Alternatibaren aurkezpena

Joan den Ekainaren 5ean Alternatiba zer den azaldu ginuen ELAk antolatutako “Energia eredu iraunkor baterantz” jardunaldian. Datorren urteko Pariseko COP21-ari begira 10, 100, 1000 Alternatiba antolatzera gonbidatu ginuen jendea.

“Azaldu nahi ditugu konponbide sozial bidezkoak, ziurrak, baliabide gutxi kontsumitzen dituztenak, ondorio kaltegarririk ez dituzten konponbideak, eta teknika sinple eta edonork menpera ditzakeenak. Eta honen ildotik bultzatu genuen “Alternatiba” iniziatiba, alternatiben herrixka. Honen edizio bat izan zen 2010ean eta edizio handiago bat pasa den urriaren 6an Baionan. Alternatiben herrixka honek hiru xede ditu, hiru gauza nahasten ditu. Alternatiba konkretuen feria da eta bertan ezagutarazten dira garraio modu alternatiboak, ekoetxegintza eta nola egin hau norbere etxeetan, eguneroko produktuak nola bakoitzak sortu,…

“Azaldu nahi ditugu konponbide sozial bidezkoak, ziurrak, baliabide gutxi kontsumitzen dituztenak, ondorio kaltegarririk ez dituzten konponbideak, eta teknika sinple eta edonork menpera ditzakeenak”

Alternatiba konkretu guztiak arlo guztietan (garraio, nekazaritza,…) bertan aurkeztuak dira. Aldi berean, unibertsitate herrikoi bat egiten da hirian bertan eta elkartzen dira klimatologo edo aditu ezberdinak zientzia modu ulergarrian azaltzen dutenak hirian bertan. Eta bada baita ere jai herrikoi bat, ez da bakarrik eszenario beltz eta beldurgarriak kontatzeko.(…). Konponbidea ez da tristea, ez da gogoz kontrako murrizketa. Ez da “Nahi nuke kontsumitu baina murriztuko dut” pentsatuz eta sufrituz eraikitzen, elkarlanean eta egiten dena gozatuz egiten da. Jakinarazi nahi da jadanik existitzen diren alternatiba guzti horiek gaurtik hasi daitezkeela kliman eragiten eta konponbide hauek mundu gozagarriago bat eraikitzen dutela justizia soziala hobetuz.

Hiru helburu ditugu. Azaldu nahi dugu klima aldaketaren erronkari aurre egiteko konponbideak behetik datozela, ez aditu eta gobernuetatik bakarrik, eta gutariko bakoitzaren esku daudela, elkarteen esku, udaletxeen esku,… Eskala txikian eta tokiko mailan konponbide asko daude. Baionakoa eginez gero, gure helburua zen Alternatiba biderkatzea, deialdi bat egin genuen beste 10, 100 edo 1000 Alternatiba antolatzeko eta horrek COP21 gailurrean eragin handiagoa izateko, eta erakusteko gizartea klimaren arazoaz jabetu dela eta gobernuen partetik erantzunkizun baten zain gaudela.(…)

“Ez da “Nahi nuke kontsumitu baina murriztuko dut” pentsatuz eta sufrituz eraikitzen, elkarlanean eta egiten dena gozatuz egiten da”

Lortu genuen 10.000 pertsona biltzea Baionan 2013ko urriaren 6an. (…). Baziren azoka, hainbat hitzaldi unibertsitatean, eta karpa handi bat. Karpa horretan bukatu zen ekitaldia eta deialdi berezi bat bota genuen beste 10, 100 edo 1.000 Alternatiben herrixka sortzeko Europan eta mundu mailan. Lehen erronka gainditua izan zen, lortu genuen 12.000 pertsona biltzea klima aldaketa murrizteko ekitaldi batean eta esan behar da 2009tik lehen aldia izan zela. Copenhageko gailurraren ondotik nola jende asko desanimatu zen eta motibazioa galdu zuen kliman eragina izateko, eta borroka hori bukatutzat eman zuten. Itxaropena galdu zuten militante eta elkarte asko, hori ikusiz, berriz animatu ziren eta gaur egun Europa mailan 40 Alternatiba antolatzen ari dira eta gehiago espero dira datozen hilabeteetan frantses estatu osoan, baita ere Suizan, Belgikan, Austrian, Errumanian, eta Tahitiraino ere, Pazifikoraino, heldu da.

“Klima aldaketari aurre egitea behetik dator, denon esku dago eta tokiko konponbideak sortzen dira”

COP21 gailurrari begira sorturiko plataforma batean jatorri ezberdineko 70 erakunde gaude, sindikatuak daude, gobernuz kanpoko erakundeak, etab. Jatorri ezberdineko erakundeak bilduak izan dira eta helburuak dira negoziaketetan eragitea, erakutsi gizarte zibila arazo horretaz jabetu dela eta erantzukizun bat espero duela. Aldi berean, iritzi publikoari dei egin eta ulertu arazi klimaren aldaketa arazoa dela eta arazoa konpontzeko dauden soluzio guztiak, eta mobilizazio hori beste tokiko borroka konkretuekin lotu. (…).

“Klimaren arazoa oso aukera ona da beste arazo batzuei oihartzun gehiago emateko, klimaren gaia izango ez balitz beste arazo horiek oihartzun gutxiago izango lukete”

Klimaren arazoa oso aukera ona da beste arazo batzuei oihartzun gehiago emateko, klimaren gaia izango ez balitz beste arazo horiek oihartzun gutxiago izango lukete. Adibidez lan denboraren murrizketa eta banaketa, honek zerikusia du ekoizten denarekin, ekoizteko erabiltzen diren baliabideekin, ekoizteko sortzen den kutsadurarekin eta hori dena murrizteak klima babesten laguntzen du, neurri soziala izateaz gain. Neurri soziala eta neurri ekologikoa uztartzen ditu, enplegu berdeek bezala. Ekonomiaren eraldatze edo birmoldatze ekologikoan, energia gutxiago erabiltzeko azpiegitura horiek eraikitzeko behar diren lanpostuak ere, aukera ona dira lanpostuak sortzeko eta energia gutxiago xahutzeko. (…).

“Baliabideen gehiegizko ustiapena ere lotuta dago aberastasun banaketa desorekatu batekin”

Baliabideen gehiegizko ustiapena ere lotuta dago aberastasun banaketa desorekatu batekin eta aberatsenek bultzatzen dute eredu berezi hau, eredu oso kontsumitzaile bat, eta eredu hori gizarte osoari inposatzen diote: diru gutxi duen jendea aberatsentzako produktuekin ekipatzea bultzatzen dute, hiri handien artean azkar mugitu nahi dutenez abiadura handiko trenak bultzatzen dituzte, gustuko dituzte naturan galdurik dauden etxe handiak eta energia asko kontsumitu eta ekosistemak kaltetzen dituen hirigintza bultzatzen dute. Klima aldaketa aberastasun banaketa eredu zehatz batetik datorrela ulertu behar da. (…).

“Burujabetza da Alternatiban garatzen ari garen beste gai bat”

Burujabetza da beste gai bat Alternatiban garatzen ari garena. Burujabetza aldarrikatzen duten alderdi batzuk ikusi ditugu Europako hauteskundeetan, alderdi horiek mundializazioari beldurra oso ongi erabiltzen dute baina eredu oso autoritario, muga zale eta xenofobo batean. Frantzian ikusi dugu Front National nola hedatu den, antzeko alderdiak daude baita ere Austrian, Holandan, Finlandian, Danimarkan, … Badago horrelako alderdien igoera bat eta mundializazioari beldurra erabiltzen dute haien moduko burujabetza bat aldarrikatzeko. Baina benetako burujabetzak uztartzearekin bat egiten du, eta nazioarteko uztartzearekin ere. Klima aldaketari aurre egitea behetik dator, denon esku dago eta tokiko konponbideak sortzen dira erakutsiz arlo guztietan egiazko burujabetza, burujabetza materiala indartzen dela, bai elikaduran, bai energian, etxegintzan,… (…).

Konponbide horiek oso baliagarriak izango zaizkigu, nahiz eta COP21 gailurrak porrot egin. Porrot egiten badu mobilizazioak jarraitu beharko du aurkezten diren konponbideek erresilientzia garatzen dutelako. Erresilientzia, sistema batek krisi bat edo gertakari larri bat bizi ondotik berriz konpondu eta berpizteko gaitasuna da. (…). Gailur honek porrot egiten badu eta klima gehiago desorekatzen bada beharrezkoak izango zaizkigu konponbide erresilienteak klimaren gertakari meteorologiko estremoei aurre egiteko eta klima desorekatu horretan bizirauteko. Hau da mezu nagusiena, Alternatiben herrixkak nahiz eta egun batekoak izan alternatiba iraunkorrak sortzen eta garatzen dituzte.”

Hemen ikus dezakezue hitzaldiaren bideoa

Eta erabilitako diapositiba aurkezpena

Appel pour un réseau d’agriculture urbaine en Sud Labourd

Ici en Sud Labourd, beaucoup de logements sont des maisons individuelles entourées de pelouse et de quelques arbustes décoratifs. Nous vivons dans ces maisons, et nous sommes souvent obligés d’avoir une voiture pour aller travailler et pour aller faire nos courses. Les légumes qu’on achète au supermarché ont souvent eux-mêmes parcouru des centaines de kilomètres par camion depuis leur zone de production, et ils ont souvent été cultivés dans des serres qui consomment beaucoup d’énergie, d’engrais chimiques (eux-mêmes fabriqués en brûlant beaucoup de gaz naturel) et de pesticides. Tout comme nos pelouses d’ailleurs, pour lesquelles nous nous équipons souvent de tondeuses à moteurs, d’engrais et d’antimousse, qui polluent le sol, l’eau et l’air, et qui nous coûtent cher.

Pourquoi du gazon?
Idéalement, nous avons tous envie de vivre au milieu de la verdure, dans un cadre qui soit beau et où nous pouvons nous détendre. Une pelouse avec quelques arbres est envisagée un peu comme un petit coin de nature privée. Réservé à une époque aux classes les plus aisées, le jardin engazonné est devenu par mimétisme la norme de toutes les maisons jusqu’aux plus modestes. Mais il s’agit d’une contrainte coûteuse, polluante, et qui ne nous apporte souvent qu’une maigre imitation de la nature à laquelle nous aspirons.

Pourquoi pas des légumes?
Les temps changent, et nous nous rendons de plus en plus compte de l’augmentation du coût de la vie, de l’augmentation de la pollution (de l’eau, de l’air et des sols), et de l’épuisement des ressources naturelles. La mode du gazon et de la nourriture délocalisée a-t-elle encore un sens aujourd’hui? Pourquoi ne pas remplacer toutes ces surfaces engazonnées par des potagers? Un potager, c’est aussi de la verdure, ça peut aussi être beau, et ça peut aussi être une activité bonne pour la santé. En plus, si on le cultive judicieusement, avec du compost, des engrais verts et des remèdes végétaux, non seulement ça ne pollue pas et ça ne coute pas grand chose, mais surtout ça rapporte beaucoup. Un potager bien entretenu avec des cultures bien choisies peut vous faire faire des économies conséquentes sur votre budget alimentaire.

29juin2012a - Copie

“Oui mais mon terrain je n’ai pas la possibilité de cultiver!
“Moi je voudrais cultiver mais je n’ai pas de terrain!
Rencontrons nous! Certains d’entre nous vivent dans des maisons avec terrain, et soit sont trop occupés pour en faire un potager, soit n’ont plus la force physique de le faire, ou tiennent un petit potager et pourraient mettre à disposition un autre lopin. D’autres vivent en appartement et rêveraient d’un lopin de terre pour y faire pousser leurs poireaux et leurs courgettes.
Contactez-nous si vous être dans une de ces situations, et faites passer le message autour de vous. Notre but est de constituer d’ici le 5 octobre un réseau d’aspirants jardiniers et de propriétaires pouvant mettre à disposition une partie de leur terrain, pour les mettre en lien le jour d’Alternatiba, puis pour échanger entre tous des conseils, des coups de main ponctuels…
Nous aimerions tous avoir:
– moins de dépenses alimentaires
– plus de lien social
– moins de gaz à effet de serre et de pollution
– plus d’autonomie alimentaire et de résilience
– moins de dépendance au pétrole
– plus de produits locaux, sains et de qualité, avec le plaisir de les voir pousser près de chez soi
Donnons-nous les moyens d’y parvenir en oeuvrant ensemble.
Contactez nous à mail bizi-larrun en nous précisant si vous pouvez mettre à disposition un lopin de terre, si vous cherchez un lopin à cultiver, ou pour toute autre question.

tumblr_mchzzqThdR1qaswnwo1_1280

Prochaine réunion générale ce jeudi 19 juin à 19h à Ciboure

Pour l’été, notre lieu de réunion mensuel migre progressivement en direction de Socoa, nous nous réunirons désormais jusqu’à octobre au 3 rue de la République à Ciboure
http://www.openstreetmap.org/#map=19/43.38290/-1.66967&layers=N

Pour cette prochaine réunion d’Alternatiba Zokoa, nous aborderons:
– les dernières nouvelles au niveau administration et plan définitif (on espère) du lieu
– le point sur les prises de contact et le contenu prévu de chaque espace
– les besoins en bénévoles, pour l’organisation en amont, et sur les différents postes le jour j
– la communication: affichage, réseaux sociaux. On profitera des fêtes de l’été pour nous faire connaître, en commençant par le festival EHZ le 27 juin.
– la nouvelles répartition des tâches
à jeudi de 19h à 21h!
ciboure_7-c4ce1

Réunion de l’espace climat et milieu marin jeudi 12 juin à 19h30 à Ciboure

Le changement climatique impacte déjà nos côtes et nos océans: tempêtes érodant la côte et mettant en danger ses habitants, raréfaction de certaines espèces et apparition d’espèces tropicales, compression des écosystèmes littoraux… En tant qu’usagers du littoral et consommateurs de ses ressources alimentaires, beaucoup d’alternatives sont à notre portée pour à la fois moins contribuer au changement climatique, préserver la santé et la résilience des écosystèmes marins, et faire des économies!

Ce jeudi 12 juin à 19h30 à Ciboure aura lieu une réunion de préparation de l’espace climat et milieu marin d’Alternatiba Socoa. Nous nous retrouverons devant le restaurant “Mattin” rue Evariste Baignol, pour une réunion avec repas participatif dans une salle proche, au cours de laquelle nous définirons le contenu à donner à cet espace.

Si ces thématiques vous intéressent, contactez nous!

mail bizi-larrunou par téléphone au 06 41 11 14 16

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

Retour sur la soirée du 25 avril autour du film “Cultures en Transition”

Le changement climatique et l’épuisement des ressources pétrolières, les deux enjeux majeurs de ce siècle, ont une réponse commune: réduire notre usage des énergies fossiles, dans tous les domaines: transports, bâtiment, agriculture, consommation, aménagement du territoire…
Inspiré du milieu de la permaculture, le mouvement de la transition vise à répondre à ce double enjeu climatique et énergétique. Il promeut des modes de production/recyclage, de transport et d’habitat moins énergivores, ainsi que le développement de la résilience, c’est à dire la capacité pour nos communautés (du quartier jusqu’au continent) d’absorber les chocs sans s’effondrer. Plus particulièrement les catastrophes météorologiques, qui vont probablement s’intensifier même avec un réchauffement climatique contenu à 2°C, et les chocs économiques, liés à la hausse inéluctable du prix du pétrole.
Le film “cultures en transition” nous montre comment en Angleterre, en France, à Cuba et ailleurs, des initiatives se développent et se connectent pour répondre à ces défis.

La transition est aussi lancée ici en Pays Basque Nord. Trois acteurs locaux étaient présents ce 25 avril au cinéma Itsas Mendi à Urrugne pour nous en parler.

Dans la perspective des récentes élections municipales, le groupe Trantsizioa de Bizi, représenté par Marion Real, avait élaboré une boîte à outils programmatique contenant des mesures simples allant dans le sens d’un usage plus parcimonieux des ressources naturelles (eau, foncier…), de moindre dépenses énergétiques (transports, chauffage, éclairage public, agriculture locale) et de moindres inégalités sociales (tarification sociale de l’eau, transports en commun accessibles). Suite aux engagements pris par les nouveaux élus, à la tête de 30 moyennes et grandes communes représentant 74% de la population du Pays Basque Nord, un comité de suivi de ces engagements se met en place et tiendra un rôle d’observateur de la transition qui se met en place au niveau municipal.

Manu Castagnet nous rappelait que l’eusko, monnaie locale d’un peu plus d’un an d’existence, est un outil pour la relocalisation de l’économie, qui génère un pouvoir d’achat captif initiateur de cercles vertueux pour plus de sobriété, moins d’inégalités sociales, et un plus grand usage de l’euskara. En outre, 95% des euros changés sont placés sur un compte à la Nef www.lanef.com, 3% financent directement des associations locales, et un appel à projet pour 210 000 euros a été lancé en partenariat avec Herrikoa. Le bilan de l’eusko après ses 14 premiers mois d’existence est très positif, et sans beaucoup d’effort nous avons avec l’eusko une grande marge de manoeuvre pour beaucoup mieux faire. Les prestataires sont de plus en plus nombreux et ne demandent qu’à être connus et à ce que les consommateurs prennent le réflexe de se fournir chez eux.
Une productrice fermière présente dans la salle soulignait que le consommateur peut facilement faire une démarche active dans sa recherche d’une alimentation bonne et locale. En faisant l’effort de rechercher des producteurs locaux, et d’acheter des produits bruts, on obtient souvent une alimentation de meilleure qualité pour un prix similaire.

Pour ce qui est du développement de la résilience dans notre agriculture locale, Mixel  Berhocoirigoin nous expliquait que le modèle agricole en Pays Basque Nord est resté plus qu’ailleurs en France et en Europe sur un mode de paysannerie, il est moins entré dans l’agro-industrie, et de ce fait est mieux outillé pour un avenir moins consommateur d’énergie.
En agriculture et de même dans de nombreux autres domaines d’activités, ce sont deux approches qui se dessinent pour consommer moins de ressources fossiles et protégér le climat:

– une approche paysanne, constituée de savoirs et de savoirs-faire simples, sobres, gratuits et transmissibles

– une approche technophile et industrielle, basée sur la géo-ingénierie, les plantes transgéniques, l’usage de l’énergie nucléaire, entre autres

Cette illustration par la journaliste, géographe et cartographe Agnès Stienne (Le Monde Diplomatique) nous en donne un bon résumé

Paysannerie ou agrobusiness? (Agnès Stienne, 2013 – source: http://blog.mondediplo.net/2013-11-18-Vol-de-terres-en-Ethiopie)

La première approche est plus porteuse à la fois écologiquement et socialement. D’une part car elle ne dépossède pas l’humain de ses biens communs ni de sa capacité à comprendre et à vivre harmonieusement avec son voisinage et avec les écosystèmes qui l’entourent. D’autre part car elle sait mieux s’adapter aux réalités territoriales et culturelles.
Mixel Berhocoirigoin rappelait que le pourcentage de paysans dans une population est encore aujourd’hui considéré inversement proportionnel au développement: c’est à dire que plus un pays est considéré comme développé, moins il est censé comporter de personnes travaillant dans le secteur primaire. Cette approche est calquée sur modèle d’une agriculture industrielle avec des exploitants agricoles peu nombreux et très mécanisés (et endettés, chose qu’on dit moins souvent). C’est un modèle très fragile en termes d’énergie et de logistique, et pourtant il domine encore aujourd’hui. La paysannerie est quant à elle plus robuste matériellement, mais plus fragile depuis 70 ans en termes de poids économique et décisionnel.

L’énergie va devenir par la force des choses un facteur de plus en plus crucial dans les modèles de développement, les orientations économiques, l’aménagement du territoire. De ce fait il est important de développer dès aujourd’hui des systèmes moins énergivores mais aussi résilients, sachant absorber les catastrophes météorologiques et les hausses de prix du pétrole.
Le changement climatique montre déjà ses effets: on observe une avance significative dans les dates de floraison et de récolte, un changement du degré d’alcool des vins, l’apparition d’insectes tropicaux, et sur nos côtes de poissons tropicaux comme le baliste. Les événements météorologiques aujourd’hui considérés extrêmes (tempêtes, inondations, canicules) pourraient faire partie de ce qui sera la normale d’ici quelques années. Certaines prévisions régionales annoncent pour les décennies à venir des hivers moins froids avec des précipitations accrues, et des étés plus chauds et plus secs.
La réponse à l’ensemble de ces défis passe par une autonomie qui n’est pas de l’autarcie et du repli sur soi ou sur son petit groupe, mais de l’interdépendance.
Un autre exemple d’autonomie et d’interdépendance, mentionné par une des personnes présentes dans la salle, est l’achat collectif de foncier agricole, pour l’installation de jeunes agriculteurs, localement par le biais de Lurzaindia, pour contrer la pression foncière et garder une paysannerie vivante.
À tous les niveaux, une meilleure connexion entre tous les acteurs locaux de la transition est importante. Au niveau alimentaire, aujourd’hui le Pays Basque Nord exporte 80% de ses productions, tandis que 80% de ce que nous consommons localement est importé. Nous avons beaucoup de marge de manoeuvre pour mieux faire et améliorer collectivement notre niveau d’autonomie alimentaire. Cela peut commencer à un niveau très local, dans nos propres jardins, qui s’ils sont aménagés judicieusement peuvent être à la fois productifs, résilients et riches de biodiversité, et être aussi des espaces de lien social plus riche. Un exemple parmi d’autres, à Biarritz récemment le propriétaire d’un terrain non utilisé de 8000 m² l’a mis à disposition de plusieurs familles qui l’ont mis en culture, est aujourd’hui un lieu d’échange, un lieu de biodiversité cultivée, un lieu de production locale et résiliente. La multiplication de démarches comme celle-ci créera une réelle dynamique d’agriculture urbaine résiliente en Pays Basque Nord, et contribuera autant matériellement que culturellement à la transition.
L’agriculture urbaine sera par ailleurs l’un des enjeux dont nous parlerons à Alternatiba Zokoa le 5 octobre prochain.

Outre l’action concertée pour une réduction franche de l’usage des énergies fossiles à terme, l’important est aussi de créer et de s’approprier des choses qui nous rendent contents, des choses qui nous apportent une réelle satisfaction de les mettre en oeuvre, car elles sont porteuses d’un monde plus agréable à vivre et plus solide.

Le 5 octobre, une date à noter dans vos agendas

affiche Alternatiba Socoa

Urriaren 5a, zuen egutegietan markatzeko data bat

afitxa Alternatiba Zokoa

Alternatiba Zokoa – réunion de préparation de l’espace transports ce samedi à Ciboure

La côte du Labourd est la zone de plus fort taux de possession de voiture individuelle de tout l’hexagone.

Cette situation, intimement liée à l’étalement urbain que connaît notre territoire, génère une grande dépendance à la voiture, au détriment des plus précaires qui n’ont souvent pas d’autre choix que ce mode de déplacement coûteux, et au détriment du climat.

Des solutions existent, venez nous rejoindre pour les faire connaître à Alternatiba Zokoa.

Nous nous retrouverons pour partager nos idées ce samedi 24 mai à Ciboure, au 15 rue de la Fontaine, à 18 heures.

contactez nous par mail àmail bizi-larrun

ou par téléphone au 06 41 11 14 16

Venez nombreux·es!

visueltransports

Moins d’engorgement des routes, moins de consommation, moins de pollution atmosphérique!

Plus de justice sociale, plus de parcimonie, plus de réciprocité!

Alternatiba Zokoa – réunion de l’espace consommation

Réunion de l’espace consommation d’Alternatiba-Zokoa ce mardi 22 avril à Saint Jean de Luz à 19h, au 2 avenue de l’Ichaca, résidence Adartza, n°23.
Si vous souhaitez participer au contenu et à l’organisation de cet espace, consacré à la réduction du gaspillage et aux solutions locales pour consommer durable et moins cher, vous êtes les bienvenu·e·s!
contactez nous à
mail bizi-larrun
ou par téléphone au 05 59 26 70 06
consommation

Alternatiba Sud-Labourd 2014 – réunion le jeudi 20 MARS à 19h

Ce jeudi 20 mars réunion pour continuer la préparation d’Alternatiba Socoa.

De 18:00 à 18:50 au fronton mur à gauche du chemin des Blocs – nous visiterons le lieu, et nous étudierons les possibilités de placement des 5 espaces.

Ensuite de 19:00 à 20:40 à Saint Jean de Luz (15 boulevard Passicot où nous listerons pour cet Alternatiba:
– le contenu potentiel des cinq espaces thématiques
– les contacts à prendre
– la formation des équipes d’organisation des 5 espaces
Pour terminer la réunion de 20:40 à 21:00 nous ferons un point sur la campagne d’avril sur la relocalisation en Sud-Labourd


Venez nombreuses et nombreux! Inscriptions par mail à