Le climat est devenu un enjeu social et citoyen de premier plan. Le recours contre l’Etat “L’Affaire du Siècle” a déjà recueilli plus de 2 millions de soutiens.

Les mouvements citoyens entendent mettre les décideurs face à leurs contradictions, dont les exemples criants les plus récents sont l’absence de mesures ambitieuses lors de la COP24, le recul sur la date de fermeture des centrales à charbon et le maintien de grands projets climaticides comme Europacity dans le Val d’Oise, le Grand Contournement Ouest de Strasbourg et la Montagne d’Or en Guyane.

En 2019, les mouvements citoyens entendent poursuivre leurs actions pour le climat et la justice sociale pour établir le rapport de force nécessaire pour que les acteurs politiques et économiques agissent enfin pour une société plus humaine et plus durable.

Alternatiba, Citoyens Pour Le Climat, Il Est Encore Temps, Unis Pour Le Climat


  • 0

Dimanche 27 janvier nous nous mobilisons pour le climat !

Vous avez marché à nos côtés le 8 décembre, le 13 novembre ou le 8 septembre ? Vous voulez que le mouvement continue et que la pression ne lâche pas, pour qu’ensemble on parvienne à faire de 2019 l’année du climat ?
Alors donnons-nous rendez-vous dimanche 27 janvier sur la place de la République !
Les précédentes marches pour le climat ont rassemblé plusieurs centaines de milliers de personnes en France et dans le monde.
La pétition de soutien à l’affaire du siècle qui assigne le gouvernement en justice pour son inaction climatique a recueilli 2 millions de signatures en quelques jours.
Nous avons toutes et tous engagé ces actions pour que les pouvoirs publics se mettent à la tâche.
Pourtant, les constats sont les mêmes après 3 mois de mobilisations historiques et sans précédent :
  • La France a augmenté ses émissions de CO2 de 3,2% en 2018
  • Les espèces sauvages continuent à disparaître dans l’indifférence générale
  • La COP24 en décembre 2018 a été un fiasco de plus.
  • Le gouvernement prélève une taxe carbone depuis 2014 et en affecte moins de 20% pour la transition écologique.
Le changement du système ne pourra se faire qu’avec un engagement de long terme que le gouvernement n’a pas même amorcé, malgré une mobilisation historique.
Pour prendre notre place dans ce débat qui engage l’avenir de la vie sur terre rassemblons nous toutes et tous place de la République le 27 Janvier lors d’une grande Agora pour la justice climatique.
Cette agora sera l’occasion:
  • de célébrer les 2 millions de signatures du recours contre l’Etat,
  • d’échanger et débattre, de nous connaître et nous fédérer,
  • de présenter et préparer les actions qui seront menées en 2019, avec notamment en perspective la grève mondiale pour le climat du 15 mars et une grande mobilisation pour le 16.
  • d’apprendre comment nous pouvons nous mobiliser et agir pour le climat dans nos modes de vie et en reprenant notre place dans le débat public.
Soyons nombreuses et nombreux place de la République ce dimanche 27 janvier, afin de préparer ensemble les moyens de la transition vers plus de justice climatique et sociale.

  • 0

Huile de palme : fermons les vannes

Aujourd’hui, dans deux stations Total de Paris, 65 militant.e.s d’Action Climat Paris, ANV Action non-violente COP21 et des Les Amis de la Terre France avec Canopée ont mené une action non violente pour informer les automobilistes sur la présence d’huile de palme dans les carburants. En effet, contrairement aux idées reçues, 75% de l’huile de palme consommée l’est sous-forme de carburant en France. Ces “biocarburants” sont en réalité trois fois plus nocifs que les carburants traditionnels, notamment à cause de la déforestation engendrée par la culture des palmiers. Ça tombe bien ! La European Commission doit rendre son verdict le 1er février.  Rejoignez les 400 000 européen.ne.s qui ont déjà signé la pétition pour dire STOP à l’huile de palme dans les carburants! 👉 https://goo.gl/9HpMGW

Paris, le 12 janvier 2019 – Aujourd’hui, dans deux stations Total, 65 militant.e.s d’Action Climat Paris, ANV Action non-violente COP21 et des Les Amis de la Terre France avec Canopée ont mené deux actions pour informer les automobilistes sur la présence d’huile de palme dans les carburants.

En effet, contrairement aux idées reçues, 75% de l’huile de palme consommée l’est sous-forme de carburant en France. Ces “biocarburants” sont en réalité trois fois plus nocifs que les carburants traditionnels, notamment à cause de la déforestation engendrée par la culture des palmiers. Comme 7 européen.ne.s sur 10, nous sommes nombreux.ses à vouloir mettre fin à ce scandale. Remplacer le pétrole par de l’huile de palme n’est pas une solution pour le climat !

Un acte délégué de la Commission européenne est en effet attendu pour le 1er février, suite à la loi de juin 2018 mettant fin à l’incorporation dans les carburants de matières premières qui sont à “haut risque” pour le climat, comme l’huile de palme. Cette loi propose de plafonner puis d’éliminer des produits controversés, et demande aux distributeurs de carburants davantage de transparence.

La décision de la Commission Européenne est décisive : soit elle scelle la volonté d’éliminer l’huile de palme des carburants dans l’ensemble des pays européens soit au contraire, elle ouvre la voie à des dérogations. Ces dérogations contrediraient alors la décision des législateurs français, l’Assemblée Nationale ayant décidé en décembre 2018 de retirer l’avantage fiscal permettant l’incorporation d’huile de palme dans les carburants.

Pour Sylvain Angerand, de l’association Canopée Forêts Vivantes, membre de la Fédération des Amis de la Terre : “Remplacer les carburants fossiles par de l’huile de palme est l’une des pires idées qui existe pour le climat : un carburant à base d’huile de palme a un impact sur le climat trois fois supérieur à celui d’un gazole fossile, et coûte plus cher à la production. La Commission Européenne doit mettre fin à cette fausse solution et prendre une décision ferme et sans échappatoire pour les industriels comme Total.” Les pays producteurs (Indonésie et Malaisie) et le groupe Total sont en train de tout tenter pour que l’huile de palme échappe à cette loi. Total projette d’importer 550 000 tonnes d’huile de palme, et dérivés [1], pour alimenter sa “bioraffinerie” de La Mède.

 A l’heure où l’urgence climatique est plus que jamais d’actualité, et alors que de vastes mobilisations en France dénoncent l’injustice fiscale et la précarité, la responsabilité des décideurs est de repenser la politique de transport et de proposer des outils fiscaux socialement justes et écologiquement efficaces : voici les défis qui se posent en France et en Europe.” estime Gwenaëlle Médici d’Action Non-Violente COP21.

Rejoignez les 400 000 européen.ne.s qui ont déjà signé la pétition pour dire STOP à l’huile de palme dans les carburants! 👉 Pétition

En savoir plus

[1] http://www.amisdelaterre.org/La-bioraffinerie-de-la-Mede-pourrait-importer-jusqu-a-deux-fois-plus-d-huile-de.html