Category Archives: Actualités

  • 0

Lyon | Piétonnisation de la presqu’île : Victoire et premier pas à multiplier

Communiqué

Lyon, le 13 juin 2019

David Kimelfeld, président de la Métropole de Lyon, annonce ce mercredi 12 juin 2019 « la piétonnisation de la presqu’île de Lyon » (1) pour 2021 avec une première phase d’expérimentation dès septembre.

« Si l’annonce de la piétonnisation de la presqu’île de Lyon constitue une victoire pour le mouvement climat, cette décision ne doit pas rester isolée et s’inscrire dans une véritable politique environnementale globale » réagit Maxime Forest d’Alternatiba/ANV Rhône.

Un premier pas à multiplier

Le mouvement climat lyonnais et grand lyonnais estime que cette décision est un premier pas encourageant, fruit d’une longue bataille engagée depuis plus d’un an autour de la qualité de l’air sur le territoire de la Métropole de Lyon. Rappelons que la mobilisation n’a fait que s’amplifier depuis une année, les Lyonnais, fortement impactés, étant particulièrement sensibles à ces problématiques sanitaires et environnementales. C’est ainsi plus de 5 000 personnes qui s’étaient rassemblées le 27 janvier 2019 lors de la Marche pour le Climat formant une immense chaîne humaine et bloquant la presqu’île aux voitures, la rendant ainsi piétonne (2). De nombreuses actions ont été menées depuis des mois par Alternatiba/ANV Rhône, Greenpeace Lyon, le Collectif Valve, L’écoclicot, le collectif de Parents Michel Servet, Youth For Climate Lyon, unis autour des mêmes revendications :

  • La planification de sortie des véhicules particuliers dans la ZFE dès 2024 pour le diesel et 2028 pour l’essence
  • La mise en place d’une journée sans voiture mensuelle pour accompagner et expérimenter la fin du modèle tout voiture
  • La publication des mesures réalisées dans l’ensemble des écoles de la métropole

Jusqu’ici ces revendications n’avaient pas été prises en compte, les objectifs de la Zone à Faibles Émissions n’avaient même pas été revus à la hausse lors du vote du Conseil Métropolitain du 28 janvier dernier, au lendemain même de la Marche pour le climat axée sur la Pollution de l’air.
La Coalition Climat Rhône et l’ensemble des organisations accueillent positivement aujourd’hui l’annonce de ce plan piétonisation, revendication portée depuis des mois.

Premier pas encourageant mais qui doit appeler d’autres réalisations concrètes sans tarder comme le renforcement de la Zone à Faibles Émissions et la planification de la sortie du diesel en priorité, la multiplication des zones piétonnes et des journées sans voiture sur tout le territoire, ou encore le passage de toutes les communes de la Métropole en ville 30.

Le climat grand vainqueur : vraiment ?

Les enjeux climatiques ne sont pas compatibles avec les enjeux électoralistes comme nous le rappellent les aberrations autour du projet végétalisation présenté par Gérard Collomb, maire de Lyon, il y a quelques jours (3) et nécessitent une véritable stratégie globale, incompatible avec le financement de grands projets comme celui de l’Anneau Des Sciences.

C’est bien une autre ville qu’il s’agit de construire aujourd’hui, libérée des voitures mais également d’autres types de pollution comme celle par exemple des écrans numériques dont l’autorisation est prévue par le projet de Règlement Local de Publicité Intercommunal.

Les différents collectifs et le Mouvement climat resteront vigilants au modèle de ville promu par la Métropole de Lyon et seront présents à la première date de concertation le 9 juillet prochain.

Alternatiba/ANV Rhône, Greenpeace Lyon, L’écoclicot, La Coalition Climat Rhône, Le Collectif de parents de l’école Michel Servet, Youth For Climate Lyon, Lyon Climat, La Ville à Vélo, Le Collectif Valve, Collectif Plein La Vue

  1. Dossier de presse “Piétonnisation du coeur de la presqu’ïle de Lyon” 12 juin 2019
  2. https://alternatiba.eu/rhone/tag/pollution-de-lair/
  3. “Végétaliser les rues sans trop nuire à la voiture : le projet de Lyon” Lyon Capitale 6 juin 2019

Contact presse :
Maxime Forest Alternatiba/ANV Rhône 07 60 41 14 68
Fabien Bagnon Coalition Climat Rhône 06 59 12 75 89

 

Revue de presse :

Végétalisation VS piétonnisation : la bataille Collomb/Kimelfeld passe par la Presqu’île

Piétonnisation Presqu’île à Lyon : la coalition climat veut des actes

https://www.lyonenfrance.com/2019/06/pietonisation-de-la-presquile-de-lyon.html

 


  • 0

500 euros d’amende avec sursis pour avoir décroché le portrait du président Macron

Communiqué Action Non-Violente COP21

Bourg-en-Bresse, le 12 juin 2019 – Le tribunal condamne les 6 militants d’Action non-violente COP21 de Villefranche-sur-Saône à une amende de 500 euros avec sursis pour cinq d’entre eux, et 250 euros pour le dernier pour vol en réunion avec ruse. ANV-COP21 regrette ces condamnations, disproportionnées au regard de l’urgence climatique et des 8,70 euros que coûte cette affiche présidentielle.

Ils sont maraîchers, restaurateurs, enseignants, cadres ; ce mercredi 12 juin, le tribunal a condamné des citoyens non-violents qui sont entrés en désobéissance civile par indignation face à l’inaction politique en matière de climat et de justice sociale. Avec cette condamnation à des amendes de 500 euros avec sursis pour cinq d’entre eux et de 250 euros fermes pour le sixième, le tribunal de grande instance de Bourg-en-Bresse prend davantage en compte les motivations des militants que le procureur, qui avait requis des peines sans sursis de 2000 € d’amende, mais refuse de reconnaître l’état de nécessité dans lequel ils ont agi. L’urgence climatique est en effet bien réelle [1], et les moyens de lutter et de s’adapter ne sont pas mis en œuvre par les gouvernants actuels.

« Nous regrettons que le tribunal n’ait pas reconnu l’état de nécessité dans lequel nous nous trouvons en prononçant la relaxe. Ces amendes, même inférieures aux réquisitions sévères du procureur, sont disproportionnées avec les 8,70 euros que coûte le portrait, et le fait que le maire lui-même ne demande pas de dommages et intérêts. Cette décision n’est pas à la hauteur des enjeux actuels, elle ne fait que renforcer notre détermination à agir, toujours de manière non-violente et déterminée. », déclare Anne-Sophie Trujillo Gauchez, une des militantes condamnées.

« Cet enjeu est trop grand pour que nous cédions face à la répression : nous appelons à réquisitionner 125 portraits d’ici au G7 qui se tiendra à Biarritz en août [2] pour que cet événement international soit l’occasion de dévoiler aux yeux du monde entier le double discours tenu par le président Macron en matière de climat. », annonce Rémi Donaint d’ANV-COP21. À ce jour, 61 portraits ont déjà été réquisitionnés. « Nous espérons que les deux prochains procès, le 26 juin à Strasbourg et le 27 juin à Bonneville, permettront de démontrer l’état de nécessité dans lequel nous place l’inaction des responsables politiques. »

Les cinq prévenus qui étaient également poursuivis pour refus de prélèvement ADN ont en revanche été relaxés pour ce motif.

 

Le procès

Nicolas Guerrini, Hélène Lacroix Baudrion, Philippe Muraille, Jean-Marie Roche, Anne-Sophie Trujillo Gauchez et Vincent Versluys, six militants membres du groupe local Villefranche-Beaujolais-Saône de ANV-COP21 étaient poursuivis par l’État pour “vol en réunion et par ruse” et refus de prélèvement ADN (pour cinq d’entre eux), suite à une action non violente de désobéissance civile, de décrochage d’un portrait d’Emmanuel Macron menée le 3 mars 2019, en la mairie de Jassans-Riottier (Ain).

Le procès en première instance s’est tenu le 28 mai dernier, au tribunal de Bourg-en-Bresse [3], avec le soutien de plus de 500 personnes venues affirmer leur indignation face à l’inaction climatique des gouvernants. Les trois avocats avaient plaidé l’état de nécessité, démontrant que les critères d’urgence, de nécessité de l’action et de proportionnalité étaient remplis face à l’ampleur du dérèglement climatique. Face à cela, le procureur avait requis des condamnations lourdes : 2000 euros d’amende sans sursis pour cinq des prévenus, et 1000 euros pour celui qui avait accepté le prélèvement ADN.

 

Pourquoi la campagne #DécrochonsMacron ?

Les actions de décrochage du portrait présidentiel sont menées en réaction à la réponse inacceptable du gouvernement au recours juridique déposé contre l’État pour “inaction face aux changements climatiques” par quatre ONG : l’Affaire du Siècle. La campagne #DécrochonsMacron vise à dénoncer l’irresponsabilité coupable des dirigeants actuels : en décrochant les portraits présidentiels des mairies, et en laissant des murs vides à la place, les activistes d’ANV-COP21 dénoncent l’absence de décisions courageuses et nécessaires du gouvernement face au péril climatique et à l’urgence sociale et dénoncent la faillite du gouvernement à son rôle de protection de la population.

La campagne au 12 juin 2019 :

– 61 portraits présidentiels réquisitionnés

– 99 personnes auditionnées, dont 61 placées en garde à vue

– 50 perquisitions

– 36 prévenu⋅es dans 10 procès : Le 28/05 à Bourg-en-Bresse – Le 26/06 à Strasbourg – Le 27/06 à Bonneville – Le 02/09 à Lyon – Le 11/09 à Paris – Le 13/09 à Orléans – Le 09/10 à Mulhouse – Le 04/11 à Grenoble – Le 17/12 à Saint-Étienne – Le 12 février 2020 à Lyon

Site de la campagne : decrochons-macron.fr

[1] Cf. le rapport du Sénat “Adapter le France aux dérèglements climatiques à l’horizon 2050 : urgence déclarée”, mai 2019

[2] Lire l’appel

[3] Voir le communiqué


  • 0

Premier procès des décrocheurs : l’État veut sanctionner pour l’exemple

Premier procès #DécrochonsMacron : l’Etat veut sanctionner pour l’exemple

Accompagné par une forte mobilisation citoyenne sur place et dans tout l’Hexagone, le premier procès pour décrochage de portrait d’Emmanuel Macron s’est tenu aujourd’hui à Bourg-en-Bresse. À l’issue d’une longue audience lors de laquelle a été plaidé l’état de nécessité, le procureur a requis 2000 euros d’amende pour cinq des prévenus, et 1 000 euros pour le dernier. Une réquisition particulièrement sévère que condamne Action Non-Violente COP21 (ANV-COP21), qui espère que les juges reconnaîtront, eux, l’impératif climatique qui a poussé les militants à agir, lors de leur décision du 12 juin prochain. Pendant ce temps, les actions continuent : 15 nouveaux portraits ont été décrochés aujourd’hui, en solidarité avec les prévenus.

A 13h30, Nicolas Guerrini, Vincent Versluys, Hélène Lacroix, Jean-Marie Roche, Philippe Muraille et Anne-Sophie Trujillo-Gauchez ont comparu devant le tribunal de Bourg-en-Bresse pour “vol en réunion et par ruse” dans la mairie de Jassans-Riottier (Ain), risquant 10 ans de prison et 150 000 euros d’amende. Les trois avocats Thomas Fourrey, Christelle Mercier et Sophie Pochard ont plaidé l’état de nécessité, démontrant que les critères d’urgence, de nécessité de l’action et de proportionnalité étaient remplis face à l’ampleur du dérèglement climatique. Face à cela, le procureur a requis une lourde peine : 2000 euros d’amende sans sursis pour cinq des prévenus, et mille euros pour celui qui avait accepté le prélèvement ADN.

Cette requête est particulièrement lourde : une amende de 2000 euros ferme, pour la réquisition d’un portrait qui en vaut moins de 10, est une décision profondément politique, dans la lignée de la répression qui s’abat sur les militants non-violents d’ANV-COP21 depuis le début de ces actions [1]. Nous faisons face à une volonté très claire d’intimidation pour que les réquisitions de portraits de Macron cessent. Mais notre détermination reste inchangée : tant que l’État ne prendra pas les mesures ambitieuses nécessaires pour enrayer le dérèglement climatique, nous poursuivrons les réquisitions. Nous espérons que les juges, eux, reconnaîtront la nécessité de ces actions que nous menons pour la survie de leurs enfants et de la planète.”affirme Rémi Donaint, d’ANV-COP21.

Une détermination éprouvée le jour même puisque tout au long de la journée, de nouveaux portraits ont été réquisitionnés en solidarité dans plusieurs territoires : 5 portraits dans la région de Bordeaux, 5 au Pays basque, 2 dans l’Aude, 1 à Paris et 2 dans les Ardennes, portant à 55 le nombre total de portraits réquisitionnés. A Bourg-en-Bresse, 500 personnes étaient présentes à l’entrée du tribunal après une déambulation festive et déterminée. Toute la journée, conférences et formation à l’action non-violente étaient organisées non loin du tribunal. De nombreuses personnalités, élus régionaux, locaux, représentants associatifs étaient venus de partout pour apporter leur soutien. Trois témoins de renom (Wolfgang Cramer, contributeur du GIEC, Jean-François Julliard, directeur de Greenpeace France, et Frédi Meignan, président de Mountain Wilderness France) avaient fait le déplacement pour attester des conséquences du dérèglement climatique, mais les juges ont refusé de les entendre. Le maire de Pérouges, Paul Vernay, quant à lui, est venu avec le portrait présidentiel qu’il a lui-même décroché de sa mairie.

Alors que le ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy s’est fendu d’un tweet pour dénoncer l’action et prétendre avec mauvaise foi que la France est “à la pointe de l’action pour le climat” [2], l’ampleur de ces soutiens conforte les militants climat à poursuivre leurs actions. Les réquisitions menées aujourd’hui permettent de se rapprocher de l’objectif qu’ils se sont fixé dans un appel paru le 23 mai et signé par plus de 80 personnalités à réquisitionner 125 portraits d’ici au G7 fin août [3], soit autant de portraits que le nombre de jours qu’il a suffi à la France pour dépasser son budget écologique. Alors que la décision du tribunal est attendue pour le 12 juin, d’autres procès sont d’ores et déjà annoncés : le 26 juin à Strasbourg, le 27 juin à Bonneville, le 2 septembre à Lyon, le 11 septembre à Paris, le 13 septembre à Orléans, le 9 octobre à Mulhouse, le 4 novembre à Grenoble, le 17 décembre à Saint-Etienne et le 12 février 2020 à Lyon. ANV-COP21 appelle à de nouvelles réquisitions, à la mobilisation massive des territoires en solidarité avec ces procès et à la libération immédiate des quatre militants basques encore en garde à vue suite aux actions menées aujourd’hui.

 

[1] Depuis les premières réquisitions de portraits le 21 février, 91 personnes ont été auditionnées, 10 procès sont prévus et le Bureau de lutte anti-terroriste a été saisi.

[2] https://twitter.com/FdeRugy/status/1133368918775668736

[3] https://reporterre.net/Face-a-l-irresponsabilite-de-M-Macron-decrochons-ses-portraits


  • 0

Eux c’est nous ! Entrons en solidarité le 25 mai à Lyon

Climat / Migration : Samedi 25 mai 2019, Alternatiba/ANV Rhône était mobilisé aux côtés de nombreuses organisations de Solidarité Internationale et d’initiatives locales, SOS Méditerranée, Sea-Watch, La Cimade, Médecins du Monde, Oxfam, Greenpeace Lyon etc. pour clamer haut et fort l’entrée en solidarité : “Solidarité globale, Résistances locales”.

Des messages forts envoyés et soutien aux nombreuses initiatives locales. Une première pierre et de nombreux rendez-vous annoncés avec pour mots d’ordre la nécessité de :

Réduire les impacts et admettre notre responsabilité ;

Accueillir et s’entraider : soutien aux réseaux de solidarité et d’accueil digne pour les réfugiés et les migrants ;

Se préparer aux impacts et construire la résilience de notre territoire.

Merci aux bénévoles Lyon Climat pour la mobilisation

– Suivre les actualités et devenir bénévole à l’antenne locale SOS Méditerranée Lyon / lyon@sosmediterranee.org

 


  • 0

Plus de 3000 jeunes et des actions de désobéissance civile dans toute la Ville de Lyon le 24 mai

COMMUNIQUE

Les politiques ne veulent pas agir ? Si personne ne le fait, on le fait nous même !
24 mai : Plus de 3000 jeunes et des actions de désobéissance civile dans toute la Ville de Lyon

 

Lyon, Vendredi 24 mai 2019

A l’appel de Youth for Climate Lyon et Alternatiba/ANV Rhône, de nombreuses personnes ont répondu présentes ce vendredi, journée de mobilisation internationale des jeunes pour le climat : Grève, Marche et actions de désobéissance civile sur l’ensemble de la ville de Lyon ! Décrochage de portraits présidentiels dans 3 mairies et opérations de transformation de la Ville, avec aux quatre coins des actions massives de réalisation de pistes cyclables au sol, de détournements de panneaux de circulation et de plantations de végétaux. Au total c’est 2,7 km de pistes cyclables aller-retour qui ont été réalisées, plus de 150 plantations et des opérations devant 5 écoles en zone rouge pollution de l’air d’après la récente carte de Greenpeace France.
1 militant ANV-COP21 a passé 4h30 en garde-à-vue suite au décrochage de portraits présidentiel. Il est convoqué le 12 février 2020 au Tribunal de Grande Instance de Lyon. 2 jeunes ont été auditionnés pour avoir dessiné des pistes cyclables.

 

La journée a commencé par une grève scolaire mondiale qui a été suivi dans une 60aine d’établissements de la Métropole de Lyon, les jeunes ont pu profiter de ces moments pour se regrouper au sein de leur établissement pour échanger autour de l’urgence climatique.

Dans le même temps, 58 militants ANV-COP21 et Youth For Climate Lyon n’ont pas pu rester inactifs face à l’irresponsabilité du gouvernement incarné par M. Macron qui a décidé de ne pas répondre ou si peu à l’urgence climatique et à l’Affaire du siècle. Le France décroche de ses objectifs climatiques donc suite à l’appel de plus de 80 personnalités les militants climat ont été décrocher le portrait d’Emmanuel Macron dans les mairies de Villeurbanne, du 6ème arrondissement et du 7ème arrondissement de Lyon. Mais ils semblerait que ces mairies tiennent fortement au portrait présidentiel puisque du personnel de chaque mairie est venu reprendre les portraits dans les mains des activistes qui ont su garder leur calme et attitude non-violente pour assurer le bon déroulement de l’opération et expliquer la campagne. Ils ont pu expliquer l’appel à multiplier les actions partout sur le territoire.

Ces 58 militants ne se sont pas laissés intimidés par des risques juridiques important, sans compter le fichage par le bureau de lutte anti-terroriste, puisque 35 personnes en France sont déjà attaquées en procès pour le même type d’actions. Le premier procès aura lieu le 28 Mai à Bourg-En-Bresse et 2 militants Lyonnais sont déjà convoqués le 2 septembre au tribunal de Lyon. Jean-Marie Roche, l’un des prévenus était d’ailleurs présent sur l’une des 3 actions de Lyon ce vendredi 24 mai.

Charles de Lacombe militant Alternatiba/ANV Rhône a passé 4h30 en garde-à-vue au commissariat du 8e. Il est convoqué au Tribunal de Grande Instance de Lyon le 12 février 2020. Un comité de soutien massif s’est constitué très rapidement devant le commissariat avec Jeunes pour le climat et Gilets Jaunes.

Si nationalement de gros efforts sont à fournir, le manque de réaction de nos élus locaux est tout autant sidérant. Malgré l’ensemble du travail de fond réalisé par les collectifs comme la Coalition Climat et l’ensemble des mobilisations pour le climat, la Métropole de Lyon et son président David Kimelfeld enchaînent les mauvais choix comme le vote du projet ZFE renommé « zone de faibles ambitions » ou le soutien au projet climaticide d’Anneaux Des Sciences. La Coalition Climat demande notamment que la Métropole se fixe un objectif de 2500 km de pistes cyclables d’ici 2025 et planifie la fin du diesel et de l’essence dans la ZFE.

Au lieu de proposer un projet de mobilité cohérent, la Métropole de Lyon préfère investir à nouveau sur les transports routiers, donc les jeunes ont décidé de construire par eux même ces infrastructures plus respectueuses de l’environnement en peignant 6 tronçons de pistes cyclables dans toute la ville de Lyon. 2 jeunes de Youth For Climate Lyon, dès 10h, ont subi l’intimidation policière et de la Métropole de Lyon, et ont passé plus de 6H au commissariat de police en audition libre du 1er Arrondissement de Lyon.

A l’échelle de Lyon, Gérard Collomb lors de sa rencontre avec des militants climat puis lors d’une conférence de presse a avancé sa grande mesure de lutte contre le dérèglement climatique : un “Plan Arbres”. Certes cette mesure est nécessaire mais loin d’être suffisante. Les mesures nécessaires sont d’un tout autre niveau comme planifier la fin de la voiture en ville. Afin de montrer l’insignifiance de ces annonces, les jeunes pour le climat ont décidé de planter eux-mêmes des arbres et végétaux dans toute la ville. Si un groupe de jeune a pu planter plus de 60 végétaux en une journée, le mouvement climat et les lyonnais attendent bien plus qu’un plan arbre.

Enfin, rendez-vous a été donné à Bellecour à 14h où plus de 3000 jeunes mais aussi gilets jaunes et salariés en grève sont venus soutenir ces désobéissants en marchant jusqu’au Parc Blandan avec de multiples pancartes et slogans où on pouvait lire : “6ème extinction toutes et tous en action”.

 

Contacts presse :

Marin Bisson 06 51 12 62 66

Sylvine Bouffaron 06 87 50 65 35


  • 0

Tribune “Face à l’irresponsabilité de M. Macron, décrochons ses portraits”

Tribune publiée le 23 mai 2019 sur Reporterre

Depuis le 21 février, 39 portraits du président Emmanuel Macron ont été « réquisitionnés » par des activistes du climat dénonçant l’inaction de l’exécutif en ce domaine. Les signataires de cette tribune appellent à atteindre le nombre de 125 portraits, soit le nombre de jours qu’il a fallu à la France en 2019 pour dépasser son empreinte écologique.

125. Il n’aura fallu que 125 jours à la France en cette année 2019 pour dépasser son empreinte écologique. Chaque année, le jour de dépassement survient plus tôt dans l’année.

Depuis le 5 mai dernier, nous avons consommé toutes les ressources naturelles que la planète peut renouveler en une année. Chaque jour qui passe est une dette que nous contractons envers les écosystèmes, envers les enfants qui naissent aujourd’hui, mais aussi, de plus en plus, envers nous-mêmes. La dette d’un système prédateur, qui ne sera jamais remboursée et vient s’ajouter au réchauffement climatique et à l’extinction de la biodiversité.

Le 21 février dernier, en réaction au « nous ne changerons pas de cap », seule réponse du gouvernement à l’Affaire du siècle – le recours juridique signé par deux millions de personnes contre l’État pour « inaction face aux changements climatiques » — le mouvement citoyen Action non violente COP21 (ANVCOP21) a lancé une nouvelle campagne de désobéissance civile. L’objectif : décrocher les portraits du président Emmanuel Macron pour dénoncer le vide de sa politique environnementale et sociale. Sortir Macron pour lui faire voir les causes et conséquences du changement climatique, les dégâts des politiques libérales, et pour lui faire entendre la révolte sociale et écologique qui traverse le pays.

Depuis, 39 portraits présidentiels ont été réquisitionnés aux quatre coins de la France. Ces actions, pourtant non violentes et symboliques, ont visiblement touché un nerf sensible chez le président de la République : 84 personnes ont été auditionnées, 46 placées en garde à vue, 38 perquisitionnées, 9 procès sont d’ores et déjà programmés et 35 activistes non violents méritant tout notre soutien sont poursuivis devant la justice. Sans oublier la saisie du bureau de lutte antiterroriste (Blat). Face à cette répression disproportionnée, la détermination des activistes climat ne faiblit pas.


LE TEXTE DE L’APPEL

Nous appelons aujourd’hui à la multiplication de ces décrochages des portraits présidentiels pour atteindre 125 portraits — correspondant aux 125 jours qu’il a suffi à la France pour dépasser son empreinte écologique — et ce avant le Sommet du G7 qui aura lieu du 24 au 26 août à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques).

L’objectif sera de dénoncer à cette occasion-là, devant les 3.500 journalistes venus du monde entier, que la politique nationale du président Macron en matière d’environnement et de justice sociale ne correspond en rien à ses grands et beaux discours internationaux, dans lesquels il se positionne comme leader mondial du climat.

La France décroche complètement de l’Accord de Paris, pourtant déjà insuffisant : en 2017, selon l’Observatoire climat-énergie, la France a émis 6,7 % de gaz à effet de serre en trop par rapport aux objectifs qu’elle s’était fixés ; enfin, la liste des projets incompatibles avec une réduction des émissions françaises ne cesse de s’allonger : grand contournement ouest de Strasbourg, agrandissement de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, mégacentre commercial d’EuropaCity, etc.

Alors que les alertes des scientifiques s’accélèrent avec le rapport 1,5 °C du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) et le récent rapport de l’IPBES [le « Giec » de la biodiversité] sur la disparition des espèces ; alors que la jeunesse s’apprête à faire la grève internationale pour le climat pour la deuxième fois en deux mois, ce 24 mai ; alors que des milliers de citoyens se préparent à marcher pour clamer l’urgence écologique pour la sixième fois en neuf mois, ce 25 mai, Emmanuel Macron continue de nier l’évidence en prétendant que « beaucoup a été fait ces deux dernières années » pour le climat et en se contentant de créer deux nouvelles instances : une « convention citoyenne » et un « conseil de défense écologique ».

Le gouvernement ne l’a toujours pas compris, donc, nous le lui répétons

Nous dénonçons l’irresponsabilité historique d’un président qui, face au dérèglement climatique en cours d’aggravation et d’accélération, ne propose que des réunions, des simulacres de concertation, des objectifs à long terme mais aucune mesure concrète, ambitieuse et immédiate permettant de les atteindre.

Le gouvernement ne l’a toujours pas compris, donc, nous le lui répétons : nous devons radicalement changer notre modèle de société et modifier considérablement nos modes de vie pour aller sauver chaque dixième de degré, dès maintenant ! Nous n’avons plus que quelques années pour sauver les conditions de vie sur Terre.

Voilà pourquoi nous appelons à passer massivement à l’action, partout en France métropolitaine et d’outre-mer, et à décrocher, toujours de manière non violente, les portraits présidentiels partout où ils se trouvent : mairies, bâtiments administratifs ou publics…

Chaque décrochage peut porter ses propres doléances et revendications écologiques et sociales : projets néfastes pour le climat, problèmes de santé publique liés aux pesticides ou à la pollution atmosphérique, collusion entre lobbies et responsables politiques, scandale de l’évasion fiscale et des niches fiscales bénéficiant aux plus riches, subventions aux activités polluantes, sans oublier la répression et l’absence totale de vision sociale de ce gouvernement.

Ils défendent des symboles, nous défendons la vie. Et parce que c’est le plus beau des combats, rien ne nous arrêtera.


Premières personnalités signataires parmi plus de 80

Manon Aubry, tête de liste FI aux européennes,
Clémentine Autain, députée de Seine-Saint-Denis,
Geneviève Azam, économiste, membre d’Attac,
Julien Bayou, porte-parole EELV,
Christophe Bonneuil, du CNRS,
François Boulo, avocat, Gilet jaune,
Pauline Boyer, porte-parole d’Action non violente COP21,
Juan Branco, avocat docteur en droit,
Florent Compain, président des Amis de la Terre,
Philippe Corcuff, sociologue,
Thomas Coutrot, économiste,
Alain Damasio, écrivain,
Cyril Dion, réalisateur, auteur,
Clémence Dubois, chargée de campagne pour 350.org,
Txetx Etcheverry, membre Coordonation Bizi,
Jean Gadrey, économiste,
Jérôme Gleizes, conseiller EELV de Paris,
Émilie Hache, philosophe, maîtresse de conférences,
Nicolas Haeringer, chargé de campagne pour 350.org,
Anne Hessel, Pacte Finance Climat,
Michel Husson, économiste,
Pierre Khalfa, économiste,
Pierre Larrouturou, économiste,
Alain Lipietz, économiste,
Frédéric Lordon, philosophe,
Priscillia Ludosky, Gilet jaune,
Cécile Marchand, chargée de campagne des Amis de la Terre,
Daniel Mermet, journaliste,
Corinne Morel-Darleux, militante écosocialiste et auteure,
Élodie Nace, porte-parole d’Action non violente COP21,
Fabrice Nicolino, journaliste, militant écologiste,
Les Ogres de Barback, artistes,
Jon Palais, porte-parole d’Alternatiba,
Mathilde Panot, députée FI,
Cyril Pedrosa, auteur de bande dessinée,
Gilles Perret, réalisateur,
Malika Peyraut, porte-parole des Amis de la Terre,
Marie Pochon, coordinatrice générale de Notre affaire à tous,
Michèle Rivasi, député européenne,
Barbara Romagnan, militante féministe, Generation.s,
Marie-Monique Robin, réalisatrice,
François Ruffin, député FI,
Pablo Servigne, chercheur,
Jacques Testart, biologiste,
Marie Toussaint, juriste, candidate EELV aux élections européennes,
Rebecca Wangler, porte-parole d’Alternatiba


  • 0

24 mai : On monte encore d’un cran ! Si personne ne le fait, on le fait nous-même !

Communiqué de Presse Youth For Climate Lyon / Alternatiba/ANV Rhône
Lyon, Mercredi 22 mai 2019

Youth for Climate Lyon et Alternatiba/ANV Rhône appellent  à multiplier les actions de désobéissance civile sur l’ensemble de la Ville de Lyon.

Ce vendredi 24 mai, Journée internationale de mobilisation des jeunes pour le climat, un vaste appel aux actions de désobéissance civile a été lancé.  Face à l’absence de mesures concrètes à la hauteur des enjeux écologiques et sociaux de notre époque, YFC Lyon et Alternatiba/ANV Rhône proposent aux lyonnais de prendre les devants des choix politiques de la métropole et de la Ville de Lyon et d’opérer eux mêmes les changements qu’ils veulent voir dans la Ville. C’est donc une journée massive de grève, de Marche et d’actions de désobéissance civile qui s’annonce partout dans Lyon, à laquelle la jeunesse convie chacun à participer.

“On appelle tout-le-monde à nous rejoindre. Cette journée s’inscrira sous le signe de la désobéissance civile” Paul-Emile Youth For Climate Lyon (1).

Après le succès de “La marche du siècle” et ses 350.000 participants à l’échelle nationale, une mobilisation toujours intense des gilets jaunes tous les samedis partout en France depuis 27 semaines, malgré le fait que 76 % des français jugent prioritaire ou importante la lutte contre le réchauffement climatique dans l’action de l’exécutif, aucun acte, engagement, ou considération sérieuse n’accompagne les promesses écologiques du programme fraîchement diffusé par la majorité à quelques jours des élections Européennes.

Pollution de l’air : Citoyens en actions

“Lyon Suffoque”, “On veut respirer, de l’air !”. Ces mots pourtant apposés sur un nombre incalculable de murs, trottoirs, et même sur le façade du tunnel de la Croix-Rousse par les équipes de Greenpeace et d’Alternatiba/ANV-COP 21 Rhône ne semblent pas avoir suffi à mettre en alerte la Ville et la Métropole de Lyon sur la qualité de l’air, pas plus que la chaîne humaine et le blocage de la presqu’île réalisés lors de Marche pour le Climat du 27 janvier dernier. Pourtant, les chiffres sont là, les réalités sanitaires et climatiques plus que significatives. Cette journée du 24 mai est un appel à transformer la Ville.

Portrait d’Emmanuel Macron : la région mobilisée

Le samedi 4 mai dernier, les jeunes, jaunes et verts marchaient ensemble à Lyon et brandissaient en pleine manifestation le portrait d’Emmanuel Macron, réquisitionné dans la Mairie du 2ème arrondissement de Lyon le 21 février, signe du vide de la politique climatique et sociale du gouvernement (2).

Quatre jours avant le premier procès de France pour décrochage de portrait présidentiel – 6 personnes comparaissent le 28 mai à Bourg-en-Bresse (3) – un accent particulier sera mis ce vendredi 24 mai sur la campagne de réquisitions de portraits présidentiels qui prend de l’ampleur partout sur le territoire.

(1) Vidéo Youth For Climate Lyon “On appelle tout-le-monde à nous rejoindre. Cette journée s’inscrira sous le signe de la désobéissance civile”

(2) Article Sortie du portrait officiel d’Emmanuel Macron le 4 mai à Lyon

(3) Article 1er procès des décrocheurs le 28 mai à Bourg-en-Bresse

————————————————————————-

En bref

Vendredi 24 mai “6ème extinction : Toutes et tous en action” Evénement Facebook https://www.facebook.com/events/2109388792505187/

Grève (dès le matin dans tous les établissements de la métropole et Appel général à la grève sur la journée)

Marche (14h-18h Départ Place Bellecour)

Actions de désobéissance civile (toute la journée)

————————————————————————-
Contact presse

Marin Bisson Youth for Climate Lyon 06 51 12 62 66
Sylvine Bouffaron ANV-COP21 Rhône 06 87 50 65 35


  • 0

25 Mai : Solidarité globale, Résistances locales : Entrons en solidarité

Pour ce nouveau week-end de mobilisation des 24 et 25 mai à Lyon, le mot d’ordre de ce samedi 25 mai sera :

Solidarité globale, Résistances locales : Entrons en solidarité !

avec LyonClimat, SOS Méditérranée, Sea Watch et nombreux acteurs locaux.

– Réduire les impacts et admettre notre responsabilité.

– Accueillir et s’entraider : soutien aux réseaux de solidarité et d’accueil digne pour les réfugiés et les migrants.

– Se préparer aux impacts et construire la résilience de notre territoire.

📍 Départ 15h Manufacture des Tabacs

Partager l’événement Marche pour le climat Lyon

Etre bénévole : remplir le formulaire en ligne ici


  • 0

1er procès pour décrochage : le 28 mai à Bourg-en-Bresse

Rendez-vous le mardi 28 mai à Bourg-en-Bresse (01) pour le premier procès de citoyens décrocheurs de portraits présidentiels.

Ils et elles s’appellent Anne-Sophie, Philippe, Jean-Marie, Hélène, Nicolas et Vincent.

Ils encourent 5 ans de prison et 75 000 euros d’amende pour avoir décroché le portrait d’Emmanuel Macron dans une mairie de l’Ain le 1er mars dernier. Pourquoi cette action ? Refuser de rester inactif fasse au dérèglement climatique, montrer par une action directe non-violente le double discours du président Emmanuel Macron, témoigner du vide de sa politique qui nous emmène droit vers le chaos climatique.

Ce procès est le début d’une liste qui ne fait que s’allonger. Rien qu’en Auvergne-Rhône-Alpes, 5 sont déjà annoncés : Bourg-en-Bresse (Ain) le 28 mai, Bonneville (Haute-Savoie) le 27 juin, Lyon le 2 septembre, Grenoble le 4 novembre, Saint-Etienne le 17 décembre.

Comité de soutien, concert, animations, tribune, formation sur place… La région s’organise pour les soutenir le mardi 28 mai. Rendez-vous au Tribunal de Bourg-en-Bresse.

Retrouver et partager l’événement Soutien aux militants du Beaujolais en procès!

 

En savoir plus, aider, soutenir

La campagne et ses répercussions partout en France A lire ici

L’appel à multiplier les actions sur la tribune par plus de 80 personnalité : ici

L’événement Facebook de la journée du 28 mai avec infos pratiques, transports, programme etc. ici

Donnez un coup de main en amont et le Jour J ici

Vous ne pouvez pas vous déplacer : soutenez les militants en faisant un don ici

Lire le témoignage d’Anne-Sophie


“Je suis convoquée le 28 mai à Bourg-en-Bresse devant le tribunal correctionnel, et j’avais envie de partager ces quelques réflexions avec vous…

J‘ai 3 enfants, et l’aîné fête ses 21 ans en ce mois de mai. Les anniversaires à cet âge là, c’est un appel vers le futur, vers la vie de demain.
Mais bon, quel futur… je ne sais pas trop à quoi il va ressembler en fait… A l’automne dernier, le rapport du GIEC m’a fait l’effet d’une douche froide quant à l’avenir qui se profile à cause du dérèglement climatique qui est en train de bouleverser nos environnements, nos vies…
… et cela sans que nos dirigeants ne prennent conscience de l’urgence dans laquelle nous nous trouvons, et qu’ils s’acharnent plutôt sur les militants du climat : 5 procès à venir, dont celui pour lequel je suis convoquée.

A quoi pourrait-il ressembler ce monde dans lequel mes enfants vieilliront, dans lequel ils auront peut-être eux même des enfants ?
Un monde à +3°, voire 4°, où – s’ils sont encore dans le Beaujolais – les canicules seront là. Chaque été durant de longs jours. Où les orages, les précipitations seront monnaie courante. Où la pollution de l’air les obligera à porter un masque en ville. Un monde où les oiseaux, les abeilles et les papillons seront devenus rares…

Et c’est bien pour éviter ce monde là, qu’avec ANV Action non-violente COP21 et Alternatiba – Beaujolais Val de Saône – 69 j’ai mené en mars dernier cette action symbolique de réquisition du portrait présidentiel à Jassans. Parce que les marches, les pétitions n’ont pas l’air de suffire à la prise de conscience de l’urgence urgence climatique. La fenêtre d’actions pour éviter le pire se referme doucement. Le temps est compté. C’est maintenant que nous devons “changer le système, pas le climat”.
Alors être poursuivie alors qu’aucune dégradation n’a été commise, c’est étonnant, et on se dit que décidément toucher les symboles, de manière 100% non-violente, c’est peut-être cela qui amènera les prises de conscience…

Mon souhait est que ce procès serve à alerter l’opinion et à faire passer un message sans violence, même si pour cela je me retrouve devant un tribunal et que je risque tout de même 5 ans de prison et 75 mille euros d’amende.

Alors, j’ai besoin de vous. Pour montrer que nous sommes nombreux à avoir déjà conscience de cette urgence. Pour refuser l’inaction. Pour dire qu’il est encore temps !
Partagez ce post avec vos amis, venez le 28 si vous pouvez, ou signez ici pour montrer votre soutien :

Soyons nombreux pour ce procès de l’inaction politique pour le climat, et pour laisser nos enfants vivre dignement leur bonhomme de chemin futur.” le 3 mai 2019

 


  • 0

Front commun pour la Nationale Gilets Jaunes à Lyon

Ce samedi 11 mai 2019 à Lyon, à l’appel d’Alternatiba/ANV Rhône, les militants climat ont réaffirmé un front commun avec les Gilets Jaunes ‘Pour la préservation de nos biens publics’ mot d’ordre de la journée et réaffirmer l’urgence sociale et climatique. 

10 000 personnes étaient présentes pour la manifestation nationale de l’Acte XXVI.

En présence des Gilets Jaunes de Lyon, de la Coordination Gilets Jaunes Rhône-Alpes et de Jérôme Rodrigues, les porte-paroles d’Alternatiba/ANV Rhône ont rappelé la nécessité de mettre en place des mesures climatiques radicales tout en accompagnant ces changements socialement. “Si tous les pays du monde vivaient comme dans l’Union Européenne, nous aurions besoin de 2,8 planètes” soulignent-ils.

Afin de poursuivre la mobilisation, à l’image des ronds-points, un barbecue festif géant a été organisé au parc de Gerland avec concert de Mali Karma et projection du Film “J’veux du soleil”.