Retour sur la composition pénale de deux décrocheurs rennais

  • -

Retour sur la composition pénale de deux décrocheurs rennais

 

Deux militants d’Action Non-Violente COP21 Rennes sont passés en composition pénale le jeudi 15 octobre dernier pour vol en réunion et refus de prélèvement ADN. Elle faisait suite à une action de réquisition du portrait d’Emmanuel Macron à la mairie de Betton en 2019 et à une perquisition en juillet dernier.

Lors de cette composition pénale, le procureur a proposé aux deux militants ANV-COP21 de faire 2 stages de citoyenneté et de payer des dommages et intérêts pour la réquisition du portrait.  Les militants ont refusé cette proposition. Ils revendiquent leurs droits au vu de l’urgence sociale et climatique et rappellent qu’ANV-COP21 s’engage à rendre ces portraits dès qu’Emmanuel Macron aura tenu ses engagements écologiques et sociaux.

 Les procès Décrochons Macron, la seule tournée pas annulée ! 

Les actions #DécrochonsMacron ont débuté en février 2019 et les procès des militant.e.s s’enchaînent depuis celui du 28 mai 2019 à Bourg-en-Bresse. 150 portraits ont été réquisitionnés afin de dénoncer l’inaction climatique et sociale du gouvernement français !

A l’échelle de la France, Emmanuel Macron s’était engagé fin juin à reprendre 146 des 149 propositions de la Convention citoyenne pour le climat mais la publication du budget 2021 et les différentes déclarations des ministres et du président sur l’aviation, la publicité, le déploiement de la 5G ou encore le transport ferroviaire démontrent leur hypocrisie et leur manque de volonté pour engager des politiques courageuses. Iels s’apparentent plus à des incendiaires qu’à des champion.ne.s du climat.

A l’échelle européenne, les négociations sur le budget pour 2021-2027 s’accélèrent or c’est le conseil européen qui valide ce budget. Certain.ne.s chef.fe.s d’Etat et de gouvernement dont Emmanuel Macron en tête de fil, bloquent les négociations sur l’adoption d’une taxe sur les transactions financières qui augmenterait le budget de l’UE de plus de 50 milliards d’euros et permettrait de donner des moyens aux systèmes de santé, à la préservation du climat et à l’emploi (taxant seulement 0,1 % d’actions et 0,01 % de produits dérivés et d’obligations). En réaction à ce blocage, le rapporteur du budget pour le Parlement européen, Pierre Larrouturou, a entamé une grève de la faim le mercredi 28 octobre pour soutenir la mise en place de cette taxe.

Les seules réponses apportées aux actions des décrocheur.se.s sont des procédures judiciaires contre ces militant.e.s engagé.e.s pour lutter contre le dérèglement climatique. Néanmoins, le 27 octobre dernier, le tribunal de grande instance d’Auch a relaxé 5 décrocheur.se.s de portrait au nom de la liberté d’expression. Le tribunal a estimé que cette action non-violente contribue au débat d’intérêt général sur l’urgence climatique – et est donc légitime au nom de la liberté d’expression. Mais dans toute la France, on dénombre pas moins de 35 procès passés ou à venir : le 13 novembre à Valence, le 17 décembre à Agen, le 22 janvier 2021 à Bordeaux, le 27 janvier 2021 à Lyon…

Soutien aux décrocheur.se.s !

Nous condamnons ces procédures injustifiables et soutenons pleinement les personnes interpellées à Rennes et partout en France. Pour l’instant aucun procès n’est annoncé mais des frais d’avocats à hauteur de 600 euros ont été engagés par l’association pour les gardes à vue et compositions pénales des décrocheurs rennais. Soutenez-les en faisant un don défiscalisé à Alternatiba Rennes ! Il est grand temps de mettre le gouvernement face à son inaction et son hypocrisie !

Pour faire un don, rendez-vous sur Hello Asso !
Envoyez vos messages de soutien sur les réseaux sociaux et arborez le décor dédié sur votre photo de profil Facebook !
Pour plus d’informations sur les procès à venir et le bilan de Macron, rendez-vous sur le site dédié.