Yearly Archives: 2018

  • 0

Marches pour le climat

Marche pour le Climat du 8 décembre – Climate Alarm

Cette marche est la seconde que nous coorganisions avec le collectif #IlEstEncoreTemps Grenoble

15 000 personnes dans les rue de Grenoble ce samedi 8 Décembre Dont plus de 1 000 gilets jaunes Et zéro incident

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comme 140 villes en France, et dans 17 pays, Grenoble a été le théâtre d’une marche pour le Climat pacifiste et festive, malgré le contexte social tendu.

A l’appel du collectif Il Est Encore Temps et d’Alternatiba Grenoble, des milliers de citoyens se sont retrouvés dans les rues de Grenoble. Plus de 1000 gilets jaunes se sont joints à la marche. La foule à déambulée sans incident, dans une ambiance festive du parc Paul Mistral jusqu’au Jardin de Ville pour demander aux décideurs politiques, de prendre les mesures adéquates pour préserver le climat, notre environnement et sa biodiversité et qu’ils les appliquent !

Loin d’être choisie au hasard, la date de cette nouvelle marche s’inscrit dans une semaine cruciale pour l’avenir de notre planète. Du 3 au 14 décembre se tiendra la COP24 à Katowice, en Pologne, conférence internationale où les chefs d’Etats et de gouvernements se rassembleront pour décider ou non de nouveaux engagements climatiques.

Cette action venait à la suite des deux journées mondiale d’action pour le Climat, du 8 septembre et 13 Octobre dernier. Le 13 Octobre, 10 000 personnes s’était réuni à Grenoble et 150 000 en France.

Pour cette nouvelle Marche, le parcours a été pensé pour que nous passions devant deux instances du pouvoir politique local : Grenoble-Alpes Métropole et la Préfecture de l’Isère. En raison du blocage de la place de Verdun, l’interpellation de la Préfecture a été réalisée lors de l’arrivée au Jardin de ville.

Justice sociale, climat : même combat !

La convergence, c’est encore et toujours celle de l’écologie avec la justice sociale. « On a la même colère que celle des gilets jaunes : on combat ce gouvernement qui n’agit ni contre la fin du monde, ni contre les fins de mois difficiles », explique Célia d’Alternatiba.

« Il y a une forte volonté de rapprochement pour allier la justice climatique et la justice sociale, qui sont indissociables à nos yeux », précise William du collectif Il est Encore Temps.

Interpellation de la Metropole

Lors du premier arrêt du cortège devant la Métropole, une lettre ouverte cosignée par 20 associations et collectifs a été lue pour émettre le souhait d’une implication plus forte de la société civile dans la phase d’élaboration du Plan Climat de la Métropole.

Mr Dutroncy, Vice-président délégué à l’environnement, l’air, le climat et la biodiversité, a ensuite détaillé au nom de Mr Ferrari, Président de Grenoble-Alpes Métropole, les mesures mises en place par la Métropole afin de “mettre la transition énergétique et écologique au coeur de son projet de territoire”.

Gregory L’Azou a conclu « Mr Dutroncy, nous prenons acte que M. Ferrari accepte de donner à la société civile, la place qu’elle mérite dans l’élaboration du plan climat. Nous vous en remercions et nous veillerons à ce que cet engagement soit tenu. ».

Interpellation de la Prefecture

Arrivée au jardin de ville, des membres du collectif pour des alternatives à l’élargissement de l’A480 ont interpellé le préfet sur le rapport de l’enquête publique environnementale biaisée et le coût prohibitif du projet. Ils ont énoncés leurs propositions: ouverture d’une troisième voie sans élargissement en utilisant la bande d’arrêt d’urgence, limitation de la vitesse à 70 km/h, généralisation des murs anti bruits, …

Justice sociale, climat: même combat” voilà le message que la foule déterminée a voulu faire passer malgré la météo peu clémente.


  • 0

Marche pour le climat du 13 octobre 2018 à Grenoble

Samedi 8 septembre dans toute la France, plus de 150 000 personnes ont pris part à la journée mondiale d’action pour le climat.

En France, cette journée prend une signification toute particulière : il s’agit de la première mobilisation de la société civile depuis la démission de Nicolas Hulot.

Comme l’explique Clémence Dubois, porte parole de 350.org, “la démission de Nicolas Hulot nous rappelle que la France n’est pas une exception : partout dans le monde, les dirigeants politiques continuent de tergiverser, voire ont renoncé à agir pour le climat. Pourtant, il est encore temps d’agir, et nous le faisons, partout dans le monde, comme nous l’avons démontré aujourd’hui.”

L’enjeu est désormais d’inscrire ce sursaut citoyen dans la durée.

Beaucoup de personnes sont venues à cette marche de manière spontanée, sans appartenir à aucune organisation. Il faut poursuivre la mobilisation. Les médias indépendants et de nombreuses ONG diffusent de précieux conseils sur la manière de changer concrètement son quotidien – des petits gestes qui sont de grands gestes pour la planète.

Mais il est également important de rejoindre des associations, des collectifs, des mouvements ou des mobilisations près de chez soi, pour agir collectivement.

Car le changement climatique nécessite un changement radical de nos manières de vivre en société : l’écologie doit devenir la priorité numéro un de toutes les politiques, car aucune politique n’est possible sans prendre en compte  l’écosystème qui rend la vie humaine possible.

Le 13 octobre partout en France et en Europe nous marcherons de nouveau pour le climat.
Paris, Genève, Luxembourg,… en tout plus de 35 villes marcheront pour le climat.

A Grenoble, retrouvons-nous tous place de Verdun à 14H Samedi 13 Octobre !


  • 0

Un Village des Alternatives en Haïti

Sur plus de 150 collectifs Alternatiba, il en existe deux dans les pays du sud : au Sénégal et en Haïti.
J’ai eu la chance de participer au troisième Village des Alternatives organisé par Alternatiba-Haïti à Port-au-Prince les 8 et 9 décembre 2017.

Après avoir tenu ses deux premières éditions en 2015 et 2016 à Kenscoff, quartier tranquille de Port-au-Prince, le Collectif Alternatiba Haïti et le Groupe d’Action Francophone pour l’Environnement (GAFE) ont choisi Cité Soleil comme lieu de leur troisième édition sur la thématique de la gestion des déchets.
Il faut préciser que Cité Soleil est un bidonville de Port-au-Prince touché par l’extrême pauvreté et réputé pour son insécurité.
C’était donc pour les organisateurs un double enjeu : arriver non seulement à organiser le Village dans ce quartier, mais aussi y faire venir le public !
Challenge réussi car il y a eu un record de participation : plus de 4000 visiteurs, plus de 600 bénévoles (recrutés parmi les habitants de Cité Soleil) et une cinquantaine d’exposants.

Le Village était organisé sur le terrain de sports de la Fondation Athlétique d’Haïti avec une dizaine de grands chapiteaux sous lesquels se déroulaient des conférences (4 tables rondes autour de la vulnérabilité du département de l’Ouest, la transition énergétique, la valorisation des déchets et l’engagement citoyen), des animations, des ateliers d’éducation à l’environnement pour les jeunes et les enfants.
Il y avait aussi un espace restauration et un espace réservé à la presse.
Dans l’un des chapiteaux étaient projetés en continu des films sur l’environnement (dont « Demain ») et une projection d’ « Irrintzina, le cri de la génération climat » a été organisée le soir sur grand écran extérieur.
Des jeux collaboratifs étaient organisés (relais, équipes…). Un toboggan, une balançoire et un tourniquet installés pour les enfants ont été offerts à Cité soleil.
Il y avait tout autour du terrain des stands permettant la découverte d’initiatives concrètes qui se développent en Haïti dans les domaines des énergies renouvelables, de la gestion des déchets, de la citoyenneté, de l’éducation relative à l’environnement, de l’alimentation et de la construction écologique…
L’entreprise locale Enersa avait installé des grands panneaux solaires pour produire l’électricité du Village.
Les deux soirées de concert étaient organisées sur une véritable scène par la « commission animation » avec des groupes issus de Cité Soleil.

Challenge réussi aussi auprès des habitants avec un énorme travail de préparation du Village pendant un an avec le Collectif Alternatiba et le GAFE, menés par David et Virginie Tilus (qui étaient venus à Grenoble assister à la Coordination nationale des Alternatiba en novembre 2017).
Dans un pays dévasté à tous points de vue (économique, politique, social, écologique), les habitants découragés et fatalistes ont tendance à être passifs et en position d’assistés (à cause de leur passé de dictature, de la présence des ONG et des congrégations religieuses…).
L’enjeu principal du Collectif Alternatiba-Haïti est de changer les mentalités pour que les gens se prennent en main et soient capables de porter des changements dans les problématiques majeures de leur quotidien à la fois environnementales et sanitaires en agissant sur les détritus, l’alimentation…

Ainsi la préparation d’un Village sollicite leur collaboration et leur capacité d’entraide, leur permettant de voir leur quartier sous un autre jour et d’en faire un laboratoire d’idées et d’initiatives porteuses d’espoir.
En ayant mobilisé plus de 600 personnes de Cité Soleil, en ayant fait participer au Village les écoles du quartier, c’est un véritable travail de terrain qui est mis en place sur de la durée car il ne s’arrête pas après la tenue du Village. Des ateliers et des formations continuent désormais et la réussite du Village des Alternatives a été un stimulant pour la population.

Une quatrième édition de Village Alternatiba se prépare en Haïti dans le Plateau Central les 6 et 7 avril 2018 à Hinche et Bassim Zim, sur la thématique de l’agriculture.

Pour voir le programme du Village des Alternatives de Cité Soleil

Actualité d’Alternatiba-Haïti et du GAFE sur Facebook

Signer la pétition pour l’interdiction des ustensiles en styrofoam (polystyrène expansé peu coûteux et très répandu en Haïti dans la composition de la vaisselle jetable)

En plus d’être ni biodégradable ni recyclé, cet élément peut s’avérer toxique quand il est soumis à la chaleur, tant pour l’être humain que pour l’environnement où il ne cesse de s’accumuler. Il existe un arrêté ministériel du 10 juillet 2013 qui interdit de fabriquer, de commercialiser et d’utiliser des objets en styrofoam sur le territoire national, mais il n’est absolument pas respecté. C’est pourquoi Alternatiba-Haïti et le GAFE ont lancé une pétition qui demande au gouvernement l’application stricte de ce texte.

Article de presse


  • 2

Réorganisation et week-end au grand air

Alternatiba 38 écrit dans la neige

Depuis le Village des Alternatives de 2015, la composition d’Alternatiba Grenoble ne s’est pas beaucoup renouvelée. À notre plus grand plaisir, depuis quelques mois, la dynamique est toute différente. Le film Irrintzina sorti en salle récemment a donné envie aux spectateurs de passer à l’Action Non Violente, et lors de nos derniers événements du deuxième semestre 2017, de nombreux bénévoles ont fait le pas de s’engager dans l’équipe de coordination du collectif.

Avec l’arrivée de toutes ces nouvelles têtes se pose la question de comment bien les accueillir. Nous avons déjà essayé plusieurs stratégies : la réunion d’information publique, la rencontre informelle au bar, la pré-réunion juste avant notre réunion mensuelle de coordination…

La question restante est un peu toujours la même : « Et après ? » Comment intégrer quelqu’un dont on ne connaît pas forcement les envies, les compétences et les disponibilités, sans le submerger d’informations, de réunions diverses, de tâches incompréhensibles… ?

Ce début d’année commence donc avec ce chantier prioritaire qu’est notre réorganisation. Nous cherchons à améliorer notre fonctionnement pour notamment permettre l’inclusion plus aisée de nouveaux membres. C’est aussi une excellente occasion pour remettre à plat toute notre manière d’interagir, gagner en efficacité et en zénitude : en faisant confiance au travail des autres, en répartissant les responsabilités en pôles de travail lorsque cela est pertinent.

Quelques jeunes recrues participent activement à cette réorganisation car nous l’avons voulue ouverte et inclusive. Les idées fraîches sont bienvenues et c’est le moment parfait de les recevoir.
Lorsque nous aurons acté un premier découpage sur lequel nous pourrons baser le nouveau fonctionnement d’Alternatiba Grenoble, chacun pourra alors participer là où le vent le portera.

DSC_0193

Conjointement au processus de réorganisation, nous avons décidé d’organiser un week-end festif afin d’apprendre à se connaître. Ce week-end a aussi été l’occasion de réfléchir à nos envies pour le collectif Alternatiba Grenoble pour les années 2018 et 2019.

Nous avons pu aborder les question suivantes :

  • Quelles campagnes souhaitons nous mettre en place au niveau local ?
  • Quel chemin voudrions nous donner à Alternatiba Grenoble pour l’avenir ?

Tout cela dans le décor immaculé de l’Alpe du Grand Serre, dans un chalet associatif au cœur de la forêt et sans électricité.

Rejoignez nous à tout moment !

les participants au WE devant le chalet


Calendrier

Prochaines dates:
  • 29 août 2019 19:00Alternatiba-CPLC interassociative
AEC v1.0.4 Voir agenda