Charte

CHARTE D’ORGANISATION ET DE COOPÉRATION D’ALTERNATIBA RAMBOUILLET

**CONTEXTE**

Le comité d’organisation Alternatiba Rambouillet prend acte que le dérèglement climatique en cours et ce que l’on désigne comme « la crise » représentent une opportunité de métamorphose économique, sociale, écologique et démocratique de la société.

Il érige et énonce comme valeur le droit pour l’Homme de choisir un mode de vie et de développement différent du modèle dominant, tourné vers l’humain, juste et équitable socialement, sain pour l’environnement et pour lui-même, responsable vis-à-vis du changement climatique et des autres êtres vivants sur cette planète.

Dans ce contexte, Alternatiba Rambouillet a pour but de montrer qu’il existe des alternatives concrètes qui ne demandent qu’à être renforcées, développées et multipliées : agriculture paysanne, consommation responsable, circuits courts de distribution, relocalisation de l’économie, partage du travail et des richesses, reconversion sociale et écologique de la production, finance éthique, défense des biens communs, souveraineté alimentaire, solidarité et partage, réparation et recyclage, réduction des déchets, transports doux et mobilité soutenable, éco-rénovation, lutte contre l’étalement urbain et l’artificialisation des sols, préservation de la biodiversité, sobriété  et efficience énergétique, énergies renouvelables, villes en transition, etc.

Par des actions positives, Alternatiba Rambouillet désire faire découvrir ces alternatives, éduquer et sensibiliser – sans culpabiliser – le public aux nouveaux enjeux locaux et globaux.
Progrès écologique et progrès social sont indissociables. Cette démarche, par son action et son existence, est un acte politique au sens premier, c’est-à-dire relié à la vie de la Cité, et non pas dans le sens restreint, trop souvent retenu, de la lutte pour l’accession au pouvoir d’un groupement politique. Ce qui, de fait, place ce mouvement collectif dans le cadre de la société civile.

En rejoignant le mouvement européen Alternatiba, nous souhaitons contribuer localement, à notre niveau, à changer concrètement les choses, autant collectivement qu’individuellement. Nous souhaitons également contribuer à renforcer la dynamique de mise en réseau des acteurs du changement, renforcer la prise de conscience au quotidien de la nécessité de changements, et celle de créer des forces (pacifiques) permettant de peser sur les futures négociations internationales de la COP 21 (sommet climatique de l’ONU se tenant à Paris en décembre 2015 sur les mesures à prendre pour l’après 2020).

**OBJECTIFS**
Ce comité a pour but l’organisation de l’événement ALTERNATIBA le 20 septembre 2015 à Rambouillet qui prendra essentiellement place dans le centre-ville, sous la forme d’un « Village des alternatives ».
Cet événement entendra être à la fois un forum, un festival et une fête populaire qui se composera de conférences, d’expositions, de stands, d’ateliers, de démonstrations pratiques mais également de repas, d’animations, de déambulations artistiques, etc.
Le comité se donne comme autres objectifs de faciliter les contacts et les coopérations entre les membres, de créer ou de renforcer les alternatives qui participeront à cet événement et à sa dynamique de préparation.

**CONDITION DE PARTICIPATION A L’ÉVÉNEMENT**
La participation à l’évènement est ouverte à toute personne physique ou morale, à l’exception des partis politiques en tant que personne à part entière.

Le choix des participants s’effectuera dans un esprit d’ouverture large : c’est le contenu d’une initiative, solution ou pratique, ainsi que son caractère concret, alternatif, innovant, reproductible ou créatif qui importera et non la nature de l’organisation (association, PME, collectivité ou simple individu).

L’esprit du festival est, avant tout, de mettre en avant les pratiques alternatives existantes ou en projets, portées par les participants, afin de témoigner concrètement qu’un autre système est possible.

Les participants et le festival des alternatives devront respecter les conditions suivantes (voir liste ci-dessous), pour que notamment cet événement et ses acteurs ne soient pas promoteurs de fausses solutions, relevant du « green washing » ou « éco-blanchiment » et « red washing » (procédé marketing pour se donner une image « écolo » et/ou « sociale  »), qui ne seront pas considérées comme des actions alternatives à présenter.

Les militants et les organisations à caractère sexiste, xénophobe, raciste, homophobe, discriminatoires ne sont pas les bienvenus au sein d’Alternatiba Rambouillet.
Toute organisation, militant-e ou individu qui ferait la promotion d’idées ou de pratiques sexistes, xénophobes, racistes, homophobes ou discriminatoires ne seront pas admis au sein de l’organisation et durant la manifestation.

Quand une initiative fait longuement débat dans les groupes de travail, sans aboutir à une décision, elle pourrait alors néanmoins être transmise et discutée en réunion de coordination, si les acteurs de ces groupes l’estiment nécessaire.

Conditions/démarches pour l’organisation du festival :
– Démarche associative, coopérative, d’économie non prédatrice ;
– Engagement écologique : utilisation de ressources renouvelables (bois, énergies renouvelables…) ;
– Réduction des déchets à la source, grâce à :
– l’utilisation des gobelets lavables (consignés),
– la réutilisation des matériaux d’une année sur l’autre,
– la diminution ou la suppression d’emballages plastiques pour les denrées ;
– Espace essentiellement associatif ouvert aux associations locales, avec sélection originale des exposant(e)s ;
– Groupes, autoproduits et/ou issus de labels indépendants ;
– Social et équitable : les rémunérations des artistes et intervenant-e-s non bénévoles sont équitables ;
– Programmation et proposition d’animations originales, inattendues, inédites, qui sortent du commun, simples… ou folles et gigantesques, poétiques… ;
– Restauration paysanne ou bio : sur place, alimentation issue de l’agriculture locale, paysanne ou biologique, équitable et à faible impact écologique ;
– Tarifs abordables, populaires ;
– Mélangé-e-s ! : avec des espaces où artistes et publics peuvent se rencontrer, se côtoyer, manger à la même table, en toute simplicité ;
– Participatif : les bénévoles sont les bienvenu-e-s pour donner un coup de main au festival et ont leur mot à dire sur l’organisation du festival, sur le choix de la programmation… ;
– Dépaysant ! : un festival de théâtre d’appartement où les pièces et représentations ont lieu chez les gens, des déambulations auxquelles le public peut participer lui-même (en toute  sécurité) ;
– Hospitalité : un réseau d’hébergement convivial, sous tentes, tipis, yourtes, et/ou chez l’habitant, et pas trop cher, est mis en place ;
– Présence d’une boîte à idées sur place pour que chacun-e (public, artistes, organisation…) puisse donner son avis et permettre à la rencontre de se passer mieux encore à chaque édition ;
– Sans matraquage publicitaire : les participants devront limiter raisonnablement les formes de publicité (au sens mercantile du terme) sur leur stand ;
– Transparence et démocratie : le budget du festival est connu ou peut l’être facilement par le public. Il sera communiqué sur simple demande ;
– L’association ou structure organisatrice et les structures participantes ne sont pas issues, ne soutiennent pas et ne bénéficient pas de subventions de sponsors ou d’investisseurs radioactifs, oligarchiques ou opportunistes (entreprises transnationales notamment), et disposent, si possible, d’un compte dans une banque transparente et écologique ;
– Usage des outils de collaboration libres : les participants s’efforceront d’utiliser les outils de collaboration issus des logiciels libres quand cela leur est possible ;
– La vente de produits sera autorisée.

**LE COMITE D’ORGANISATION**
Engagement : le comité répond à une volonté démocratique réelle, basée sur une organisation non hiérarchisée.
Le processus d’organisation de l’événement s’effectue dans un cadre autogéré, bienveillant, ouvert, transparent, coopératif et participatif.
Le comité ne défend aucun intérêt privé, intègre l’intelligence collective, laisse place à l’initiative et ne fonctionne essentiellement qu’avec des volontaires.
Tous propos ou comportements violents qui porteraient atteinte à la dignité de la personne humaine, ne seraient pas tolérés (manipulation, harcèlement moral ou sexuel, propos racistes, homophobes, sexistes, etc.). Il est à envisager l’exclusion de personnes ou structures militantes dans des organisations de ce type.
Le collectif s’autorise la discrétion de refuser ou d’exclure toute personne ne respectant pas la charte ici présente. En cas d’un tel conflit, la décision sera prise en réunion ouverte à tous les membres.

**COMPOSITION**
Engagement : la composition du comité d’organisation n’est ni figée, ni fermée. Chaque membre du collectif est considéré comme co-organisateur-trice de l’événement.
Tout habitant qui désire s’investir dans l’organisation est le bienvenu, sans procédure d’admission, ni cotisation, qu’il fasse partie d’un cercle militant ou associatif ou non, qu’il soit détenteur d’une compétence particulière ou non. Toute forme d’investissement est la bienvenue, qu’importe le temps consacré.

**ORGANES DU COMITE**
A/ La réunion de coordination
Elle se réunit au moins une fois par mois, rassemble tous les membres du collectif et toute autre personne voulant y participer.
Les propositions majeures relevant de l’organisation du comité, des missions des groupes de travail, des orientations à prendre, des buts et objectifs de l’événement, des grandes initiatives, sont toutes adoptées lors des réunions générales.

B/ Les groupes de travail
À chaque groupe sont attribuées des missions dont il est responsable.
– les groupes « espaces thématiques » dont le rôle est essentiellement de préparer le contenu des espaces du futur village, de repérer les ressources locales, d’identifier des participants, de les contacter, les rencontrer et de co-créer avec eux des stands, des ateliers, des démonstrations, des expositions ou toutes autres activités qui seront mises en place le jour J.
– les groupes « techniques » transversaux (ex :  logistique, finance…), ils s’organisent en soutien aux autres groupes, réalisent des outils et documents de travail, font émerger des problématiques et des contraintes.
Chaque groupe est ouvert à tout volontaire, s’auto-organise et a toute autorité sur sa prise de décision pour réaliser sa mission, dès lors que la présente charte est respectée. Les groupes sont libres de choisir leur mode de fonctionnement propre (mode de travail, fréquence de réunions, lieux, dates, invitations…).
Dans la limite du possible et du raisonnable, les réunions auront  lieu à des horaires et lieux qui permettent d’intégrer le maximum de  personnes.

C/ Le suivi : les référents
Chaque groupe choisit au moins un binôme de référents qui se chargera de remonter les informations au sein des groupes transversaux correspondants (finance, logistique, communication, animation et festivités…) afin d’intégrer le travail réalisé dans le processus général d’organisation.

D/ Le déroulement des réunions
Engagement : faciliter leur déroulement, leur efficacité et la prise de décision.
Les réunions commencent et finissent à l’heure. Un ordre du jour détaillé est communiqué au préalable à l’ensemble du collectif. Les réunions ne servent qu’à traiter les points soumis à l’ordre du jour.
Chaque membre peut faire des propositions à intégrer et à traiter selon les priorités du moment.
Il y a trois facilitateurs par réunion : un modérateur (et gardien du temps), un secrétaire et une personne chargée de gérer les tours de  parole. Cette organisation est obligatoire pour les réunions de coordination, et facultative (mais conseillée) pour les autres.

E/ Le dialogue
Engagement : liberté de parole et écoute sans jugement préconçu.
Dans un esprit de respect, de bon fonctionnement et d’aisance de communication, le comité demande à ses membres de suivre les recommandations suivantes lors des réunions :
* Une seule personne parle à la fois,
* Ne pas couper la parole à l’intervenant, rester courtois et bienveillant,
* Veiller à être synthétique (nous sommes nombreux),
* Veiller à être constructif, c’est-à-dire éviter de nourrir la dualité et la division,
* Être factuel c’est-à-dire éviter les spéculations, les suppositions hypothétiques et les débats d’ordre “théorique”.

F/ La prise de décision
Engagement : le collectif pratique le consensus. Il s’efforcera ainsi de modifier une proposition jusqu’à ce qu’elle devienne acceptable pour tous et recherchera la décision la plus “praticable” en tenant compte des données réelles (délai, moyens, etc.), celle qui fera avancer le projet collectivement dans le bon sens avec les actions les plus réalisables.
Les décisions prendront en compte les objections formulées par les membres. Une objection valide est une raison argumentée et réellement fondée.

G/ La transparence et la communication
Chaque réunion ou rencontre fera l’objet d’un compte-rendu (quelques lignes peuvent suffire). Tous les documents et comptes-rendus concernant le collectif seront mis en libre accès en ligne. Il y sera également noté les noms des participants dans un souci de reconnaissance de l’investissement de chacun.
Pour faciliter le fonctionnement des groupes, des listes de discussions par mails pourront être mises en place.

H/ La convivialité
Le comité cultivera du mieux possible “efficacité en réunion” et  “convivialité” avec des temps de partage et de discussion hors des moments de travail.