Category Archives: Activités Mouvement Toulouse

  • 1

Webinaire « de l’agriculture urbaine à la sécurité nationale », vendredi 19 juin

« De l’agriculture urbaine à la sécurité nationale », un webinaire en direct du milieu rural le 19 juin à 19h ! Voir le live

Avec Bernard et Jérémy Cahuzac (agriculteurs à la Ferme du Malartic à Saint-Lary (Gers-32)), Amandine Largeaud (le 100ème singe, tiers lieu et espace-test agricole périurbain), Stéphane Linou (spécialiste de la résilience alimentaire et des risques sécuritaires, ancien Conseiller Général de l’Aude). Une heure trente de débat filmé et relayé par TV-Bruits sur les réseaux sociaux.

Près de 3 milliards de personnes confinées, l’économie mondiale à l’arrêt et seulement deux à trois jours d’autonomie alimentaire dans nos villes comme dans nos campagnes. Passé ce délai, sans le ballet de camions qui acheminent la nourriture en parcourant souvent des milliers de kilomètres (et tous les acteurs du système alimentaire), que serait-il arrivé? Des émeutes et une vague d’insécurité civile dévastatrices.

L’addiction aux énergies fossiles nous a fait oublier l’impératif d’une autonomie alimentaire sur nos territoires que le changement climatique rend encore plus prégnant.

La conférence « de l’agriculture urbaine à la sécurité nationale »

Dans le cadre des 48h de l’agriculture urbaine, mouvement national impliquant dix-sept grandes villes, nous organisons une conférence sous forme d’un appel (du 19 juin) des campagnes aux citadins qui vont être durement impactés par le chômage. Un appel à rejoindre les terroirs pour œuvrer avec intelligence et des bras au développement de l’agriculture de demain, respectueuse des sols, de l’environnement, et sobre en énergie fossile. A travers les témoignages enthousiastes des intervenants, nous ferons un tour d’horizon de la situation et des pistes qui mènent au bien vivre à la campagne et à la construction d’une résilience alimentaire forte.

La conférence est organisée par GreenMyCity co-organisateur des 48h de l’Agriculture Urbaine à Toulouse et ses environs, avec le support de la SAUGE. Elle sera retransmise également sur la page Alternatiba Toulouse.

Intervenants

Amandine Largeaud, Le 100ème Singe, tiers-lieu, mi-ferme mi-bureau, ferme multi-site (espace-test agricole appartenant au Réseau National des Espace-tests Agricoles) qui incube de futurs maraîchers en territoire périurbain .

Bernard Cahuzac, agriculteur depuis les années soixante après une formation au lycée agricole, en agriculture raisonnée sur 100 ha en conventionnel. Prend sa retraite l’an prochain et cède l’activité à son fils. La ferme compte 100ha en bio, 100ha en conversion (depuis 4ans) et 100ha en conventionnel.

Jérémy Cahuzac, agriculteur depuis 2010, a repris avec son frère des terres de son père (150ha en bio et 50ha en conversion).

Stéphane Linou est un spécialiste de la résilience alimentaire et des risques sécuritaires depuis plus de 20 ans.
Ancien Conseiller Général de l’Aude, Conseiller en développement local, Conseiller municipal de Castelnaudary, Pionnier du mouvement Locavore, Sapeur-pompier volontaire, …

Mathieur Soudais, TV-Bruits . Également agriculteur en bio notamment céréales, l’atelier d’engrain (à Castelnau Magnoac, et 2 autres départements)

Animateures : Margãux Páula & Cyril RomainGreenMyCity, association qui vise à développer des oasis en milieux urbain et périurbain.


  • 2
Vélo en premier plan d'une rue bloquée pour une action

COVID-19 : l’effondrement du monde d’avant

Nous reproduisons ici les réflexions de Gwarr, un des membres d’Alternatiba et ANV-Cop21 Toulouse, également réalisateur de « L’âge de l’anthropocène, des origines aux effondrements », documentaire réalisé avec l’ATECOPOL.

Le risque sanitaire lui aussi, est un effet secondaire du néolibéralisme

Depuis quelques semaines, la guerre du COVID masque le combat climatique. Il est pourtant stupéfiant de voir à quel point l’état d’urgence sanitaire a des similitudes avec l’état d’urgence climatique.

En savoir plus

  • 4

Agriculture & Alimentation : bilan global

Fabien, militant Alternatiba/ANV-COP21, a profité du confinement pour faire le point sur la situation agricole globale de la planète.

Agriculture et Alimentation : une vue d’ensemble

La place de l’alimentation dans notre société s’est progressivement dégradée alors que c’est elle qui nous fait vivre. La crise actuelle nous permet de rappeler l’importance d’une sécurité alimentaire et les contraintes pour que chacun ait accès à une alimentation de qualité. Mais dans notre monde interconnecté et complexe, lorsque l’on parle d’agriculture c’est tout un système qui est concerné dont les principales composantes sont : les intrants agricoles, la production, la transformation, la distribution, la consommation, les déchets, le tout soumis à des politiques foncières et agricoles. Il est important d’avoir cette vision systémique en tête lorsque l’on évoque les constats et les solutions à apporter.

La nature décline à un rythme effréné et l’agriculture a sa part de responsabilité :

  • 75% des sols sont dégradés au niveau mondial (à cause de l’utilisation de produits chimiques, du tassement des engins, de la déforestation liée à notre expansion agricole…) et nos pratiques ont des conséquences multiples et inestimables sur notre environnement (destruction de la biodiversité sur terre et en mer, perte de diversité génétique, perte de rendement agricole mondial par rapport aux débuts de l’agriculture industrielle, perturbation des écosystèmes aquatiques par l’apport excessif d’engrais, augmentation des GES, augmentation des particules fines à cause de l’épandage, etc…).
  • Alors que le pâturage représente 26 % de la surface émergée du globe, ce sont au total 70 à 78 % des terres agricoles qui sont utilisées directement ou indirectement pour l’élevage.
  • La loi du marché fait déforester d’un côté et planter la culture la plus rentable d’un autre côté. L’accaparement et la destruction des terres se fait pour nourrir les pays les plus développés au détriment des populations les plus pauvres qui en subissent les conséquences sociétales et sanitaires tout en dégradant la résilience des sociétés et la qualité alimentaire partout dans le monde (obésité, diabète…).
Forest burned for agriculture

Forêt brulée pour l’agriculture au sud du Mexique – CC By par Jamidwayer

La crise du Covid-19 met en lumière le fait que la modification de l’équilibre de nos écosystèmes peut impacter la totalité
des humains dela planète.

L’agriculture joue donc un rôle primordial et pourtant en France le nombre d’agriculteurs est en baisse constante car ce métier est difficile, soumis à d’énormes contraintes extérieures et n’a parfois pas le crédit qu’il mérite.

Malheureusement, c’est dans ce contexte que le changement climatique fait planer au-dessus de nos têtes les menaces de sécheresses, d’inondations, d’événements extrêmes plus fréquents : autant de difficultés qu’il va nous falloir gérer pour permettre l’approvisionnement alimentaire de tous. De la survie de nos écosystèmes dépend l’atténuation des problématiques environnementales (captage du carbone) et notre résilience alimentaire.

Les solutions existent mais il faut agir à tous les niveaux, partout, dès maintenant :

  • en réformant l’agriculture par le développement de l’agroécologie, la sortie des intrants néfastes, la remise en question de l’élevage intensif, etc… Tout cela en soutenant les agriculteurs dans ce changement de paradigme, en favorisant l’installation et les liens entres exploitants, mais aussi en rendant cette profession plus attractive.
  • en relocalisant l’alimentation localement (mais partout dans le monde). La résilience alimentaire doit être étudiée au niveau local en comprenant tous les maillons de la chaîne agricole, avec l’appui des acteurs du territoire et la conscientisation des consommateurs.
  • en sanctuarisant les espaces de biodiversité, en diversifiant les variétés et en favorisant la vie sauvage (diminuer les prélèvement marins notamment).

Ces changement ne pourront se faire que par une remise à plat de la répartition des aides et taxes des politiques communes, qui devra tenir compte des impacts environnementaux et non pas uniquement de la production et de la rentabilité.

Toutes ces solutions nécessitent une transformation profonde de notre société, des mentalités, dans tous les domaines et à tous les niveaux (consommateur, territoires, entreprises et politiques) afin de mettre la biodiversité au centre des priorités.

 

Revue de presse associée

Constats généraux sur l’état de la biodiversité

Interview d’Hélène SOUBELET sur les constats de la dégradation de la biodiversité et les liens avec le Covid (6 avril 2020). Pour ceux qui n’ont pas d’abonnement chez Mediapart on retrouve les idées sur cet article (8 avril 2020).

Alors que le GIEC étudie le climat, l’IPBES est la plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les risques écosystémiques (qui regroupe des scientifiques de quelque 130 pays), et qui a pour rôle d’assister nos chers gouvernements sur les problématiques environnementales. Et il faut dire que leur dernière évaluation mondiale n’est pas très rassurante (2019).

Dégradation du sol, déforestation, élevage

La dégradation des sols en 5 chiffres chocs sur le site de Novethic (19 décembre 2019).

Sur l’utilisation des terres agricoles en Europe, dont 71% sert à nourrir le bétail, un article du journal de l’environnement (12 février 2019).

Article sur les conséquences de la culture du soja, qui le consomme, où est-il cultivé, ses impacts et quelles pistes d’amélioration envisager ? La Relève Et La Peste (29 avril 2018)

Pollution de l’air

Un document de l’Ademe intéressant pour sa description du lien entre l’agriculture et la pollution de l’air. Il explique notamment les problématiques liées à l’épandage que l’on pourrait résumer ainsi : les particules PM10 à l’origine des pics de pollution sont parfois des nitrates d’ammonium, une combinaison entre des oxydes d’azote (issus de la combustion fossile) et de l’ammoniac essentiellement agricole. L’agriculture est responsable des 94% d’ammoniac rejeté en Europe dont 75% uniquement par les effluents d’élevages, lisiers, fumiers… L’ammoniac est un gaz précurseur qui en fonction des conditions météorologiques peut se déplacer sur des centaines de km et expliquer les pics de pollution en période d’épandage, dans des villes éloignées des campagnes.

Épandage de lisier dans un champs

Épandage de lisier dans une ferme en Écosse – CC-By par Brian Forbes

Article sur les liens entre la pollution de l’air et le coronavirus. On y apprend notamment que les émissions d’ammoniac sont corrélées aux cours des céréales (quand les prix proposés sont élevés, les agriculteurs sont incités à augmenter leur production en investissant dans les engrais). Sciences et avenir (20 mars 2020).

Les pesticides

Comment des pesticides utilisés au Brésil se retrouvent dans nos assiette, territoire où ils sont interdits? Article Bastamag  (2 juillet 2019)

Contre les pesticides, restaurer «de la diversité afin de favoriser la lutte biologique» Mediapart (19 septembre 2019)

Le système politico-financier

Les menaces du CETA sur l’agriculture, action d’ATTAC au salon de l’agriculture

Coupe de budget pour le développement rural (bio, environnement) prévue pour la prochaine réforme de la PAC : article Ouest-France (23 octobre 2019)

L’agriculture en France

Article de Bastamag qui explique, derrière l’appel massif de travailleur dans les champs, les conditions précaires de travail et les dérives du systèmes (17 avril 2020)

Conséquences de la baisse du nombre d’agriculteurs en France : un court podcast France Culture (25 février 2020)

Tribune de l’association Terre de liens pour relocaliser notre agriculture : faire germer les jours d’après (8 avril 2020)

Les futures conséquences de la crise sur le système alimentaire

Dans cet article l’association les greniers de l’abondance résume les effets directs de la crise sanitaire sur le système alimentaire des pays industrialisés.

 

Pour aller plus loin

Le rapport sur les aides publiques dommageables pour l’environnement : “Les experts réunis ont reçu pour mission d’inventorier les aides dont le lien de causalité avec le déclin de la biodiversité est démontré, et de proposer des pistes de réforme.”

Guide des Greniers de l’Abondance sur la résilience alimentaire.

Argumentation pour une autosuffisance alimentaire au niveau communal.

 


  • 1

Coronavirus – comprendre, faire notre part, (ré)agir – encore et toujours, il faut changer le système


Comprendre Faire notre part Agir Inventer Dénoncer

Dans cette période de crise sanitaire et sociale sans précédent depuis un siècle, le collectif Alternatiba Toulouse, qui met en avant avec d’autres mouvements les alternatives écologiques et sociales, considère qu’il est de sa responsabilité de joindre sa voix et ses actions, par tous les moyens possibles, à tou.te.s celles et ceux qui, individus ou structures, réfléchissent aux causes et aux conséquences de cette crise, mettent en œuvre une solidarité concrète entre citoyen.ne.s, et veulent s’engager pour construire le monde d’après sur d’autres bases que celles qui nous conduisent aujourd’hui à un risque d’effondrement civilisationnel.

Nous vous proposons d’ores et déjà sur cette page qui est en construction et sera alimentée au fur et à mesure, des articles venant de médias alternatifs et indépendants, autour des thématiques énoncées dans le titre de cet article :

  • Comprendre (les origines de la crise, sa portée, ses conséquences prévisibles…)
  • Faire notre part (fourniture de ressources, partage d’informations vérifiées, mise en relation des personnes et des groupes au niveau local, participation à l’entraide et l’auto-organisation sur le terrain dans nos voisinages et en ligne, notamment pour l’assistance aux plus vulnérables…)
  • Agir (mobilisation, appels à la solidarité entre citoyen-ne-s, à l’auto-organisation, et pour la mise en œuvre par l’État des mesures indispensables de protection et de soin, en particulier pour les plus fragiles, soutien aux soignant·e·s et à ceux/celles qui travaillent encore – malgré les risques – pour le maintien des services essentiels,
  • Inventer (réflexions et propositions pour reconstruire un nouveau monde solidaire, un futur humaniste, social et écologique, promotion de la résilience écologique et sociale et de l’autonomie alimentaire des territoires…)
  • Dénoncer (les responsabilités dans le mauvais traitement de la crise, les dérives et les attaques dont elles sont le prétexte)

Nous nous inscrivons pleinement dans la démarche du réseau de solidarité #COVID-ENTRAIDE France qui soutient et relie l’auto-organisation de groupes locaux d’entraide dans le cadre de cette pandémie. Ce réseau héberge un appel national de 230 personnalités, que nous vous appelons à signer et à diffuser : « Face à la pandémie, retournons la “stratégie du choc” en déferlante de solidarité ! ». Cet appel a été publié samedi 21 mars simultanément sur divers médias en ligne, parmi lesquels Médiapart, PolitisReporterre, Bastamag, Regards

Certains des articles de ces sources indépendantes ont été trouvés via le dossier dédié à ce thème sur le “Portail des Médias Libres”.
Certains sont en lecture gratuite, mais pas tous, car ces médias (contrairement à la majorité de la presse en France) ne sont pas contrôlés par quelques milliardaires, ni par le gouvernement (par le biais de l’État), et ils doivent donc trouver des ressources pour survivre…

Comprendre Faire notre part Agir Inventer Dénoncer


  • 0

Alternatiba et les élections municipales

Petit rappel : Alternatiba Toulouse est un collectif apartisan qui a pour objet de sensibiliser sur l’urgence climatique, et mettre en avant des alternatives aussi bien individuelles que collectives, pour y remédier.

À l’approche des élections, et afin de lever toute ambiguïté, nous souhaitons par ce communiqué (re)préciser plusieurs choses :

  • Alternatiba Toulouse ne soutient aucune liste électorale quelle qu’elle soit, et reste en particulier détaché de tout parti politique.
  • Nous considérons que la démocratie et l’action citoyenne ne se limitent pas à voter une fois tous les 5 ou 6 ans.
  • Nous estimons que l’urgence climatique et l’urgence sociale sont indissociables.

Notre position plus détaillée est lisible dans un précédent article.

Par ailleurs, et indépendamment de cette position, nous souhaitons mettre en avant le travail du Pacte Toulousain pour le climat dont nous sommes cosignataires, et qui donne une idée des ambitions des principales listes aux élections municipales de 2020.


  • 0

Retour en images sur le Minivillage #3

Le Minivillage #3 sur le thème “reprenons le contrôle du numérique !” a eu lieu le dimanche 16 février à la MJC Roguet. Nous y avons discuté des communs de la connaissance, de l’impact écologique et social du numérique, des alternatives pour un Internet plus respectueux de notre vie privée… Le tout avec plus de 25 structures présentes, et autour de forums ouverts, d’une conférence gesticulée, de stands et d’ateliers.

Merci !

Merci à l’équipe de la MJC Roguet qui nous a accueillis pour l’organisation de cet événement, dans les valeurs portées par la charte des MJC !

Merci aux plus de 30 bénévoles qui ont permis la réalisation de cet événement, que ce soit le samedi pour préparer les repas et le dimanche toute la journée !

Merci aux 26 structures qui sont venues animer des ateliers et transmettre leurs connaissances !

Merci aux intervenant⋅e⋅s et au public qui a contribué aux réflexions lors des forums ouverts !

Merci à TV Bruits pour son plateau TV et ses interview de qualité !

Merci à Micky pour le concert et son énergie !

Cliquez pour voir les images !

En savoir plus

  • 0

Mini-village Alternatiba #3 numérique éthique et libre / savoirs communs

Ce dimanche 16 Février de 10h à 18h, Alternatiba organise un mini-village des alternatives sur le thème du numérique libre et éthique et des savoirs communs : « Reprenons le contrôle du numérique » à la MJC Roguet (métro Saint-Cyprien). L’occasion pour vous d’agir sur la pollution induite par l’IT et sur votre empreinte numérique.

C’est un événement en intérieur libre et gratuit avec des ateliers, des forums ouverts et de la musique.

En savoir plus

  • 0

Des projections autour du libre et de la vie privée, en amont du mini-village

Vous le savez, le prochain mini-village sera consacré aux savoirs communs et au numérique libre et éthique. En amont de cet événement, Alternatiba Toulouse vous propose deux projections : “LOL Logiciel Libre, une affaire sérieuse” en avant-première à l’Itinéraire Bis le 4 février, et “Nothing To Hide” au Caméléon le 10 février.

En savoir plus

  • 0

Appel à Bénévoles pour le mini-village #3

Le prochain mini-village approche, et nous avons besoin de vous ! Il se déroulera le dimanche 16 février prochain à la MJC Roguet. Pour participer en tant que bénévole, inscrivez-vous sur ce formulaire !

En savoir plus

  • 0

Mini-village #3 à la MJC Roguet le 16 février

Tags : 

C’est avec le plus grand plaisir que nous vous annonçons la tenue du prochain mini-village le dimanche 16 février, à partir de 10h, à la MJC Roguet !

Ce village tournera autour des thématiques du numérique éthique et libre, et des savoirs communs.
L’occasion de parler de l’impact écologique du numérique, d’alternatives respectueuses de nos données et de l’environnement… Mais aussi de ré-appropriation du numérique, autant par la réparation que par l’utilisation de logiciels éthiques.

Reprenons le contrôle de nos vies numériques !

En savoir plus


  • 0

Nos vœux pour 2020

Au-delà du cynisme, faisons preuve de réalisme. L’année 2020 sera très probablement encore plus chaude que 2017, 2018 et 2019. Alors on a envie de vous souhaiter plein de belles choses, mais surtout, on a besoin de se donner une vision positive pour cette année et la prochaine décennie.

Chez Alternatiba, nous luttons pour la justice climatique et sociale. Et pour ça, en 2020, nous souhaitons pour l’ensemble de la planète :

  • le début d’un monde sans pesticides
  • l’interdiction totale de l’huile de palme
  • la protection internationale des forêts primaires
  • le remplacement du tout-jetable par des produits durables
  • la relocalisation de l’économie et de l’alimentation à travers un véritable développement des circuits courts
  • le développement d’une infrastructure de transports en commun à un prix abordable pour remplacer la majorité des voitures
  • une taxe sur le kérosène
  • la réhabilitation du transport fluvial et ferroviaire des marchandises
  • une taxation des multinationales pour financer la transition et la résilience
  • plus de solidarité entre toutes et tous, et l’épanouissement de chacun-e !

En 2020 et au-delà, souhaitons la fin de l’hyper-capitalisme pour un monde basé sur des valeurs de coopération, d’altruisme et d’équité.

En somme, en 2020, osons espérer un monde meilleur.


  • 0

Journée Géniale du 14 décembre

Ce samedi 14 décembre a eu lieu la Journée Géniale la plus tranquille de notre histoire : seulement 12 personnes présentes… ce qui ne nous a pas empêché d’être productifs et motivé-e-s !

Lors de l’atelier du matin, nous avons abordé la structure du collectif via la définition des groupes de travail et des pôles thématiques et de leurs liens entre eux. Résultat, un organigramme du collectif sera présenté prochainement pour que chacun trouve sa place.

En savoir plus

Rechercher sur le site

Évènements