Municipales 2020 à Strasbourg

  • -

Municipales 2020 à Strasbourg

ACCÈS DIRECT À L’ANALYSE DES CANDIDAT⋅E⋅S

C’est quoi le Pacte pour la Transition ?

Face aux urgences climatique et sociale dont les manifestations se font chaque jour plus criantes, la transition de notre société doit se faire à toutes les échelles. Si les États peinent à adopter les mesures nécessaires à temps, trouver de nouvelles solutions à l’échelle locale est déterminant. En France, en tirant parti de leur immense diversité, les communes peuvent être le fer de lance de cette bascule vers un modèle de société plus respectueux de l’humain et de la nature. En ce sens, le prochain mandat municipal, qui débutera après les élections de mars 2020, est crucial. Ce sont peut-être les derniers maires à pouvoir faire quelque chose, et ils n’y parviendront pas seuls !

60 organisations françaises ont donc conçu le Pacte pour la Transition, 32 mesures concrètes pour construire des communes plus écologiques et plus justes. Leur objectif est d’inspirer et d’accompagner les habitants qui souhaitent œuvrer à transformer nos communes. Elles proposent notamment des pistes pour rester sous la barre de réchauffement de +1,5°C, bâtir des villes respectant les droits et la dignité de tous, préserver la biodiversité et permettre la co-construction des politiques publiques locales.Dans des milliers de communes, depuis la publication des mesures en mai 2019, des habitants s’organisent autour du Pacte pour la Transition pour faire entendre leur voix et sensibilisent leurs candidats, qui sont encouragés à intégrer à leur programme des mesures (10 au minimum) du Pacte pour la transition. Après les élections, les habitants suivront et accompagneront les municipalités dans la mise en œuvre de leurs engagements.

En savoir + : pacte-transition.org

 

 

La Déclaration d’Urgence Climatique

En plus du Pacte nous demandons également à ce que soit déclarée l’urgence climatique à l’occasion du premier conseil municipal. Et pour que ça ne soit pas un simple engagement de principe nous demandons également de :

  • Permettre la réalisation des objectifs fixés par le Plan Climat Air Energie Territorial de l’Eurométropole de Strasbourg.
  • S’engager à ne pas mettre en place ni soutenir de projets publics ou privés qui auraient pour conséquence une augmentation des émissions de gaz à effet de serre aggravant le dérèglement climatique.
  • Tenir compte de l’impact sur le climat ainsi que de la durabilité environnementale, sociale et économique de toutes ses activités et notamment par de plus hautes exigences environnementales et climatiques dans les critères d’attributions des aides et marchés publics.
  • Demander au gouvernement de fournir à la population des informations complètes sur le dérèglement climatique, ses causes et ses effets, ainsi que sur les mesures prises à l’échelle nationale pour lutter contre le dérèglement climatique.

Lire le document en entier : déclarer l’urgence climatique à Strasbourg

 

 

Que de belles promesses ?

Le mandat impératif n’existe pas en France, donc oui ce ne sont que des promesses.

MAIS le but était de comparer les programmes et de rencontrer chacun⋅e⋅s des candidat⋅e⋅s pour :

  •  les pousser à signer des mesures plus précises que les affirmations souvent vague (“tendre vers…”, “objectif en 2030 pour …”).
  •  les questionner sur des angles morts de leur programme
  •  le faire de façon plus solennel qu’une simple réponse à un journaliste (signature officielle devant 26 associations et les médias)
  •  leur montrer une fois de plus que la population a des attentes précises et quelle sera là pour les surveiller

L’enjeu après le second tour est d’effectuer un suivi régulier de là où en est chacune des mesures. Le cas échéant, les militant⋅e⋅s d’ANV-COP21 seront là pour rappeler aux élu⋅e⋅s les engagements pris lorsqu’ils étaient candidats.

Pour participer à cette veille ça se passe ici : https://framalistes.org/sympa/info/portevoix

 

 

Synthèses

Pacte pour la Transition – Strasbourg

Réseau Action Climat – Strasbourg

 

 

Pacte pour la Transition – Hors Strasbourg

À venir…

 

 

Analyses des engagements des candidat⋅e⋅s (classé par ordre alphabétique)

ACCÉDER AUX DOCUMENTS

Strasbourg

BARSEGHIAN

La liste de Jeanne Barseghian s’engage sur toutes les mesures du pacte pour la transition, mais a su aussi prioriser ses engagements en optant pour seulement 15 mesures fortes, 15 moyennes et 2 faibles, et se concentre avec cohérence sur les questions Agriculture, Énergies Renouvelables, mobilité et déchets. D’ailleurs, seuls 13 points ne sont pas évoqués dans son programme. Enfin, sa liste comporte de nombreuses personnalités éligibles capables d’appliquer les mesures du pacte.

Mme Barseghian s’est également engagée au sujet de la Déclaration d’Urgence Climatique.

CUTAJAR

La liste de Chantal Cutajar est celle qui s’est engagée le plus fortement dans l’eurométropole, avec 29 engagements forts, 1 moyen et 2 faibles. Ce qui est d’autant plus logique que de l’aveu même du coordinateur dudit programme, il a été réalisé en s’inspirant du pacte pour la transition. C’est pourquoi seuls 6 des 32 engagements ne figurent pas dans les promesses de campagne de Mme Cutajar, et concernent de manière assez étonnante (vu le profil de Mme Cutajar) les mesures financières et associatives, tandis que son programme est faible sur les enjeux de mobilité et d’énergie. D’ailleurs, ces engagements soudains en faveur de la transition écologique ne se retrouve pas dans la liste, ni dans l’historique politique de Mme Cutajar.

Mme Cutajar s’est également engagée au sujet de la Déclaration d’Urgence Climatique.

FONTANEL

La liste de M. Fontanel, représentée lors de la signature par l’actuelle adjointe à l’environnement de Strasbourg – Christel Kohler – s’est engagée sur tous les points, avec 22 engagements forts, notamment sur l’agriculture, la biodiversité et le soutien associatif. Par contre, seuls 13 de ces engagements figurent bel et bien dans le programme, tandis qu’un autre engagement nous paraît contradictoire avec le programme (limitation des véhicules polluants en ville).  par ailleurs, la liste de M. Fontanel reflète bien cet engagement fort pour la transition avec plusieurs candidats éligibles fins connaisseurs du sujet.

LOQUAIS

La liste de Kevin Loquais s’est engagée sur 31 points, dont 16 qui ne figurent pas sur son programme.  21 mesures ont été choisies avec une priorité forte qui nous semble dès lors peu cohérente avec ses promesses électorales. En outre, alors qu’il évoque la limitation des véhicules polluants dans son programme, il ne s’y engage pas dans le pacte. Enfin, il s’engage sur les sujets de la mobilité, des déchets et du logements, alors que ces points ne sont pas dans ses promesses de campagne, son point fort étant plutôt la justice sociale.

Mr Loquais s’est également engagé au sujet de la Déclaration d’Urgence Climatique.

TRAUTMANN

La Liste de Catherine Trautmann ne s’est engagée que sur 24 points, dont 10 engagements forts.  Cette réticence est d’autant plus incompréhensible qu’elle a refusé de s’engager sur 5 points qui figurent sur son programme (alimentation bio des cantines, démarche énergie positive, tarification incitative, etc.), et s’est contredit sur une autre mesure (limitation des véhicules polluants en ville). Dès lors, son programme nous semble moyennement compatible avec le pacte pour la transition, ses seuls engagements cohérent étant ceux sur la mobilité durable et la justice sociale.

Mme Trautman s’est également engagée au sujet de la Déclaration d’Urgence Climatique.

VETTER

M. Vetter s’est assez peu engagé, juste assez pour s’assurer que sa participation soit enregistrée (il fallait 10 engagements pour cela) et seulement à un niveau modéré, ce qui laisse à penser à un manque de sincérité dans son engagement.  D’autant que seuls 4 engagements figurent dans le programme, 3 ne sont pas du tout traités, les autres étant soit contradictoires (moratoire sur les supermarchés) soit juste évoqués (cantine bio, protection de l’eau, démarche zéro déchet).

 

Schiltigheim

DAMBACH  : Pour signer le pacte de la transition, la liste de Mme Dambach a choisi de rédiger son propre pacte en analysant les mesures en amont et en nous proposant une liste reprenant les mesures choisies selon le niveau d’engagement, ce qui le rend donc peu comparable avec d’autres listes. Nous soulignons néanmoins sa lecture attentive du pacte, pour lequel elle a retenu 24 mesures.

Mme Dambach s’est également engagée au sujet de la Déclaration d’Urgence Climatique.

HOLLEDERER : La liste de Mme Hollederer a choisi de prendre 29 engagements, dont 28 au niveau moyen et 1 seul en faible. Ce qui indique clairement que la transition écologique n’est pas une priorité forte pour sa campagne, ce que corrobore le fait que seuls 10 engagements figurent dans son programme. Nous soulignons cependant que ses points forts sont l’agriculture, la mobilité et les énergies renouvelables, c’est à dire les mêmes que la liste concurrence de Danielle Dambach.

 

Illkirch Graffenstaden

FROEHLY : la liste de M. Froehly s’est engagée sur 19 mesures, dont seulement 8 figurent dans son programme (essentiellement agriculture et soutien associatif). Par ailleurs, deux points de son programme n’ont pas donné lieu à engagement (accès non discriminant à l’espace publique, sobriété énergétique), tandis que 4 points ont été refusés sous prétexte qu’ils relevaient de l’eurométropole (mobilité, déchets), où siège pourtant M. Froehly et où il peut constater que les décisions communales influent sur les décisions intercommunales et inversement.  En outre ses niveaux d’engagement sont plutôt faibles, deux mesures ayant été jugées fortes. Une mesure a été jugée contradictoire (protection de la ressource eau) du fait de sa promesse de développer le photovoltaïque dans les gravières.

HAMM : La liste de M. Hamm n’a pris que 11 engagements – dont 3 à forte priorité –  faisant reposer ses priorités sur l’agriculture, les mobilités durables et le soutien associatif. Force est de constater que tous ses engagements se retrouvent dans son programme, et il est le seul dans ce cas dans l’eurométropole. Par ailleurs, il aurait pu prendre 3 engagements supplémentaires qui figurent directement ou non dans son programme (moratoire sur les centres commerciaux, démarche zéro déchet, tarification incitative). Enfin, nous regrettons qu’il soutienne – comme M. Froehly –  l’utilisation de la gravière pour implanter du photovoltaïque, alors que cela semble dommageable pour la biodiversité aquatique, mais il n’avait pas choisi cette mesure.

 

Bischheim

FRAAS : La liste de Estelle Fraas n’a choisi que dix mesures (le minimum pour signer le pacte) dont 6 figurant dans le programme, avec un focus sur les mobilités et le soutien associatif. Le seul engagement fort, la préservation de l’eau, n’est d’ailleurs pas dans le programme.

SCHANN : La liste de M. Schann présente s’est engagée sur 31 mesures, dont 19 jugées à forte priorité, mais dont seulement 11 figurent dans le programme. Néanmoins, les prises de position publiques antérieures de M. Schann et de ses colistiers nous laissent penser à une démarche sincère de leur part, notamment sur les questions de mobilité, d’inclusion sociale et de soutien associatif, qui sont les points cohérents entre pacte et promesse électorale.

 

La Wantzenau

SCHILLINGER  : la liste de M. Schillinger a vu de la lumière et est entrée signer. Seules 10 mesures ont été choisies (le minimum pour signer le pacte) dont 6 figurant dans le programme, avec une priorité accordée aux mobilités durables.  Cette liste ne semble clairement pas donner la priorité à la transition écologique.

 

Holtzheim

IMBS : La liste de Mme Imbs étant la seule en lice, cet engagement relève donc du pur volontariat, et non d’une volonté de se démarquer des autres candidats. Elle n’a d’ailleurs pris que 13 engagements, tous avec une priorité faible. Néanmoins 9 des mesures choisies figurent dans le programme (mobilité, agriculture, soutien associatif). Par ailleurs, Mme Imbs a un engagement ancien et public dans la transition écologique locale.

 

Geispolsheim

FERNIQUE  : La liste de M. Fernique, pourtant ancien conseiller régional EELV, surprend par son manque d’ambition en matière de transition écologique.  Bien qu’il se soit engagé sur 29 mesures, 19 d’entre elles ont une priorité faible. Au final 6 des engagements figurent clairement dans le programme, qui souffre d’un manque évident de mesures concrètes, y compris en faveur de la transition écologique, qu’il n’aborde guère que par la mobilité et l’agriculture durable.

 

Ostwald

BAAS  : La Liste de Fabienne Baas s’est engagée sur tous les points du pacte, mais avec des priorités très contrastées, puisque 14 mesures sont peu prioritaires, 12 le sont moyennement et 6 sont fortes.  faute d’un programme papier disponible, nous n’avons pu hélas analyser la cohérence de ses engagements par rapport à ses promesses de campagne.

 


Newsletter