Category Archives: Tour Alternatiba 2015

  • 1

Ils seront à Paris le 26 septembre ! Et vous ?

Le Tour Alternatiba parcourt actuellement la France et l’Europe pour mobiliser des milliers de citoyens autour de la question climatique. Sur ses vélos 3 et 4 places, symboles de la transition écologique et de la solidarité, il porte haut et fort le message suivant : “les alternatives au changement climatique existent, et elles nous permettent  de construire une société plus conviviale, plus juste, plus humaine”. Ainsi chacune des 187 étapes est riche en rencontre avec des alternatives locales, mais aussi des résistances contre les fausses solutions et Grands Projets Inutiles et Imposés.

L’arrivée du Tour Alternatiba à Paris le samedi 26 septembre 2015 permettra alors de cristalliser un mouvement citoyen pour une société plus juste, plus solidaire et à même de relever le défi climatique, avec 50.000 personnes attendues. Ce sera également un temps fort de convergence des alternatives et des luttes et résistances. De nombreuses personnalités internationales sont attendues, mais aussi des dizaines de porteurs d’alternatives et de luttes locales, rencontrés tout au long de ce périple de 5600km, qui viendront montrer leur implication dans la lutte contre le changement climatique et la mise en place des alternatives.

 

mosaique-jyserai-small

 

Retrouvez alors ci-dessous quelques porteurs d’alternatives ou acteurs de luttes et résistances qui expliquent pourquoi ils seront à Paris le samedi 26 septembre pour l’arrivée du Tour Alternatiba :

 

 

siteon0

 stop-taftaJ’habite à Paris et milite avec le collectif Stop TAFTA. Le TAFTA qu’est-ce c’est ? Un accord de libre échange pour booster l’économie en harmonisant les normes entre États Unis et Europe. En plus de promouvoir un modèle économique insoutenable, cet accord offrirait aux acteurs économiques des instruments pour empêcher la mise en œuvre de véritables politiques de transition énergétique.

Climat ou TAFTA, il faut choisir ! Mon choix est fait, et le 26 septembre, je serai à l’arrivée du Tour Alternatiba, place de la République parmi les citoyens, acteurs de la lutte contre le réchauffement climatique.

Ghita Aaddaj, du collectif Stop TAFTA

 


 

Image1

 mapto2Le MAPTO (partenaire du CCFD Terre Solidaire) est à la fois victime des changement climatiques et force de proposition d’alternatives pour améliorer les conditions de vie du monde paysan. Depuis quelques années, les paysans du MAPTO ont pris le tournant de l’agroécologie qui vise à la fois à optimiser et préserver les milieux naturels et à mieux s’intégrer dans l’économie en renforçant les liens avec les communautés. Cette évolution correspond à des aspirations profondes des paysans qui se sentent dépendant des engrais distribués par l’Etat et recherchent des alternatives afin d’être acteur de leurs propres développement. Nous serons à Paris le samedi 26 septembre pour participer à l’arrivée du Tour Alternatiba et participer aux quartiers “Climat”, “Migrations et solidarités mondiales”, et “Agrimentation” du Village des alternatives Alternatiba Paris.

Corneille SOHOULANA BOGRAH KOHLNA et Didier SALIFOU, président et coordinateur du MAPTO (Mouvement pour une Alliance Paysanne au Togo)

 


 

logobann

Florent LaotJe vis dans le Finistère et je suis moniteur éducateur. Je lutte depuis 4 ans contre un projet de centrale à gaz, que Direct Energie veut construire à Landivisiau. A l’heure de l’urgence climatique, il est impensable que l’argent public subventionne la combustion d’énergies fossiles. Il faut des politiques d’économies d’énergie et le développement des énergies renouvelables, il faut des actes en cohérence avec les beaux discours sur le climat et la COP21 ! Je serai à Paris le 26 septembre pour que l’arrivée du Tour Alternatiba serve de caisse de résonance à tous ceux qui luttent sur le terrain pour s’opposer aux politiques et projets aggravant le dérèglement climatique.

 

Florent Laot, association Landivisiau doit dire non à la Centrale

 


 

logo-ep

 Justine_Energie PartageeJe vis à Saint-Denis, en Île-de-France et je travaille pour Énergie Partagée. Endiguer le dérèglement climatique passe par une meilleure maîtrise de l’énergie que l’on consomme mais également par une maîtrise de la production par tou-te-s, urbains et ruraux. Energie Partagée propose de réorienter l’épargne des habitant-e-s vers des projets de territoire où transition énergétique rime avec transition sociétale. Je serai à Paris le 26 septembre à l’occasion de l’arrivée du Tour Alternatiba au milieu de ce bouillonnement d’alternatives et de construction de sociétés moins inégalitaires et plus justes.

Justine Peullemeulle, Énergie Partagée

 


 

arton5168

 Christophe Bonneuil 13©Emmanuelle MarchadourIl est de notre responsabilité d’éviter un emballement catastrophique des températures, des océans et des atteintes au vivant. En violentant des dizaines de millions de victimes climatiques et en attisant injustices et tensions géopolitiques, l’emballement du climat annihilerait nos fragiles conquêtes de la démocratie et des droits. Malheureusement, nos gouvernants et la COP21 ne s’annoncent pas à la hauteur de cet enjeu. Heureusement, un peu partout les peuples de la Terre entrent en action pour stopper les crimes climatiques et écologiques, laisser les fossiles dans le sol et vivre ensemble les alternatives qui demain feront système.

Christophe Bonneuil, chercheur au CNRS et l’un des 100 premiers signataires de l’appel “Crime Climatique Stop!”

 


 

adclogo

 Lola 2Dans les Ardennes où j’habite des centaines des gens se regroupent pour léguer autre chose que des fardeaux et des dettes environnementales à ma génération. Grâce à mes parents, je suis actionnaire, comme des dizaines d’enfants de l’Éolienne des Enfants du parc éolien citoyen des Ailes des Crêtes. Ce projet, ouvert à tout le monde, est un acte concret de la part d’adultes conscients de leur responsabilité. Aujourd’hui et demain il est possible de faire le choix d’une énergie propre, sans risque, locale et dont les bénéfices sont pour tous. Afin de faire entendre ce message, je serai présente à l’arrivée du Tour Alternatiba, le 26 septembre à Paris !

Lola Poiret, Ailes des Crêtes

 


 

21353

 Pierre RosenzweigJe suis Prof en retraite et j’habite Gemaingoutte (Vosges). NON, le nucléaire n’est pas la solution pour lutter contre le réchauffement climatique. L’industrie nucléaire réchauffe aussi la planète (extraction de l’uranium, construction des centrales etc.) et surtout l’argent englouti dans le nucléaire manque cruellement aux politiques d’économies d’énergies et au développement des énergies renouvelables. La centrale de Fessenheim située sur une zone sismique est la plus vieille centrale nucléaire encore en activité en France (40 ans de service en 2017 !), les incidents s’y multiplient surtout ces dernières années. 
A partir du 3 octobre, avec d’autres militant-e-s de Stop Fessenheim, j’effectuerai un jeûne à durée indéterminée sur la place Kléber à Strasbourg pour exiger la fermeture définitive de Fessenheim – chose promise par François Hollande en 2012. Je serai le 26 septembre à l’arrivée du Tour Alternatiba pour appeler à soutenir cette action importante et déterminée.

Pierre Rosenzweig, collectif Stop Fessenheim

 


 

Logo-Eusko-21

 Céline Bouery_2J’habite à Biarritz au Pays Basque, et je m’occupe de la monnaie locale basque, écologique et solidaire l’Eusko. Nous l’avons créée début 2013 pour contribuer à relocaliser une partie de nos productions et consommations afin de limiter les besoins en transports, qui génèrent chaque année d’avantage de gaz à effet de serre, participant fortement au dérèglement climatique en cours d’accélération et d’aggravation. 

Je serai à Paris le samedi 26 septembre pour participer à l’arrivée du Tour Alternatiba, qui rassemblera des milliers de porteurs d’alternatives concrètes au changement climatique. Consommer et produire local, c’est plus écologique et plus social !

Céline Bouery, Euskal Moneta

 


 

nddl-logo

 Yves_Laurent_NddLNous sommes membres de la coordination des opposants à l’Aéroport de Notre Dame des Landes , regroupant 50 associations et organisations. Nous serons à l’arrivée du Tour Alternatiba parce que nous ne voulons pas laisser l’Etat se refaire une verte image de pourfendeur providentiel des gaz à effet de serre, alors qu’il ne veut pas officiellement renoncer à l’aéroport de Notre dame des Landes, allant jusqu’à déclarer avec cynisme ces derniers jours, patienter jusqu’à la fin de COP 21 avant d’engager les travaux, remettant en cause l’engagement de François Hollande d’attendre l’épuisement des recours juridiques. Nous souhaitons mettre en avant l’incohérence entre les GPII Grands Projets Inutiles et Imposés et la COP 21, la lutte que nous menons depuis des années contre l’accaparement de nos terres agricoles et ce projet « climaticide » et de nous réapproprier l’espace de décision politique et l’aménagement à l’échelle locale.

Yves et Laurent, coordination des opposants à l’aéroport de Notre Dame des Landes

 


 

logo-enercoop

Sophie_EnercoopArdennesJ’habite dans les Ardennes. Je m’investis et j’investis dans des projets d’énergies renouvelables autour de chez moi. Nous sommes 87 à avoir participé à une installation solaire photovoltaïque sur un bâtiment de la ville de Sedan, via la Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) Enercoop Ardennes Champagne. Produire de l’énergie verte, valoriser cette richesse localement, voilà comment nous participons à la lutte contre le changement climatique. Tout le monde peut investir dans les énergies renouvelables, quelque soit son budget, par l’intermédiaire de coopératives locales et Energie Partagée, c’est pourquoi nous seront présents à l’arrivée du Tour Alternatiba.

Sophie, Enercoop Ardennes Champagne

 


 

logo350

Clemence_350J’habite à Paris et je travaille avec 350.org. Il y a trois ans, nous avons lancé une campagne de désinvestissement dans les énergies fossiles, portée par des milliers de citoyens à travers le monde. Nous appelons à ne plus financer les industries fossiles, qui quoique dirigées par des cols blancs, n’en sont pas moins criminelles. Le carbone doit rester où il est, dans le sol et l’argent doit aller aux solutions, pas aux problèmes. Plusieurs centaines d’institutions nous ont déjà rejoint et le mouvement est exponentiel ! Ensemble, nous créons une culture de la résistance. C’est pourquoi je serai à Paris le samedi 26 septembre pour participer à l’arrivée du Tour Alternatiba et montrer que la dynamique est de notre côté.

Clémence Dubois, 350.org

 


 

velp-logo

WoodyDepuis que je suis habitant du Village Emmaüs Lescar-Pau, je me suis engagé dans la lutte pour le climat. Cet été, durant 15 jours, j’ai fait partie de cette expérience extraordinaire qui est le Tour Alternatiba. J’ai dû me dépasser, être à l’écoute du groupe et du public. J’ai eu un immense plaisir à participer à cet effort collectif qui a décuplé mon énergie et mes convictions en faveur du climat et de l’environnement. Je serai présent à l’arrivée du Tour pour vivre jusqu’au bout cette expérience. Ensemble nous pouvons éveiller les consciences !

Woody, Village Emmaüs Lescar-Pau

 


 

logo-bouillons

Je suis porte-parole de l’association de protection de la ferme des Bouillons, située à Mont-Saint-Aignan, près de Rouen. C’est une ferme qu’Auchan/Mulliez voulait détruire en 2013. Nous avons occupé ce lieu de manière non-violente pendant 2 ans et demi, obtenu qu’il soit requalifié en zone naturelle protégée et relancé l’activité agricole maraîchère tout en mobilisant la population locale sur l’importance d’une agriculture péri-urbaine de qualité, non soumise au diktat de la grande distribution. Je serai à Paris pour l’arrivée du Tour Alternatiba car il est temps que nous, les citoyens, nous prenons notre vie en main !

Philippe Vue, ferme des Bouillons

 


 

logo-nef

portrait-nefJ’habite à Bagnolet et je suis responsable à la Nef depuis une dizaine d’années. Trop de banques de nos jours investissent dans des projets aggravant le dérèglement climatique et mettant à mal les populations concernées, tels les mines de charbon, les sables bitumineux, ou encore les gaz de schiste. La Nef est une banque éthique permettant aux citoyens d’agir par leur épargne au financement transparent d’une économie locale, humaine et peu émettrice de gaz à effet de serre.
Je serai à Paris le samedi 26 septembre à l’arrivée du Tour Alternatiba pour montrer, en cette Journée de la transition, qu’il est possible d’entreprendre, de consommer, d’habiter, de produire, dans le respect des biens communs et du climat de la Terre.

Amandine Albizzati, la NEF

 


 

logo-ela

2elaEn tant que Secrétaire Général et Secrétaire Générale Adjointe du syndicat ELA, confédération ouvrière majoritaire du Pays Basque, nous serons à Paris du 28 septembre au 2 octobre pour le congrès de la Confédération Européenne des Syndicats. Mais nous avons changé notre date d’arrivée ! Nous y viendrons dès le samedi 26 septembre pour participer à l’arrivée du Tour Alternatiba, parti le 5 juin du Pays Basque, et à Alternatiba Paris. Notre syndicat travaille la question du climat et nous avons réalisé une étude qui montre à quel point une politique climat ambitieuse, pour une transition énergétique volontariste serait très fortement créatrice d’emplois. Il y a donc les alternatives non seulement au changement climatique mais également au chômage de masse dont souffrent tant les populations européennes. Alors qu’attend-t-on pour les mettre en œuvre ?

Txiki Muñoz et Amaia Muñoa, ELA

 


 

logo-engre

nico-engreJe suis actuellement mécano bénévole à l’ atelier vélo participatif “L’Engrenage” à Saint Dié des Vosges où j’ai conçu le triporteur-générateur du Tour Alternatiba, qui a permis à chaque arrivée d’étape de diffuser généreusement le message pour la transition et les alternatives. Ce triporteur sono, vélo-alimenté représente aussi ma vision des alternatives : la créativité, la sobriété, l’entraide et la solidarité.
Je serais à Paris le 26 septembre avec Alternatiba pour me joindre aux femmes et aux hommes qui se bougent, qui inventent des alternatives, qui échangent des solutions, qui pensent la transition d’aujourd’hui et croient à celle de demain.

Nicolas Liebaut, L’Engrenage

 


 

vachusine_non 080112 copie

Catherine_1000vachesJe serai à Paris le 26 septembre, représentant notre association NOVISSEN qui lutte contre la ferme-usine des 1000 vaches en Picardie. Ce qui motive notre combat, en plus de l’inconcevable souffrance animale, c’est l’aberration écologique et économique d’un tel système. L’élevage industriel est l’un des premiers facteurs de pollutions et d’épizooties. Ce modèle agricole fabrique la mort climatique. L’arrivée du Tour Alternatiba à Paris est l’occasion de ré-affirmer que la convergence des luttes n’est plus une utopie, c’est une réalité.

Catherine Zambon, Novissen

 


 

rsp

Gérard_RSPLe Réseau Semences Paysannes oeuvre depuis sa création en 2003 pour la sauvegarde ainsi que le renouvellement des semences paysannes. Ces semences, résilientes et moins gourmandes en eau, vont de pair avec l’Agroécologie. Elles n’ont pas besoin d’intrants chimiques, permettant ainsi de développer des pratiques vertueuses pour le climat. Je serai présent à l’arrivée du Tour Alternatiba pour soutenir ce mouvement des alternatives capable de changer le système, pas le climat !

Gérard Eripret, Réseau Semences Paysannes

 


 

Céline_CTCJ’habite à Lyon et je travaille au Collectif pour une Transition Citoyenne qui regroupe une quinzaine d’acteurs citoyens de la Transition qui œuvrent pour une société plus humaine, écologique et sociale à travers leurs alternatives concrètes : énergies renouvelables, le foncier et la distribution agricole, l’insertion sociale, l’agriculture biologique, la protection de l’environnement, la finance éthique et solidaire … Notre but? Collaborer ensemble à la promotion de ces alternatives afin que la Transition citoyenne pollinise toute la société !
Je serai avec plaisir le 26 Septembre, date de la 2ème édition de la Journée de la Transition, à l’arrivée du Tour en tandem d’Alternatiba à Paris, pour démontrer que tous ensemble nous sommes mobilisés pour diminuer sans attendre l’impact humain sur le changement climatique !

Céline Provost, Collectif pour une Transition Citoyenne

 


 

Pacific-Climate-Warriors-sml-black

Pacific_1J’habite les Iles Fidji, et je fais partie du groupe des Pacific Warriors. Cette année, nous avons voyagé autour du Pacifique pour recueillir les témoignages des communautés dont la survie et la culture sont mises en péril par le changement climatique. Nous voulons envoyer un message direct à l’industrie fossile : c’est pourquoi nous avons bloqué l’année dernière avec nos canoes le plus grand port d’exportation de charbon du monde. Après notre passage à Paris, motivés par notre foi, nous irons au Vatican et l’appelons à montrer ce qui est en jeu si nous continuer à investir dans les énergies fossiles. Nous serons à l’arrivée du tour Alternatiba car à Paris comme dans le Pacifique, nous ne nous noierons pas, nous nous battrons.

George Nacewa, Pacific Warriors

 


 

bioconsomacteurs

Sophia_BioconsommacteursJ’habite près de Paris et je suis administratrice de l’association Bio Consom’acteurs. Depuis 2003, nous promouvons l’agriculture et l’alimentation biologiques à travers des actions de sensibilisation et de plaidoyer, destinées au grand public et aux décideurs. L’idée est d’amener les gens à changer d’alimentation, donc de modèle agricole, pour créer un monde plus respectueux de l’humain et de son environnement.
Je serai à l’arrivée du Tour Alternatiba à Paris parce qu’il faut un changement de nos modes de consommation, il faut plus de sobriété, plus de simplicité et plus d’harmonie avec la nature et les autres êtres vivants. La bio est l’un des piliers de l’action pour le climat !

Sophia Lakhdar, Bio Consom’acteurs

 


 

Je coordonne la Coalition Climat 21 qui regroupe plus de 130 organisations allant des syndicats en passant par les ONG, les mouvements de foi, les mouvements sociaux (dont Alternatiba !)… une diversité tant dans les pratiques militantes que dans les approches du climat.
Ensemble, nous préparons les mobilisations de décembre, avec pour objectif d’en faire le tremplin d’un mouvement pour la justice climatique qui dure dans le temps. Quelle que soit l’issue de la COP 21, nous devons rester alertes.
Je serai à Paris pour l’arrivée du Tour Alternatiba pour saluer la mobilisation sans précédent qu’il a permise et rappeler, aux cotés des militantes et militants qui y ont participé, que sans les alternatives citoyennes il n’y a pas de réponse véritable à la crise climatique.

Juliette Rousseau, Coalition Climat 21

 


 

J’habite Habay, en Belgique. En 2010, nous avons fondé la coopérative de production d’Energies Renouvelables « Lucéole », consistant à fournir de l’électricité issue de nos sources 100% renouvelables, locales et citoyennes. Actuellement notre projet de construction de six éoliennes est bloqué par le ministre de l’environnement et de l’aménagement du territoire Di Antonio, qui ne paraît pas prendre au sérieux l’urgence climatique et la nécessité d’y répondre vite en mettant en place les alternatives. Je serai à Paris pour l’arrivée du Tour Alternatiba afin de demander aux politiques de soutenir la transition énergétique, non pas de la freiner !

Michel Dolmans, Lucéole

 


 

Je viens de Paris et je suis chargée de la mobilisation citoyenne chez Zero Waste France. La plupart de ce que nous produisons aujourd’hui est amené à devenir un déchet. En plus des coûts, des pollutions et des gaspillages des ressources qu’elle représente, la gestion des déchets est responsable d’émissions de gaz à effet de serre. Il est donc temps d’associer la problématique des déchets à celle du climat et de mettre en oeuvre des solutions zéro déchet, zéro gaspillage. Je serai présente à l’arrivée du Tour Alternatiba, parce que c’est une grande occasion de rassembler tous les citoyens autour d’un mouvement fort incarnant la transition solidaire et écologique, portée par la société civile, en faveur du climat.

Manon Cuille, Zero Waste France

 


 

Je vis à Missilac en Loire Atlantique et je fais partie de l’association Eoliennes en Pays de Vilaine. A l’heure de l’urgence climatique, il est indispensable que les citoyens participent à la production d’énergies renouvelables. En accompagnement de démarches sur les économies d’énergie nous essayons de construire des moyens de production d’énergie renouvelables co-financés et co-gérés par les citoyens. Les actes doivent être en cohérence avec les beaux discours : nous avons réalisé le premier parc éolien citoyen de France « Bégawatts » et le 2ème « Isac-Watts » est en fin de construction. Je serai à Paris le 26 septembre pour que l’arrivée du Tour Alternatiba serve de caisse de résonance à tous ceux qui luttent sur le terrain pour s’opposer aux politiques et projets aggravant le dérèglement climatique.

Claudette Lacombe, EPV

 


 

Je milite dans une coopérative agricole dans le Sud-Ouest de l’Allemagne, la Gartencoop. Ce projet multi-facettes combine entre autres : une agriculture biologique et cohérente, le respect des saisons, l’utilisation de variétés paysannes non-hybrides, des circuits courts, l’économie solidaire, la propriété collective, l’éducation, et la reprise en main de l’agriculture par ceux qui la font et en vivent.

Je serais à Paris le 26 septembre pour l’arrivée du Tour Alternatiba, car entre 43-57% des émissions de gaz à effet de serre annuelles sont liées au modèle actuel d’alimentation (agriculture, transport, transformation, stockage…). Face à un puissant système agro-industriel aux conséquences économiques, sociales et climatiques désastreuses, nous devons montrer qu’il y a des gens qui ensemble trouvent des moyens de résister et de faire émerger des réelles alternatives !

Luciano Ibarra, GartenCoop

 


 

Citoyenne alarmée par la situation climatique et par l’indifférence de nos dirigeants politiques, je me suis engagée dans l’aventure d’Alternatib’Aïoli, l’Alternatiba à la sauce marseillaise. Notre village s’est tenu malgré l’interdiction décrétée par la Mairie de Marseille fin juin. Il n’a pas eu lieu où nous souhaitions, il n’a pas pu montrer tout ce que nous avions prévu, mais il s’est déroulé, porté par notre ténacité légitime, et a pu montrer toutes les initiatives locales qui œuvrent pour la construction d’une société plus juste, plus solidaire, plus respectueuse de notre Terre et de l’humain.
Je serai à Paris le 26 septembre à l’arrivée du Tour pour soutenir l’énergie et la détermination des cyclistes d’Alternatiba qui ont su insuffler une dynamique nationale nécessaire pour lutter contre la crise climatique.

Virginie Ruault, Alternatiba Marseille


  • -

[Tour Alternatiba] : J-2 avant l’arrivée !

Jour 107 – 19 septembre – Voves / Chartres

Nous partons à l’aube d’Orléans, direction la Beauce. Les cyclistes du jour sont répartis de telle sorte qu’une triplette masculine et une triplette féminine se taquinent dans une ambiance bon enfant ! Mais les rires sont vite remisés lorsque nous rencontrons quelques soucis avec le GPS, qui nous égare à de nombreuses reprises. De ce fait, l’étape du matin fut très éprouvante, entre les détours, le vent de face, l’humidité et les faux plats. De plus, le paysage linéaire de la Beauce n’a pas contribué à nous donner du baume au cœur pour pédaler. Au-delà de nous décourager, ces grandes étendues de champs en monoculture, à perte de vue, laissent transparaître une agriculture encore très productiviste, loin d’une agriculture raisonnée. Les champs de maïs et de betteraves à sucre se succèdent.

Après une rude matinée de vélo d’au moins 60 km, nous arrivons à Fains-la-Folie pour la vélorution. Nous sommes accueillis par la municipalité avec de quoi nous remettre de cette étape éreintante. C’est revigorés et accompagnés d’une vingtaine de personnes que nous faisons les derniers kilomètres jusqu’à Voves, où nous profitons d’une pause salvatrice. Nous partageons notre repas avec les jeunes scouts de la région, des militants locaux et Damien, courageux agriculteur en conversion biologique.

 

19

 

L’après-midi, nous pédalons sur des chemins plus agréables que le matin jusqu’au village de Morancez, départ de notre vélorution de l’après-midi. Mais en écho aux malheurs du matin, une triplette est obligée de déclarer forfait après une crevaison en pleine vélorution dans les rues de Chartres.

La journée s’est cependant terminée sous les meilleurs augures grâce au Village des Alternatives qui se tenait au pôle universitaire de Chartres où plus de 50 stands d’associations étaient présents. Plus de 1000 personnes ont ainsi pu déambuler entre les stands sur les questions d’agriculture et d’alimentation, de solidarité et de partage, d’énergie ou d’environnement. La problématique de l’éco habitat est celle qui fut la plus fournie : maison en paille, éco matériaux, phytoépuration, partage sénior… Cette journée festive et citoyenne fut également agrémentée de jeux et d’ateliers pour petits et grands, conférences et débats. Des professionnels et des témoignages individuels ont ainsi animé des conférences sur le climat, la finance, ou encore sur le reboisement et la biodiversité. Un grand merci aux 80 bénévoles sans qui Alternatiba Chartres n’aurait pu être une aussi belle réussite !

 

 

 

Jour 108 – 20 septembre – Rambouillet

Nous nous réveillons après une bonne nuit à l’auberge de jeunesse, avec encore pour certains, dans les yeux les couleurs de la fête de la Lumière de Chartres. L’étape aujourd’hui est particulière puisque nous ne pédalons que le matin pour arriver à Rambouillet pendant le village Alternatiba. Le revers de la médaille, c’est qu’il faut faire les 40 kilomètres dans la matinée !

On voit souvent la Beauce chartraine comme un plat pays. Démenti formel de tous les cyclistes du Tour ce matin. Plusieurs jolies côtes nous coupent le souffle et presque les jambes. Mais il fait beau, et le plaisir de pédaler ensemble est toujours là. Malgré tout, nous sommes contents de voir surgir le panneau Île-de-France, annonçant la fin du voyage. C’est l’occasion d’une photo et d’une petite pause bienvenue.

 

20

 

On a un peu de mal à croire que depuis juin, nous avons réellement parcouru tout ce chemin, plus de 5 400 kilomètres pour arriver aujourd’hui aux portes de la région parisienne. Cela semble un peu irréel. Le pari était fou et aujourd’hui nous sommes sur le point de le réaliser !

Notre première vélorution francilienne traverse la forêt de Rambouillet et longe les murs de la Bergerie Nationale. L’exemple d’une institution très ancienne (elle date de Louis XVI), qui pourrait trouver une continuité en participant au soutien d’une agriculture ancrée dans les territoires, en s’orientant résolument vers la sauvegarde et la relance des races anciennes et locales de brebis… si elle dispose des moyens nécessaires.

 

20-2

 

Nous finissons par le parc du château pour déboucher dans un village Alternatiba très dense et vivant. Nous sommes accompagnés pour les 100 derniers mètres par la Batucachapo, très belle entrée, merci à eux !

Le village fourmille d’alternatives. Les classiques, celles qui sont partout et aussi d’autres qu’on voit souvent mais dont on parle trop peu. Dans le domaine de l’information, on aperçoit un stand Wikipedia, cette encyclopédie en ligne entièrement gratuite et sans pub, financée par les dons, ou encore le magasine Kaizen du mouvement Colibri, qui explore les multiples facettes de l’écologie. Des alternatives culturelles avec L’art est dans le pré : c’est un jardin particulier qui ouvre pour des expositions d’artistes et d’artisans, des ateliers d’écriture etc. RDV le 27 septembre à Saint Robert. L’éducation avec une école Montessori et un espace de jeux coopératifs pour les enfants. Une zone de gratuité, une collecte de solidarité avec les réfugiés… Et  pour accompagner, un programme de conférences, d’ateliers et d’animations : théâtre de l’opprimé, polyphonies… Nous regrettons de ne pouvoir rester aux concerts mais nous sommes heureux de voir que le public est bien présent -2000 personnes seront passées sur l’ensemble de la journée- et que la fête va durer.

Belle manière d’amorcer notre tour d’Île-de-France !

 

 

Jour 109 – 21 septembre – Journée sans pédaler (Rambouillet)

Après le village Alternatiba de Rambouillet, nous sommes accueillis chez Evelyne à Le Perray, une petite ville à quelques kilomètres. On traverse la forêt de Rambouillet par une route au nom évocateur : route de Coupe-Gorge. La maison d’Evelyne est vite envahie par l’équipe, à laquelle viennent se joindre Sylvie, Sabrina et Iban. Le cadre est champêtre : bâtisses en pierres meulières, étang, lapins, poules… et les tomates du voisin que tout le monde apprécie.

 

https://alternatiba.eu/rambouillet/wp-content/uploads/sites/43/2015/09/2015-09-21-perray3.jpg

 

Sur la pelouse, les triplettes sont en réparation, on compte et recompte le stock de tee-shirts Alternatiba. Les camions font l’objet d’un relooking avec des affiches pour l’arrivée en Île-de-France. Dans la grange se tiennent les réunions de préparation des prochaines étapes, et surtout du point final du Tour : l’arrivée à Paris.

Cette arrivée à Paris samedi 26 septembre permettra alors de cristalliser un mouvement citoyen pour une société plus juste, plus solidaire et à même de relever le défi climatique, avec 50.000 personnes attendues sur l’ensemble du week-end. Ce sera également un temps fort de convergence des alternatives et des luttes et résistances. De nombreuses personnalités internationales sont attendues, mais aussi des dizaines de porteurs d’alternatives et de luttes locales, rencontrés tout au long de ce périple de 5600km, qui viendront montrer leur implication dans la lutte contre le changement climatique et la mise en place des alternatives. Ils seront à Paris samedi pour l’arrivée du Tour, et vous ?

 

mosaique-jyserai


  • 2

Grande vague de mobilisations pour le climat les 26 et 27 septembre

Le Tour Alternatiba arrive à Paris

Parti le 5 juin de Bayonne, le Tour Alternatiba pour le climat arrivera à Paris le samedi 26 septembre. Après avoir traversé tout au long de la semaine Rambouillet, Magny-les-Hameaux, Malakoff, Antony, Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine, Alfortville, Fontenay-sous-Bois, Montreuil, Les Lilas, Aubervilliers, il sera à l’Ile-Saint-Denis pour une avant-dernière étape haute en couleur avec notamment la participation à partir de 17h30 de Susan George, écrivaine altermondialiste, Aminata Traoré, ancienne ministre de la culture au Mali, Mohamed Diaby, champion du monde de boxe française etc.

 

CPGKwSKWgAASgVO

La dernière étape partira de cette commune populaire et particulièrement engagée dans la transition sociale et écologique. Le chanteur Kaddour Hadadi du groupe HK et les Saltimbanks (“On lâche rien !”) participera à l’étape sur une des triplettes, en compagnie des cyclistes partis de Bayonne il y a presque 4 mois.

 

Une “Climate pride” à 15h00

 

velorution1HA3

 

Après 5 630 km sur des vélos à 3 et 4 places,  symboles de la transition écologique et de la solidarité, les cyclistes d’Alternatiba invitent les Parisiens et Franciliens à les rejoindre -en vélo, en skate ou en rollers- à 15H00, place de la Fontaine aux lions à la Villette, Porte de Pantin. Diverses personnalités et animations y seront présentes. De là démarrera une Climate Pride festive et revendicative pour effectuer tous ensemble les 5 derniers kilomètres et arriver à 16h30 à la Place de la République.

 

Meeting de l’arrivée du Tour à 16h30

Un grand meeting international s’en suivra sur cette même place avec des représentants d’Alternatiba et de la Coalition Climat 21, ainsi que plusieurs personnalités internationales comme par exemple le leader indien Rajagopal P. V. Il sera suivi d’un grand concert gratuit avec Imany, HK et les Saltimbanks, Jehro et Sinsemillia.

 

hk-bdx

 

Le meeting constituera également un reflet du Tour Alternatiba avec le témoignage des cyclistes partis de Bayonne et celui de divers acteurs de terrain rencontrés au fil de ce véritable road-movie climatique à travers 187 territoires différents.

 

Des beaux discours sur le climat mais une réalité bien différente sur le terrain

Partout, les alternatives concrètes permettant de réduire nos émissions de gaz à effet de serre se multiplient : ateliers vélos, ressourceries, habitat partagé, éoliennes portées par des citoyens ou des communes, systèmes d’épargne solidaires et écologiques, monnaies locales, coopératives d’éco-construction, relocalisation de productions agricoles, réseaux de partage de biens matériels etc.

Mais dans le même temps et sur une trop grande partie du territoire, les politiques concrètes continuent comme s’il n’y avait pas d’urgence climatique, ou pire, contribuent à aggraver le dérèglement climatique en cours : on continue à artificialiser chaque année plus de sols, à intensifier encore plus l’agriculture à coup de fermes-usines, les pistes cyclables sont rares ou non sécurisées, les bus en site propre manquent, EDF ferme sa filiale Nexis spécialisée dans la sobriété énergétique et le renouvelable pendant qu’on engloutit les milliards nécessaires à la transition dans le nucléaire, on veut agrandir les aéroports ou on continue à subventionner des centrales de transformation d’énergie fossiles…

La réalité sur le terrain est très différente des beaux discours unanimes sur la nécessité d’agir rapidement et de manière massive pour éviter les seuils d’emballement climatique.

 

 

11 Alternatiba les 26 et 27 septembre

C’est pourquoi il est urgent que les citoyens entrent en scène, fassent entendre leur voix, leurs préoccupations et leurs demandes. Déjà, plus d’un quart de million de personnes a participé à un Alternatiba ou à une étape du Tour Alternatiba.  Les 26 et 27 septembre, 11 nouveaux villages des alternatives au changement climatique Alternatiba auront lieu à Paris, Montpellier, Mimizan, Bergerac, Le Havre, AlternatiLoire (Angers, Les Rosiers, Saumur, Chalonnes), Lorient, Marne et Gondoire, Audincourt, Sancé et Grenoble. Toute la journée du 26, des initiatives se multiplieront partout en France à l’appel du Collectif pour la transition citoyenne, d’Alternatiba, de France Nature Environnement et de la Coalition Climat 21.

 

couverture-annonce-Alt-Paris

 

Un grand “village des alternatives” à Paris

Alternatiba Paris revêtira bien entendu une importance particulière et vise à attirer à lui seul plus de 50 000 personnes. Il rassemblera, les samedi 26 et dimanche 27 septembre, place de la République, plus de 360 organisations qui développent des alternatives pour lutter contre le dérèglement climatique dans tous les domaines.

14 quartiers thématiques composeront le village : Habitat, Climat, Agriculture et Alimentation, Culture,Transports, Numérique, Zéro déchet, Démocratie, Energie, Eau, Education, Migrations et solidarités mondiales , Economie, Santé et bien être Il y aura également un Marché paysan, un appartement témoin de la transition, une cyclothèque, une zone de gratuité, un repair café, des ateliers créatifs etc. Le village des alternatives, convivial et festif, sera animé par des artistes amateurs et professionnels de compagnies d’arts de rue, de groupes de musique, de batucada, etc.

 

Une rampe de lancement pour les mobilisations de la COP21

Le week-end des 26 et 27 septembre, et tout particulièrement les différents rendez-vous de Paris, doivent constituer une rampe de lancement pour des mobilisations qui se veulent historiques lors de la COP21, sommet international sur le climat qui se teindra dans la capitale du 30 novembre au 11 décembre. C’est pourquoi Alternatiba appelle la population à se rendre nombreuse aux multiples rendez-vous qui lui sont proposés pendant ces deux jours sur tout le territoire.

 

Toutes et tous ensemble,
construisons un monde meilleur en relevant le défi climatique !

Sans-titre-112


  • 2

[Tour Alternatiba] – Sortir des énergies fossiles… et du nucléaire !

Jour 104 – 16 septembre – Journée sans pédaler (Tours)

Aujourd’hui pour les cyclistes, c’est journée sans pédaler ! L’occasion pour nous de discuter de notre arrivée en région parisienne : dans moins d’une semaine nous débarquons à Rambouillet, dans dix jours sur la place de la Republique, et nous vous avons préparé un programme du tonnerre !

 

slider

 

… Ainsi que de vaquer à nos diverses occupations : mécanique, gestion des stocks, courses alimentaires, plongeons dans les boîtes mails, prise de rendez-vous avec la presse. Le tout sous des trombes d’eau ! Heureusement les organisateurs d’Alternatiba 37 avaient gardé un œil sur la météo, car pour eux aujourd’hui c’est le grand jour. Projections, conférences, et présence de nombreuses associations munies de leurs alternatives animent de vifs échanges sous la yourte dressée par les bénévoles d’Alternatiba sur le place Anatole France de Tours.

Pendant ce temps là, à la fac des Tanneurs, l’écologue Sébastien Moreau partage avec nous son expérience dans une conférence intitulée « Adieu poubelle ». Fatigué des nombreuses contradictions se faisant jour entre ses convictions profondes sur la nécessité de limiter l’impact de l’homme sur l’environnement et son mode de vie au quotidien à Tours, il a décidé de se lancer un pari fou : ne plus produire de déchets ! Enseignant en écologie organique à l’Université de Tours, les paroles délivrées aux étudiants durant ses cours n’étaient pas en accord avec ses actes, une fois le travail terminé, et cela ne pouvait plus durer… mais comment s’extraire de la grande machine à polluer ? Est-ce possible ? Déterminé, Sébastien s’est lancé avec opiniâtreté dans l’aventure, qu’il partage avec le public… et nous donne envie de nous lancer !

 

zwf_adieu_poubelle

 

Commençant par composter ses déchets organiques chez lui, il a ensuite décidé de se débarrasser des différents déchets en plastique, carton, métal, etc. de la plus simple manière, en cessant d’acheter des produits emballés et suremballés ! Cela implique  de changer son (ou sa) mode de consommation, en limitant les achats dans les grandes surfaces et autres commerces où les emballages sont inévitables et de privilégier les produits non transformés.

Sébastien a alors décidé de privilégier les marchés, Biocoop, AMAP, producteurs et artisans locaux. Il part faire ses courses avec des sachets réutilisables, les stock dans des bocaux et des boîtes… Tout cela demande du temps, de l’organisation, de l’anticipation et des efforts, et ce pour l’ensemble de la famille, car Sébastien a entraîné sa femme et ses enfants dans l’aventure ! Changer ses habitudes n’est simple pour personne, prend du temps… Mais les efforts sont rapidement récompensés : au bout de six mois, la famille a réussi à diminuer de 99.9 % la quantité de déchets produits ! Défi relevé !

Produire, traiter et recycler les emballages des produits que nous achetons au quotidien  coûtent cher, très cher ! Cela demande une quantité importante de matières premières, d’énergie, de transports, de coûts marketing, qui se répercutent sur le prix d’achat et sur notre environnement ! En parallèle, Sébastien a donc réalisé une analyse économique de ce nouveau mode de consommation en comparant ses dépenses sur une même période de six mois. Consommer local et sans déchets, est-ce économique ? Résultat : les efforts entrepris ont permis de réaliser une économie d’environ 30 % sur mes dépenses alimentaires… Bon pour le porte-monnaie et pour la planète, la vie sans déchet c’est chouette !

Merci à Sébastien pour son travail de défrichage, d’autres infos sont disponibles sur le site Zero Waste… et merci au collectif d’Alternatiba Tours pour son accueil !

 

 

Jour 105 – 17 septembre – Amboise / Blois

Nous partons de Tours sous un ciel couvert, accompagnés d’Antoine, un de nos hôtes et Sylvain, notre guide en Touraine. Nous longeons les bords de la Loire, et traversons des vignes sous quelques gouttes.

Nous arrivons pour la pause du midi à Amboise, où nous sommes accueillis par divers associations : CCFD Terre Solidaire, ATTAC, Greenpeace et une AMAP. Quelques mots échangés avec Simon, l’un des organisateurs de l’étape, permettent de mettre en lumière quelques alternatives en marche dans cette région surnommée le « jardin de la France ». Au delà, d’un réseau d’AMAP fourni et d’une dynamique de conversion en bio des vignes, des militants sont en train de mettre en place une monnaie locale et complémentaire en Val de Loire. D’ailleurs, le collectif ouvre la participation à toutes et tous pour trouver le nom de cette future monnaie.

Simon évoque également l’association Virage Energie Centre Val de Loire (VenCVL). Le but de l’association est de construire et de promouvoir un scénario de transition énergétique en Région Centre, sobre en carbone, 100 % renouvelable et sans nucléaire. En avril 2015, elle a ainsi publié un scénario de transition énergétique : Réussir la transition énergétique en région Centre – Val de Loire, vers un scénario 100 % renouvelables en 2050. Ce document s’attache à entraîner une réflexion sur la faisabilité technique de la transition et ce qu’elle implique pour la population et les entreprises, tout en s’appuyant sur des données régionales et techniques. L’association conclue à trois attitudes fondamentales pour la mise en œuvre de cette transition énergétique : s’obliger à regarder loin pour anticiper les évaluations des impacts futurs de nos choix collectifs ; s’obliger à viser 100% d’énergie renouvelables en 2050 ; s’engager dans un effort de planification de projet où l’écriture d’un scénario déboucherait sur un véritable « Plan guide » prescriptif, mais avant tout mobilisateur et rassembleur.
VEnCVL a d’autres objectifs tels que l’étude les moyens à mettre en œuvre pour permettre la sortie du nucléaire et le démantèlement complet des installations nucléaires de la Région Centre entre 2030 et 2050 ; la quantification des moyens à mettre en œuvre pour diminuer les consommations d’énergie et substituer des énergies renouvelables et propres aux énergies fossiles dangereuses pour la santé et l’environnement. Cette association vise ainsi à promouvoir et mettre en œuvre les alternatives possibles en informant, sensibilisant, interpelant les citoyens, les autorités publiques, les élus et les acteurs privés. Autant d’éléments qui annoncent notre passage à la centrale de Saint-Laurent-Des-Eaux prévu le lendemain.

Cette pause est également l’occasion d’échanger avec un citoyen militant ayant porté le Pacte de la Transition à Reugny (commune à 20 km au Nord de Tours) où le conseil municipal est dans une bonne dynamique. À ce jour, le pacte a été proposé à la municipalité par quelques personnes. Cependant, le collectif est ouvert à toutes et tous et, dans l’esprit d’Alternatiba et du Collectif pour une Transition Citoyenne, son rôle est d’accompagner la réalisation des mesures choisies par la municipalité. Cette commune hors TAFTA s’est engagée, par exemple, dans une démarche d’une restauration scolaire locale presque 100% bio, ou dans la mise en place d’un chemin vert pour aller à l’école de manière sécurisée.

 

CPH56vGWwAADwDb

 

Après un bel aperçu d’initiatives porteuses de changement, nous reprenons la route des bords de la Loire. Nous sommes rejoins à la ferme du Petit Villesablon à Chailles par les membres de l’association Sologne Nature et Environnement. Ces derniers ont fait 40 km pour faire la vélorution des derniers kilomètres jusqu’à Blois avec nous, où nous étions plus de 130 à scander : « Changeons le système pas le climat ! ».

 

 

Jour 106 – 18 septembre – Beaugency / Orléans

Après une nuit royale à Blois, dans une immense maison du début du XVIIème siècle en face de la cathédrale Saint-Louis, nous voilà engagés sur la Loire à vélo en direction de la centrale de Saint-Laurent-des-Eaux. Les péripéties ayant suivi notre prise de position contre l’énergie nucléaire à Fessenheim sont loin d’avoir découragé notre détermination, au contraire, elle met en évidence un tabou que nous voulons briser. Notre passage par Saint-Laurent est donc l’occasion de dénoncer une fois de plus l’usage de l’énergie atomique, fausse solution au problème climatique aussi bien qu’à celui du chômage ou à l’indépendance énergétique de la France, vœu pieu des origines. Plutôt que d’enrichir de l’uranium ou du mox, ressources fossiles, enrichissons nos quotidiens en adoptant des modes de vies plus sobres et en développant le renouvelable !

 

CPLInCpWcAAqhXu

 

Invitant à ce changement de nos modes de consommation, Txetx, éloquent cycliste du Tour, a également exhorté les décideurs politiques à rediriger les sommes toujours plus exorbitantes d’argent public investi dans le développement du parc nucléaire français vers une transition énergétique viable, à l’image de celle que propose le scénario Negawatt. Le choix du nucléaire s’est toujours fait au détriment de solutions plus durables et il est temps que cela cesse !

Les représentants locaux des réseaux “Sortir du nucléaire” et “Fukussenheim” ont alors appelé à une fermeture, la plus rapide possible, de la centrale de Fessenheim, rappelant qu’il s’agit là d’une promesse de campagne de François Hollande. La vétusté de la centrale démultiplie la dangerosité inhérente à la technologie nucléaire, état de fait que les habitants Saint-Laurent-des-Eaux connaissent bien.

 

Sans titre-1

 

Ici, on a effectivement frôlé la CATASTROPHE à deux reprises, la première en 1969, la seconde en 1980. Erreur humaine pour l’une, problème de maintenance pour l’autre, le résultat est le même : à deux reprises, un réacteur est entré en fusion. Les réactions en chaîne ont été arrêtées avant qu’une explosion ne se produise, mais, classé dans le top 10 des plus graves accidents nucléaires au monde, l’événement de 1980 a eu pour conséquence la contamination du milieu environnant – 50 kilogrammes d’uranium ont fondu en quelques secondes. Dans son film documentaire diffusé dans le magazine Spécial investigation sur Canal plus, Jean Baptiste Renaud a récemment mis en image l’omerta qui règne sur la gestion du nucléaire : il révèle que suite à cet accident du plutonium radioactif a été rejeté dans la Loire et dans le plus grand secret, pendant 5 ans – polluant ses écosystèmes pour une durée de 25 000 ans. Représenté par Stéphane Lhomme, l’Observatoire du nucléaire a de ce fait porté plainte contre EDF et Marcel Boiteau, son dirigeant d’alors.

 

-7

 

La gestion des centrales et des déchets radioactifs dans un monde au climat déstabilisé sera toujours plus périlleuse. Nous ne pouvons plus attendre pour nous tourner vers les énergies renouvelables, notamment en changeant de fournisseur d’électricité, pour Enercoop par exemple. En longeant la Loire sur moins de 300 kilomètres, de Belleville à Chinon, en passant par Dampierre et Saint-Laurent, quatre centrales comptant plusieurs réacteurs sont refroidies par les eaux du fleuve. Compte tenu de ses crues, soumises aux aléas climatiques, et de la difficulté à accéder à une information fiable et transparente, les inquiétudes des riverains vont grandissantes. Ils se mobilisent pour faire monter la pression sur les autorités et enfin amorcer la fermeture du parc nucléaire français… rejoignons les !

Par ailleurs, alors que vous lisez ces lignes, l’accident de Fukushima continue de faire des ravages. Pour rester informé sur le développement de la propagation de la radioactivité au Japon et dans le monde suite à l’accident, voici un blog assez précis et exhaustif.

 

-12

 

A la pause de midi nous avons été merveilleusement bien reçus à Beaugency par les élèves de plusieurs classes allant de l’école primaire au lycée, par de chouettes associations, par David Faucon, le maire de cette commune engagée dans la démarche TEPOS déjà engagée dans la transition, ainsi que le Pays Loire Beauce. Au total plus de 200 personnes, en grandes majorité des jeunes ont suivi avec attention divers témoignages sur le changement climatique et les diverses alternatives permettant d’y faire face, pendant plus d’une heure.

Après avoir pédalé aux côtés des lycéens les plus motivés sur une dizaine de kilomètres, nous sommes arrivés à Orléans, au Campo Santo. Les bénévoles d’Alternatiba Loiret étaient en pleine préparation de leur Village des alternatives qui avait lieu le lendemain, samedi, et notre arrivé a fait office de préambule à cette belle journée !

 

5XQTUgibMhSEoWakvBh8sv6Y8Oc

CPM1sFmWEAA-suJ

 

Après plusieurs prises de paroles, un chant collectif de l’hymne du Tour et un topo sur l’urgence climatique devant les 155 personnes présentes à l’arrivée du Tour, Benoit Thévard a pris le relai des cyclistes pour sa conférence “Un avenir sans pétrole“.

Notre modèle de société basé sur une croissance économique fortement énergivore  entraîne en quelques années des changements équivalents à ceux s’étant produits sur Terre de l’ère glacière à l’ère industrielle. Si nous voulons contenir ces perturbations et tenter de préserver la viabilité de notre planète, il nous faut dès à présent diminuer par deux notre consommation d’énergie. C’est avec ces constats que démarre la démonstration de Benoit Thévard. Pour cet ingénieur membre de l’Institut Momentum, le défi est d’avantage culturel et social que technologique, et seuls nos changements de comportements et nos efforts pour réduire notre dépendance énergétique permettront aux générations futures de voir le jour.

Il nous faut donc bien vite définir un nouveau projet de société et nous affranchir de nos modes de vie emprunts de “pollution cachée”. Comprenons bien en effet que la multiplication des appareils de technologies de l’information comme les ordinateurs, tablettes et smartphones entraînent une hausse considérable de la consommation en énergie. Un smartphone nécessite autant d’énergie qu’un réfrigérateur. L’envoi d’un mail avec une pièce jointe d’un mégaoctet consomme l’équivalent d’une ampoule de 24W pendant une heure. Le téléchargement d’un film en HD à l’aide d’une connexion wifi consomme pour sa part autant d’énergie que la confection d’un DVD et son envoi par la poste.

Aussi, nous apprenons que 118 cyclistes devraient pédaler en continu pour produire l’énergie qu’utilise en moyenne un français en une année… Pour nous qui avons parcouru plus de 5 000 kilomètres, cette équivalence est frappante. Sans attendre que les ressources de la Terre ne s’épuisent totalement, prenons ensemble le chemin de la sobriété énergétique et rejoignons les milliers de personnes qui réduisent dors et déjà leur empreinte sur la Terre, au quotidien !


  • -

Le Tour Alternatiba débarque en Île-de-France !

Parti le 5 juin de Bayonne, le Tour Alternatiba pour le climat arrivera en Île-de-France le dimanche 20 septembre. Il sera ce jour-là à Rambouillet, puis s’arrêtera au cours des 5 jours suivants à Magny-les-Hameaux, Malakoff, Antony, Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine, Alfortville, Fontenay-sous-Bois, Montreuil, Les Lilas, Aubervilliers et l’Ile-Saint-Denis.

 

Impression

 

Sur ces étapes auront lieu des vélorutions -défilés festifs et revendicatifs en vélos- des conférences publiques, des villages associatifs, des rencontres avec les associations, les élus, les écoles.

La traversée francilienne sera ainsi la dernière semaine d’un périple qui aura constitué une incroyable mobilisation citoyenne sur le climat de manière ininterrompue pendant près de 4 mois : 187 territoires traversés, 5 600 km parcourus, 150 vélorutions, plus de 100 conférences publiques, des milliers de bénévoles organisant les étapes, des dizaines de milliers de personnes y participant, et des centaines de milliers de personnes ayant vu passer le Tour Alternatiba.
Au total, ce sont également plus de 500 articles dans la presse écrite régionale depuis le 5 juin, sans compter les reportages radios et télés.

 

 

Une Climate Pride et un meeting international pour la dernière étape du Tour

Les cyclistes Alternatiba invitent les Parisiens et Franciliens à les rejoindre -en vélo, en skate ou en rollers- le samedi 26 septembre à 15h00, place de la Fontaine aux Lions à la Villette, Porte de Pantin. De là démarrera une Climate Pride festive et revendicative pour effectuer tous ensemble les 5 derniers kilomètres et arriver à 16h30 à la Place de la République.

 

bdx6

 

Un grand meeting s’en suivra avec différentes personnalités internationales, puis un concert gratuit avec Imany, HK et les Saltimbanks, Jehro et Sinsémilia.
A noter que le chanteur HK (“On lâche rien !”) fera la dernière étape du samedi dans son intégralité, de l’Île-Saint-Denis à la Place de la République. Diverses personnalités seront présentes le vendredi à l’arrivée à l’Île-Saint-Denis et le samedi à 15h00 au départ de la Climate Pride.

 

velorution1HA3

 

Alternatiba, une vague qui s’amplifie

Lancée à Bayonne le 6 octobre 2013, la dynamique Alternatiba est une mobilisation originale, dont l’ambition est de “Changer le système pour ne pas changer le climat”.

Plus de 220 000 personnes ont déjà pris part à une étape du Tour Alternatiba ou à un Alternatiba (Villages des alternatives au changement climatique). C’est de loin la plus importante mobilisation citoyenne sur le climat lancée en Europe depuis le sommet de Copenhague en 2009.

Parti d’une initiative locale, en moins de deux ans, 105 Alternatiba ont été organisés dont le dernier est en préparation à …Haïti. Les 26 et 27 septembre, 11 Alternatiba auront lieu partout en France dont un à Paris qui vise à rassembler plus de 50 000 personnes. Alternatiba sera par ailleurs présent sur toute la durée de la COP21 à Paris et y organisera de nombreuses et ambitieuses initiatives.


Rechercher sur le site

859 345 !!

Nombre de personnes ayant participé à un Village Alternatiba ou à une étape d'un Tour.

Restez informés !

Abonnez-vous et recevez notre infolettre !

Suivez-nous sur Twitter