De NDdL aux Gilets Jaunes – 1 an après l’abandon du projet d’aéroport

/, Actualités 2019/De NDdL aux Gilets Jaunes – 1 an après l’abandon du projet d’aéroport

De NDdL aux Gilets Jaunes – 1 an après l’abandon du projet d’aéroport

 

Il y a un an jour pour jour, le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes était abandonné, mais pas “son monde”. Aujourd’hui, alors que les terres de la ZAD font des envieux et que les mouvements pour une justice sociale et climatique grandissent à vue dœil, nous sommes toujours mobilisé⋅es pour que les alternatives continuent à vivre, à NDdL et ailleurs.

Les alternatives menacées par l’agro-industrie

Sur place, de nombreuses alternatives au monde individualiste, matérialiste et destructeur ont émergé. Une véritable contre-société s’est développée : polyculture-élevage respectueux des sols, boulangeries, brasserie et autres artisanats, bibliothèque, centre d’accueil, lieux de partages et d’échanges, sentiers de randonnée…

Même si la zone n’est plus mise en péril par les avions, de nombreux hectares sont maintenant menacés par l’appétit vorace de grosses exploitations agricoles. Les habitant⋅es vivent toujours dans la crainte permanente de nouvelles expulsions.

 

Pourquoi continuer à défendre la ZAD ?

Parce qu’elle constitue un modèle rare d’expérimentations respectueuses de l’humain et de son milieu, un lieu où se décide collectivement l’usage des terres, en connaissance des écosystèmes. Un modèle à suivre, qui devrait nous inspirer à l’heure où la transition écologique et le dérèglement climatique restent de simples variables d’ajustement pour le gouvernement français.

Les preuves de l’inaction de l’État sont nombreuses : tergiversations sur le charbon, autorisation de forage au large de la Guyane, maintien et aggravation de l’impasse nucléaire, importation de gaz de schiste états-unien financé par des banques françaises, opacité sur l’utilisation des livrets d’épargne “développement durable”, développement sans limite du transport aérien avec des aides publiques

Les conséquences sont pourtant déjà observables, dont l’effondrement accéléré de la biodiversité n’est pas la moindre. La politique climatique française est si inconsistante, si incohérente et si injuste qu’on se demande si notre président “champion de l’environnement” ne méritait pas plutôt le prix Pinocchio.

Un tournant sécuritaire

Il est à craindre que ce gouvernement, plus prompt à envoyer ses forces de l’ordre qu’à dialoguer ou à écouter les scientifiques, cherche à évacuer de la zone les personnes qui la protègent encore. Celles-ci n’ont pas fini de la nettoyer des milliers de balles, grenades assourdissantes, lacrymogènes et autres.

Une surenchère répressive ultra-violente s’est accélérée avec le mouvement des gilets jaunes, pourtant soutenu par une grande majorité de Français⋅es. On imagine bien qu’un retour à l’usage immodéré des armes sur une petite ZAD éloignée du grand public ne ferait nullement peur au gouvernement actuel.

 

Un élan d’espoir citoyen

Malgré cela, l’élan citoyen est toujours là. Plus que jamais mobilisés et organisés, des collectifs citoyens fleurissent çà et là, des marches ou rassemblements pour le climat se multiplient, des pétitions deviennent massivement virales, des actes de résistance apparaissent dans le public comme dans le privé, des lanceur⋅ses d’alerte se lèvent, des actions non-violentes et désobéissantes essaiment un peu partout.

À leur côté, nous interpellons les décideur⋅es, élu⋅es, industriel⋅les, financier⋅es, leur rappelant leurs devoirs légaux et leurs responsabilités sociales et environnementales.

À leur côté, nous refusons l’utilisation de pesticides, les fermes-usines, les projets de structures de loisirs sur des terres agricoles et tout autre grand projet inutile.

Avec la ZAD et avec toutes les bonnes volontés, nous rappelons l’urgence de passer à d’autres pratiques, pour une économie soucieuse de l’humain, de l’environnement et du climat.

Continuons de défendre de nouveaux modèles de société solidaire et durable, pour la justice sociale et climatique ! Restons mobilisé⋅es pour que les alternatives continuent à vivre à la Zad de Notre-Dame-des-Landes et ailleurs !

Changeons le système, pas le climat !

Alternatiba Nantes le GIGNV et ATTAC 44

2019-01-17T19:24:52+01:00 janvier 17th, 2019|A la une, Actualités 2019|0 commentaire

Laisser un commentaire