Lyon suffoque : Si personne ne le fait, on le fait nous même !

  • 0

Lyon suffoque : Si personne ne le fait, on le fait nous même !

Retour sur la journée d’actions Pollution de l’air du 24 mai

A l’appel de Youth for Climate Lyon et Alternatiba/ANV-COP21 Rhône, de nombreux lyonnais ont répondu présents vendredi 24 mai 2019, journée de mobilisation internationale des jeunes pour le climat : Grève, Marche et actions de désobéissance civile non-violentes dans toute la ville de Lyon !

Des décrochages de portraits présidentiels dans trois mairies aux opérations de transformation de la ville pour dénoncer la pollution de l’air et opérer les changements concrets revendiqués depuis des mois, c’est une série d’actions qui a émaillé Lyon tout au long de la journée du vendredi 24 mai 2019. Aux quatre coins de la ville, des opérations massives de dessins de pistes cyclables au sol, de détournements de panneaux de circulation et de plantations de végétaux ont été réalisées. Au total de 8h à 18h c’est 2,7 km de pistes cyclables aller-retour qui ont été dessinées, plus de 150 plantations et des opérations devant 5 écoles en zone rouge pollution de l’air d’après la récente carte publiée par Greenpeace France. Plus que jamais les lyonnais sont en alerte et les jeunes ont décidé de marquer un grand coup.

 

La répression et l’intimidation furent forte ce jour là, puisqu’elles commencèrent dès le matin, ce qui n’a pas empêché les actions de se démultiplier, la motivation des jeunes et de leurs soutiens s’en trouvant renforcée. Un militant Alternatiba/ANV Rhône a passé 4h30 en garde-à-vue suite aux décrochages de portraits présidentiels. Il est convoqué le 12 février 2020 au Tribunal de Grande Instance de Lyon. Deux jeunes Youth for Climate Lyon ont été arrêtés et auditionnés pour avoir dessiné des pistes cyclables au sol. Ils ont passé 7h pour l’un et 5h30 pour l’autre au commissariat du 1er arrondissement de Lyon et sont convoqués en Maison de Justice et du Droit jeudi 27 juin 2019.

 

Que s’est-il passé le vendredi 24 mai à Lyon ? Retour sur une journée d’actions


Vendredi 24 Mai 2019, c’est littéralement une vague d’actions qui s’est répandue sur la Ville de Lyon à l’occasion de la 2
nde Grève Internationale des jeunes pour le Climat. Tout au long de la journée, plus de 3 000 jeunes étaient mobilisés de la Marche aux très nombreuses actions de désobéissance civile non-violentes.
               


Derrière la banderole de la Marche “6ème extinction : Toutes et tous en action” les jeunes pour le climat en grève, issus de plus de 60 établissements de la Métropole de Lyon étaient réunis, déterminés, unis par le même désir et la même exigence de voir les pouvoirs publics et les grandes entreprises agir face à l’urgence climatique.

Aujourd’hui, la politique d’Emmanuel Macron et de son gouvernement est aussi vide que les murs laissés vierges après le décrochage de ses portraits dans les mairies. Pour symboliser ce manquement de volonté politique et cette irresponsabilité, des activistes d’ANV-COP21 Rhône et de Youth for Climate Lyon sont allés décrocher trois portraits présidentiels dans les mairies du 6ème, du 7ème et de Villeurbanne. Devant la résistance en mairie, les portraits ont été laissés sur place. Un militant Alternatiba/ANV Rhône, Charles de Lacombe a passé 4h30 en garde-à-vue. Il est convoqué le 12 février 2020 au Tribunal de Grande Instance de Lyon.

Lyon suffoque ! On trace nous-même les pistes cyclables

De multiples actions ont été menées de 8h à 18h à l’appel de Youth for Climate Lyon et Alternatiba/ANV-COP21 Rhône dans le cadre de la campagne de lutte contre la pollution de l’air menée depuis des mois par un ensemble d’acteurs locaux (Greenpeace Lyon, Alternatiba/ANV Rhône, La Ville à Vélo, Youth for Climate Lyon, Collectif Valve, le collectif de parents d’élèves de l’école Michel Servet). Malgré les nombreuses mobilisations qui ont secoué la ville de Lyon ces derniers mois comme le blocage de la Presqu’île aux voitures par 5 000 personnes lors de la Marche du 27 Janvier 2019, la rendant ainsi piétonne, le tag géant « Lyon Suffoque, on veut respirer » de Greenpeace sur le tunnel de la Croix-Rousse, l’interpellation des maires pendant les cérémonies des voeux, celle de la Ministre de la Santé, Mme Agnès Buzyn le 5 avril, les pouvoirs publics ne sont pas à la hauteur des revendications, notamment en proposant des projets trop peu ambitieux et incohérents, comme le “Plan Arbres” de Gérard Collomb. La Métropole de Lyon et son président David Kimelfeld ont enchaîné les mauvais choix comme le vote du projet ZFE renommé “ zone de faibles ambitions”  ou le soutien au projet climaticide d’Anneaux Des Sciences. La Coalition Climat Rhône qui fait un travail de fond depuis des mois demande notamment que la Métropole se fixe un objectif de 2 500 km de pistes cyclables d’ici 2030 et planifie la fin du diesel et de l’essence dans la ZFE. 



Au lieu de proposer un projet de mobilité cohérent, la Métropole de Lyon préfère investir à nouveau sur les transports routiers. En réaction, montant d’un cran devant l’urgence et l’irresponsabilité, les jeunes pour le climat décident de construire eux-mêmes les infrastructures nécessaires en peignant 6 tronçons de pistes cyclables dans toute la ville de Lyon. Au total, c’est alors plus d’une centaine de citoyens, de membres de Youth for Climate Lyon et ANV Rhône qui transforment eux-mêmes des rues en voies cyclables, modifiant les tracés au sol et panneaux de signalisation. Bilan de la journée : 2,7 km de pistes cyclables aller-retour.

 


150 plantations partout dans Lyon

Dans le même temps 150 plantations de végétaux sont réalisées en une journée à travers toute la ville, et plus particulièrement aux alentours des écoles, dont 53% subissent un taux de pollution illégal à l’échelle de Lyon. Lors de sa rencontre avec des militants climat puis lors d’une conférence de presse donnée le 6 Juin 2019, Gérard Collomb avance sa grande mesure pour lutter contre le dérèglement climatique : un “Plan Arbres”.  Certes nécessaire mais bien insuffisante, nous avons besoin aujourd’hui de mesures d’un tout autre niveau, comme la planification de la fin de la voiture en ville. C’est pour témoigner de l’insignifiance de ces annonces que les jeunes pour le climat décident de planter eux-mêmes arbres et végétaux en nombre. Si 150 plantations ont pu être faites en une journée, le mouvement climat et les lyonnais sont en mesure d’attendre bien plus qu’un simple “Plan Arbres”.

 

 
Plantations aux abords du Tunnel de la Croix-Rousse et de l’Ecole Michel Servet fortement impactée

Convoqués en Maison de Justice pour avoir peint des pistes cyclables 

Ce jour là, deux jeunes Youth For Climate Lyon de 15 ans ont été arrêtés alors qu’ils traçaient des pistes cyclables et fermaient un tronçon de la rue du Garet (1er Arr.) aux voitures. Auditionnés, ils ont passé 7h et 5h30 au Commissariat du 1er arrondissement de Lyon. Ce qu’on leur reproche ? Avoir donc dessiné au sol des pistes cyclables.Si personne ne le fait, on le fait nous-même !” tel était le mot d’ordre de la journée, devant l’inaction et l’irresponsabilité des élus de la Métropole et de la Ville de Lyon face à l’urgence climatique et sanitaire que représente la pollution de l’air, comme le rappelle Marin Bisson, 16 ans, Youth For Climate Lyon. Les deux jeunes sont convoqués jeudi 27 juin 2019 en Maison de Justice et du Droit.

 


Réprimés pour avoir réclamé un avenir, pour avoir rendu la ville plus respectueuse du vivant et de l’environnement, pour ne pas avoir respecté les lois de pouvoirs publics qui ne respectent ni leurs engagements, ni leur promesse de protéger les citoyens. Cette répression a plus de chance de condamner une fois de plus l’inaction face à l’urgence climatique des institutions plutôt que l’acte légitime de deux jeunes se battant pour respirer un air de qualité et passer aux actions concrètes.” poursuit Marin.

La répression et l’intimidation furent forte ce jour là, ce qui n’a pas empêché les actions de se démultiplier, la motivation des jeunes et de leurs soutiens s’en trouvant renforcée.

 


Youth For Climate Lyon, Youth for Climate France, Alternatiba/ANV Rhône, Alternatiba, ANV-COP21 et le Collectif de parents de l’Ecole Michel Servet dénoncent la disproportion de cette répression quand il s’agit ici de rendre réel et concret les changements que les jeunes et plus largement les lyonnais veulent voir opérer dans leur ville, comme en témoignent les fortes mobilisations de ces derniers mois.

Depuis cette date, plusieurs annonces ont été faites comme celle de la piétonisation de la presqu’île à horizon 2021 avec une 1ère phase de test à compter de la rentrée de septembre. Le mouvement climat se félicite de ces avancées qui font partie des revendications portées depuis des mois et nombreuses mobilisations climat mais reste vigilant (communiqué). En parallèle, la mobilisation contre le projet d’infrastructure autoroutière d’Anneau des Sciences ne cesse de grossir (suivre ADS Non Merci).

 

Article Le Progrès 24 mai 2019