Sep 18 2017

Sorties natures en préalable au village des alternatives

Voilà quelques photos de la cueillette en Creuse qui a eu lieu le samedi 16/09 dernier, à partir de 14h30 à St Sébastien (23) au Jardin des Harmonies, avec Nathalie RANJON productrice-cueilleuse de plantes sauvages.
Au total, 15 participants + 3 enfants + 1 bébé, ravis.
Passionnant et très agréable malgré l’air très vivifiant. Accueil très chaleureux et dégustation très fine, sorbet et tisane…. Très réussi. Bibliographie et dégustation sur place…

Pour la cueillette de Haute Vienne, au Jardin de Callune avec Chantal BALLOT productrice-cueilleuse 21 participants avec une balade près d’Eymoutiers à la découverte des plantes sauvages…

Ce 16 septembre 2017, nous avons passé un après-midi frigorifiant mais très enrichissant au jardin du Centaure à Saint-Yriex le Déjalat, en Haute-corrèze.
Nous n’étions que cinq, mais cinq très attentifs au discours de Dominique qui conjugue la biologie, l’écologie et la mythologie.
Il cultive à la main, avec l’aide d’ Hendrikje et de l’un de leurs cinq enfants, un héctare de plantes officinales et il transforme peu à peu son jardin, qui n’a que 3 ans, en forêt-jardin. Il installe des rangées, assez serrées, de plantes de petites tailles qui alternent avec des lignes de petits arbustes à fruits d’une très grande variété mais en majorité des cassissiers. Il met aussi au milieu de tout cela des arbres fruitiers plus hauts, pêchers, poiriers, pommiers qu’il greffe très souvent lui-même. Toutes ces plantes vont s’entraider. Il travaille en permaculture et enrichit son sol avec du compost, du foin et les broyats de ses voisins agriculteurs.
Dans la partie du jardin la plus proche des bâtiments, il a constitué un conservatoire de plantes sauvages utilisables en salade, en tisane ou en macérat huileux. Par exemple le plantin, l’achilée mille feuilles, le calendula ou le millepertuis. Il nous a bien sûr parlé de leurs vertus. Mais dans cette partie du jardin il a aussi les plantes toxiques, mortelles si on les ingère, comme le sceau de salomon, la douce-amère ou l’ancolie.
il nous a fait visiter son séchoir pour les plantes destinées aux tisanes. Il cultive ces plantes mais va aussi en cueillir de très grosses quantités dans la campagne avec Hendrikje. Tous les deux peuvent cueilir jusqu’à 70 Kg de fleurs d’aubépine par exemple. L’aubépine régule le coeur et est très efficace pour lutter contre l’insomnie et l’anxiété.
Nous en sommes reparties pleines de désirs d’aller plus loin , pour connaître les plantes et apprendre à les utiliser, pour approfondir aussi la “signature des plantes” dont il nous a longuement entretenus et qui nous a passionnées. Dominique nous a aussi renforcées dans notre conviction que chacun peut et doit devenir autonôme, comme l’étaient encore nos grands-parents au début du siècle dernier. Voilà qui serait une belle et fondamentale alternative.

DSC_0750

DSC_0751DSC_0789