Agences BNP fermées pour cause d’évasion fiscale

15391426_10153990107837327_3736298769564395067_oLille, le 10 décembre – 70 militants se sont rassemblés devant l’agence de la BNP Grand Place, fermée pour cause d’évasion fiscale. Suite à l’appel public lancé pour faire le siège de la BNP à  Lille, les agences étaient toutes fermées ce samedi.

Les militants dénonçaient l’évasion fiscale et appelaient au financement de la transition écologique et sociale. Cette action s’inscrit dans un week-end de mobilisation nationale visant la BNP Paribas en vue de la tenue du procès de l’évasion fiscale le 9 janvier à Dax, en parallèle du premier procès d’un “Faucheur de chaises”, Jon Palais.

Aujourd’hui, à 11h00, 70 militants du collectif des Faucheurs de Chaises se sont rassemblés devant l’agence de la BNP Paribas, Grand Place à Lille. Cette action non-violente et déterminée avait été appelée publiquement sur les réseaux sociaux par les groupes locaux d’ANV-COP21, d’ATTAC et des Amis de la Terre. En réaction, la BNP a choisi de fermer toute les agences de la ville ce samedi 10 décembre. Aurait-elle quelque chose à se reprocher ?

Sous les yeux des usagers de la Grande Roue, ils ont tenu une grande fête de l’évasion fiscale en fanfare. Prises de parole et chants se sont enchaînés. Le collectif a ainsi appelé à la participation massive au procès de l’évasion fiscale qui se tiendra à Dax le 9 janvier.

Cette action intervient suite à l’annonce du premier procès d’un Faucheur de chaises, Jon Palais, poursuivi par la BNP Paribas pour avoir participé à une action de réquisition de chaises dans l’une de ses agences. En 2015, le collectif des Faucheurs de Chaises composé d’Action Non-Violente COP21, des Amis de la Terre, d’Attac, de Bizi! et de Solidaires Finances Publiques avait réquisitionné symboliquement 196 chaises dans des banques participant au système organisé de l’évasion fiscale. A Lille, les Faucheurs de Chaises avaient frappé le 27 novembre à l’agence du boulevard Victor Hugo et avaient réquisitionné 4 chaises. Les 196 chaises avaient servi à l’organisation d’un sommet citoyen le 6 décembre à Montreuil pendant la COP21.

Pour Jean Gadrey, receleur officiel de chaise et membre du Conseil scientifique d’ATTAC. “Ce ne sont pas les Faucheurs de chaises qu’il faut juger, mais l’évasion fiscale en banque organisée. Ce procès à la David contre Goliath oppose les agissements frauduleux d’une banque au geste symbolique de militants qui ont voulu dénoncer l’injustice sociale qu’est l’évasion fiscale.”

Le procès de l’évasion fiscale réunira des personnalités comme Eva Joly et Caroline Joly, les avocates de Jon Palais, Antoine Peillon, Edgar Morin, Patrick Viveret, HK, des personnalités associatives, syndicales et politiques. “Chaque année, ce sont 60 à 80 milliards qui manquent aux finances publiques à cause de la fraude et de l’évasion fiscale, et nous privent de moyens pour financer des écoles, des crèches, des transports publics, la rénovation thermique des bâtiments.. alors même que la transition sociale et écologique est aujourd’hui une urgence vitale. Dans une région marquée par de fortes inégalités, c’est d’autant plus révoltant lorsqu’on sait que les grandes fortunes comme les Mulliez pratiquent l’évasion fiscale alors que d’autres ont du mal à se chauffer l’hiver.” précise Cécile Marchand pour ANV-COP21.

La grande fête de l’évasion fiscale a été interrompue par le Pape 40 de l’Eglise de la Très Sainte Consommation. Il ironise : “ C’est un scandale, je demande la perpétuité pour Jon Palais. Il a volé une chaise quand même… dans ces banques qui nous permettent d’échapper à la tyrannie fiscale. ”

31606399316_a4af3c6c72_k

31270731990_24c1b_b

31606397076_73aafc49be_b  dscf029131270731850_a55aee4876_b

dscf0271dsc_0047dscf0344