Category Archives: Les Tours à vélo

  • -

Il y a un an nous déclarions l’état d’urgence climatique. Depuis, nous n’avons rien lâché!

Tags : 

Face à l’incapacité du système à prendre la mesure de l’urgence climatique, nous devons tout mettre en œuvre pour construire la société de demain et contraindre les Etats et les industriels à se soumettre à l’impératif climatique. A l’occasion de l’anniversaire de la signature de l’Accord de Paris le 12 décembre 2016, nous rappelions que cet accord ne stabilisera pas le climat. Seule une mobilisation citoyenne de masse peut mener à ce que tous les Etats se donnent les moyens d’atteindre l’objectif qu’ils se sont fixés: maintenir le réchauffement du climat  au plus près des +1,5°C. A la fin de la COP21, nous nous sommes rassemblés sur le Champ de Mars pour déclarer l’état d’urgence climatique et délivrer ce message. Depuis, nous n’avons rien lâché !

 

Développement des alternatives concrètes

Nous continuons à renforcer cette dynamique de mise en lumière et renforcement des actions concrètes pour le climat et la justice sociale, et ce notamment à travers les Villages des alternatives festifs et populaires. Le principe d’investir la place publique pour permettre l’expérimentation collective de ces alternatives se propage au delà des frontières, dans des territoires où la population est directement impactée par le dérèglement climatique. En 2016, plusieurs villes de France (Martigues, Arcachon et son bassin, Mulhouse, Champigny-sur-Marne, etc.) se sont mobilisées, notamment lors de Journée de la Transition, le 24 septembre. Alternatiba essaime également bien delà des frontières de la métropole, ce qui permet aux citoyens et à leurs initiatives de créer ou renforcer leurs liens ! Les groupes Alternatiba de Genève en Suisse, Dakar au Sénégal, Kenscoff en Haïti puis Péi sur l’Île de la Réunion ont eux aussi organisé un Village, travaillant plusieurs mois durant pour mettre en avant leur alternatives locales. Déjà 8 villages sont annoncés pour l’année 2017!

A la dimension événementielle des villages s’ajoute la volonté de développer les alternatives de manière concrète et durable. À Lyon, Alternatiba Rhône a inauguré L’AlternatiBar, un lieu d’ancrage et une Maison des alternatives du collectif Alternatiba Rhône. Avec une programmation diversifiée alliant découverte d’alternatives émancipatrices, échanges autour des luttes locales, convivialité, animations culturelles et organisation de formations, l’AlternatiBar renforce la promotion des alternatives concrètes et la résistance pour relever le défi climatique. Alternatiba prépare également un Guide de création des lieux alternatifs afin que ce types de lieux se développent encore davantage sur nos territoires. Pour la transition de nos modes de vie et tendre vers une société plus juste et équilibrée, le maillage de nos territoires en réseau est important. La multiplication d’espaces où s’engage la transition écologique et sociale est une chance pour l’accélérer ensemble, par la mise en pratique des alternatives dans la vie de tous les jours.

14715625_1130091057075020_7710601694659104678_o

Le renforcement du mouvement climat et la structuration du réseau, c’est aussi sur la toile qu’ils ont lieu. Ainsi, une plateforme web des alternatives, compilant toutes les initiatives existantes, est en préparation. En un clic, vous pourrez avoir un aperçu de tous les porteurs d’alternatives au changement climatique près de chez vous.

Les deux jambes des alternatives et de la résistance !

Depuis la fin de la COP21 et la déclaration de l’état d’urgence climatique, Alternatiba a choisi de marcher sur deux jambes: celle des alternatives et celle de la résistance, pour relever le défi climatique.  Dès avril 2016, la participation massive d’Alternatiba au blocage du sommet du pétrole offshore à Pau a été l’occasion de rappeler que les lignes rouges qui nous conduisent à un dérèglement tragique du climat ne doivent pas être franchies. La multiplication d’actions non-violentes d’opposition nous a permis de faire participer le plus grand nombre au blocage. Entre actions de confrontation non-violentes, chaîne humaine, concert et die-in géant, chacun a pu trouver sa place dans la résistance selon son niveau d’engagement. L’installation du Camp Sirène à Emmaüs Lescar Pau pour préparer les trois jours de blocage nous a permis d’aller à la rencontre des compagnons, acteurs au quotidien de la transition écologique et sociale.

CP3

 

Alternatiba a maintenu son soutien à la lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et les personnes de plusieurs collectifs ont participé aux manifestations et grands rassemblements pour défendre le site et les alternatives existantes ou envisagées. Ce projet est une aberration pour le climat, la biodiversité et les activités écologiques et sociales qui y ont lieu.

La fusion avec ANV-COP21 matérialise l’alliance entre alternatives et résistances. En novembre à Toulouse, se sont tenues pour la première fois la Coordination européenne des Alternatibas et l’Assemblée générale d’ANV-COP21, sur un week-end commun. Ainsi, beaucoup de militants des deux mouvements ont pu participer à l’ensemble du week-end et le rapprochement des deux mouvements s’est accéléré. Dans cette perspective, Alternatiba a signé l’appel du 9 janvier pour faire le procès de l’évasion fiscale, en marge du procès de Jon Palais, premier militant d’ANV-COP21 à être poursuivi une justice. Beaucoup de collectifs locaux ont ainsi participé aux actions de “siège” des agences BNP les 9 et 10 décembre dernier, dans le cadre de la campagne des Faucheurs de Chaises.

 

Ensemble, nous sommes une force immense !

Au delà de la fusion, Alternatiba s’articule avec les autres mouvements liés à la lutte climat, dans des campagnes et projets. Grâce au développement international, de nouvelles collaborations et horizons se dessinent. Pendant que la lutte contre les traités de libre-échange nous permettait de tisser des liens avec les réseaux européens et le collectif STOP Tafta en France, l’Odyssée des alternatives reliait six pays du bassin méditerranéen pour rejoindre les mobilisations citoyennes de la COP22 à Marrakech. Enjeux climatique, justice sociale et migrations, étaient les maîtres mots de cette odyssée.

En tant que membre du Collectif pour une Transition Citoyenne, nous continuons à tisser des liens avec les acteurs économiques associatifs de la transition. La Journée de la Transition citoyenne est l’occasion de porter un message commun. Le 23 septembre 2016, Alternatiba co-organisait localement au moins 40 journées sous des formats différents (comme ce Tour à vélo à Nantes).

La formation à grande échelle est un élément essentiel dans la construction d’un mouvement citoyen de masse, radical et populaire pour le climat et la justice sociale. Ainsi, en août 2016, pendant 10 jours, nous avons co-organisé un Camp Climat à Espère (Lot-et-Garonne) avec ANV-COP21 et les Amis de la Terre. La participation d’autres organisations comme 350.org, Enercoop, Notre Affaire à Tous, La Ligue des Droits de l’Homme et Résistance à l’Agression Publicitaire, a permis d’organiser une grande diversité de formations. Objectif : partager un maximum de compétences, dans une ambiance conviviale ! Au programme: 7 thèmes de formation, 8 cursus, 205 sessions de formation, 24 ateliers de travail collectif pour co-construire des campagnes, et 46 animations (concerts, spectacles, projections, ateliers, activités). Les 350 participants au Camp Climat ont ainsi eu l’occasion de se préparer et de construire collectivement les prochaines mobilisations, dont les premières pierres ont été posées en ce 2ème semestre 2016 et continueront de plus belle en 2017!

Les militants d’Alternatiba ont été accompagnés deux années durant par les réalisateurs Pascal Hennequin et Sandra Blondel du média alternatif Fokus21, dans le cadre du film « Irrintzina, le cri de la génération climat ». Ce documentaire sur les mobilisations populaires d’Alternatiba et d’ANV-COP2, notamment à travers des projections-rencontres organisées par les citoyens sur leur territoire, s’avère être un outil précieux pour sensibiliser et inviter à agir.

Face à l’urgence climatique et à l’insuffisant « Accord de Paris », les milliers de personnes des mouvements Alternatiba et ANV-COP21 ont montré qu’ensemble, nous sommes à la fois force de proposition par des actions de sensibilisation et de construction d’alternatives, et force de contrainte par des actions dénonçant les responsables et bloquant les projets climaticides. Nous avons réaffirmé le 12 décembre 2016 que l’accord de Paris était insuffisant. En écho, les militants du Collectif Alternatiba Ariège ont élaboré une action non-violente et festive « Birthday Party des pollueurs », illustrant que la COP21 et l’accord de Paris profitent aux pollueurs et multinationales climaticides, et qu’il n’offre en aucun cas les conditions d’une transition énergétique, sociale et écologique nécessaire.

ariege1

ariege2

Depuis la COP21, nous avons choisi de nous concentrer sur les axes stratégiques Transition Energétique Citoyenne et Stop TAFTA et CETA aux côtés de nos partenaires, de nous engager dans le développement d’alternatives concrètes et de préparer en 2017 un Grand défi des alternatives pour 10, 100, 1000 lieux pour la transition!
Les mobilisations citoyennes organisées autour de la COP21 n’étaient qu’une étape, elles se sont poursuivies en 2016 et continueront en 2017 : rejoignez-nous pour écrire la suite de l’histoire !


  • -

500.000 !!

grandeaffiche-v5

 

C’est un chiffre énorme ! Après deux ans d’existence, la dynamique Alternatiba totalise un demi million de participants !! Qu’il s’agisse des 94 villages des alternatives déjà organisés, ou des 187 étapes du Tour Alternatiba, plus de 500.000 personnes ont été sensibilisées à l’urgence climatique et aux alternatives concrètes qui existent déjà pour relever le défi climatique.

 

Ensemble, nous sommes une force immense.

Changeons le système, pas le climat !


  • -

Nos enfants nous remercieront

 

Le Tour Alternatiba pour le climat, parti le 5 juin de Bayonne est arrivé ce samedi 26 septembre à Paris, ville qui hébergera la COP21 à la fin de cette année 2015. Nous avons parcouru au total 5637 km, traversé 187 territoires différents et des milliers de communes, sur des vélos 3 et 4 places, symboles de la transition écologique et de la solidarité.

Pendant ces presque 4 mois, partout nous avons porté le message de l’urgence climatique. Nous avons expliqué que le changement climatique ne produira pas seulement un monde plus chaud. Il va, si nous ne faisons rien, façonner une planète radicalement différente à celle que nous connaissons. Le dérèglement climatique menace les conditions de vie même de l’humanité, et particulièrement des populations les plus vulnérables.

 

 

Cette bataille décisive se joue maintenant !

Le changement climatique connait des accélérations brutales, exigeant d’agir vite et massivement. Assez de beaux discours ! Assez de petits gestes ! Il faut des changements radicaux dans les quelques années qui viennent. Sinon, nous risquons de franchir les seuils d’emballement du climat, à partir desquels son dérèglement deviendra irréversible et incontrôlable.

Cette bataille décisive se joue maintenant. Après nous, aucune génération ne pourra la rejouer. Chacune, chacun de nous peut contribuer à sa victoire à son niveau, en renforçant les centaines d’alternatives qui existent pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre tout en assurant plus de justice sociale, plus d’emplois, plus de liens et de solidarité, en préservant un environnement plus sain, et des sociétés plus soutenables, plus équitables et plus humaines.

 

alternatives

 

Ces alternatives existent, nous les avons rencontrées dans chacun des territoires que nous avons traversés : ressourceries, habitat partagé, éoliennes portées par des citoyens ou des communes, ateliers vélos, systèmes d’épargne solidaires et écologiques, monnaies locales, coopératives d’éco-construction, relocalisation de productions agricoles, réseaux de partage de biens matériels et bien d’autres encore.

Mais nos seuls comportements individuels, tout vertueux qu’ils soient, et même si nous sommes de plus en plus nombreux à les adopter, ne suffiront pas à éviter de franchir les seuils de basculement et d’emballement du climat, dans le calendrier que les climatologues nous indiquent, dans les années décisives qui s’ouvrent. Les politiques doivent suivre, qu’elles soient celles des pouvoirs publics ou des grands groupes économiques !

 

 

Assez de bla bla, des actes !

Nous ne l’avons que trop constaté tout au long de ce Tour Alternatiba : sur le terrain, les politiques concrètes continuent comme s’il n’y avait pas d’urgence climatique, ou pire, contribuent à aggraver le dérèglement climatique en cours. On continue d’artificialiser chaque année plus de sols, à intensifier encore plus l’agriculture à coup de fermes-usines ; les pistes cyclables sont trop rares et trop souvent insécurisées ; les bus en site propre manquent ; EDF ferme sa filiale Nexis spécialisée dans la sobriété énergétique et le renouvelable pendant qu’on subventionne à coups de millions des centrales à gaz ou autres moyens d’extraire ou de consommer les énergies fossiles qui devraient pourtant rester sous le sol ; on veut agrandir les aéroports et on continue à avantager le transport routier face au fret ferroviaire, maritime ou fluvial.

 

 

Cette réalité sur le terrain est très différente des beaux discours unanimes sur la nécessité d’agir rapidement et de manière massive pour stabiliser le climat.

C’est pourquoi il est urgent que les citoyens entrent en scène, fassent entendre leur voix, leurs préoccupations et leurs demandes. Près de 300 000 personnes ont déjà participé à un village des alternatives au changement climatique Alternatiba ou à une étape du Tour. Cela en fait de loin la mobilisation européenne sur le climat la plus importante depuis le sommet de Copenhague en 2009.

 

 

L’enjeu de la COP21

Comme nous l’avons dit tout au long de ce Tour Alternatiba, il faut que cet élan n’en reste pas là et qu’il produise à son tour des fruits encore plus nombreux et importants. L’enjeu clair est de créer un mouvement climat suffisamment fort pour stopper les politiques climaticides, et pour faire passer à une échelle de masse ces alternatives qui fleurissent partout.

 

 

Le Tour Alternatiba se termine aujourd’hui. La longue marche pour gagner la bataille du climat et pour construire un monde plus humain, plus soutenable, plus équitable, plus solidaire commence. Nous sommes tous invités à y prendre part. Cette longue marche commencera à Paris, pendant la COP21 : nous devons être cette fois des millions et des millions partout dans le monde à nous mobiliser à cette occasion, afin de lancer ce mouvement pour la justice climatique pouvant relever les défis essentiels qui nous attendent au cours des années qui viennent. Nos enfants nous en remercieront !

 

Barthélemy Camedescasse, Cécile Marchand , Yannick Montaulieu, Coline Rouvreau : 4 cyclistes du Tour Alternatiba

 


  • 6

Le Tour Alternatiba est arrivé !

 

 Le Tour Alternatiba pour le climat est arrivé à Paris ce samedi 26 septembre à 16h30, après avoir parcouru 5637 km sur des vélos à 3 et 4 places, symboles de la transition écologique et de la solidarité !

Plus de 1500 cyclistes ont participé à la 152ème et dernière vélorution du Tour Alternatiba, intitulée Climate Pride pour l’occasion. Manifestation festive et revendicative en vélo, elle a parcouru les 5 derniers kilomètres de ce gigantesque road-movie climatique parti le 5 juin de Bayonne qui aura traversé 187 territoires et 6 Etats différents.

 

velorution

 

20 000 personnes ont assisté à l’arrivée du Tour Alternatiba sur la place de la République, portant ainsi la participation totale et directe au Tour Alternatiba à 62 000 personnes. En près de 4 mois, des centaines de milliers de personnes auront pu voir passer le Tour Alternatiba directement dans leur ville ou leur village, et bien plus ont pu en découvrir le message et les objectifs dans les innombrables articles et reportages télé ou radio (Plus de 600 articles dans la presse écrite régionale et locale depuis début juin !).

 

 

Par plus de 100 conférences publiques, plus de 200 prises de paroles sur les places publiques, des milliers de rencontres avec des associations et élus locaux, et un travail ininterrompu auprès des médias locaux et nationaux, le Tour Alternatiba a porté pendant ces presque 4 mois le message de l’urgence à agir contre le changement climatique et présenté les alternatives concrètes que chacun-e peut rejoindre et renforcer à son niveau.

 

 

Se mobiliser pour la COP21 et au-delà

Partout, midi et soir, le Tour Alternatiba a appelé à participer aux temps forts de mobilisation organisés pendant la COP21 par la Coalition Climat 21, dont notamment les grandes marches des samedi 28 et dimanche 29 novembre, le Sommet Citoyen pour le Climat et le Village Mondial des Alternatives des 5 et 6 décembre à Montreuil et les rassemblements et actions de masse du samedi 12 décembre.

 

quadruplette

 

Partout, chaque jour, le Tour Alternatiba a encouragé à la fois le développement des alternatives au changement climatique qui existent sur tous nos territoires, et qui sont déjà à notre portée, mais aussi invité à participer à toutes les actions déterminées et 100 % non-violentes visant à empêcher la déstabilisation du climat et visant à exiger auprès des grands groupes économiques et des pouvoirs publics les changements massifs et rapides permettant de réduire massivement les émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine.

Partout chaque jour, le Tour Alternatiba a appelé à poser les bases d’un grand mouvement climat à même de gagner des batailles décisives sur cette question essentielle de la stabilisation du climat dans les quelques années à venir.

 

max

 

Avec Alternatiba, une étonnante dynamique citoyenne est en marche, qui apporte sa contribution à la construction de ce grand mouvement climat ; à la mise en route d’une réelle transition sociale et écologique ; à la construction d’une société plus humaine, soutenable, juste et équitable. Déjà plus de 320 000 personnes ont participé à une étape du Tour Alternatiba ou à un Village des alternatives au changement climatique Alternatiba depuis le 6 octobre 2013 dont plus de 200 000 ces 5 derniers mois. Cela en fera bien plus à la fin de ce week-end du 26-27 septembre car il faudra y rajouter la participation aux 11 Alternatiba de Grenoble, Montpellier, Le Havre, Mimizan, La Loire, Bergerac, Marne-et-Gondoire, Audincourt, Lorient, Sancé et Paris. Il n’y a pas que le niveau de la mer qui monte, celui de la mobilisation aussi.

 

Merci !

Pour conclure, nous voulons aujourd’hui adresser un immense merci à ces milliers et milliers de bénévoles qui sont à l’oeuvre dans ce processus Alternatiba et qui organisent tous ces Villages des alternatives, pendant de longs mois d’affilée.

Et en ce jour d’arrivée du Tour, nous avons une attention particulière aux 2 400 personnes différentes qui ont organisé une étape du Tour, les conférences, vélorutions et diverses activités, rencontres et festivités qui allaient avec, et qui en ont nourri et hébergé les cyclistes. Qu’ils en soient chaleureusement remerciés, cette arrivée est autant la leur que la nôtre.

 

alternatives


  • -

[Tour Alternatiba] – Les derniers kilomètres du Tour Alternatiba avant l’arrivée !

25 septembre – Les Lilas – Aubervilliers – Île Saint-Denis

Cette nuit, nous avons dormi tous ensemble dans une grande salle de la Maison Ouverte à Montreuil. Les retardataires à l’extinction des feux doivent zigzaguer entre les matelas et les cyclistes endormis. Au réveil, débat sur qui ronfle le plus (par égard pour les personnes et dans le cadre du respect de la vie privée, nous ne citerons aucun nom).

 

CPvEHdiWUAAa43C
Les écoles des Lilas ont étudié en classe le changement climatique. Nous les retrouvons au parc Lucie Aubrac, sous un beau soleil automnal. Le long d’un préau, suspendus à un fil, des rubans multicolores laissent flotter dans l’air des messages énigmatiques : « Save the bees », « Polar bears ». Le groupe local a repris cette idée venue des Etats-Unis et propose aux enfants et aux badauds d’accrocher leurs vœux pour la planète à un mât planté dans le parc. Les cyclistes sont assaillis de questions audacieuses par les enfants : « Est-ce que vous en avez marre ? » « Est-ce que vous êtes contents d’arriver ? » Et le cortège de vélos repart sous un chœur de voix juvéniles, hurlant : « C’est pour qui ? C’est pour quoi ? C’est pour le climat ! »

Dans la circulation nerveuse de la région parisienne, nous filons à Aubervilliers. La vélorution part d’une petite place circulaire surplombée de grandes barres d’immeubles et se dirige gaiement vers le centre-ville, tourne autour de l’église, jusqu’à un parc communal. Il y a du monde, des sonnettes tintinnabulantes, des jeunes et des moins jeunes, et la police qui fait office de voiture balai, calmant immédiatement les ardeurs des automobilistes survoltés.

 

FullSizeRender
Dans le parc, des photos rappellent le souvenir du village Alternatiba d’Aubervilliers, qui a été organisé par Auberfabrik en juillet dernier. Il y a aussi La Fripouille, une friperie associative ; les Laboratoires d’Aubervilliers et leur troc de graines nommé La Semeuse ; le jardin pédagogique et les ateliers culturels d’Une oasis dans la ville ; les cours de cuisine, de français et de couture menés par La Parenthèque ; Les Petits Prés Verts et leurs jardins partagés, où s’essaient des cultures de taro, de bananes, de christophine et de baies de goji. Il semble que la diversité fleurisse dans les associations locales, diversité qu’on déguste dans le repas sénégalais arrosé de bissap qui nous est offert.

 

CPwPMbxWoAAat7l

On longe le canal Saint-Denis, suivant une promenade bordée d’arbres et de haies taillées, tandis que l’autre rive évoque encore le passé industriel de l’endroit. Des bêtes féroces rôdent : un troupeau de moutons s’embarque dans le cortège pour nous guider jusqu’à une cabane colorée. C’est la Guinguette du Climat, créée par un collectif d’associations de Saint-Denis. Là, les paisibles brebis retrouvent leurs verts pâturages sous l’autoroute, tandis que le groupe s’égaie au bord du canal ou s’accoude au zinc devant un moelleux au chocolat. Entre la guinguette, la bergère et ses blancs moutons, on se croirait à la campagne, sauf qu’il y a le périphérique, les tours et le stade de France juste en face. Deux demoiselles des associations Clinamen et Bergers urbains cousent à la main un surpiqué pour expérimenter la fabrication de couvertures à partir de la laine des brebis, dans l’objectif de récréer une filière locale de la laine. Un pari audacieux dans cet environnement banlieusard, qui permet de réintroduire l’élevage en ville et de valoriser les délaissés de l’urbanisme gaspilleur d’espace.

La vélorution du soir est synonyme d’espoir pour le lendemain : vu l’afflux à Saint-Denis, il y aura du monde à Paris, c’est sûr ! Les vélos de la sécurité slaloment entre les bicyclettes et les véhicules des médias, sans compter les tramways et les embouteillages. Après un passage devant l’auguste portail de la basilique Saint-Denis, nous sommes accompagnés par des danseurs aux pieds bleus jusqu’à l’Île Saint-Denis. Cette ville, première à signer le Pacte pour la Transition, est habitée par une volonté de transition, comme l’explique son maire Michel Bourgain : « une commune pauvre financièrement et petite en habitants peut réaliser des choses extraordinaires ».  Riche de diversité (7000 habitants, 85 nationalités différents), c’est une commune engagée, avec 68% de logements sociaux, qui va accueillir le Quartier Génial Alternatiba pendant la COP21. 200 militants y seront regroupés pour vivre les alternatives, et préparer les mobilisations de la COP21.

CPwnoM-WEAAAQXQ

Nous arrivons donc dans un village des alternatives bien fourni ! Parmi les 400 personnes présentes, on note la présence de Solibio, Bellastock, Compagnons bâtisseurs, Maison du vélo, Orge’mômes, Désobéissants, compagnie Déchets d’arts, etc.
Au bout du village de tentes, c’est la photo d’arrivée qui se mue en boum joyeuse agrémentée de youyous. Le comité d’accueil nous honore, car, outre le maire de l’Île Saint-Denis, il y a Susan George et Mohamed Diaby, ilo-dionysien et champion du monde de boxe. Susan George rappelle que, dans la lutte contre le changement climatique, « personne n’est inutile dans cette bataille-là », et salue la « joie » et le « plaisir d’être ensemble » qui caractérisent Alternatiba : « soyons tous alternativistes ! » conclut-elle.

 

mosaique-jyserai-small

Témoignages d’acteurs de luttes et d’alternatives présents à l’arrivée

 

Des alternativistes, il est sûr que nous allons en croiser demain au cours du village Alternatiba Paris, dans lequel nous allons terminer l’épopée climatique des vélos trois et quatre places !

A partir de 15h, le Tour Alternatiba donne rendez-vous à tous les cyclistes, rollers, skaters et autres rouleurs sans moteur Place de la Fontaine aux Lions (Porte de Pantin). De là s’élancera un grand cortège festif et revendicatif qui descendra les rues de Paris en direction de la Place de la République. Et pour assurer le son, 3 vélo sono seront de la partie pour faire cracher les watts !

 

velorution1HA3

 

Une fois sur la Place de la République, à 16h30 un grand meeting viendra clôturer cette véritable épopée climatique. Une série de courtes prises de parole (les cyclistes du Tour, Naomi Klein, Geneviève Azam, Txetx Etcheverry, Rajagopal PV, etc.) alterneront avec des chansons et animations (Mali Karma, Pacifics Warriors, HK et les Saltimbanks, etc.).
Le meeting finira en beauté et en chanson avec la montée sur scène d’une cinquantaine d’acteurs de luttes, résistances et alternatives en provenance de tous les coins de l’hexagone mais également venus de Belgique, d’Allemagne etc.
Un grand moment de partage et de mobilisation citoyenne pour changer le système, pas le climat !

banderole-top


557 831 !!

Nombre de personnes ayant participé à un Village Alternatiba ou à une étape du Tour.

Restez informés !

Username:

-> Regarder nos vidéos