Category Archives: Actualités

  • 0

Marche pour les libertés, contre les idées d’extrême-droite

Les idées d’extrême-droite sont incompatibles avec les mesures à prendre face à la crise écologique. La crise écologique, si on ne la traite pas, aura des conséquences qui rendront encore plus audibles les idées d’extrême-droite. L’enjeu est double, et nous devons nous mobiliser ce dimanche 13 juin !

Depuis maintenant plusieurs mois nous constatons un climat politique et social alarmant. S’allier avec l’extrême droite ou reprendre ses idées ne constituent plus un interdit. Les propos et actes racistes et sexistes au travail et dans la vie se propagent. Les attaques contre les libertés et les droits sociaux s’accentuent gravement. Dans ce contexte politique, économique, social et sanitaire les injustices explosent et génèrent une forte misère sociale.

Plusieurs lois liberticides organisent une société autoritaire de surveillance et de contrôle qui empêcheraient d’informer sur des violences policières, déjà trop importantes. De plus, si certaines de ces lois stigmatisent une partie de la population en raison de sa religion, d’autres en ciblent en raison de leur activité militante.

Comme les signataires de l’appel pour les libertés et contre les idées mortifères de d’extrême droite, nous ressentons toutes et tous l’urgence de construire une réponse forte et unitaire qui dessine l’alliance des libertés, du travail et d’un avenir durable.

Face à ce climat de haine, raciste et attentatoire aux libertés individuelles et collectives, nous avons décidé collectivement d’organiser dans l’agglomération lyonnaise, le dimanche 13 juin une grande journée de manifestation et de mobilisations.

Rendez-vous dimanche 13 juin à 15h, Charpennes (Villeurbanne)


  • 0

Destination crash climatique, n’embarquons plus !

Communiqué de Alternatiba ANV Rhône et Greenpeace Lyon
Lyon, le 05 juin 2021

Ce samedi 05 juin 2021, les militants et militantes de ANV-COP21 et Greenpeace Lyon ont effectué une action consistant à réaliser une prise de parole devant le terminal 2 de l’aéroport Saint-Exupéry, pour dénoncer le risque d’une reprise du trafic aérien incompatible avec l’objectif de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C. 

Par cette action, ils ont voulu dénoncer le cynisme du gouvernement et des dirigeants des entreprises du secteur qui veulent relancer coûte que coûte le transport aérien dont la croissance est pourtant incompatible avec les objectifs climatiques de la France.

Aujourd’hui, dans toute la France, plusieurs groupes locaux se sont mobilisés pour dénoncer l’impact du transport aérien sur le climat. Des banderoles « Avion ou climat, on n’a plus le choix » et « Notre Ciel n’est pas une poubelle » ont été déployées devant le terminal de l’aéroport.

Crédit : Michael Augustin

La crise sanitaire a montré qu’il était possible de repenser notre rapport aux déplacements, en particulier au transport aérien. La sortie de cette crise ne doit pas s’accompagner d’un retour à l’anormal, incompatible avec la préservation du climat. L’avenir du secteur aérien passe par une réduction raisonnée et organisée du trafic, et d’un questionnement autour de la réelle nécessité de se déplacer comme c’était le cas avant la Covid. L’anticipation de cette réduction doit notamment permettre d’accompagner les salariés du secteur vers une reconversion dans d’autres secteurs tels que le ferroviaire.

« La réduction du trafic aérien est incontournable face à l’urgence climatique. Ce moyen de transport est des plus polluant, des plus inégalitaire et des moins nécessaire quand nos destinations de rêve se transforment en cauchemar pour la planète. Nous voulons une planète habitable, plutôt que de centaines de destinations à moins de 30 euros. » Tatiana Guille, porte parole Alternatiba ANV Rhône

Actuellement, le gouvernement et certains acteurs du secteur misent tout sur un hypothétique « avion vert », à hydrogène, électrique, ou aux bio-carburants. Aucune de ces solutions n’est aujourd’hui au point et ne permettra de respecter les objectifs fixés par l’accord de Paris. Qui plus est, les nombreuses aides accordées aux entreprises du secteur ne se sont pas accompagnées de contreparties environnementales solides.

Cette journée nationale de mobilisation intervient alors que la loi Climat en cours d’examen au Sénat manque cruellement d’ambition, notamment concernant le transport aérien. Les travaux issus de la convention citoyenne pour le climat (CCC) ont rappelé qu’une politique ambitieuse de maîtrise du trafic aérien était nécessaire et que des premières mesures peuvent être prises au niveau national. La CCC a ainsi recommandé de fermer les lignes domestiques pour lesquels une alternative en train existe en moins de 4h, et d’interdire toute extension ou construction d’aéroport. Ces deux mesures, qui ont été vidées de leur substance du projet de loi actuel, ne supprimeront a priori que 3 lignes intérieures sur la centaine existante, et n’empêchera aucune extension d’aéroport parmi la dizaine de projets à l’étude sur le territoire.

A Lyon, le projet d’entrepôt Amazon à l’aéroport Saint-Exupéry entrainerait une augmentation considérable du fret aérien. Considérant l’impact désastreux tant sur le plan environnemental que social de ce projet, nous demandons son abandon.

Contacts presse :
Pour ANV – COP21 : Marika Staub / 06 33 59 15 86
Pour Greenpeace Lyon : Alix Béguinot / 07 82 68 63 33


  • 0

La Marche d’Après se réunit en un grand mouvement social pour dessiner la justice climatique et sociale de demain

Tags : 

Photo de Michael Augustin

Communiqué des collectifs Lyon Climat et Plus Jamais Ca! Rhône – dimanche 09 mai 2021 à Lyon

115000 participants se sont réunis aujourd’hui pour la Marche d’Après partout en France et 6200 à Lyon afin de dénoncer une nouvelle fois le manque d’ambition de la loi « Climat et résilience » et construire, ensemble, un avenir juste et soutenable. 163 marches ont été organisées, rassemblant un front large, écologique et social. L’incapacité des décideurs à répondre à l’urgence climatique est actée : désormais l’Après sera bâti collectivement, avec ou sans eux.

Plus de 700 organisations signataires de l’appel à se rassembler ont répondu présentes dont Alternatiba, Union Syndicale Solidaires, les Amis de la Terre, la CGT ou encore Greenpeace France, pour défiler ce dimanche 9 mai aux côtés des citoyens et des membres de la Convention citoyenne pour le climat. Dans toute la France, les manifestants ont sanctionné l’échec gouvernemental que représente la loi climat, et manifesté leur volonté de construire ensemble l’Après. Plus de 160 territoires ont organisé des marches principalement en France mais également en Belgique, au Luxembourg et outre-Manche.

À Lyon, associations et syndicats se sont rassemblés dans une alliance inédite pour former un large front écologiste et social. Encore des milliers de personnes étaient présents pour clamer leur désaveu. Le cortège est parti à 14h30 de la place Bellecour. Les manifestants ont marché déterminés et dans la joie aux côtés des danseurs, musiciens, échassiers et autres artistes venus performer jusqu’au retour du cortège place Bellecour, 2h30 plus tard. Les portes parole de Lyon Climat et Plus Jamais Ca! Rhône se sont exprimés sur la scène finale pour clôturer la marche et revenir sur les raisons d’une telle mobilisation : «tous ensemble, on peut peser sur notre avenir, on peut changer la donne, on peut obtenir que les politiques prennent les décisions qui s’imposent face à l’urgence climatique et sociale ! » -Laure Tomczyk.

L’engouement pour construire l’Après

Cette participation des citoyens transmet un message d’alerte au gouvernement : ils veulent apporter une réponse ambitieuse à l’urgence climatique et sociale face à un gouvernement qui n’écoute pas la volonté démocratique. Après tous ces mois de mobilisation citoyenne sur la loi climat, aucune mesure concrète de régulation de l’activité économique des secteurs les plus polluants n’a été prise alors qu’il s’agit d’une étape indispensable pour faire baisser les émissions de gaz à effet de serre. « La loi climat fait encore reposer les efforts sur la responsabilité individuelle. Autrement dit, le volontariat pour les puissants et la contrainte pour les précaires ! » ajoute Tatiana Guille, porte-parole d’Alternatiba ANV Rhône. 

Alertes, ultimatum, humour, expertise : rien n’aura fait changer d’avis, ni le gouvernement, ni la majorité parlementaire sur l’urgence de renforcer l’ambition des mesures de la loi climat. « En tant que paysans, on constate déjà le dérèglement climatique depuis 10 ans. […] On est en pleine réforme de la Pac et ce qui est certain c’est que rien ne change. Cette pac là c’est la mort de l’agriculture paysanne.» indique Antoine Pariset de la Confédération Paysanne Rhône. 

La société civile dans la rue reprend son pouvoir démocratique

“Unis on est plus forts”, “Politique du gouvernement : votre médiocrité tue”, “L’injustice sociale augmente avec la température”, “L’écologie sans justice sociale c’est juste du jardinage”… voici les messages qui ont pu être lu sur les pancartes des manifestants : cette marche a démontré la capacité du mouvement climat à construire des alliances et à porter des revendications communes avec d’autres mouvements. Ces revendications se centrent autour de l’idée que climat et justice sociale sont intrinsèquement liés, et qu’il faut donc mettre en place des mesures sociales et écologiques pour construire un avenir soutenable. 

« Le succès des marches prouve que le mouvement climat est aujourd’hui un mouvement social d’ampleur en France » souligne Tatiana, porte-parole de Lyon Climat. C’est une force sociale qui se mobilise régulièrement depuis 2018 et qui a démocratisé l’enjeu climatique dans la société. En effet, il est devenu l’une des préoccupations principales des Français toutes catégories confondues.

Les collectifs organisateurs de la marche appellent à continuer la  mobilisation au-delà de la marche d’aujourd’hui : “Aujourd’hui, nous avons besoin de monde pour changer le système. Rejoignez-nous dans les collectifs, les associations, les syndicats, les mouvements populaires ! Mobilisez-vous à nos côtés pour lutter pour une vraie justice sociale et climatique !”.

Communiqué signé par : 

  • Agir pour le Climat
  • Alternatiba ANV Rhône
  • ATTAC Rhône
  • CGT Union Départementale 69
  • Confédération Paysanne 69
  • Extinction Rébellion Lyon
  • France Nature Environnement Rhône
  • F.S.U 69
  • Greenpeace Lyon
  • Assemblée des Gilets Jaunes de Lyon & ses environs
  • I-buycott Lyon
  • La Gonette
  • La Ville à Vélo
  • Notre Affaire à Tous – Lyon
  • Oxfam Lyon
  • Union Syndicale Solidaires Rhône
  • Youth for Climate Lyon
  • Plein la vue
  • Zéro Déchet Lyon
  • CIE

Contact presse : 

Charles de Lacombe – charles@de-lacom.be – 07 80 06 93 87



  • 0

La grande majorité des Lyonnais‧es veulent des mesures pour mieux protéger les enfants de la pollution de l’air

Tags : 

Crédit photo: Bastien Doudaine

Un nouveau sondage, commandé par la Clean Cities Campaign et réalisé par YouGov en ligne, montre que 66% des Lyonnais.es veulent que leurs élu‧es fassent plus pour protéger les enfants de la pollution de l’air. Les résultats montrent égalementque la majorité des sondé‧es en ligne (54%) désire que les rues qui passent devant les écoles et les crèches soient fermées aux véhicules thermiques.

De manière plus générale, les habitant‧es de la métropole Lyonnaise voudraient que leurs élu‧es agissent davantage en faveur des déplacements à pied (60%), des transports publics (61%) et du vélo (52%).

Le sondage en ligne révèle également qu’une grande majorité de Lyonnais‧es (72%) veulent plus d’espaces verts et de végétation dans leur ville et qu’une plus grande part de l’espace public soit réservée aux piéton.ne.s (64%).

Selon Frédérique Bienvenüe, coprésidente de la Ville à Vélo: “La création d’un réseau continu de pistes cyclables doit permettre à tous les Grand-Lyonnais de se déplacer efficacement, en sécurité, et pour un coût modique, tout en rendant la ville moins polluée et moins bruyante.”

Pierre Dornier, coordinateur France de la Clean Cities Campaign, a déclaré:  “Ce nouveau sondage montre que les Lyonnais, comme d’autres habitants de grandes villes européennes, en ont marre du tout à la voiture. Ils veulent plus de place pour marcher, faire du vélo ou, tout simplement, se détendre. Ils veulent aussi que les voitures arrêtent de polluer l’air que respirent leurs enfants. Le message est clair. Les élus Lyonnais doivent agir !”

Charles de Lacombe, porte-parole Alternatiba ANV Rhône, a également déclaré: “La pollution de l’air cause toujours en France des dizaines de milliers de décès chaque année, pourtant évitables par des actions concrètes, notamment dans le domaine des transports : il estcrucial de mettre en place des alternatives, de développer la multimodalité, particulièrement dans les quartiers populaires qui sont souvent les plus enclavés.”

Adrian Saint-Pol, référent auprès des parents d’élèves pour la qualité de l’air dans les écoles pour Greenpeace Lyon, renchérit: “À l’heure où les études scientifiques pointant du doigt les effets néfastes de la pollution sur la santé s’enchaînent, les citoyens réclament plus que jamais des changements forts pour respirer un air plus sain. Aux politiques maintenant de s’emparer véritablement et profondément de la question des transports, d’autant plus s’ils espèrent tenir leurs propres engagements en matière de sauvegarde du climat.”

En France la pollution de l’air est responsable chaque année de 100 000 morts prématurées. La ville de Lyon est la 35ème zone urbaine la plus polluée au NO2 en Europe. Chaque année  près de 450 morts prématurées pourraient y être évitées si les niveaux de NO2 étaient aussi bas que dans les villes les moins polluées d’Europe.

Contacts presse:

  • Pierre Dornier : 0032 496 81 52 63
  • Frédérique Bienvenüe : 06 61 03 19 18
  • Charles De Lacombe : 07 80 06 93 87
  • Adrian Saint-Pol : 06 05 42 67 50

Notes

Tous les chiffres, sauf indication contraire, proviennent de YouGov Plc. Le nombre total de sondé.e.s à Lyon s’élève à 503 adultes (âgé.e.s de plus de 18 ans). Le sondage s’est déroulé en ligne du 3 au 22 mars 2021. Les principaux résultats du sondage peuvent être consultés dans le briefing. L’accès à la totalité des résultats sera donné sur demande.

Ce sondage a été commandé par la Clean Cities Campaign, un nouveau mouvement Européen lancé aujourd’hui pour encourager les villes à rendre leur transport zéro-émission d’ici 2030. La campagne demande aux villes et aux gouvernements de repenser la mobilité urbaine en donnant plus d’espace public à la marche, au vélo et aux espace verts, en soutenant le transport public et en autorisant seulement les voitures et les camionnettes zéro-émission à circuler en ville d’ici 2030 auplus tard.


  • 0

1er Mai: Nous défilerons aux côtés des syndicats !

Tags : 

Tribune

Le 1er Mai, journée mondiale des travailleur‧euses, nous exprimerons notre détermination face au désarroi croissant des populations. Les inégalités se creusent, résultat d’une crise sociale et climatique, que plus personne ne peut nier, et qui s’enracine de plus en plus durablement dans nos sociétés.

Il est plus que temps que les gouvernants prennent leurs responsabilités auprès des populations qu’ils sont censés servir au cours de leur mandat. A nous de nous mobiliser pour le leur rappeler ! La  convergence des crises nous amène à l’alliance des luttes face à un gouvernement qui est à la fois sourd et aveugle.

Face à ces crises, le gouvernement répond par des décisions et réformes aggravant les inégalités. Les attaques contre notre modèle social et démocratique, déjà bien mis à mal lors des quinquennats précédents, se sont encore multipliées ces dernières années, plus violentes que jamais : réformes de la SNCF, des retraites, du code du travail, de l’assurance chômage, loi dite de « Sécurité Globale » ou loi Séparatisme… Plus récemment, le gouvernement tente de se racheter une image écologiste via la loi « Climat et résilience » dont le vide et le manque d’ambition ne trompent personne.

La pandémie mondiale du Covid-19 a pourtant mis en exergue le manque de résilience de nos sociétés mondialisées et notamment notre dépendance extérieure pour des produits indispensables à la lutte contre la crise sanitaire. Pourtant, nos gouvernants continuent dans cette voie néo-libérale qui nous mène droit à la catastrophe sociale et climatique. Les services publiques sont sacrifiés, les droits sociaux bradés et l’environnement massacré au nom de la croissance.

A l’heure où le profit et la sécurité semblent avoir plus d’importance que la justice sociale et écologique, il ne tient qu’à nous de nous unir, citoyen‧nes, syndicats et associations, afin de faire entendre nos voix et nos propositions.

Des alternatives existent, et il en reste encore énormément à inventer, ensemble !
Stopper les dividendes et la financiarisation de la société, travailler ensemble à une transition sociale et écologique, obtenir le bien-être au travail et dans son cadre de vie.
Les luttes sociales et écologiques sont intimement liées, et c’est par la coopération de tou.te.s ces acteur.trice.s que nous pourrons co-construire une société plus juste, plus sociale et plus écologique, et c’est pour cela que nous serons présent‧es dans la rue aux côtés de nos allié‧es.

Fin du monde, fin du mois, même combat !


  • 0

9 mai : Loi Climat – La Marche d’Après

Tags : 

Communiqué des collectifs Lyon Climat et Plus Jamais Ça ! Rhône – 21 avril 2021 à Lyon

Le 28 mars dernier, 10 000 personnes à Lyon et plus de 110 000 dans toute la France ont marché pour “une vraie loi climat”.

Les débats à l’Assemblée Nationale sur la loi Climat et Résilience sont désormais terminés, et le résultat est encore pire que prévu. Il était déjà acquis que ce texte serait insuffisant pour que la France puisse atteindre ses objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre. “Le travail de sape des lobbies a porté ses fruits et le projet de loi final est un véritable fiasco.” – Neige, militante Youth For Climate. Le dernier texte environnemental du quinquennat d’Emmanuel Macron est un échec climatique et social, en totale contradiction avec les propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat.

Alors que 137 organisations ont déjà répondu à l’appel national, ce sont 20 organisations qui invitent à se rassembler à Lyon dimanche 9 mai 2021 à 14h, Place Bellecour, pour un temps fort de mobilisation.

L’opportunité d’une société plus juste…

Cette loi aurait pu être le point de départ d’une réorganisation collective, vers une société juste et durable ; une société qui permet à tous les citoyens et citoyennes de vivre dignement, et sans hypothéquer l’avenir. Elle aurait pu être l’instrument de la régulation, faire payer les plus gros pollueurs et réduire la pression exercée sur les plus précaires, déjà les plus impactés par les effets du dérèglement climatique. Elle aurait pu initier la reconversion des emplois des secteurs les plus polluants, et soutenir les métiers de l’avenir.

“Mais cette loi devient le symbole du crash de la politique climatique d’Emmanuel Macron.”– Appel à la mobilisation du 09 Mai.

… Et le choix du statu quo

En l’état actuel, la loi Climat et Résilience ne permet pas de nous diriger collectivement vers une société juste et durable, en faisant face à l’urgence climatique. Le gouvernement d’Emmanuel Macron continue à mener une politique en totale contradiction avec les enjeux climatiques : ni les voix des citoyens et citoyennes ni celles des scientifiques ne sont écoutées. Pourtant, l’urgence n’a jamais été aussi criante, dans un monde mis à mal par une pandémie et alors que chaque jour s’accroît un peu plus l’intensité du changement climatique et les inégalités sociales. 

Le projet de loi lui-même ne s’était vu accorder qu’une note de 2,5/10 pour l’ensemble de ses propositions par les citoyens et citoyennes de la Convention Citoyenne pour le Climat, dont les propositions devaient être reprises à l’identique par le projet du gouvernement d’Emmanuel Macron. Encore amendées au cours des débats parlementaires, les propositions qui ont été finalement votées ne correspondent en rien à la prétendue ambition climatique affichée par le Président. 

Alors, ce dimanche 9 mai, les citoyennes et citoyens se mobiliseront de nouveau dans la rue. “Nous marcherons pour clamer le désaveu  généralisé de ce simulacre de loi Climat, dénoncer la trahison de la promesse faite par Emmanuel Macron au processus démocratique, montrer que nous ne sommes pas dupes .” – Charles de Lacombe, porte-parole d’Alternatiba ANV Rhône.

Les organisations exigent dès maintenant la reconversion des emplois dans tous les secteurs polluants, l’accès aux soins, à un logement décent, à de la nourriture saine, de l’eau potable et de l’air pur pour toutes et tous, la préservation de la biodiversité et des ressources naturelles. Elles estiment que des mesures pour modifier nos modes de production et de consommation doivent être prises de toute urgence, et que ce n’est possible qu’en réduisant les inégalités : la justice climatique est indissociable de la justice sociale.

“Le dimanche 9 mai, nous marcherons car nous n’avons plus le choix face à ce gouvernement qui demeure éternellement sourd. Nous marcherons, ensemble, dans la joie et avec détermination. Car, si Emmanuel Macron avance à rebours de l’Histoire, nous sommes déjà en train de construire l’après.” Appel à la mobilisation du 09 Mai 

Communiqué signé par : 

  • Agir pour le Climat – Rhône
  • Alternatiba ANV Rhône
  • ATTAC Rhône
  • CGT Union Départementale 69
  • Confédération Paysanne 69
  • Extinction Rebellion Lyon
  • France Nature Environnement Rhône
  • F.S.U 69
  • Greenpeace Lyon
  • Assemblée des Gilets Jaunes de Lyon & ses environs
  • I-buycott Lyon
  • La Gonette
  • La Ville à Vélo
  • Notre Affaire à Tous – Lyon
  • Oxfam Lyon
  • Union Syndicale Solidaires Rhône
  • Youth for Climate Lyon
  • Plein la vue
  • Zéro Déchet Lyon
  • CIE

Contact presse :  Charles de Lacombe 07 80 06 93 87 


  • 0

Partenariat Amazon – Naturalia : Action pour dénoncer les dangers derrière cette alliance

Lyon, le 17 avril 2021, Communiqué de presse Alternatiba ANV Rhône

Alors qu’Amazon renforce son partenariat avec Monoprix et Naturalia pour la vente et la livraison des produits des enseignes sur leur plateforme (1), 20 activistes d’Alternatiba ANV Rhône ont organisé une action symbolique/théâtralisée devant un magasin Naturalia pour interpeller l’opinion publique sur les dangers que laisse entrevoir cette alliance et en demander la fin.

En plus de l’incohérence d’acheter du bio via la plateforme en ligne très critiquée, ce partenariat est la première étape de la stratégie d’Amazon pour faire main-mise sur les réfrigérateurs des français, ce qui pourrait menacer nos producteurs locaux ainsi que tout le secteur de l’alimentaire tricolore. Il faut agir maintenant pour stopper l’expansion d’Amazon, mais le gouvernement et la majorité s’entêtent à lui dérouler le tapis rouge, et viennent de refuser toute régulation des entrepôts de E-commerce dans le cadre de la loi Climat Résilience.

Crédit photo : Bastien Doudaine

Acheter du bio sur Amazon, une incohérence TOTALE !

A quoi bon acheter du bio si cela profite à l’une des entreprises dont les impacts environnementaux et sociaux sont parmi les pires au monde ?  

En 2019, ATTAC, les Amis de la Terre et l’Union Syndicale Solidaire ont calculé l’empreinte carbone du géant du e-commerce. Le résultat : 55,8 millions de tonnes de gaz à effet de serre émis en 2018, soit l’équivalent des émissions du Portugal (2) !

La stratégie d’Amazon consiste à inonder un marché déjà saturé de milliards de produits neufs en pratiquant des tarifs très agressifs permis par une stratégie d’évitement des taxes, alors même que pour rester dans une trajectoire de réchauffement à 1.5°C il nous faudrait diviser par 10 les mises en marché de produits textiles et environ par 3 celles des  produits électroniques (3).

De plus, le « bio » vendu  par Naturalia provient des 4 coins du globe !… et remplit les caisses d’un groupe déjà controversé. Saisi en justice pour l’accélération de la déforestation de l’Amazonie (4), le groupe Casino (dont Naturalia et Monoprix font partie) s’illustre de nouveau en permettant au GAFAM de mettre un pied dans la porte de nos frigos.

Au niveau économique et social le bilan n’est pas meilleur, Amazon serait responsable depuis 10 ans de la destruction nette de 80 000 emplois en France et en menace autant d’ici 2028 (5)

L’achat « bio » est souvent motivé par des raisons éthiques et écologiques. Quel intérêt si cela contribue à la stratégie de greenwashing d’entreprises aux impacts dévastateurs sur notre société et notre environnement ?

Un danger sur le long terme pour le secteur alimentaire


 Amazon planifie depuis les années 90 une stratégie de monopole de biens de consommation et via sa diversification à de nombreux secteurs (d’abord les livres jusqu’à l’alimentation aujourd’hui).

En ce qui concerne le secteur alimentaire, la firme investit en amont ainsi qu’en aval de la chaîne d’approvisionnement (6). Aux États-Unis,  après avoir lancé Amazon Fresh en 2007 (livraison de produit frais à domicile), puis racheté l’enseigne Whole Foods en 2017  elle a fini par lancer ses propres magasins Amazon Go sans caissier en 2018, puis des Dark Store (mini entrepôts de produits frais en centre ville sans client) en 2020 (7) qui commencent à faire leur apparition en France (8).

Ce plan, en plein déploiement en Europe, a été conçu dans le but de remplacer les épiceries et les supermarchés. La capitale britannique a été la première ville Européenne à voir ouvrir un magasin Amazon Go sur le continent européen, le 4 mars 2021. 

La stratégie est simple : d’abord étudier le marché à l’aides des données collectées sur son site, puis combiner des tarifs bas, grâce à l’évitement des taxes, avec des livraisons ultra rapides. Un cocktail parfait pour attirer une clientèle massive qui ne consommerait plus qu’au travers de la plateforme ! L’acquisition du monopole du marché pourrait ensuite permettre une augmentation des prix.

Amazon a récemment été condamnée en Allemagne car elle refusait d’afficher la provenance de ses produits (9), ce qui n’inspire pas la confiance. Laisser notre alimentation entre les mains du géant du e-commerce reviendrait à mettre nos producteurs locaux en concurrence avec des produits du monde entier qui ne sont pas concernés par les normes françaises et européennes, ce qui nuirait à la fois au climat, à notre santé et à une possible sécurité alimentaire.

Alors que le commerce de proximité non alimentaire est déjà mis en  péril par le géant américain nous ne pouvons pas laisser Amazon détruire aussi nos épiceries de quartier.

En 2016, la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture) et l’IPES (Panel International d’Experts sur les Systèmes Alimentaires Durables) ont appelé à s’éloigner du système alimentaire industriel concentré et à diversifier les systèmes alimentaires dans le monde entier. Dans le même temps, les décideurs politiques dressent le tapis rouge à la multinationale pour l’installation de méga-entrepôts sur le territoire et l’établissement de partenariats mettant en danger nos emplois, notre culture, notre santé et notre environnement. C’est pour ces raisons qu’Alternatiba ANV Rhône, avec la Confédération Paysanne, s’oppose fermement au partenariat entre Amazon et Naturalia et plaide pour le développement d’une agriculture et d’un système alimentaire résilients à l’échelle nationale.

Contact Presse : Charles de Lacombe 07 80 06 93 87

(1)https://www.lsa-conso.fr/amazon-recentre-son-offre-alimentaire-autour-de-monoprix,372688
(2)https://www.lexpress.fr/actualite/societe/environnement/des-ong-denoncent-l-impact-environnemental-d-amazon_2108779.html
(3)https://www.bl-evolution.com/Docs/181208_BLevolution_Etude-Trajectoire-rapport-special-GIEC-V1.pdf
(4)https://fr.euronews.com/2021/03/05/deforestation-en-amazonie-le-groupe-casino-assigne-en-justice
(5)http://www.kavalacapital.com/content/20201201-Rapport_ecommerce.pdf
(6)https://www.foodsystemsjournal.org/index.php/fsj/article/view/864
(7)https://www.lsa-conso.fr/le-magasin-entrepot-prend-corps-chez-amazon-et-les-autres,358623
(8)https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/03/17/dark-store-plongee-dans-un-supermarche-de-l-ombre_6073393_3234.html
(9)https://www.lefigaro.fr/flash-eco/allemagne-la-justice-contraint-amazon-a-specifier-l-origine-de-ses-fruits-et-legumes-20210218

Crédit photo mise en avant : Bastien Doudaine


  • 0

Forte mobilisation à Lyon pour dénoncer le manque d’ambition du projet de Loi Climat

28 mars 2021 ︱Une Marche pour une VRAIE loi Climat

Communiqué Collectif Lyon Climat – Dimanche 28 mars 2021 à Lyon

A la veille de l’examen du projet de loi « Climat et Résilience » en séance plénière à l’Assemblée nationale, près de 110.000 personnes en France ont défilé dans la joie et la détermination. Plus de 170 manifestations ont eu lieu aujourd’hui, dans 65 villes, pour dénoncer le manque d’ambition du texte. 

Ce dimanche 28 mars 2021, répondant à l’appel des 600 organisations, ce sont près de 10.000 personnes qui se sont rassemblées à Lyon, place Maréchal Lyautey, pour exiger une vraie Loi Climat, malgré le contexte sanitaire. 

Une étape cruciale du processus 

C’est ce lundi 29 mars 2021 que commencent les débats à l’Assemblée Nationale : les députés seront appelés à voter une loi “Climat et Résilience” qui manque cruellement d’ambition. De nombreux amendements ont été déclarés irrecevables, comme ceux concernant l’éco-responsabilité des entreprises, l’accompagnement des salariés en reconversion ou le renforcement du transport ferroviaire. Le gouvernement a laissé très peu de chances aux propositions de la majorité comme de l’opposition, quand il n’a pas dégradé l’ambition du texte, comme par exemple en matière de rénovation énergétique des bâtiments. On est très loin des mesures préconisées par la Convention citoyenne pour le Climat, que le projet de loi était censé reprendre. 

“J’ai eu la joie d’être tiré au sort en septembre 2019. Cela a été une grande expérience de démocratie participative. On s’aperçoit d’un fossé grandissant entre la population et le pouvoir exécutif, nous avons été déçus de la manière dont nos propositions ont été détériorées, triturées, supprimées. Ce sont les initiatives populaires qui pousseront les pouvoirs publics à légiférer.”
Alain, membre de la Convention Citoyenne pour le Climat, présent en tête de cortège

Un temps fort de mobilisation pour le Climat 

Derrière la banderole “Pour une vraie Loi Climat”, les citoyens dénoncent l’écart entre les discours d’Emmanuel Macron et de son gouvernement sur les enjeux climatiques, et une loi Climat qui n’est pas du tout à la hauteur de ces ambitions. Les collectifs et associations à l’origine de la marche mettent en avant le détricotage des propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat, sur l’aviation notamment, mais aussi sur la régulation de la publicité, sur les entrepôts de e-commerce ou encore sur le choix végétarien ; propositions qui ont été vidées de leur substance ou tout simplement supprimées du projet de loi. 

Dans le cortège, de  nombreuses pancartes rappellent la note de 2,5/10 attribuée par la Convention Citoyenne pour le Climat à l’action gouvernementale, en réponse à une urgence climatique toujours grandissante. 

Avec ce projet de loi “Climat et Résilience”, Macron et son gouvernement nous mentent une fois de plus : toujours plus de beaux discours pour masquer leur inaction. Si les lobbies industriels ont été efficaces pour retirer toute ambition à ce texte, à nous de montrer que la mobilisation citoyenne peut faire la différence!“ annonce Alex Montvernay, porte-parole d’Alternatiba ANV Rhône et de Lyon Climat, organisateur de la Marche à Lyon. 

Et après ? 

Pendant les débats autour du texte de loi, les différentes structures organisatrices de la marche comptent bien poursuivre leur pression sur les député.e.s. Le prochain rendez-vous est déjà donné : si la loi est votée en l’état, elles retourneront dans la rue dimanche 09 mai 2021. 

Communiqué signé par :

Alternatiba ANV Rhône
Greenpeace Lyon
Extinction Rebellion
Gilets Jaunes
Youth For Climate
France Nature Environnement
Oxfam
La Ville à Vélo
I-Buycott Lyon
Convention Citoyenne Pour le Climat en Auvergne Rhône Alpes
Résistance à l’Agression Publicitaire
Attac 69
Plein La Vue

Crédit photo : Michael Augustin

Contact presse : Marika Staub – 06 33 59 15 86 – marika.staub@gmail.com


  • 0

La pub tue le climat ! Non au sans filtre avec les publicitaires dans la loi Climat

Tags : 

Communiqué de presse Alternatiba ANV Rhône, Plein La Vue et Résistance à l’Agression Publicitaire Lyon

La pub tue le climat ! Non au sans filtre avec les publicitaires” placardé sur 149 publicités par des activistes

Photo Alternatiba ANV Rhône – Les activistes recouvrent les écrans numériques publicitaires de la station de métro Part-Dieu 

Lyon – jeudi 25 mars – À Lyon et Villeurbanne comme dans de nombreuses autres villes en France, des activistes de Résistance à l’Agression Publicitaire Lyon, Plein La Vue et Alternatiba ANV Rhône ont effectué un recouvrement de 149 publicités pour rappeler que le gouvernement agit en faveur des lobbies publicitaires, contre le climat et en contradiction avec la parole présidentielle sur le contrat démocratique fixé avec la Convention Citoyenne pour le Climat.

Dans le cadre de la journée mondiale contre la pub[1], ce jeudi 25 mars, 45 citoyens se sont mobilisés pour mettre en avant la porosité climaticide du gouvernement en faveur des lobbies publicitaires. Ils ont recouvert 149 publicités d’un visuel où il est écrit « La pub tue le climat ! Non au sans filtre avec les publicitaires ». 149, comme le nombre de propositions de la CCC. Des panneaux publicitaires, ainsi que des écrans numériques dans le métro ont ainsi été recouverts. 

Gabrielle JOINT, porte-parole de PLV “Ce matin, nous avons recouvert 149 publicités pour dénoncer le détricotage des propositions de la CCC par le gouvernement, et notamment celles sur la régulation de la publicité.”

Cette action a lieu quelques jours avant l‘ouverture à l’Assemblée nationale des débats sur le projet de loi « Climat et Résilience ». Ce projet de loi était censé être l’aboutissement « sans filtre » de la Convention Citoyenne pour le Climat (CCC). En 2019, le gouvernement a institué la CCC, regroupant 150 personnes tirées au sort dans la population française, dans le but de proposer des mesures réduisant les émissions de gaz à effet de serre « dans un esprit de justice sociale ». Elle a fait 149 propositions que le gouvernement avait promis de reprendre « sans filtre » au parlement, par décret ou référendum.

12 des propositions de la CCC portent sur la publicité et sont très proches de celles des associations. Plusieurs enquêtes montrent que le gouvernement a été à l’écoute des acteurs du secteur des annonceurs et des publicitaires, plutôt qu’au travail des 150 citoyens. Alternatiba ANV Rhône, Plein La Vue et Résistance à l’Agression Publicitaire Lyon déplorent les connivences entre le gouvernement et les lobbies publicitaires, ainsi que la dissonance entre les discours du gouvernement, les propositions de la CCC et le contenu de ce projet de loi, notamment en matière de régulation de la publicité.

Louis COULOMBEL, porte-parole de RAP Lyon « Face aux enjeux climatiques et démocratiques, nous demandons aux député·es d’amender la loi Climat et Résilience en y introduisant les mesures proposées par la CCC sur la publicité ou des propositions plus ambitieuses que celles du projet de loi »

Le Haut Conseil pour le Climat ne s’y trompe pas non plus dans son avis sur ce projet de loi en février 2021 : « L’article 4 visant à réguler la publicité ne porte que sur les énergies fossiles et non plus largement sur un ensemble de biens et services manifestement incompatibles avec la transition, tels que les véhicules lourds et peu aérodynamiques (SUV, etc.) ou certains produits alimentaires. »

Bastien Doudaine – Des activistes recouvrent un panneau publicitaire à côté de la station de métro Cordeliers

Alternatiba ANV Rhône, Plein La Vue et Résistance à l’Agression Publicitaire Lyon appellent à poursuivre la mobilisation en se joignant aux marches citoyennes pour le climat partout en France le 28 mars. La marche lyonnaise s’élancera de la place des Terreaux à 14h.

Alex MONTVERNAY, porte-parole d’Alternatiba ANV Rhône « Cette action est la première étape d’une séquence plus large pour dénoncer la collusion du gouvernement avec les lobbies et le manque d’ambition de ce projet de loi, dit “Climat et Résilience”. Soyons nombreux et nombreuses à rejoindre les marches du 28 mars pour exiger une vraie loi climat ! »

Contacts presse :

Anthony Geoffroy – anthony.geoffroy@gmail.com – 07 81 55 98 17
Alex Montvernay – alex.montvernay@hotmail.fr – 06 86 25 96 59


[1] Ce 25 mars est, depuis l’Appel de Tunis au Forum Social Mondial en 2015, la journée mondiale contre la publicité. Une mobilisation qui a eu du succès dans plusieurs pays.


  • 0

28 mars 2021 ︱Une Marche pour une VRAIE loi Climat

Communiqué Collectif Lyon Climat -Vendredi 19 mars 2021 à Lyon

📝 Attestation à remplir et à signer

Le projet de loi “Climat Résilience” déposé par le gouvernement est loin d’être à la hauteur de l’urgence écologique. Pourtant, c’est le dernier texte législatif du quinquennat consacré à l’environnement.

A la veille de son examen en séance plénière à l’Assemblée Nationale, des membres de la Convention Citoyenne pour le Climat et près de 300 organisations appellent à des rassemblements partout en France, dimanche 28 mars 2021, pour exiger une loi ambitieuse et défendre les mesures proposées par les 150 membres de la Convention citoyenne pour le Climat.

A Lyon, douze organisations invitent à se rassembler dimanche 28 mars 2021 à 14h Place du Maréchal Lyautey pour un temps fort de mobilisation.

Dénoncer le manque d’ambition du projet de loi…

Les 150 membres de la Convention Citoyenne pour le Climat ont attribué une note globale de 3,3/10 à l’action gouvernementale en réponse à leurs propositions. Pire, à l’interrogation « dans quelle mesure les décisions du gouvernement relatives aux propositions de la CCC permettent-elles de s’approcher de l’objectif fixé » par le président de la République, les conventionnels ont accordé un score de 2,5/10. 

De nombreuses organisations, ainsi que le Haut Conseil pour le Climat, le Conseil national de la transition écologique et le Conseil économique, social et environnemental avaient déjà alerté sur son manque d’ambition à de nombreuses reprises.

… Et demander une prise de responsabilité

Les député.e.s débattront du projet de loi en séance plénière à partir du 29 mars et doivent à présent prendre leurs responsabilités, en renforçant les articles du projet de loi pour démontrer d’une plus grande ambition écologique, mais également d’une meilleure prise en compte des aspects de justice sociale, dans le but de rendre la transition écologique accessible à toutes et tous. 

Que ce soit dans l’alimentation (fin de l’utilisation des engrais azotés, instauration de menus végétariens dans la restauration collective…), dans les transports (limitation des vols intérieurs en avion), dans les grandes entreprises, ou dans l’espace urbain (réglementation de la publicité…), les possibilités ne manquent pas.

Un temps fort de la mobilisation pour le Climat

Alors que le projet de loi sera examiné très prochainement, 330 organisations ont déjà signé l’appel, et se mobiliseront le 28 mars 2021, toute la journée. Marches, évènements festifs, rassemblements… 77 mobilisations locales sont prévues, devant les permanences des député·es à Paris, et dans les centres-villes en région. 

Face à l’importance de se faire entendre, onze organisations lyonnaises appellent à se réunir le dimanche 28 mars à 14h Place du Maréchal Lyautey, pour une marche festive et apartisane, dans le but de dénoncer le détricotage des propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat par le gouvernement.

Communiqué signé par : 

Alternatiba ANV Rhône
Greenpeace Lyon
Extinction Rebéllion
Gilets Jaunes
Youth for Climate
France Nature Environnement
Oxfam
La Ville à Vélo
I-Buycott Lyon
Convention Citoyenne Pour le Climat en Auvergne-Rhône-Alpes
Attac 69
Résistance à l’Agression Publicitaire

Contact presse : Marika Staub – 06 33 59 15 86 – marika.staub@gmail.com