Sauvegardons la Prévalaye !

  • -

Sauvegardons la Prévalaye !

La Prévalaye est une zone peu urbanisée et agricole de 450 ha située à l’ouest de Rennes. Cet espace naturel d’intérêt écologique est constitué de prairies, de bocages, de surfaces boisées, de zones humides, de cours et plan d’eau.

Des activités agricoles (Le Jardin des Mille Pas, La Basse Cour) et jardins partagés sont présents sur les lieux et confirment l’intérêt nourricier et la grande biodiversité du site tout en étant plébiscités par les Rennais.e.s. Une microferme (PermaG’Rennes) s’y est par exemple implantée il y a 4 ans, sur 5000 mètres carrés. On y cultive des légumes en permaculture pour récupérer leurs semences, en suivant des modes de production non mécanisés, paysans et écologiques : une vraie bouffée d’air pour tou.te.s les curieux et curieuses de ces méthodes de productions parties en désuétude au profit des méthodes de production industrielle que nous connaissons aujourd’hui — et qui posent question à l’heure de la transition écologique. Cet espace d’expérimentation et de transfert de connaissances relie loisirs et reconnexion à la nature pour tou.te.s les Rennais.e.s.

Mais cet écrin de verdure à la nature et la biodiversité exceptionnelle n’a visiblement pas vocation à perdurer, du moins selon les projets de la ville de Rennes et du Stade Rennais Football club, attenant à cette zone.
En effet, il est aujourd’hui question de développer une extension de 8 ha pour le centre de formation du stade sur les terres les plus fertiles du site et entraînant l’expropriation d’une partie des jardins familiaux, et bien évidemment en détruisant l’écosystème en place — pour la construction d’infrastructure, de vestiaires, de parkings, de routes, etc. Des associations locales constatent par exemple que les espèces d’animaux sauvages locales (crapauds, salamandres, entre autres) sont décimées à cause de la bétonisation. L’artificialisation de ces lieux qui sont chers à tous les acteurs locaux (paysans, randonneurs, habitants) est un mal exacerbé par le manque de dialogue dont fait part la ville de Rennes. Les promesses de campagne sont bafouées, les dialogues factices et les décisions unilatérales, souvent au détriment de la biodiversité (construction de parkings et aménagements urbains déjà en cours, bien que superflus selon la plupart des acteurs locaux). Le manque de transparence est réellement à dénoncer, notamment concernant les revendications écologiques fièrement arborées par nos élu.e.s locaux à Rennes : qu’y à t-il d’écologique dans la construction d’un centre d’entraînement d’athlètes ? Génération Écologie insiste sur le fait que cette urbanisation conçue par un cabinet parisien n’est ni pensée ni construite avec l’aide des principaux intéressés : Rennais.e.s, habitant.e.s et riverain.e.s.

– Alternatiba Rennes dénonce avec d’autres associations et collectifs – Attac Rennes, Extinction Rebellion Rennes, Youth for Climate Rennes, Groupe National de Surveillance des Arbres du Pays de Rennes, La Nature En Ville, Résistance Ecologiste Rennes, Collectif de Sauvegarde de la Prévalaye – ce projet pour ses conséquences à court et à long terme sur la biodiversité, la Prévalaye étant un des derniers bastions de préservation du bocage rennais originel ;

– Alternatiba Rennes dénonce la teneur unilatérale des discussions avec nos élu.e.s, ainsi que les intérêts purement économiques qui rythment les travaux sur cette zone riche en biodiversité : à l’heure de la transition écologique et face à tous les défis qui nous attendent, notamment en agriculture urbaine, la Prévalaye est réellement un atout pour la ville de Rennes et pour sa résilience… Tant qu’elle ne se transforme pas un parking géant ;

– Alternatiba Rennes s’engage à lutter pour la conservation de cet espace et pour tous les enjeux écologiques liés.

Nous menons donc un combat, pour que la Prévalaye reste et demeure un lieu naturel, protégé et continue de se développer comme un centre d’expérimentation agricole et de formation au grand public — pour nous préparer ensemble à l’avenir de l’agriculture, et pour conserver un refuge inestimable pour la biodiversité locale. La Prévalaye est l’un des poumons de Rennes, il ne nous semble pas sage de l’amputer…

Plus d’infos sur le site du Collectif pour la sauvegarde de la Prévalaye.

Signez la pétition ici.

Voir moins