jeudi 25 juillet, 35 activistes de mouvements écologiques et sociaux dénoncent le « greenwashing » de la mairie en recouvrant sa campagne d’affiches dans la ville.

 ” Besoin de fraîcheur ? Profitez des 80 parcs à Lille “, dans cette campagne d’affichage déployée en ce moment, la mairie invite les Lillois, en ces périodes caniculaires, à se rafraîchir dans l’un des « 80 parcs de la ville ». Une campagne mensongère et insultante pour plusieurs collectifs militants.

Lille, Jeudi 25 juillet, 35 activistes d’ANVcop21, d’Extinction Rebellion, de Fête La Friche et des  Gilets jaunes parcourent la ville pour recouvrir les 40 affiches “Besoin de fraîcheur?” de la mairie afin de rétablir la vérité sur les espaces verts lillois.

L’action commence, il fait 41,5°C pour un ressenti de 43°C, et une question rôde dans toutes les têtes. « Où sont ces soit disant parcs providentiels ? »

Le recensement des parcs effectué par la mairie sur sa carte « plan canicule » éclaire un peu plus sur son processus de comptabilisation. L’essentiel des « parcs » recensés sont majoritairement des squares et jardins publics de taille extrêmement réduite et pour beaucoup minéralisés.
La Voix du Nord recense, après étude, uniquement « 35 parcs » en grossissant le chiffre et en admettant que ces derniers restent de taille dérisoire.

« Appeler un parc le crottoir d’en face est risible. Nous avons besoin de véritables espaces verts capables de réduire les îlots de chaleur urbains créés par l’artificialisation des sols, par le béton de nos villes qui emmagasine et accentue la chaleur. Lillenium, Biotope, Swan, sont quelques exemples de grands projets commerciaux et de bureaux qui accentuent ce phénomène et rasent les derniers espaces vierges de la ville» explique Eloïse, activiste d’ANVcop21.

Les activistes dénoncent à travers cette action de désobéissance civile non violente une campagne de greenwashing de la ville souhaitant faire croire aux habitants que Lille est une ville verte.

 « La vérité, c’est que Martine Aubry a pour projet de bétonner un des seuls espaces verts naturel de Lille, le Belvédère, véritable poumon vert, afin d’y construire une piscine olympique. Rappelons que le collectif Fête la Friche lutte jour et nuit sur place pour le protéger des bulldozers de la mairie.
La vérité, c’est que les parcs de grande taille sont essentiels à la préservation d‘îlots de fraîcheur dans la ville . Or, Lille avec 25 m2 par habitant est l’une des villes ayant le moins d’espace vert par habitant en France»

Rappelons que la canicule de 2003 a fait état d’au moins 15000 morts en France.

Les périodes de canicules, avec le dérèglement climatique vont être de plus en plus récurrentes et de plus en plus intenses, il est urgent d’anticiper leurs évolutions, de remettre de la nature, de l’eau dans nos villes, par des actes concrets, et non par des mensonges.