Déc 10

POURQUOI CE QUI SE PASSE À LA COP21 EST INSUFFISANT ?

J + 9 :  Retour sur la journée de Mercredi 9 décembre

ordures
Hier, le Réseau Action Climat a lancé un cri d’alerte, face aux risques de plus en plus prononcés de voir la COP21 se solder par un accord au rabais. Un accord injuste, incapable de nous remettre sur une trajectoire de réchauffement en deçà du seuil de 1,5°C.
La société civile se mobilise par de nombreuses actions ces derniers jours et les jours à venir.

Certes, cet accord contient moins de crochets et d’options. Certes, la limite de réchauffement de 1,5°C reste une option dans le texte. Mais les moyens et la feuille de route pour respecter ce seuil manquent toujours à l’appel.

LE MÉCANISME DE RÉVISION DES ENGAGEMENTS EST TOUJOURS AUSSI FAIBLE ET TARDIF

Les engagements financiers qui permettraient de garantir des financements climat, prévisibles et croissants après 2020, sont toujours entre crochets. Et ce malgré leur importance pour mettre de l’huile dans les rouages de l’ambition des États et pour protéger les plus vulnérables. Sur le cap de long terme, deux visions du monde continuent de s’opposer : une fourchette de réduction de gaz à effet de serre très ambitieuse et une vision en demi-teinte, soutenue par les plus grands émetteurs car elle freinerait la transition énergétique mondiale.

IL RESTE 24 HEURES POUR RÉINJECTER DE L’AMBITION DANS CE TEXTE

Les opposants les plus évidents à un accord ambitieux (comme l’Arabie saoudite) sont l’arbre qui cache la forêt.Tous les compromis qui sont en train de se faire derrière des portes closes, sans sursaut ni éclat de voix, répondent encore à des intérêts nationaux de court terme. Aucun pays ne défend vraiment l’intérêt des populations, des plus vulnérables, des pays menacés.

TOUS LES PAYS SONT RESPONSABLES

Responsables de la conclusion de l’accord de Paris : les grands pollueurs doivent arrêter d’entraver la transition énergétique et de prendre en otage la négociation. Les pays qui subissent cette pollution doivent refuser des compromis au rabais et protéger les fonctions vitales qui permettront de progressivement rectifier le tir.Privé de ses fonctions vitales, l’accord de Paris donnera raison à tous ceux qui se battent pour préserver leurs droits à polluer. Un tel accord serait inadmissible.

affiche_12-12_web

Appel à un rassemblement massif par plusieurs ONG, dont Alternatiba !

LES SOLUTIONS SONT AUSSI ENTRE LES MAINS DE LA SOCIÉTÉ CIVILE

Plusieurs actions des ONG ont lieu et auront lieu pour réclamer un accord à la hauteur des enjeux, plus ambitieux, plus cohérent et  plus  juste. 

Le 12 décembre, un appel à un rassemblement déclarant l’urgence climatique a été lancé par  Les Amis de la Terre France, Attac France, Alternatiba, Action Non-Violente COP21, Bizi, Confédération Paysanne, Coordination de l’Action Non-Violente de l’Arche, End Ecocide, Emmaüs Lescar Pau, Mouvement pour une Alternative Non-Violente, Collectif National Pas Sans Nous, Unef

Signez l’appel

Siting ONG Bourget

Sit-in des ONG au Bourget

 

Ours greenpeace

Ours de Greenpeace

Dans les “ECO du RAC aujourd’hui  :
  • Midnight in Paris (et le jour d’après) : Nous vous exhortons à retourner à la table des négociations avec un véritable mécanisme permettant de revoir les ambitions à la hausse dans les tous les domaines : atténuation, adaptation et moyens de mise en oeuvre d’ici à 2018…
  • Des projets de vacances jusqu’en 2023-2024? ECO est ravi de voir les Parties converger sur les cycles de 5 ans dans le nouveau texte, mais se pose une question importante : ça commence quand ? Nous ne sommes pas sur la trajectoire de moins de 2°C. Sans un rehaussement de l’ambition des contributions nationales (INDCs) avant leur mise en œuvre en 2020, l’option 1,5°C va rapidement disparaître…
  • Et l’équité : il faut profiter de la courte période entre Paris et 2018 pour commencer un débat sérieux sur les critères objectifs pour mesure la responsabilité commune mais différenciée dont nous avons besoin pour soutenir la différenciation dynamique, fondée sur l’équité…

  • Comment sécuriser la protection des droits de l’homme dans l’accord

1. Intégrer des références transversales sur les droits de l’homme dans le texte opérationnel de l’accord.

2. Énoncer tous les éléments du paquet solidarité : les droits des peuples indigènes, l’égalité de genre et la participation pleine et égale des femmes, l’équité intergénérationnelle, une transition juste pour la population active qui crée des emplois décents et de qualité, l’intégrité et la résilience des écosystèmes et la sécurité alimentaire.

La suite dans le PDF du RAC :eco10-cop21