Appel à l’attention des futur.e.s élu.e.s de la métropole pour construire le “Nantes d’après”

Appel à l’attention des futur.e.s élu.e.s de la métropole pour construire le “Nantes d’après”

Le collectif de rédaction du Livre Blanc pour le Climat interpelle les candidat·es et les élu·es de la métropole sur les mesures à prendre suite à la crise sanitaire.

La crise sanitaire du Covid-19 nous affecte tous et ses conséquences sociales et économiques sont et seront lourdes. Si l’hypermobilité humaine a favorisé la pandémie, cette crise est aussi révélatrice de problèmes majeurs en matière d’écologie. En effet, les maladies infectieuses seraient bel et bien favorisées par le dérèglement climatique et la destruction de la biodiversité. Il est donc urgent d’agir et de revoir notre mode de vie pour mieux nous préparer aux prochaines crises. 
D’après le GIEC, le dérèglement climatique et la perte de biodiversité intensifient la vulnérabilité de notre société face aux risques de crise comme celle que nous vivons aujourd’hui. Il indique aussi que, plus nous dépasserons la barre des 1,5°C de réchauffement climatique, plus les conséquences des crises seront tragiques (1). D’où l’impérieuse nécessité de répondre dès à présent au double défi, celui du déconfinement et celui du changement climatique.
Ce 14 mai, la Commission européenne a mis en demeure la France pour l’enjoindre à améliorer ses règles en matière de lutte contre la pollution atmosphérique (conformément à la directive (EU) 2016/2284) et d’information du public sur la protection de l’environnement (conformément à la directive 2003/4) (2). La France dispose de quatre mois pour remédier à la situation. C’est l’occasion pour Nantes Métropole de se positionner dès à présent dans ces domaines comme dans tous les aspects essentiels à la sécurité environnementale (3).
·

Le Livre blanc pour le climat, un guide pour faire entrer Nantes Métropole dans le “monde d’après”

Aussi, le collectif du Livre Blanc pour le Climat continue sa mobilisation à l’attention de l’équipe municipale en place et des candidat·e sur les actions à mener dès maintenant pour construire un “monde d’après” plus résilient et local tout en accélérant la mise en place des mesures nécessaires pour respecter les engagements en matière de climat pris lors de la COP21.
Parmi les propositions figurant dans le Livre Blanc, plusieurs ont déjà été mises en place pendant le confinement, par la force des choses (télétravail, déplacements doux, forme de résilience dans nos modes de consommation…). Si cette crise a pointé des vulnérabilités notamment dans l’autonomie alimentaire des territoires (peur de la pénurie, réseau d’approvisionnement en tension…), la situation a également mis en difficulté de nombreuses personnes et entreprises, et les aides publiques sont plus que nécessaires pour les aider à se relever. Mais ces aides doivent être conditionnées à des mesures concrètes et rapides en faveur de la métamorphose écologique.

Statue de “l’éloge pas de coté” portant un masque chirugicale,
Mai 2020  place Bouffay à Nantes, œuvre originale de Philippe Ramette

Les mesures listées dans le Livre blanc pour le climat répondent aux enjeux de ce “monde d’après” déjà enclenché et sont à mettre en place dès maintenant
  • Diminuer les émissions de gaz à effet de serre liées aux transports, principale source d’émission à Nantes:
    • Inverser la priorisation des modes de déplacement en mettant l’accent sur les mobilités actives (marche à pied, vélo) ;
    • Encourager et accompagner le maintien du télétravail au-delà de la période actuelle, par des aides aux entreprises et aux particuliers ;
    •  Renoncer aux projets liés à la voiture (parkings, périphérique…) pour re-diriger les budgets vers la construction d’infrastructures pour le vélo, l’aide à l’achat d’un vélo électrique, etc.
  • Favoriser une agriculture équitable et garantissant une alimentation saine et responsable pour toutes et tous :
    • Soutenir le secteur agricole de façon ambitieuse pour une exploitation durable, résiliente et diversifiée du territoire, équitable pour les travailleurs agricoles et dans le respect du bien-être animal ;
    • Dans la restauration collective, favoriser l’alimentation végétale, de saison, bio/issue de l’agro-écologie, et locale, tout en réduisant la viande et le gaspillage ;
    • Soutenir l’agriculture urbaine durable pour autonomiser la ville au niveau alimentaire tout en la végétalisant.
  • Impulser un nouveau modèle économique plus social et écologique :
    • Favoriser et accompagner l’émergence d’une dynamique économique solidaire et durable ;
    • Adapter l’économie à l’environnement (et non l’inverse) ;
    • Favoriser l’économie sociale et solidaire ainsi que l’économie perma-circulaire par une relocalisation de tout ce qui peut l’être ;
    • Adopter un plan de reconversion et d’accompagnement des salariées et des entreprises dont le secteur d’activité n’est pas compatible avec les objectifs de réduction des émissions de GES et la sobriété énergétique (secteur aérien, construction de paquebot démesuré, transformation et exploitation d’énergies fossiles, industrie agrochimique, construction de véhicules thermiques, armement, la sur-numérisation de vie…).
  • Soutenir financièrement les commerçants et conditionner ces aides de mesures de sobriété énergétique:
    • Fermeture des portes des magasins chauffés ou climatisés ;
    • Extinction effective des éclairages des boutiques et entreprises fermés ;
    • Retrait de tous les panneaux numériques en vitrine ;
    • Interdiction des chauffes terrasses.
  • Revoir la politique d’aménagement du territoire :
    • Mettre fin à la logique de concentration des activités, des emplois qualifiés et de population sur la métropole ;
    • Ne plus artificialiser aucune terre ;
    • Végétaliser au maximum les espaces publiques ;
    • Travailler à la synergie et à la solidarité entre tous les territoires du département.
  • Pour que toutes et tous vivent dans des logements décents, contrairement à ce que le confinement a mis en évidence pour de nombreux foyers, éradiquer la précarité énergétique :
    • Diminuer les émissions de GES liées aux secteurs de l’Habitat et Tertiaire ;
    • Développer massivement la rénovation énergétique du parc de bâtiments ;
    • Effectuer toutes les rénovations et constructions selon une très haute performance environnementale.
  • Encourager la participation de la société civile dans la préservation de l’environnement :
    • Développer l’information des citoyens et citoyennes en matière de protection de l’environnement : La Commission européenne, par sa lettre de mise en demeure produite le 14 mai, nous rappelle que la France ne se conforme toujours pas à la directive 2003/4 concernant l’accès du public à l’information en matière d’environnement ;
    • Impliquer chacun et chacune dans les prises de décisions, la mise en place et le suivi des mesures et projets ayant un impact climatique ;
    • Donner accès à des formations permettant à toutes et tous de devenir actrices et acteurs du changement.
Dans ce contexte exceptionnel, propice au changement, nos élu.e.s ont une dernière occasion à saisir et le devoir de transformer notre territoire en profondeur. Face à l’urgence climatique, des changements radicaux doivent être opérés au cours des dix prochaines années. Plus que jamais, l’heure est à la prise de résolutions à la hauteur de la crise écologique. Le Livre Blanc pour le Climat présente des mesures essentielles pour porter cette métamorphose. 
Le temps presse !

 

(1) Pour en savoir plus se référer au rapport spéciale sur les conséquences d’un réchauffement planétaire de 1,5 °C (SR15) paru en octobre 2018 et dont le résumé pour décideur traduit en français est disponible sur le lien suivant : https://www.ipcc.ch/site/assets/uploads/sites/2/2019/09/IPCC-Special-Report-1.5-SPM_fr.pdf

(2) Procédures d’infraction du mois de mai : principales décisions : https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/fr/inf_20_859

(3) D’autant que Nantes n’est pas spécialement en avance sur le sujet de la pollution de l’air cf. : https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/contre-la-pollution-de-l-air-nantes-jugee-encore-timide-6648197

2020-05-29T22:52:35+02:00 mai 29th, 2020|A la une, actu, Actualités, Communiqué de presse|0 commentaire

Laisser un commentaire