Category Archives: Actualités

  • 0

10 000 personnes défilent dans le calme et la détermination pour sonner l’alarme climatique à Lyon

Communiqué

Lyon, le 8 décembre 2018

10 000 personnes défilent dans le calme et la détermination pour sonner l’alarme climatique à Lyon

Les organisateurs de la troisième Marche pour le Climat félicitent une nouvelle fois les 10 000 grand lyonnaises et lyonnais qui sont venus sonner l’alarme climatique dans un contexte difficile.

Derrière la banderole “Fin du monde, fin du mois : même combat”, les milliers de citoyens ont défilé dans une ambiance festive et déterminée pour rappeler que les urgences sociale et climatique sont intimement liées. De nombreux “gilets jaunes” se sont joints au cortège pour affirmer leur soutien aux préoccupations climatiques.

Face à la mobilisation citoyenne, les Etats et grandes industries restent sourds, malheureusement rien ne sortira de la COP24 qui a lieu en ce moment en Pologne, conduisant la planète vers un réchauffement à plus de 3° d’ici la fin du siècle. Des changements de directions radicaux sont nécessaires et à tous les échelons d’organisation.

Les organisateurs de la marche lyonnaises ont obtenu par les précédentes mobilisations d’ouvrir le dialogue avec la Métropole de Lyon et l’inclusion des citoyens dans le prochain plan climat, maintenant nous souhaitons continuer le dialogue mais exigeons des actes.

Dès janvier, les partis politiques devront se positionner sur la zone de faibles émissions et débattre de la fin du tout voiture en centre ville et surtout du rééquilibrage des investissements dans les autres modes de déplacement; un changement de culture est nécessaire. La Coalition Climat Rhône a remis un ensemble de propositions à la Métropole, nous attendons toujours des actes forts de celle-ci pour répondre à l’urgence climatique et la justice sociale.

Les citoyens ont à nouveau manifesté de manière non violente, festive et déterminée. Nous sommes prêts à changer : politiques, collectivités, entreprises, nous vous attendons !

Les organisateurs de la Marche du 8 décembre à Lyon

#ilestencoretemps

Phots HD libres de droit ici
Album Facebook ici
Contacts presse :
Maxime Forest : 07 60 41 14 68
Fabien Bagnon : 06 59 12 75 89

——————————————————————–

REVUE DE PRESSE 8 décembre 2018 Lyon

Le Progrès, 9 décembre 2018

France 3, 8 décembre 2018 19/20

France 3 Rhône-Alpes, 8 décembre 2018 Edition 19/20

France 3 Rhône-Alpes, 8 décembre 2018 Edition 12/13

Lyon Capitale, 8 décembre 2018 “A Lyon, 7 000 personnes pour dénoncer l’urgence climatique et sociale”

L’Obs, 8 décembre 2018 “Lyon donne le coup d’envoi de la Marche mondiale pour le climat en France”

Actu.fr, 8 décembre 2018 “Lyon donne le coup d’envoi de la Marche mondiale pour le climat en France”

Rue89Lyon, 8 décembre 2018 “Marche pour le climat à Lyon : timide convergence avec les ‘gilets jaunes’ “

Lyon Capitale, 8 décembre 2018 “Marche pour le climat à Lyon : un événement festif et non-violent”


  • 0

Communiqué “Le 8 décembre : la 3e Marche pour le Climat sonne l’alarme climatique !”

Lyon, le mercredi 5 décembre 2018

 


#ClimateAlarm

 

La troisième Marche pour le Climat aura lieu le 8 décembre à Lyon.

Après discussion avec la Préfecture, le départ initialement prévu place des Terreaux  aura lieu sur la place Jean Macé à 10h30.

 

Dans un contexte de revendication sociale forte, nous souhaitons que cette marche soit un lieu de rassemblement pour tous ceux qui pensent que préoccupations de fin de mois et de fin du monde ne s’opposent pas.

 

Plus que jamais, nous avons le devoir de tirer la sonnette d’alarme, et nous entendons  le faire dans un cadre large, populaire et 100% non-violent pour qu’elle soit entendue du plus grand nombre en France et à l’international.

 

Comme pour les Marches précédentes nous appelons à la mobilisation massive, festive et non-violente de toutes celles et ceux qui souhaitent un monde vivable et une société juste.

Marche pour le climat Lyon – le 13 octobre 2018


Alors, le 8 décembre 2018, retrouvons-nous dans les rues de Lyon pour faire entendre nos réveils, nos cloches, nos percussions, nos sonneries de téléphone et tout ce qui permettra de
sonner l’alarme climatique. C’est plus de 140 marches qui sont prévues partout sur le territoire et des centaines d’autres dans 17 pays.

Il y a urgence. Urgence car les marges de manoeuvre s’amenuisent. Urgence car plus on tarde à prendre les mesures, plus elles devront être fortes et donc brutales. Associer justice sociale et climatique, c’est anticiper et accompagner les plus vulnérables face aux aléas du prix des énergies fossiles et les plus touchés par les conséquences du dérèglement climatique.

Marche pour le climat Lyon – le 13 octobre 2018

 

En ce moment, les chefs d’Etats se rassemblent en Pologne pour la COP24 mais chacun sait qu’il n’en sortira rien de positif pour freiner le dérèglement climatique. Partout dans le monde une mobilisation citoyenne massive ne se résigne pas à ce constat et se lève pour exiger des actes à la hauteur de l’urgence.

 

Répondre au défi global du dérèglement climatique passe par des réponses immédiates, locales et sociales. Accompagner les territoires dans leur transition c’est investir dans des services publics locaux, des commerces de proximité, une agriculture paysanne, c’est redonner à chacun son autonomie dans une société qui ne dépend plus du pétrole. Nous continuerons de porter nos revendications, notamment celles engagées auprès de la Métropole de Lyon et ceci avec le mot d’ordre Urgence climatique – Justice sociale : même combat !

 

Réveillons nos politiques et plaçons enfin la transition écologique et solidaire au coeur de toutes les décisions.

 

Contacts presse 
Fabien BAGNON – 06 59 12 75 89 fabien.bagnon@gmail.com
Maxime FOREST – 07 60 41 14 68 maxime.forest180@gmail.com

Photos libres de droit et visuels accessibles ici
Evénement Facebook ici
#ClimateAlarm


  • 0

Plus qu’une Fête des Lumières pour le climat – 8 décembre Lyon

#IlEstEncoreTemps #Lyon #ClimateAlarm

” Parce que #IlEstEncoreTemps de freiner le dérèglement climatique et l’effondrement de la biodiversité.
Parce qu’on était 15 000 le 8 septembre à faire le siège de l’Hôtel de Ville de Lyon.
Parce qu’on était 15 000 le 13 octobre à faire le siège de la Métropole de Lyon.
Parce qu’on ne va pas s’arrêter là. Parce qu’on veut se rassembler, s’organiser, exiger plus, et faire ensemble. Répondre sans faux-semblants à l’urgence qui s’avance.

Nous te donnons rendez vous samedi 8 décembre à 10h30 sur la Place des Terreaux, pour marcher vers la préfecture afin de montrer à l’Etat que notre planète brûle et qu’il ne doit pas rester indifférent.”

Si tu souhaites participer à d’autres animations autour du 8 décembre ou aider à l’encadrement, n’hésite pas à t’inscrire en cliquant ici

Tu ne seras pas à Lyon, il y a sûrement une mobilisation proche de toi, la liste des 148 rendez-vous est à retrouver dans la description de l’événement ici

 

Le 8 décembre à Lyon

Aider sur place et en amont – Formulaire

Rejoindre et partager l’événement – ici

Diffuser l’affiche – ici


  • 0

Nicolas Hulot place sa confiance dans la mobilisation citoyenne

Le jeudi 22 novembre dernier, face à l’urgence climatique et à quelques jours de l’ouverture de la COP24, Nicolas Hulot intervient en direct sur France 2 et place sa confiance dans la mobilisation citoyenne.

[Extrait]

” Regardez Alternatiba, regardez les Coquelicots, regardez les youtubeurs !

Il y a des gens partout qui créent le monde de demain et on ne les écoute pas ! ”

Nicolas Hulot – l’Emission Politique – Jeudi 22 novembre 2018

Voir l’émission en entier en suivant ce lien

 


  • 0

La Coalition Climat Rhône remet ses propositions à Lyon Métropole pour un avenir vivable

Tags : 

Après le siège historique de l’Hôtel de la Métropole de Lyon le 8 septembre 2018 (15 000 personnes réunies), la Coalition Climat Rhône – dont font partie Greenpeace Lyon et Alternatiba/ANV Rhône – sont allés à la rencontre le 8 novembre dernier de David Kimelfeld, président de Lyon Métropole, Bruno Charles, en charge du Développement durable et de la biodiversité du Grand Lyon, Michel Le Faou, en charge de l’urbanisme et du renouvellement urbain et Sandrine Frih en charge de la participation citoyenne et de la vie associative.

 

Cette fin d’année 2018 est riche en mobilisations sur les enjeux climatiques. En effet, après la journée d’actions du 8 septembre, puis la mobilisation du 13 octobre – qui ont toutes deux rencontrées un vif succès à Lyon et partout en France – nul doute que la société civile a pris conscience de l’urgence climatique et qu’elle est prête à agir.

 

C’est dans ce contexte que “Le manifeste pour une métropole vivable” a été produit. Il est le fruit d’une collaboration entre associations et citoyens de la région lyonnaise souhaitant parler d’une seule voix : la Coalition Climat Rhône.

Il présente des mesures fortes, symboliques et efficaces à mettre en place rapidement par la Métropole de Lyon afin qu’elle réduise drastiquement ses émissions de gaz à effet de serre et atteigne la neutralité carbone en 2050 : une métropole à 100% d’énergies renouvelables, sans précarité énergétique ni alimentaire, avec une mobilité efficace pour qu’elle soit respirable.

La justice sociale est également une condition sine qua non à la construction de la métropole de demain.

Ce manifeste a été remis au président de la métropole David Kimelfeld tout en lui  rappelant que les mesures du Plan Oxygène de la Métropole de Lyon sont très insuffisantes pour ce qui est notamment de la  pollution de l’air, véritable problème de santé publique. David Kimelfeld n’a toujours fait aucune annonce à ce sujet à ce jour.

Les représentants ont également rappelé qu’ils étaient en attente d’engagements clairs et d’actions ambitieuses à la hauteur du plus grave défi auquel l’humanité n’ait jamais été confrontée : l’effondrement de la biodiversité et le dérèglement climatique.

David Kimelfeld a présenté les modalités pratiques par lesquelles il souhaite associer la société civile à l’élaboration du PCAET 2020-2030.

Pour rappel, le Plan Climat Air Énergie Territorial (PCAET) a pour objectif de dessiner les trajectoires de réduction de gaz à effet de serre et d’amélioration de la qualité de l’air sur le territoire de la Métropole de Lyon. Ce processus de co-construction sera lancé à l’occasion d’un forum le 13 décembre, en présence d’élus de la Métropole, d’associations et de citoyens. Des ateliers de travail seront ensuite proposés durant le premier semestre 2019 pour aboutir à l’adoption d’une délibération en conseil métropolitain en novembre 2019.

 

La Coalition Climat Rhône se réjouit de cette annonce car elle considère qu’il est indispensable que la Métropole remporte l’adhésion des citoyens tant les changements requis sont importants. Les inclure dans l’élaboration de ce plan climat est un moyen d’y parvenir.

La Coalition Climat Rhône insiste à présent pour que des mesures fortes et symboliques soient annoncées à l’occasion de l’ouverture de la COP 24 et au plus tard avant la prochaine journée de mobilisation prévue le samedi 8 décembre.

 

La Coalition Climat Rhône invite toute organisation souhaitant travailler sur le PCAET à venir soutenir et enrichir ce manifeste.

Contacter la Coalition Climat Rhône  / Soutenir le Manifeste

 


  • 0

Manifeste pour une métropole vivable

Jeudi 15 novembre 2018

Communiqué de la Coalition Climat Rhône

 

Le Manifeste pour une métropole vivable, produit par la Coalition Climat Rhône, met en avant des mesures fortes, symboliques et efficaces pour changer le territoire.

Aujourd’hui, nous sommes fiers de poser cette première pierre.

Pour soutenir le document, l’améliorer et construire ensemble une meilleure métropole pour demain, n’hésitez pas à contacter la Coalition Climat Rhône.

Pour rappel, la Coalition Climat Rhône se compose d’associations et de citoyens de la région lyonnaise. A travers ce manifeste, différentes mesures sont mises en avant, pour que les élus locaux prennent leur responsabilité et les intègrent au Plan Climat Air Énergie Territoriaux de la métropole de Lyon.

Lire et diffuser le Manifeste pour une métropole vivable


  • 0

Fête des Victoires – Apérotiba 15.11.18

Pour l’Apérotiba de novembre, Alternatiba Rhône fait la part belle aux Victoires et suites des mobilisations climat.

* Abandon du projet d’autoroute A45 et suites
avec la Coordination des Opposants à l’A45

* Marches pour le Climat et suites des mobilisations #IlEstEncoreTemps #OnEstPrêt

* Actions antipub avec le Collectif Plein la vue

* Campagnes Alternatiba Rhône – Alternatives Territoriales et Pollution de l’air

Rendez-vous le jeudi 15 novembre 2018 de 19h à minuit à l’AlternatiBar Maison des Alternatives de Lyon
126, Montée de la Grand Côte Lyon 1

L’événement Facebook

 

PROGRAMME

19h : Ouverture – Rencontre avec les actif.ve.s

20h30 : Présentation d’Alternatiba/ANV Rhône
Retour sur les victoires et suites, prochains temps forts
Comment s’engager

21h : Concert MALI KARMA Page
Rap
The climate gets hot but we get hotter! One love King & Gandhi ! Non-violent strategy of action for the climate!

RESTAURATION SUR PLACE 

* Formule spécial Beaujolais ! *
1 part de pizza végétalienne + salade + 1 verre de Beaujolais nouveau (ou jus de fruits) : 6€


Apérotiba mensuel d’Alternatiba/ANV Rhône
Temps d’info, Rencontre, Concert, Restauration

Entrée libre – 2€ adhésion AlternatiBar MDA


  • 0

Rencontre : Rajagopal et ses marches non-violentes Lyon 16.11.18

Nous avons la grande chance d’accueillir Rajagopal à Lyon ce vendredi 16 novembre 2018.

Rendez-vous à l’AlternatiBar Maison des Alternatives de Lyon – 126, Montée de la Grand Côte Lyon 1 
11h – Point presse et rencontre avec les associations et militant.e.s
20h – Soirée publique 
L’événement en ligne ici

Qui est Rajagopal

Fondateur du mouvement populaire et paysan indien Ekta Parishad.
Ingénieur agricole, Rajagopal est l’une des figures du mouvement gandhien en Inde, liant la tradition de la non-violence à la lutte pour le changement social.
A travers ce mouvement, Rajagopal entend développer son concept d’économie non-violente, opposée au modèle économique actuel qui entraîne une violence sociale et environnementale sans précédent.
L’analyse de Rajagopal rejoint ainsi l’analyse occidentale de la violence structurelle, développée depuis les années 1970.
Les moyens d’action emblématique d’Ekta Parishad sont les grandes marches, dans la tradition gandhienne. En 2007, la marche Janadesh réunit 25 000 marcheurs, principalement des populations tribales et ‘intouchables’ sur 350 km entre la ville de Gwalior et Delhi, pour revendiquer une réforme agraire.

Grâce à cette marche, une loi sur les droits de propriété des terre a été votée.



JaiJagat 2020

“Jai Jagat 2020” (“la victoire du monde” ) c’est le nom de cet événement préparé par le mouvement indien Ekta Parishad.

En 2019 démarrera une grande marche internationale pour rallier Genève et interpeller l’ONU et les nations pour l’application des 17 Objectifs du Développement Durable (à lire ici)

En réponse à l’appel d’Ekta Parishad et en solidarité avec les délaissés de la planète mondialisée, une marche depuis Lyon est en cours d’organisation, qui va durer une douzaine de jours pour arriver le 25 septembre 2020 à Genève. Un collectif d’associations s’est constitué à Lyon dans le cadre du projet JaiJagat 2020.

Pour préparer cette grande action, Rajagopal fait un tour en France. Venez le rencontrer et discuter avec lui de la marche Lyon – Genève en septembre 2020.

#JaiJagat2020
Plus d’info sur le site du Mouvement pour une Alternative Non-Violente

Rejoindre le collectif d’organisation de la marche 2020 : lyongeneve2020@nonviolence.fr

 


  • 0

Tribune : Politiques de tous bords, prenez vos responsabilités !

Tribune “Politiques de tous bords, prenez vos responsabilités !” : l’appel de 23 ONG sur la hausse de la fiscalité écologique

le lundi 12 novembre 2018

En ligne ici

Dans une tribune publiée sur franceinfo, le Réseau Action Climat et ses associations membres – parmi lesquelles Greenpeace, WWF ou Oxfam – appellent le gouvernement à “sortir les citoyens de leur dépendance au diesel et à l’essence”.

Des cyclistes et des coureurs le long des quais du Rhône, à Lyon, le 9 septembre 2018.
Des cyclistes et des coureurs le long des quais du Rhône, à Lyon, le 9 septembre 2018. (MAXPPP)

Depuis plusieurs jours, les prises de parole de plusieurs responsables politiques de tous bords alimentent les tensions autour de la hausse des prix des carburants, dénonçant à tout va la fiscalité écologique. Et ce, alors que ces mêmes responsables placent l’urgence climatique et la lutte contre la pollution de l’air parmi leurs priorités. Pour le Réseau Action Climat et ses associations membres*, ces responsables devraient commencer par rappeler que la fiscalité écologique est un outil indispensable, en soi, pour répondre à la crise climatique que nous connaissons, et qu’il convient à tout prix de préserver les dispositifs mis en place via l’adoption de solutions concrètes additionnelles.

Une instrumentalisation irresponsable

Instrumentaliser la fiscalité écologique est irresponsable. Irresponsable alors même que le GIEC rappelait, le mois dernier, que sans efforts supplémentaires sans précédent pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre, nous ne pourrons nous mettre à l’abri des pires impacts du dérèglement climatique et que la pollution de l’air continue chaque année d’occasionner 48 000 morts prématurées dans notre pays.

Le gouvernement est également responsable de la crise en cours, puisqu’il tarde à mettre en place des mesures rapides et suffisamment ambitieuses pour financer les alternatives à la voiture et aider ceux qui n’ont pas les moyens de se déplacer autrement. Responsable aussi parce que cette fiscalité qui touche les Français épargne les secteurs les plus polluants et émetteurs de gaz à effet de serre, comme le secteur aérien ou le transport routier de marchandises.

Ainsi, et à l’instar des précédents gouvernements, le gouvernement actuel mène une politique des transports qui, à ce jour, n’est ni cohérente avec l’urgence climatique ni juste socialement.Les signataires de la tribune

La fiscalité écologique souffre donc malheureusement d’une instrumentalisation de tous les côtés. Les responsables politiques dans leur ensemble devraient s’attacher à recentrer le débat sur les réponses à donner aux crises que nous traversons, climatique et sociale.

Des réponses existent

Ces réponses existent. Les choix à opérer aujourd’hui, et en particulier dans le cadre de la loi mobilités qui doit enfin être présentée en Conseil des ministres le 21 novembre, doivent permettre à terme de sortir les citoyens de leur dépendance au diesel et à l’essence. La vulnérabilité des Français au prix des carburants est un fait. Des mesures doivent donc être adoptées pour les sortir de cette dépendance. Transports en commun et vélo, développement de véhicules véritablement moins émetteurs et moins polluants, désenclavement des territoires via un réseau ferré opérationnel, modernisé et accessible à tous les portefeuilles, lutte contre l’étalement urbain en rapprochant les lieux de vie des lieux de travail et de loisirs, sont autant de solutions qui doivent être actées et financièrement soutenues par le gouvernement dans sa prochaine loi.

Mais en attendant que ces solutions voient le jour, il y a ceux qui ne peuvent pas faire autrement : parce qu’ils ont peu de moyens mais qu’en plus, du fait de leur implantation géographique, ils ne peuvent se déplacer autrement qu’en prenant leur voiture. C’est à ces citoyens que le gouvernement doit apporter de manière urgente un soutien financier, pour leur permettre de faire face à la hausse du prix des carburants.

Il faut libérer notre pays de son addiction au pétrole en raison d’une politique des transports axée depuis des décennies sur le recours à la voiture et un aménagement du territoire qui a allongé les distances à parcourir.Les signataires de la tribune

Cela exige une action de la part des pouvoirs publics reposant sur :

• des solutions à développer sans tarder mais qui ne produiront leurs effets qu’à moyen terme ;

• des solutions d’urgence à mettre en place pour ne laisser personne sur le carreau de la transition écologique.

Ce sont ces solutions que le Réseau Action Climat a développées et porte depuis plusieurs années (en ligne ici). Les recettes tirées de la fiscalité écologique devraient justement servir à les développer. Nous appelons les responsables politiques de tous bords à les défendre, et le gouvernement à les entendre. Ce sont elles qui permettront d’apporter une issue constructive à la crise en cours et d’éviter, comme cela a déjà été le cas par le passé, que la transition écologique ne se retrouve encore sacrifiée pour de mauvaises raisons.

*Signataires : Le Réseau Action Climat et ses associations membres (350.org ; Agir pour l’environnement ; Alofa Tuvalu ; Alternatiba ; CLER – Réseau pour la transition énergétique ; CCFD-Terre solidaire ; 4D ; FUB ; Fnaut ; Fondation pour la Nature et l’Homme ; France Nature Environnement ; Greenpeace France ; Hespul ; Les Amis de la Terre ; Ligue de protection des oiseaux ; Oxfam France ; REFEDD ; Réseau Sortir du nucléaire ; Secours catholique-Caritas France ; WECF ; WWF France ; Zero Waste France).


  • 0

Avant-première “Après-Demain” le 28 novembre à Lyon

 

Mercredi 28 novembre 2018 à 20h
Maison Pour Tous – Salle des Rancy Lyon 3

Avant-première “Après-Demain”
Le nouveau documentaire de Cyril Dion

avec Alternatiba Rhône, Enercoop Rhône-Alpes,
Energie Partagée, Toits en Transition
.

 

Deux ans après le succès du documentaire “Demain”, Cyril Dion revient sur les initiatives que le documentaire a inspirées : que reste t-il de “Demain” ?

L’événement Facebook

Séance à prix libre – Inscription obligatoire en suivant ce lien