Category Archives: Actualités

  • 0

WEEKEND STRATEGIE | Hiver 2021 | Alternatiba ANV Rhône

💥 Le collectif s’est réuni dans le Beaujolais pour un week-end de réflexion les 19-20-21 février 2021 👩‍💻

Pourquoi ? 🧐 Pour travailler ses différentes orientations sur les mois à venir ✊

On est plus que chaud·es et déter’ pour les prochaines semaines, t’es pas prêt·e ! 🔥🔥

La suite ? 🤩 Elle commence dès maintenant ➡ rejoins nous ! 🙋

👉 En t’informant via notre newsletter, c’est la base !

👉 Sur les réseaux

➡ Facebook Alternatiba ANV Rhône / AlternatiBar – Maison des Alternatives

➡ Twitter Alternatiba69

➡ Instagram Alternatiba69 / AlternatiBarMDA.Rhone

👉 Soutiens nous par un don !

📸 Crédit photos : Marielle François


  • 0

Pétition : Stop à Amazon et son fret aérien à Saint-Exupéry !

Tags : 

Nous sommes toujours en attente du délibéré pour le projet d’entrepôt Amazon à Lyon. La cour adminstrative d’appel se prononcera d’ici cet été, et il est primordial de maintenir la pression.
 
Par ailleurs, la crise sanitaire a provoqué une forte augmentation du fret aérien, en raison du développement du e-commerce. C’est pour cette raison que nous rejoignons la campagne #MoinsDAvionsPourLeClimat lancée par Greenpeace France le 11 février dernier ✈️

L’entrepôt Amazon de Lyon est à la jonction de deux campagnes majeures du mouvement climat : il rassemble la lutte contre la surproduction et l’enjeu de réduction du trafic aérien ✊

Ensemble, mobilisons-nous pour exiger l’abandon de ce projet d’entrepôt, et l’arrêt des extensions d’aéroport !


  • 0

« Plus Jamais Ça ! Rhône » : Pas d’Amazon dans notre Zone !

Tags : 

Le collectif Plus Jamais Ça ! Rhône, rassemblant des acteurs des luttes sociales et environnementales, exhorte les élu·es de la Communauté de Communes de l’Est Lyonnais de se positionner publiquement contre le projet de construction d’un nouvel entrepôt Amazon de plus de 160 000 m² à côté de l’aéroport Saint-Exupéry, dont le permis de construire est aujourd’hui à l’étude au tribunal administratif.

En cas d’annulation de ce permis, le collectif demande aux élu·es de la communauté de commune d’empêcher la délivrance d’un nouveau permis de construire.

Ci-dessous, le courrier qui a été adressé aux 203 élu.e.s municipaux de la CCEL le 8 février 2021:

“Madame, Monsieur,

Depuis de nombreux mois, et notamment depuis le début de la crise sanitaire liée au COVID-19, une grande majorité de citoyens a exprimé un besoin de rupture avec le monde d’avant. Le Président de la République a lui-même eu des mots très forts en ce sens lors de ses allocutions des mois de mars et avril 2020.

Notre collectif « Plus Jamais ça ! Rhône » réunit des associations, syndicats et organisations visant à décliner localement les 34 mesures impulsées par nos structures nationales pour que plus jamais, nous n’ayons à vivre ces jours difficiles.

Il s’agit, entre autres, de mettre le vivant au centre de nos préoccupations collectives avec, bien évidemment, le respect des femmes et des hommes, de leurs conditions de vie et de travail.

Vous êtes élu·e local·e d’une commune ou communauté de commune très concerné·e par le projet de construction de l’entrepôt logistique de « Amazon » proche de l’Aéroport Lyon- St Exupéry, sur la commune de Colombier-Saugnieu.

Si nous nous adressons à vous aujourd’hui, c’est pour vous faire part de notre très grande inquiétude quant aux conséquences de la réalisation de ce projet.

Cette implantation aura des effets délétères sur les plans économiques, sociaux et environnementaux, dans votre circonscription et bien au-delà.

En effet, si ce géant de la vente en ligne peut faire miroiter la création d’un nombre important d’emplois sur votre territoire, cet écran de fumée s’additionne à de nombreuses difficultés en perspective :

Il est reconnu que chaque emploi créé chez Amazon en détruit jusqu’à 4,5 autres dans le commerce traditionnel aux USA. Au bout du compte, alors que votre but est de créer de l’emploi au sein de votre commune, cette implantation en détruirait bien plus par ailleurs. En France, une récente étude a montré que l’expansion du e-commerce aurait déjà détruit, ces 10 dernières années, 80 000 emplois net.

Mais en plus de cela, les emplois nouvellement créés seront des emplois précaires pratiqués dans des conditions de travail déplorables imposées par l’entreprise, et menacés par la volonté de robotisation croissante d’Amazon qui affiche clairement sa détermination à développer des entrepôts les plus automatisés possibles.

Il semble urgent de faire des choix économiques permettant la protection d’une économie de proximité. Car ce sont bien les commerces locaux qui créent de l’emploi sur vos territoires et peuvent créer les conditions d’une consommation responsable et durable.

Nous craignons pour les riverain·es de cet entrepôt, une augmentation de nuisances déjà lourdes du fait de leur proximité avec l’aéroport. L’augmentation du trafic des poids lourds devrait être considérable : selon l’enquête d’utilité publique menée pour la construction de cet entrepôt, la circulation routière pourrait subir une hausse de 65%.

Barbara Pompili, Ministre de la Transition Écologique et Solidaire, s’était prononcée en faveur d’un moratoire sur la construction de nouveaux entrepôts par les géants du e-commerce en France avant son entrée au gouvernement. Dans le même temps, Amazon a fait l’objet de plusieurs enquêtes en Europe ; Alors qu’en Allemagne, les régulateur·euses enquêtent pour savoir si Amazon tire à la baisse les prix des détaillants qui utilisent son site, l’Union Européenne, quant à elle, soupçonne l’entreprise d’avoir enfreint les règles de la concurrence en exploitant les données issues des vendeurs indépendants.

Enfin, non content de supprimer des emplois et d’augmenter la pollution tant sonore qu’environnementale, Amazon ne participe pas au fonctionnement de nos institutions sociales et démocratiques. Alors que 98% des vendeurs enregistrés sur les marketplaces d’Amazon et de Cdiscount fraudaient la TVA en 2019 selon une note de Bercy, il est aujourd’hui avéré que la multinationale est une championne de l’« optimisation » fiscale en Europe et aux États-Unis6 .

La fronde qui monte partout en France doit encore s’amplifier, car le monde rêvé par Amazon est en totale contradiction avec la profonde aspiration à des vies décentes sur une planète vivable. Le moratoire sur les entrepôts de e-commerce proposé par les citoyen·nes de la Convention Citoyenne pour le Climat est l’un des derniers espoirs pour stopper l’expansion de ces plateformes en France, même si le gouvernement l’a discrètement évincé du projet de loi.

Nous vous demandons de tout faire pour stopper l’expansion du géant du e-commerce avant qu’il ne soit trop tard, pour préserver l’emploi et l’environnement sur notre territoire et préserver l’environnement. Ainsi, vous pourriez prendre publiquement position et vous opposer fermement à ce projet.

Également, en cas d’annulation du permis de construire par le tribunal administratif, nous vous demandons de vous engager à faire pression sur la Communauté de Commune de l’Est Lyonnais et la commune de Colombier-Saugnieu afin que l’autorisation d’un nouveau permis de construire soit refusé.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’assurance de nos sentiments respectueux.”

Le Collectif « Plus Jamais ça – Rhône »

Membres du collectif : Alternatiba ANV Rhône, ATTAC Rhône, l’Union Départementale CGT du Rhône, la Confédération Paysanne du Rhône, Extinction Rebellion Lyon, la FSU 69, GreenPeace Lyon, Oxfam Lyon, l’Union Syndicale Solidaire du Rhône, Youth For Climate Lyon.

Contacts Presse: Sophie Fernandez 06.74.98.38.68 Antoine Molinatti 06.35.90.34.27

Références & Sources:

Photo de couverture : Bastien Doudaine


  • 0

27.01.21 – Forte mobilisation à Lyon et 500€ d’amende ferme requis pour Charles, militant climat et Décrocheur

Communiqué Alternatiba ANV Rhône – Lyon, le 27 janvier 2021

Mercredi 27 janvier, Charles de Lacombe, militant climat & justice sociale, a comparu à 14H devant le Tribunal de Grande Instance de Lyon pour avoir décroché et « détourné de sa fonction principale » le portrait du président, il y a près de deux ans. Le procureur a requis une amende ferme de 500€. 

Arrêté suite à une action de désobéissance civile non-violente visant à dénoncer l’inaction du président et du gouvernement face à l’urgence climatique et sociale, Charles risquait jusqu’à 7 ans de prison et 100.000€ d’amende.

→  Lire le témoignage de Charles

Réquisitoire 

Après une heure d’audience, le procureur a requis pour Charles une amende ferme de 500€. Le verdict sera rendu le 1er mars à 14H. Le procès de Charles s’inscrit au cœur d’une longue série : sur tout le territoire, 40 procès ont eu lieu ou vont avoir lieu. Fait notable, ces procès ont conduit à plusieurs décisions de relaxe en première instance, par exemple à Lyon en septembre 2019, et plus récemment à Valence en novembre 2020, au titre de l’état de nécessité et de la liberté d’expression.

Charles, portant un portrait détourné du président Emmanuel Macron. 27 janvier 2021.
Crédit : Michael Augustin.

Une forte mobilisation ce 27 janvier 2021

De nombreux citoyens se sont rassemblés ce mercredi 27 janvier à 12H30 Place Guichard (Lyon 3ème) pour soutenir Charles, militant climat de 26 ans, avant son entrée au Tribunal de Grande Instance, temps fort de la mobilisation. Plusieurs soutiens et personnalités ont été invités à prendre la parole, introduits par Tatiana Guille, 19 ans et porte-parole Alternatiba ANV Rhône. Parmi eux, Fanny Delahalle et Pierre Goinvic, décrocheurs lyonnais de portraits présidentiels qui avaient bénéficié en 2019 d’une relaxe historique, Thomas Dossus, Sénateur (Europe Ecologie Les Verts), Magali Romaggi (France Insoumise) et Agnès Ducharne, climatologue, directrice de recherche au CNRS, témoin. 

Les portraits détournés par des artistes y ont été présentés, et seront vendus ce soir lors d’une vente aux enchères en soutien aux actions de Charles. 

Agnès Ducharne, climatologue, directrice de recherche au CNRS, témoin, durant la mobilisation en soutien à Charles : 

“Comme tous mes collègues, je suis souvent saisie d’un sentiment d’impuissance, parfois d’inutilité. Je suis doublement reconnaissante à Charles car en témoignant pour lui j’ai l’impression d’être un peu plus utile… Mais aussi parce qu’il a pris des risques personnels pour faire avancer la société française sur l’urgence climatique, et j’espère qu’il rencontrera plus de succès que nous autres scientifiques pour induire un vrai changement.”

Charles de Lacombe, juste avant son entrée au Tribunal de Grande Instance de Lyon. 27 janvier 2021. 
Crédit : Michael Augustin.

Le but : dénoncer le double discours et l’inaction

C’est la communication d’Emmanuel Macron qui a été visée, et notamment son double discours permanent : il se présente comme un leader mondial sur le climat, se félicite d’avancées sociales, et en même temps mène en France une politique climaticide et antisociale. Il s’érige en champion de la Terre mais ne fait même pas en sorte que la France respecte les Accords de Paris, comme le pointent régulièrement les ONG et même les institutions, à l’image du Haut Conseil pour le Climat qui dénonce « l’accroissement des annonces » dans son rapport annuel, ou du Conseil d’État qui intime au gouvernement de « justifier » que les mesures sont suffisantes et adaptées. A Lyon comme dans d’autres villes de France, le problème de la pollution de l’air est récurrent, pointé depuis plusieurs années et l’inaction de l’Etat et sa responsabilité ont été reconnues à coup de procès. 

Maître Rebérioux, avocate, cet après-midi durant le procès, mercredi 27 janvier 2021 : 

“Le prévenu a souhaité par ses actions interpeller les pouvoirs publics et alerter l’opinion et cela doit être reconnu par votre juridiction, peu importe la qualification que vous retenez (…). Dans cette action, il y a eu une réelle volonté pédagogique, par conséquent toute condamnation serait disproportionnée. Nous demandons, pour cette raison, la relaxe.”

Charles de Lacombe, prévenu, en clôture de son audience : 

“Je suis en colère. La défense l’a dit, je ne recherche pas les coups d’éclat ; ça ne m’amuse pas de faire ces actions. Chaque degré compte et c’est très concret. Ça concerne chaque personne dans cette salle, ça vous concerne aussi, ça concerne tout le monde. Je suis heurté par les propos du procureur. Je ne prends pas cette cour pour une tribune politique, j’ai du respect pour elle. J’espère que la justice sera capable de faire son travail, en tant que pouvoir indépendant, ce qui est fondamental pour la démocratie.”

La campagne Décrochons Macron

La campagne « Décrochons Macron » du mouvement ANV-COP21 vise à dénoncer l’inaction d’Emmanuel Macron et de son gouvernement face à la crise climatique et sociale. L’objectif de cette campagne : réquisitionner partout les portraits du président présents dans les mairies pour laisser symboliquement des murs aussi vides que sa politique climatique et sociale.

Et après ? 

Après la relaxe historique qui avait été prononcée le 16 septembre 2019, les deux Décrocheurs de portrait lyonnais, Fanny Delahalle et Pierre Goinvic avaient à nouveau été convoqués devant la justice en appel à Lyon. Le procureur avait constaté la relaxe en première instance et requis des amendes fermes de 500 euros. Aujourd’hui, l’affaire est portée en cassation et le procès toujours en cours.  

Au moins 17 autres procès sont à venir pour ce premier semestre 2021, dont huit entre les mois de janvier et de mai. Les autres (quatre procès en appel, quatre pourvoi en cassation et un en première instance), n’ont pas encore de dates fixes.
L’issue des procès dépend et varie selon les tribunaux : des amendes fermes jusqu’à 800 euros ont été requises, des amendes avec sursis, et dans les meilleurs cas, dispense de peine, relaxe ou annulation de procédure. 

Les prochains procès auront lieu à Saint-Etienne, le 1er février 2021, à Reims le 16 février 2021, et une forte mobilisation est déjà prévue pour le procès du 23 Mars 2021 à Amiens.  

Contacts presse : Marion Goumeziane : 06 89 92 92 47 et Marika Staub : 06 33 59 15 86


  • 0

27.01.21 : Ventes aux enchères : découvrez les œuvres !

Tags : 

Dix portraits réalisés par des artistes engagés et talentueux

A l’occasion du procès de Charles, nous avons sollicité de nombreuses et nombreux artistes pour la réalisation de portraits sur le thème des grands détournements du gouvernement, thème inspiré du chef d’accusation du prévenu. L’idée : dénoncer artistiquement le décalage entre paroles et actes à travers des tableaux. Dénoncer l’inaction de toutes sortes. Néonicotinoïdes, CETA, omniprésence des lobbies, ils ont eu l’embarras du choix!

Grâce à la mobilisation de ces-dits artistes, les portraits seront exposés le mercredi 27 janvier à partir de 12H30 Place Guichard (Lyon 3ème), devant le tribunal ou aura lieu l’audience, et seront vendues aux enchères le soir même en ligne au vu des conditions sanitaires actuelles.

Les bénéfices de la vente, c’est-à-dire le prix de la vente moins les frais d’impression et d’encadrement ou d’envoi, seront partagés entre l’artiste et le collectif (à 50/50).

Les bénéfices pour le collectif serviront à régler les frais de justice engendrés par le procès.

Découvrez les portraits, en avant-première! Merci aux artistes pour leur soutien !

Titre : Néonicotinoides – De Cyril Dechampd – 50×70
Titre : Ni de droite ni de gauche – A3
Titre : This is fine – de Nelson Dos Santos – 50×70
Titre : Marionnette – De Ludovic Dusapin
Titre : Make our planet great again – de Bastien – A3
Titre : Hypnotiseur – De Lucas – 50×70
Titre : Champion de la terre – de Pierre Garnier – A3
Titre : CETA – de Cyril Dechampd – 50×70
Titre : Bernard Arnault – De Alexandre Durand – A3
Titre : Air France.

Pour découvrir le travail de Alexandre Durand : https://www.instagram.com/durand_alexandre/

Pour découvrir le travail de Cyril Dechampd : https://cdechampd.portfoliobox.net/

Pour en savoir plus : https://alternatiba.eu/rhone/2021/01/20/proces-27-01-21-lyon-charles-militant-climat-et-decrocheur/


  • 0

Procès 27.01.21| Lyon : Charles, militant climat et Décrocheur !

Tags : 

Communiqué Alternatiba ANV Rhône – Lyon, le 20 Janvier 2021

Mercredi 27 janvier, Charles de Lacombe, militant climat & justice sociale, comparaîtra devant le Tribunal de grande instance de Lyon pour avoir décroché et « détourné de sa fonction principale » le portrait du président, il y a près de deux ans.
Arrêté suite à une action de désobéissance civile non-violente visant à dénoncer l’inaction du président et du gouvernement face à l’urgence climatique et sociale, Charles risque aujourd’hui jusqu’à 7 ans de prison et 100000 € d’amende.

→  Lire le témoignage de Charles

La campagne « Décrochons Macron » du mouvement ANV-COP21 vise à dénoncer l’inaction d’Emmanuel Macron et de son gouvernement face à la crise climatique et sociale.
L’objectif de cette campagne : réquisitionner partout les portraits du président présents dans les mairies pour laisser symboliquement des murs aussi vides que sa politique climatique et sociale.


Décrochage de portrait présidentiel dans la mairie de Villeurbanne, 24 mai 2019

Dénoncer le double discours et l’inaction

C’est la communication d’Emmanuel Macron qui est visée, son double discours permanent : il se présente comme un leader mondial sur le climat, se félicite d’avancées sociales, et en même temps mène en France une politique climaticide et antisociale. Il s’érige en champion de la Terre mais ne fait même pas en sorte que la France respecte les Accords de Paris, comme le pointent régulièrement les ONG et même les institutions, à l’image du Haut Conseil pour le Climat qui dénonce « l’accroissement des annonces » dans son rapport annuel, ou du Conseil d’État qui intime au gouvernement de « justifier » que les mesures sont suffisantes et adaptées.

« Ce président […] qui va “make our planet great again”, alors qu’il renouvelle son soutien aux projets climaticides d’entreprises comme Total et Société Générale, et qu’il ratifie des traités de libre-échange irresponsables. Ce président qui a montré pendant l’année qui vient de s’écouler son incapacité à s’abstraire de l’idéologie néolibérale, en favorisant systématiquement les intérêts des marchés, le travail avant la culture, l’argent avant les gens. »  — Extrait du témoignage de Charles.

C’est dans ce contexte que le 24 mai 2019, à l’occasion de la Journée de mobilisation internationale des jeunes pour le climat, Charles a décroché le portrait présidentiel de la mairie de Villeurbanne. Arrêté plus tard dans la journée et placé en garde à vue pendant plusieurs heures, il avait ensuite reçu une convocation devant le tribunal correctionnel de Lyon. Le 27 janvier, Charles sera donc jugé pour avoir « détourné de sa fonction principale le portrait d’Emmanuel Macron en le décrochant du mur afin de le mettre en scène ». Et pendant ce temps, le président détourne la Convention Citoyenne pour le Climat, détricote une par une les 149 mesures élaborées par ses membres.

Vers une nouvelle relaxe ?

Le procès de Charles s’inscrit au cœur d’une longue série :  sur tout le territoire, 40 procès ont eu lieu ou vont avoir lieu. Fait notable, ces procès ont conduit à plusieurs décisions de relaxe en première instance, par exemple à Lyon en septembre 2019, et plus récemment à Valence en novembre 2020, au titre de l’état de nécessité et de la liberté d’expression.

« Cette relaxe résonne comme une confirmation du message que nous portons : oui, l’urgence climatique impose des mesures radicales et courageuses ; non, le gouvernement d’Emmanuel Macron ne prend pas ces mesures nécessaires, malgré ses discours ! Et puisqu’il n’assume pas ses responsabilités, c’est notre devoir de citoyennes et de citoyens de lui rappeler ses engagements. »  – Léa Chancelier, militante relaxée à Valence

Le 27 janvier, c’est Charles sera à la barre, mais ce procès ne sera pas le sien : ce sera celui d’Emmanuel Macron et de l’inaction face à la crise sociale et climatique !

Un rassemblement est prévu à partir de 12h30 place Guichard (Lyon 3ème), où auront lieu les plusieurs prises de parole, et la présentation de portraits « détournés » par des artistes locaux. Ces œuvres seront vendues le soir même lors d’une vente aux enchères en soutien à Charles.
L’audience se tiendra au TGI de Lyon à 14h00.

Possibilités d’interviews :
 RDV à 11h00 à l’AlternatiBar – Maison des Alternatives,

126 montée de la Grande Côte (Lyon 1)

Témoin : Agnès Ducharne
Pour renforcer la légitimité des actions de désobéissance civile, des personnalités pertinentes sur les sujets concernés sont invitées à témoigner lors des procès. Pour celui du 27 janvier, la scientifique Agnès Ducharne a accepté de participer.

Agnès Ducharne est climatologue, chargée de recherche au CNRS. Elle travaille en particulier sur le cycle de l’eau et l’impact du réchauffement climatique sur la ressource en eau et ses usages.

Elle est également signataire de l’appel de 1000 scientifiques à rejoindre les actions de désobéissance civile, tribune parue dans Le Monde en février 2020, clamant que « face à la crise écologique, la rébellion est nécessaire ».


Contact presse : Marion Goumeziane : 06 89 92 92 47 et Marika Staub : 06 33 59 15 86

Crédits du visuel mise en avant :  Cyril Dechampd
Crédit photo de Lyon : Sander van der Werf, Fotografie & Illustratie


  • 0

27.01.21 : Ventes aux enchères : Les grands détournements du gouvernement

Tags : 


Des artistes pour les grands détournements du gouvernement

A l’occasion du procès de Charles et grâce à la mobilisation de nombreuses et nombreux artistes, nous organisons une vente aux enchères sur le thème des grands détournements du gouvernement, dont le thème est inspiré du chef d’accusation du prévenu.

L’idée : Dénoncer artistiquement le décalage entre paroles et actes à travers des tableaux. Dénoncer l’inaction de toutes sortes.


La vente aux enchères

Les œuvres seront exposées devant place Guichard (à Lyon 3ème) avant le procès du 27 janvier 2021, et seront vendues aux enchères le soir même en ligne au vu des conditions sanitaires actuelles.
Les bénéfices de la vente, c’est-à-dire le prix de la vente moins les frais d’impression et d’encadrement ou d’envoi, seront partagés entre l’artiste et le collectif (à 50/50).
Les bénéfices pour le collectif serviront à régler les frais de justice engendrés par le procès.

Evénement Facebook : https://www.facebook.com/events/413883353001852/


Informations techniques

Ces œuvres ne sont soumises à aucune technique imposée.
La seule contrainte est le format final qui doit être entre le A3 (29,7 x 42) et 50 x 70 cm.
Vous pouvez partir d’une feuille vierge ou bien du portrait présidentiel (dont on peut vous fournir un fichier numérique).

Chaque artiste est libre de proposer plusieurs œuvres à la vente, mais une seule copie de chaque sera vendue (œuvres originales).

Important : l’œuvre devra respecter les principes de non-violence.

Vous voulez vous prêter au jeu des grands détournements du gouvernement ? Vous connaissez une personne qui pourrait l’être ?
Envoyez nous un message sur communication.alternatibarhone@lists.riseup.net !

La date limite pour nous envoyer les œuvres est le 20 janvier 2021.


Charles, décrocheur de portrait, jugé pour détournement


Crédits du visuel :  Cyril Dechampd
(en inspiration des affiches de films de grand banditisme. Oui, Charles est un grand bandit)
Crédit photo de Lyon : Sander van der Werf, Fotografie & Illustratie

Le 24 mai 2019, Charles, militant lyonnais, a décroché un portrait présidentiel, afin de dénoncer l’inaction d’Emmanuel Macron et de son gouvernement face à la crise climatique et sociale (plus d’informations sur la campagne “Décrochons Macron” ici).

Il est à présent poursuivi pour avoir “détourné de sa fonction principale le portrait de M. Macron en le décrochant du mur afin de le mettre en scène à l’occasion d’un mouvement du collectif ANV-COP21”. Son procès aura lieu à Lyon le 27 janvier 2021 et bien que le prétexte prête à sourire, il risque jusqu’à 7 ans de prison et 100 000 euros d’amende pour cette action non-violente.

Nous vous donnons rendez-vous dès 12h30 place Guichard pour un rassemblement de soutien. 
Evénement Facebook : https://www.facebook.com/events/409161940155547/


Crédits du visuel mis en avant :  Cyril Dechampd 


  • 0
Jean Luc Fugit & Amazon

Pour un vrai débat démocratique face à Amazon : réponse au député Jean-Luc Fugit

Tags : 

Lyon, 14 décembre 2020

Suite à la mobilisation d’Alternatiba ANV Rhône pour dénoncer l’inaction du gouvernement face à Amazon le 4 décembre dernier, le député Jean-Luc Fugit n’a eu de cesse de critiquer dans la presse les modalités d’action[source]. À aucun moment il n’a abordé le fond du sujet, prétextant que le collectif ne l’aurait jamais sollicité sur ce dossier. Ce mensonge illustre parfaitement la complicité du gouvernement dans le développement effréné d’Amazon en France, une catastrophe aussi bien sur le plan social qu’environnemental. Face à l’urgence, un moratoire s’impose ! Si M. Fugit est aussi concerné par les commerces de proximitéqu’il le prétend, il est grand temps qu’il se saisisse pleinement de cette question et Alternatiba ANV Rhône l’invite pour cela à un débat public. 

Une rencontre avec Jean-Luc Fugit dès novembre 2019 !

Il y déjà plus d’un an, un des portes paroles d’Alternatiba ANV Rhône avait pris rendez-vous avec M. Fugit pour aborder le sujet du développement d’Amazon. En tant que membre de la commission développement durable à l’Assemblée nationale, il était le premier député du Rhône concerné par la loi Économie Circulaire. A l’époque le Haut Conseil pour le Climat dans son rapport rappelait l’importance de limiter l’empreinte carbone importée [source]. Amazon, avec ses projets de méga-entrepôts partout en France, menace d’augmenter drastiquement celle-ci. Un entrepôt, tel que celui en projet à St Exupery, permettrait la vente de près de 250 millions de produits neufs par an. La question de la pollution de l’air a également été mise sur la table puisqu’un entrepôt engendre la circulation de 4000 véhicules légers et 1000 poids lourds par jour [source].

Lors de cet entretien, M. Fugit a indiqué être préoccupé par le sujet et s’est dit « potentiellement intéressé » à l’idée de soutenir une proposition de moratoire sur les entrepôts du e-commerce.

Des paroles qui n’engagent à rien…  

Suite à cet entretien, et malgré de nombreuses relances, aucune prise de position politique n’a pu être observée. Alors que plusieurs députés de la majorité se sont emparés de cet amendement et l’ont déposé en commission développement durable, M. Fugit, lui, a brillé par son absence [source]. L’amendement n’ayant pas été retenu lors des débats le moratoire devra encore attendre. 

Alternatiba ANV Rhône n’est pas le seul collectif à l’avoir sollicité sur le sujet, FRACTURE aussi !

Début juin, une proposition de loi dont la principale mesure était un moratoire sur les entrepôts de e-commerce a été déposée à l’Assemblée nationale [source]. Profitant de cette occasion Gilles Renevier, le président de FRACTURE (association mobilisée contre la plateforme Amazon de Lyon St Exupéry depuis 2017) a également sollicité M. Fugit pour lui demander son avis sur le sujet. La proposition devait être « étudiée » d’après le député. Quelques semaines plus tard, M. Renevier a sollicité le député pour l’interroger sur l’absence des entrepôts du e-commerce dans la proposition de moratoire sur les zones commerciales [source]. Cette fois-ci M. Fugit a prétexté attendre le positionnement de la métropole nouvellement élue pour se positionner.

D’une proposition de moratoire à une mission pour faciliter l’implantation d’Amazon

Début juillet, Mme Pompili, nouvelle ministre de l’environnement, a proposé un moratoire de 6 mois sur les entrepôts du e-commerce [source]. En l’absence de soutien de la majorité et du gouvernement elle a dû revoir sa copie lors du conseil de défense estival. Sa proposition s’est muée en lettre de mission pour faciliter l’émergence de sites logistiques “clés en main” et garantir le “développement durable” du commerce en ligne et des entrepôts logistiques [source] !

Dès lors, la majorité a commencé à montrer son vrai visage sur la question du e-commerce, ne jurant que par la digitalisation des commerces de proximité pour répondre à la crise du COVID et en appelant à la responsabilisation des consommateurs. Dans le même temps le gouvernement a confirmé sa volonté de simplifier l’implantation d’Amazon en France par la loi ASAP [source]. M. Fugit a cette fois-ci été présent et a voté favorablement pour cette loi, cautionnant ainsi la politique gouvernementale sur le sujet.

Rien de tel qu’un débat public sur le sujet

Le collectif Alternatiba ANV Rhône reste ouvert au dialogue, mais force est de constater qu’il aura fallu une action de désobéissance civile pour faire sortir de sa passivité M. Fugit.

Face à son silence de plus d’un an sur le sujet, l’utilité d’un énième tête à tête dans sa permanence de Givors peut légitimement être questionnée. Le collectif pourrait cependant organiser un débat public début 2021 sur le développement d’Amazon en France. M. Fugit pourrait à cette occasion répondre concrètement à cette question : alors qu’entre 2008 et 2018 le e-commerce est responsable de la  suppression nette de 114 000 emplois dans le commerce de détails est-ce que le gouvernement va s’emparer du sujet [source]?

Dans l’attente d’une réponse claire, M. Fugit comme l’ensemble des députés de la majorité reste co-responsable de la politique menée par Emmanuel Macron qui tend à faciliter le développement destructeur des géants du e-commerce tels qu’Amazon.

Contact Presse : 

Adrien Montagut Alternatiba/ANV Rhône – 06 74 10 27 67 – adrien.montagut@protonmail.com


  • 0

Face à l’Urgence Sociale et Climatique, Associations et Syndicats du Rhône s’unissent pour un Autre Monde d’Après !

Création du collectif « Plus Jamais ça ! Rhône »

Lyon, le 10 décembre 2020

Au mois de novembre 2020 a eu lieu la première réunion du collectif« Plus Jamais ça ! Rhône », qui vise à accentuer le rapprochement entre luttes sociales, écologiques et climatiques.

En effet, face à une crise sociale décuplée par la crise sanitaire et une catastrophe climatique dont les effets sont de plus en plus visibles, nous avons décidé, dans le cadre de la dynamique initiée nationalement avec les 34 mesures de sortie de crise proposées par l’appel Plus jamais ça !, de créer le collectif « Plus Jamais ça ! Rhône » et de lutter ensemble pour un Autre Monde d’Après, un monde respectueux de la planète et de ses habitant.e.s.

L’objectif de ce collectif est de décliner les 34 propositions du plan de sortie de crise, à travers des luttes locales et la mise en place d’alternatives au système actuel. Également, ce collectif doit permettre de renforcer les liens entre les différentes luttes, qu’elles soient sociales ou écologiques, car elles ont souvent la même origine : un système pillant les ressources de la Terre et exploitant les Hommes au profit d’une minorité.

Il est urgent de repenser l’ensemble des rapports sociaux, le travail, les finalités de la croissance, le partage des richesses créées, le rôle et le devenir des services publics, la place des femmes et des hommes dans la société comme dans l’entreprise, les conditions d’un véritable exercice de la démocratie.

La lutte pour la fin du mois et contre la fin de monde sont convergentes. Ensemble, luttons !

Les premiers membres de ce collectif sont :

  • Alternatiba ANV Rhône
  • ATTAC Rhône
  • La CGT Union Départementale 69
  • La Confédération Paysanne 69
  • la F.S.U 69
  • Greenpeace Lyon
  • Oxfam Lyon
  • l’Union Syndicale Solidaires du Rhône
  • Youth For Climate Lyon

Contacts Presse

Photo de Couverture : Caroline Maryse Garcia


  • 0

L’Accord de Paris est en feu et Macron regarde ailleurs

Paris, le jeudi 10 décembre 2020 – Cinq ans après la signature de l’Accord de Paris, la France n’a pas tenu ses engagements : voici le message qu’entend faire passer Action Non-Violente COP21 (ANV-COP21) en déroulant un portrait géant du président Emmanuel Macron, souriant, tournant le dos à un monde en flammes et sombrant dans le chaos. Cette action a lieu aujourd’hui alors même que les 7 Décrocheur·ses de portrait présidentiel viennent d’être condamnés par la Cour d’appel de Paris à une amende de 500 euros avec sursis, s’inscrivant ainsi à contre-courant des quatre derniers jugements, favorables aux activistes et légitimant l’emploi de la désobéissance civile pour dénoncer l’inaction climatique du gouvernement.

Portrait géant de Macron qui regarde ailleurs alors que l’Accord de Paris brûle – photo Baptiste Soubra du Collectif la faille

À 13h aujourd’hui, 55 activistes d’Action Non-Violente COP21 ont déployé un portrait géant d’Emmanuel Macron, sur le Trocadéro. Haut de 10 mètres et large de 14 mètres, ce portrait détournant le portrait officiel du président de la République en le représentant dos à un incendie, a fait face à la tour Eiffel, symbole de Paris et de la COP21. Avec le message en anglais “Paris agreement in flames : Macron looks away” (“L’Accord de Paris est en feu et Macron regarde ailleurs”), les activistes entendent rappeler que malgré ses beaux discours, Emmanuel Macron n’est pas à la hauteur des engagements climatiques de la France. Cette action intervient deux jours avant le cinquième anniversaire de l’Accord de Paris.

“Les opérations de communication politique d’Emmanuel Macron ne suffisent pas à masquer son inaction face à l’urgence climatique. Les faits sont implacables : depuis son arrivée au pouvoir, la France prend chaque année un peu plus de retard et fonce tout droit vers le non-respect de ses objectifs climatiques.” déclare Cécile Marchand, porte-parole d’ANV-COP21 et décrocheuse de portrait présidentiel.

Incohérence soulignée par le Haut Conseil pour le climat et par les membres de la CCC

Alors qu’au niveau international, le président Emmanuel Macron vante son bilan, le non-respect des engagements pris à la COP21 et même l’incohérence des politiques publiques françaises ont été soulignés à maintes reprises par le Haut Conseil pour le climat. Plus récemment, le fossé s’est creusé avec les membres de la Convention Citoyenne pour le Climat alors que les mesures proposées sont détricotées par le gouvernement, contrairement à l’engagement d’Emmanuel Macron de les reprendre “sans filtre”.

Il n’y a aucun courage politique chez Emmanuel Macron. Quel est son Plan B pour réduire d’au moins 40% les émissions de gaz à effet si les mesures de la Convention Citoyenne pour le climat sont détricotées et vidées de leur substance ?” exprime Isabelle Robichon, l’une des 150 citoyens tirés au sort.

Au moins 38 procès dans tout le pays

Avec 150 décrochages partout en France et les 38 procès des Décrocheur·ses qui s’ensuivent, le portrait présidentiel est devenu un symbole de l’inaction climatique de l’État français. La condamnation des Décrocheur·ses parisien·nes s’inscrit dans un contexte de relaxe dans les précédents procès à Auch, Strasbourg et Valence, ainsi que dans une mobilisation massive autour de la liberté d’expression et contre la Loi Sécurité Globale, largement scrutée par la presse internationale.

“Nous avons décidé de nous pourvoir en cassation contre cette décision de la Cour d’appel de Paris. Il est injuste que nous soyons condamnés pour ‘vol en réunion’ pour avoir décroché un portrait présidentiel, alors que c’est Emmanuel Macron qui nous condamne collectivement au chaos climatique de par son inaction.” déclare Pauline Boyer, porte-parole d’ANV-COP21 et décrocheuse de portrait présidentiel.

Depuis le premier en mai 2019, la vague de procès liée aux actions de décrochage de portrait présidentiel est loin d’être finie : d’autres procès auront lieu dans les prochains mois, à noter ceux du 17 décembre à Agen, 22 janvier 2021 à Bordeaux et 27 janvier 2021 à Lyon.

Toutes les dates et autres informations sur le site : decrochons-macron.fr/les-proces