Plan Local d’Urbanisme Intercommunal de Rennes Métropole – en consultation jusqu’au 24 mai 2019 et prolongé jusqu’au 31 mai

  • -

Plan Local d’Urbanisme Intercommunal de Rennes Métropole – en consultation jusqu’au 24 mai 2019 et prolongé jusqu’au 31 mai

Infographie Alternatiba Rennes

Alternatiba Rennes a besoin de chacun pour faire entendre aux élus que permettre l’urbanisation de 3% du territoire d’ici 2035 soit là l’échelle de la métropole, l’équivalent de la commune de Saint-Gilles c’est déjà trop. « Ce document d’urbanisme tracera les grandes lignes de l’aménagement sur le territoire métropolitain et de chaque commune« . Ces plans nous permettront d’affronter et d’atténuer les changements climatiques qui nous attendent, il est donc crucial que nous nous mobilisions pour retranscrire cette urgence dans les différentes mesures. 
L’enquête publique du PLUi (Plan Local d’Urbanisme intercommunal) s’inscrit dans un contexte de crise climatique majeure. L’urbanisme et l’aménagement du territoire sont des leviers d’adaptation au changement climatique: prévention des inondations, préservation de la ceinture verte des grandes métropoles… Les politiques territoriales, à l’image du PCAET (Plan Climat Air Énergie Territorial) de Rennes Métropole se doivent d’impulser des changements de paradigme majeurs : 50 à 70 % de solutions pour le climat se situent au niveau local ! Toutefois, concernant le PLUi, la Mission Régionale d’Autorité Environnementale de Bretagne « considère que la démarche d’évaluation environnementale, malgré de bonnes intentions dans le PADD, montre des insuffisances qui affectent la démonstration de la bonne prise en compte de l’environnement par le projet« .
Le PLUi arrêté de Rennes Métropole permet l’urbanisation de 3% du territoire d’ici 2035 (contre 19% déjà urbanisé aujourd’hui): c’est beaucoup trop. A l’échelle de la métropole, 3% du territoire correspond à l’entièreté de la commune de Saint-Gilles ou celle de Corps-Nuds, une aberration en ces temps d’urgence climatique et de transition écologique. Il faut protéger nos terres agricoles de cette artificialisation des sols et y remédier, ce qui fait écho à la récente lutte contre le projet Open Sky à Pacé. Ce 25 avril, lors du Séminaire alimentation et territoire, a été mise en avant la problématique du foncier dans un contexte de transition alimentaire.
       
 La ceinture de Rennes, qui fait tampon entre la ville archipel et les communes périurbaines, est une particularité rennaise. Elle remonte au Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme (SDAU) de 1983 et avait vocation à éviter un étalement en tâche d’huile autour de Rennes. Hormis quelques communes en continuité urbaines (Saint-Jacques, Saint-Grégoire, Chantepie, Cesson), cette ceinture fictive interrompt l’emprise urbaine rennaise au niveau de la rocade. Cependant elle est déjà largement entamée par les zones commerciales et industrielles, les voies ferrées, les pénétrantes routières à double voie. Ce corridor de biodiversité est une richesse pour la Métropole telle qu’elle est dessinée aujourd’hui, et comme disait le Président de Rennes Métropole Emmanuel Couët en 2016 « Il faut maintenir cette singularité. Si nous n’agissons pas, nous risquons de perdre notre agriculture ».
       

Dans ce contexte, il est également fondamental de créer des villes résilientes. Labellisée « Ville comestible de France » en 2016 , Rennes a pris le chemin de l’autosuffisance alimentaire. Cependant, cela passe par la création de zones de production d’alimentation à proximité des villes, sur des terrains qui pourraient servir à l’installation de néo-ruraux. Cela ne passe pas par l’urbanisation de 50ha au Nord-Ouest de Rennes, aux pieds du Lycée Agricole et Horticole La Lande du Breil et du chantier d’insertion des Jardins du Breil. Ces réserves foncières destinées au prolongement de la ligne A du métro n’ont plus de raison d’être puisque ce projet, tout comme celui de centre commercial Open Sky, a été remis en cause par les changements d’orientation politique et la mise à jour des réels besoins des citoyens de l’agglomération. 
Les préoccupations environnementales des citoyens et des élus doivent primer et être en cohérence avec l’élaboration du PLUi; ce faisant, cette réserve foncière doit être prise en compte dans la mise en place d’une réelle politique alimentaire durable et locale sur le territoire d’une métropole résiliente et autosuffisante. Afin de maintenir la ceinture verte de Rennes, ces 50ha de terres doivent donc être reclassées en terres agricoles ou naturelles (zone A ou N) tout comme les 10ha de l’ancien projet Open Sky. Cette préservation est aussi en cohérence avec les différents projets votés lors du budget participatif 2019 de Rennes, orientés pour la plupart vers une végétalisation du centre ville très minéral (Végétalisation des Champ libres, installation de murs végétalisés, utilisation de bitume végétal…).
Il est plus que temps d’avoir des plans en cohérence avec les impératifs d’urgence climatique et amorcer la transition vers une Métropole vivrière, verte et pérenne. De ce fait, je souhait : 
  • la limitation de l’urbanisation (zones 1AU et 2AU) de Rennes Métropole à 1% du territoire
  • le maintien des 50ha de la ceinture verte de Rennes en zone A ou N (Quartier de La lande du Breil)
  • le retour des 10ha restant de la ZAC Les Touches à Pacé en zone A (emplacement du projet Open Sky)

 

Comment participer ?
Adresser le texte ci-dessus avec d’autres observations ou demandes si vous le souhaitez durant toute la période de l’enquête publique (du 16 avril au 24 mai) 
  • par mail à l’adresse enquete-publique-1216@registre-dematerialise.fr
  • ou par courrier à : Madame la Présidente de la commission d’enquête publique d’élaboration du PLUi et des PDA,  Rennes Métropole, 4, avenue Henri-Fréville, CS 93111, 35031 Rennes Cedex.
Sources :
Avis délibéré de la MRAe – Mission Régionale d’Autorité environnementale de Bretagne sur le projet d’élaboration du plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi) de Rennes Métropole (35) n° 2019AB24 du 21 mars 2019
Rennes Labellisée « Ville Comestible de France » en 2016 : https://metropole.rennes.fr/rennes-ville-nourriciere