Campagne de plaidoyer Amazon

  • -

Campagne de plaidoyer Amazon

Aujourd’hui les produits textiles et électroniques représentent ¼ des émissions de gaz à effet de serre des français.e.s. La vente des produits textiles et électroniques devraient être divisées par 10 si l’on voulait être cohérent avec les objectifs de l’accord de Paris en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Contexte

Amazon, vendant déjà plus de 10 milliards de produits par an, projette d’ici 2020 de construire de nombreux nouveaux entrepôts sur le sol français, tout en accentuant la livraison de marchandises par avion. Aux USA, l’entreprise a déjà détruit 2,5 fois plus d’emplois qu’elle n’en a créés. Pourtant le gouvernement ne fait rien pour empêcher l’installation de ces entrepôts et nouvelles zones commerciales et au contraire, les encouragent par des avantages fiscaux.

La loi économie circulaire était l’occasion à ne pas rater pour contrer la surproduction et avoir une action ambitieuse quant à une réelle diminution de la production de produits, textiles et électroniques dans un scénario de décroissance. Notre but, en partenariat avec les Amis de la terre, était d’y introduire un amendement limitant la construction de nouveaux entrepôts et de zones commerciales afin de stopper la surproduction et la surconsommation, notamment pour les acteurs du e-commerce. 

Ce moratoire aurait agit sur les entrepôts Amazon et aurait stoppé les projets de centres commerciaux, toujours plus nombreux sur le territoire français (cf carte des grands projets inutiles).

Une campagne menée en 3 étapes

  1. Plaidoyer auprès des député.e.s : principalement ceux de la commission développement durable pour leur faire approuver l’amendement et leur demander de le signer lors du passage au Sénat;
  2. Interpellation publique : sur les réseaux sociaux, deux grands moments ont été organisés pour interpeller chaque député.e via twitter et donner de la visibilité à notre démarche;
  3. Action de désobéissance civile non violente : avec l’occupation de trois entrepôts d’Amazon lors de la journée du black friday (cf article détaillé), qui a fait avancer la bataille culturelle sur les sujets de surconsommation et de surproduction et fait monter en compétence nos militant.e.s sur l’interpellation publique et le système de plaidoyer.

Affaire à suivre

Malgré de nombreux avis positifs de la part de députés, l’amendement a été rejeté par les services de l’Assemblée au motif qu’il traite des surfaces commerciales et déborderait donc du champ de la loi tout comme les propositions pour réduire les mises en marché de produits neufs et polluants au motif d’atteinte à la liberté d’entreprendre.

Encore une fois, le gouvernement n’a pas saisi l’occasion pour prendre une position forte contre la surproduction, les GAFAM et les projets climaticides et nous le déplorons. Cette campagne n’est pourtant pas finie car d’autres leviers sont encore possibles.

Affaire à suivre!

 

Aller plus loin