Nos actus

  • -

Les associations climat marseillaises demandent aux candidats aux élections municipales de s’engager sur les 34 mesures écologiques et sociales du Pacte pour la transition

[Communiqué de presse]

Jeudi 30 Janvier – Cinq associations Marseillaises, Alternatiba Marseille, FNE 13, Alternatives Territoriales Aix-Marseille Provence, ANV Cop 21 et le Graine PACA ont fait parvenir ce jour aux candidat·es aux élections municipales de Marseille leur “Pacte pour la transition”, composé de 34 mesures concrètes “pour plus d’écologie, plus de solidarité et plus de démocratie”. Le document est accompagné d’un formulaire permettant à chaque liste, et pour chaque secteur, d’indiquer avant le 16 février le niveau d’engagement auquel elles comptent se hisser une fois élues.

 

Sorte de “feuille de route” climatique et solidaire, le document des associations  demande aux candidat·es de s’engager sur 3 principes de fonctionnement et sur au moins 10 mesures sur 34, afin de devenir “signataires du Pacte pour la Transition”. Ces mesures font écho aux préoccupations primordiales des Marseillais.es et aux leviers locaux à disposition des élu·es pour endiguer la crise climatique et sociale, et sont classées en 10 thématiques, parmi lesquelles : “Agriculture et alimentation”, “Logement”, “Mobilité et pollution”, “Citoyenneté et vie publique”…

Pour chaque mesure, il est proposé 3 niveaux d’engagements politiques d’ambition croissante, et demandé aux candidat·es d’argumenter dans un onglet “Comment je compte m’y prendre ?”, « afin de ne pas se retrouver avec une liste de vœux pieux sans aucun moyen alloué » précise Noé Viannay, du collectif Alternatives Territoriales. « Le but est ensuite de rendre ces résultats publics, afin que chacun puisse se faire sa propre opinion sur les programmes des candidats » poursuit-il.

Les associations avaient déjà interpellé les candidat·es aux élections municipales lors de deux rendez-vous thématiques, afin de marteler le mot d’ordre “Dernier mandat pour le climat”. Le 16 décembre 2019, une première action d’interpellation, co-organisée avec des parents d’élèves de l’école de la Pointe Rouge, mettait en valeur les mesures , Le 21 janvier 2020, les collectifs s’associaient à Greenpeace pour alerter, dans une mise en scène frappante déployée sur les escaliers de la gare St Charles, sur la dernière place de la ville en matière de lutte contre la pollution, et sur les niveaux de pollution illégaux relevés à proximité des écoles marseillaises.

 

Initiée par le Collectif pour une Transition Citoyenne, le Pacte pour la Transition est un outil national, préparé et porté par plus de 60 ONG et 1200 associations en France. Le principe est simple : le “Pacte” standard est mis à disposition des collectifs et associations locales désireuses de s’engager dans une démarche de plaidoyer politique à l’occasion de la campagne des élections municipales Marseille 2020, qui représente une opportunité de sensibiliser les citoyen.nes et candidat.es sur des sujets aux enjeux futurs majeurs (écologie et social). « L’outil commun qu’est le Pacte pour la Transition permettra également, une fois les élections passées, d’assurer le suivi des politiques mises en place et de vérifier que les engagements sont tenus » précise Marceau Néel, porte parole d’Alternatives Territoriales. 

 

Partout en France, des collectifs locaux se sont approprié le “Pacte”, parfois en rajoutant des mesures, ou bien en les contextualisant. A Marseille, comme dans d’autres villes de la métropole (Aix, Aubagne, Salon…), les mesures ont été largement étayées et documentées à partir des travaux antérieurs des associations locales, et notamment du livret “300 propositions pour une métropole à la hauteur des enjeux climatiques“, publié en janvier 2019 par le collectif Alternatives Territoriales Aix Marseille Provence.

 

Nous vous convions aussi jeudi 30 janvier 2020 à 20h au bar le ZOUMAÏ, 7 COURS GOUFFÉ, 13006 MARSEILLE à venir nous rencontrer à l’occasion d’un événement de sensibilisation citoyenne et de présentation du Pacte pour la Transition Marseille 2020.

 

                                                                                   Alternatiba Marseille

                                                                                   ANV-COP21Marseille

                                                                                   Alternatives Territoriales Marseille

 


  • -

SCANDALE TOTAL

Restons vigilant.es et mobilisé.es sur la question de la “bio”-raffinerie de la Mède ! 

Hier, 21 janvier, la ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne a convoqué une réunion de travail avec des ONG environnementales, parlementaires, et représentants de Total pour parler de l’approvisionnement de la bioraffinerie de Total…

Pour relire le dossier de Reporterre sur le sujet c’est en dessous !https://reporterre.net/L-huile-de-palme-durable-n-existe-pas

 


  • -

Journée de mobilisation Alternatives Territoriales #2

Mise en scène spectaculaire gare Saint Charles : les candidat·es aux élections municipales de Marseille sont appelé·es à s’engager sur l’urgente question de la pollution de l’air.

Mardi 21 Janvier – Cinq associations Marseillaises, ANV-C0P21 Marseille, Alternatives Territoriales AMP, Greenpeace Marseille, Alternatiba Marseille et du Collectif Vélos, ont organisé aujourd’hui une mise en scène frappante sur les escaliers de la Gare Saint Charles, afin d’interpeller les candidat·es aux élections municipales de Marseille sur l’urgente question de la mobilité et de la pollution de l’air en ville. Cette action s’inscrit dans le cadre d’une journée d’actions décentralisées, organisée pour la campagne nationale Alternatives Territoriales, qui vise à mobiliser les candidat·es sur l’urgence climatique, avec le mot d’ordre “Dernier mandat pour le climat”.

Pendant près d’une heure, des militant·es d’ANV-C0P21 Marseille, Alternatives Territoriales AMP, Greenpeace Marseille, Alternatiba Marseille et du Collectif Vélos en ville ont transformé les escaliers de la gare Saint Charles en un immense baromètre de la qualité de l’air à proximité des écoles. Une trentaine de militant·es se sont mobilisé.es afin d’organiser la mise en scène, d’informer les passant·es et de porter leur message auprès des candidat·es qui ont fait le déplacement. Ces derniers avaient été convié.es par les associations à venir s’engager sur la lutte contre la pollution et le retard gravissime qu’accuse la lanterne rouge sur la question des transports. Les associations marseillaises réclament que figurent dans les programmes des candidats des propositions ambitieuses, volontaires et concrètes, en matière de mobilité et de lutte contre la pollution de l’air.
Ça et là sur les marches du grand escalier, des figurant·es, entravé·es par de gros nuages noirs et enveloppé·es dans du plastique, incarnent l’air irrespirable de la 2ème ville de France. Plus bas, on peut voir des panneaux de couleur représentant les taux de pollution en dioxyde d’azote relevés à proximité des écoles et crèches marseillaises qui sont plus qu’alarmants : en rouge, les établissements dont le taux de pollution à l’azote dépasse les normes légales européennes (plus d’un tiers), talonnés de près par les établissements en orange et en jaune, dont la qualité de l’air est respectivement “mauvaise” et “moyenne”. (Source : Cartographie Greenpeace “Votre enfant respire-t-il un air trop pollué ?”)

L’objectif de cette action est d’interpeller l’opinion publique et les candidat·es aux municipales sur l’état catastrophique des transports à Marseille, “pire ville de France”, comme on peut le lire sur la grande banderole noire déployée au dessus de ce tableau macabre. Les associations s’appuient sur le rapport publié en décembre 2019 par le Réseau action climat, Greenpeace et l’Unicef, qui classe Marseille à la dernière place des 12 principales agglomérations française concernant la lutte contre la pollution de l’air. « Nous dénonçons un manque de volonté politique qui a mené à la situation actuelle, “inacceptable et illégale”» martelle Dominique Ricardoni, référente transports chez Greenpeace Marseille. « Les transports à Marseille ont 30 ans de retard dans tous les domaines, que ce soit sur l’abandon du tout-voiture, le développement du vélo, l’offre et l’usage des transports en commun, ou la protection des enfants face à la pollution de l’air ».

Cette journée d’action s’inscrit dans une séquence de plaidoyer citoyen en vue des municipales qui a débuté le 16 décembre dernier par une première action sur la thématique de l’agriculture et de l’alimentation soutenables. Pour l’action “Mobilité et pollution” à la gare Saint Charles, 4 listes ont fait le déplacement à l’invitation des associations : Sébastien Barles (Debout Marseille), Samia Ghali, Mathieu Grapeloup (LREM), Stéphane Coppey, Théo Challande et Vincent Kornprobst (Printemps Marseillais). Les représentant·es des associations ont pu transmettre leurs revendications, qui s’appuient sur le Pacte pour la Transition. Les 34 mesures, adaptées à l’échelon Marseillais, sont disponibles ici. « La campagne de sensibilisation va ensuite se poursuivre sur d’autres thématiques, afin de mettre en avant que l’élection municipale de 2020 est cruciale pour le climat » explique Florence Joly, porte-parole d’ANV-COP21. « En effet, nous faisons le constat que les candidat·es connaissent peu ou mal les mécanismes du dérèglement climatique, alors qu’une fois élu.es ils auront à leur portée des leviers très importants pour enrayer celui-ci ». Un mini-site a également été mis en place par Greenpeace pour permettre aux citoyen·nes d’interpeller leurs candidat·es sur les réseaux.

Ce matin-même à Paris, Lyon, Grenoble, Mulhouse, Besançon, de nombreuses actions similaires ont vu le jour dans le cadre de la campagne “Alternatives Territoriales”, qui fait le constat que face à l’inaction des gouvernements, les communes et collectivités locales ont leur rôle à jouer, puisque 50 à 70% des solutions pour le climat se situent à l’échelle locale. La prochaine journée de mobilisation “décentralisée” aura lieu le 14 février et interpellera les candidat·es sur le contrôle et la limitation de la publicité dans l’espace public.


  • -

Journée de mobilisation Alternatives Territoriales #1

Des citoyen.nes interpellent les candidat.es aux élections municipales de Marseille sur l’agriculture et l’alimentation responsables

 
 

  

 

Lundi 16 décembre – Le collectif Alternatives Territoriales de la Métropole d’Aix-Marseille organisait aujourd’hui un goûter biologique et local devant l’école de la Pointe Rouge et le lycée Marseilleveyre afin d’interpeller les candidats aux élections municipales de Marseille sur la question d’une agriculture et d’une alimentation plus soutenables. Cette action s’inscrit dans le cadre d’une journée d’actions décentralisées, organisée pour la campagne nationale Alternatives Territoriales, qui cherche à mobiliser les candidats sur l’urgence climatique.

En savoir plus


  • -

Lancement du Pacte pour la transition Aix-Marseille Provence !

20/11/2019 : le Pacte pour la Transition était dévoilé au grand public !
12/12/2019 : à notre tour de lancer le Pacte pour la Transition Métropole Aix-Marseille Provence, déclinaison locale des mesures !

3️⃣4️⃣ mesures concrètes pour des communes plus justes et plus écologiques au quotidien !
De la gestion des déchets à l’alimentation et l’agriculture 🍎, en passant par l’habitat🏡, les monnaies locales💰, la gestion de l’énergie💡, la mobilité 🚲, le maritime et le tourisme  etc.

Le Pacte pour la Transition du CTC | Le Pacte pour la Transition Aix-Marseille Provence

Nous, Alternatives Territoriales Aix-Marseille Provence,
Nous, une soixantaine d’associations locales et nationales,
Nous, des citoyen.ne.s engagé.e.s sur notre territoire de Marseille, d’Aix, d’Aubagne, de La Ciotat, de Martigues, de Salon (et bien d’autres…)
nous engageons à porter cette démarche dans nos communes !

👉 Envie de vous mobiliser, contactez-nous à alterterri@alternatibaioli.org
👉 Toutes les infos et actualités sur notre page Facebook 


  • -

Agenda de la rentrée climat 2019 à Marseille

Tu veux t’engager dans le mouvement climat mais tu ne sais pas par où commencer ? Voilà le mode d’emploi !
Trouve le mode d’action qui te convient dans la liste et viens nous rejoindre !
Chacun, chacune a sa place, quel que soit ses compétences et le temps qu’il.elle peut investir !

➡️ Tu souhaites faire de la question climatique le centre des enjeux des municipales, et demander aux candidats et aux élu.e.s de prendre des mesures exemplaires, durables et solidaires ?
*
Porte-parole d'Alternatives Territoriales et Sabine BernasconiPlénière Alternatives Territoriales
*
Mardi 17 septembre / au CCFD, 41 rue d’Isoard (Salle Mistral – l’entrée se fait par l’impasse Flammarion, le portail tout en haut de l’impasse)
*
Accueil des nouveaux.elles à partir de 18h30
Plénière de 19h à 21h

➡️ Tu souhaites te former à l’action non violente et à la désobéissance civile ?
*
Kalune et ANV-COP21 à La Défense
Formations à l’action non violente
*
Vendredi 20 et Samedi 21 septembre / lieu communiqué sur inscription
Module 1️⃣ : Initiation à l’action non violente (le matin)
Module 2️⃣ :Organiser une action non violente de A à Z (l’après midi)
✍🏽 Inscriptions obligatoires sur les formulaires dans la description de l’événement Facebook !

➡️ Tu souhaites faire grossir la mobilisation et montrer que la question climatique devrait être le centre des préoccupations de nos concitoyens et de nos élu.e.s ?
*
Alternatiba et Alternatives Territoriales sous l'Ombrière à Marseille
*
Grève des jeunes pour le climat
A partir du vendredi 20 septembre 
*
Marche pour la justice sociale et climatique 
Samedi 21 septembre
*
*

➡️ Tu souhaites promouvoir les alternatives vertueuses et joyeuses, pour les opposer à ce système délétère qui s’emballe ?
*
Militants engagés
Plénière Alternatiba
*
Mercredi 25 septembre / Mille babords (61 rue Consolat)
*
Accueil des nouveaux.elles à partir de 18h30
Plénière de 19h à 21h
*
*

➡️ Tu souhaites te renseigner sur les actions de masse ? Et notamment la manière dont elles se déroulent chez nos voisins allemands ?
Partage d’expériences action de masse “Ende Gelände”
Jeudi 26 septembre 19h – 22h / Lieu à définir, si intéressé.e.s, contacter le 07 82 79 11 17
Des activistes marseillais.es  sont allé.e.s en juin dernier participer au bloquage d’une centrale à charbon en Allemagne !
Ils.elles vous invitent à échanger sur leurs aventures, leurs ressentis sur l’action, son fonctionnement, etc.

  • -

Camp Climat 2019 : le mouvement climat confirme sa montée en compétence

Tags : 

Plus de mille personnes ont été formées au Camp Climat à Kingersheim (Alsace), en suivant 300 sessions de formations afin de préparer les mobilisations à venir pour le climat. Le programme des ateliers s’est clôturé le 10 août avec une simulation d’action de masse de désobéissance civile qui a permis à 700 personnes de mettre en pratique les connaissances acquises.

 

militants au camp climat

 

Le Camp Climat organisé par Alternatiba, les Amis de la Terre et Action Non-Violente COP21 (ANV-COP21) à Kingersheim (Alsace) s’achève sur un bilan extrêmement positif : pendant douze jours de formations, plus de mille participants, majoritairement jeunes, ont suivi un programme axé sur la mise en pratique immédiate et le partage de stratégies. Ce pari audacieux confirme la montée en puissance et en compétence du mouvement climat. Dans un contexte de catastrophes climatiques qui marquent l’été 2019 (incendies massifs, tempêtes de grêle au Mexique…), l’exercice aura permis de préparer une rentrée militante qui s’annonce chargée.

300 sessions de formations 

Du 1er au 10 août, les participants ont pu assister à des formations assurées par 155 intervenants bénévoles sur différentes thématiques de la mobilisation climat. Un programme diversifié allant des techniques de blocage non-violentes à l’élaboration d’une stratégie, en passant par l’usage des réseaux sociaux ou la réalisation de banderoles. Ces ateliers étaient complétés par des tables rondes politiques, où différentes personnalités comme Didier Lestrade, fondateur d’Act Up-Paris, ou encore Cyril Dion, réalisateur, ont pu échanger sur la désobéissance civile, la construction d’un récit mobilisateur ou encore les luttes locales. Grâce à une organisation collective minutieuse, le Camp Climat a fonctionné sur la base du bénévolat de tous les participants, permettant notamment de servir en moyenne 1 800 repas par jour, d’assurer une ambiance bienveillante et de proposer un programme ouvert à tous chaque soir.

Une simulation d’action de masse à 700 personnes

Les compétences acquises ont été mises en application lors d’une simulation d’action géante de désobéissance civile. Les activistes avaient pour objectif de bloquer un sommet international fictif, face à des figurants dans les rôles de chefs d’Etat, de PDG de multinationales ainsi que des forces de l’ordre. Cet exercice a permis aux militants climat de s’entraîner pour accélérer et renforcer les prochaines mobilisations.

Une rentrée chargée 

Les militants se donnent déjà rendez-vous fin août pour les mobilisations autour du G7 qui se tiendra à Biarritz du 24 au 26 août. Une marche des portraits présidentiels réquisitionnés ces dernières semaines dans les mairies par ANV-COP21 aura lieu dans le vieux Bayonne le 25 août. Elle sera suivie d’une conférence de presse en présence de personnalités qui feront le bilan de la politique climatique et sociale du gouvernement Macron.

En amont du sommet des Nations Unies sur le climat du 23 septembre, les jeunes appellent à une grève généralisée pour le climat avec les syndicats le vendredi 20, suivie le samedi 21 par une manifestation nationale pendant laquelle des marches et des actions sont prévues.

La fréquentation du Camp Climat confirme le changement d’échelle du mouvement climat et la détermination de plus en plus de personnes à passer à l’action.


  • -

Auditions d’activistes climat à Marseille

Au matin du 11 juillet, 6 membres des collectifs Alternatiba et Action Non-Violente COP21 (ANV-COP21) de Marseille étaient convoqués à la gendarmerie du 10ème arrondissement de Marseille. 4 d’entre eux-elles ont subi une perquisition à leur domicile. Ces convocations faisaient suite au décrochage de portrait d’Emmanuel Macron ayant eu lieu à la mairie de Nans-les-Pins (Var) le 5 juillet dernier.
Cette action symbolique s’inscrivait dans le cadre de la campagne de désobéissance civile « Décrochons Macron », campagne lancée le 21 février suite au « refus de changer de cap » du gouvernement en réponse à l’Affaire du siècle¹. Elle consiste à décrocher le portrait présidentiel d’Emmanuel Macron des mairies, puisque lui-même a décroché des objectifs des Accords de Paris².

Les militant-e-s dénoncent le vide de la politique française en termes de mesures sociales et environnementales, et entendent ainsi « sortir » Macron, afin de le confronter à la réalité du dérèglement climatique et aux dégâts des politiques libérales. À ce jour, 106 portraits présidentiels ont été réquisitionnés partout en France, débouchant sur plus d’une centaine d’interpellations et 12 procès visant 40 activistes sur tout le territoire.

Brandissant des banderoles où l’on pouvait lire « De Rugy, Macron, Philippe : Coupables de crime climatique » ou encore « Marseille, Nancy, soutien aux activistes climat », une trentaine de militant-e-s et sympathisant-e-s ont escorté ce matin les 6 activistes jusqu’aux grilles de la caserne du 171, avenue de Toulon. Les chants et les applaudissements ont résonné pour saluer le courage et la détermination des auditionné-e-s.
Nicolas, activiste du groupe marseillais d’ANV-COP21, annonce « Aujourd’hui les activistes climat font face à une répression disproportionnée pour leurs actions non-violentes, mais nous sommes déterminé-e-s et nous continuerons à défendre la vie ! ».

Site Internet de la campagne Décrochons Macron : https://decrochons-macron.fr/

 

1. Le recours juridique signé par deux millions de personnes contre l’Etat pour « inaction face aux changements climatiques »

2. Les accords de Paris fixent aux états signataires une limitation du réchauffement global à +2°C, si possible 1,5°C


  • -

DELTA Festival sur les Plages du Prado

Militants Alternatiba au DELTA Festival

Pour la première fois, nos joyeux bénévoles sont en forme pour les deux jours du DELTA Festival au Village Durable !
Au programme entre 12h à 19h :
– Animations et ateliers dont notre célèbre “Fresque du Climat” !
– Présentation d’alternatives éco-responsables.
– Présentation des grands projets et engagements de l’association.
– Surprises et bonne humeur !

Une façon de sensibiliser les festivaliers aux enjeux du dérèglement climatique dans la bonne humeur et la convivialité !

Des fruits au DELTA Festival Sensibilisation de jeunes au DELTA Festival


  • -

AlternatibaR au Zoumaï

Alternatibar au Zoumaï

Au Zoumaï, premier brewpub indépendant à Marseille, nous partageons des bières locales brassées et des jus bio ensemble dans un cadre atypique et chaleureux.
Entre deux bières (ou deux jus) c’est l’occasion de discuter et d’en connaître un peu plus sur nos engagements et actions pour limiter le réchauffement climatique de notre belle planète !

Où : À deux pas de la place Castellane : 7, cours Gouffé 13006 Marseille.

Au programme :

– Stand Alternatiba : présentation des actions, des partenaires, des projets… L’occasion de discuter et de nous aider en achetant un de nos tee-shirts vert ou jaune super stylés !Cartes Fresque du climat

– “Fresque du climat” – outil participatif ludique qui illustre le rôle des activités humaines dans le réchauffement climatique.

– Prise de parole d’un membre de ANV-COP21 [Action Non Violente] afin d’expliquer leur démarche et objectifs de la désobéissance civile dans l’engagement pour la cause climatique.

Seront les bienvenues toutes les associations, notamment en lien avec l’écologie ! Si vous souhaitez prendre la parole et vous présenter, merci de nous contacter.

À tout bientôt les ami-e-s !

Alternatibar au ZoumaïBières du Zoumaï Alternatibar

 


Changeons le système, pas le climat !