Newsletter septembre

CLIMAT : MOI, CITOYEN, JE PEUX AGIR !

Rendez-vous le dimanche 11 octobre 2015 à Savigny le Temple (Seine et Marne)
Rencontres, animations, échanges, conférences, spectacles et … CONVIVIALITE!

J – 40 : ou en sommes-nous ?

Le 28 aout une assemblée Alternatiba Sénart 77 s’est tenue à Lieusaint.

Son objectif, après la période estivale, était de relancer la dynamique, faire le point sur l’avancement du projet, prendre de nouveaux contacts et recueillir de nouvelles suggestions et idées.

Malgré un début un peu difficile dû au dysfonctionnement du système d’alarme de la salle, l’objectif a été atteint.

Une présentation vidéo en plusieurs parties a permis :

  • d’organiser des mini-débats riches en échanges (groupes de 6 personnes pendant 6 minutes), suivi d’un débat avec l’ensemble des participants qui a permis de recueillir des observations, propositions et suggestions
  • de répondre aux questions et d’échanger des informations sur notre fonctionnement collectif.

La soirée s’est terminée de façon très conviviale autour d’un buffet « gourmand ».   

unnamed (1)

Ou en sommes-nous du projet ?

Communication

Le site Internet est opérationnel ainsi que les blogs sur Facebook, Twitter…quatre Newsletters ont été déjà diffusées, des communiqués de presse sont parus dans la presse régionale, dans les bulletins et sur les sites des municipalités, la maquette de l’affiche est prête, la maquette du programme et les flyers sont en cours d’élaboration, enfin Alternatiba était et sera présent sur plusieurs événements locaux, en particulier aux forums des associations.

Logistique 

90 stands sont prévus, Le fléchage est en préparation, logistique, démarches administratives, sécurité, assurance, notamment  sont en cours de traitement.

Animation et conférences

Un programme varié sera proposé avec la participation de groupes locaux : des musiques et des chants du monde, du jazz, du chant choral et des musiques d’aujourd’hui, du cirque contemporain, des animations de rue, du théâtre mais aussi de la restauration et des animations pour les enfants.

Chaque atelier thématique a contribué et continue d’enrichir la palette des alternatives proposées sur chaque thème, des conférences/débat et démonstrations sont prévues.

J – 40 : le bilan est positif, nous tenons assez bien notre « feuille de route »…Mais il reste pas mal à faire et la mobilisation du plus grand nombre pour la « dernière ligne droite » va être décisive !

Alors, si vous pensez:

  • qu’un vaste élan citoyen est indispensable face à l’urgence climatique ;
  • qu’ensemble tout est possible ;
  • que nous pouvons agir ici et maintenant, sur notre territoire ;
  • que nous avons un devoir vis-à-vis des générations futures ;

C’est le moment de nous rejoindre !

Par exemple, vous pouvez participer :

  • dès maintenant à un des groupes liés à l’organisation (communication, budget, logistique…) ;
  • le jour J-1 pour aider à l’installation du village
  • le jour J au village (accueil, information, restauration, logistique, …) ;
  • le jour J en soirée pour le démontage du village

Les tâches sont nombreuses et nous avons besoin de monde pour que cet événement soit une réussite ! Les cent vingt bénévoles déjà engagés n’y suffiront pas.

Vous pouvez aussi :

  • informer autour de vous, vos proches, vos associations,  … ;
  • aider au financement du village : sécurité, logistique, assurance, communication nécessitent des moyens financiers importants et nos ressources sont très réduites, nous faisons appel à vous pour le financement solidaire.

Nous contacter : https://alternatiba.eu/senart77/

Nous soutenir : http://www.helloasso.com/associations/alternatiba-senart-77/collectes/alternatiba-senart-77
Des chiffres : 120 bénévoles inscrits, 27 associations adhérentes

Alternatiba le 11 octobre : un festival,  une  fête, un forum et une université populaire d’un jour

LE SAVIEZ-VOUS ?

En France, la disparition des terres agricoles s’accélère : l’équivalent d’un terrain de foot toutes les 5 minutes !

Entre 1982 et 2011 l’artificialisation des sols est passée de 84 000 km2 à 119 000 km2 soit 42% de plus que pour la période précédente (chiffre INSEE)…L’équivalent de sept départements entiers en une grosse génération !

Au lendemain de la guerre, la France comptait 900 000 potagers familiaux, il n’y en a plus aujourd’hui que 150 000, les meilleures terres agricoles et maraîchères sont aujourd’hui bétonnées.

Les conséquences sont si nombreuses qu’on ne peut les détailler ici, car elles portent à la fois sur le dérèglement climatique, la biodiversité, l’état des nappes phréatiques, et mènent à la régression de l’agriculture de proximité.

LE METATRON : QU’EST-CE QUE C’EST ?

Au sud de Toulouse, dans le village de Moulis en Ariège se trouve une installation unique au monde : le Métatron, laboratoire du CNRS permettant de simuler l’impact du changement climatique sur les animaux.

Avec le réchauffement, ils sont amenés à se déplacer, ce qui perturbe tout l’écosystème. Mais comment et de quelle façon ?

Les premiers résultats montrent que les hausses de température accroit le risque de mortalité et réduit le nombre d’espèces…Qu’il est, en somme, grand temps de s’affoler !

INFORMATIONS ET ACTUALITES SUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

LES PREOCCUPATIONS PAR RAPPORT A LA COP21 – RENCONTRE AVEC LA PRESIDENTE DU CONSEIL DE L’ENVIRONNEMENT DE L’UNION EUROPEENNE

unnamedA l’occasion d’une étape de l’Alternatiba-tour (tour de France cycliste des Alternatiba),Txetx Etcheverry a fait part à la présidente du Conseil Environnement de l’Union Européenne d’un certain  nombre de préoccupations portées par la société civile (plus de 150 000 citoyens européens ont déjà participé à un Alternatiba, village des alternatives au changement climatique, ou à une étape du Tour Alternatiba).

Le dérèglement climatique est en cours d’aggravation et d ‘accélération. Il y a urgence à agir. Cette action doit être d’autant plus rapide et massive que selon des climatologues comme Jean Jouzel, si rien d’important n’est fait avant 2020, la planète n’échappera pas à un réchauffement de + 3°C, nous entrainant dans des seuils d’emballement irréversible et incontrôlable du climat.

Or, rien ne garantit à l’heure actuelle que l’Accord de Paris sera à la hauteur de cet enjeu historique. Les contributions nationales de réduction d’émissions de gaz à effet de serre annoncées (INDC) sont notoirement insuffisantes pour permettre de rester sous le seuil -déjà trop élevé- des +2°C à l’horizon 2100. Ces engagements  trop faibles ont en outre peu de chances d’être respectés car l’Accord de Paris risque fort de ne pas être contraignant. En outre, cet Accord n’entrera en vigueur qu’à partir de 2020 ! Les problèmes de financement sont loin d’être réglés, contribuant au blocage des négociations. Enfin, certaines questions essentielles ne sont pas abordées par les négociations, comme celle de la poursuite de l’extraction massive des énergies fossiles, alors que l’Agence Internationale de l’Energie indique qu’il faudrait laisser sous le sol 2/3 des réserves actuellement connues pour rester sous le seuil des + 2°C en 2100.

Le manque d’ambition et de précision de la position européenne

Face à cette situation préoccupante, le représentant d’Alternatiba a jugé que la position de l’Union Européenne manque d’ambition et de précision. Il a demandé à la présidente du Conseil Environnement de l’UE comment elle pensait contribuer à :

  • faire prendre par l’UE, ou tout au moins une partie de ses membres comme par exemple le Green Growth Group qui doit se réunir en septembre, des mesures à appliquer avant 2020 : engagements en matière de fiscalité écologique, réforme des subventions aux énergies fossiles, plans nationaux de sortie du charbon avec date de fin, vigilance sur les fausses solutions comme le nucléaire ou les agro-carburants par exemple, engagements volontaires beaucoup plus ambitieux en matière d’énergies renouvelables et d’efficience énergétiques, taxe ambitieuse sur les transactions financières et mesures volontaristes contre l’évasion fiscale pour financer la transition énergétique et la dette écologique à l’égard des pays du Sud notamment ;
  • faire en sorte que le paquet énergie climat 2030 de l’Union Européenne soit renégocié dés 2016 et soit considéré d’ici là comme un accord plancher, visant une réduction d’AU MOINS 40 % des émissions de gaz à effet de serre. Cet objectif paraît en effet totalement insuffisant et ne contribue pas à une trajectoire mondiale permettant de rester sous la barre des +2°C. Il faut également que l’Union Européenne soutienne VRAIMENT l’inscription dans l’Accord de Paris de cycles d’engagements réguliers tous les 5 ans, associé au principe de progressivité (les nouveaux engagements sont obligatoirement supérieurs aux précédents). Pour qu’elle soit crédible dans cette défense, l’Union Europénne doit se doter elle-même d’un objectif clair et ambitieux pour 2025.

Il a également été souligné que l’adoption d’un accord comme le TAFTA (traité transatlantique entre USA et UE)  serait en complète contradiction avec les mesures à prendre pour contribuer à la stabilisation du climat.

Une opportunité historique pour l’Union Européenne

Txetx Etcheverry d’Alternatiba a conclu en affirmant que l’Union Européenne a dans la bataille du climat l’occasion de redonner du sens au projet européen, mal en point notamment du fait du traitement de la crise Grecque. Il y a ainsi la possibilité de définir un nouveau modèle de société européenne plus sobre et donc plus autonome énergétiquement, plus juste et solidaire,  mieux régulée et soutenable, avec une meilleure qualité de vie (les problèmes de santé liés à la pollution de l’air coûtent 1 600 milliards de dollars annuels à l’UE selon l’OMS), et permettant de s’attaquer réellement au chômage de masse qui frappe durement les populations les plus vulnérables : des millions d’emplois pourraient rapidement être créés par une politique ambitieuse de transition sociale et écologique en Europe.

La ministre a répondu aux différentes interpellations, en soulignant les efforts réalisés pour tenter de répondre à un certain nombre de ces constats. Elle a insisté sur l’importance de la mobilisation de la société civile, qualifiant les militant-e-s présent-e-s d’éclaireurs de la bataille du climat (« frontrunners »). A ses yeux, le rôle des Etats est aujourd’hui de construire le cadre légal dans lequel pourraient s’épanouir les alternatives portées par la mobilisation citoyenne.

LAISSONS LES FOSSILES DANS LE SOL POUR EN FINIR AVEC LES CRIMES CLIMATIQUES 

Un appel proposé par 350.org et déjà signé par de nombreuses personnalités comme Dominique Bourg (philosophe), Dominique Méda (sociologue), Geneviève Azam (économiste), Marc Dufumier (agronome), Monique Robin (journaliste), Nicolas Hulot (président de la Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l’Homme),  Olivier de Schutter (juriste), Pablo Servigne (collapsologue), Patrick Chamoiseau (écrivain), Patrick Viveret (philosophe), Pierre Rabhi (agronome et penseur de l’écologie), Serge Latouche (économiste), Susan George (économiste), Txetx Etcheverry (Alternatiba), Valérie Masson-Delmotte (climatologue)

Lien pour signer l’appel :

Laissons les fossiles dans le sol pour en finir avec les crimes climatiques

  • L’actualité des autres villages alternatifs est consultable sur le site : www.alternatiba.eu