Qui sommes-nous ?

[télécharger lelivret d’accueil]
[collectif de Toulouse]
[fonctionnement]

Né en octobre 2013 à l’initiative de l’association écologique et sociale basque “Bizi!”, le projet “Alternatiba” a vu le jour dans les rues de Bayonne le 6 octobre 2013, en réunissant plus de 10.000 personnes au sein du tout premier Village des Alternatives.

AlternatiBayonne

Il s’agit d’une dynamique collective et citoyenne qui s’engage dans la transition vers une société plus équitable et écologique. Ce mouvement a pour ambition de :

  • sensibiliser le grand public et les élus à l’urgence du défi climatique ;
  • montrer de façon concrète que des solutions existent, qu’elles sont mises en pratique quotidiennement avec succès et qu’elles sont à la portée de chacun-e ;
  • combattre le sentiment d’impuissance et donc la démobilisation, en proposant des alternatives individuelles, collectives, territoriales et systémiques aux causes du dérèglement climatique, de la crise énergétique, et de leurs conséquences économiques et sociales ;
  • modifier les comportements individuels par une pédagogie de la pratique.

Dans la perspective de création d’un mouvement citoyen de masse à l’occasion de la COP21 (en décembre 2015), des collectifs “Alternatiba” ont organisé plus de 100 villages dans la France entière, et même en Europe. En parallèle, du 5 juin au 26 septembre, un “Tour Alternatiba” en vélos à 3 et 4 places parcourait (en 5600km et 190 étapes, de Bayonne jusqu’à Paris) près de 90 territoires différents, à la rencontre des alternatives locales et de la mobilisation citoyenne.

logo-facebook-couleur-alternatiba arrivee-tour-Alternatiba-Daurade

Alternatiba s’est mobilisé également lors de cette conférence en créant, malgré l’état d’urgence, des mobilisations citoyennes de masse, comme des chaînes humaines le 29 novembre, le Village Mondial des Alternatives les 5 et 6 décembre, ou le rassemblement public au Champ de Mars le 12 décembre.

Depuis, le mouvement Alternatiba, à l’initiative de sa coordination nationale, s’est engagé dans diverses campagnes : transition énergétique, opposition aux traités internationaux de déréglementation (TAFTA, CETA, TISA), journées de la transition citoyenne, “grand défi” des alternatives, vigilance sur les “engagements territoriaux” concernant le climat, et un nouveau Tour en 2018

 

Le collectif Alternatiba à Toulouse

alternatibaT1500x500

Alternatiba Toulouse est un collectif citoyen impulsé en mars 2014, ouvert à tou-te-s, qui répond à une volonté démocratique réelle, basée sur une organisation non hiérarchisée. La composition du collectif n’est ni figée, ni fermée. L’ensemble des personnes intéressées par la vision du collectif et se retrouvant dans sa Charte sont les bienvenues.

Le premier objectif du collectif Alternatiba Toulouse était l’organisation d’un village des alternatives concrètes pour lutter contre le changement climatique : celui-ci a effectivement eu lieu les 12 et 13 septembre 2015 le long des allées Jules Guesde et dans le jardin du Grand-Rond.

Pendant ces deux jours, ce sont environ 35.000 personnes qui sont venues découvrir, expérimenter et débattre autour d’alternatives locales concrètes.

AT-130

Plus de 200 porteurs d’alternatives (associations, etc…) se sont réunis à travers une douzaine de pôles thématiques (entre parenthèses, leurs listes de diffusion électronique) :

  • agriculture et alimentation
  • alter media/TIC
  • alternatives éducatives
  • art et culture
  • climat, eau, énergie et biodiversité
  • démocratie et citoyenneté
  • économie, finances, et consommation
  • habitat, logement et éco-construction
  • recyclage et réemploi
  • santé
  • solidarité et partage
  • transition intérieure et non-violence
  • transports et mobilité

L’ambition d’Alternatiba Toulouse, outre la volonté de sensibiliser le grand public et les décideurs à ce défi, est de combattre le sentiment d’impuissance, de montrer de façon très concrète que des solutions alternatives existent et sont déjà mises en pratique, au quotidien et avec succès, par des millions d’individus, d’organisations, de collectivités locales.

Dans cet objectif, un deuxième village des alternatives s’est tenu à la Prairie des Filtres les 23 et 24 septembre 2017 (pendant les journées nationales de la Transition CitoyennnerebaptiséesFête des Possibles“), et a de nouveau réuni environ 35000 personnes, et 250 associations.


 

Comment fonctionne le collectif ?

Alternatiba Toulouse est un mouvement résolument non-violent, ce qui implique un comportement adapté, au niveau tant de son expression publique que de son fonctionnement interne : les outils et règles d’une communication non violente sont utilisés lors de toutes les réunions et assemblées, et une attitude de bienveillance est attendue des participant-e-s.

(extrait de la Charte d’Alternatiba Toulouse)

AG909

  • Les assemblées plénières :

organes souverains de décision d’Alternatiba Toulouse, ce sont des réunions mensuelles qui existent depuis mars 2014. Pas de hiérarchie : un présent = 1 voix. Toutes les décisions y sont prises au consensus (un travail sur la “démarche de consentement” est aussi engagé). Si un désaccord grave et persistant rendait impossible de telles convergences, un vote serait organisé, et dans le cas où une large majorité ne se dégagerait pas, la question serait reformulée par la coordination et représentée à l’assemblée suivante.

  • La coordination :

elle veille à la cohérence et à l’organisation logistique de l’ensemble. Composée à ce jour d’une quinzaine de personnes qui ont souhaité s’engager pleinement dans la dynamique du collectif, elle propose les orientations, les textes et les méthodes qui seront discuté-e-s en plénière. Elle est garante de la conformité des différentes actions avec la démarche et la charte d’Alternatiba. Elle assure par ailleurs les relations avec les institutions.

  • Les groupes de travail :

construits autour des projets portés par Alternatiba Toulouse, les groupes de travail sont autonomes. Ils rassemblent des bénévoles voulant s’investir autour d’un même projet ou d’une même thématique, qui désigne des référent-e-s pour coordonner leur action et assurer les relations avec les autres groupes.

Une Association (loi de 1901) de Gestion, d’animation collégiale, vient compléter le dispositif pour assumer les aspects administratifs et financiers : elle n’a pas de rôle décisionnaire quant à “politique” du mouvement….