Actualités

  • 0

Quoi faire pendant le confinement? Alternatiba vous conseille!

Et si nous profitions pour ce confinement pour réfléchir

Activités : 

  • Si plusieurs personnes dans le foyer, s’essayer à l’écriture d’article d’une nouvelle constitution sur différents thèmes : environnement, agriculture, sécurité, éducation, justice, …  exemple avec Franck Lepage et Etienne Chouard (ateliers constituants)
MOOC : 
  • MOOC Energie et Climat d’Avenir Climatique et l’Association Bilan Carbone. La 1e saison comporte 5 vidéos d’une 20aine de minutes environ :1) Energie: nous sommes accros aux énergies fossiles
    2) Energie: combien il en reste ?
    3) Climat : Chaud devant !
    4) Climat : évitons l’ingérable, gérons l’inévitable
    5) Action, et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ?
    La saison 2 est dédiée au bilan carbone des campus et la saison 3 parle des freins à la transition.
Vidéos (docu/série/film) : 
  •  La série Effondrement : ➡️ A (re)voir la série “Effondrement” par Les Parasites, sortie en novembre dernier, disponible en clair directement sur votre le menu des contenus Canal + depuis votre TV – spécial confinement !💡Petit conseil : ne regardez pas tout d’un coup, certains épisodes résonnent particulièrement avec la situation que nous vivons actuellement !

    🎥Voici le teaser

  • Documentaire Foutu pour foutu de Agathe Bru et Romain Sanchez : “c’est l’histoire de deux jeunes paumés de 25 ans qui sortent des études supérieures, qui n’ont pas commencé à construire leur vie qu’on leur dit que le monde s’effondre. Quand on sait que notre modèle de société actuel est en bout de course, qu’on a conscience du désastre écologique en cours, des risques d’effondrements et des enjeux que nous réserve l’avenir… Comment est-ce qu’on vit ça ?” 
  • NEXT, webserie de Clément Monfort sur la collapsologie. Dans les années 70 déjà, Dennis Meadows, dans son rapport au Club de Rome prévoyait un effondrement
     de notre mode de consommation et de notre société pour les années 2030. Qu’en est-il aujourd’hui et à quoi devons-nous nous attendre dans un futur proche ? Comment vivre, au quotidien, avec ces informations et constats catastrophiques ?
  • The Century of the Self, Documentaire d’Adam Curtis réalisé pour la BBC en 2002, retraçant, en 4 épisodes d’une heure, l’influence de la psychanalyse au fil du 20ème siècle, de la propagande d’Etat (l’invention des “relations publiques” qui constituent aujourd’hui encore le mode de communication des institutions dominantes) jusqu’à la recherche personnelle du bonheur et l’exacerbation de l’individualisme à visée commerciale et d’asservissement consenti des masses (l’invention du “consommateur”).
  • Behind the Curve,Découvrez une communauté mondiale grandissante de théoriciens qui pensent que la Terre est plate dans une société qui rejette violemment cette croyance.
  • Koyaanisqatsi / Powaqqatsi / Naqoyqatsi et Samsara Baraka
  • The Great Hack: l’affaire Cambridge analytica : Ce documentaire met en lumière le sombre univers de l’exploitation des données informatiques à travers de passionnants récits personnels des différentes parties impliquées dans le scandale Cambridge Analytica/Facebook.
  • Citizenfour: Dans ce documentaire, couronné par un Oscar en 2015, Laura Poitras filme sa rencontre avec Edward Snowden juste après ses révélations sur les surveillances illégales et globalisées de la NSA, qui avaient fait l’effet d’une bombe. La documentariste en a capté les effets en direct tout en esquissant un portrait du lanceur d’alertes.
  • The Dawn Wall: Le récit de l’escalade par Tommy Caldwell et Kevin Jorgenson de la montagne El Capitan, haute de plus de 900 mètres et située dans la vallée de Yosemite aux Etats-Unis.
  • Free Solo:Les mises en garde de ses amis, de ses proches et de sa petite amie n’y auront rien fait. Alex Honnold, meilleur grimpeur en solo intégral du monde, n’est pas prêt à renoncer à son défi. Nous le suivrons lors de sa préparation mentale et physique à l’aventure la plus ambitieuse de sa vie : l’ascension sans aucune corde ni équipement de sécurité d’El Capitan, paroi rocheuse de près d’un kilomètre située dans le parc national de Yosemite, aux États-Unis.
  • Sherpa: Sherpa est un film documentaire de 2015 de la réalisatrice australienne Jennifer Peedom. Il a été filmé lors de l’avalanche de glace du mont Everest en 2014.
  • Sacrée Croissance – Marie-Monique ROBIN : La réalisatrice présente une sélection d’initiatives réussies et de modèles alternatifs viables. Son film élargit ainsi le champ des possibles en montrant comment on peut réfuter en action, et pas seulement en paroles, le modèle économique dominant. 
Lectures :
  • Comment tout peut s’effondrer, Pablo Servigne et Raphaël Stevens
  • L’entraide, un facteur de l’évolution, Pierre Kropotkine
  • L’entraide: L’autre loi de la jungle, de Gauthier Chapelle et Pablo Servigne
  • Comment faire tomber un dictateur quand on est seul, tout petit, et sans armes, Srdja Popovic
  • Maintien de l’ordre, David Dufresne
  • Terrorism and Counterintelligence: How Terrorist Groups Elude Detection, Blake W. Mobley
  • Histoire secrète du patronat de 1945 à nos jours:Le vrai visage du capitalisme français, Benoît Collombat, David Servenay
  • La septième arme, David SERVENAY, Jake RAYNAL
  • Manufacturing Consent: The Political Economy of the Mass Media, Noam Chomsky, Edward S. Herman
  • This is Not Propaganda: Adventures in the War Against Reality, Peter Pomerantsev
  • How to Change Your Mind: What the New Science of Psychedelics Teaches Us About Consciousness, Dying, Addiction, Depression, and Transcendence, Michael Pollen
  • Manuel de transition, Rob Hopkins
  • Ecotopia, Ernest Callenbach
  • Yggdrasil sur la collapsologie – 12 n° seulement : 1/trimestre

  • 0

Journée mondiale contre la publicité : c’est aujourd’hui!

Visuel – RAP (Résistance à l’agression publicitaire)

📅Aujourd’hui, mercredi 25 mars, c’est la journée mondiale 🚫 #antipub 🚫 #Bloquonslapub de chez nous grâce au site sur le blocage de la pub sur internet sur 👉 https://bloquelapub.net/
Faites tourner l’info dans votre entourage !

🤓 A lire, une étude (en anglais) qui estime la consommation énergétique et l’équivalent en production CO2 de la pub en 2016.

👉 Sinon retrouvez nos actions antipub sur notre site internet, en parallèle de manifs ou en actions seules :


  • 0

Coronavirus et environnement ou pourquoi notre modèle économique ne peut pas sauver la planète

La baisse des rejets de CO2 depuis quelques semaines 

Visuel de la NASA

La pandémie semble souligner une corrélation inévitable : moins on produit moins on pollue. Dans le Nord de l’Italie, le service européen Copernicus rapportait que selon les observations satellites, les concentrations de dioxyde d’azote (NO2) montrent “une tendance à une réduction graduelle d’environ 10% par semaine au cours des quatre à cinq dernières semaines”. Le NO2 est un gaz polluant issu des activités humaines. Même constat en Chine, selon une estimation de l’organisme Centre for Research on Energy and Clean Air (CREA). La Chine est le premier pays émetteur mondial de gaz à effet de serre. Elle a vu ses émissions chuter d’au moins un quart au mois de février comparé à 2019.

Le coronavirus ne manque pas non plus de montrer certaines incongruités. Par exemple, la règle de l’Union Européenne du “use it or lose it” relative aux créneaux aéroportuaires. Les compagnies aériennes sont en effet tenues d’exploiter 80 % des créneaux qui leur sont attribués. Si elles ne le font pas, elles risquent de perdre leur droit aux créneaux horaires des prochaines saisons. Ainsi, pour garder leurs précieux créneaux horaires, les compagnies aériennes font voler leurs avions à vide. On vous laisse imaginer l’empreinte carbone… On ne manquera pas non plus de noter le dynamisme du secteur des jets privés. Une compagnie suisse a précisé que les commandes de jets privés, en rapport avec les régions à risque, ont augmenté de 30%. Si les jets privés sont très polluants, chacun d’entre eux brûlera 40 fois plus de carbone par passager que les vols commerciaux normaux. 

Si ces nouvelles vont dans le bon sens pour le climat, attention au retour de bâton, à l’instar d’AirFranceKLM qui demande déjà de reculer sur les objectifs climatiques (1) pour des raisons économiques.

 

L’explosion des inégalités 

La crise du coronavirus renforce immanquablement les inégalités déjà existantes dans notre société. On assiste en effet à une opposition nette entre les salarié.e.s (dont de nombreux cadres) qui peuvent télétravailler et les salarié.e.s des industries et activités nécessaires à la (sur)vie du pays (santé/alimentation…), avec en première ligne les femmes.

Les personnels de soin, les fonctionnaires (police, professeurs), mais aussi le prolétariat urbain (éboueurs, agents de sécurité…) sont en première ligne pour endiguer l’épidémie de covid19 […] tandis que les classes supérieures […] ont déserté les villes pour se mettre à l’abri. Et de cela, nous ne parlons pas.” –  Source Huffington Post (2)

Par ailleurs, être confiné.e dans un petit appartement à plusieurs (parfois insalubre) n’est pas du même effet que le confinement dans une grande maison avec jardin (parfois une résidence secondaire en campagne). “Mais tandis que les personnels soignants sont mobilisés et que les salarié.e.s modestes nettoient et approvisionnent nos villes, jour et nuit, au risque d’être contaminé.e.s à leur tour, leurs enfants, pendant ce temps, ne sont pas au vert.(2)

Les inégalités résident également en matière de continuité pédagogique pour les enfants. Suivre un cours sur un téléphone portable n’a jamais été facile, tandis que disposer d’un ordinateur portable, d’une chambre à soi, d’une imprimante, reste un bien très inégalement partagé.(2)

Notre système de santé a été considérablement affaibli ces dernières années : suppression de lits, suppression de postes, économies sur le dos du manque de moyens… Le premier anniversaire de la grève hospitalière en témoigne. La situation française reste néanmoins moins catastrophique que le système de santé à l’américaine. A noter le triste exemple d’une patiente américaine qui s’est vu facturé son traitement contre le COVID19 plus de 34 000 $. 

 

Les multinationales renforcées

  A l’image d’Amazon, les grandes entreprises pourraient récupérer les ventes non réalisées des petits indépendants. Tandis que les salariées d’Amazon continuent de travailler la peur au ventre (3), les librairies fermées craignent que leur chiffre d’affaires ne soient récupérés par les géants de la vente en ligne (4)C’est pourquoi, de nombreux écrivains, intellectuels, éditeurs et syndicats signent une tribune pour le boycott d’Amazon et et pour un soutien massif au secteur du livre! 

« Il ne faut pas rouvrir les librairies mais soutenir à toute force le secteur du livre contre cette concurrence monstrueuse (d’Amazon) qui côtoie l’indignité. »  – Source Médiapart (5)

Il en va de même dans le secteur alimentaire, avec l’annonce ce lundi 23 mars de l’interdiction des marchés alimentaires de plein air. Comment expliquer que les citoyen.nes seraient plus exposé.e.s au coronavirus sur un marché en plein vent que dans un supermarché (espace clôs) de la grande distribution? Même la FNSEA, les Jeunes agriculteurs et l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture soutiennent dans un communiqué commun que “le risque de contamination n’est pas plus élevé que dans les autres formes de commerce” (6)Les préfets et les maires pourront déroger à cette interdiction. Sans dérogation, les petits producteurs des marchés interdits seront durement touchés par le manque à gagner des semaines à venir. D’autant plus qu’il est déjà compliqué de tirer un revenu décent face aux grandes surfaces et leurs prix toujours plus bas. Dans cette situation, que faire des denrées périssables ? Pour certains, la vente sur les marchés est la seule manière de vendre leurs produits.

Là, encore deux visions du monde s’affrontent, deux manières de produire et de commercialiser des produits de première nécessité ou des œuvres culturelles…

Faudrait-il appliquer la même gestion de crise face à l’urgence climatique ? 

Ce que montre la crise du coronavirus, c’est qu’ “il est possible que des gouverne­ments prennent des mesures urgentes et radicales face à un danger imminent, y compris des mesures (très) coûteuses. Et il est possible que ces mesures soient ac­ceptées par la population (7).” Cette période de confinement doit nous permettre, militant.e.s climatiques, de revoir nos modes de communication et notre lutte contre le dérèglement climatique.

Le virus représente un danger concret, proche et immédiat. A l’inverse, [de nombreuses personnes ont encore l’impression] que le changement climatique se produira d’abord pour les autres, dans le futur et ailleurs. Attention à ne pas parler trop vite cependant, la crise du coronavirus et les mesures qui en découlent sont temporaires, à l’inverse du changement climatique et des mesures que nous prendrions pour lutter contre dès maintenant. Enfin, “les mesures de lutte contre le coronavirus sont des mesures imposées par l’état de nécessité : nous ne les avons pas choisies, nous les subissons.” – Source Le Monde (7)

Les me­sures pour lutter contre le changement climatique devront être choisies(8). Voilà l’une des différences fondamentales entre la crise du coronavirus et l’urgence climatique. “Réduire nos émissions à l’échelle mondiale, vous ne le faites pas avec des techniques, vous le faites avec des comportements. C’est la leçon.” décrypte Dominique Bourg (8). Selon lui, la crise que nous traversons est une étape très importante dans le processus d’effondrements au sens de Pablo Servigne et Raphaël Stevens.

Dès que vous avez des déstabilisations des écosystèmes, vous avez des perturbations dans les répartitions des populations et dans leur conduite. La période de stabilité écosystémique et de stabilité de la société qu’on a connue est en train de se refermer. […] [Le Covid19] nous contraint à revenir sur les fondamentaux, à comprendre qu’on est en train de changer d’époque, et qu’on ne peut pas continuer nos modes de vie. ” – Source 20minutes (8)

Sources :

  1. Novethic – 19 mars – Le coronavirus risque de saper tous les efforts pour lutter contre le changement climatique 
  2. Huffingtonpost – 19 mars – Avec le coronavirus et le confinement, le scandale des inégalités sociales éclate 
  3. Libération – 19 mars – Sollicités comme jamais, les salariés d’Amazon travaillent la peur au ventre    
  4. Marianne – 17 mars – Coronavirus : “La disparition du monde sauvage facilite les épidémies”
  5. Médiapart – 24 mars – Pour le boycott d’Amazon! Pour un soutien massif au secteur du livre!
  6. France Bleu – 24 mars – Coronavirus : tous les marchés désormais interdits pendant la période de confinement 
  7. Le Monde – 19 mars – Après le confinement, il nous faudra entrer en résistance climatique” Tribune d’un collectif de personnalités 
  8. 20minutes – 19 mars – Coronavirus : « C’est le début d’une déstabilisation en cours, il n’y aura pas d’après », selon le philosophe Dominique Bourg [philosophe et professeur honoraire à l’université de Lausanne]

Revue de presse pour aller plus loin  :


  • -

14 mars – Pas de marche mais de l’affichage climat !

En ce samedi 14 mars à Rennes, pas de manifestation mais de l’affichage sauvage ✊🏽✊🏽

D’autres moyens de se mobiliser existent en ces temps compliqués ! Une dizaine de militant.e.s d’Action Non Violente COP 21 et d’Extinction Rebellion ont mené une action anti publicité en réaction à l’actualité : coronavirus et veille des municipales. Housse spéciale sur un des panneaux numériques lumineux de République, petites affiches collées ou détournement de grandes affiches publicitaires, il est parfois difficile de distinguer le message initiale de la pub du message détourné ! Un grand merci à tous les artistes peintres détourneurs de slogans publicitaires !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 La marche des Résistances est reportée provisoirement au 4 Avril 2020!

Revue de presse :

Ouest France – 14 mars 2020 – Rennes. Pas de manifestation pour le climat, mais une action militante en centre-ville

 

——————————————————————————————————————————————————————————–

Nous vivons aujourd’hui dans un monde dont le principal qualificatif est la destruction. Destruction de la vie, du vivant, de l’environnement, du climat, des droits sociaux et de la démocratie.

Destruction de la vie des personnes qui ont subies et subissent les répressions policières, et qui sont aujourd’hui décédées ou mutilées. Ces violences de l’état sont de nombreuses fois condamnées par la Cour Européenne des Droits de l’Homme, de l’ONU, de la Ligue des Droits de l’Homme et d’Amnesty International.

Destruction du vivant et de la nature avec un déclin des effectifs des espèces sauvages de 52 % entre 1970 et 2010. Cette tendance s’accélère !

Destruction de l’environnement avec la désertification qui gagne chaque année du terrain, les océans qui s’engorgent de plastique, l’érosion des sols qui sont indispensables pour l’humanité et le vivant, la pollution de l’air et l’épandage massif de pesticides.

Destruction du climat avec une augmentation supérieure à 1°C des températures, responsable de nombreuses catastrophes naturelles, d’une augmentation des phénomènes climatiques extrêmes, d’une baisse des rendements agricoles et d’une dégradation des habitats de nombreuses populations devant se déplacer.

Destruction des droits sociaux (égalité, travail, retraite) et des services publiques (éducation, santé) justifiée par une compétitivité qui bénéficie à une poignée d’actionnaires et qui entraîne un creusement des écarts de richesse.

Destruction de la démocratie via les pouvoirs de certains médias dirigés par des milliardaires, et par la mise en place de lois qui vont à l’encontre du droit fondamental de manifester.

Face à ces destructions, interpeller les dirigeants ne suffit plus. Nous appelons chacune et chacun a s’engager dans les luttes locales, à s’organiser collectivement pour faire tomber ce système destructeur.

Ensemble, personnes et collectifs aux revendications diverses et complémentaires, soyons conquérant.e.s et soyons les act.rice.eur.s des changements essentiels pour aujourd’hui et demain, pour ici et partout.

Organisé par :

  • -

Municipales 2020 – VIDEO LIVE : présentation du Pacte pour la Transition à Rennes

Suite à l’annulation de l’évènement public ce samedi 14 mars à 16h30 à la Halle du Triangle, le collectif Pacte pour la Transition de Rennes a choisi de présenter son analyse des programmes signataires de ce pacte en vidéo !

Ces élections municipales 2020 sont ❗️❗️cruciales❗️❗️ dans la lutte contre le changement climatique 🌿🌿

Toutes les infos dans notre article complet : https://alternatiba.eu/rennes/retour_general_municipales_2020/

Comparez les programmes des listes qui s’engagent pour le climat sur le site suivant

pacte-transition-rennes.fr

Contactez le collectif rennais qui porte le Pacte pour la Transition : pacte_transition_rennes@riseup.net

En savoir plus sur le Pacte : 

A Rennes : pacte-transition-rennes.fr

Au national : https://pacte-transition.org


  • -

ANNULATION des évènements ce samedi 14 mars

Annulation de la Marche des résistances prévue ce samedi 14 mars à 14h place Hoche

“Les membres de l’inter-orga ont pris la décision de reporter la marche des résistances, a priori le 4 avril. Plus d’informations à venir.”

Annulation de la présentation du Pacte ce samedi 14 mars à 16h30 Halle du Triangle

Au vu de la situation actuelle, nous (Le collectif Pacte pour la Transtion de Rennes) préfère annuler l’événement de présentation de notre analyse des programmes signataires de ce pacte 😢. MAIS comme ces élections sont ❗️❗️cruciales❗️❗️ dans la lutte contre le changement climatique 🌿🌿nous organisons sur les mêmes horaires une transmission en direct de notre analyse à partir de 1️⃣6️⃣h3️⃣0️⃣  sur nos pages facebook : le lien sera relayer sur nos différents réseaux sociaux et la vidéo disponible sur le site sous peu ! 

Vous pourrez poser vos questions🧐, donner votre opinion 🤗et découvrir plus en détail ce qu’il se cache derrière chaque programme en terme d’engagement écologique, solidaire et démocratique. Vous ne pouvez pas être présent

Pas d’inquiétude ❗️Vous pouvez nous envoyer vos questions par mail 📧, message privé 📪 ou tweet🔔 et nous tacherons d’y répondre le plus rapidement possible ‼️

 


  • -

Mars – on vous en parle : Transports gratuits pour les précaires + Anniv Fukushima

Relayé ce mois-ci sur nos réseaux : pétition pour des transports gratuits pour les personnes précaires en Bretagne + action fukushima antinucléaire 11 mars

Relai Pétition transports gratuits pour les personnes précaires

📣 Nous soutenons et relayons la pétition du collectif inter-organisation de soutien aux personnes exilées de Rennes pour des 🚌 transports gratuits 💸 pour les précaires en Bretagne !

“De nombreuses personnes dorment chaque soir à la rue, quelle que soit leur nationalité et leur situation administrative. Des réfugiés titrés mais aussi des compatriotes français peinent, eux aussi, à trouver un logement dans la métropole rennaise.Or, de nombreuses possibilités de logement existent hors Rennes métropole mais la centralisation des infrastructures administratives, médicales, sociales, des lieux de travail contraignent tous les publics à se déplacer régulièrement vers Rennes : la difficulté d’accès aux transports en commun exacerbe les difficultés de vie pour tous, que ce soit en ville ou à la campagne.”- voir le texte de la pétition

🤔 Quel est notre avis sur la question des transports gratuits On vous rafraîchit la mémoire :

Signez la pétition !

9 ans après Fukushima – Action du Comité anti-nucléaire du Pays de Rennes

Le 11 mars 2011, un violent séisme provoque un tsunami qui frappe les côtes japonaises, coupe l’alimentation électrique et endommage les réacteurs nucléaires de la centrale de Fukushima-Daiichi.

Des zones entières d’habitation ainsi que les écosystèmes forestiers et marins alentour sont contaminés par la radioactivité et évacuées par les habitants. Cette catastrophe, plusieurs décennies après l’accident de Tchernobyl, démontre que l’industrie nucléaire fera toujours courir des risques inconsidérés aux populations.

Le comité anti nucléaire de Rennes a réalisé un happening place du Parlement à Rennes pour commémorer cet anniversaire funeste. Notre vidéo de l’action ci-dessous :

Plus d’infos : http://www.anti-nucleaire-rennes.fr/


  • -

Municipales 2020 – Quelles listes s’engagent pour le climat ?

Lancé en novembre dernier, le Pacte pour la Transition porté par Alternatiba Rennes, Zero Waste Pays de Rennes et Eau et Rivières de Bretagne vise à pousser les candidat.e.s aux municipales de Rennes à prendre des engagements pour le climat, la solidarité et la démocratie.

Le Pacte pour la Transition, c’est quoi ? 

L’élaboration du Pacte pour la Transition, réalisé par 60 organisations dont Alternatiba, des scientifiques, des élus et des citoyens, a commencé en automne 2018. 

Les élections municipales de mars 2020 verront un fort taux de renouvellement des maires et des équipes municipales. Dans le contexte d’urgence climatique que nous vivons, il s’agit du dernier mandat pour le climat. De plus, 50 à 70% des leviers face au dérèglement climatique se jouent à l’échelle locale !

Composé de 32 mesures, déclinées en 3 niveaux d’engagement, le Pacte pour la Transition est disponible gratuitement en ligne sur le site du pacte pour la transition. Chaque niveau d’engagement est détaillé (voir les fiches) pour comprendre les enjeux et la mise en application de chacune des mesures qui couvre les domaines de l’économie, démocratie et citoyenneté, climat et biodiversité, justice sociale et solidarités, commune et intercommunalités… Les 3 principes à respecter sont les suivants : 

  1. Sensibilisation et formation à la transition
  1. Co-construction des politiques locales
  1. Intégration des impacts à long terme et de l’urgence climatique et sociale

A Rennes, nous avons ajouté 2 autres mesures :

La réduction du transport aérien et le respect de l’éclairage des enseignes commerciales, en cohérence avec les campagnes menées au niveau local. 

Comparez les programmes des listes qui s’engagent pour le climat !

 

A Rennes, 5 listes candidat.e.s s’engagent pour le climat!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A Rennes, le collectif qui porte le Pacte pour la Transition l’a présenté aux candidats aux élections municipales afin qu’ils s’engagent de manière ambitieuse à lutter contre le dérèglement climatique et pour la justice sociale. Le collectif rennais a ainsi rencontré  et signé le pacte avec les candidat.e.s des listes suivantes:

Le but est de montrer aux citoyen.ne.s concerné.e.s par le climat, les différences entre les candidat.e.s sur une même base de mesures concrètes à mettre en place à l’échelle de Rennes. Le choix peut ainsi se faire de manière éclairé !

 

Ces engagements se retrouvent-ils dans les programmes électoraux?

Les signatures sont  le premier pas  vers la transition écologique de Rennes. Le collectif a analysé chaque programme des listes signataires pour vérifier que chaque mesure signée était réellement présente dans le programme présenté. En fonction des mesures et des programmes, certaines mesures étaient bien dans le programme, d’autres étaient brièvement exprimées et dans certains cas, les mesures signées étaient en contradiction avec certains passages des programmes. Le résultat de ces analyses a été résumé et exposé sur notre site internet.

Comparez les programmes des listes qui s’engagent pour le climat !

En plus du site internet, le collectif organise un moment convivial le 14 mars de 16h30 à 18h à la Halle du Triangle en partenariat avec Les Cols Verts, Eaux et Rivières de Bretagne et Zero Waste Rennes.

D’autres associations seront présentes pour présenter les différentes campagnes du tissu associatif rennais autour des municipales.

Et après les élections ?  On lâche rien ! 

Il ne s’agit pas de paroles en l’air, les engagements pris par la liste élue aux municipales 2020 en signant le Pacte pour la Transition, forment la base du suivi de la politique publique qui sera menée. Le collectif ainsi formé d’Alternatiba Rennes, Zero Waste Pays de Rennes et Eau et Rivières de Bretagne, les suivra de près pendant les 6 prochaines années ! 

Contactez le collectif rennais qui porte le Pacte pour la Transition : pacte_transition_rennes@riseup.net

 En savoir plus sur le Pacte : 

A Rennes : pacte-transition-rennes.fr

Au national : https://pacte-transition.org


  • -

14 mars – Marche nationale pour le climat, l’écologie et les résistances !

Le samedi 14 mars, à la veille des élections municipales, reprenons la rue tou.te.s ensemble pour montrer que notre détermination ne faiblit pas. RDV Place Hoche à Rennes à 14h !

Marche nationale pour le climat !

Nous vivons aujourd’hui dans un monde dont le principal qualificatif est la destruction. Destruction de la vie, du vivant, de l’environnement, du climat, des droits sociaux et de la démocratie.

Destruction de la vie des personnes qui ont subies et subissent les répressions policières, et qui sont aujourd’hui décédées ou mutilées. Ces violences de l’état sont de nombreuses fois condamnées par la Cour Européenne des Droits de l’Homme, de l’ONU, de la Ligue des Droits de l’Homme et d’Amnesty International.

Destruction du vivant et de la nature avec un déclin des effectifs des espèces sauvages de 52 % entre 1970 et 2010. Cette tendance s’accélère !

Destruction de l’environnement avec la désertification qui gagne chaque année du terrain, les océans qui s’engorgent de plastique, l’érosion des sols qui sont indispensables pour l’humanité et le vivant, la pollution de l’air et l’épandage massif de pesticides.

Destruction du climat avec une augmentation supérieure à 1°C des températures, responsable de nombreuses catastrophes naturelles, d’une augmentation des phénomènes climatiques extrêmes, d’une baisse des rendements agricoles et d’une dégradation des habitats de nombreuses populations devant se déplacer.

Destruction des droits sociaux (égalité, travail, retraite) et des services publiques (éducation, santé) justifiée par une compétitivité qui bénéficie à une poignée d’actionnaires et qui entraîne un creusement des écarts de richesse.

Destruction de la démocratie via les pouvoirs de certains médias dirigés par des milliardaires, et par la mise en place de lois qui vont à l’encontre du droit fondamental de manifester.

Face à ces destructions, interpeller les dirigeants ne suffit plus. Nous appelons chacune et chacun a s’engager dans les luttes locales, à s’organiser collectivement pour faire tomber ce système destructeur.

Ensemble, personnes et collectifs aux revendications diverses et complémentaires, soyons conquérant.e.s et soyons les act.rice.eur.s des changements essentiels pour aujourd’hui et demain, pour ici et partout.

Pour rendre cette marche festive et animée, on a besoin de toi : tu as envie de danser, faire une performance artistique, proposer un spectacle pendant la marche ou nous prêter des déguisements, contacte nous en message privé ! 🎉

Organisé par :

  • -

[Evenement] : Décryptage des signatures du pacte

Les signatures 📄🖌 sont le premier pas 👣 vers la transition écologique de Rennes 🌿🌱, avec des mesures ambitieuses et concrètes 💪. Mais ces engagements se retrouvent-ils dans les programmes électoraux

Venez le découvrir lors d’un moment convivial au Potager des Cultures des Cols Verts 🥕🥕 (près de la Halle du Triangle) le 14 mars de 16h30 à 18h.

Plusieurs associations seront présentes pour vous faire découvrir la démarche du Pacte pour la transition ainsi que les différentes campagnes du tissu associatif rennais autour des municipales. 🥳🥳 Zero Waste Pays de Rennes Eau et Rivieres de Bretagne Les Cols verts Rennes

Depuis plusieurs mois, le collectif du Pacte Transition pour Rennes, rencontre les différentes listes candidates aux municipales de Rennes pour signer le Pacte pour la Transition, un programme de 3️⃣4️⃣ mesures d’écologie et de justice sociale applicables à l’échelle locale.

✍️A ce jour, les listes Choisir l’écologie pour RennesRévéler RennesRennes En Commun Pour Rennes avec Nathalie Appéré Libres d’Agir pour Rennes
ont signé leurs engagements au pacte. ✍️

En savoir plus – lire notre article complet : https://alternatiba.eu/rennes/retour_general_municipales_2020/

Le site qui compare les programmes et les engagements des listes : http://pacte-transition-rennes.fr/