Nos Actions Non Violentes

Sommaire de nos actions :

Financement des energies sales par Société Générale

Projet de centre commercial sur les friches industrielles Neyrpic à Saint Marthin d’Hères

Action pollution de l’air

 


 La société générale brûle la planète !” Action lors de la Marche pour le climat

Le 13 octobre 2018, près de 10 000 personnes de tous horizons se sont mobilisé suite à l’appel d’Il est encore temps Grenoble rejoint par de nombreuses associations pour l’organisation d’une marche pour le climat.

Alternatiba Grenoble faisait partie de l’organisation de la marche mais a aussi coordonné une Action Non Violente dont la cible était le financement par la Société Générale des énérgies les plus sales et notamment le terminale de Gaz de shiste RioGrandeLNG au Texas. Cette action s’inscrivait dans la campagne nationale des Amis de la Terre mais aussi dans la journée mondiale des actions #GasDownFrackDown.

Opération On en remet une couche à la Société Générale de Grenoble

Le 8 septembre 2018, ​des activistes avaient nettoyé trois agences de la Société Générale pour dénoncer le financement de la banque aux énergies sales.

Une semaine plus tard, ce samedi 15 septembre, les activistes en remettent une couche.
Leur action avait pour but d’appeler à une opération de nettoyage géante, le 14  décembre au siège de la Société Générale à Paris.
Cette fois-ci les militants des Amis de la Terre, d’Alternatiba Grenoble, d’Action Non Violente-COP21 et d’Attac 38 ont marqués au blanc de Meudon sur les façades extérieures des agences : Foch, Jaurès et Île Verte le message suivant :

Toutes et tous à Paris
Vendredi 14/12
#OpérationNettoyage Géante !
#PasAvecNotreArgent
www.nettoyons-societe-generale.org

 


Opération nettoyage des agences Société Générale à Grenoble

Charbon, gaz de schiste, sables bitumineux, forages ultra-profonds et en Arctique, la Société Générale est aujourd’hui la première banque française à soutenir les énergies sales​, au mépris des impératifs climatiques et des populations qui en subissent les impacts.
En particulier, Société Générale mise sur un secteur en plein boum, bien que désastreux pour la planète : le gaz de schiste et son exportation sous la forme de gaz naturel liquéfié – le GNL.

Elle s’est hissée l’année dernière au rang de première banque au monde à financer le développement de nouveaux terminaux d’exportation de GNL issu de gaz de schiste en Amérique du Nord, avec plus de 1,1 milliard de dollars accordés à ce secteur en 2017.

Soutenir ces projets, c’est soutenir la politique climaticide de Trump : faire des États-Unis une superpuissance énergétique en exploitant à leur maximum les bassins de gaz de schiste et vendant ce gaz non conventionnel au reste du monde et notamment à… la France ! Importer du gaz de schiste nord-américain est tout à fait hypocrite alors que son exploitation est bannie sur notre territoire depuis 2011 du fait de ses conséquences
environnementales et sanitaires catastrophiques.
Ce sont 35 terminaux d’exportation de gaz de schiste qui sont en projet aux États-Unis, contre seulement 2 déjà en activité. Ce chiffre incroyablement élevé laisse présager de l’étendue des dégâts.

Il est donc crucial de tuer ces projets dans l’œuf !

En octobre 2017, et suite à une campagne de mobilisation des Amis de la Terre soutenue par ANV-COP21, BNP Paribas a annoncé l’exclusion de ses soutiens des projets ​liés au gaz de schiste​, ainsi que des entreprises les plus actives dans cette industrie. Elle a explicitement renoncé à appuyer tout nouveau projet de terminal de GNL en Amérique du Nord et s’est retiré du projet Texas LNG.
C’est désormais Société Générale qu’il faut faire plier, pour qu’elle stoppe à son tour ses pires  investissements climaticides ! C’est dans cet objectif que nous passerons à l’action le 8 septembre, à la veille du Sommet pour l’Action Climatique de San Francisco.

Société Générale doit adopter une politique d’exclusion ambitieuse sur le gaz de schiste et mettre fin à ses soutiens à Rio Grande LNG !Mais nous ne nous arrêterons pas là. Le 8 septembre sera aussi l’occasion de lancer un appel à une action géante de nettoyage le 14 décembre à Paris​. Le message que nous souhaitons faire passer est le suivant : Société Générale doit changer de cap immédiatement,
et si la banque ne saisit pas l’occasion des grands rendez-vous climat de 2018 pour annoncer une révision de sa politique et une sortie de Rio Grande LNG, nous nous inviterons par centaines à son agence centrale le jour de la clôture de la COP24.

PUISQUE ​SOCIÉTÉ GÉNÉRALE​ EST NUMÉRO 1 DES ÉNERGIES SALES,

MOBILISONS-NOUS LE 8 SEPTEMBRE
POUR UNE GRANDE OPÉRATION NETTOYAGE !
TOUTES ET TOUS À NOS ÉPONGES !


Occupation de la Friche Neyrpic à Saint Martin d’Hères

OUI à :
– la rénovation de la friche Neyrpic
– un coeur de ville à Saint Martin d’Hères, un lieu de rencontre des habitants
– un projet d’envergure au coeur de la métropole et à proximité du campus universitaire
– un projet respectueux du climat, de la qualité de l’air et du développement local

NON à :
– un centre commercial démesuré et dépassé
– un centre d’intéret uniquement financier et spéculatif et non au service de la population
– un lieu sans services publics
– un projet dangereux pour le climat

De nombreuses villes en France et dans le monde ont su réhabiliter leurs friches industrielles au service de la population en créant des espaces mixtes ! Pour quoi pas Saint Martin d’Hères ?

Rejoignez-nous, si vous êtes vous aussi pour des Alternatives à ce projet !
👉 https://collectif-neyrpic.info


Haie d’honneur au Conseil Métropolitain pour demander aux élus de repenser le projet de centre commercial sur la friche Neyrpic le 6 avril 2018 (temps de lecture 3min)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le projet des Halles Neyrpic vous connaissez ?

Depuis plus de 10 ans, la commune de Saint Martin d’Hères réfléchit à un projet de réhabilitation des friches industrielles du site Neyrpic, situé entre la mairie et l’avenue Gabriel Péri.

Nous avions entendu parler d’un projet de vaste centre commercial depuis quelques mois.

Alertés par le collectif « Neyrpic autrement » des militants d’Alternatiba ont mis le nez dans ce dossier et ont découvert avec horreur de quoi il en retournait.

La mairie de Saint Martin d’Hères a le projet de vendre les 5 hectares de terrain à un promoteur privé : APSYS. Cela afin de réaliser un énorme centre commercial comprenant plus de 80 commerces et 20 restaurants !

Ce projet d’un autre temps, est climaticide (jusqu’à 100% d’émissions de CO2 supplémentaires selon un document consulté à la mairie de SMH) et  risque fortement de déstabiliser l’équilibre économique et commercial de la métropole.

Ce projet va créé une nouvelle poche de CO2 dans l’agglomération grenobloise. En effet, le promoteur évalue sa clientèle à 520 000 personnes, cela occasionnera une forte hausse des déplacements avec l’afflux des clients et des camions de livraisons. (de 30 à 50% soit 4800 véhicules de plus par jour). Le site, qui sera principalement bétonné, représentera une zone de chaleur supplémentaire. Ce nouveau centre commercial sera aussi l’occasion d’une consommation d’énergie considérable. De plus il n’est pas prévu de dépolluer le sol très pollué suite aux activités chimiques de Neyrpic. On recouvre simplement le sol d’une dalle de béton. Une manière de cacher la poussière sous le tapis !

Les martinérois attendent depuis très longtemps un centre ville digne de ce nom. Un espace de lien social, de bien-vivre ensemble dans un espace public dédié aux habitants. Beaucoup de propositions concrètes et alternatives à ce projet commercial ont été émises lors de l’enquête publique.

Mais la municipalité ne veux rien savoir et campe sur ses positions : un centre commercial ou rien !

La santé économique des centres commerciaux existants autour de Grenoble : Grand place, la Caserne de Bonne est très fragile et ce projet risque de mettre en péril les commerces existants ainsi que ceux du centre ville.

L’association Alternatiba Grenoble, après avoir étudié de près ce projet, a décidé de rejoindre le collectif pour une alternative au projet Neyrpic avec d’autres associations (LHAGGLO, ATTAC isère, le réseau citoyen, le collectif Neyrpic Autrement) afin interpeller les élus et les habitants sur la nocivité de ce projet.

A l’heure du réchauffement climatique et de la nécessité de réduction drastique de nos émissions de gaz à effet de serre (GES) ce projet est une aberration et un non-sens.

Pour l’agglomération ce projet ne serait pas « Cœur de ville, cœur de métropole » mais « coeur de dérèglement climatique » !

Vendredi 6 avril, une vingtaine de militants de ces organisations ont formé une haie d’honneur à l’entrée de la Métropole (immeuble le Forum, rue Malakoff) munis de pancartes avec différents slogans pour interpeller les 124 élus communautaires qui devaient siéger toute la journée.

Ce jour là, un vote important a eu lieu concernant le projet Neyrpic : le déclassement de la rue Galilée (qui permet la signature du permis de construire). En effet cette rue appartient au domaine métropolitain et son déclassement au profit de la ville de SMH était à l’ordre du jour. Malgré une mobilisation réussie et des débats très riches pendant le conseil communautaire à ce sujet le déclassement a été voté.

La mobilisation ne va pas s’arrêter là. En contradiction avec le schéma de cohérence territoriale (SCOT) et le plan climat air énergie territorial (PCAET), les recours vont pleuvoir et l’association Alternatiba reste mobilisée et continue de proposer des alternatives concrètes.

Nous ne comprenons pas la privatisation 5 hectares d’espace public au profit d’une multinationale surfant sur des capitaux placés dans des paradis fiscaux !

Nous serons aux côtés de tous ceux qui œuvrent pour que ce projet ne se réalise pas.


Action #StopPollution le 31 mars 2018 (temps de lecture 1min30)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En France, 48000 décès par ans sont dus à la pollution de l’air. Notre pays est très en retard sur la prise de mesure pour améliorer la qualité de l’air. Dans un arrêt rendu le 12 juillet 2017, le conseil d’État avait ordonné au gouvernement français, de « prendre toutes les mesures nécessaires » afin de « ramener les concentrations en dioxyde d’azote [NO2] et en particules fines PM10 sous les valeurs limites ».

Certains territoires, comme la région Auvergne-Rhône-Alpes, avaient jusqu’au 31 mars pour rendre des plans d’actions concrets et rapidement efficaces pour endiguer cette pollution. Sans cela, l’État et les collectivités pourraient se voir infliger à terme de lourdes sanctions financières de la commission européenne et du Conseil d’État.

Par conséquent, le Réseau Action Climat, ANV-COP 21, Alternatiba et Les Amis de la terre ont lancé un appel à mobilisation le 31 mars. L’action consistait à mettre des masques anti-pollution ainsi que des textes explicatifs sur les statues de la ville pour interpeller les passants et communiquer sur les réseaux sociaux.

A Grenoble, rejoint par le groupe local de Greenpeace, 12 militants ont fait le tour de la ville pour masquer 9 statues :

  • Hercule, dans le jardin de ville
  • Le Chevallier Bayard, place du Tribunal
  • Xavier Jouvin et le Lion, le long du quai St Laurent
  • la fontaine du berger Cyparisse place de Gordes (son agneau est mort, à cause de la pollution dit-on)
  • la Vénus, dans le parc Michallon
  • Hector Berlioz et Général Beylié, place Victor Hugo
  • Simone Magnan, au Jardin des Plantes.

Le #StopPollution à été repris de nombreuses fois et s’est rapidement retrouvé en tête des classements nationaux. A noter que la collaboration avec le groupe local de Greeenpeace s’est merveilleusement passée. Une action commune qui en appellera d’autres.


 


Calendrier

Prochaines dates:
  • 22 octobre 2018 19:00Apéro d'accueil des nouveaux au bar restaurant le Trankilou
  • 25 octobre 2018 19:00Réunion PCAET à l'ODTI
  • 13 novembre 2018 19:00Réunion de coordination Alternatiba Grenoble MDA (223)
AEC v1.0.4 Voir agenda