Tag Archives: Pollution de l’air

  • 0

COMMUNIQUÉ | Pollution de l’air à Lyon : graff géant de Greenpeace au-dessus du tunnel de la Croix-Rousse

Tags : 

Communiqué Greenpeace France

Le 24 mars 2019

Pollution de l’air à Lyon : graff géant de Greenpeace au-dessus du tunnel de la Croix-Rousse

Depuis ce matin 6h, 18 activistes de Greenpeace France réalisent un graff géant à la bombe à la craie au-dessus du tunnel de la Croix-Rousse pour dénoncer le manque de courage politique des élu.e.s de la métropole et de la mairie de Lyon dans la lutte contre la pollution de l’air, avec le soutien d’Alternatiba/ANV Rhône. Au même moment, les militants de Greenpeace Lyon apposent de multiples graffs revendiquant le droit à un air pur autour du siège de la métropole, afin d’encourager ses élu-e-s à agir.


Photos et vidéos sont disponibles à cette adresse : https://media.greenpeace.fr/609
Le graff de 7 mètres sur 6 mètres, lavable à l’eau, affiche le message « Lyon suffoque. On veut respirer ! ». Une banderole installée plus en hauteur interpelle les responsables de la ville et de la métropole de Lyon : « Elus, bougez-vous ! ».
Avec un trafic routier important, le tunnel de la Croix-Rousse est un des points rouges de l’agglomération lyonnaise pour la qualité de l’air. On y enregistre des concentrations annuelles de dioxyde d’azote très largement supérieures au seuil légal. Le dioxyde d’azote est un polluant atmosphérique dangereux pour la santé, responsable d’au moins 9 700 morts prématurées par an en France [1].

« Stop aux discours brumeux ! De concertations en assises, la métropole et la mairie de Lyon ne peuvent pas continuer à évacuer les mesures incontournables pour protéger tous les Lyonnais et les Lyonnaises de la pollution de l’air. Greenpeace rencontrera prochainement David Kimelfeld : nous attendons des engagements clairs sur les prochaines étapes de la Zone à faibles émissions, en particulier son extension aux voitures, et sur un cap de sortie du diesel puis de l’essence » explique Sarah Fayolle, chargée de campagne Transports à Greenpeace France.

« 40 000 personnes ont marché pour le climat le 16 mars à Lyon, plus de 13 000 se sont mobilisées en ligne contre la pollution de l’air. Et pourtant, nos élu.e.s renouvellent leur soutien à l’Anneau des Sciences, une autoroute urbaine d’un autre temps, qui augmentera le trafic routier, la pollution de l’air et les émissions de gaz à effet de serre. Et il y a tellement mieux à faire avec tout l’argent prévu pour ce projet : comme investir dans les transports en commun et aider celles et ceux qui en ont besoin à se passer de leurs véhicules polluants », s’indigne Sylvine Bouffaron, porte-parole d’Alternatiba/ANV Rhône.

Pour Renaud Pierre, parent d’élève de l’école Michel Servet, située à proximité immédiate du tunnel de la Croix-Rousse, « Après des années de mobilisation, nous sommes toujours très inquiets des niveaux de pollution aux abords de notre école et des risques pour la santé de nos enfants. Il est scandaleux que leur protection passe derrière la ‘raison automobile’. Nos élu.e.s doivent changer de cap ! »

En janvier 2019, les militants de Greenpeace Lyon et d’Alternatiba/ANV Rhône avaient déjà réalisé plus de 200 graffs propres portant les messages « Lyon suffoque. De l’air ! » ou « On veut respirer » autour de la place Bellecour, du pont de la Guillotière, des Halles de Lyon, du musée des Confluences ou encore du quai Saint Vincent.

Notes aux rédactions
[1] Source : https://www.eea.europa.eu/publications/air-quality-in-europe-2018
Greenpeace encourage les habitant.e.s de l’agglomération lyonnaise à demander au maire et au président de la métropole d’agir contre la pollution de l’air, à travers une pétition en ligne qui a déjà recueilli plus de 13 000 signatures : https://www.greenpeace.fr/lyon-suffoque/

Contact presse
Greenpeace France

Cécile Génot 06 30 23 52 78
Alternatiba/ANV Rhône
Sylvine Bouffaron 06 87 50 65 35


  • 0

Pollution de l’air | Mobilisation citoyenne : par milliers – Métropole de Lyon : 0 !

Tags : 

Janvier 2019 Pollution de l’air à Lyon :

un mois d’actions et de propositions citoyennes

Quelles réactions ?


“Le projet de Zone à Faibles Emissions (ZFE) de la métropole de Lyon est clairement de laisser 7 700 personnes sur-exposées aux NOx en 2021. Quel est le projet ? Quelle limite s’autorise-t-on ? Qui sont ces 7 700 personnes ?” Maxime Forest, militant Alternatiba/ANV Rhône s’indigne comme une grande majorité de citoyens et d’organisations mobilisés ces derniers mois.

La ZFE, c’est quoi ?

Mises sur le banc des accusés par l’Europe, les collectivités incriminées pour sur-expositions aux NOx ont été forcées de réagir. C’est ainsi qu’est née la Zone à Faibles Émissions (ZFE) afin d’éviter à tous prix une condamnation budgétaire de l’Europe. Et voilà ce qui fixe le niveau d’ambition de la métropole de Lyon : le minimum. Après des mois de rendez-vous et de consultations des acteurs économiques, omettant d’interroger les victimes de la pollution de l’air, la métropole se lance dans une ZFE sans ambition, dont la vision s’arrête à 2021 et qui consacre un modèle pétrolier mortifère.

La métropole de Lyon choisit donc d’interdire progressivement l’accès à son hyper centre urbain les véhicules utilitaires et poids lourds les plus anciens. Soit. Mais quel message est envoyé à ces professionnels, propriétaires de ces véhicules ? Quelles alternatives ont-ils à leur disposition ? Aucune. ils rachetteront donc un véhicule fonctionnant probablement au diesel (malgré les subventions mises en place), émetteur de particules encore plus fines et dangereuses, que nous ne savons pas mesurer, ni réglementer.

La pollution de l’air mise sur la table

Dès le 8 septembre 2018 et la première Marche pour le climat qui rassembla plus de 15 000 personnes, les organisateurs ont mis sur la table l’urgence sanitaire et climatique que représente la pollution de l’air face au président de la métropole, David Kimelfeld. Ils réitéreront à trois reprises, sans relâche à chacune des mobilisations pour le climat.

600 coureurs masqués sur la ligne de départ du Run In Lyon

Le 7 octobre 2018, Alternatiba/ANV Rhône soutenu par Greenpeace Lyon et des Amis de la Terre Rhône mènent une campagne de sensibilisation et de mobilisation lors de la course populaire aux 28 000 participants, le Run In Lyon. 600 coureurs prennent la ligne de départ ce jour là symboliquement munis d’un masque pour dénoncer la mauvaise qualité de l’air dans notre ville, opération largement relayée médiatiquement.

 

Photo Romain Chambodut, Run In Lyon, le 7 octobre 2018

Contribution de la Coalition Climat Rhône

En décembre dernier, la Coalition Climat Rhône, qui regroupe de nombreuses associations de la métropole de Lyon, contribue officiellement à la consultation publique, méconnue du plus grand nombre, sur le sujet de la ZFE. La Coalition Climat Rhône reconnaît l’avancée mais pointe surtout l’occasion manquée qu’elle représente pour répondre à une urgence sanitaire, sociale et climatique qui n’est plus à prouver. [Contribution à la concertation, 16/12/2018]

Cette ZFE pourrait être l’occasion de planifier la fin du diesel d’ici 2024 et de l’essence d’ici 2028 dans le centre de Lyon, Villeurbanne, Bron, Caluire et Vénissieux, comme l’a prévu la ville de Paris. Les alternatives à la voiture individuelle existent dans ce périmètre. Il faut certes les développer, mais la Coalition Climat Rhône constate une utilisation déraisonnée de la voiture individuelle : la moitié du trafic à destination de Lyon-Villeurbanne le matin se compose de voitures individuelles qui partent de Lyon-Villeurbanne. De la pédagogie et des alternatives sont nécessaires comme le sont des arrêtés incitant à d’autres mobilités.

L’actuelle nous tue à petit feu : 6 mois d’espérance de vie en moins pour les Lyonnais.

Nous ne voulons plus d’une mobilité du 20ème siècle, inéfficiente : il est plus rapide de se déplacer à vélo dans Lyon, et encombrante : 60% de l’espace public dédié à la voiture. Tout cela nous dirigeant inexorablement vers une fin du monde maintenant certaine via nos émissions de CO2 et des fins de mois impossibles à boucler via notre dépendance au pétrole.

 

Les citoyens passent à l’action

Alors que le vote de cette ZFE est annoncé pour le conseil métropolitain du 28 janvier 2019, les organisations lyonnaises signifient clairement qu’il est urgent que la métropole se montre responsable et à la hauteur des enjeux climatiques et de santé publique.  Cette ZFE doit être complétée par un ensemble de mesures et un véritable cap, une ambition politique à la hauteur.

Cérémonies des voeux des maires

Face au manque de réponse de la majorité métropolitaine, le mouvement climat lyonnais qui grossit de plus en plus, interpelle directement la classe politique dans son intégralité. Alternatiba/ANV Rhône et l’association L’écoclicot s’invitent simultanément  aux cérémonies des Voeux des Maires le 17 janvier 2019 dans le 3ème arrondissement où sont présents David Kimelfeld, président de la métropole de Lyon, Gérard Collomb, maire de Lyon ainsi qu’à la mairie de Saint-Genis-Laval. Avec non-violence et détermination 32 activistes se sont levés, dans la foule en plein discours, portant le même masque symboliquement. L’image est forte alors qu’aucun mot n’est prononcé sur ce problème de santé publique et l’urgence climatique pourtant au coeur des préoccupations des lyonnais. L’assemblée est attentive aux revendications portées sur un tract qui circule, les élus à l’écoute. Gérard Collomb promet alors aux militants une rencontre. Dans le même temps à Saint-Genis-Laval, l’interpellation fut forte, permettant de pointer du doigt le projet inutile, climaticide et irresponsable de l’Anneau des Sciences : un nouveau grand axe générateur de pollution, dont l’une des bretelles d’entrée serait installée à deux pas de l’éco-quartier du Vallon des Hôpitaux, à Saint-Genis-Laval, une incohérence totale.

 

Cérémonie des Voeux des Maires, Lyon 3, le 17 janvier 2019

 

200 graffs propres “On veut respirer” dans les rues de Lyon

Dans le même temps des militants de Greenpeace Lyon et Alternatiba/ANV Rhône décident de rendre la pollution de l’air ambiante visible :  200 graffs propres sont alors réalisés partout dans les rues de Lyon. Le message que tous les lyonnais peuvent lire est clair : “Lyon Suffoque”  “On veut respirer”. On retiendra les propos d’un agent de police croisé sur cette opération en soutien des militants “Continuez ! La planète en a besoin.” et de cette passante résidant hors de Lyon “C’est bien ce message, je ne sais pas comment vous faites, je ne pourrais pas vivre ici”.

Photo Simon Cavalier


Une banderole “Lyon suffoque” au dessus du tunnel de la Croix-Rousse : soutien Ecole Michel Servet

Absence totale de réponse également aux parents mobilisés dans les écoles gravement touchées par la pollution, comme le collectif de parents de l’école Michel Servet (Lyon 1). C’est pour pointer cette irresponsabilité qu’une banderole est suspendue au dessus du tunnel de la Croix Rousse, responsable d’un des plus forts points de pollution de la métropole, l’école Michel Servet étant située à deux pas. Rendez-vous est alors donné pour la prochaine mobilisation de masse du 27 janvier et l’alarme lancée sur la rétention d’information de la métropole quant aux mesures réalisées dans les établissements scolaires. Nous sommes en droit d’obtenir des documents clairs faisant état des mesures relevées. La situation est grave.

 

5000 personnes bloquent la presqu’île de Lyon pour délimiter une zone sans voiture

Le 27 Janvier, 4ème mobilisation nationale pour le climat et une presqu’île bloquée. 5 000 personnes se rassemblent au centre-ville de Lyon pour un coup de force : une grande chaîne humaine qui se déploie des Places Terreaux à Bellecour, côté Rhône, côté Saône, les citoyens délimitant ainsi avec leurs corps une zone sans voiture sur la presqu’île de Lyon. Des images saisissantes d’une foule diverse et de tous âges, toutes et tous masqués, qui à l’arrivée Place Bellecour se coucheront malgré le froid et la pluie pour symboliser les 48 000 morts prématurées par an dûes à la pollution de l’air. Nous demandons la mise en place de journées sans voiture dans les centres villes de la métropole, un moyen efficace et pédagogique de tester les usages et préparer une mobilité libérée de la voiture individuelle.

 

28 janvier 2019 : le couperet

Dès 11h30, des militants de La Ville à Vélo, VALVE, Greenpeace et Alternatiba/ANV Rhône  accueillent les élus du Conseil Métropolitain qui doivent voter la ZFE et à qui ils ont adressé au préalable une invitation au défi “Elus à mobilité positive”. Le but : récompenser les élus venus en Conseil Métropolitain en mode alternatif (vélo, transport en commun, train…) ce qui restera  bien sûr à comparer avec leur engagement réel.

Deux militants ont ensuite pu, non sans persévérance, assister à la délibération du conseil métropolitain et noter que quasiment l’ensemble des groupes a souhaité s’exprimer : fait rare ! Mais surtout que la majorité des groupes politiques a demandé à l’exécutif d’aller plus loin dans cette ZFE, qui, si elle représente une avancée, est encore une occasion manquée de répondre aux différentes urgences. Les propositions portées par les organisations autour de la fin du diesel, de l’essence, de l’expérimentation de journée sans voiture ou la publication des mesures réalisées dans les écoles ont toutes été reprises.

Mais rien n’y fera.

La métropole de Lyon avait pris sa décision et comme le justifie Thierry Phillip, Vice Président de la Métropole à l’environnement, santé et bien-être dans la ville en conseil municipal de Lyon : “Nous souhaitons garder l’orientation emploi, […] l’orientation numéro 1 de la métropole” ou encore Roland Crimier, Maire de Saint-Genis-Laval qui dira que la ZFE permettra d’accélérer le renouvellement des véhicules les plus anciens et les plus polluants par de nouveaux véhicules individuels. Business as usual.

 

Ce ne fut que le début d’une campagne inédite, massive, multi-acteurs et multi-actions. Nous remercions l’ensemble des citoyens investis. Les lyonnais sont plus que conscients des urgences climatiques, sociales et de santé publique. Ils savent aussi maintenant que la classe politique actuelle n’est pas à la hauteur des enjeux.

 

L’ensemble des groupes politiques souhaitant construire des journées sans voitures dans leurs communes sont les bienvenus pour discuter et co-construire le monde dont nous avons besoin aujourd’hui et se montrer responsable face à l’urgence.

 

Nous ne nous arrêterons pas là et ne cautionnons pas les victimes à venir, et celles que nous sommes déjà.

 


  • 0

Lyon : 25 militants accueillent les élus métropolitains mis au défi “Elus à mobilité positive”

Tags : 

Lyon, lundi 28 janvier 2019

“Comment espérer que les questions de mobilité évoluent dans la métropole si nos élus utilisent tous une voiture individuelle ?” Fabien Bagnon, co-président de La Ville à Vélo, s’interroge.

Ce lundi 28 janvier 2019, les élus de la métropole de Lyon étaient amenés à voter le projet de ZFE, qui interdira l’accès de certains véhicules anciens : poids lourds et utilitaires dans un périmètre. Cette mesure représente pour un ensemble de collectifs dont Alternatiba/ANV Rhône, Greenpeace, La Ville à Vélo, L’écoclicot, VALVE, les organisateurs des marches pour le climat et la Coalition Climat Rhône, une nouvelle occasion manquée de la métropole de fixer le cap d’une mobilité qui répond à l’urgence sanitaire de la pollution de l’air, l’urgence climatique et l’urgence sociale.

 

Après de nombreuses actions tout au long du mois de janvier, et une grande chaîne humaine le dimanche 27 janvier délimitant une zone sans voiture dans la presqu’île de Lyon, 25 militants ANV-COP21, Greenpeace Lyon et Ville à Vélo Lyon ont été établir le contact, féliciter les élus se déplaçant en mode alternatif (vélo, transport en commun, train…)  et proposer des solutions à ceux encore dépendant de la voiture individuelle.

Les militants étaient présents à l’entrée du parking de la métropole avec des panneaux : “Avez vous pensé au covoiturage ?“.


Un autre groupe a formé une haie d’honneur pour accueillir les élus, leur présenter les revendications et leur proposer de les soutenir en affichant sur leur table lors du conseil métropolitain un panneau : “Respire !”.

Le message porté est clair, après cet ensemble de mobilisations inédites sur la pollution de l’air, nos élus doivent réagir et agir !

Ce que nous demandons :

– La planification de sortie des véhicules particuliers dans la ZFE dès 2024 pour le diesel et 2028 pour l’essence

– La mise en place d’une journée sans voiture mensuelle pour accompagner et expérimenter la fin du modèle tout voiture

– La publication des mesures des niveaux de pollution, réalisées dans l’ensemble des écoles de la métropole dans le cadre du décret n°2015-1000


  • 0

COMMUNIQUE Pollution de l’air, plus de 5000 lyonnais demandent des actes plus forts à leurs élus

Tags : 

 

Revue de presse – en pas de page

L’Album photo

 

COMMUNIQUE

Lyon, le 27 janvier 2019 

#LyonClimat

Après trois marches pour le climat, ce dimanche 27 janvier,  plus de 5000 personnes ont formé une chaîne humaine pour en finir avec la pollution de l’air sur la métropole de Lyon. Malgré le froid et la pluie, c’est dans une ambiance festive et non-violente qu’un cordon humain de 4km s’est formé entre la place des Terreaux et la place Bellecour, fermant ainsi la presqu’île à la circulation.

Photo Simon Cavalier

Opérations de recouvrement publicitaires, fanfares, graffs propres apposés au sol, on pouvait lire sur la banderole de tête : “Lyon suffoque, on veut respirer !”. Dans le cortège, des opposants au projet d’autoroute inutile A45, le collectif de parents de l’Ecole Michel Servet, des Gilets Jaunes, des familles, des associations, des syndicats étaient présents, montrant une conscience forte de toute la population sur l’urgence sanitaire, sociale et climatique que représente la pollution de l’air.

Photo Simon Cavalier

A l’arrivée place Bellecour, des milliers de personnes se sont munies de masques et  ont symboliquement représenté les victimes de la pollution de l’air en s’allongeant au sol. Image forte des 48 000 morts prématurées par an, rappelant ainsi l’urgence sanitaire liée la pollution de l’air. Cette mobilisation fait partie des 120 rassemblements pour le climat qui se sont tenus tout le week-end sur l’ensemble du territoire.

Photo Simon Cavalier

Ce rassemblement à la veille du conseil de la métropole où sera voté la création de la Zone de Faibles Émissions (ZFE) est le point d’orgue de quinze jours d’actions, de sensibilisation non-violentes dénonçant la pollution de l’air et le manque d’ambition des mesures prises par les politiques.

Pour Maxime Forest, d’Alternatiba Rhône : “Cette Zone à Faibles Émissions est un tout petit pas vers la réduction de la pollution de l’air. Elle manque d’ambition et n’est pas à la hauteur de l’enjeu. Depuis début septembre, première marche climat, nous demandons que soit élargie cette zone aux véhicules particuliers et une accélération du développement des alternatives. Nous n’avons pas été entendus. Après la mobilisation d’aujourd’hui nous demandons des décisions rapides de la Métropole.

Celles et ceux qui sont descendus dans la rue aujourd’hui veulent des actes politiques forts en faveur de la qualité de l’air. Leur présence apporte un soutien clair à la proposition faite par Alternatiba/ANV Rhône, Greenpeace, La Ville à Vélo, le collectif VALVE, le Collectif contre la pollution – Ecole Michel Servet, les organisateurs des marches pour le climat et la Coalition Climat Rhône de débattre lors du Conseil de Métropole des mesures suivantes

– La planification de sortie des véhicules particuliers dans la ZFE dès 2024 pour le diesel et 2028 pour l’essence.

– La mise en place d’une journée sans voiture mensuelle pour expérimenter et accompagner la transition vers les mobilités durables.

– La publication des mesures réalisées dans l’ensemble des écoles de la métropole dans le cadre du décret n°2015-1000.


Contacts presse

Fabien Bagnon – 06 59 12 75 89
Maxime Forest – 07 60 41 14 68
Sylvine Bouffaron – 06 87 50 65 35

 


19/20 France 3 Rhône-Alpes 27 janvier 2019

 

Revue de presse du 27.01.19

Le Monde planète
Lyon Capitale
Le Progrès
France 3 Rhône-Alpes
BFM TV
20minutes
AFP Lyon
Sciences et avenir
C News


  • 0

200 graffs “On veut respirer” dans les rues de Lyon !

Tags : 

Des graffs qui nettoient la pollution

200 graffs propres ont été réalisés partout dans les rues de Lyon en amont de la mobilisation de ce dimanche 27 janvier 2019 pour alerter sur l’urgence sanitaire de la pollution de l’air, et en appeler à la responsabilité de la Ville de Lyon et de la Métropole.

 

19/20 France 3 Rhône-Alpes du 22 janvier 2019

 

Cette opération a été réalisée par Greenpeace Lyon et ANV-COP21 Rhône et s’inscrit dans une vague de mobilisation grandissante en ce mois de janvier 2019, après les Opérations Voeux des Maires et Tunnel de la Croix-Rousse.

 

Photo Simon Cavalier – Lyon, samedi 19 janvier 2019

 

“Continuez ! la planète en a besoin” : propos d’un agent de police municipale devant le Musée des Confluences, en pleine opération, après que les miltants aient expliqué le principe du graff propre.

Photo Simon Cavalier – Lyon, samedi 19 janvier 2019

 

L’album photo complet – Photo Simon Cavalier


  • 0

Tunnel Croix-Rousse : 15 activistes ANV-COP21 déploient une banderole pour alerter sur la pollution de l’air

Tags : 

Lyon, lundi 21 janvier 2018
#LyonClimat

Ce lundi matin, 15 activistes ANV-COP21 ont déployé une banderole au niveau du Tunnel de la Croix-Rousse à Lyon pour alerter sur la pollution de l’air, en soutien au Collectif de parents de l’Ecole Michel Servet, située à deux pas.

On peut y lire “Lyon suffoque ! Rdv le 27/01 #LyonClimat”

L’école Michel Servet est la plus impactée de la métropole de Lyon.

19/20 France 3 Rhône-Alpes, le lundi 21 janvier 2019

 

Tunnel Croix-Rousse Lyon – Photo Simon Cavalier

 

Tunnel Croix-Rousse Lyon – Photo Simon Cavalier

 

Photo Simon Cavalier
” L’école et ses alentours subissent un ‘pic de pollution permanent’ au dioxyde d’azote.
Le bien être commun ne peut plus être systématiquement sacrifié au confort automobile. ”
Renaud Pierre, parent d’élève de l’école Michel Servet ce lundi 21 janvier 2019

 

Cette action s’inscrit dans une vague de mobilisations en amont de la mobilisation générale du dimanche 27 janvier : rendez-vous est donné aux lyonnais pour dénoncer l’inaction face aux enjeux de santé publique et à l’urgence climatique.
Une grande chaîne humaine et un happening géant sont prévus entre les Place Terreaux et Bellecour.

Communiqué du dimanche 27 janvier : une chaîne humaine pour en finir avec la pollution de l’air

 


  • 0

COMMUNIQUE | Une chaîne humaine pour en finir avec la pollution de l’air

Tags : 

France 3 Rhône-Alpes le 24 janvier 2019

 

Communiqué des organisateurs des Marches lyonnaises pour le climat

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

Lyon, le 21 janvier 2019
#LyonClimat

Une chaîne humaine pour en finir avec la pollution de l’air

 

Après trois marches pour le climat, qui ont réuni entre 10 000 et 15 000 personnes, une nouvelle mobilisation est organisée le dimanche 27 janvier, avec un mot d’ordre : “Lyon suffoque ! Tous mobilisés contre la pollution de l’air et pour le climat !”  
Rendez-vous est donné à 14h30 Place des Terreaux pour une grande chaîne humaine sur la presqu’Île et un final place Bellecour.

 

La pollution atmosphérique c’est :

  • la 3ème cause de mortalité en France : 48 000 décès par an
  • à l’échelle de la Métropole de Lyon : 980 morts/an soit plus de 2/jour
  • 6 mois d’espérance de vie en moins pour les grands lyonnais

Sur la métropole, plus de 47.000 personnes sont exposées à des dépassements du seuil réglementaire de Dioxyde d’Azote (NO2) et 1,2 million à des doses de particules fines (PM10) supérieures aux recommandations de l’OMS. Pourtant si le seuil de l’OMS était respecté, plus de 600 décès par an pourraient être évités sur la métropole; un chiffre qui monte à 1.500 si l’air de la Métropole devenait celui des communes françaises les moins polluées.


Le 27 Janvier, les organisateurs des marches pour le climat appellent les habitants de la Métropole de Lyon à se retrouver à 14h30 place des Terreaux. Fidèle à l’esprit non-violent de nos actions, une zone sans voiture dans la presqu’île de Lyon sera symbolisée par une grande chaîne humaine, vivante, joyeuse, déterminée. Les deux bras de la chaîne humaine se rejoindront ensuite place Bellecour pour un happening géant sur le thème de la pollution de l’air.

 

Est-il normal d’en être réduit à condamner des cours de récréation ou à filtrer l’air de gymnases d’écoles trop exposées ? Dès la première mobilisation du 8 septembre 2018, le sujet de la pollution de l’air avait été pointé auprès du Président de la Métropole David Kimelfeld et ainsi que les insuffisances du Plan Oxygène. La proposition de création d’une Zone à Faibles Emissions (ZFE) qui sera soumise au vote des élus de la Métropole de Lyon, le 28 janvier, n’est pas assez ambitieuse et ne répond pas au problème associé de l’urgence climatique.

 

Il devient urgent de planifier une nouvelle manière de se déplacer au sein de la Métropole, ainsi nous demandons à ses élus, comme l’ont fait les organisations : Alternatiba/ANV Rhône, Greenpeace, La Ville à Vélo, le collectif VALVE, le Collectif contre la pollution – Ecole Michel Servet et la Coalition Climat Rhône, de débattre lors du Conseil de Métropole des mesures suivantes :

  1. La planification de sortie des véhicules particuliers dans la ZFE dès 2024 pour le diesel et 2028 pour l’essence
  2. La mise en place d’une journée sans voiture mensuelle pour expérimenter et accompagner la transition vers les mobilités durables
  3. La publication des mesures réalisées dans l’ensemble des écoles de la métropole dans le cadre du décret n°2015-1000

 

Changer nos habitudes de transport est un levier majeur pour réduire à la fois la pollution de l’air et les émissions de gaz à effet de serre. Alors, comme le demande Maxime Forest : « Réclamons à nos élus des prises de positions fortes et ambitieuses pour répondre à l’urgence climatique, sociale et sanitaire ».


Contacts Presse :

Fabien Bagnon – 06 59 12 75 89  
Maxime Forest – 07 60 41 14 68
Sylvine Bouffaron – 06 87 50 65 35

 

L’événement Facebook

Communiqué de Presse – Actions Voeux du 3ème arrondissement et de Saint-Genis-Laval

Lien visuels Evénement


  • 0

32 activistes ANV-COP21 dénoncent l’inaction face à la Pollution de l’air en pleine cérémonie des Voeux à Lyon

Tags : 

Communiqué

Voeux des maires : qu’en est-il de la pollution de l’air ?

Lyon, le 17 janvier 2019


#LyonClimat

Ce jeudi 17 janvier, 32 militants ANV-COP21 ont investi de manière non-violente deux cérémonies des voeux afin de sensibiliser les citoyens et d’interpeller les élus. L’action s’est déroulée dans le calme et a permis d’ouvrir le dialogue et d’inviter aux prochaines mobilisations.

Cette action s’est tenue alors que la délibération instaurant la création de la Zone de Faibles Émissions (ZFE) lyonnaise sera mise au vote des élus lors du Conseil de la métropole de Lyon du 28 janvier prochain.

Les mesures proposées manquent d’ambition et ne sont absolument pas à la hauteur de l’urgence climatique et sanitaire.
La pollution atmosphérique c’est :

– la 3ème cause de mortalité en France : 48 000 décès par an
– à l’échelle de la Métropole de Lyon : 980 morts/an soit plus de 2/jour
– 6 mois d’espérance de vie en moins pour les lyonnais

 

Bien que ce sujet ait été l’une des principales revendications, dès septembre 2018, des 3 marches lyonnaises pour le climat (15 000 personnes le 8 septembre 2018, 15 000 personnes le 13 octobre 2018, 10 000 personnes le 8 décembre 2018), les élus se refusent à prendre des mesures fortes pour lutter contre cette catastrophe sanitaire.


Symboliquement, les militants ont porté un masque pendant le discours des élus pour dénoncer le manque de prise en main réelle de ce problème de santé publique qui doit nous obliger à revoir notre mobilité et lutter contre tout projet inutile.

19 militants étaient présents aux voeux du 3ème arrondissement où se sont exprimés Gérard Collomb, Maire de Lyon et David Kimelfeld, président de la métropole de Lyon.


Cérémonie des Voeux du 3e arrondissement Lyon – Discours Gérard Collomb – Photo Simon Cavalier

Dans le même temps 12 militants ANV-COP21 assistaient à la cérémonie des voeux de Saint-Genis-Laval (69) à l’invitation de l’association locale L’écoclicot. Y a été soulevée l’incohérence entre la création de la ZFE au centre de la Métropole et le maintien du grand projet inutile et climaticide dit de “l’Anneau des Sciences”, autoroute urbaine, dont l’une des bretelles se situerait à deux pas du nouvel éco-quartier du Vallon des Hôpitaux, à Saint-Genis-Laval, et de l’Hôpital Lyon Sud…


Cérémonie des Voeux du 3e arrondissement Lyon – Photo Simon Cavalier

Alternatiba/ANV Rhône soutenu par Greenpeace, La Ville à Vélo, le collectif VALVE, le Collectif contre la pollution – Ecole Michel Servet, les organisateurs des marches pour le climat et la Coalition Climat Rhône demande aux élus de la Métropole de Lyon de débattre lors du Conseil de Métropole des mesures suivantes :

  1. La planification de sortie des véhicules particuliers dans la ZFE dès 2024 pour le diesel et 2028 pour l’essence
  2. La mise en place d’une journée sans voiture mensuelle pour accompagner et expérimenter la fin du modèle tout voiture
  3. La publication des mesures réalisées dans l’ensemble des écoles de la métropole dans le cadre du décret n°2015-1000

 

Il est demandé que les élus mettent en oeuvre ces mesures dans les meilleurs délais, pour dessiner un vrai projet de territoire respirable, condition indispensable pour parvenir à une métropole à Haute Qualité de Vie.

Les militants ont pu pendant ces deux cérémonies ouvrir le dialogue et distribuer des tracts avec les propositions [en ligne].

Les mobilisations contre la pollution de l’air continueront tout au long du mois de janvier, avec notamment une grande chaîne humaine le dimanche 27 janvier dans la presqu’île de Lyon.

Enfin, un défi “Élus à mobilité positive” sera lancé aux élus métropolitain à l’occasion du Conseil Métropolitain du 28 janvier au cours duquel sera votée la création de la Zone à Faibles Emissions lyonnaise.

Ils seront invités à gagner l’Hôtel de Métropole grâce à tout mode de transport autre que la voiture individuelle polluante. Si les modes actifs (marche à pied, vélo, trottinette, rollers,…etc) sont conseillés au regard de leur bénéfices pour leur santé, ces derniers pourront aussi utiliser la large offre de transports en commun desservant l’Hôtel de Métropole. Enfin, la voiture électrique ou à hydrogène et le co-voiturage (le chauffeur ne comptant pas !) seront également autorisés.

Les bénévoles des associations organisatrices des Marches pour le Climat seront présents à leur arrivée pour les remercier d’avoir participé et pour récompenser le mode de transport le plus original.

Retour en images sur l’action des Voeux du 17 janvier 2019
L’événement Facebook du 27 janvier 2019

Contacts presse
Maxime Forest – Alternatiba/ANV Rhône – 07 60 41 14 68
Fabien Bagnon – Coalition Climat Rhône – 06 59 12 75 89


  • 0

Pollution de l’air – Lyon Acte 2

Tags : 

Lyon, le jeudi 20 décembre 2018

Mobilisé depuis février 2018 sur la question de la Pollution de l’air, Alternatiba/ANV Rhône signe ce jeudi 20 décembre 2018 l’Acte 2.

Soutiens du Collectif de parents de l’école Michel Servet ; forts d’opérations grands publics comme celle des 600 coureurs masqués du Run In Lyon (Respire Balance Ton Masque, 7 octobre 2018) ; de la sortie du Manifeste de la Coalition Climat Rhône (15 novembre 2018) présenté à David Kimelfeld, Président de la Métropole, pour un Plan Oxygène plus ambitieux et des mesures concrètes dès 2019 ; l’une des revendications principales des 3 Marches pour le climat de Lyon (15 000 personnes le 8 septembre, 15 000 personnes le 13 octobre, 10 000 personnes le 8 décembre 2018), Alternatiba/ANV Rhône donne un coup d’accélérateur en préparant la rentrée 2019.

Il ne fait plus aucun doute que les lyonnais sont prêts à revoir leur mobilité, leur environnement et la place de la voiture en ville avec des mises en place rapides et ambitieuses et qu’ils se mobiliseront en nombre si l’urgence n’est pas entendue.

 

” Nos enfants évoluent dans un pic de pollution permanent ! ”
Reno du Collectif de parents de l’Ecole Michel Servet, école la plus impactée la Métropole de Lyon, le jeudi 20 décembre 2018

 

Pollution de l’air : Il est plus que temps d’agir !

3ème cause de mortalité en France
48 000 morts prématurées par an
6 mois d’espérance de vie en moins pour les lyonnais

Nous voulons des actes à la hauteur des enjeux climatiques et de santé publique, un développement ambitieux des alternatives, une réduction significative de la place de la voiture en ville. Il est plus que temps d’agir !

Lyon, le 3 juillet 2018, Photo Romain Chambodut

 

Sensibilisation grand public le 3 juillet 2018
Tous mobilisés !

Retour en images

Quais du Rhône, Lyon
Photo Romain Chambodut

 

Temps fort de l’étape du Tour Alternatiba de Lyon les 25 & 26 Août 2018
Table ronde avec Les Amis de la Terre, Greenpeace Lyon, la Coordination des Opposants à l’A45, la Ville à Vélo, Alternatiba / ANV-COP21 Rhône

 

 

VLOG “De l’air !”
Tour Alternatiba 2018 Etape de Lyon

 

 

 

600 coureurs masqués sur la ligne de départ contre la pollution de l’air à Lyon !
Opération Respire Balance Ton Masque

Run In Lyon, le 7 octobre 2018

Photo Romain Chambodut

 

 

 

Run In Lyon, le 7 octobre 2018

Photo Romain Chambodut

 

 

L’un des axes majeurs de la Campagne Alternatives Territoriales à Lyon !

Lire le Manifeste pour une Métropole vivable

 

 

 

 

Soutien au Collectif de Parents de l’Ecole Michel Servet, Ecole la plus impactée de la Métropole de Lyon

Apérotiba de rentrée, le 13 septembre 2018

 

 

L’une des principales revendications des
3 Marches pour le climat de Lyon

Lyon, le 8 décembre 2018

Photo Antonin Cauchy

 

 

La mobilisation se renforce, rejoignez-la en 2019 !

Suivre la page Facebook Alternatiba Rhône – Twitter @alternatiba69
Suivre la page Facebook Respire BTM

Inscription au groupe de travail : rhone@alternatiba.eu

Inscription à la newsletter mensuelle d’Alternatiba Rhône

Soutenir Alternatiba Rhône sur HelloAsso : on a besoin de vous !


  • 0

De l’air pour Oullins !

Tags : 

POLLUTION DE L’AIR | De l’air pour Oullins ! Mobilisation du 1er décembre 2018

Samedi 1er décembre 2018 à Oullins (69), 120 personnes se sont réunies pour exiger des mesures concrètes contre la pollution atmosphérique. Cette mobilisation grand public était organisée par le collectif VALVE, La Ville à Vélo-Lyon, le CADO, Janus France Association, soutenue par Alternatiba/ANV Rhône.

En demande principale : la mise en place de la limitation à 30 km/h sur l’ensemble de la commune, ainsi que le passage de la Grande Rue à sens unique (hormis bus et vélos). «Il faut retrouver une vie calme, apaisée et sécurisée pour tous. Notre but, c’est l’alerte pour en venir à la concertation et le dialogue avec force de propositions » rappele l’un des organisateurs.

Une délégation a été reçue par Mme Clotilde Pouzergue, maire de la commune d’Oullins.

Image : Collectif VALVE

La demande de passage à la limitation de 30 km/h sur l’ensemble de la commune, déposée au printemps 2018 auprès de la métropole était jusqu’ici restée lettre morte. Le 28 novembre 2018, David Kimelfeld, Président de la Métropole de Lyon s’était montré “favorable à la demande”, déclarant “Nous allons avancer, monter des réunions, échanger sur les bonnes pratiques, la signalétique et regarder comment les choses se déroulent là où la limitation à 30 km/h est déjà présente“, “il y a une volonté de la part d’Oullins d’aller le plus vite possible pour la mise en place de la zone 30, cela devrait être fait pour l’année prochaine”.

D’ici fin 2019, une ville zone 30 dans la métropole de Lyon devrait donc voir le jour, avancée qui ne passera pas inaperçue à l’aune des élections de 2020.

Les organisations dont Alternatiba/ANV Rhône ne peuvent que se féliciter d’une telle décision. C’est l’un des objectifs pour toutes les villes du Grand Lyon présentés dans le Manifeste pour une Métropole Vivable remis par la Coalition Climat le 8 novembre 2018 à David Kimelfeld.

Un pas vers une généralisation des zone 30 pour l’ensemble de la métropole, pour une autre mobilité efficace et une métropole respirable !