Presse – Vidéos – Photos

Vidéos

Isabelle et Olivier préparent Alternatiba Léman, le forum du “bien vivre ensemble” à Genève

Reportage: Le festival sur le réchauffement climatique Alternatiba bat son plein à Genève – rts.ch 

Reportage Les Visionautes Web TV

Video Alternatiba Léman dans 20 ans, de Franck Na

Un stand couleur verte à Alternatiba Léman…

Global Advantage Foundation – Les Origines – De la Glace pour nos Glaciers

Photos

Photos de Demir Sönmez  /  Photos de Carlos Serra Album I ; Album II

Revue de presse

Durant trois jours, Genève, comme 80 autres villes européennes, a vécu au rythme des conférences et animations d’Alternatiba, initiative locale de résistance, de mobilisation et de propositions avant la conférence sur le climat de Paris en novembre. Reportage.


Succès. Le festival transfrontalier Alternatiba Léman a touché un large public, ce week-end à Genève. Ses organisateurs envisagent ainsi un acte II.

Assurément, il n’y a pas que les convaincus qui ont apprécié cet événement alternatif, né en octobre 2013 à Bayonne, dans le Pays basque. Devant le constat du dérèglement climatique, plutôt que de baisser les bras, l’idée a été de réunir les solutions locales, concrètes et immédiates qui existent. Le quartier de Plainpalais s’est ainsi transformé en une incroyable ruche humaine le temps d’un week-end, avec l’accueil de 250 entreprises et associations, ainsi qu’une centaine de conférences. Une occasion rêvée pour tisser des liens. «Nous aspirons à une synergie durable, ambitionne le porte-parole de la manifestation. Un tel rassemblement autour du climat, c’est du jamais-vu à Genève! Je pense qu’il y aura un avant et un après Alternatiba pour les gens qui se mobilisent pour la défense de l’environnement.»


 

Le festival Alternatiba, qui vise à trouver des solutions locales pour lutter contre le changement climatique, a ouvert ses portes samedi à Genève, pour deux jours, en présence de 250 associations.

L’initiative est née il y a deux ans en France et a depuis essaimé dans une centaine de villes. A Genève, des conférences, des ateliers ainsi que diverses animations se dérouleront ce week-end dans plusieurs endroits de la ville, tels que la Maison des associations, le cinéma Cinélux ou l’Université de Genève.

Pour Maxime Combe, également membre du mouvement altermondialiste Attac, ce festival constitue une alternative à la conférence sur le climat qui se tiendra en décembre à Paris.

“Les propositions des gouvernements tant en termes de réductions de gaz à effet de serre que de financement ne sont pas à la hauteur des enjeux du dérèglement climatique. Là où il faudrait limiter le réchauffement à 1,5 ou 2 degrés, leurs propositions conduisent à un réchauffement supérieur à 3 degrés pour la fin du siècle”, a-t-il dit samedi au 12h45 de la RTS.


 

Des milliers de personnes ont suivi samedi la première édition d’Alternatiba Léman. Plongée en images dans cette effervescence collective qui se prolonge ce dimanche.

La manchette d’un quotidien romand annonce, ce samedi, qu’un écrivain genevois de renom a écrit son dernier roman à 10 000 mètres d’altitude. Bigre, ce kérosène littéraire se renifle un peu partout, sauf précisément sur la plaine de Plainpalais. On choisit ce camp-là l’espace d’un week-end. Le camp des initiatives locales en faveur du climat et du bien vivre ensemble. Le tout dans un climat festif et solidaire. Le festif se vit sous le soleil, généreux jusqu’à 16 h; le solidaire se vérifie sous la pluie qui, en moins de quinze minutes, douche la manifestation, du centre à la périphérie.


Genève, théâtre et terreau des initiatives locales pour le climat.

Plus de 250 associations genevoises, vaudoises, et françaises seront rassemblées ce week-end autour de la plaine de Plainplalais pour « Alternatiba Léman », qui va réunir tout ce qui fait dans la région en faveur du climat. L’occasion de découvrir, pèle mêle, des projets de poules urbaines, un atelier de confection de sacs en tissus recyclés, de construction d’un four solaire ou de découvrir les actions dépolluantes des champignons. Denis Bucher, responsable communication pour Alternatiba.


Un «village de transition vers le monde de demain» surgit à Genève, comme dans une centaine d’autres localités depuis 2013. 20 000 personnes y sont attendues.

Il existe une high road et une low road – une «voie royale» et une «voie étroite» – vers le changement. «La high road, c’est par exemple la promesse de Jeremy Corbyn, élu contre toute attente à la tête du Parti travailliste anglais, qui a déclaré mardi vouloir renationaliser les trains. Cette mesure, soutenue par 80% des Anglais, ne signifierait pas le retour à la centralisation: il s’agirait de gérer les trains de manière coopérative entre l’Etat, les voyageurs, les travailleurs et tous les gens concernés. Ce serait un cas de figure idéal d’une transition sociale faite avec tous les moyens de la société», analyse Michel Bauwens. Le théoricien belge de l’économie participative est ce week-end l’un des invités d’Alternatiba Léman: incarnation lémanique, transfrontalière, d’une série de festivals de taille géante organisés comme autant de «villages de transition vers le monde de demain».


Le documentaire «Etre et devenir» vante la non-scolarisation. Profitant d’Alternatiba Léman, le cinéma genevois associatif Cinélux propose un nouveau film documentaire resté sans distributeur, après son «hit alternatif» «En quête de sens»: Etre et devenir de Clara Bellar.


 

De jolis billets illustrés par Coco la dessinatrice annemassienne de Charlie Hebdo ou Hermann et la possibilité de les utiliser aussi bien à Genève qu’en Haute-Savoie ou dans le Pays de Gex.

Dévoilé ce mardi, le Léman entrera en circulation dans le Grand Genève vendredi à l’occasion d’Alternatiba, le grand festival pour le climat transfrontalier où sont attendues près de 20 000 personnes. L’idée est de faire consommer localement en créant des circuits courts.


Sécurisés, les billets seront en circulation dès vendredi au festival Alternatiba. Ils sont rouges, bleus, verts, bruns et ornés de dessins d’Aloys, d’Hermann, de Mix et Remix et de Coco. Présentés mardi, les lémans ont enfin pris corps, ce qui permet le lancement officiel de cette monnaie locale, complémentaire à l’euro et au franc, destinée à dynamiser les achats de produits locaux et les échanges dans le bassin lémanique.

Les premiers billets seront mis en circulation vendredi, lors de l’inauguration d’Alternatiba, le festival transfrontalier des initiatives locales pour le climat, qui en a fait sa monnaie officielle. Des bureaux de change seront à disposition pour acheter des lémans. La valeur d’un Léman a été fixée provisoirement à 1 euro ou 1 franc suisse. Les concepteurs du projet estiment qu’environ 100000 lémans pourraient être échangés durant le festival. Dans les semaines qui suivent, son cours devrait toutefois être arrimé à celui de l’euro.


A 15 jours du lancement d’Alternatiba, Isabelle, la Française, et Olivier, le Suisse, travaillent main dans la main pour préparer ce “festival transfrontalier des initiatives locales pour le climat et le bien vivre ensemble”, à Genève.

voir la vidéo


L’association Suisse Alternatiba Léman vient d’inviter la fondation Amidoul, chargée de la réalisation du nouveau ksar Tafilelt de Béni-Isguen à Ghardaïa, à Genève en Suisse, du 18 au 22 septembre, afin de s’inspirer de ce beau projet qui allie parfaitement l’architecture algérienne typique à la modernité.


Le «village Alternatiba Léman» prendra ses quartiers à Plainpalais le 18 septembre. Plus de 10 000 visiteurs sont attendus.

Le programme à lui seul est impressionnant: six pages A3 remplies de petits caractères répartis sous une vingtaine de thématiques différentes. Pour sa première édition, Alternatiba Léman, le festival transfrontalier des initiatives locales pour le climat, a mis la barre haut. Selon les organisateurs, la manifestation devrait attirer pas moins de 10 000 personnes les 18, 19 et 20 septembre à Plainpalais. «C’est une estimation qui se base sur les expériences réalisées dans des villes d’une taille comparable à Genève», précise Olivier de Marcellus, l’un des initiateurs de l’événement.

 


 

L’émergence de la société numérique constitue un tournant historique comparable à celui du développement de ­l’imprimerie. Une rupture qui impacte tous les aspects de nos sociétés. Elle modifie profondément les rapports de production, elle représente une grammaire politique inédite et elle constitue une nouvelle manière de construire les savoirs. Il est donc heureux que le Forum Alternatiba, qui se tiendra en septembre à Genève, consacre un atelier à cette problématique en plein devenir.


Première européenne. Arrivée au pouvoir en avril dernier, la coalition de centre-droit finlandaise a annoncé, début juillet, vouloir tenter l’expérience d’un revenu de base inconditionnel. Le débat sur son montant, sa mise en œuvre et son financement doit avoir lieu. Il s’annonce ardu. Certains parlementaires demandent que le revenu soit attribué sous condition (de recherche de travail notamment), d’autres s’opposent totalement à l’idée.


Ce matin, la maison des associations de Genève est en pleine ébullition. Entre ses murs se déroule une rencontre qui fera date. Le collectif organisateur du village des alternatives réunissant Suisses et Français sur les rives du lac Léman – Alternatiba Léman, du 18 au 20 septembre prochain – a profité de la présence du Tour pour annoncer le lancement de sa monnaie locale, au cours d’une conférence de presse. Txetx, membre fondateur de Bizi!, l’association bayonnaise à laquelle on doit l’initiative du premier village Alternatiba, est également à l’origine de la mise en oeuvre de l’Eusko, la monnaie locale la plus aboutie de l’hexagone. Il a ainsi pu partager avec ses camarades suisses les mérites de la relocalisation des échanges, et fait part de son expérience .


Geld. In Frankreich zahlt man mit dem Euro. In der Schweiz mit dem Franken. Und in der Grenzregion Genf-Annemasse bald auch noch mit dem «Léman». Die neue Währung soll eine Label-Funktion haben.

La région franco-genevoise aura sa propre monnaie dès le 18 septembre. Le “léman” circulera des deux côtés de la frontière, au sein d’un bassin d’un million d’habitants. Objectif: favoriser la production et l’économie locales.

“En achetant localement, on a un effet évident sur le climat, puisqu’on réduit les transports qui correspondent à 25% des émissions de gaz à effet de serre”, a souligné mardi devant les médias Txetx Etcheverry, cofondateur de l’eusko, la monnaie locale du Pays basque. Lancée fin janvier 2013, l’eusko est devenu la troisième monnaie complémentaire d’Europe.

Les entreprises françaises et suisses qui accepteront les lémans s’engageront à respecter une charte qui établit des pratiques économiques socialement et écologiquement responsables, a indiqué le Vert Jean Rossiaud, président de l’association Sasfera Suisse, à l’origine du projet. Pour les particuliers et les collectivités publiques, cette monnaie aura une fonction de label.

Le Léman sera lancé le 18 septembre à Genève lors d’Alternatiba Léman, le festival transfrontalier des alternatives au changement climatique. Des agents de change – ou “agents de changement” – échangeront un léman contre un euro, tandis que la conversion de la monnaie à partir du franc suisse dépendra du cours de l’euro. Il est prévu d’émettre 200’000 lémans en billets de 1, 5, 10 ou 20.

Selon Jean Rossiaud, il faudrait au moins 200 à 300 utilisateurs pour que la monnaie démarre. Une cinquantaine d’entreprises sont intéressées, tout comme les mairies de Carouge, de Genève et d’Annemasse (F). Imaginé à l’origine pour couvrir le Grand Genève, le léman pourra être utilisé au-delà des frontières de l’agglomération.


Cette fois, c’est sûr. Le Grand Genève disposera de sa propre monnaie: le léman. Les nouveaux billets seront émis durant l’été et lancés en primeur lors d’Alternatiba Léman – le grand festival des alternatives aux changements climatiques à Plainpalais – les 18, 19 et 20 septembre. Comment fonctionneront-ils? Qui pourra les utiliser? Les explications de Jean Rossiaud, un des principaux porteurs du projet.

 


 

Deux vélos «triplettes» et un «quadruplette», neuf cyclistes militants et plus de 5000 kilomètres à parcourir à travers six pays européens. C’est une caravane pour le moins inhabituelle qui passera à Genève lundi prochain. Une action qui s’inscrit dans le cadre d’Alternatiba, mouvement citoyen d’alternatives au dérèglement climatique né à Bayonne en octobre 2013. Le concept: créer des «villages alternatifs» qui, pendant quelques jours, rassemblent diverses initiatives locales pour le développement durable. Ateliers participatifs, conférences, spectacles… la forme compte peu tant que le fond y est. Avec comme point de mire la conférence mondiale de l’ONU sur le climat (COP21) qui aura lieu en décembre à Paris…


  • Prix Culture et Société de la Ville de Genève – Daniel de Roulet donne son prix à Alternatiba Léman

Lauréat du Prix Culture et Société de la Ville de Genève dans le domaine de la littérature, Daniel de Roulet fait cadeau de la somme reçue (20’000 francs) à Alternatiba Léman, le Festival des initiatives locales pour le climat et le bien vivre ensemble,  pour un projet bien précis: inciter une dizaine de jeunes auteurs romands à s’intéresser aux thématiques développées par ce Village des alternatives qui se tiendra à Genève les 19 et 20 septembre, et à écrire sur le sujet. Les Editions dautre part se sont déjà déclarées intéressées à publier leurs textes. «Il est temps que la littérature s’occupe davantage de la rumeur du monde», a expliqué Daniel de Roulet. Ecrivain engagé, il a reçu son prix jeudi soir lors d’une cérémonie au Grand Théâtre de Genève.

“Voilà pourquoi j’ai décidé de consacrer l’argent du Prix de la Ville de Genève aux écrivains qui documenteront la rencontre «Alternatiba Léman» qui se tiendra mi-septembre. Il est temps que la littérature s’occupe davantage encore de la rumeur du monde.”


Daniel de Roulet, écrivain (1944): «J’ai pris ma retraite à 53 ans, ce qui m’a permis de commencer à écrire. Ce n’est donc pas pour faire carrière que j’ai publié mes livres, mais pour le plaisir, voire la passion d’écrire. J’ai décidé de donner l’argent du prix aux écrivains qui documenteront la rencontre Alternatiba Léman en septembre. Il est temps que la littérature s’occupe davantage encore de la rumeur du monde.»


  • Alternatiba Léman dans le magazine de la Revue Durable n°53 –  janvier 2015

         Pour plus d’info 


  • Article sur le World Café Alternatiba Léman – 24 janvier 2015

         Préparation du « Village » Alternatiba de 2015: c’est parti !


  • Appel à un Village mondial des Alternatives

         Pour plus d’info


VIDEO ALTERNATIBA 

Alternatiba Bayonne – Le village des alternatives (6 minutes)

 

Alternatiba – Le film (37 minutes)

 

TOUR TANDEM ALTERNATIBA

Alternatiba – Opération #coup2pouce pour le climat ! (3 minutes)

 

Groland – Banzai pour le climat (2 minutes)


Laisser un commentaire

Réunion du 28 juin: 70 representantEs d'associations et un bel enthousiasme pour construire le festival Alternatiba Léman 2016.
Des bénévoles et musiciens se sont annoncés.
Des stands de 80 associations sont prévus + une dizaine de conférences.

NEWSLETTER d’Alternatiba Léman

Vous souhaitez recevoir des nouvelles de notre réseau ? inscrivez-vous en écrivant à leman(at)alternatiba.eu

Suivez les rendez-vous du réseau Alternatiba Léman et transmettez vos événements à leman(at)alternatiba.eu

Appel aux BÉNÉVOLES !

Bénévoles, votre contribution est la bienvenue !

Contactez-nous à leman@alternatiba.eu pour participer à cette belle aventure !