action

  • 0

COP 26 : Gouvernement, écoutez, agissez !

Tags : 

Communiqué de presse, le 6 novembre 2021 à Lyon

Le collectif citoyen Alternatiba ANV Rhône a mené une action de désobéissance civile à Lyon ce jour, date d’appel à une mobilisation internationale autour de la Cop26, qui se déroule du 31 octobre au 12 novembre 2021 à Glasgow.

Des militantes et militants ont organisé une action devant le Palais de justice afin de dénoncer l’inaction du gouvernement face à l’urgence climatique.

Des engagements qui ne suffisent pas.

Six ans après les Accords de Paris, la COP 26 va réunir plus de 30 000 personnes à Glasgow en Ecosse. Parmi elles, 120 chef·fes d’Etat seront présent·es et Emmanuel Macron sera bien évidemment de la partie.

Cette grande messe climatique va faire le bilan de près de 30 années de discussions autour des COP qui ont abouti aux Accords de Paris en 2015. Des accords qui sont déjà insuffisants puisqu’ils ne contraignent pas les Etats signataires à agir.

Un engagement qui fut tout de même signé par 191 pays pour contenir le réchauffement climatique à +1,5°C.

Un engagement pris par les Etats signataires en 2015 qui n’a pas été tenu, puisque 6 ans plus tard c’est une trajectoire de +2,7°C que nous prenons. Un dérèglement climatique jugé « catastrophique » par les chercheuses et chercheurs du GIEC.

COP 21 : des engagements qui ne suffisent à la suite des accords de Paris

Les conséquences de l’inaction de nos décideurs.

Tel un symbole le G20 s’est clôturé la veille du lancement de la COP 26. Un symbole plus qu’important puisque la responsabilité de ces pays dans le dérèglement climatique est majeure.

Les pays de G20 représentent 80% des émissions de gaz àeffet de serre mondiales et nous payons déjà les conséquences de leur inaction.

En effet, les trois dernières années ont prouvé l’urgence climatique qui attend l’humanité :

  • Incendies monstres en Grèce, en Californie, en Australie…
  • Inondations en Allemagne, en Belgique et dans le Nord de la France.
  • Famine à Madagascar
  • Dôme de chaleur, sécheresse, ouragans et tempêtes …

Selon le plus récent rapport de l’Organisation météorologique mondiale, le nombre de catastrophes naturelles a été multiplié par cinq au cours des 50 dernières années, et ces catastrophes ne cessent de battre des records d’intensité. 

A tout cela s’ajoute le rapport du GIEC qui est explicite : le réchauffement climatique est dû aux activités humaines !

Ce n’est pas en jetant des pièces dans la fontaine de Trevi à la sortie du G20 afin de se tenir chance que les engagements de nos décideurs et décideuses se transformeront en actions.

Une opportunité gâchée.

Face à ces constats et au consensus scientifique l’Etat lui n’a pas changé de trajectoire.
Six ans après les Accords de Paris c’est toujours le même modèle d’économie et de société que notre gouvernement défend.

La sortie de la crise sanitaire présageait une belle opportunité dans l’écriture d’un autre « monde d’après », plus résilient et plus juste sur le plan climatique et social.

Malheureusement non, les plans de relance économique sont en total décalage avec les accords de la COP 21.

Une opportunité et une chance d’engager une vraie transition balayée d’un revers de la main par Emmanuel Macron et ses allié·es.

Crédit photo : Michael Augustin

La COP26, réécrire les engagements et les transformer en actions !

Nous nous réunissons devant cette instance judiciaire pour rappeler au gouvernement qu’il a été reconnu « coupable d’inaction climatique » le 3 février 2021.

En effet, l’Etat a été condamné récemment par la justice pour réparer son préjudice écologique et aura jusqu’au 31 décembre 2022 pour mettre en place toutes les mesures nécessaires.

Cette condamnation met en relief la responsabilité de notre gouvernement dans cette inaction.

Nous nous tenons ici pour rappeler à l’Etat que la COP 26 n’est pas un simple colloque politique et scientifique où les décideurs peuvent nous régaler de leurs belles paroles.

Nous voulons des engagements, pas des promesses et nous exigeons qu’iels écoutent le constat de ces six dernières années et qu’iels agissent.

En colère et déterminé·es, nous ne manquons pas de rappeler au gouvernement sa responsabilité.

Alors oui ! Ecoutez et agissez !

Contact presse : Caroline MILLET – 06.89.03.20.53.