Tag Archives: Résistances

  • 0

Convergence : Mettons la transition écologique et sociale sur les rails !

Tags : 

 

Article Alternatiba du 18 avril 2018

La convergence se met en route ! Des groupes Alternatiba et ANV-COP21 se mobilisent actuellement avec les syndicats cheminots, les mouvements étudiants, les associations opposées au projet de loi Asile-Immigration, les mouvements de solidarité avec les personnes migrantes, les zadistes de Notre-Dame-des-Landes… qui luttent actuellement toutes et tous contre la politique menée par le gouvernement d’Emmanuel Macron et Edouard Philippe.

Alternatiba et ANV-COP21 appellent les citoyennes et les citoyens à se mobiliser en nombre pour renforcer les convergences entre les mouvements répondant à l’urgence sociale et les mouvements répondant à l’urgence climatique. Ensemble, mettons la transition écologique et sociale sur les rails !

À Anglet, Bayonne, Besançon, Caen, Nantes, Paris, Rouen, Toulouse… rejoignez le mouvement !

  • Mardi 17 avril
    Atelier sur l’action directe non-violente et la désobéissance civile avec le GIGNV (ANV-COP21 Nantes), les Désobéissants, et les étudiants grévistes de la faculté des sciences de Nantes, à 14h à la fac des sciences humaines de Nantes. Contactgignv@riseup.net
  • Jeudi 19 avril
    • à Anglet : Manifestation « Urgence sociale ! Urgence écologique ! On lâche rien ! » avec Bizi!, la CGT Cheminots, HK et Mali Karma https://bizimugi.eu/on-lache-rien
    • à Besançon : AG et manif avec Alternatiba, ANV-COP21, CGT, Vélocampus, Lutopik, France Insoumise, Solidaires, CGTL, SUD, SolMiRewww.facebook.com/FeteAMacronBesac
    • à Caen avec Alternatiba dans la manif des cheminots et des services publics
    • à Rouen avec Alternatiba dans la manif des cheminots et des services publics
  • Lundi 23 avril
    à 18h00 à Caen, Forum “Pour que chaque secteur en lutte puisse s’exprimer et opérer la convergence”. Place du Théâtre à Caen
  • Samedi 28 avril
    à Besançon, Fausse manif de droite avec Alternatiba, ANV-COP21, CGT, Vélocampus, Lutopik, France Insoumise, Solidaires, CGTL, SUD, SolMiRewww.facebook.com/FeteAMacronBesac
  • Du vendredi 28 avril au mardi 1er Mai
    à Toulouse, Bazar au Bazacle, convergence des luttes (Droits sociaux, droits humains), organisé par le collectif Bazar au Bazacle dont fait partie Alternatiba Toulouse. Stands, spectacles, concerts, débats, restauration. Alternatiba mutualise son matériel, propose des stands, co-organise avec ANV-COP21 la projection-débat de 317, parraine le débat de Ô Toulouse Métropole sur la (re)mise en régie publique de l’eau, participe au débat final (Pour la convergence des luttes, quelle résistance ?).
  • Mardi 1er mai
    • à Bayonne : Cortège « Eux, c’est nous ! » dans la manif du 1er mai, en solidarité avec les migrants et contre le projet de loi Asile-Immigration, avec Bizi !
    • à Besançon : AG et manif avec Alternatiba, ANV-COP21, CGT, Vélocampus, Lutopik, France Insoumise, Solidaires, CGTL, SUD, SolMiRewww.facebook.com/FeteAMacronBesac
    • à Caen avec Alternatiba dans la manif du 1er mai
    • à Paris :  Action Climat Paris et Alternatiba Paris à la manif du 1er mai pour la fête du travail

  • 0

Cent noms pour une Zone d’Agriculture Durable à Notre-Dame-Des-Landes

Tags : 

Reprise de la tribune parue sur Médiapart le 12 avril

Alors qu’à Notre-Dame-des-Landes, la ferme des cent noms est tombée, de nombreuses personnalités politiques, associatives, syndicales ou universitaires demandent «l’arrêt immédiat des interventions policières et l’ouverture d’un vrai dialogue qui permette dans le respect de la loi l’élaboration de conventions individuelles, mais aussi collectives».

Au prétexte du respect de l’« État de droit », des femmes et des hommes qui cultivaient la terre et pratiquaient l’élevage ont été délogé·e·s de leur lieu d’activité et de vie. Leur ferme, où deux agneaux sont nés la semaine passée, a été détruite. Ces paysannes et ces paysans occupaient un terrain appartenant à l’Etat. Pourtant, il leur avait été promis qu’une solution viable, pacifique et tournée vers l’avenir serait recherchée. Ils/elles étaient en discussion avec la préfecture pour obtenir une convention d’occupation collective de ces terrains.

Le collectif : voilà le sujet du combat qui se joue à Notre-Dame-des-Landes. Quand le Gouvernement impose des conventions d’occupation temporaires individuelles, des paysan·ne·s, de la ferme des Cent noms ou d’ailleurs, envisagent leur activité collectivement.

La question de la propriété de la terre et le fait qu’elle puisse appartenir à celles et ceux qui la travaillent est un enjeu considérable de l’Histoire politique de notre pays et du monde. L’un des ressorts de la Révolution française reposait sur cette question majeure. La lutte des paysan·ne·s sans-terre d’Amérique latine comme l’accaparement des terrains agricoles par la Chine et les puissances occidentales en Afrique en sont l’expression criante aujourd’hui. Si notre tradition et notre Histoire envisagent la possession de terres principalement de façon individuelle, l’imaginaire politique qui existe à Notre-Dame-des-Landes et ailleurs prend appui sur un constat critique du rapport à la propriété pour expérimenter des propositions nouvelles.

Nous n’héritons pas de la terre de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants. Dès lors, les écologistes et toutes celles et tous ceux qui réfléchissent à une autre relation à l’agriculture et aux sols envisagent légitimement, à coté de la propriété individuelle, une propriété collective, partagée, de la terre, ainsi qu’un travail lui aussi appréhendé collectivement.

Depuis des décennies, le labeur des agricultrices et des agriculteurs n’a cessé de s’alourdir pour des revenus de plus en plus faibles. Isolé·e·s les un·e·s des autres, les agriculteurs·trices de notre pays souffrent et meurent. À Notre-Dame-des-Landes, l’intervention brutale des forces de l’ordre ne vise pas à faire respecter le droit. Elle vise à combattre une idée : celle d’un autre rapport à l’agriculture, en rupture avec le modèle productiviste.

Dans un monde globalisé, où la concurrence et l’individualisme font rage en délitant les liens de solidarité humaine et en détruisant l’environnement, les paysan·ne·s de Notre-Dame-des-Landes sèment les graines d’un autre monde. Les défricheuses et les défricheurs de ce nouveau monde désirable n’ont pas toujours raison, mais celles et ceux qui les moquent, les oppriment et qui les blessent ont toujours tort. En accordant la possibilité de conventions d’occupation collective des terres de Notre-Dame-des-Landes à celles et ceux qui en font la demande, ce que le droit permet, le Gouvernement n’abandonnerait pas son autorité. Au contraire, il ferait la preuve de sa disponibilité et de son ouverture à une approche différente de l’agriculture.

La ferme des 100 noms est tombée mais son imaginaire, celui qui s’est épanoui à Notre-Dame-des-Landes, est porteur d’espoir. Nous sommes convaincu·e·s que cet espoir est notre avenir. Il n’est pas trop tard. Nous réclamons le droit de laisser vivre cette alternative pour transformer en réalité le rêve d’une agriculture ancrée sur les territoires, respectueuse du vivant et des paysan.ne.s.

Nous affirmons que cette France qui s’investit contre les grands projets destructeurs et dangereux sait et peut construire un monde meilleur.

Nous demandons l’arrêt immédiat des interventions policières et l’ouverture d’un vrai dialogue qui permette dans le respect de la loi l’élaboration de conventions individuelles, mais aussi collectives, d’occupation des terres de Notre-Dame-des-Landes.

Pour signer cette tribune en ligne :

https://100noms.typeform.com/to/TO4gy9

 

Premier·es signataires :
Arnaud Apoteker, tribunal Monsanto; Isabelle Attard, ancienne députée; Clémentine Autain, députée du groupe LFI; Geneviève Azam, Attac; Laurence Abeille, ancienne députée écologiste;

Pénélope Bagieu, autrice de bandes dessinées; Guillaume Balas, co-coordinateur de Génération.s; Clotilde Bato, directrice de SOL-asso; Michel Bauwens, fondateur de la Fondation P2P; Julien Bayou, porte-parole EELV; Sandrine Bélier, ancienne députée européenne; Esther Benbassa, sénatrice EELV; Fatima Benomar, Les effrontées; Michel Bérhocoirigoin, paysan, co-fondateur de la Confédération paysanne; Martine Billard, secrétaire nationale à l’écologie du PG; Christophe Bonneuil, historien, CNRS; Dominique Bourg, philosophe; Jacques Boutault, maire du 2e arrondissement de Paris; Pauline Boyer, porte-parole Alternatiba; Sophie Bringuy, conseillère régionale EELV des Pays-de-Loire; Sophie Bussière, avocate au barreau de Bayonne et militante écologiste;

Valérie Cabanes, essayiste et juriste; Alice Canabate, vice-Présidente de la FEP; Aymeric Caron, journaliste, écrivain, porte-parole du REV; Damien Carême, maire EELV de Grande-Synthe; Naima Charai, Génération.s; Pascal Cherki, Génération.s; Philippe Colomb, président d’Agir pour l’environnement; Eric Coquerel, députée du groupe LFI; Maxime Combes, économiste; Hugo Cordier, co-secrétaire des Jeunes écologistes; David Cormand, secrétaire National EELV; Christel Cournil, juriste et enseignante chercheuse; Thomas Coutrot, porte-parole d’Attac;

Célia Da Costa Cruz, co-secrétaire des Jeunes écologistes; François Damerval, Cap21; Laurence de Cock, professeure et chercheuse; Jean-Paul Deléage, fondateur et directeur de la revue Ecologie & Politique; Estelle Deléage, rédactrice en chef de la revue Ecologie & Politique; Karima Delli, députée européenne EELV; Stéphane Delpeyrat, Génération.s; Florence Denier-Pasquier, membre du CESE; Marie Desplechin, auteure; Rokhaya Diallo, journaliste et réalisatrice; Cyril Dion, auteur-réalisateur; Clémence Dubois, 350.org; Michel Dubromel, Président de FNE; François Dufour, conseiller régional, syndicaliste et faucheur volontaire; Marc Dufumier, agronome; Julien Durand, porte-parole de l’ACIPA, paysan;

Quentin Erades, lauréat de l’Institut De l’Engagement; Txetx Etchevery, Bizi;

David Flacher, Porte-parole d’Utopia; Charles Fournier, vice-Président EELV de la Région Centre Val-de-Loire; Bastien François, président de la Fondation pour l’écologie politique;

Roccu Garoby, autonomiste corse, membre du PNC; François Gemenne, chercheur en sciences politiques, Université de Liège, professeur à SciencesPo.; Guillaume Gontard, sénateur divers gauche de l’Isère; Gueraud Guibert, président de la Fabrique écologique;

Emilie Hache, philosophe; Nicolas Haeringer, 350.org; Benoit Hamon, Génération.s;

Nicolas Imbert, directeur de Green Cross France;

Yannick Jadot, député européen EELV; Mila Jeudy, Génération.s; Eva Joly, députée européenne EELV; Samuel Juhel, Président du REFEDD; Jean-François Julliard, Délégué général de Greenpeace France;

Stéphen Kerckhove, Délégué général d’Agir pour l’environnement;

Annie Lahmer, conseillère régionale EELV; Jean-Charles Lallemand, secrétaire général du PG; Aurore Lalucq, porte-parole de Génération.s; Philippe Lamberts, président du groupe Verts – ALE au Parlement Européen; Frédéric Lamblin, directeur d’une association agricole et environnementale; Mathilde Larrere, historienne; Sarah Legrain, Secrétaire nationale aux relations extérieures du PG; René Louail, paysan; Benjamin Lucas, Génération.s; Roxane Lundy, Génération.s; Alexandra Lutz, présidente de CliMates;

Sébastien Mabile, avocat; Noel Mamère, journaliste et militant écologiste; Dominique Méda, sociologue et philosophe; Jean-Luc Mélenchon, président du Groupe LFI à l’Assemblée nationale; Guillaume Meurice, humoriste; Benoit Monange, directeur de la Fondation de l’Ecologie Politique; Claire Monod, co-coordinatrice Génération.s; Corinne Morel-Darleux, conseillère régionale AURA LFI; Cécile Muret, secrétaire Nationale de la Confédération Paysanne;

Franck Nicolon, conseiller régional EELV Pays-de-Loire;

Jon Palais, ANV-Cop 21; Mathilde Panot, députée du groupe LFI; Corine Pelluchon, philosophe, professeur à l’Université Paris-Est-Marne-La-Vallée;

Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération Paysanne; Eric Piolle, maire EELV de Grenoble; Emmanuel Poilane, directeur de France Liberté; Thomas Porcher, économiste; Loïc Prud’homme, député du groupe LFI;

François Ralle Andreoli, conseiller consulaire; Sandra Regol, porte-parole EELV; Michèle Rivasi, députée européenne EELV; Marie-Monique Robin, journaliste d’investigation et réalisatrice; Barbara Romagnan, militante écologiste et féministe; Clément Rossignol Puech, maire de Bègles;

Laetitia Sanchez, conseillère régionale EELV de Normandie; Olivier de Schutter, ancien rapporteur spécial pour le droit à l’alimentation de l’ONU et Président de IPES Food; Arnaud Schwartz, membre du CES européen; Pierre Serne, conseiller régional EELV; Danielle Simonet, coordinatrice du PG;

Claude Taleb, conseil Régional écologiste de Normandie; Laura Slimani, Génération.s;

Annie Thebaud-Mony, association Henri Pezerat; Nicolas Thierry, vice-président du Conseil Régional Nouvelle Aquitaine, EELV; Marie Toussaint, présidente de Notre affaire à tous;

François Veillerette, militant écologiste; Véronique Vinet, conseillère régionale EELV d’Occitanie; Vincent Verzat, youtubeur; Denis Vicherat, directeur des éditions Utopia; Patrick Viveret, philosophe…

 


  • 0
action bayer monsanto samedi 3 mars

Action samedi 3 mars : contre la fusion entre Bayer et Monsanto ! 💥

Tags : 

Action : contre la fusion entre Bayer et Monsanto !

Ce samedi 3 mars, pour exprimer notre opposition à la fusion entre Bayer et Monsanto nous passerons à l’action ! Nous vous donnons rendez-vous à 10h30 dans le square à l’extérieur de la station de métro Gorge de Loup à Lyon.

Bayer tente de racheter la firme américaine Monsanto

La Commission européenne (CE) s’interroge sur la l’impact de cette fusion vis-à-vis du respect de la loi du marché / de libre concurrence car la fusion des 2 firmes conduirait à une situation de monopole. (30% du marché mondial des semences & 24% des pesticides)

La Commission possède un pouvoir de veto (au delà de toute transaction supérieure à 5 milliards d’euros : ici, c’est 60 Milliards d’€) afin de valider ou non cette fusion. Le vote initialement prévu fin 2017 a été repoussé au Lundi 12 mars.

C’est pourquoi

« nous proposons aux citoyen·nes de passer de l’indignation à l’action »
en participant à une action public de désobéissance civile non-violente, afin de mettre Bayer et ses employé·es face à cette problématique de santé publique et économique.
En effet, nous ne pouvons accepter que deux mastodontes de l’industrie des semences et des pesticides fusionnent et forment une seule et même entité.

Un die-in pour dénoncer la mise en danger des êtres vivants

Nous allons réaliser un die-in (personnes allongées et immobiles durant quelques minutes) devant le siège social de Bayer dans le quartier de Lyon 9ème.

Nous vous invitons à venir déguisé·es en animaux, fruits et légumes, ou simplement en Humains victimes des pesticides dont Bayer et Monsanto sont les promoteurs.

À la suite de cette chorégraphie, des prises de paroles de divers collectifs et citoyen·nes (naturalistes, paysan·nes, représentant·es associatifs, élu·es …) auront lieu.

Cette action, a pour but de sensibiliser les citoyen·nes sur la dangerosité du glyphosate, produit phare de Monsanto, et de convaincre l’Union Européenne que cette fusion n’est pas le bon choix pour ses citoyen.nes.

Notre action est publique et vous pouvez relayer notre appel via l’événement sur facebook et twitter, et signer la pétition suivante.

RDV
SAMEDI 3 MARS
toutes et tous déguisé·es
à 10h30
station de métro Gorge de Loup – Lyon

En quelques chiffres :

– 200 000 morts / an en France à cause de pesticides
– 68 000 tonnes de pesticides vendus en 2016 en France
– 60 milliards d’€ c’est le coût de rachat de Monsanto par Bayer
– En 2016 & 2017, le ministère de l’agriculture a autorisé la mise sur le marché de 50 nouveaux produits dits CMR (Cancérigènes Mutagènes Reprotoxiques).

 


  • 0

Des arbres, pas des pubs ! La pétition lyonnaise qui fait grand bruit

Tags : 

Communiqué

Lyon, le 30 novembre 2017 

Des arbres, pas des pubs ! La pétition lyonnaise qui fait grand bruit 

Ce mercredi 29 novembre 2017, le youtubeur lyonnais Vincent Verzat “Partager, c’est sympa !” a mis en ligne sur les réseaux sociaux une vidéo virale sur le thème de la publicité, rappelant ses effets néfastes sur l’environnement, les paysages mais aussi et surtout sur le conditionnement psychologique qu’elle engendre. Déjà vue des dizaines des milliers de fois en quelques heures seulement, elle a été élaborée en collaboration avec le collectif « Plein la vue » qui a lancé au même moment une pétition à l’échelle de la métropole lyonnaise “Des arbres pas des pubs ! Libérons la métropole lyonnaise de la pression publicitaire

Déjà signée plus d’un millier de fois en une demi-journée, cette pétition est lancée quelques jours avant la délibération de la Métropole de Lyon sur le démarrage de l’élaboration du prochain Règlement Local de Publicité Intercommunal, avec pour objectif de sensibiliser les grands-lyonnais et leurs élus sur la question.

Au-delà des critiques de la pression publicitaire, les pétitionnaires appellent surtout, in fine, à « l’embellissement de la métropole et l’amélioration de notre cadre de vie, avec un espace public libéré de ces nombreux appels à la consommation, souvent simplistes et sexistes. »

Soutenue par de nombreuses associations de la métropole (telles Les Amis de la Terre RhôneAlternatiba Rhône ou I-Boycott), la pétition n’oublie pas de tordre le cou aux idées reçues sur les soi-disant avantages de ces publicités.

Enfin elle propose des solutions : moins de panneaux, plus petits, et surtout, l’interdiction totale des publicités numériques et lumineuses.

Cette pétition qui fait déjà grand bruit témoigne de la mobilisation de nombreux citoyens soucieux de l’impact de la publicité sur leur vie, le conditionnement psychologique que cela engendre, les conséquences environnementales et la dégradation des paysages urbains. 

Signer la pétition

Contact – Collectif « Plein la vue »
Mail – Page Facebook – Compte Twitter
Benjamin Badouard
Tel 06 13 55 00 30 
– Mail collectif.pleinlavue@gmail.com

 


  • 1

Forte mobilisation citoyenne contre l’A45 les 1 & 2 juillet à Saint-Maurice-sur-Dargoire

Tags : 

Pari tenu: l’opposition à l’inutile autoroute A45 grandit! Retrouvez le communiqué publié par la Coordination des opposants à l’A45 le dimanche 2 juillet, à l’issue du WE festif de mobilisation contre ce projet climaticide et coûteux.

 

La coordination des opposants à l’A45 se félicite de la mobilisation citoyenne et paysanne lors du rassemblement tenu à Saint-Maurice sur Dargoire (Rhône) ces 1er et 2 juillet : au cours du week-end, ce sont entre huit et dix milles personnes qui ont tenu à exprimer par leur venue leur opposition à l’inutile et coûteuse autoroute A45. En forte hausse par rapport aux rassemblements précédents (1), cette participation délivre un message clair au gouvernement : il est désormais de sa responsabilité de ne pas signer le décret donnant concession de l’autoroute à Vinci.

Ce dimanche matin, ce sont 120 tracteurs, représentant autant d’exploitations agricoles sur l’ensemble des territoires concernés par le projet d’autoroute, qui ont rejoint le rassemblement pour dessiner un spectaculaire « NON A45 » dans un champ qui se trouve sur le tracé de l’autoroute. Cette mobilisation exemplaire du monde paysan s’ajoute à celle de la cinquantaine de marcheurs partis de Saint-Etienne mardi 27 juin qui arriveront à Lyon le mardi 4 juillet, à la centaine de cyclistes de la vélorution qui ont rejoint Saint-Maurice sur Dargoire depuis Lyon, ainsi qu’à la démarche du collectif des naturalistes contre l’A45 et celle des organisations citoyennes et d’élus mobilisés de longue date contre ce projet d’autoroute.

La coordination des opposants à l’45 tient à souligner que cette très grande diversité, visible tout au long du week-end, est une grande richesse qu’elle s’attachera à faire vivre dans les semaines et mois à venir. Des conférences aux concerts, des cuisines à la buvette, en passant par le marché paysan, les performances artistiques, le village des alternatives et des luttes, la coordination des opposants à l’A45 se réjouit d’un week-end en tout point réussi. Rendu possible par la présence de 330 bénévoles, mobilisant des ressources et des savoirs insoupçonnés, ce week-end s’est déroulé dans une ambiance conviviale et chaleureuse saluée par tous.

Lors de ce week-end, une force collective s’est affirmée et de nouvelles solidarités se sont exprimées. La résignation et le fatalisme refluent tandis que la détermination des opposants à l’A45 n’en est que plus forte : « tant qu’il restera un recours possible ou une action pour empêcher les expropriations et bloquer les (éventuels) futurs travaux, nous n’abandonnerons pas ». Au lendemain de ce week-end de mobilisation en tout point réussi, il est désormais de la responsabilité du gouvernement de ne pas signer le décret et d’abandonner ce projet d’autoroute suranné.

Il est grand temps d’arrêter de gaspiller l’argent public pour des infrastructures inutiles, qui détruisent des territoires et qui ne sont pas compatibles avec les engagements renouvelés en matière de lutte contre les dérèglements climatiques et de protection de la biodiversité : « aucun doute, on préfère des produits de qualité aux bretelles d’autoroute » a-t-il été affirmé pour insister sur l’urgence d’une alternative en matière agricole et d’aménagement du territoire.

La coordination des opposants à l’A45
Saint-Maurice sur Dargoire 2 juillet 2017

(1) 1500 personnes à Saint-Etienne le 18 juin 2016 ; 2500 personnes à Mornant le 18 septembre 2016
(2) Plus de vidéos et de photos à retrouver sur le site http://nona45.fr/ et sur les comptes Twitter et Facebook de la coordination des opposants à l’A45. Revue de presse de la mobilisation contre l’A45.


  • 0

Construire une lutte citoyenne et populaire : Désobéissance civile et stratégie de lutte non-violente lors de la mobilisation des opposants à l’A45 les 1 & 2 juillet 2017

Tags : 

10 000 personnes étaient réunies le week-end des 1&2 juillet à Saint Maurice sur Dargoire pour dénoncer le projet inutile, imposé et climaticide d’autoroute A45.

Sur des terres qui seraient traversées par le projet d’autoroute, la Coordination des Opposants à l’A45 a su réunir très largement citoyens et paysans, des deux départements concernés, Loire et Rhône et bien au-delà, pour un temps fort et historique de mobilisation, de fête, de proposition d’alternatives concrètes et de résistance.

Si le projet n’est pas récent, il a été remis sur la table à l’été 2016, avec le vote des budgets par les collectivités. 500 hectares de terres agricoles sacrifiées, 375 fermes menacées, 845 millions d’euros d’argent public engagés, désertification assurée pour Saint-Etienne, catastrophe écologique, poursuite des logiques de dépendance au tout-routier et au pétrole, pour un projet d’autoroute absurde, payant, qui doublerait la première autoroute déjà existante.

Les alternatives sont nombreuses et les citoyens et paysans bien décidés à défendre leur territoire et à continuer d’engager la transition.

Une nouvelle phase de lutte se met en place depuis septembre 2016 avec la naissance d’une convergence, la Coordination des Opposants à l’A45 et l’arrivée de nouveaux acteurs dans la mobilisation.

Nouvelle génération sensibilisée au réchauffement climatique, à la lutte contre les infrastructures et projets inutiles, à la nécessité de relocaliser l’économie, à l’importance d’une agriculture durable et d’une alimentation de qualité : de nombreux citoyens de nouveaux horizons ont décidé d’adjoindre leurs forces aux historiques de la lutte avec de nouvelles manières de faire, de rassembler, de sensibiliser et de résister.

image site

Le week-end des 1&2 juillet a permis d’asseoir la mobilisation et de lui donner une ampleur nationale. Les enjeux climatiques sont au coeur de la parole donnée par le nouveau président de la République dont la Coordination des Opposants à l’A45 attend qu’elle soit traduite en actes par le gouvernement et que le décret qui donnerait concession du projet à Vinci ne soit pas signé.

Une dizaine d’organisations et de mouvements dont Alternatiba et ANV-COP21 interpellaient ainsi le gouvernement en amont du grand rassemblement avec une lettre ouverte “Autoroute A45 et dérèglement climatique : Des paroles aux actes”.

Désobéissance civile et stratégie de lutte non-violente

A côté des ateliers sur les nombreuses alternatives à développer au projet, la protection de la biodiversité, les villes en transition, les territoires à défendre et autres luttes avec des intervenants de NDDL, Larzac et Lyon-Turin, il a été question de stratégie de mobilisation et de lutte.

Un temps d’échange spécifique “Construire une lutte citoyenne et populaire” s’est tenu le samedi (Jean-Luc Juthier Faucheurs Volontaires, Julien Rivoire Militant altermondialiste et pour la justice climatique, Erwan Le Sehan Communauté de l’Arche,  Sylvine Bouffaron ANV-COP21).

Il a notamment été question au cours de cet atelier de désobéissance civile et de stratégie de lutte non-violente avec Action Non-Violente COP21, les retours d’un Faucheur Volontaire et le témoignage d’Erwan de la Communauté de l’Arche.
La voix de la stratégie non-violente a clairement été portée par ANV-COP21 comme une réelle opportunité à mettre en place dans la mobilisation qui se construit contre le projet d’autoroute A45.
Panel d’actions large permettant à tout un chacun de participer selon son envie, son niveau d’engagement, son âge, sa situation, objectif d’adhésion populaire à poursuivre, nécessité d’assumer les actions collectivement ont été au coeur des échanges. Ont été explicités les postures et critères de la non-violence au cours de l’atelier.

Des témoignages d’Erwan et son expérience de clown activiste et de Sylvine avec un retour concret sur le blocage du Sommet du pétrole offshore de Pau ont permis de mesurer ce qu’offre la stratégie non-violente, d’en montrer la radicalité, l’inclusivité et l’efficacité.

IMG_9325
Soutien de Christian Roqueirol (Larzac), Sylvine Bouffaron ANV-COP21 samedi 1er juillet 2017

Soutien remarqué de Christian Roqueirol, historique du Larzac venu témoigner de l’importance de la non-violence comme stratégie globale : “Je comprends la colère mais on ne peut pas mélanger les genres”. “Il faut attirer la sympathie et montrer d’où vient la violence”.

Plus de 80 personnes ont assisté à cet atelier qui a permis d’avancer sur la construction de la lutte et la poursuite de la mobilisation.

Sur le site du rassemblement était également proposée le dimanche une formation à l’action directe non-violente à laquelle plus de cent personnes ont participé.

IMG_9613
Formation à l’action non-violente dimanche 2 juillet 2017

>> Le Communiqué “Pari tenu : l’opposition à l’inutile autoroute A45 grandit !”
>> Voir la vidéo du Happening NonA45
>> Revue de presse NonA45 


  • 0
Le gouvernement ne doit pas signer le décret donnant concession de l’A45 à Vinci

Le gouvernement ne doit pas signer le décret donnant concession de l’A45 à Vinci

Tags : 

Rendez-vous au grand rassemblement des 1 et 2 juillet à Saint Maurice sur Dargoire (69)

L’avis favorable rendu par le Conseil d’Etat ne vaut pas signature du gouvernement : la coordination des opposants à l’A45, mobilisée de longue date, appelle le gouvernement à passer de la parole aux actes et à ne pas signer le décret donnant concession de l’A45 à Vinci alors que ce projet d’autoroute, qui gaspille les deniers publics sans résorber les difficultés de transport, détruit des terres agricoles et n’est pas climato-compatible. Elle appelle à faire du rassemblement festif des 1er et 2 juillet une grande mobilisation contre l’A45, au nom de l’intérêt général et de la transition écologique. 

L’avis favorable rendu par le Conseil d’Etat ne lève pas les interrogations et les doutes légitimes quant à la pertinence de ponctionner 790 millions de fonds publics, dont la moitié par des collectivités territoriales qui ont mieux à faire que gaspiller l’argent de leurs administrés, pour la construction d’une deuxième et inutile autoroute (payante), parallèle à l’autoroute existante (gratuite), qui relierait Brignais et La Fouillouse, sans résorber les difficultés de transport actuelles, bien réelles, entre Lyon et Saint-Etienne. Que les deux tiers du coût de construction d’une autoroute à péage proviennent des contribuables est un véritable non-sens économique et une aberration en terme d’aménagement du territoire.

Validé par le Conseil d’Etat, le projet de décret est désormais dans les mains du gouvernement d’Edouard Philippe : voilà l’occasion pour l’exécutif de passer de la parole aux actes et de concrétiser les grandes déclarations en matière de climat et d’écologie des semaines passées. Les études qui fondent la déclaration d’utilité publique montrent que la nouvelle autoroute ferait croître les kilomètres parcourus de 136 % et la quantité de CO2 rejetée dans l’atmosphère de 85 % d’ici à 2035, sur le secteur considéré, par rapport à la situation de 2004. L’A45 n’est donc pas compatible avec un engagement sincère en matière de lutte contre les dérèglements climatiques.

Fondée sur un accroissement insoutenable du transport routier et une augmentation non moins soutenable des émissions de gaz à effet de serre, cette autoroute est une aberration d’un temps où l’on ne prêtait pas suffisamment attention à l’impact climatique et écologique des investissements publics. Il est grand temps d’inverser cette logique. Les terres agricoles des territoires concernés, que des paysans exploitent pour alimenter les métropoles lyonnaise et stéphanoise en produits de qualité, doivent être préservées. Tout comme la biodiversité exceptionnelle, composée de nombreuses espèces protégées et/ou fragiles, qui s’y trouve.

La coordination des opposants renouvelle son invitation envers Nicolas Hulot, Ministre de la transition écologique et solidaire, et Elisabeth Borne, Ministre des transports, à venir sur le terrain  pour constater directement les impacts dévastateurs de ce projet d’autoroute et pour échanger sur des solutions alternatives, efficaces et moins coûteuses.

La coordination appelle également l’ensemble des citoyens, des paysans, des riverains, des habitants de la région de Lyon et Saint-Etienne (et au-delà), à se joindre au grand rassemblement festif organisé les 1er et 2 juillet à Saint Maurice sur Dargoire (69), sur le tracé de l’autoroute. Les nombreuses initiatives et activités organisées à cette occasion traduisent la diversité et la détermination des opposants à l’A45 qui resteront mobilisés tant qu’il restera des actions possibles pour empêcher la construction d’une autoroute qui va à l’encontre de l’intérêt général.

La coordination des opposants à l’A45
St-Maurice su Dargoire le 27 juin 2017

Contacts presse :
Commission communication de la coordination des opposants :
=> Sylvine Bouffaron, sylvinebouffaron@orange.fr, 06 87 50 65 35
=> Maxime Combes, maxime.combes@gmail.com, 06 25 51 29 44
SCL : Maurice Fisch – maurice.fisch@laposte.net, 06 03 50 83 17
Collectif paysans : collectif.paysansa45@laposte.net, Stéphane Rouvès, 06 78 28 85 81
Collectif des naturalistes contre l’A45 : Guillaume Brouard, gbrouard@gmail.com, 06 67 41 88 15
Organisateurs de la marche de Saint-Etienne à Lyon : gr45@riseup.net, 06 82 92 08 77

Deux rendez-vous presse à Saint-Maurice sur Dargoire :
– samedi 1er juillet, 15h
après le grand lancement ;
– dimanche 2 juillet 15h
après la prise de parole collective du collectif paysan ;

 

Le programme

• ateliers,

• formations,

• concerts,

• marché paysan,

• espace associatif

• village des alternatives et des luttes,

• vélorution,

• tractorution

• espace enfants…

Lire le détail.

flyer-week-end-festif-non-a452-verso-600x845

 

 

Tractorution le 2 juillet pour rejoindre le rassemblement festif des opposants à l’A45

imgpsh_fullsize-600x338

 

Concerts gratuits samedi 1er juillet dès 18h30

annonce-des-artistes-800x400-a45-week-end-opposants-2-600x300

 

Marche contre l’A45 de Saint-Etienne à Lyon du 27 juin au 4 juillet !

arton3463-a6d45-600x446


  • 0

On sème les alternatives et les résistances!

Tags : 

En ce mois de mai 2017, Alternatiba Rhône sème les alternatives et les résistances.

3 000 adhérents à l’AlternatiBar MDA de Lyon, deux campagnes très actives qui rassemblent citoyennes et citoyens autour de la Transition énergétique et de la lutte contre un grand projet inutile, imposé et climaticide. Nous le savons, les solutions viendront de nous, et nous sommes en train de construire une force immense.

Soyons encore plus nombreuses et nombreux à construire un monde plus juste, plus durable et plus soutenable! Voici toutes les dates et occasions d’agir ensemble pour changer le système et pas le climat:

 

>>Grand Défi des Alternatives Alternatiba 

Il se murmure que quelque chose va se passer ce lundi 15 mai 2017… Et que les alternatives sont prêtes à changer d’échelle… Restez connecté.e.s sur les réseaux sociaux et suivez Alternatiba sur Twitter et Facebook.  (Plus d’infos: https://alternatiba.eu/grand-defi-alternatives/ )

 

>>Irrintzina Le film 

Ce mardi 16 maiIrrintzina, le cri de la génération climat sera projeté au Parlement européen à Strasbourg. Plusieurs membres d’Alternatiba Rhône seront présents pour témoigner et échanger. Bientôt en avant-première à Lyon avec l’équipe du film. (Plus d’infos: https://www.facebook.com/events/1868316016716670/ )

irrintzina

 

>>Amazon Reef : Formation à l’action Non-Violente à Lyon
ANV-COP21 s’associe à Greenpeace dans la lutte contre le projet de la multinationale des énergies fossiles Total.  Venez vous former à l’action et participer aux mobilisations ce mercredi 17 mai à l’AlternatiBar MDA de Lyon (lien)
Plus d’info http://anv-cop21.org/sauvons-recif-de-lamazone/ Campagne Transition Energétique

 

>>Apérotiba du 1er juin : tous à l’AlternatiBar MDA de Lyon
Save the date : Alternatiba Rhône te donne rendez-vous le jeudi 1er juin pour un Apérotiba Format XXL !
On fête les 3 000 adhérents de l’AlternatiBar MDA de Lyon, on s’mobilise autour des campagnes et projets, Tour Vélo, week-end des opposants A45, AlternaTV et on fête ça en musique avec Rafou https://www.facebook.com/Rafouetcompagnie/?fref=ts

L’occasion de rencontrer tous les actifs, acteurs de la transition et de trouver comment donner un coup de main.
Participer et diffuser l’événement Facebook https://www.facebook.com/events/1445096165552581/

 

>>Week-end festif des opposants à l’A45 les 1 & 2 juillet 2017

Alternatiba Rhône vous donne rendez-vous les 1er et 2 juillet pour un grand rassemblement festif contre le projet d’autoroute A45, inutile, imposé et climaticide et pour la transition. Au programme : conférences, ateliers, formations, concerts, marché paysan,  village des alternatives, espace enfants…
Plus d’info https://alternatiba.eu/rhone/2017/05/05/week-end-festif-opposants-a-la45-1-2-juillet-2017/

Evénement FB: https://www.facebook.com/events/1792871041029216/
Réunions d’info Publique le 17/05 à 20h, Salle du Pôle Festif, rue du Stade à La Talaudière et le jeudi 18 mai à 20h au Rafiot, 72 Avenue Tony Garnier, 69007 à Lyon

Aider à la mise en place du Village des Alternatives: https://alternatiba.eu/rhone/nous-contacter/campagne-a45/

 

>>Le Tour Vélo à Energie Positive prend de la vitesse ! 

1 mois d’aventure, 600 km à vélo et 15 fêtes d’étapes pour renforcer la Transition énergétique en Rhône-Alpes, pendant tout le mois de juillet 2017 !
Rejoindre l’équipe du Tour : découvrir les missions – appel à bénévoles
Organisation, communication, vidéo, logistique, mécanique vélo…

Nos prochains Rdv : 23 mai, 6 juin et 12 juin à l’AlternatiBar MDA

Toute l’actu du projet à retrouver sur notre site, rubrique Tour vélo 2017 et l’événement Facebook à partager : top départ le 1er juillet 2017 !