Imprimer ceci Page

ALTERNATIBA : projet et dynamique du mouvement

LE PROJET ALTERNATIBA : «CHANGEONS LE SYSTÈME, PAS LE CLIMAT.»

L’urgence climatique : « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs »

Pour sauver le climat, « il est minuit moins cinq » affirmait, en septembre 2013, Rajendra Pachauri, le Président du GIEC, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat. Plus personne, hélas, ne peut douter de la gravité du dérèglement en cours. Parmi les dernières alertes : l’année 2014 a été la plus chaude sur le globe depuis le début des relevés de températures, en 1880.
Et ce que nous vivons aujourd’hui est bien peu de choses par rapport à ce que subiront nos enfants si nous ne sommes pas capables de relever très vite le défi climatique : le seuil des +2°C pourrait être franchi entre 2035 et 2045, selon un communiqué publié en juin 2013 par le CNRS.
Rien n’a changé depuis le célèbre constat “Notre maison brûle et nous regardons ailleurs”. Pire, depuis l’échec du Sommet de Copenhague en 2009 et l’éclatement de la crise financière, l’urgence climatique semble avoir disparu de l’agenda des décideurs.

L’année 2015 va être déterminante dans la lutte contre le dérèglement climatique. En effet, de toutes les Conférences internationales pour le climat, la COP21 qui va avoir lieu à Paris à la fin de l’année va être la plus importante car nous pouvons encore intervenir et changer l’essentiel du cours des choses. Il va donc falloir faire entendre notre voix.
Nous sommes convaincus que les alternatives que nous portons sont capables de créer une société qui permette de limiter et de résister au changement climatique. Le gros défi c’est de savoir comment les généraliser et les rendre massives dans le temps qui nous est imparti. Nous avons une petite durée pour pouvoir le faire mais nous pensons que l’on peut y arriver.

L’objectif d’Alternatiba

Dans ce contexte, l’objectif d’Alternatiba est de montrer toutes les solutions possibles pour s’attaquer aux causes du changement climatique, au niveau local comme au niveau global. Prendre l’angle des alternatives concrètes permet de rompre avec le sentiment d’impuissance face à ce défi sans précédent pour l’humanité.

Il s’agit également d’expliquer que la lutte contre le changement climatique concerne la plupart des aspects de notre vie et de notre société : agriculture paysanne, relocalisation de l’économie, éco-habitat, développement des alternatives au tout routier, sobriété énergétique, finance et consommation responsables, partage du travail et des richesses, recyclage et réparation, etc., à l’opposé des «fausses solutions» : nucléaire, gaz de schiste, grands projets inutiles, OGM, agrocarburants ou géoingénierie.

Lutter contre le dérèglement climatique n’est pas forcément une contrainte mais plutôt un élan formidable sur lequel l’avenir peut se construire. Cette approche a également l’avantage de montrer que les solutions ne viendront pas seulement “d’en haut” mais qu’elles peuvent aussi être mises en œuvre au quotidien, à un niveau local ou régional, individuel et collectif.

ALTERNATIBA : UNE VAGUE QUI S’AMPLIFIE

La dynamique des Alternatiba : un « noyau durable » (Libération, 01/02/2015)

Le 6 octobre 2013, à Bayonne, le premier Alternatiba, parrainé par feu Stéphane Hessel, a rassemblé 12 000 personnes, dont 500 bénévoles. À la fin de cette journée Christiane Hessel, avait lu une déclaration solennelle, appelant à créer « 10, 100, 1000 Alternatiba » en France et en Europe. Cet appel a été entendu. En effet, le mouvement Alternatiba, qui se veut « une force d’entraînement non violente mais radicale », selon Txetx Etcheverry, cofondateur du mouvement altermondialiste basque Bizi !, fait des petits un peu partout. En 2014, une dizaine de «Villages des alternatives» ont déjà éclos, réunissant 15 000 personnes à Bordeaux, 11 000 à Lille, 10 000 à Nantes… Plus de 70 Alternatiba auront lieu en 2015, la plupart de juin à octobre, en France mais aussi en Europe (Angleterre, Belgique, Suisse, Espagne, Autriche…). Dans la région PACA, Martigues, Avignon, Aix, Aubagne accueilleront aussi Alternatiba. Et plus de 50 000 personnes sont attendues à Paris, le 26 septembre, à l’arrivée de l’Alternatiba Tour, pour une journée « Paris sans voiture » et pour la Journée de la transition citoyenne.

Le Tour AlternatibaTour-Alternatiba-tracé-mars2015

Le Tour Alternatiba parcourra plus de 5 000 kilomètres pendant l’été 2015 avec des vélos tandem 3 et 4 places, pour mobiliser des dizaines de milliers de personnes autour des « vraies alternatives » au changement climatique dans la perspective de la COP21.

Ce tour en vélo 4 places partira de Bayonne le 5 juin, journée mondiale de l’environnement, s’arrêtera à Marseille le 24 juin, et arrivera à Paris le 26 septembre, date d’Alternatiba Île-de-France. Pendant 4 mois, il fera étape dans 180 territoires de l’hexagone et de 5 autres pays européens.

Partout en France et en Europe, la mobilisation pour le climat va être massive. Il est important qu’à Marseille, en tant que citoyens, nous nous ralliions à cette dynamique.

Plus d’infos sur le site d’Alternatiba.