Category Archives: Actualités

  • 0

Deux mois de suspension de permis et 300 euros d’amende requis à l’encontre d’Alex, militant climat anti-pub

Tags : 

Communiqué Alternatiba ANV Rhône, Lyon, le 2 Juin 2020. #NiPubNiProcès

Renvoyé devant une juridiction collégiale le 7 octobre dernier, le procès d’Alex Montvernay, militant climat antipub a bien eu lieu ce mardi 2 Juin au Tribunal judiciaire de Lyon. Une audience qui s’est déroulée à huis clos et dont les témoins, Delphine Batho, députée et ancienne Ministre de l’Ecologie, et Mehdi Khamassi, chercheur en neurosciences au CNRS, ont défendu la légitimité du geste d’Alex. Le procureur a requis à son encontre 300€ d’amende et 2 mois de suspension de permis.

La lutte contre la publicité, un combat qui s’inscrit dans le mouvement climat 

Depuis bientôt 3 ans, différentes organisations et collectifs citoyens interpellent la Métropole de Lyon par tous les moyens sur le caractère néfaste de la publicité, son impact sur le climat et la surconsommation qui participent à un système dont nous savons devoir sortir. Suite à une action de désobéissance civile non-violente visant à recouvrir l’Hôtel de la Métropole de Lyon d’affiches publicitaires le 24 mars 2019, Alex Montvernay – militant d’Alternatiba ANV Rhône – a été interpellé et a passé 26h30 en garde à vue. Il est aujourd’hui poursuivi en justice par la Métropole de Lyon pour cette action visant à dénoncer l’inaction des élus sur la question de la place de la publicité dans l’espace public. Lors d’une consultation citoyenne initiée par le collectif Plein la Vue et l’UCIL, 97% des habitants interrogés se sont déclarés défavorables à l’arrivée des écrans numériques publicitaires en ville. Or, la Métropole de Lyon, présidée par David Kimelfeld, a toujours l’intention aujourd’hui d’autoriser ces écrans dans son projet de Règlement local de Publicité Intercommunal (RLPi) dont le vote ne cesse d’être repoussé.

Alex Montvernay, prévenu, devant le Tribunal Judiciaire de Lyon – Crédit : Lucas Lemmel

“Cette action de désobéissance civile s’inscrit dans le contexte des grandes marches pour le climat où la jeunesse s’est fortement mobilisée. Le délibéré de ce procès sera aussi un message envoyé à toute la jeunesse qui se mobilise” déclare Delphine Batho, témoin à l’audience, le 2 juin 2020 à Lyon.

Depuis le 7 octobre 2019, date du premier procès d’Alex, renvoyé à l’époque en raison de la “complexité de la nature des faits, du contexte et des discussions de société soulevées”, le mouvement anti-pub lyonnais n’a cessé de s’intensifier. Des actions de recouvrement massives ont eu lieu dans la métropole de Lyon, notamment en novembre dernier pour s’opposer à l’arrivée des écrans numériques publicitaires dans les rues. Le 14 février 2020, une nouvelle brigade anti-pub – les “PubBusters” – a fait son apparition tandis que des actions de recouvrement décentralisées ont eu lieu dans plus d’une vingtaine de villes en France. A l’approche du second tour des élections municipales et métropolitaines, les candidats se positionnent : le sujet de la publicité reste au coeur du débat démocratique (article PLV).

Une vague d’actions en soutien à Alex et une table ronde pour enrichir le débat

Ce mardi, en raison de la situation sanitaire, pas de mobilisation de soutien aux abords du Tribunal Judiciaire. Alex s’y est rendu entouré de ses deux témoins et de ses proches. Seule la presse et les témoins étaient autorisés à assister à l’audience. Mais ces conditions n’auront pas suffit à décourager les élans de soutien qui s’étaient exprimés le 7 Octobre sur la place Guichard avec la présence de nombreuses organisations. Cette fois ci c’est à travers toute la France que des groupes locaux d’ANV-COP2 se sont mobilisés en menant des actions de recouvrement publicitaires. Sur les affiches placardées, on pouvait lire “Condamnons la publicité, pas celles et ceux qui la dénoncent !”, “Moins de publicitaires, plus d’infirmières” ou encore “La pub détruit le climat” (article ANV COP21). Plus d’une centaine d’activistes ont ainsi affiché leur soutien à Alex quelques jours avant son procès.

Une vague d’actions de soutien partout sur le territoire, comme à Besançon le 30.05 

La veille du procès, une table ronde en ligne organisée par Alternatiba ANV Rhône a permis de rappeler que la publicité joue un rôle central dans le système économique actuel, et son lien avec le dérèglement climatique. Après 1h30 de débats animés entre Mariana Mirabile (économiste et militante Alternatiba), Mehdi Khamassi (chercheur en neurosciences), Marie Cousin (présidente du collectif Résistance à L’Agression Publicitaire) et Eric Piolle (maire de Grenoble), ce dernier a conclu en connaissance de cause, que “la publicité est un choix politique”. L’action pour laquelle Alex est jugée allait en ce sens.

“Si Alex est condamné pour ce procès, c’est toute la lutte de la jeunesse pour le climat qui est condamnée”

Delphine Batho témoigne pour le procès d’Alex le 2 juin 2020 à Lyon – Crédit : Lucas Lemmel

Une heure et demi d’audience au cours de laquelle son avocat Me. Fourrey a plaidé l’état de nécessité et la légitimité de l’action d’Alex pour dénoncer l’inaction de la Métropole face au sujet de la publicité. Mehdi Khamassi, chercheur en neurosciences et sciences cognitives au CNRS, témoin pour cette audience, affirme que « De nombreuses données scientifiques montrent aujourd’hui l’influence néfaste de la publicité de masse sur nos cerveaux et nos comportements. Son caractère répétitif et invasif influe sur les mécanismes de conditionnement dans le cerveau, de captation de l’attention, et d’influence sur nos émotions. Ceci pose de véritables problèmes sanitaires, notamment liés à la surconsommation ou à des problèmes de santé publique comme l’obésité. Il y a donc urgence à limiter le déploiement des dispositifs numériques publicitaires. » Il ajoute également « je considère qu’il y a une urgence à la fois écologique, sanitaire et sociale à freiner l’expansion du marché publicitaire et à le ramener à une échelle raisonnable qui joue son rôle d’information accessible de façon délibérée pour le citoyen dans l’espace public ».

Quant à Delphine Batho, elle a témoigné de la puissance des lobbys publicitaires à l’assemblée nationale en citant plusieurs exemples. Et pour le cas d’Alex, sa position est claire : “Si Alex est condamné, c’est toute la lutte de la jeunesse pour le climat qui sera condamnée”. Si la relaxe est espérée, l’objectif reste surtout de faire avancer les positions de la Métropole de Lyon sur ce sujet pour prendre des mesures fortes et courageuses. Aujourd’hui à Lyon, le procureur a requis 300 euros d’amende et une suspension de permis de 2 mois contre le prévenu. Le délibéré sera rendu le 2 juillet 2020.

Dossier photos HD à disposition des médias
Cagnotte en ligne pour soutenir cet événement et la campagne du collectif local 

Crédit photo : Lucas Lemmel

Contacts Presse :
Célia CICHOCKI – 06.72.25.70.40
Florent GAUDIN – 06.35.55.67.12


  • 0

Vague d’actions pour soutenir Alex, militant climat anti-pub en procès #NiPubNiProcès

Pas de mobilisation physique devant le Tribunal en raison des conditions sanitaires, mais une vague de soutien nationale décentralisée ce week-end pour Alex en Procès. #NiPubNiProcès
Rendez-vous médias à partir de 13h devant le Tribunal de Grande Instance de Lyon ce Mardi 2 juin 2020.

Communiqué ANV-COP 21 #NiPubNiProcès

Dimanche 31 mai 2020, à Lille, Strasbourg, Poitiers ou encore Paris, plus de 100 citoyens et citoyennes se sont mobilisés sur 12 territoires pour recouvrir des panneaux publicitaires dans leur ville en soutien à Alex Montvernay, militant lyonnais qui sera jugé mardi 2 juin pour avoir participé à une action de désobéissance civile non-violente visant à dénoncer la place grandissante de la publicité dans l’espace public.

Les PubBusters sont de sortie à Lyon – Photo @Andrea Blanchin

 

Ces samedi et dimanche, les groupes Alternatiba et ANV-COP21 ont mené des actions non dégradantes de recouvrements de publicité en y inscrivant des messages à l’aide de bombes de peinture à la craie, pochoirs, remplacement d’affiches… Ces actions ont pour objectif de soutenir le militant lyonnais Alex Montvernay en procès le 2 juin, tout en dénonçant les effets néfastes de la publicité sur les sociétés et le climat, avec les messages #NiPubNiProcès, La pub détruit le climat, Laissons la pub confinée, La pub est un choix politiqueCertains groupes, suivant la dynamique lancée à Lyon, ont monté des brigades de PubBusters, chasseurs de publicité mobilisés pour la faire fuire de nos villes. Lors de ces actions non-violentes, 16 citoyens ont été interpellés par les forces de l’ordre.

“Il faut condamner la pub, pas celles et ceux qui la dénoncent ! De plus en plus nombreuses, agressives, et polluantes, les publicités poussent à la surconsommation dans un mépris total des réalités humaines, écologiques et sociales. Les élu·es doivent se saisir des Règlements Locaux de Publicité (RLP) pour réduire la place de la publicité dans l’espace public par des mesures ambitieuses. La publicité est un choix politique. Il est urgent d’agir !”, estime Florent Gaudin, porte-parole de ANV-COP21.

Action anti-pub menée par le groupe ANV-COP21 Tours – @Quentin-Maurice Delamour

Alex Montvernay a été interpellé à Lyon le 24 mars 2019, pour avoir participé à une action de désobéissance civile non-violente consistant à coller des affiches publicitaires sur l’Hôtel de la Métropole de Lyon, à l’aide d’eau et de farine. L’objectif était de dénoncer l’inaction des élus face à la pression publicitaire grandissante, malgré leur devoir de protéger la population. Alex Montvernay avait passé plus de 26 heures et 30 minutes en garde à vue, avant d’être convoqué devant le tribunal correctionnel de Lyon pour « dégradation » et « complicité ». Il risque aujourd’hui jusqu’à 2 ans de prison et 30 000 € d’amende. Le 7 octobre dernier, son procès avait été renvoyé devant une juridiction collégiale, la juge estimant alors l’affaire trop « complexe » au vu « de la nature des faits, du contexte et des discussions de société soulevées ».

La place de la publicité est aujourd’hui une question fondamentale, d’autant plus après cette période de confinement qui a permis à toutes et tous de constater quelles activités étaient essentielles, superflues, voire même parfois néfastes. La publicité tombe clairement dans la troisième catégorie : omniprésente, elle constitue un gaspillage de ressources et d’énergie anachronique, ainsi qu’une pollution visuelle et lumineuse grandissante — surtout dans le cas des panneaux numériques qui tendent à s’imposer — le tout pour inciter les citoyens à consommer toujours plus, quand il faudrait tendre vers une diminution de la production pour respecter les limites planétaires.

Photos en HD disponibles dans ce dossier
Faire un don helloasso en ligne pour soutenir Alex

Contacts presse :

  • Florent GAUDIN – 06 35 55 67 12
  • Charles de LACOMBE – 07 80 06 93 87

Photo principale =: Action anti-pub menée par le groupe ANV-COP21 Besançon


  • 0

Procès 2.06.20 | Lyon : Condamnons la publicité, pas celles et ceux qui la dénoncent!

Tags : 

#NiPubNiProcès

Communiqué Alternatiba ANV Rhône – Lyon, le 25 mai 2020

Le 2 juin prochain, Alex Montvernay – militant climat et anti-pub – comparaîtra devant le tribunal de Grande Instance de Lyon pour « dégradation » et « complicité ». Interpellé suite à une action de désobéissance civile non-violente visant à dénoncer la pression publicitaire dans les rues de la Métropole de Lyon et l’inaction des élu·es face à ce phénomène, il avait passé 26h30 en garde à vue le 24 mars 2019. Le 7 octobre dernier, son procès avait été renvoyé devant une juridiction collégiale, la juge unique estimant alors l’affaire trop « complexe » au vu « de la nature des faits, du contexte et des discussions de société soulevées ». Alex risque aujourd’hui 2 ans de prison et 30 000 euros d’amende.

→  Lire le témoignage d’Alex, militant climat anti-pub en procès

Le 24 mars 2019, à l’occasion de la journée mondiale contre la publicité, une quarantaine de militant·es ont apposé 200 affiches publicitaires sur les façade de l’hôtel de la métropole de Lyon, recouvrant ainsi 160m² de surface. Alors interpellé et placé en garde à vue pendant 26h30, Alex s’était vu recevoir une convocation devant le tribunal correctionnel de Lyon. Portée par le collectif Alternatiba ANV Rhône, cette action de désobéissance civile non-violente, réalisée dans le calme et la détermination, se présentait comme une réponse directe à la Métropole de Lyon qui avait présenté mi-mars un projet de Règlement Local de Publicité Intercommunal (RLPI) permissif, envahissant et néfaste pour la planète, autorisant notamment l’installation d’écrans numériques publicitaires dans les rues. Elle se voulait également être la réplique d’une action réalisée 8 jours plus tôt à l’arrivée d’une marche pour le climat ayant réuni plus de 40 000 personnes dans les rues de Lyon pointant du doigt l’irresponsabilité et l’inaction des élu·es sur le sujet. Cette première action avait été fortement réprimée.

Lire le communiqué du 25 mars 2019 

Le 7 octobre 2019, Alex Montvernay se rendait sur les marches du Tribunal de Grande Instance de Lyon pour son procès. Il devait être jugé pour “dégradation” et “complicité” suite au recouvrement géant de la métropole de Lyon. Organisée par le collectif Alternatiba ANV Rhône, une journée de mobilisation massive et festive avait lieu sur la Place Guichard, sensibilisant petit·es et grand·es aux effets néfastes de la publicité pour l’humain et le climat au travers de formations et d’activités. Cette journée a également été l’occasion de rassembler plusieurs collectifs luttant contre la publicité et militant plus globalement pour la justice sociale et climatique, tels que le Collectif Plein la Vue, les Amis de la Terre, ANV COP 21 ou encore l’association Résistance à l’Agression Publicitaire qui avait choisi de tenir son Assemblée Générale annuelle à Lyon les 5 et 6 octobre afin d’apporter son soutien à Alex.
 

Ensemble, ils ont réaffirmé leur volonté commune de participer à la construction d’un monde sobre et résilient tout en dénoncant les décisions politiques allant à l’encontre des enjeux écologiques et sociaux actuels. 

 

Conférence de presse publique sur la place Guichard – Lyon 7.10.2019

 

Plus de 150 personnes ont ainsi accompagné Alex devant le Tribunal de Grande Instance, toutes prêtes à faire de ce jour le procès de la Publicité ! Mais, arguant de la “complexité de la nature des faits, du contexte et des discussions de société soulevées” la juge unique a renvoyé le procès devant juridiction collégiale.

Lire le communiqué complet : Les militants climat et antipublicité sont prêts. Pas la Métropole de Lyon ni la justice !.

Depuis le mois d’octobre, le mouvement anti-pub lyonnais s’intensifie. Le 25 novembre 2019, une action de recouvrement massive a lieu dans la métropole de Lyon : 500 panneaux publicitaires ont été recouverts sur les communes de Lyon, Villeurbanne, Bron, Vénissieux et Caluire pour s’opposer à l’arrivée des écrans numériques publicitaires dans les rues et interpeller les élu·es sur ce sujet à l’approche des élections municipales (Lire le communiqué du 25 novembre 2019). Le 14 février 2020, une nouvelle brigade anti-pub issue du collectif Alternatiba ANV Rhône – les “PubBusters” – a fait son apparition tandis que des actions de recouvrement décentralisées ont eu lieu dans plus d’une vingtaine de villes en France.

Si la lutte contre les écrans numériques dans l’espace public mobilise à Lyon, elle s’intensifie également sur le territoire français comme à l’Assemblée Nationale. Le 6 novembre 2019, 18 député·es ont déposé une proposition de loi visant à interdire les écrans numériques publicitaires dans les lieux publics. Le 5 décembre 2019, porté par Delphine Batho, un amendement au projet de loi relatif à l’économie circulaire visait à permettre aux maires d’interdire “toute publicité numérique ou toute publicité lumineuse sur les voies ouvertes à la circulation publique, dans les gares, stations et arrêts destinés aux transports publics de personnes, qui se situent sur le territoire de sa commune”.

Lutter contre la publicité est une nécessité au vu des enjeux climatiques et sociaux actuels. En créant de faux besoins, elle pousse à la surconsommation provoquant l’épuisement des ressources de la planète et la production de déchets aussi polluants que coûteux explique Florent Gaudin, militant du collectif Alternatiba ANV Rhône.
Le confinement a permis à beaucoup de personnes de s’interroger sur le monde de demain et sur le rôle la publicité dans nos modes de vie. Les gens n’en veulent plus.ajoute-t-il. 

Dès le 16 mai, des actions anti-pub ont eu lieu sur tout le territoire à l’initiative d’Extinction Rebellion France. À Lyon, les “PubBusters” y ont participé. Le message était clair : la publicité n’est pas la bienvenue dans le monde demain, elle doit rester confinée !

Le mardi 2 juin 2020, Alex sera donc jugé devant une juridiction collégiale au Tribunal de Grande instance de Lyon.

“J’ai toujours détesté la publicité car elle m’oppresse. Nous sommes cerné·es de messages publicitaires, quoi que l’on fasse, où que l’on soit, sans que nous ayons donné notre accord pour cela. La crise sanitaire que nous traversons permet de nous interroger, de montrer que notre modèle de société est à bout de souffle et que nous avons collectivement besoin de libérer nos imaginaires pour construire ensemble le monde de demain, écologique, social, démocratique. Le 2 juin prochain, nous serons là, avec pour objectif que la publicité soit définitivement condamnée.” 
Alex Montvernay, militant climat anti-pub Alternatiba ANV Rhône 

 

Deux témoins interviendront au cours de ce procès : Delphine Batho et Mehdi Khamassi.

Delphine Batho, Députée des Deux-Sèvres, ancienne Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie a récemment déposé un projet de loi relative à l’interdiction de toute forme de publicité numérique et lumineuse dans l’espace public.

Mehdi Khamassi, chercheur en sciences cognitives au CNRS, pourra apporter un point de vue scientifique sur les effets produits par la publicité dans nos cerveaux.

Si les conditions sanitaires actuelles ne permettent pas un rassemblement massif devant le tribunal, il est possible de soutenir Alex en contribuant à une cagnotte en ligne ainsi qu’en rejoignant un groupe local du réseau Alternatiba/ANV. Les collectifs déjà présents aux côtés d’Alex le 7 octobre dernier continuent également à lui manifester leur soutien.

Les journalistes intéressé·es auront la possibilité de rencontrer le prévenu et les deux témoins avant l’audience qui se tiendra au TGI de Lyon à 14h00. Afin de respecter le protocole sanitaire actuellement en place, merci d’indiquer votre présence à l’avance afin que nous puissions nous organiser en conséquence.

Possibilités d’interviews :
RDV à 13h00 sur le parvis du TGI de Lyon

Contacts presse : Florent GAUDIN – 06.35.55.67.12 et Celia CICHOCKI – 06.72.25.70.40


  • 0

La solidarité n’est pas confinée

Tags : 

A Lyon, le 10 avril 2020 communiqué Alternatiba ANV Rhône

 

Face à l’épidémie de Coronavirus, Alternatiba ANV Rhône répond par la solidarité. Depuis l’annonce du confinement, et la fermeture de l’AlternatiBar Maison Des Alternatives,  le collectif a dû revoir l’ensemble de ses activités notamment de part ses actions.

 

L’épidémie révèle l’ensemble des paradoxes de notre société et ses faiblesses. Nous devons fortement nous interroger en cette période sur la société que l’on souhaite, sur ce qui est prioritaire dans nos vies : l’argent pour quelqu’un ou la sécurité alimentaire pour tous, la santé privatisée ou la santé comme droit… Le mouvement climat sait que le système actuel n’est plus tenable. Il va traverser et traverse déjà de nombreuses crises : économie, pétrole, climat, biodiversité, santé… Nous devons donc continuer de nous préparer collectivement à la résilience et à la création d’une nouvelle société. 

 

Confiné.e.s mais toujours mobilisé.e.s

Alternatiba ANV Rhône a ainsi réagi en très peu de temps à ce confinement, tout d’abord politiquement en demandant la mise à l’abri des plus précaires comme les migrants (notamment mineurs) ou les sans abris. 

“Les conditions des plus précaires se sont encore détériorées avec la proximité, l’impossible accès à l’hygiène ou les difficultés à se nourrir. Des bâtiments fonctionnels et inoccupés existent pourtant sur le territoire pour les accueillir comme l’ancien hôpital du Tonkin. “ Maxime pour Alternatiba ANV Rhône.  

Si l’aspect sanitaire et les conditions de travail du personnel soignant sont inquiétants, le système alimentaire capitaliste sortira probablement grandi par des bénéfices records et une emprise face aux paysans. Ceux-ci représentent pourtant notre meilleur assurance vie à long terme pour répondre à de nouvelles crises. En effet la paysannerie répond par son organisation à la production d’une alimentation de qualité, juste socialement et qui préserve la terre et la biodiversité.  

L’AlternatiBar MDA accueille depuis 2017 une AMAP (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne) afin de livrer en circuit court des produits de qualité aux Lyonnais. En échange, ceux-ci s’engagent à soutenir notre producteur Mathieu. 

Dans cette période difficile, nous avons fait le choix d’aider notre producteur en maintenant l’AMAP (avec toutes les règles sanitaires qui s’imposent) mais aussi de l’amplifier (multiplication par deux de l’activité). Cela permet également de combler un réel besoin de la population de trouver des produits frais et locaux.

 

“Les plus précaires sont les grands oubliés de cette épidémie”

L’AlternatiBar MDA est aussi une base logistique importante, avec de l’espace de stockage et du matériel. Inutilisé pendant ce confinement, Alternatiba ANV Rhône a décidé de l’ouvrir à deux associations de maraudes : Donner Des Ailes et Donner la main, Don de soi

Ces associations totalement bénévoles font appel aux dons (alimentaires et matériels) des particuliers. Elles se sont réorganisées rapidement pour amplifier leurs activités et répondre aux besoins des plus précaires mis en grande difficulté par cette crise. “Les plus précaires sont les grands oubliés de cette épidémie, heureusement de nombreux citoyens se proposent pour aider.“ Maxime pour Alternatiba ANV Rhône.

Une collecte de don est organisée tous les jours de 12h à 14h (pendant les permanences cuisine) et chaque mercredi et jeudi de 18h30 à 19h30  à l’AlternatiBar MDA au 126 montée de la Grande Côte à Lyon. 

 

Les acteurs associatifs de la solidarité sont sur le pont

Plus globalement, de nombreux acteurs associatifs se mobilisent comme Anciela ou la Myne. Les premiers ont lancé leur plateforme de recensement pour des dons financiers ou matériels, de l’entraide de proximité et du bénévolat auprès d’associations lyonnaises. Et les seconds ont commencé leur production de gel hydroalcoolique.

Dans le même esprit, les récupérations d’invendus dans les épiceries bio par les éco-charlie ont été maintenues à l’AlternatiBar MDA afin d’être redistribués aux personnes précaires.

 

Que demain ne soit pas comme hier

Enfin, cette période est aussi l’occasion de s’arrêter et de réfléchir à la société que l’on souhaite. Afin d’accompagner le plus de personnes dans ces réflexions, Alternatiba ANV Rhône propose une programmation spécifique en ligne sur la page de l’Alternatibar MDA en cohérence avec le programme national une bouffée d’R !  

 

Contact presse : 

Maxime Forest Alternatiba ANV Rhône 07 60 41 14 68

Crédit photo principale : Marielle François.


  • 0

Maraudes solidaires – Appel à dons

Tags : 

Le 1 Avril 2020, à Lyon.

L’épidémie de coronavirus a accentué les situations de précarité déjà causé par le système en place. De nombreuses associations et services ont dû réduire leurs aides pour cause de confinement.
Malheureusement le nombre de personne en galère est lui toujours le même et va surement s’amplifier dans les prochaines semaines.

Le constat

Nous pouvons distinguer différentes situations : 

  • Les précaires qui ont une réduction de leur revenu et un accès aux aides compliqués,
  • Les squats qui hébergent de nombreuses personnes, avec de fortes promiscuités mais avec des capacités de cuisine, 
  • Les sans-abris qui ne peuvent plus assurer des conditions d’hygiène : avec la fermeture des accueils de jour, des fontaines à eau et les distributions alimentaires qui ont diminué.

Une base logistique solidaire

Fort de notre communauté et de notre base logistique qu’est l’AlternatiBar MDA, Alternatiba ANV Rhône a décidé de transformer son lieu en base de logistique solidaire afin de réaliser des maraudes auprès des personnes en difficulté. 

L’AlternatiBar MDA a donc été mis à disposition pour les associations bénévoles Donner Des Ailes et Donner la main, Don de soi. Ces deux associations ont augmenté leurs activités de maraude pour répondre à la crise actuelle.
Nous mettons à disposition tant des espaces de stockage, du matériel, que notre pôle cuisine récemment monté, en appliquant des consignes d’hygiène afin de garantir la sécurité de tous.

Appel à dons

Afin de les aider à réaliser les maraudes, nous vous appelons à réaliser des dons matériels et alimentaires, tel que des denrées : 

  • Alimentaires non périssables : chips, gâteaux secs, conserves, féculents, de l’eau (gros besoins), des petites briques de jus, café, thé…
  • Alimentaires pour cuisiner : pain de mie, mayonnaise, fromage, huile, légumes…
  • Logistique : Gobelets, couverts, serviettes, sacs poubelles, gants en latex, masques, gel hydroalcoolique…
  • Hygiénique : brosses à dent, dentifrice, lingettes, savon, serviettes hygiéniques…

 

Ils pourront être déposés à l’AlternatiBar MDA, 126 montée de la grande côte 69001 Lyon les mercredis et jeudis entre 18h30 et 19h30.
Ces dons seront triés et répartis entre les associations.

Dépôt dons à l’AlternatiBar MDA


  • 0

Urgence sanitaire et sociale : la métropole sollicitée pour la mise à l’abri des personnes migrantes

Tags : 

à Lyon, le 31 mars 2020

Impulsés par le groupe migration-climat d’Alternatiba ANV Rhône, de multiples acteurs locaux (associations, collectifs, organisations syndicales, citoyen.ne.s) décident de co-signer un plaidoyer mettant la métropole face à ses responsabilités pour la mise à l’abri urgente des personnes migrantes et plus précisément des jeunes et des familles face à la crise sanitaire du Covid-19.

La situation de crise actuelle vient exacerber et révéler les difficultés des migrant.e.s : hébergement, accès à l’alimentation, accès à l’éducation ou à la santé. Pour les jeunes en squats ou à la rue, il est impossible de faire respecter les règles sanitaires du fait de la proximité des personnes, du manque de matériel d’hygiène et de la forte diminution de l’intervention des associations d’aide sur place. De plus, le manque de personnel éducatif présent pour les jeunes pris en charge par les associations financées par la métropole, ainsi que l’impossibilité de contact avec le bureau de l’asile et de l’hébergement depuis le début du confinement, complexifient d’autant plus l’accompagnement.

Notre plaidoyer concerne principalement les jeunes migrants, mineur·es non accompagné·es, non reconnu·es, et majeur.e.s de moins de 21 ans, public vulnérable concerné par les mesures nationales de protection de l’enfance en temps de Covid19, ainsi que les familles. Les conditions de vie de ces personnes migrant.e.s ne leur garantissent pas une sécurité physique et psychique suffisante, ce qui porte gravement préjudice à leur développement. Cela va à l’encontre des principes clés de la protection de l’enfance et ne respecte pas le droit national et international, garant d’une protection pour ces jeunes, notamment de la part de l’Etat.

Malgré certains efforts fournis par la Métropole, le circuit de prise en charge demeure obstrué. La métropole de Lyon a la compétence de se porter garante de la sécurité de ces personnes migrantes, il en va de son ressort de ne pas les exposer à de nouveaux préjudices.

La métropole de Lyon, les mairies d’arrondissement, la préfecture, ont le pouvoir de réquisitionner des logements vacants (hôtels, logements vacants de bailleurs sociaux ou appartenant aux associations prestataires de la protection de l’enfance) pour pallier les manquements de l’État en matière d’hébergement d’urgence de ce public. Il en va de l’obligation légale de protection qui devrait être mise en œuvre.

Nous sommes actuellement dans une situation d’urgence et des actions d’urgence doivent être mises en place dans les jours qui viennent afin de protéger l’ensemble des résident·es de la métropole de Lyon d’un risque sanitaire accru. 

La solidarité dans le cadre de cette crise sanitaire est aussi une solidarité pour les personnes les plus démunies et malheureusement aussi les plus touchées. 

Cette prise en charge doit devenir pérenne. Il en va de l’intérêt général.
.

Ainsi, nous demandons à la métropole :

  1.     De prendre les mesures nécessaires pour mettre à l’abri l’ensemble des personnes migrantes sans domicile et particulièrement les mineur·es non accompagné·es, les mineur·es non reconnu·es, les majeur·es de moins de 21 ans et les familles avec enfants. 

 

  1.     D’appliquer les règles de conduites à tenir pour la protection de l’enfance dans le cadre du Covid-19, détaillées dans la fiche éditée par le gouvernement (ici) et ainsi « mobiliser les ressources du territoire, afin de permettre aux établissements et  services de continuer leurs activités dans des conditions adaptées à la situation », « un appui par le renfort de professionnels et de bénévoles pour des activités éducatives, sportives ou de loisirs » et également « le recours à l’intérim, à des plateformes mutualisées avec d’autres établissements, à l’aide des fédérations associatives ».

 

→ Pour des informations plus complètes concernant nos constats, nos revendications et leur cadre juridique, ci-joint le lien vers le plaidoyer complet.

Contact presse : migration.climat@gmail.com


  • 0

Solidarité-migrants – Urgence sanitaire et alimentaire

Tags : 

     

La solidarité n’est pas un délit énonçait-on le mercredi 11 mars dernier devant la cour d’appel de Lyon.
Nous étions une fois de plus devant le tribunal. Une fois de plus à défendre les causes pour lesquelles nous luttons.
Cette fois-ci en soutien à Cédric Herrou en procès pour avoir aidé des migrants dans la vallée de la Roya, défendant la liberté d’aider les autres au nom du principe de fraternité.
.

« La solidarité est notre présent et notre avenir »

Aujourd’hui, ces mots résonnent particulièrement avec la situation que nous vivons et nous en expérimentons toutes et tous concrètement le sens. 

Les consignes imposées par le gouvernement pour lutter contre la propagation de la pandémie complexifient encore plus la vie des précaires (qui étaient déjà dans des conditions difficiles depuis de nombreux mois pour la plupart d’entre eux).

Les lieux d’accueil sont pendant cette période de confinement fermés au public. Les soutiens, les personnes qui faisaient du lien, qui distribuaient des repas, des vêtements ne peuvent plus se rendre dans les squats.

Elles et Ils se retrouvent isolé.es : des hommes, des femmes, mais aussi des enfants, des familles entières qui ont besoin de votre aide pour subvenir à leurs besoins de premières nécessités : nourriture, eau, produits d’hygiène…
.

Comment agir :

La gestion des dons en nature étant particulièrement compliquée, il est proposé aux personnes souhaitant leur venir en aide d’envoyer des dons en argent :

> La Fondation Abbé Pierre et Emmaüs Solidarité appellent au don pour financer la distribution alimentaire aux personnes les plus fragiles :
https://www.fondation-abbe-pierre.fr/nos-publications/communiques-de-presse/la-fondation-abbe-pierre-et-emmaus-solidarite-appellent-au-don-pour-financer-la-distribution-alimentaire-aux-personnes-les-plus-fragiles

> Appel à dons et à la solidarité du collège sans Frontière Maurice Scève :
https://www.facebook.com/563437187508955/posts/828343611018310/

> Appel à dons financier – Urgence sanitaire et alimentaire Squats : 
https://www.helloasso.com/associations/la%20komune/collectes/urgence-sanitaire-et-alimentaire-squats

Si vous êtes un industriel, plateforme ou producteur, grande et moyenne surface, commerce alimentaire de proximité… Vous pouvez donner à la banque alimentaire qui se chargera de la redistribution : 
https://ba69.banquealimentaire.org/le-don-de-produits-215

.
Le 28 mars 2020, à Lyon


  • 0

Les PubBusters, une brigade anti-pub pour passer à l’action !

Tags : 

Marre de toutes ces publicités agressives qui t’entourent ? Ça tombe bien, aujourd’hui c’est la journée mondiale contre la publicité et toi aussi tu peux agir ! Rejoins la brigade des PubBusters et mène la lutte avec elle !

Les PubBusters, quesaco?

C’est une brigade anti-pub née en février dans le Rhône pour lutter contre l’installation d’écrans numériques publicitaires dans les rues de la métropole de Lyon et libérer les esprits des injonctions de la publicité. Si l’initiative est portée par Alternatiba ANV Rhône, les PubBusters restent surtout un concept d’action !

Chacun·e d’entre nous peut créer une brigade de PubBusters sur son territoire et passer à l’action ! Ce formulaire (également en lien au bas de cet article) te permettra de recevoir un coup de pouce pour créer une brigade près de chez toi et être mis-e en relation avec des personnes motivées ou avec une brigade existante !

Crédit photo Bastien Doudaine

Pourquoi créer une brigade de PubBusters ?

Si les dégâts de la publicité sur la société, la santé, les libertés, les paysages et le climat sont aujourd’hui bien connus, force est de constater que les publicités sont toujours plus nombreuses et invasives dans notre quotidien. Notre espace de réflexion est ainsi pollué chaque jour par 1200 à 2000 messages publicitaires que l’on reçoit bien souvent à notre insu en nous promenant dans la rue, en ouvrant notre boîte aux lettres, en allumant notre télévision ou encore en surfant sur internet.

En plus d’être agressive, la publicité constitue une pollution lumineuse, esthétique et représente une incroyable dépense d’énergie. Encourageant souvent les addictions, le surendettement ou invitant à la malbouffe, elle ne profite qu’aux grandes entreprises et nuit aux petits commerçants. Enfin, elle véhicule de nombreux clichés – notamment sexistes – et pousse à la surconsommation, responsable du pillage des ressources de la planète.

Pour une société libérée de la pression publicitaire, le passage à l’action sur tous les territoires est donc nécessaire !

Crédit photo Marielle François

Comment agir pendant le confinement ?

Si les PubBusters sont en quarantaine comme le reste de la population, iels ne sont pas pour autant inactif·ve·s !

D’abord, en cette période de confinement propice à retrouver un temps dont nous avions souvent perdu la valeur, les PubBusters invitent à la réflexion sur le modèle de société dans lequel nous vivons – celui-là même qui permet la marchandisation de notre attention pour accroître le profit des grandes compagnies. Tout peut basculer du jour au lendemain. Nous l’expérimentons aujourd’hui à grande échelle. Ne serait-ce pas, justement, le moment de remettre en cause cette course effrénée à la consommation prônée par la publicité, qui détruit les ressources de la Terre, fragilise les populations précaires et enrichit les plus riches ? Alors que nous sommes confiné·e·s à domicile, en train de nous inquiéter pour notre santé et celle de nos proches, les publicités ne nous semblent-elles pas encore plus futiles et plus vides que jamais ? Agissons collectivement pour que les consciences s’éveillent !

Les PubBusters invitent également à mettre en place des petites actions concrètes facilement réalisables. Par exemple :

installer un bloqueur de publicité efficace sur internet,
coller un stop pub sur sa boîte aux lettres et inviter ses voisin·e·s à faire de même.

Enfin, ce temps disponible est évidemment opportun à la création d’une brigade de PubBusters et à l’élaboration d’actions à plus grande échelle dès la fin du confinement. Les élections municipales ne sont pas achevées. Les futur·e·s élu·e·s doivent entendre nos revendications.

Crédit photo Bastien Doudaine

Contribuons à construire ensemble un autre modèle de société, plus juste, plus solidaire, plus respectueux de l’humain et de la nature. Une société libérée de la pression publicitaire et de ses nombreuses dérives. Une société tournée vers les êtres et non vers les choses.

“WE’LL COME, WE’LL SEE, WE’LL KICK ITS ADVERTISING”
(“On va venir, on va voir, et on va s’occuper de la pub”)

➡️ Inscris-toi ici pour rejoindre les PubBusters ou pour créer ta brigade  : https://framaforms.org/rejoins-les-pubbusters-1581683564

➡️ Suis toutes les actualités sur Twitter : https://twitter.com/PubBusters

À bientôt en action !

Les PubBusters 🚫

Alternatiba ANV Rhône


  • 0

Solidaires et déterminé·es

Lyon, le 23 mars 2020 – Confinement Jour 7

🤝 Solidaires et déterminé·es 🤝

Nous sommes solidaires des premières lignes face au COVID-19 et impacté·es, personnels soignants, travailleur·euses précaires, femmes, populations isolées.

Cette crise sanitaire que nous traversons, sa gestion, ses impacts étant profondément liée à nos combats pour le climat et la justice sociale, nous sommes plus que jamais déterminé·es à les mener.

Renforçons nos liens, prenons soin de nos proches, organisons-nous.

Alternatiba ANV Rhône et l’AlternatiBar MDA de Lyon se ré-organisent, revoient leur programmation en cette période de confinement.

Restez connecté·es à nos pages et celles de nos allié·es.

On pense à vous. Solidarité et détermination. On est là !

📱Page Facebook Alternatiba ANV Rhône
📱Page Facebook AlternatiBar – Maison des Alternatives
📱Twitter Alternatiba Rhône @alternatiba69
📱Instagram @alternatiba69


  • 0

Les PubBusters se mettent en quarantaine !

Tags : 

Au vu de la situation exceptionnelle que nous vivons ainsi que de la mise en place de mesures de confinement nécessaires et vitales à la population, les PubBusters se mettent aussi en quarantaine !
Ils et elles restent toutefois en veille et communiqueront régulièrement durant cette période tout en se préparant à un retour musclé !

Crédit Marielle François

Les constats dressés en ces premiers jours de confinement renforcent plus que jamais la raison d’être des PubBusters. En effet, en divers lieux du pays, alors que les rues sont presque vides, les publicitaires continuent de renouveler leurs affichages publicitaires. Il ne semble pourtant pas que cette activité soit essentielle à la vie du pays en pleine crise sanitaire. En revanche, il est certain que notre attention est, quant à elle, essentielle à l’accroissement du profit des grandes compagnies. Dans cette société consumériste où la croissance économique est indispensable, la publicité n’a pas d’éthique ! Cela est plus que jamais visible aujourd’hui…

Si les PubBusters ont pour mission première d’empêcher l’arrivée des écrans numériques publicitaires dans la métropole de Lyon et de mettre la pression sur les élu·es pour une dé-densification significative du nombre de publicités en ville, ils et elles ne peuvent qu’inviter chacun·e d’entre nous à la réflexion durant cette période particulière.

Du jour au lendemain, tout peut basculer. Nous l’expérimentons aujourd’hui à grande échelle. Le pays est à l’arrêt, nous permettant de retrouver un temps dont nous avions perdu la valeur. Un temps aussi précieux que notre espace de réflexion, habituellement pollué par 1200 à 2000 messages publicitaires chaque jour* ! Certes, les écrans que nous risquons d’utiliser plus intensément ces prochains jours pour tromper l’ennui ne manqueront pas de nous vanter les vertus d’une nouvelle voiture, le swag d’une nouvelle tenue ou encore la possibilité de se faire livrer son repas par un travailleur précaire plus exposé que d’autres au virus… Mais est-ce vraiment de cette société-là qu’on veut ?

Ne serait-ce pas justement le moment de remettre en cause cette course effrénée à la consommation qui détruit les ressources de la Terre, fragilise les populations précaires et enrichit les plus riches ? Maintenant que nous sommes confiné·es à domicile, à nous inquiéter pour notre santé et celle de nos proches, les publicités ne nous semblent-elles pas encore plus futiles et plus vides que jamais ?

Contribuons à imaginer ensemble un autre modèle de société, plus juste, plus solidaire, plus respectueux de l’humain et de la nature. Une société libérée de la pression publicitaire et de ses nombreuses dérives. Une société tournée vers les êtres et non vers les choses.

Les PubBusters restent vigilant·e·s et reviendront plus déterminé·e·s que jamais !
La publicité nous concerne tou·te·s.  Agissons ensemble !

Crédit Bastien Doudaine

-> Inscris-toi ici pour rejoindre les PubBusters dès que la situation le permettra : https://framaforms.org/rejoins-les-pubbusters-1581683564

-> Suis toutes les actualités sur Twitter : https://twitter.com/PubBusters

 

À bientôt en action !

Les PubBusters 🚫

 

* https://antipub.org/asso/manifeste-contre-le-systeme-publicitaire/

Crédit photo principale : Bastien Doudaine

 

Contacts presse :

Caroline Maryse Garcia – 06 75 36 73 54
Alex Montvernay – 06 86 25 96 59