Tag Archives: Revue de presse

  • 1
silence-mars-2017

L’AlternatiBar au sommaire de la revue S!lence de mars 2017

Tags : 

Silence présente dans ses pages de nombreux lieux dits “alternatifs”. Mais quelle est la préhistoire de ces ateliers coopératifs, jardins partagés et autres épiceries solidaires ? Comment ces lieux sont-ils nés, quelles énergies ont été déployées en amont ? Quelles sont les questions à se poser, les étapes à franchir, les pièges à éviter lorsque l’on veut se lancer dans l’aventure ? Autant de questions qui sont abordées, exemples à l’appui, dans ce dossier réalisé en partenariat avec Alternatiba (qui publie en 2017 un Guide méthodologique pour créer des lieux alternatifs)

silence-mars-2017

Au sommaire du dossier :

    – Aider à multiplier les lieux alternatifs
– L’Epi castelfortain
– La fabrique à neuf
– L’Alternatibar
– Les grandes étapes de la création d’un lieu alternatif

A noter: ce jeudi 02 mars 2017, l’Apérotiba (chaque premier jeudi du mois) accueille la revue S!lence.

Plus d’infos: https://www.facebook.com/events/275548429517241/

Retrouver la revue S!lence sur son site et sur sa page Facebook

 

 


  • 0

Revue de presse 2016 du climat

Tags : 

// Vidéo Le réchauffement climatique

// Revue de Presse – 22 Novembre 2016 par Victor Vauquois d’Alternatiba Paris

Après Marrakech, voici une revue de presse climat un peu anticipée pour coller à la riche actualité autour de la COP22 qui s’est terminée hier. Dans l’actualité climat des dernières semaines, retrouvez donc :
1/ Les enjeux de la COP22, en résumé : 
A Marrakech, la COP22 à l’épreuve des faits – Le Monde – 4 novembre ; où l’on revient sur le process de la COP21 à la 22, et sur les enjeux majeurs de cette COP : préciser les ­conditions de mise en œuvre de l’accord ; accélérer les efforts des Etats ; avancer sur les questions de financement et d’adaptation. (voir l’abécédaire pour une liste plus exhaustive).
Dans les épisodes précédents, une mise à jour rapide sur ce qu’est une COP et sur la ratification rapide et l’entrée en vigueur de l’accord de Paris juste avant la COP22.
Sur un constat plus critique, il est à noter que malgré l’accord les projets émetteurs de CO2 continuent de se multiplier dans le monde et que les contributions volontaires des Etats nous entraînent même si respectées à un réchauffement de +3,6°C…
Climat : la COP 22 de Marrakech se termine cette semaine, il serait temps d’accélérer ! – AlterEco+ – 14 novembre ; où après une première semaine de négociations lentes, Célia Gautier revient sur plusieurs enjeux majeurs : décisions reportées sur les règles d’application de l’accord ou la revue des engagements des États, blocages et tensions sur l’agriculture, les financements, l’adaptation, …
2/ … Et sa conclusion bien sur controversée :
COP 22: clap de fin sur le sommet climat de Marrakech, dans l’ombre de Trump – Libération – 19 novembre ; où l’on revient sur quelques principaux éléments de la COP22 après sa clôture : blocages sur les financements et l’agriculture, processus de révision accéléré mais pas approprié par les États, confirmation de l’accord de Paris après l’élection de Trump et méthode Coué pour croire en son irréversibilité.

Les ONG globalement déçues par la COP22 – La Croix – 18 novembre ; où l’on se penche sur la réaction des ONG françaises qui de façon générale critiquent le manque d’ambition et d’engagement nouveau des Etats, et leur tendance à “se décharger de leurs responsabilités sur les acteurs non étatiques”. > Dans le détail, le Réseau Action Climat critique la légèreté des États, surtout les plus développés, qui n’ont rien apporté de nouveau à Marrakech ; Attac France dénonce des promesses qui s’éloignent de plus en plus et une démission des États vers le secteur privé avec la croyance qu’il va tout régler ; et le CCFD, le Secours Catholique et Action contre la faim déplorent spécifiquement les blocages sur l’agriculture et la démission sur le sujet des États au profit d’initiatives privées.

> La fin de la COP, c’est aussi l’occasion de déclarations de Marrakech, celle de la société civile mobilisée en marge de la COP qui pose plusieurs exigences pour rester sous la barre des +1,5°C, et celle des États qui réaffirment leurs engagements de la COP21 sans en apporter toutefois de nouveaux.
> Pour la suite, la COP23 sera présidée par les Iles Fidji et la COP24 sans doute en Pologne.
3/ Du côté des États, annonces variées et recherche de leadership :
COP22 : climat en danger cherche leadership désespérément – Novethic – 15 novembre ; où la question du leadership mondial sur le climat se repose suite à l’élection de Trump, aucun État ni zone n’ayant l’air de s’y être préparé ni de vouloir ou pouvoir particulièrement relancer la dynamique. – À la COP22, l’échéance 2050 joue les cache-misères – Euractiv – 17 novembre ; où l’on s’intéresse aux stratégies bas carbone à horizon 2050 déposées par plusieurs États, villes et entreprises pendant la COP, qui ont du mal à convaincre car ne relevant pas les ambitions à court terme.
Deux études parues pendant la COP montrent l’une que les États ont “fait peu de progrès” dans leur action climatique depuis l’adoption de l’accord de Paris, l’autre leur action un par un via un indice de performance climatique qui met la France et le Maroc à l’honneur, et l’Arabie Saoudite, le Canada et l’Australie à la fin du classement.
Dans le détail pour plusieurs États :
– Au Maroc, qui se veut nouveau champion du climat et à l’honneur du classement des États, les subventions aux produits pétroliers ont été supprimées et les énergies renouvelables progressent vite, mais le pays reste très consommateur de butane. Le spectre de l’exploitation des gaz de schiste plane également, ainsi que la critique de projets solaires pharaoniques comme à Ouarzazate qui interroge tant il concentre les capitaux et la production. 
– L’Europe pourrait être un acteur reprenant une part du leadership, mais un rapport de l’Iddri tout juste paru pointe le fait qu’elle “n’est actuellement pas « sur les rails » pour atteindre ses objectifs d’ici 2030 et 2050“, et que la question de la répartition de l’effort n’est toujours pas réglée. Pire, de nouvelles révélations montrent qu’elle prépare un paquet législatif “qui pourrait subventionner de nouvelles centrales à charbon, et affaiblir les renouvelables en Europe”…
Une quarantaine d’États du sud, les plus menacés par les conséquences du dérèglement climatique et réunis dans le “Climate vulnerable forum” se sont en fin de COP engagés “à mettre fin aux énergies fossiles et à atteindre 100% d’énergie renouvelable “le plus rapidement possible”, soit au plus tard entre 2030 et 2050″.
L’Arabie saoudite et l’Australie ont toutes deux tout récemment ratifié l’accord de Paris, même si la concrétisation en actes se fait attendre, comme le rappelle le classement de performance climatique par Etat.
L’Allemagne a présenté son plan pour réduire ses émissions de CO2 « de 80 % à 95 % » d’ici à 2050, mais qui a été atténué notamment sur les volets transports et charbon, et n’est pas sans contradictions ni critiques.
– Le Royaume-Uni a lancé un plan de sortie du charbon et d’investissement dans les renouvelables pendant la COP.
Au Canada et au Mexique, mal notés, les deux pays ont pourtant rendu leurs feuilles de route pour une stratégie bas carbone d’ici 2050.
– La COP22 était aussi censée être celle de l’Afrique : l’occasion de revenir sur plusieurs enjeux du continent, entre financements, tensions fossiles/renouvelables, électrification. 
4/ Tandis que le spectre de Donald Trump plane sur les négociations…
Climat : la lutte se poursuit, avec ou sans Washington – Libération – 15 novembre ; où l’élection de Trump porte un coup de massue aux négociateurs à la COP22, laisse de nombreuses incertitudes sur les suites de l’accord de Paris, mais a au moins poussé les autres États à réaffirmer leur attachement à l’accord. 
Climat : Trump pourrait profiter d’une faille juridique pour sortir de l’accord de Paris – Le Monde – 12 novembre ; où l’on balaie les différentes conséquences possibles de l’élection de Trump sur l’action climatique des États-Unis – sortie de l’accord de Paris en 4 ans, de la convention-cadre de l’ONU en un an seulement, ou simplement ne pas respecter ses engagements… sans être sanctionné.
Pour aller plus loin :
– Des militants climatiques (1) (2) et universitaires réagissent et dénoncent la tentative de minimiser l’impact de l’élection de Trump : sortie ou pas sortie de l’accord de Paris, là n’est pas le sujet, mais plutôt celui de son application qui elle est gravement compromise par l’élection de Trump. Ils en appellent à laisser de côté la prophétie auto-réalisatrice de l’accord, mener une nouvelle bataille culturelle et affective pour faire intégrer les enjeux climatiques et redoubler d’efforts dans les mobilisations citoyennes hors Cop pour le climat.
– Bastamag balaie le profil de la future administration Trump où l’on retrouve climato-sceptiques et représentants des marchés financiers… qui en ont financé la campagne.
– Maigre rayon de soleil, une juge a reconnu recevable aux Etats-Unis “la plainte de 21 enfants âgés de 9 à 20 ans, qui affirment que l’État fédéral a failli à sa mission de protéger « la vie, la liberté et la propriété », des dangers du dérèglement climatique”.
– Les représentants américains à la COP ont voulu rassurer et minimiser l’impact de l’élection de Trump et rappeler leurs engagements en présentant leur plan de développement bas-carbone à l’horizon 2050, mais en admettant que son application était incertaine… Ban-Ki-Moon et des chefs d’État ont également appelé Trump à ne pas dénoncer l’accord, ainsi qu’un groupe d’entreprises.
– D’aucuns comme le candidat Sarkozy ont encore proposé d’instaurer une taxe carbone sur les produits américains importés si Trump dénonce l’accord de Paris… ce à quoi se refusent l’Allemagne et la Commission européenne
5/ Focus sur deux questions centrales : financements et agriculture :
Celle des financements, avec notamment la feuille de route des 100 milliards de dollars par an à mobiliser par les pays développés : l’occasion de faire le point sur où l’on en est, mais aussi sur leur attribution très critiquée car n’allant que peu aux personnes qui sont les plus durement touchées par le changement climatique et en sont les moins responsables. C’est pourquoi Oxfam pointe spécifiquement l’enjeu des famines et appelle les Etats à accroître la mobilisation du financement de l’adaptation.
Pour aller plus loin, RFI revient sur des cas concrets et la difficulté pour de nombreux projets africains d’accéder à ces fonds, tandis que la Banque Mondiale pointe le coût sous-estimé des catastrophes naturelles dans une étude qui plaide également pour plus et de meilleurs financements de l’adaptation au sud. 
Celle de l’agriculture : A la COP 22, l’accord sur l’agriculture en friche – Libération – 17 novembre ; où l’on se penche sur le report d’un texte sur l’agriculture qui devait être adopté à Marrakech, à cause du traditionnel conflit entre pays du sud et du nord sur la place à donner à l’atténuation et à l’adaptation… et sur les initiatives qui avancent malgré tout. 
Plus en détails, retours sur les questions de pêche et de résilience, sur le plaidoyer d’organisations paysannes qui rejettent la préemption des terres agricoles pour le stockage de carbone compensatoire d’autres émissions, sur le lobbying du CGIAR (réseau mondial des centres de recherche dédiés à l’agriculture), ou encore sur la proposition d’une étude britannique de taxer les aliments selon leur empreinte carbone.
6/ Du côté de la société civile, mobilisations variées pour la justice climatique
A Marrakech, une marche pour le climat très politique – Le Monde – 14 novembre ; où l’on revient sur la traditionnelle marche mondiale pour le climat en parallèle des COP, cette année marquée par des dissensus sur l’opposition à avoir avec le régime marocain taxé de greenwashing.
De nombreuses ONG et organisations de la société civile se sont mobilisées en marge de la COP pour y porter des plaidoyers sur des sujets touchant le climat :
Le mouvement de désinvestissement a rassemblé plus de 400 organisations réclamant dans une lettre ouverte de renoncer à tout nouveau projet fossile. Particulièrement, la lutte des peuples autochtones d’Amérique du Nord contre les projets fossiles comme Standing Rock a été relayée. Plus spécifiquement, les banques (et particulièrement les banques françaises) et leurs investissements dans ces projets sont aussi visées par une campagne.
La question de la gestion de l’eau et de la lutte contre le stress hydrique généré par le dérèglement du climat revient dans les débats, notamment sur l’adaptation. Une coalition s’est formée, qui lance un appel pour une intégration de ces questions, la préservation ou la restauration du cycle de l’eau, et une gestion qui s’enracine dans les besoins et les aspirations des populations locales. L’exemple marocain de la protection des oasis par les populations vient illustrer cela ; tandis que la plateforme Océan et climat poursuit aussi sa mobilisation pour “inscrire dans les contributions de chaque pays un plan d’action « océan » relatif aux littoraux, aux populations, aux écosystèmes, …”. En fin de Cop, quelques financements ont été débloqués pour la résilience des zones côtières en Afrique.
Côté religions, plus de deux cents responsables religieux ont publié une déclaration commune pendant la COP appelant les fidèles, les emprunteurs et les États à sortir des énergies fossiles. Le pape François a aussi spécifiquement appelé à ce que l’accord de Paris sur le climat soit mis en œuvre de façon « correcte et efficace ».
7/ Et à la COP, initiatives et coalitions économiques et financières diverses… et critiquées :
 > De façon générale, “ces initiatives sont recoupées sur la plateforme Non-State Actors Zone Climate Action (NAZCA), qui répertorie plus de 12 500 initiatives, dont plus de 2 500 de la part de villes et un peu plus de 2 100 de la part d’entreprises”. Pour plus de détails sur la “finance verte”, Novethic a réalisé une synthèse.
> Mais cette place prééminente des entreprises est aussi très critiquée sur les “fausses solutions” déployées et le greenwashing de certains, comme le pointent l’Observatoire des multinationales et Attac Maroc, Reporterre sur l’agro-industrie ou encore certaines publicités plutôt osées
Dans le détail :
– Plusieurs initiatives africaines ont émergé, avec le Climate Finance Day du 4 novembre pour développer la finance climat et les “investissements verts” en Afrique, concrétisé pendant la COP22 par le lancement d’un réseau d’investisseurs et la transformation d’I4CE en think tank Nord-Sud sur le climat.
– Sur la sensibilisation générale des entreprises, l’initiative “Earth on board” cherche à convaincre les CA des grandes entreprises pour les pousser à agir, ; tandis que Caring for Climate (C4C) regroupe 453 entreprises qui “s’engagent à définir des objectifs précis pour réduire leur empreinte carbone”.
– Sur les renouvelables, l’Initiative africaine pour les énergies renouvelables (AREI) lancée à la COP21 continue d’avancer, ainsi que SE4All (Sustainable energy for all) qui vise à développer les partenariats public-privé pour “garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes à un coût abordable”, ou encore RE100, initiative mondiale qui “vise à impliquer, soutenir et promouvoir les entreprises qui se sont engagées à utiliser à 100% les énergies renouvelables”.
Un nouveau partenariat, co-présidé par le Maroc et l’Allemagne, a aussi été lancé le 15 novembre, qui vise à “s’assurer que les pays reçoivent le soutien technique et financier dont ils ont besoin pour atteindre des objectifs climatiques ambitieux”, sous forme d’une “plateforme de collaboration essentielle pour aider les pays à intégrer leurs NDC dans tous les secteurs et à tous les niveaux de prise de décision”.
– Sur le prix du carbone et ses marchés, la Carbon Pricing Leadership Coalition (CPLC) s’est spécialisée dans la question du prix et de sa mise en oeuvre, et réunit 25 pays et quelque 130 entreprises. L‘occasion de revenir sur des effets pervers de ces marchés, qui par exemple ne bénéficient pas ou peu à l’Afrique.
– Sur le plan du développement technologique, la “Mission innovation” des Etats et la Breakthrough Energy Coalition des acteurs privés investissent ou vont commencer à investir des milliards de dollars dans la recherche et le développement en énergies “propres”.
L’initiative CREWS qui regroupe l’Organisation météorologique mondiale (OMM), l’ONU et la Banque Mondiale vise à mobiliser 100 millions de dollars pour aider iles et pays les plus pauvres à mieux anticiper et repérer les catastrophes naturelles. 
Et dans le reste de l’actu :
Les impacts du réchauffement climatique de plus en plus tangibles
Les émissions mondiales de CO2 se stabilisent, mais le climat continue de s’emballer – Le Monde – 14 novembre ; où le Global Carbon Project(GCP), un consortium scientifique, montre chiffres à l’appui que les émissions mondiales de CO2 ont stagné en 2015… mais admet que les chiffres sont minimisés par manque de données fiables, et que “la stabilisation des émissions mondiales est loin de suffire aux objectifs climatiques définis par l’accord de Paris”.
Pour mieux visualiser le changement climatique, une étude vient montrer qu'”un vol Paris-New York fait s’évaporer trois mètres carré de glace arctique“, tandis que Sylvestre Huet revient en cartographies, simulations et graphique sur l’ampleur de la fonte des glaces polaires… et qu’une étude montre que le dérèglement climatique est responsable de la mort de 61000 rennes en Sibérie ces derniers mois. 
Autres illustrations, Bastamag liste “dix lieux où les conséquences du changement climatique sont déjà dramatiques“, et l’Allenvi vient de publier La Méditerranée face au changement climatique“, état des lieux de la recherche scientifique sur l’évolution du climat et ses conséquences en Méditerranée. Et pour aller encore plus loin, faut-il partir dans l’espace ? Oui pour l’association Eurospace qui défend le spatial comme outil d’observation du climat et demande un vrai leadership européen en la matière. 
En France, retour sur quelques mobilisations, avec notamment le lancement de la nouvelle saison des faucheurs de chaises, qui réclament une meilleure lutte contre l’évasion fiscale et une affectation de ces ressources à l’action climatique. Slate revient également dans un article sur l’émergence et la montée en puissance du mouvement climatique basque Bizi.
Mauvaises nouvelles du côté des transports, avec une décision administrative autorisant les travaux à Notre-Dame-des-Landes, et le relancement de projets autoroutiers opaques… mais aussi un retour sur le fiasco de l’écotaxe supprimée définitivement de la législation française.
La bataille climatique autour du traité de libre-échange CETA continue : le Monde et Reporterre pointent les incompatibilités entre lutte pour le climat et cet accord, tandis qu’Alter Eco+ revient sur les péripéties récentes autour d’un “nouveau CETA” qui aurait été signé le 30 novembre après le véto wallon… et démontre que le nouveau texte n’a quasi rien de nouveau. L’Aitec revient également sur la décision de la présidence du Parlement Européen d’interdire le débat dans les commissions emploi et environnement…
Au niveau des mobilisations, 500 activistes ont également mené des actions spectaculaires pendant 3 jours à Bruxelles contre TAFTA et CETA.
Chaud et froid au niveau de la transition énergétique, qui affiche des signaux variés : si l’Agence internationale de l’énergie estime que “l’éolien et le solaire devraient être les grands gagnants des vingt-cinq prochaines années”, les prévisions publiées par Bloomberg New Energy Finance montrent que l’investissement dans les renouvelables risque d’être en repli historique au cours des cinq prochaines années. Autres données, une production record de pétrole est à signaler en octobre, tandis que le renouveau du nucléaire voulu par certains bute sur la nouvelle et forte concurrence des renouvelables. L’occasion de revenir enfin sur le poids méconnu des millions de puits d’hydrocarbure abandonnés.

// Revue de Presse – 1 Novembre 2016 par Victor Vauquois d’Alternatiba Paris

L’accord de Paris va entrer en vigueur, reste maintenant à l’appliquer :
Climat : l’Accord de Paris entrera en vigueur le 4 novembre – Actu-Environnement – 6 octobre ; où l’on revient sur le processus d’entrée en vigueur de l’accord de Paris, permis par la ratification de 73 Etats représentant 59% des émissions mondiales pour la période post 2020, et où l’on détaille en infographie les pays l’ayant ratifié. 
Accord de Paris: après la ratification, quelques idées pour vraiment agir ! – Médiapart – 5 octobre ; où Maxime Combes rappelle que malgré l’objectif de ne pas dépasser les +2°C, l’accord de Paris et les contributions des Etats nous orientent vers un réchauffement largement supérieur à 3°C, et où l’économiste balaie des pistes d’action internationales, européennes et nationales pour respecter vraiment cet objectif.
Dans le détail sur la ratification de plusieurs pays :
– Pour l’Union Européenne, la ratification a été obtenue rapidement pour garder l’image d’un leadership européen sur le climat, mais la question du partage de l’effort climatique crée encore des tensions, tandis que de moins en moins de pays sont moteurs sur la question (notamment l’Allemagne) et que les projets concrets pour le climat s’enlisent
 – En Inde, la ratification de l’accord est une bonne nouvelle mais dans les faits le pays reste dépendant au charbon sans orientation pour en sortir. 
Au Canada, la ratification a bien eu lieu mais la contribution du pays reste peu ambitieuse et rien n’est prévu pour limiter l’industrie du pétrole et des sables bitumineux, extrêmement émettrice.
Le dérèglement climatique qui va en s’aggravant…
Climat : record de chaleur encore battu en 2016 – Actu-Environnement – 27 octobre ; où l’Organisation météorologique mondiale relève, chiffres et infographie à l’appui, que l’année 2016 battra tous les records, de chaleur mais aussi de concentration de CO2 dans l’atmosphère ou encore de température moyenne à la surface de la mer.
L’objectif climatique de 2°C déjà presque hors de portée – Euractiv – 30 septembre ; où 6 scientifiques de renom publient un livre à charge contre l’inaction des États et le manque d’ambition et d’application des négociations internationales, rappelant que sans une action climatique forte et rapide l’objectif de rester sous les +2°C sera impossible à atteindre.
Pour aller plus loin, d’aucuns veulent travailler sur la perception que l’on a des changements climatiques, via une meilleure présentation des chiffres ou une carte montrant la provenance et les émissions de GES de notre consommation d’électricité en Europe. Plus spectaculaire, l’on peut aussi relever que le réchauffement climatique a doublé les feux de forêt aux États-Unis en 30 ans, que des villages comme en Alaska en sont à voter leur déplacement pur et simple pour éviter les effets du dérèglement climatique, ou qu’il provoque encore des invasions d’insectes avec de très lourds impacts.
Et un mois marqué par la passe d’armes autour du CETA, traité de libre-échange nocif pour le climat
L’avenir incertain du CETA après la signature du traité – Le Monde – 30 octobre ; où l’on revient sur la signature au final du CETA le 30 octobre, après de nombreuses mobilisations, le report de la signature et le véto wallon qui a cédé ; et sur la situation après ces épisodes et les prochaines étapes incertaines vers l’adoption ou non du traité. 
Climat : les associations environnementales vent debout contre le CETA – Novethic – 14 octobre ; où l’on revient sur la critique par de nombreuses associations environnementales du CETA, qui dénoncent un traité qui permettra le développement des énergies fossiles les plus sales et dont les impacts climatiques n’ont pas été mesurés. 
Ségolène Royal vérifie si l’accord Ceta est “climato-compatible” – Le Nouvel Obs – 6 octobre ; où la ministre française de l’environnement veut “vérifier que le Ceta, négocié avant l’accord de décembre 2015 à la 21e conférence des pays membres de la Convention de l’Onu sur le climat (COP21), “contribue bien à l’objectif de maintenir le réchauffement climatique en-dessous de 2°C”… traité qui a pourtant été d’ores et déjà signé par l’exécutif français.
Pour aller plus loin, Attac publie une analyse détaillée qui démontre en quoi le CETA n’est clairement pas climato-compatible.
La question du financement-climat, sujet majeur de la COP22 alors que les 100 milliards promis ne sont pas encore atteints
Climat : des efforts supplémentaires seront nécessaires pour récolter les 100 milliards d’aide promis – Actu-Environnement – 18 octobre ; où l’OCDE publie un rapport pour clarifier la feuille de route des financements climat… qui dévoile que les 100 milliards d’aide promis, déjà contestés pour leur insuffisance, ne sont pas atteints.
Le Fonds vert pour le climat finance 27 projets, « pour plus d’un milliard de dollars » – Le Monde – 18 octobre ; où l’ancienne directrice du Fonds vert pour le climat Héla Cheikhrouhou dans une interview dresse le bilan de ses trois années passées à la tête de l’institution, et voit d’un œil positif l’arrivée récente de fonds et les débuts du financement concret de projets pour les pays du Sud. 
Premières pistes pour orienter la finance climat vers les plus vulnérables – Actu-Environnement – 30 septembre ; où l’on se penche sur la question du fléchage des financements climat, avec le plaidoyer d’une coalition d’acteurs non-étatiques pour “faciliter l’accès au financement des acteurs locaux et des populations défavorisées, pour l’heure confrontés tant à “un manque crucial d’informations” qu’à “la complexité des montages et des compétences juridiques et financières“.
Pour mettre les choses en perspective, la Commission mondiale sur l’économie et le climat chiffre à 90 000 milliards de dollars les investissements nécessaires dans les infrastructures bas carbone dans les 15 prochaines années, tandis qu’Alain Grandjean et Mireille Martini publient un livre intitulé “Financer la transition énergétique” qui “proposent des leviers pour mobiliser à l’échelle mondiale les ressources financières nécessaires à la décarbonation de l’économie”. L’instauration d’un taxe sur les transactions financières est de plus en plus vue comme un levier de ce financement, et avance en France et en Europe.
Et la sortie des énergies fossiles… nécessaire mais loin d’être gagnée
Climat : le gouvernement recule sur la taxe charbon – Novethic – 21 octobre ; où l’instauration d’une taxe sur l’électricité en provenance de centrales à charbon prévue au 1er janvier 2017 est finalement supprimée, “pour ne pas pénaliser les 5 centrales à charbon en France” et leurs emplois.
Les projets gaziers européens sous le feu des critiques – Euractiv – 28 octobre ; où la Commission européenne avec l’aval du Parlement a décidé d’augmenter les importations de gaz naturel liquéfié (GNL) et de gaz de schiste, mais aussi d’investir dans des infrastructures gazières en Europe, une décision très critiquée car à rebours des engagements climatiques de l’Union européenne. 
Et maintenant il faut sortir des énergies fossiles – AlterEco+ – 30 septembre ; où Nicolas Haeringer et Maxime Combes rappellent que l’industrie fossile reste subventionnée à hauteur de 5 340 milliards de dollars par an, mais aussi le dernier rapport d’Oil Change international et l’impératif de sortir rapidement des énergies fossiles pour rester sous la barre d’un réchauffement de +2°C.
Et pour aller plus loin, 350.org revient sur un bilan de 3 ans de mobilisations mondiales des citoyens pour le désinvestissement des énergies fossiles… tandis que l’une d’elle prend de l’ampleur en Dakota du Nord, où tribus indiennes, écologistes et défenseurs des droits des Amérindiens s’unissent pour bloquer un projet d’oléoduc, parfois avec humour !
Et en bonus :
Les mobilisations s’organisent vers la COP22 à Marrakech : c’est le cas de l’Odyssée des alternatives qui poursuit son périple méditerranéen et ses échanges contre les inégalités devant le changement climatique, mais aussi de l’initiative Kick Big Polluters Out qui cherche à expulser l’industrie des combustibles fossiles de la COP22, de la société civile africaine francophone qui a publié ses attentes vis à vis de la COP22 et pour la justice climatique ou encore de Nicolas Hulot interviewé à ce sujet
Sur place, le Maroc semble multiplier les gestes symboliques ou moins symboliques pour faire de la COP22 un événement exemplaire sur le plan environnemental.
Avancées et contradictions des entreprises privées : tandis que le Crédit Agricole et la Société Générale se sont engagés en France à ne plus financer le charbon, que plusieurs investisseurs ont appelé le secteur automobile a réduire ses émissions ou que BP a renoncé à forer dans la grande baie australienne, l’ONG américaine Union of Concerned Scientists (UCS) relève que les plus grandes entreprises pétrolières et charbonnières “continuent à dénigrer la science du climat et à saper le sentiment d’urgence à agir – soit directement, soit à travers les associations et groupes qu’elles soutiennent”, ou encore que les fuites de méthane de la production pétrolières sont bien plus importantes qu’annoncé… Un rapport montre également qu’au niveau français comme international, de plus en plus d’entreprises prennent en compte le changement climatique dans leur stratégie, mais insuffisamment au regard des enjeux.
L’impact de l’aviation et du commerce maritime, avec notamment l’Assemblée générale de l’Organisation de l’Aviation civile internationale qui a refusé de réduire la croissance du secteur et mise sur la compensation carbone, tandis qu’en France la mobilisation contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes s’enracine. Côté marin, la réunion fin octobre de l’Organisation maritime internationale a, sous la pression, adopté quelques mesures restrictives des carburants le plus polluants des navires commerciaux, mais aucun engagement pour réduire les émissions de ce secteur.
Un concours de bêtise et/ou de malhonnêteté climatique, entre le chroniqueur Olivier Postel-Vinay qui nie les conclusions du Giec, Nicolas Sarkozy qui considère que le dérèglement climatique est dû à la natalité forte de l’Afrique en désaccord avec tous les chiffres d’émissions/habitant, l’ex-commissaire européenne au climat Connie Hedegaard qui rejoint le groupe Volkswagen en plein dieselgate… et les grands vainqueurs, les frères Bogdanov qui estiment que le dérèglement climatique est un problème réglé car il suffira de transformer la chaleur en lumière et de l’envoyer dans l’espace !
Le climat dans la présidentielle aux États-Unis, ou plutôt absent des débats, avec d’un côté Trump qui “promet de relancer l’industrie du charbon, de détricoter toutes les réglementations environnementales, de supprimer l’Agence américaine de protection de l’environnement, et de revenir sur l’Accord de Paris”, et de l’autre Clinton qui veut certes développer les renouvelables mais reste floue voire silencieuse sur la sortie des énergies fossiles, une taxe carbone, la fracturation hydraulique ou encore le projet Keystone XL…
Le cinéma revient dans la bataille climatique, avec un documentaire de Léonardo Di Caprio tout juste sorti (et en accès libre jusqu’au 5 novembre) pour alerter sur le réchauffement climatique et inciter les citoyens à agir. Dans un autre genre, un film est en préparation en France intitulé “Irrintzina, le cri de la génération climat“, qui revient sur les mobilisations nées en France à l’occasion de la Cop 21, et sortira en 2017.
L’action locale pour le climat, avec le plaidoyer des maires de grandes villes pour se voir “confier plus de pouvoir financier à leurs villes pour qu’elles les aident à tenir leurs engagements climatiques”, et prenant acte du bilan du Carbon Disclosure Project (CDP) qui relève qu’au moins “190 villes dans le monde se sont déjà engagées à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre”. En France, plusieurs réseaux de collectivités, le RAC et plusieurs députés plaident pour financer l’obligation d’élaborer un plan climat-air-énergie territorial (PCAET) des collectivités avec un prélèvement sur les taxes sur les énergies fossiles.
Des signaux contradictoires sur le développement des renouvelables : l’Agence internationale de l’énergie (AIE) estime que les énergies renouvelables vont se développer plus vite que prévu d’ici 2021 si elles ont du soutien des politiques publiques, tandis que l’université Stanford affirme, étude à l’appui, que “le 100% énergie renouvelable est possible pour le monde… et la France”. Pourtant, l’Union européenne prend de plus en plus de retard dans le secteur.
La place du nucléaire en France qui demeure, avec la programmation pluriannuelle de l’énergie enfin publiée qui passe sous silence la réduction du nucléaire et la renvoie à l’après quinquennat… Début octobre, une manifestation rassemblait des milliers de personnes à Flamanville pour la sortie du nucléaire.
La disparition progressive des hydrofluorures, gaz à effet de serre extrêmement puissants, décidée via un accord le 14 octobre à Kigali et qui est présentée comme « La plus importante réduction de températures jamais atteinte par un seul accord ».
Agriculture, alimentation et climat, avec l’alerte de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) qui dans un rapport prévient que « Sans action immédiate, le changement climatique constituera une menace pour des millions de personnes qui risquent de souffrir de la faim et de la pauvreté ». Oxfam alerte de son côté dans un rapport sur les méfaits cachés de la politique européenne de soutien aux agrocarburants, et sur la place des lobbies du secteur. Plus léger, des chefs cuisiniers français se sont réunis début octobre pour parler du développement de la “gastronomie bas-carbone” et des moyens pour faire évoluer nos pratiques culinaires.

// Revue de Presse – 30 septembre 2016 par Lucas Wicky et Victor Vauquois d’Alternatiba Paris

Après la signature de l’accord de Paris, le long chemin des ratifications
Climat: la course à la ratification de l’accord de Paris Libération – 21 septembre ; où l’on rappelle que pour entrer en vigueur, l’accord issu de la Cop 21 doit encore être ratifié par au moins 55 pays, représentant au moins 55 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) de la planète et qu’ils sont plusieurs à l’avoir déjà fait.
L’UE risque d’être exclue des décisions majeures sur le climatEuractiv – 26 septembre ; où l’on montre que la nécessité d’une ratification à deux échelles (nationale et Européenne) repousse la ratification de l’accord par l’UE, qui limite ses ambitions de leadership diplo(cli)matique.  
Climat : la Pologne annonce vouloir ratifier l’Accord de Paris…sous conditions Novethic – 27 septembre ; où l’on apprend que la Pologne et l’Inde, deux pays charbonniers souhaitent ratifier l’accord mais sous conditions, ce qui ouvrirait la voie à une entrée en vigueur.

Plusieurs outils permettent de suivre l’avancée des ratifications, comme paris-agreement.fr ou cet article des Décodeurs

La transition énergétique, virage vert à moitié plein … ou vide
Accord de Paris sur le climat : gisements pétroliers et gaziers devront progressivement fermer – Bastamag – 27 septembre ; où l’on décrypte le dernier rapport d’Oil Change International dont les données soulignent l’obligation de sortir des combustibles fossiles.
Malgré l’abandon de certains projets, le charbon a encore de beaux jours devant lui – Actu-Environnement – 20 septembre ; où l’on revient en infographie sur le bilan des projets de centrales à charbon abandonnés pour cause de surproduction, et des projets maintenus malgré tout.
Renouvelables : le WWF veut convaincre les dirigeants que la transition est lancéeActu-Environnement – 01 septembre ; où le WWF publie un rapport qui insiste, avec plusieurs indicateurs à l’appui, sur la rapidité de la progression des énergies renouvelables au cours de ces dernières années à travers le monde.
Les investissements dans l’énergie ne sont pas encore climato-compatiblesActu-Environnement – 20 septembre ; où l’on apprend grâce à l’Agence internationale de l’énergie que malgré ce développement du renouvelable, le pétrole et le gaz attirent encore 45% des investissements dans l’énergie

Spécifiquement en France, la transition énergétique prend du retard, fait face à des questions de financement, mais s’accompagne de la création de près de 2000 emplois dans l’éolien ainsi que d’une baisse inédite et durable de la consommation électrique.

Le rôle des collectivités locales, rappelé à l’occasion du sommet Climate Chance
Climat : « Les États ne peuvent pas agir sans la société civile » – Le Monde – 29 septembre ; où l’on tire un premier bilan du sommet Climate Chance qui a eu lieu à Nantes du 26 au 28 septembre, et dont la déclaration commune de clôture appelle au respect des engagements de la Cop 21 sur de nombreux volets et insistent sur une nécessaire approche décentralisée de l’action climatique. 
Villes 100% renouvelables : cinq recommandations tirées des exemples européens – Actu-Environnement – 26 septembre ; où une nouvelle étude réalisée par le Cler, le Rac, l’Ademe et Energy Cities présente des axes de travail et bonnes pratiques à adopter pour atteindre des agglomérations 100% renouvelables, sur l’exemple de plusieurs champions européens. 
Les réseaux d’élus veulent plus de moyens pour le climat – Localtis – 29 septembre ; où les réseaux de collectivités français ont porté à la sortie du Climate chance une demande commune pour une dotation supplémentaire en 2017 aux collectivités qui avanceraient le plus sur les objectifs de la loi de transition énergétique et leur travail de planification de l’action climatique locale.
A noter que plusieurs acteurs ont choisi de boycotter le sommet, au nom de la lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et pour dénoncer certains sponsors du sommet aux activités climaticides.

Par ailleurs, d’autres initiatives de réseaux de collectivités se poursuivent, comme le plaidoyer climat du C40 regroupant des grandes métropoles à travers le monde; ou le programme de jumelage de villes sur l’adaptation au changement climatique du réseau Eurocities, qui vise à partager des stratégies efficaces de résilience. 

Et le transport aérien, un secteur clé pour limiter les émissions de gaz à effet de serre
L’aviation face au mur du réchauffement climatique – Reporterre – 28 septembre ; où l’on s’intéresse à l’AG de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) qui s’est ouverte le 27 septembre à Montréal, et se pose la question de “comment atténuer l’effet nuisible des avions sur les émissions de gaz à effet de serre ?”, avec comme réponse principale la compensation sur la base du volontariat et pas la réduction du trafic… Des propositions qui sont d’ailleurs vivement contestées par une partie de la société civile qui lance une pétition pour des mesures visant à réduire le trafic, et par le Parlement Européen qui critique les concessions faites par la Commission.
Notre-Dame-des-Landes : un démarrage des travaux compromis par le droit européen ? – Libération – 28 septembre ; où l’on fait le point sur les recours, les scenarii et les barrières empêchant le début des travaux du très critiqué projet d’aéroport, sur fond de rumeurs alors que Manuel Valls avait promis le début des travaux «à l’automne». L’occasion de revenir sur la façon dont les opposants se préparent à une éventuelle expulsion, mais aussi de rappeler qu’un rassemblement national est prévu sur le site le 8 octobre.

Pour aller plus loin, chaud et froid en France : les mobilités émergentes comme le covoiturage, la location de voiture entre particuliers, le vélo ou les « objets de glisse urbaine » se développent, mais les émissions de gaz à effet de serre (GES) dues aux transports en France ont augmenté de 0,9 % en 2015, ce qui n’avait plus été le cas depuis 2004…

Le commerce international, avec la menace des traités de libre-échange transatlantiques pour le climat :
Durement frappé, le Tafta n’est pas (encore) mort – Le Monde – 26 septembre ; où malgré les annonces récentes demandant la fin des négociations sur le Tafta, un rendez-vous informel à Bratislava le 23 septembre a confirmé la poursuite du mandat de négociation de l’UE, dont l’avancée est toutefois mise en pause en attendant le résultat des élections aux Etats-Unis. L’occasion de rappeler les risques du Tafta pour le climat et l’ambition de chercher des règles commerciales alternatives respectueuses des impératifs climatiques. 
Si le Ceta passe, l’accord de Paris sur le climat trépasse – Libération – 20 septembre ; où plusieurs ONG alertent sur les effets désastreux pour le climat du Ceta, l’accord de libre-échange UE/Canada cousin du Tafta, et appelent la France à le rejeter au nom du respect de l’accord trouveé à la Cop 21.
Pour aller plus loin, on peut d’ailleurs rappeler avec cette tribune ou cette vidéo les autres risques du Ceta sur l’agriculture et l’environnement, notamment. 
L’Allemagne se lève contre CETA, le traité de libre échange avec le Canada – Reporterre – 19 septembre ; où l’on revient sur la très vive contestation en Allemagne et en Autriche contre les traités Tafta et Ceta, qui a rassemblé des centaines de milliers de personnes, la contestation gagnant jusqu’aux partis majoritaires en place – sans toutefois faire basculer le SPD allemand.
En France, une journée nationale d’actions aura lieu le 15 octobre.
Et en plus de ces sujets, pour la rentrée, les mobilisations climatiques refleurissent !
Urgence climatique : sans la mobilisation citoyenne, rien ne se fera – Reporterre – 20 septembre ; où loin des discussions entre chefs d’État, Jon Palais rappelle que “les objectifs de l’Accord de Paris ne seront pas atteints sans l’intervention des citoyens” et en montre de nombreux exemples.
Des mobilisations en perspective de la Cop 22 à Marrakech, avec un appel lancé par la Coalition Marocaine pour la Justice Climatique suite à une rencontre africaine et internationale les 23 et 24 septembre ; mais aussi avec le projet d’Odyssée des alternatives Ibn Battûta, une traversée maritime en six escales en Méditerranée de l’Ouest pour porter des mobilisations en faveur d’une adaptation basée sur les citoyens et le renforcement des écosystèmes.
Les énergies fossiles critiquées à travers le monde ; que ce soit à l’Assemblée générale du groupe Total en Suisse, au siège du géant français Engie qui refuse de fermer la centrale à charbon d’Hazelwood en Australie, ou aux États-Unis et au Canada où les Premières Nations s’unissent « contre l’expansion des sables bitumineux »
Le 24 septembre à travers la France se déroulait la 3e édition de la Journée de la transition, avec plus de 330 événements organisés un peu partout pour promouvoir les initiatives de transition luttant contre la crise climatique au niveau local.
– Des mobilisations festives pour le climat en cette rentrée, que ce soit à Bordeaux avec l’événement Ocean Climax qui a rassemblé de nombreuses personnalités et organisations sur fond de festival de rock, ou près de Lyon avec une manifestive réussie contre le projet d’autoroute A45 local.
Et en bonus :
De nouvelles observations sur le climat, que ce soit sur ses débuts et son évolution à travers l’Histoire récente, avec les observations de la Nasa qui ont déclaré le mois d’août 2016 comme le plus chaud depuis le début des relevés en 1880, ou avec une compilation de 10 conséquences directes du dérèglement climatique. 
Est-il encore possible de viser un réchauffement de +1,5°C ? Le Giec qui s’est réuni à Oxford y travaille, mais prévient déjà que les quelques hypothèses existantes sont improbables voire contre-productives vu le contexte actuel…

Le sort du climat et celui des océans plus que jamais liés, puisque le changement climatique menace fortement la biodiversité sous-marine, et pourrait bouleverser les courants marins – alors même que l’océan est un très bon régulateur de chaleur, comme le rappelle France-info.

Le droit à un environnement sain peu à peu reconnu comme droit fondamental, avec l’annonce historique de la Cour pénale internationale qui se déclare désormais compétente pour enquêter sur les ravages écologiques ; et en parallèle l’acceptation par la Commission des droits de l’homme d’une plainte visant des entreprises émettrices de CO2, tandis que le Cese avance des pistes en France pour intégrer le concept de justice climatique dans le droit. Pour autant et à travers le monde, le droit de l’environnement reste un droit à deux vitesses, bien différent entre pays riches et pauvres…
Climat & économie : alors que la prochaine crise financière pourrait être causée par les effets du dérèglement climatique, l’OCDE invite les États à taxer davantage les émissions de GES. Mais c’est aussi aux entreprises d’agir directement : Novethic publie ainsi un livre blanc pour inciter les entreprises à adapter leurs activités, et s’interroge sur les moyens d’accompagner les travailleurs vers les emplois de la transition.
L’art pour parler du climat, avec des portraits photo de paysages touchés par le dérèglement climatiques, mais aussi le lancement par le Réseau Action Climat d’une web-BD (financée de façon participative) où le superhéros Planetman relève l’incroyable défi d’expliquer les enjeux du dérèglement climatique avec humour !
Une négociation à part qui avance, celle sur les hydrofluorocarbones, gaz à effet de serre extrêmement puissants qui représentent l’équivalent des émissions annuelles du Japon et dont la régulation devrait être prévue du 7 au 14 octobre à Kigali.
Le climatoscepticisme de retour, alors que le candidat Sarkozy a récemment déclaré ses doutes vis à vis de la réalité du dérèglement climatique… passés au crible par les Décodeurs. L’occasion de faire le parallèle avec Donald Trump, très critiqué par la communauté scientifique, mais aussi un retour sur les politiques climatosceptiques à travers l’histoire récente.
Les chats et le climat enfin, avec une étude de chercheurs qui s’inquiètent des impacts écologiques de l’invasion féline, alors qu’on a même vu des poissons-chats manger des souris à cause du dérèglement climatique en Australie !

// Revue de Presse – 25 Mars 2016 par Victor Vauquois et Marion Esnault d’Alternatiba Paris

Les multiples (in)applications de l’Accord de Paris
L’après-COP21 accumule les difficultés – Le Monde – 12 mars ; où au moment où l’Accord de Paris fête ses trois mois d’existence, les 4 piliers de la COP21 (Laurent Fabius, Christiana Figueres, Ban Ki-moon et Laurence Tubiana) voguent vers d’autres horizons pendant que Ségolène Royal traverse le monde pour vanter les énergies renouvelables et que les USA et le Canada annoncent une baisse de 40 à 45 % de leurs émissions de méthane.
Un troisième leader de la COP21 jette l’épongeEuractiv – 23 mars ; où l’on apprend que le négociateur américain, Todd Stern, quitte son poste et sera remplacé par un scientifique ayant participé aux rapports du GIEC, Jonathan Pershing, qui après avoir travaillé avec des compagnies pétrolières et minières a décidé de mettre ses compétences au service de l’Agence internationale de l’énergie à Paris, ou du World Resource Institute.
Laurence Tubiana : « La préférence pour le court terme pèse lourd dans le jeu politique » – Le Monde – 11 mars ; où l’ambassadrice chargée des négociations sur le changement climatique nous fait part de son optimisme sur la capacité de changements de nos sociétés tout en étant clairvoyante sur la politique du court terme et les intérêts des pays qui freinent la nécessaire accélération de l’application de l’Accord.
L’accord de Paris risque-t-il d’entrer en vigueur sans l’UE ?Euractiv – 11 mars ; où pendant la préparation du sommet des chefs d’Etat européens qui a eu lieu les 17 et 18 mars, on s’inquiétait que la signature de l’Accord de Paris, qui se tiendra le 22 avril prochain à New-York, se fasse sans la ratification de l’Union européenne qui a des difficultés à se mettre d’accord sur les efforts de chacun d’ici 2030 alors que l’Accord prévoit, lui, des engagements pour 2050.
Le climat relégué au rang des « sujets divers » au Conseil européenEuractiv – 16 mars ; où on découvre que le Conseil européen des 17 et 18 mars aurait dû mettre au coeur de ces débats les questions économiques mais que les réfugiés vont monopoliser les discussions alors que le climat arrive, lui, en dernière position bien que sa responsabilité dans la crise des migrants ait été réaffirmée pendant la COP21.
Climat : division des pays européens sur l’application de l’Accord de Paris – Novethic – 23 mars ; où l’on décrypte l’annonce des Etats européens de ratifier l’Accord de Paris le plus vite possible alors qu’ils se confrontent à la difficulté de mise en oeuvre des mesures du paquet climat-énergie 2030 qui ne répondent pas aux objectifs climatiques de Paris ; et où l’on observe un élan français qui se doit de signer et ratifier l’Accord au plus vite en tant que pays hôte de la COP21.
COP21: après la fête, la gueule de bois écologique ?Challenges – 17 mars ; où l’on voit fuser des critiques de la part de Chantal Jouanno et Pascal Canfin notamment sur le manque de volontarisme politique et les contradictions du gouvernement français sur le plan écologique et où l’on détaille les dossiers de l’amendement du préjudice écologique, de Notre-Dame des Landes, du nucléaire, des pesticides, et des boues rouges de Marseille.
COP21 : transformer les bonnes intentions en actionsLes Echos – 22 mars ; où l’on rappelle que l’accord de Paris est un accord d’intention qui n’est absolument pas contraignant, et où l’on s’attarde particulièrement sur la mise en oeuvre d’un instrument économique et financier qui permettrait d’accorder une vraie valeur au climat : le prix international du carbone.
Climat : les îles Marshall, 3e État à ratifier l’Accord de Paris Novethic – 21 mars ; où l’on est peu surpris que les pays insulaires restent très mobilisés sur le climat à commencer par les îles Fidji et Palau qui ont ratifié l’Accord de Paris le mois dernier, suivi des îles Marshall ce mois ci ; et où l’on précise qu’il doit être ratifié par au moins 55 pays émettant au moins 55% des émissions mondiales de gaz à effet de serre et qu’il sera officiellement signé le 22 avril prochain, à New York.
Un climat qui se réchauffe ! Et El Niño qui n’y est pas étranger
CO2 data is ‘wake-up call’ for Paris climate dealBBC News – 10 mars ; où l’on s’alarme sur la quantité de CO2 présente dans l’atmosphère avec une augmentation plus importante ces 12 derniers mois que ces 56 dernières années ! et où l’on précise que cette forte augmentation est probablement liée au phénomène El Niño, en rappelant que la dernière grosse quantité de CO2 avait été enregistrée en 1998, année de el Niño également.
Température mondiale : février 2016 surpasse le précédent recordGlobal climat – 13 mars ; où l’on voit défiler des chiffres peu rassurants qui confirment que le mois de février 2016 a été le plus chaud observé par la NASA depuis 1880 avec un enregistrement à la surface du globe de +1,35°C au-dessus de la moyenne 1951-1980, presque +2°C au pôle Nord, +1,62°C par rapport à l’ère préindustrielle et enfin 5 mois d’affilée +1°C degré au-dessus de la norme.
Climat : “Nous sommes à mi-chemin du seuil critique des 2°C”, selon l’OMMActu Environnement – 22 mars ; où l’on invite les dirigeants politiques à prendre des mesures radicales alors qu’on fait la liste des records sur le climat en 2016 avec notamment l’océan qui se réchauffe et qui est responsable pour 40% de l’élévation du niveau de la mer observée ces 60 dernières années, et l’étendue des glaces de mer qui a atteint un minimum record ces deux derniers mois.
Les énergies renouvelables, une source d’espoir ?
Les émissions de CO2 du secteur énergétique ont encore stagné en 2015 Novethic – 16 mars ; où l’on découvre dans un rapport de l’AIE que “les émissions mondiales de dioxyde de carbone ont atteint 32,1 milliards de tonnes en 2015, restant ainsi pratiquement inchangées depuis 2013″ mais que la bonne nouvelle est que ces émissions sont découplées de la croissance économique même si elles n’ont stagné ou reculé qu’à 3 reprises au cours des 40 dernières années, au moment des crises économiques.
Energies renouvelables : le nombre d’emplois en baisse dans l’UENovethic – 14 mars ; où l’on découvre avec un rapport de l’EurObserv’ER, l’observatoire indépendant des énergies renouvelables, que le nombre de salariés travaillant dans le secteur des énergies renouvelables, qui se chiffrait à un million en 2014, est en baisse, notamment à cause de la retenue des investisseurs face à l’affaiblissement des politiques d’incitation en faveur des énergies renouvelables.
Doubler les énergies renouvelables générerait des milliards d’euros d’économiesLe Monde – 17 mars ; où dans son nouveau rapport, Roadmap for a Renewable Energy Future, l’Irena affirme que le développement des énergies renouvelables est une voie économique viable qui donnerait un coup d’accélérateur à la croissance sociale et économique ; avec en prime, des bénéfices pour lutter contre les dérèglements climatiques à la condition, tout de même, que leur développement soit multiplié par six à l’échelle de la planète d’ici à 2030.

Hydrogène cherche énergies renouvelables pour assurer transition énergétiqueNovethic – 14 mars ; où l’on apprend que le Japon et l’Allemagne développent le marché de l’hydrogène, lui-même sous exploité et ne représentant que 2% de la consommation mondiale d’énergie, alors même qu’il est vanté par l’ADEME et qu’il pourrait être un solution viable pour le développement des énergies renouvelables qui sont touchées par la difficulté de stockage.

Et pour aller plus loin et comprendre comment allier le solaire et l’hybride pour multiplier par quatre son rendement, un reportage de 3mn qui s’aventure dans des projets français innovants.
Et les énergies fossiles, ça suffit !>
Urgence vitale : sortir des énergies fossiles (et fissiles) ! – Alternatives économiques – 20 mars ; où Jean Gadrey s’inquiète des hausses majeures des enregistrements de températures à la surface du globe au mois de février 2016 et relai des appels de citoyens du monde entier à la désobéissance civile du 4 au 15 mai prochain pour appeler à sortir des énergies fossiles au plus vite.
Total renonce à son permis de recherche du gaz de schiste autour de Montélimar – France Bleu – 15 mars ; où le PDG du groupe pétrolier, Patrick Pouyanné, confirme devant des entrepreneurs à Montpellier son choix de ne pas explorer les gaz de schiste sur le territoire, en évoquant la baisse du pétrole comme raison principale, alors que les habitants de la région voit une conséquence de la mobilisation des citoyens.
L’argent du pétrole fait tache dans les musées –  – Le Monde – 22 mars ; où l’on s’attarde sur l’exemple de la compagnie pétrolière britannique BP qui a annoncé la suspension de son soutien au Tate Museum de Londres, dans un contexte où la pression pour la mise en cohérence des valeurs des musées et de leurs sponsors monte depuis plusieurs années, notamment outre-manche.
Une société civile qui bouillonne
La société civile se mobilise plus que jamais sur le climat avec Stoppons les fossoyeurs des océans et du climat, le bloquage du sommet du pétrole offshore du 5 au 7 avril prochain à Pau et une mobilisation intitulée Breakfree, une vague mondiale d’actions de masse du 4 au 15 mai prochain.
Climat ou Sommet de Pau : il faut choisir ! – Médiapart – 22 mars ; où l’on s’arrête sur ce sommet de Pau, qui va réunir du 5 au 7 avril des multinationales du gaz et du pétrole pour réfléchir aux moyens les plus rentables pour aller explorer les fossiles en eaux profondes, et où l’on invite tous les citoyens et citoyennes à se mobiliser pour empêcher la tenue de ce somment, 4 mois après et sur le territoire de la COP21.
Allemagne : levée de boucliers des acteurs économiques contre le nouveau plan d’action climat du gouvernement Novethic – 21 mars ; où l’on apprend que le Ministère de l’environnement allemand qui doit annoncer des mesures de réduction des émissions cet été a été bousculé par un rapport de 372 pages issu de consultations participatives avec communes, associations et citoyens qui critiquent fortement les mesures proposées actuellement et font des propositions concrètes d’alternatives.

“L’illégalité du projet d’ordonnance pour le référendum de Notre-Dame-des-Landes ne fait aucun doute”Actu Environnement – 22 mars ; où l’on découvre la lettre ouverte de 16 juristes en droit de l’environnement qui appellent le Conseil national de la transition énergétique à émettre un avis défavorable sur un texte créant une nouvelle procédure de consultation locale pour Notre-Dame-des-Landes ; et qui dénoncent le manque de transmission d’informations, et accusent le gouvernementde passer outre le droit de l’environnement.

L’économie et le climat ne font pas toujours bon ménage !
Chine : Mesures environnementales ou relance de l’économie, faut-il choisir ?Novethic – 22 mars ; où l’on analyse les conclusions de l’Assemblée nationale du peuple, une instance soumise au Parti communiste chinois, et où l’on note que le gouvernement chinois a recours à de vieilles méthodes pour booster la croissance tout en consacrant dix mesures de son prochain plan quinquennal à l’environnement, suivant ses engagements pour la COP21.
Climat : “Il faut donner envie, inciter les entreprises à transcrire leurs engagements en actes”Novethic – 21 mars ; où Farid Baddache, directeur général du réseau BSR pour l’Europe, l’Afrique et le Moyen Orient nous fait un état des lieux de l’engagement en faveur du climat des entreprises très présentes à la COP21 en rappelant les deux grands principes qui les guident : la compétitivité et la responsabilité, en écartant le problème technologique mais en mettant sur la table le problème de mobilisation du capital.
Un tiers des bénéfices des banques françaises à l’international réalisés dans les paradis fiscauxNovethic – 16 mars ; où dans un rapport de trois ONG françaises, on met en exergue une fois encore le rôle central que joue les paradis fiscaux dans l’activité des grandes banques françaises et où l’on demande à la France d’étendre l’obligation de reporting public à toutes les grandes multinationales, sujet à l’ordre du jour du projet de loi sur la transparence de la vie économique.
Climat : Total sous la pression de ses actionnaires Novethic – 16 mars ; où l’on s’attarde sur le problème de l’absence de données fiables des émissions de gaz à effets de serre (GES) des entreprises, en s’arrêtant sur le cas de Total qui se confronte aux demandes des investisseurs d’être plus transparent, et qui va donc rédiger un rapport sur sa gestion des risques climatiques pour son assemblée générale le 24 mai prochain.

// Revue de Presse – 11 Mars 2016 par Victor Vauquois et Marion Esnault d’Alternatiba Paris

L’Accord de Paris et sa mise en œuvre en France, en Europe et aux États-Unis :
Cop 21 : Ségolène Royal annonce la ratification de l’Accord de Paris pour l’été prochain – Actu-Environnement – 9 mars ; où la France affiche son ambition d’être l’un des premiers Etats à ratifier l’accord et prévoit de le faire avant l’été, avec un texte déjà prêt qui sera présenté après la signature de l’Accord le 22 avril prochain à New-York.
Pascal Canfin: “Le dérèglement climatique est un enjeu de civilisation” – Les Inrocks – 29 février ; où le nouveau directeur général de WWF-France s’intéresse aux différentes stratégies à déployer et acteurs à mobiliser pour faire respecter l’accord de Paris, et notamment appelle le gouvernement français à la cohérence entre plusieurs actes et ses engagements climatiques.
La Commission européenne pulvérise un engagement-clef de la COP21 !Médiapart – 3 mars ; où Maxime Combes revient sur la décision de la Commission Européenne de ne pas être plus ambitieuse sur son objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre alors que le discours final de l’Accord de Paris insistait sur la nécessité de revoir à la hausse au plus vite les contributions, et malgré les protestations de plusieurs ministres de l’environnement réunis le 4 mars.
Climat : les États-Unis signeront l’Accord de Paris en 2016 – Novethic – 19 février ; où le gouvernement américain annonce officiellement la ratification de l’Accord de Paris, où l’on précise qu’un revirement est peu probable pour le prochain locataire de la Maison blanche et où apparaît une lueur de changement à la Cour suprême qui venait de suspendre le Clean Power Plan. Par ailleurs, Obama et Trudeau ont signé un engagement à réduire les émissions de méthane de leurs pays.
Climat : l’adaptation, étape cruciale de l’application de l’Accord de Paris – Novethic – 29 février ; où l’on apprend que le Comité de l’adaptation s’est lui aussi réuni, que ses 16 membres travaillent à un important recensement des réalités locales et des solutions techniques adaptées, et où le sensible sujet du financement reste très flou et insuffisant pour l’adaptation.
En France, une transition énergétique mouvementée et toujours menacée
De nombreuses péripéties autour du nucléaire récemment, après les annonces des pertes records d’Areva et son choix de continuer d’investir dans le nucléaire vivement critiqué par des universitaires comme des ingénieurs. Pourtant, la France a décidé de remettre à plus tard la fermeture de réacteurs nucléaires en prolongeant de 10 ans leur exploitation… compromettant l’engagement de réduction de la part du nucléaire. Une décision qui inquiète l’Union Européenne et nos voisins allemands et suisses
– Du côté des énergies renouvelables, si une légère reprise se fait sentir, un comparatif montre que la France est très en retard en la matière par rapport aux pays nordiques, tandis que les énergies renouvelables se développent en Afrique mais de façon plus décentralisée et même hors réseau.
– La question, d’actualité, de l’emploi a également été remise sur la table avec deux communiqués, de plusieurs ONG et de l’Observatoire indépendant des énergies renouvelables, qui montrent que le développement de celles ci permet la création de nombreux emplois.
Les mobilisations citoyennes climatiques qui fleurissent à nouveau à l’approche du printemps
Plusieurs milliers de manifestants contre le gaz de schiste – Le Figaro – 28 février ; où l’on revient sur la mobilisation du 28 février à Barjac en Ardèche, qui a rassemblé des milliers de personnes pour critiquer l’autorisation par la justice à Total de permis d’exploration des gaz de schiste.
Le nouveau visage d’Alternatiba pour relancer la bataille du climat – Reporterre – 22 février ; où l’on revient sur la coordination européenne des Alternatiba à Bordeaux, qui a posé les fondations de la suite du mouvement après la Cop, installé quelques axes pour relancer la bataille climatique, ainsi qu’une nouvelle équipe.
« Pour que la démocratie fonctionne, il faut que les gens s’en emparent » – Reporterre – 25 février ; où dans une interview, le co-auteur du film Demain qui a eu 700 000 spectateurs et le César du meilleur documentaire revient sur les raisons du succès, sa volonté de montrer le chemin et les horizons souhaitables plutot que les risques, et son attachement à un renouvellement de notre démocratie.
Et en bonus, Léonardo Di Caprio a profité de son Oscar pour évoquer longuement à la tribune la gravité du dérèglement climatique.
Et en particuliercelle contre l’aéroport de Notre-dame-des-landes avec de nouveaux rebondissements :
La France doit renoncer à construire l’aéroport de Notre Dame des Landes – Mediapart – 21 février ; où est lancé un appel par des personnalités telles que Naomi Klein, Jean Jouzel, Pierre Rabhi ou Catherine Larrère qui approche des 20 000 signataires, qui rappelle à la présidence française l’engagement qu’elle a pris il y a deux mois à Paris lors de la COP21, et qui appelle à une cohérence entre les paroles et les actes en abandonnant le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.
Notre-Dame-des-Landes : un rapport classé sans suite donne raison aux “anti” – Actu-environnement – 18 février ; où le Canard enchaîné révèle un rapport remis en septembre 2014 à la préfecture des Pays de la Loire, jamais rendu public, et qui estime que rallonger les pistes de l’aéroport existant à Nantes n’aurait pas d’impact négatif sur l’environnement, et même un impact “minime en comparaison de ceux issus de l’urbanisation prévisible en cas de transfert de l’aéroport“…. une solution défendue depuis longtemps par un réseau de contre expertise citoyenne.
Nouvelle démonstration de force des opposants à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes – Le Monde – 27 février ; où l’on s’attarde sur la mobilisation sans précédent qui a eu lieu le 27 février dernier aux abords du site dédié à l’aéroport, et où l’on s’interroge sur l’utilité et la loyauté d’un referendum local annoncé par François Hollande tout en réaffirmant la détermination des opposants.
Et pour aller plus loin, Le Monde revient en chiffres sur le projet d’aéroport, ses coûts, les recours contre lui ou encore ses désastreux effets environnementaux.  
La reprise des négociations sur le Tafta… une mauvaise nouvelle pour le climat
Au nom du climat, rénover les règles du commerce mondial – Le Monde – 22 février ; où l’on s’intéresse à l’urgence d’accorder aux négociations sur les changements climatiques des moyens d’intervenir sur l’économie mondiale, et où l’on s’attarde sur des exemples, comme Keystone XL, qui démontrent que les règles du commerce international priment actuellement sur les droits environnementaux…
Le traité transatlantique de libre-échange est l’ennemi du climat – Reporterre – 19 février ; où l’on démontre l’incompatibilité entre l’Accord de Paris et le Traité de libre-échange Transatlantique, en s’arrêtant sur deux aspects : la contestation par les multinationales des règlementations environnementales qui entravent l’économie mondiale, et le peu de gain de PIB (0,05%) qu’engendrerait cette libre circulation au détriment de l’immense augmentation d’émission de gaz à effet de serre engendrée.
TAFTA : Bruxelles déroule le tapis rouge pour l’industrie fossile ! – Mediapart – 26 février ; où Maxime Combes pointe et dénonce les rencontres secrètes entre l’industriel ExxonMobile et la Commission Européenne, qui montrent sa volonté de faciliter l’exploitation de gaz et de pétrole, à l’heure où transition énergétique devrait être engagée.
Et sortir desfossiles…c’est pas facile !
Campagne américaine : 1 dollar sur 5 provient du secteur des énergies fossilesNovethic – 1er mars ; où l’on révèle que 2 millions de dollars venus de multinationales du gaz et du pétrole ont été injectés dans les comptes de campagne des candidats américains, dont 88% chez les républicains, sans compter les importants financements occultes, et que cette influence directe est assumée par les candidats dont Hilary Clinton.
Appel d’écologistes à l’annulation d’un salon international sur le pétrole offshore Romandie – 26 février ; où plusieurs organisations écologistes appellent à une mobilisation massive à Pau du 5 au 7 avril pour empêcher la tenue du sommet MCE qui regroupe les grands industriels pétroliers et gaziers et vise à “mettre en commun toutes les compétences permettant la réduction des coûts et l’augmentation de l’exploitation du pétrole et du gaz, notamment en eaux profondes”.
L’Agence internationale de l’énergie met en garde contre le sous-investissement pétrolier – Le Monde – 22 février ; où dans une démonstration purement macro-économique et qui ne tient aucun compte du climat ou d’autres paramètres, l’AIE s’inquiète du manque de stock de pétrole à moyen terme si l’on n’investit pas dans de nouvelles exploitations…
Et pour aller plus loin, le Réseau action climat surveille les engagements de Engie et EDF de fermer leurs centrales à charbon (et pas de les revendre), Engie affichant une volonté dese reconcentrer sur des activités peu émettrices de CO2“. Même critique du côté de Total, qui investit dans le solaire… mais dont Attac dénonce le greenwashing avec une vidéo parodique.
Et en bonus : 
Les effets du réchauffement qui s’aggravent de jour en jour, menaçant les coraux marins, affamant l’Amérique centrale, accélérant le rythme de montée des eaux tandis qu’une nouvelle étude montre que cet hiver aura été le plus chaud depuis 1900 et qu’une autre montre les dangers mortels de ces effets… Certains artistes vont plus loin et imaginent l’état de nos villes en 2100.
Le levier de la finance climat, avec en France l’attribution du label finance carbone à deux organismes, tandis que le Comité exécutif des Nations unies sur les pertes et dommages s’est réuni pour creuser la question après l’accord de Paris, et que certains veulent adopter des standards de transparence sur le risque climatique.
– Et en particulier des nouvelles du Fonds vert pour le climat, avec un premier versement des États-Unis, le lancement de financements de projets… mais souvent peu accessibles aux pays qui en auraient le plus besoin. Le Fonds a également accrédité des banques peu exemplaires pour le climat comme le Crédit Agricole ou HSBC, malgré les protestations des ONG.
Les collectivités locales mises à contribution, avec une campagne de désinvestissement carbone de 350.org qui vise à sortir leurs investissements des énergies fossiles, la publication d’un guide des 100 recettes qui marchent pour des villes respectueuses du climat, et un autre en préparation pour les inciter à se servir des marchés publics pour poser des exigences climatiques.
Le salon de l’agriculture, qui aura été l’occasion pour plusieurs ONG de réaffirmer le rôle important de l’alimentation dans la lutte contre le dérèglement climatique… et même particulièrement celui des légumes secs.
– Pendant ce temps… Bill Gates croit très fort dans le progrès technologique et “qu’une nouvelle énergie non-polluante sauvera bientot la planète”…
Questions pour un activiste climatique, le nouveau jeu à la mode lancé par Climate Reality qui liste les 12 questions que les militants climatiques entendent toujours et comment y répondre.

// Revue de Presse – 8 Février 2016 par Victor Vauquois et Marion Esnault d’Alternatiba Paris

L’accord de Paris, une mise en œuvre institutionnelle complexe…

Climat : 2016, l’année de la mise en application de l’accord de Paris – Novethic – 25 janvier ; où l’on dresse le très utile agenda 2016 des événements institutionnels sur le climat, de la préparation de la COP 22 à différents sommets internationaux qui traiteront de la question.

COP21 : le dur retour à la réalité après l’euphorie du Bourget – Les Échos – 22 janvier ; où l’on se penche plus particulièrement sur l’importance au niveau diplomatique du travail qui demeure pour la mise en oeuvre de l’accord de Paris.
COP21 : le côté obscur de l’accord – Contexte – 18 janvier ; où l’on dresse le tableau des nombreux flous qui demeurent autour de l’application de l’accord, sur les systèmes de transparence et d’harmonisation des contributions nationales, le financement ou l’application du mécanisme de révision par exemple.

Par ailleurs, Pascal Canfin revient en vidéo sur les enjeux du passage de la Cop 21 à la 22, tandis que Laurence Tubiana a été nommée par la France “championne” pour le climat, “chargée de maintenir la dynamique enclenchée par l’accord de Paris”

Et au delà, des batailles climatiques concrètes à mener pour le respect des objectifs de l’accord :
“La multiplication des accords de libre-échange est incompatible avec la lutte contre le changement climatique” – Novethic- 2 février ; où Thomas Porcher et Henri Landes montrent l’incohérence qu’il y a à négocier des traités de libre-échange néfastes pour l’environnement d’un côté et un accord pour le climat de l’autre… tandis qu’un cas concret, sur l’exploitation de pétrole par Total en Ouganda, vient leur donner un exemple d’application climaticide d’un traité de libre-échange.
Climat: Mme Royal plaide pour un prix élevé du carbone devant des investisseurs internationaux – Le Point – 27 janvier ; où la ministre française ressort à l’ONU devant des investisseurs l’idée de marché carbone, abandonnant l’idée d’un prix universel et tablant sur une fourchette de prix à l’augmentation progressive à travers le monde.

Notre-Dame-des-Landes: Le Réseau Action Climat appelle le gouvernement à la cohérence pour le climat – L’Humanité – 26 janvier ; où l’on revient sur l’appel à l’arrêt du projet au nom du climat, sur les expulsions sur la zone de l’aéroport validées par le tribunal, et les mobilisations en riposte qui se préparent pour bloquer le projet.

Plus de précisions sur la préparation de la COP 22, dans les médias marocains
La Dream Team de la COP 22 – Le Huffington Post Maroc – 3 février ; où est créé un haut commissariat composé de 7 personnalités apolitiques (approuvées par le roi) chargé du suivi de la Cop 22… afin d’éviter le risque de changement de majorité politique aux élections législatives qui auront lieu un mois avant la Cop 22.

COP 22: François Hollande réitère son engagement auprès du Maroc – Le Huffington Post Maroc – 21 janvier 2016 ; où l’on revient sur l’appel de Tanger co-signé par la France et le Maroc pour “une action solidaire et forte en faveur du climat” et où l’on rappelle que cette COP22 qui aura lieu du 7 au 18 novembre à Marrakech sera tournée vers la question de l’adaptation.

En France, la transition énergétique souhaitée, possible… mais peu investie

La France aggrave son retard dans les énergies renouvelables – Le Monde – 4 février ; où l’on montre que la France est bien moins exemplaire qu’affiché en matière d’énergies renouvelables, que les investissements dans le secteur restent bas, et que ses objectifs seront très difficilement atteints.
Autonomiser les territoires pour engager la transition énergétique dans la durée – Le Monde – 4 février ; où plusieurs réseaux de collectivités engagées dans la transition énergétique plaident pour la pérennisation des financements aux collectivités en la matière, et la création de postes d’animateurs de transition locaux qui permettraient de lancer et faire vivre des dynamiques.
Enercoop, l’énergie en essaimage – La Croix – 3 février & Les Français s’ouvrent à l’énergie solaire à domicile – Le Figaro – 23 janvier ; où le succès grandissant de Enercoop qui a passé les 30 000 clients et vise les 150 000 en 2020 ainsi de des sondages récents sur le solaire, montrent que les français semblent prêts à investir individuellement dans les renouvelables.
La filière éolienne continue à avoir le vent en poupe – Les Echos – 21 janvier 2016 ; où l’on voit que le parc éolien français est en progression, même si demeure un besoin d’accélération et de volontarisme politique pour atteindre les objectifs de 40% d’énergies renouvelables dans le bouquet électrique en 2030.

Et au niveau mondial, un nouveau rapport de l’AIE montre que le doublement des énergies renouvelables permettrait un gain de croissance de plus d’1 point.

Et à travers le monde, la bataille climatique continue, entre pays développés qui reculent et BRICS au volontarisme contrasté

Etats-Unis : le climat, grand absent de la campagne présidentielle – Novethic – 29 janvier ; où l’on assiste, sans grande surprise à quelques jours des primaires etasuniennes, au climatosceptisme des républicains, à la frilosité des démocrates et à l’absence dans le débat médiatique de la question climatique.

Le Japon remet de l’atome dans son énergie – Libération – 29 janvier ; où pour limiter l’importation d’autre énergies fossiles et la hausse du prix de l’électricité, le Japon exploite à nouveau ses centrales nucléaires avec des normes de sécurité dites strictes qui laissent sceptique l’opinion publique.

La réduction des émissions agricoles s’annonce complexe en UE – Euractiv – 27 janvier ; où la Commission Européenne se confronte à et plie sous la pression des lobbys agricoles qui ne souhaitent pas voir des directives contraignantes réduire les émissions de méthane et d’amoniac…

Rafale, énergie solaire, transports… Les clés de la visite de Hollande en Inde – L’Express – 25 janvier & L’Alliance solaire internationale inaugurée en Inde – Novethic – 25 janvier ; où en visite en Inde, François Hollande a participé à l’inauguration de l’Alliance solaire internationale, promis une aide via l’AFD de 300 millions d’euros sur 5 ans, mais aussi négocié la vente de réacteurs nucléaires ou de Rafales… tandis que l’Inde s’apprête à doubler sa consommation de charbon.

Chine : des émissions de CO2 en baisse en 2015 Novethic – 20 janvier ; où l’on découvre que la Chine accélère nettement sa transition énergétique avec en un an une baisse de 4% de consommation d’électricité à base de charbon et une forte augmentation du développement des énergies renouvelables, le tout pour des émissions carbone qui baissent de 3%.

Et en bonus :

Parler climat simplement mais surement, avec la Revue Projet qui nous invite à relever le défi climatique en commençant par élargir nos imaginaires. Un conseil a, peut-être, donner aux “plus riches” qui se demandent sur Reporterre pourquoi ils devraient faire plus d’efforts que les autres ? Ou mieux peut être, une incitation comme le propose Jean-Baptiste Comby à repolitiser la question du climat ? Et si finalement, les droïdes de Star Wars pouvaient nous aider à décrypter l’accord ?

Le climat qui continue de se dérégler, avec des effets désastreux sur les vergers, ou la faune, tandis que la fréquence des El Ninos s’accroit, et que les forêts d’Europe n’arrivent pas à tempérer le réchauffement.

Le retour des énergies fossiles, alors que la justice autorise à Total un permis d’exploration pour des gaz de schiste en France, ou que les contrevérités sur la sortie du nucléaire de l’Allemagne ressortent.

– Et en particulier, la chute du prix du pétrole qui entraine celle des bourses mondiales, américaines, asiatiques, et maintenant européennes, ainsi que celle des bénéfices des multinationales du secteur. Les pays pétroliers pourraient réagir en limitant la production pour limiter l’offre et faire remonter les prix… des jeux économiques qui s’intéressent peu aux impératifs de protection du climat.

– Pendant ce temps-là, le mouvement climatique réfléchit à la suite de la mobilisation, notamment avec des actions de désobéissance civile, qui ont marqué la COP21.

La précarité énergétique, avec 10% des européens qui la subissent selon la Commission Européenne, tandis qu’en France, l’on expérimente les chèques énergies dans 4 départements pour remplacer les tarifs sociaux.


  • 0
couv-alternatibar

  • 0

Revue de presse 2015 Alternatiba Rhône

Tags : 

France 3 Rhône Alpes ‘Un village des alternatives à Lyon’ Dim. 11 oct.

France 3 Rhône Alpes ‘Food Rescue Party’ Vend. 9 oct.

Le Progrès ‘Alternatiba propose ce week-end des solutions concrètes sur les alternatives’ Sam. 10 oct.

Acteurs de l’Economie La Tribune ‘Alternatiba, l’engouement citoyen face à la timidité diplomatique’ Vend. 9 oct.

Lyon Capitale ‘Un village des Alternatives sur les quais du Rhône à Lyon’ Sam. 10 oct.

Rue 89 Lyon ‘Des alternatives de consommation à la veille de la Cop21’ Vend 9 oct.

> Reporterre ‘Le grand Village des Alternatives de Lyon par Alternatiba Rhône’

> Radios Canut, RTU, Scoop, Médias Citoyens semaine du 5 au 11 oct.

– Mars 2015 : Le progrès – Givors. 20 personnes à la rencontre Alternatiba

– Mars 2015 : La bicy’lettre

– Mars 2015 : Le progrès – Le mouvement Alternatiba mobilise autour du défi climatique

– Février 2015 : Radio Canut

– Février 2015 : Le Progrès – Un village Alternatiba pourrait avoir lieu à Givors

– Février 2015 : Reporterre – Cinquante Alternatiba auront lieu cette année

– Février 2015 : Mediapart – Le Tour Alternatiba a gagné son premier pari !

– Février 2015 : Libération – Repères : Alternatiba – Libération encore – Alternatiba, noyau durable

– Janvier 2015 : Reporterre – Avec Noël Mamère, un coup de pouce pour Alternatiba !

– Janvier 2015 : Silence – Sauvegarder le climat par ‘le bas’?

– Mars 2014 : Politis – Le mouvement Alternatiba s’amplifie et prépare un Tour de France


Lettre d’information Alternatiba Rhône

Suivez-nous sur Twitter