Loi climat : deux portraits de Macron décrochés à Nantes la veille de sa visite

Loi climat : deux portraits de Macron décrochés à Nantes la veille de sa visite

Nantes, le 10 février 2021. Le portrait du président Macron a été décroché par des activistes climat ce matin à Nantes, dans l’établissement qu’il doit visiter demain.
Tandis que le conseil des ministres examine le projet de loi issu de la Convention citoyenne pour le climat, les militants dénoncent son sabotage par le gouvernement. Une semaine après la condamnation de l’État par le tribunal administratif de Paris pour “carences fautives” dans la lutte contre le dérèglement climatique, ce décrochage de portrait par le GIGNV, groupe local d’ANV-COP21, sanctionne l’irresponsabilité du président Macron. 
Ce matin, le GIGNV, groupe nantais d’Action non-violente COP21, a décroché le portrait présidentiel à l’Institut régional d’administration (IRA) de Nantes. Le président Macron doit s‘y rendre demain pour prononcer un discours sur l’égalité des chances. Les Décrocheurs entendent rappeler au gouvernement Macron que les conséquences du dérèglement climatique vont avoir un impact dramatique dans le monde et en France, et accentuer les inégalités si rien n’est fait pour réduire drastiquement nos émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030
L’intervention du personnel de l’IRA a empêché la réquisition du portrait, les militants ont dialogué avec la direction dans le calme. Ils ont laissé sur la table en cours de préparation pour la venue du président les 150 mesures proposées par la Convention Citoyenne pour le Climat, que le président Macron avait promis de reprendre sans filtre.

Le coup de com’ de trop

Le président et sa ministre de la Transition écologique Barbara Pompili se sont vantés ce week-end d’avoir dépassé lobjectif de baisse des émissions de gaz à effet de serre : -1,7 % de diminution effective pour 2019. Mais ils passent sous silence que l’objectif initial était de -2,3% avant d’être revu à la baisse par le gouvernement. Et que cet objectif reste très en dessous de la réduction nécessaire pour respecter l’Accord de Paris.
C’est le coup de communication de trop pour la société civile, alors que la quasi-totalité des mesures de la Convention Citoyenne ont été évacuées du texte, notamment : les moratoires sur les extensions d’aéroports, les projets d’entrepôts d’e-commerce et la 5G, l’interdiction de la publicité sur les produits polluants, ou encore la limitation de l’élevage intensif.
« Les mesures proposées par la Convention Citoyenne pour le Climat ne sont pour la plupart pas intégrées dans la loi climat présentée aujourd’hui au conseil des ministres, alors qu’elles incarnent l’ambition nécessaire pour gagner la bataille climatique. C’est la survie même de l’humanité qui est en jeu. Ce sabotage témoigne d’une irresponsabilité vertigineuse de la part du gouvernement Macron. » déclare Lesia Zahnd, porte-parole du GIGNV.
D’après une étude d’impact réalisée par le député Matthieu Orphelin, la somme des impacts quantifiés peine à atteindre une réduction des émissions de 13MtCO2/an en 2030, soit seulement 12% du chemin à parcourir entre 2019 et 2030.
Depuis deux ans, à l’appel d’ANV-COP21, 150 portraits présidentiels ont été décrochés dans toute la France, en réaction à la réponse très insuffisante du gouvernement à l’Affaire du Siècle. Après les rapports des scientifiques, du Haut Conseil pour le climat, c’est le tribunal administratif qui donne raison aux organisations qui dénoncent l’inaction climatique de la France.
Poursuivis dans 40 procès pour “vols en réunion”, ils ont déjà obtenu plusieurs relaxes à Lyon, Auch, Valence et Strasbourg. Les juges ont alors retenu soit l’état de nécessité, soit la liberté d’expression, soit les deux.

Réquisition du portrait d’Emmanuel Macron à la mairie de Nantes sud

Après un premier décrochage à l’IRA ce matin, et à quelques heures de la première visite à Nantes d’Emmanuel Macron, le GIGNV a sorti le portrait présidentiel de la mairie annexe de Nantes Sud. Les activistes sanctionnent, avec non-violence mais détermination, le sabotage de la loi Climat par le gouvernement et sa façon de trafiquer les objectifs climatique.
Margot Meunier, porte-parole du GIGNV, explique : « Nous avons réquisitionné le portrait présidentiel car Emmanuel Macron n’a pas tenu sa promesse de reprendre sans filtre les 150 propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat. Nous rendrons le portrait quand le gouvernement prendra des mesures à la hauteur des enjeux et des objectifs de l’Accord de Paris. Chaque dixième de degré compte, et l’inaction a des conséquences sur des millions de vies. Il est irresponsable de repousser le passage à l’action ! »
2021-02-10T20:09:34+01:00 février 10th, 2021|A la une, Décrochons Macrons, GIGNV|0 commentaire

Laisser un commentaire