aliments-impact-environnemental-empreinte-carbone-710x434

Alimentation : 3 actions pour limiter notre impact destructeur sur l’environnement

Action n°1 : Opter pour des produits locaux, de saison et bio de préférence.

L’idéal est bien sûr de cultiver ses propres légumes et fruits ! Mais si on n’a pas de jardin, on  peut chercher des producteurs respectueux de l’environnement dans sa région, s’approvisionner au marché, ou encore s’adresser à une AMAP.

Une adresse pour vous aider : https://www.mon-panier-bio.com/distributeur/local/06-alpes-maritimes/

Action n° 2 : Consommer moins de produits d’origine animale.

Selon l’OMS, la viande rouge est probablement cancérogène, et la viande transformée l’est de manière avérée. Par ailleurs l’OMS a récemment pointé les dangers d’une alimentation trop carnée et l’Association Américaine de Diététique annonce clairement : “les alimentations végétariennes (y compris végétaliennes) bien conçues sont bonnes pour la santé, adéquates sur le plan nutritionnel et peuvent être bénéfiques pour la prévention et le traitement de certaines maladies.»

Saviez-vous qu’en vous abstenant de manger un seul steak de 200 g vous économisez l’équivalent en eau de 2 mois de douche ? Saviez-vous que l’élevage produit plus de gaz à effet de serre que tous les transports réunis ? Ce sont deux exemples des conséquences de l’élevage sur notre environnement (élevage de poissons compris).

Réchauffement de la planète, dégradation des terres, pollution de l’atmosphère et des eaux et perte de biodiversité, tel est l’impact ultra-dévastateur de l’élevage décrit par la FAO : http://www.fao.org/ag/fr/magazine/0612sp1.htm

Action n° 3 : Prendre le temps de cuisiner.

– C’est économique ;

– C’est plus écolo : le fait-maison permet d’utiliser moins d’emballages, de produire moins de déchets, de pouvoir choisir des produits naturels et de saison ;

– C’est meilleur pour la santé : les produits tout préparés contiennent trop de sel,  trop d’additifs, trop de gras, de sucres cachés… ;

– C’est une source de plaisir, car cela  permet de développer sa créativité et incite à la convivialité ;

– Ce n’est pas forcément long ni compliqué. Pour gagner du temps, on peut en faire de grandes quantités et congeler des portions.

De nombreux sites vous proposent des recettes simples et délicieuses !

A noter ! des cours de cuisine végétalienne sont régulièrement organisés dans notre région : voir l’agenda de l’Association Végétarienne de France sur http://www.vegetarisme.fr/communaute-vegetarisme/agenda-avf

Viviane Nervo

Association Végétarienne de France

Responsable du Quartier Thématique Alimentation, Alternatiba06