Procès

  • 0

Procès 27.01.21| Lyon : Charles, militant climat et Décrocheur !

Tags : 

Communiqué Alternatiba ANV Rhône – Lyon, le 20 Janvier 2021

Mercredi 27 janvier, Charles de Lacombe, militant climat & justice sociale, comparaîtra devant le Tribunal de grande instance de Lyon pour avoir décroché et « détourné de sa fonction principale » le portrait du président, il y a près de deux ans.
Arrêté suite à une action de désobéissance civile non-violente visant à dénoncer l’inaction du président et du gouvernement face à l’urgence climatique et sociale, Charles risque aujourd’hui jusqu’à 7 ans de prison et 100000 € d’amende.

→  Lire le témoignage de Charles

La campagne « Décrochons Macron » du mouvement ANV-COP21 vise à dénoncer l’inaction d’Emmanuel Macron et de son gouvernement face à la crise climatique et sociale.
L’objectif de cette campagne : réquisitionner partout les portraits du président présents dans les mairies pour laisser symboliquement des murs aussi vides que sa politique climatique et sociale.


Décrochage de portrait présidentiel dans la mairie de Villeurbanne, 24 mai 2019

Dénoncer le double discours et l’inaction

C’est la communication d’Emmanuel Macron qui est visée, son double discours permanent : il se présente comme un leader mondial sur le climat, se félicite d’avancées sociales, et en même temps mène en France une politique climaticide et antisociale. Il s’érige en champion de la Terre mais ne fait même pas en sorte que la France respecte les Accords de Paris, comme le pointent régulièrement les ONG et même les institutions, à l’image du Haut Conseil pour le Climat qui dénonce « l’accroissement des annonces » dans son rapport annuel, ou du Conseil d’État qui intime au gouvernement de « justifier » que les mesures sont suffisantes et adaptées.

« Ce président […] qui va “make our planet great again”, alors qu’il renouvelle son soutien aux projets climaticides d’entreprises comme Total et Société Générale, et qu’il ratifie des traités de libre-échange irresponsables. Ce président qui a montré pendant l’année qui vient de s’écouler son incapacité à s’abstraire de l’idéologie néolibérale, en favorisant systématiquement les intérêts des marchés, le travail avant la culture, l’argent avant les gens. »  — Extrait du témoignage de Charles.

C’est dans ce contexte que le 24 mai 2019, à l’occasion de la Journée de mobilisation internationale des jeunes pour le climat, Charles a décroché le portrait présidentiel de la mairie de Villeurbanne. Arrêté plus tard dans la journée et placé en garde à vue pendant plusieurs heures, il avait ensuite reçu une convocation devant le tribunal correctionnel de Lyon. Le 27 janvier, Charles sera donc jugé pour avoir « détourné de sa fonction principale le portrait d’Emmanuel Macron en le décrochant du mur afin de le mettre en scène ». Et pendant ce temps, le président détourne la Convention Citoyenne pour le Climat, détricote une par une les 149 mesures élaborées par ses membres.

Vers une nouvelle relaxe ?

Le procès de Charles s’inscrit au cœur d’une longue série :  sur tout le territoire, 40 procès ont eu lieu ou vont avoir lieu. Fait notable, ces procès ont conduit à plusieurs décisions de relaxe en première instance, par exemple à Lyon en septembre 2019, et plus récemment à Valence en novembre 2020, au titre de l’état de nécessité et de la liberté d’expression.

« Cette relaxe résonne comme une confirmation du message que nous portons : oui, l’urgence climatique impose des mesures radicales et courageuses ; non, le gouvernement d’Emmanuel Macron ne prend pas ces mesures nécessaires, malgré ses discours ! Et puisqu’il n’assume pas ses responsabilités, c’est notre devoir de citoyennes et de citoyens de lui rappeler ses engagements. »  – Léa Chancelier, militante relaxée à Valence

Le 27 janvier, c’est Charles sera à la barre, mais ce procès ne sera pas le sien : ce sera celui d’Emmanuel Macron et de l’inaction face à la crise sociale et climatique !

Un rassemblement est prévu à partir de 12h30 place Guichard (Lyon 3ème), où auront lieu les plusieurs prises de parole, et la présentation de portraits « détournés » par des artistes locaux. Ces œuvres seront vendues le soir même lors d’une vente aux enchères en soutien à Charles.
L’audience se tiendra au TGI de Lyon à 14h00.

Possibilités d’interviews :
 RDV à 11h00 à l’AlternatiBar – Maison des Alternatives,

126 montée de la Grande Côte (Lyon 1)

Témoin : Agnès Ducharne
Pour renforcer la légitimité des actions de désobéissance civile, des personnalités pertinentes sur les sujets concernés sont invitées à témoigner lors des procès. Pour celui du 27 janvier, la scientifique Agnès Ducharne a accepté de participer.

Agnès Ducharne est climatologue, chargée de recherche au CNRS. Elle travaille en particulier sur le cycle de l’eau et l’impact du réchauffement climatique sur la ressource en eau et ses usages.

Elle est également signataire de l’appel de 1000 scientifiques à rejoindre les actions de désobéissance civile, tribune parue dans Le Monde en février 2020, clamant que « face à la crise écologique, la rébellion est nécessaire ».


Contact presse : Marion Goumeziane : 06 89 92 92 47 et Marika Staub : 06 33 59 15 86

Crédits du visuel mise en avant :  Cyril Dechampd
Crédit photo de Lyon : Sander van der Werf, Fotografie & Illustratie