Procès 2.06.20 | Lyon : Condamnons la publicité, pas celles et ceux qui la dénoncent!

  • 0

Procès 2.06.20 | Lyon : Condamnons la publicité, pas celles et ceux qui la dénoncent!

Tags : 

#NiPubNiProcès

Communiqué Alternatiba ANV Rhône – Lyon, le 25 mai 2020

Le 2 juin prochain, Alex Montvernay – militant climat et anti-pub – comparaîtra devant le tribunal de Grande Instance de Lyon pour « dégradation » et « complicité ». Interpellé suite à une action de désobéissance civile non-violente visant à dénoncer la pression publicitaire dans les rues de la Métropole de Lyon et l’inaction des élu·es face à ce phénomène, il avait passé 26h30 en garde à vue le 24 mars 2019. Le 7 octobre dernier, son procès avait été renvoyé devant une juridiction collégiale, la juge unique estimant alors l’affaire trop « complexe » au vu « de la nature des faits, du contexte et des discussions de société soulevées ». Alex risque aujourd’hui 2 ans de prison et 30 000 euros d’amende.

→  Lire le témoignage d’Alex, militant climat anti-pub en procès

Le 24 mars 2019, à l’occasion de la journée mondiale contre la publicité, une quarantaine de militant·es ont apposé 200 affiches publicitaires sur les façade de l’hôtel de la métropole de Lyon, recouvrant ainsi 160m² de surface. Alors interpellé et placé en garde à vue pendant 26h30, Alex s’était vu recevoir une convocation devant le tribunal correctionnel de Lyon. Portée par le collectif Alternatiba ANV Rhône, cette action de désobéissance civile non-violente, réalisée dans le calme et la détermination, se présentait comme une réponse directe à la Métropole de Lyon qui avait présenté mi-mars un projet de Règlement Local de Publicité Intercommunal (RLPI) permissif, envahissant et néfaste pour la planète, autorisant notamment l’installation d’écrans numériques publicitaires dans les rues. Elle se voulait également être la réplique d’une action réalisée 8 jours plus tôt à l’arrivée d’une marche pour le climat ayant réuni plus de 40 000 personnes dans les rues de Lyon pointant du doigt l’irresponsabilité et l’inaction des élu·es sur le sujet. Cette première action avait été fortement réprimée.

Lire le communiqué du 25 mars 2019 

Le 7 octobre 2019, Alex Montvernay se rendait sur les marches du Tribunal de Grande Instance de Lyon pour son procès. Il devait être jugé pour “dégradation” et “complicité” suite au recouvrement géant de la métropole de Lyon. Organisée par le collectif Alternatiba ANV Rhône, une journée de mobilisation massive et festive avait lieu sur la Place Guichard, sensibilisant petit·es et grand·es aux effets néfastes de la publicité pour l’humain et le climat au travers de formations et d’activités. Cette journée a également été l’occasion de rassembler plusieurs collectifs luttant contre la publicité et militant plus globalement pour la justice sociale et climatique, tels que le Collectif Plein la Vue, les Amis de la Terre, ANV COP 21 ou encore l’association Résistance à l’Agression Publicitaire qui avait choisi de tenir son Assemblée Générale annuelle à Lyon les 5 et 6 octobre afin d’apporter son soutien à Alex.
 

Ensemble, ils ont réaffirmé leur volonté commune de participer à la construction d’un monde sobre et résilient tout en dénoncant les décisions politiques allant à l’encontre des enjeux écologiques et sociaux actuels. 

 

Conférence de presse publique sur la place Guichard – Lyon 7.10.2019

 

Plus de 150 personnes ont ainsi accompagné Alex devant le Tribunal de Grande Instance, toutes prêtes à faire de ce jour le procès de la Publicité ! Mais, arguant de la “complexité de la nature des faits, du contexte et des discussions de société soulevées” la juge unique a renvoyé le procès devant juridiction collégiale.

Lire le communiqué complet : Les militants climat et antipublicité sont prêts. Pas la Métropole de Lyon ni la justice !.

Depuis le mois d’octobre, le mouvement anti-pub lyonnais s’intensifie. Le 25 novembre 2019, une action de recouvrement massive a lieu dans la métropole de Lyon : 500 panneaux publicitaires ont été recouverts sur les communes de Lyon, Villeurbanne, Bron, Vénissieux et Caluire pour s’opposer à l’arrivée des écrans numériques publicitaires dans les rues et interpeller les élu·es sur ce sujet à l’approche des élections municipales (Lire le communiqué du 25 novembre 2019). Le 14 février 2020, une nouvelle brigade anti-pub issue du collectif Alternatiba ANV Rhône – les “PubBusters” – a fait son apparition tandis que des actions de recouvrement décentralisées ont eu lieu dans plus d’une vingtaine de villes en France.

Si la lutte contre les écrans numériques dans l’espace public mobilise à Lyon, elle s’intensifie également sur le territoire français comme à l’Assemblée Nationale. Le 6 novembre 2019, 18 député·es ont déposé une proposition de loi visant à interdire les écrans numériques publicitaires dans les lieux publics. Le 5 décembre 2019, porté par Delphine Batho, un amendement au projet de loi relatif à l’économie circulaire visait à permettre aux maires d’interdire “toute publicité numérique ou toute publicité lumineuse sur les voies ouvertes à la circulation publique, dans les gares, stations et arrêts destinés aux transports publics de personnes, qui se situent sur le territoire de sa commune”.

Lutter contre la publicité est une nécessité au vu des enjeux climatiques et sociaux actuels. En créant de faux besoins, elle pousse à la surconsommation provoquant l’épuisement des ressources de la planète et la production de déchets aussi polluants que coûteux explique Florent Gaudin, militant du collectif Alternatiba ANV Rhône.
Le confinement a permis à beaucoup de personnes de s’interroger sur le monde de demain et sur le rôle la publicité dans nos modes de vie. Les gens n’en veulent plus.ajoute-t-il. 

Dès le 16 mai, des actions anti-pub ont eu lieu sur tout le territoire à l’initiative d’Extinction Rebellion France. À Lyon, les “PubBusters” y ont participé. Le message était clair : la publicité n’est pas la bienvenue dans le monde demain, elle doit rester confinée !

Le mardi 2 juin 2020, Alex sera donc jugé devant une juridiction collégiale au Tribunal de Grande instance de Lyon.

“J’ai toujours détesté la publicité car elle m’oppresse. Nous sommes cerné·es de messages publicitaires, quoi que l’on fasse, où que l’on soit, sans que nous ayons donné notre accord pour cela. La crise sanitaire que nous traversons permet de nous interroger, de montrer que notre modèle de société est à bout de souffle et que nous avons collectivement besoin de libérer nos imaginaires pour construire ensemble le monde de demain, écologique, social, démocratique. Le 2 juin prochain, nous serons là, avec pour objectif que la publicité soit définitivement condamnée.” 
Alex Montvernay, militant climat anti-pub Alternatiba ANV Rhône 

 

Deux témoins interviendront au cours de ce procès : Delphine Batho et Mehdi Khamassi.

Delphine Batho, Députée des Deux-Sèvres, ancienne Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie a récemment déposé un projet de loi relative à l’interdiction de toute forme de publicité numérique et lumineuse dans l’espace public.

Mehdi Khamassi, chercheur en sciences cognitives au CNRS, pourra apporter un point de vue scientifique sur les effets produits par la publicité dans nos cerveaux.

Si les conditions sanitaires actuelles ne permettent pas un rassemblement massif devant le tribunal, il est possible de soutenir Alex en contribuant à une cagnotte en ligne ainsi qu’en rejoignant un groupe local du réseau Alternatiba/ANV. Les collectifs déjà présents aux côtés d’Alex le 7 octobre dernier continuent également à lui manifester leur soutien.

Les journalistes intéressé·es auront la possibilité de rencontrer le prévenu et les deux témoins avant l’audience qui se tiendra au TGI de Lyon à 14h00. Afin de respecter le protocole sanitaire actuellement en place, merci d’indiquer votre présence à l’avance afin que nous puissions nous organiser en conséquence.

Possibilités d’interviews :
RDV à 13h00 sur le parvis du TGI de Lyon

Contacts presse : Florent GAUDIN – 06.35.55.67.12 et Celia CICHOCKI – 06.72.25.70.40