Jeudi 30 janvier – Actions mobilité et pollution de l’air

  • -

Jeudi 30 janvier – Actions mobilité et pollution de l’air

16 activistes d’Action Non Violente COP21 ont réalisé le marquage de pistes cyclables dans la nuit de mercredi 29 à jeudi 30 janvier dans le centre ville de Rennes pour dénoncer le manque de pistes cyclables et le manque d’ambition de Rennes Métropole dans la promotion du vélo en ville comparé à la voiture. En parallèle, le collectif du Pacte pour la Transition Rennes et Alternatiba Rennes organisaient ce jeudi 30 janvier plusieurs actions de sensibilisation sur la thématique des transports et de la pollution de l’air. La date du 30 janvier correspondait à l’approbation en conseil métropolitain du Plan de Déplacements Urbains 2019-2030. 

Pour couvrir l’action, un journaliste de Brut a suivi l’équipe du matin, sous le crachin breton !

 

Des actions complémentaires ce jeudi 30 janvier

Ce jeudi 30 janvier soir, le Plan de Déplacements Urbains (PDU) 2019-2030 était approuvé par le conseil métropolitain. Dans ce cadre, des militant.e.s d’Action Non Violente COP 21 ont réalisé plusieurs pistes cyclables éphémères dans le centre ville de  Rennes, à l’aide de bombes à craie et de pochoirs. Le boulevard de la Liberté, la rue de l’Hôtel Dieu et la rue Lesage ont enfin eu les pistes cyclables qu’elles méritaient grâce à 16 militant.e.s déterminé.e.s ! 

En parallèle, le collectif du Pacte pour la Transition Rennes et Alternatiba Rennes organisaient plusieurs actions de sensibilisation sur la thématique des transports et de la pollution de l’air. Les militant.e.s étaient présent.e.s place de la République, dans l’après-midi pour sensibiliser les citoyen.ne.s à la pollution de l’air en ville; ainsi qu’à l’ouverture de la séance du conseil métropolitain à l’Hôtel de Rennes Métropole pour rappeler à nos élu.e.s l’enjeu du transport face au défi climatique tel que nous le présentions lors de l’enquête publique

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Enfin, pour clôturer cette journée, Alternatiba Rennes a pris la parole devant le Conseil de Rennes Métropole pour mettre en lumière les faiblesses du PDU, et pour rappeler aux élu.e.s les enjeux de la mobilité face au défi climatique et l’urgence d’entamer un véritable virage radical.

En effet, nous avions déclaré que “ce PDU, non intégré au reste des plans de politiques publiques (PLUi, PPA, PCAET…), ne rentrait pas en accord avec la promesse d’une politique écologique et durable.[…] le PCAET (Plan Climat Air Énergie Territorial) prévoit une baisse de 10 % des déplacements en voiture. On ne les retrouve pas dans le PDU.” 

Notre intervention au Conseil Métropolitain

La pollution de l’air

Il y a urgence à agir contre la pollution de l’air qui empoisonne nos grandes agglomérations. Il s’agit d’un enjeu de santé publique majeur : les effets négatifs sur la santé de l’exposition chronique à une pollution de fond, au-delà des seuls pics de pollution, sont connus et scientifiquement documentés. Face à ce constat, il est indispensable que l’ensemble des pouvoirs publics se mobilise pour garantir à toutes et à tous la possibilité de respirer un air sain, et en particulier aux enfants, qui sont parmi les plus vulnérables face à la pollution de l’air.

Les transports, première source d’émission de CO2

Pour rappel, le secteur des transports représente la première source d’émissions de gaz à effet de serre au niveau national en raison de sa forte dépendance aux énergies fossiles. En 2019, 31% des émissions de gaz à effet de serre provenaient des transports. De plus, le secteur des transports est l’une des sources majeures d’émissions de polluants atmosphériques. Néfastes pour la santé, les particules fines sont responsables de 48 000 décès prématurés en France chaque année.

 

Quelle place pour le vélo ? 

La promotion du vélo est un impératif pour faire face à la crise climatique. À l’échelle nationale, le secteur des transports est le premier secteur émetteur de gaz à effet de serre, avec 31 % des émissions. La métropole a consacré ces dernières années 900 € en moyenne par an et par habitant pour les  transports en commun contre 10 € seulement pour le vélo, qui est un des seuls moyens de transport réellement propre. De plus, le Plan Vélo qui visait 20 % de part modale en 2020, n’a pas porté ses fruits, avec une part stable (5,4% en 2017) mais qui diminue depuis 2007 de 4,3 % à 3,7 %. Sur la même période, les distances parcourues à vélo par les métropolitains ont néanmoins augmenté de manière significative (+34 %). 

Le Pacte pour la Transition

Nos propositions concrètes, issues du Pacte pour la Transition, visent à réduire la place de la voiture et à développer les mobilités alternatives pour tou.te.s. Ce jeudi 30 janvier 2020, se tenait l’approbation du PDU de Rennes Métropole en 1ère partie du conseil métropolitain. Ce plan est un moyen pour agir sur la politique de transport et de ce fait, sur la pollution de l’air. Lors de l’enquête publique, Alternatiba Rennes avait déjà alerté sur le manque d’ambition du document. Le Pacte pour la Transition présente justement des mesures autour des mobilités douces et de l’urbanisme afin de limiter l’impact climatique des transports.

A quelques semaines des municipales 2020, il est donc primordial que les candidat.e.s s’engagent à développer les mobilités actives (marche, vélo) et à limiter la place des véhicules thermiques pour faire enfin de Rennes, une ville où il fait bon respirer.

–> Notre intervention au conseil de Rennes Métropole le 30 janvier 2020

–> Nos propositions pour un PDU à la hauteur du défi climatique (septembre 2019)

–> Extrait vidéo du Conseil Métropolitain – nous intervenons dès le début.