Appel à participer au mouvement social: justice sociale et climatique!

Nous appelons l’ensemble des militant.es et sympathisant.es à participer pleinement au mouvement social en cours qui assoit des réformes favorisant les profits et l’individualisme contre l’intérêt général et la solidarité.

MARDI 14 JANVIER 14H PORTE DE PARIS parcours: tour des boulevards en partant vers le Pont Neuf

MERCREDI 15 JANVIER 14H PORTE DE PARIS: grève et manifestation créative

JEUDI 16 JANVIER 14H PORTE DE PARIS: parcours jusqu’à la Madeleine. AG INTERPRO 16H30

  • La réforme brutale du calcul de l’assurance chômage qui plonge des centaines de milliers de personnes dans une pauvreté encore plus forte,
  • La baisse non compensée de certaines cotisations sociales, le refus d’en augmenter d’autres, qui fragilise la Sécurité Sociale
  • La dégradation de l’Hôpital public pour favoriser les systèmes privés d’assurance ou de santé
  • La réforme de la retraite individuelle (et non universelle) qui ferait baisser le niveau des retraites, notamment pour les plus précarisées, victimes du chômage ou du temps partiel pendant une partie de leur carrière. En refusant de toucher au niveau des cotisations retraites, et en figeant un pourcentage de la dépense des retraites par rapport au PIB, on fait là aussi baisser les prestations des retraites en même temps qu’on pousse les gens à travailler plus longtemps. Cela engraissera encore plus les fonds de pension et compagnies d’assurance privées sur le dos des majorités les moins riches de la population.

En aggravant les injustices sociales, ces réformes s’inscrivent dans une logique d’aggravation de la crise écologique et climatique. Ces réformes conduisent à travailler plus longtemps, et donc à produire plus. Aucune remise en cause du système productiviste dans lequel nous vivons. 

Bien d’autres logiques et solutions existent: partage du travail et des richesses, développement des liens, de la culture et du soin plus que des biens et de la consommation ostentatoire, lutte contre l’obsolescence programmée, démarchandisation de nombreuses activités, renforcement des systèmes de solidarité et gestion collective des biens communs.