Présentation du baromètre de la transition

Présentation du baromètre de la transition

Le 27 mars 2021, le collectif du Livre blanc pour le climat – Trajectoire pour Nantes Métropole 2020-2030, a présenté son baromètre de la transition.

Alors que la proposition de la Loi “Climat & Résilience” est actuellement débattue à l’Assemblée Nationale, et est jugée largement insuffisante pour atteindre les objectifs de la transition climatique, des citoyens se mobilisent un peu partout en France, pour lutter au niveau local.

C’est le cas du collectif du Livre Blanc pour le Climat, qui rassemble une vingtaine de citoyens et citoyennes issu·es d’associations locales, environnementales et citoyennes (Greenpeace, Alternatiba, Attac, GIGNV…).

Ce collectif a présenté son baromètre de la transition, outil inspiré de l’outil Climat Pratic qui aide à la mise en place, au pilotage et au suivi-évaluation des politiques climat territoriales. Initialement, il s’agit d’un outil dont l’ADEME et le Réseau Action Climat sont les créateurs et propriétaires, qui est destiné aux collectivités (élu·es et agents des services). Le collectif du Livre blanc l’a adapté en tenant compte des engagements pris par les élu·es locaux. Cet outil sera complété régulièrement tout au long du mandat jusqu’en 2026.

Retrouvez la présentation du baromètre en vidéo. 

Ce graphique montre que dans chaque thématique, la marge est encore grande avant d’atteindre le niveau de la ville exemplaire.
Si des efforts sont faits et reconnus par le collectif, sur la mobilité notamment, avec le déploiement du réseau express vélo, le passage à 30 km/h et l’abandon du projet de parking de la Petite Hollande, il reste beaucoup de travail à effectuer sur d’autres volets comme la participation citoyenne, la consommation, l’habitat, l’alimentation et l’agriculture.

Pour chaque thématique, le collectif a présenté 2 ou 3 engagements forts de la métropole, et des points à améliorer.
Par exemple, sur le volet de l’énergie, le collectif salue le soutien des rénovations à haute efficacité énergétique en accompagnant en particulier les ménages en situation de précarité énergétique, mais regrette le manque d’engagements clairs pour réduire l’impact du secteur tertiaire.
Côté agriculture et alimentation, la proposition d’une alimentation biologique, moins carnée, locale et équitable dans la restauration collective va dans le bon sens, mais il est nécessaire de préserver et mobiliser le foncier agricole et accompagner l’installation de nouveaux agriculteurs/trices dans une logique paysanne, sur l’ensemble de la métropole.

Des rendez-vous réguliers vont avoir lieu avec les élu.e.s afin de suivre les mesures en place, récupérer les indicateurs et tenter d’aller au-delà de certains engagements, jugés insuffisants.

2021-04-09T12:41:49+02:00 avril 8th, 2021|Livre blanc climat|0 commentaire

Laisser un commentaire