Category Archives: Communiqués de Presse

  • -

Arrestation des Artisans de la Paix au Pays Basque: Alternatiba et ANV-COP21 appellent à leur libération immédiate

 

photo_2016-12-18_14-43-14

Dans la nuit de vendredi 16 au samedi 17 décembre 2016, à Louhossoa, cinq personnalités engagées, parmi lesquelles Txetx Etcheverry, co-fondateur de Bizi, d’Alternatiba et d’ANV-COP21, Michel Berhocoirigoin (co-fondateur et ancien président de Euskal Herriko Laborantza Ganbara, la chambre d’agriculture alternative du Pays Basque), Stéphane Etchegaray (vidéaste), Béatrice Haran-Molle (journaliste) et Michel Bergougnian (coopérateur viticole) ont été arrêtées dans le cadre d’une action citoyenne de neutralisation des armes de l’ETA (organisation indépendantiste basque), visant à pallier l’absence d’implication des Etats français et espagnol dans cette entreprise de désarmement, nécessaire au déroulement du processus de paix au Pays Basque.

 

Deux de ces artisans de la paix, Txetx Etcheverry et Michel Berhocoirigoin, ainsi que Michel Tubiana (président d’honneur de la Ligue des Droits de l’Homme), avaient rédigé une lettre expliquant leur démarche. Cette lettre a été transmise à la presse qui l’a publié suite à leur arrestation.

Lettre : “La société civile a pris ses responsabilités et a déclenché le démantelement de l’arsenal militaire de l’ETA”

Dans cette lettre, ils déclarent: « Nous nous situons en intermédiaires entre une organisation armée avec laquelle nous n’avons aucun lien ni subordination, et un Etat que nous voulons amener à réfléchir. (…) Nous avons décidé de prendre nos responsabilités avec la conviction que cela peut être utile à la paix. C’est pourquoi, nous avons proposé à l’organisation ETA de transférer à la société civile la responsabilité politique de la destruction de son arsenal militaire. Nous avons choisi de le faire de manière publique et assumée, à l’instar des engagements dont nous sommes porteurs. Ces engagements sont publics et transparents. Ils sont caractérisés par l’implication personnelle, le souci de la démocratie, le choix de la non-violence ».

 

Alternatiba et ANV-COP21 soutiennent les citoyens qui agissent concrètement dans le sens de l’établissement d’un climat de paix : nous demandons donc la libération immédiate de ces militants non-violents oeuvrant pour la paix au Pays Basque.

Au sein d’Alternatiba et d’ANV-COP21, nous nous battons jour après jour pour mettre en place les conditions de ce climat de paix, promouvoir et construire de nombreuses pratiques alternatives et des mobilisations non-violentes, incluant l’ensemble de la société pour un monde plus juste, plus pacifique et plus soutenable.

Pour appeler à leur libération immédiate, signez la pétition: http://artisansdelapaix.wesign.it/fr

Retrouvez tous les détails de l’affaire sur http://mediabask.naiz.eus/eu

 

non4


  • -

Coordination européenne : Un nouveau défi à la clé pour Alternatiba

La 12ème Coordination européenne des Alternatiba s’est tenue ce 26 novembre 2016 à Toulouse. 120 personnes et plus de 30 collectifs locaux représentés ont débattu et travaillé sur des projets fédérateurs d’Alternatiba au niveau local et global. Plusieurs villages Alternatiba se préparent dans de nombreux territoires et le mouvement fait le pari du changement d’échelle des alternatives et des résistances pour la justice climatique : un Grand défi des alternatives sera lancé en 2017.

2016-11-26-coordination-nk1-fokus21-5523

Après plus de 3 ans d’existence, la dynamique née à Bayonne en octobre 2013 ne cesse de s’agrandir ! Durant cette Coordination européenne, Alternatiba a travaillé sur ses projets, ses campagnes et les actions menées aux côtés d’autres organisations du mouvement pour la justice climatique.

Alternatiba a décidé de passer à la vitesse supérieure et de s’engager dans un Grand défi des alternatives, pour faire changer d’échelle les solutions locales à la crise climatique présentes sur de nombreux territoires ! Monnaies locales, AMAPs, ateliers vélo, énergie renouvelable citoyenne et locale, ressourceries, compte en banque éthique, etc. : il est plus que temps que ces initiatives bâtissent un véritable système. Du printemps à la fin d’année 2017, les collectifs se mobiliseront localement en organisant différentes formes d’actions populaires dans l’espace public pour relever le défi collectivement.

Pour faciliter la diffusion des alternatives concrètes et accentuer son ancrage local, Alternatiba continuera par ailleurs son travail sur deux projets pour l’année 2017. Le Guide de création de lieux alternatifs, qui comprend des fiches exemples et s’accompagne d’un appel à construire 10, 100, 1000 lieux pour la transition, vise à essaimer ces lieux permanents sur le territoire, à l’image de l’AlternatiBar, la maison des alternatives de Lyon. Alternatiba appelle aussi au recensement des alternatives et participe activement au travail de compilation des données existantes dans le cadre de la plateforme web multi-acteurs des alternatives, avec pour objectif de les rendre plus accessibles à chacun.

Cette Coordination a permis de faire un point d’étape sur les axes stratégiques d’Alternatiba décidés à Lyon, en mai 2016. Deux axes de campagnes ont été lancés ces 6 derniers mois : un sur la Transition énergétique citoyenne et un sur la mobilisation contre les traités de libre échange CETA et TAFTA. Ces deux campagnes trouvent maintenant leur continuité dans le Grand défi des alternatives.

2016-11-26-coordinationpriseparole-nk1-fokus21-5543
Pour l’Odyssée des alternatives Ibn Battûta à laquelle Alternatiba a participé, c’est l’heure du bilan : partie de Barcelone le 19 octobre, l’Odyssée a rejoint le Maroc et la COP22 le 19 novembre. Cette initiative a permis de lier les deux rives de la Méditerranée en mettant en lumière des mobilisations citoyennes pour la justice climatique issues de 7 pays différents.
Pour 2017, déjà 8 villages des alternatives sont annoncés par les collectifs Alternatiba locaux et viendront renforcer la mobilisation citoyenne pour le climat, qui continue bien au-delà de la COP21.
Après la réussite du Camp Climat Espère, le premier co-organisé avec ANV-COP21 et les Amis de la Terre, la Coordination d’Alternatiba a décidé de renouveler ce projet. Le camp climat de 2017 sera une fois encore un espace de formations et d’ateliers destinés à tous, car nous devons être de plus en plus nombreux pour remporter des victoires pour la justice climatique et amplifier le mouvement climat.

La coordination a aussi été l’occasion de reparler du film “Irrintzina, le cri de la génération climat, qui retrace l’émergence des mouvements Alternatiba et ANV-COP21 et la participation de milliers de citoyens à des mobilisations décisives (Tour Alternatiba, COP21, blocage du Sommet du pétrole à Pau). Alternatiba soutiendra le lancement de ce film, formidable outil de mobilisation et de sensibilisation pour toutes et tous.

Enfin, ce dimanche 27 novembre a laissé place à la 3ème Assemblée générale d’Action Non-Violente COP21, organisée pour la première fois le même week-end que la Coordination des Alternatiba . L’Assemblée générale d’ANV-COP21 a réuni plus de 80 personnes de plus de 30 territoires différents pour définir son axe stratégique sur les trois années à venir, avec un focus sur la campagne en cours des Faucheurs de Chaises et la mobilisation du procès de l’évasion fiscale le 9 janvier à Dax. Les deux mouvements ont donc pu se coordonner pour mieux avancer sur deux jambes, celle des alternatives et celle des résistances, pour relever le défi climatique.

2016-11-26-nk1_4658

Collectifs Alternatiba présents : Aix en Provence, Ariège, Bastia, Bayonne, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Dijon, Gap, Garazi/Saint-Jean-Pied-de-Port, Grenoble, Haïti, Léman, Le Mans, Lille, Limousin, Marseille, Montpellier-Herault, Nancy, Nantes, Narbonne, Paris, Pau, Perpignan, Poitiers, Lescar-Pau Emmaüs, Rennes, Rouen, Rhône, Saint-Denis, Saône et Loire, Toulouse.

Coordination Européenne des Alternatiba


  • -

TTIP Game Over : des centaines d’activistes ripostent à Bruxelles contre les traités de libre-échange !

85a2ca57-e367-4e97-9054-2dbf3e20413b

A Bruxelles, plus de 500 activistes ont, pendant 3 jours de mobilisations intenses, exprimé avec originalité leur refus des traités de libre-échange TAFTA (ou TTIP) et CETA, menaces pour nos démocraties, nos protections sociales et notre environnement. Des activistes français y étaient, retour sur ces TTIP Game over.

Blocage de lieux institutionnels et de sièges de multinationales, prise de la place du Luxembourg pour la déclarer zone hors TTIP & CETA, riposte d’animaux contre la marchandisation du vivant, affichages spectaculaires, détournement de publicités, actions symboliques dénonçant le poids des lobbies : ce sont plus de 40 actions qui ont eu lieu à Bruxelles les 3, 4 et 5 novembre dans le cadre des TTIP Game Over. Cet appel international à actions de désobéissance civile visait à amplifier la lutte contre les traités de libre-échange et a ainsi rassemblé dans la capitale européenne des centaines de militants venus d’une dizaine de pays.

Retrouvez des récapitulatifs de ces actions en vidéo :

19dce6e9c953c9d10b3ae43992dd439b

Selon Elise Ayrault, porte-parole d’Alternatiba, “pour nous qui prônons les alternatives locales contre le dérèglement climatique, ces traités vont à contre-sens de la transition écologique et sociale. Au lieu de soutenir le développement d’une économie locale et raisonnée ou de programmer la sortie des énergies fossiles, l’Union Européenne et le Canada continuent à défendre le libre-échange à tout prix, qui a pourtant fait la preuve de son échec et de ses effets destructeurs sur le climat et la justice sociale. A l’heure où tout le monde se félicite de l’entrée en vigueur de l’accord de Paris pour la COP22, signer le CETA relève de la schizophrénie. Ce traité est clairement incompatible avec l’impératif de rester au plus près des + 1,5°C !”

“Ces traités de libre-échange représentent également un danger inédit pour la démocratie au Canada et en Europe !” rappelle Jessica Zeganadin d’ANV COP21. “Une multinationale pourra ainsi, à cause de l’instauration de tribunaux arbitraux au jugement biaisé, attaquer un État qui prendrait des mesures contraires à leurs intérêts. Face à ce déni de démocratie criant, face au mépris de la Commission Européenne et des chefs d’État qui passent en force sans consulter les populations sur le CETA, il est légitime et nécessaire que les citoyens passent à l’action pour lancer l’alerte.”

“Non seulement ces traités ouvrent la voie à l’importation massive de viande industrielle, mais au travers des mécanismes de coopération réglementaire et d’arbitrage sur les investissements, c’est en fait l’essentiel de nos normes et de nos droits qui sont potentiellement menacés”,  insiste Thomas Borrell des Amis de la Terre. “La promotion d’un modèle agricole et alimentaire alternatif ou la mise en oeuvre de politiques de transition énergétique se heurteront forcément aux intérêts des lobbys de l’industrie agro-alimentaire, des semences, des OGM, des pesticides ou des énergies fossiles comme les gaz de schiste. C’est maintenant au Parlement européen qu’il faut mener la bataille pour empêcher la ratification du CETA et ouvrir la voie à de nouvelles politiques commerciales, qui intègrent les préoccupations sanitaires et environnementales”.

Plus motivés que jamais par cette mobilisation inédite, les activistes réclament la tenue d’un réel débat démocratique avant toute signature de ces traités, et se donnent rendez-vous pour amplifier la mobilisation au Parlement Européen et dans les Parlements nationaux afin de faire rejeter le CETA et le TAFTA. Pour cela, ils invitent tout un chacun à interpeller les parlementaires par courriel via le site internet www.cetacheck.eu , mais aussi à s’adresser directement à leurs eurodéputés, par téléphone, lors de rendez-vous voire d’évènements publics. Un autre modèle est possible et nécessaire !


  • -

Action climat: Des ouvriers anticipent le CETA et entament la démolition du ministère de l’Environnement.

ministere_environnement_141016-1-1

StopTafta Ceta Paris, le 14 octobre – Après le ministère de l’Agriculture mardi matin, c’est aujourd’hui le ministère de l’Environnement qui a été symboliquement démoli. Trente ouvriers s’y sont en effet rendus pour prendre acte de la volonté du gouvernement français de voter la signature du CETA. L’objectif : montrer que ce ministère deviendrait alors inutile. 

Aujourd’hui, à 8 heure, trente militants d’Alternatiba, d’ANV-Cop 21, d’Attac, des Amis de la terre et de 350.org France, ont enfilé leurs tenues de chantier pour simuler un chantier de démolition devant le ministère de l’Environnement et le transfert de ses compétences au secrétariat d’État au Commerce extérieur.

L’action avait pour but d’alerter sur les dangers du CETA qui risque d’être voté par les vingt-huit ministres du Commerce ce mardi 18 octobre et appliqué provisoirement dès cet hiver, malgré l’absence d’étude d’impact officielle récente.

tdvmco1b

llrnh9ud

La ministre Ségolène Royal a elle-même exprimé ses doutes sur la “climato-compatibilité” du CETA (1). Pour Thomas Borrell, chargé de campagne des Amis de la terre, “l’incompatibilité du CETA avec une politique ambitieuse en faveur du climat ne fait aucun doute. C’est le droit même de tout État à adopter démocratiquement des législations protectrices du climat et de l’environnement qui est menacé, notamment par l’instauration d’un système de tribunal arbitral permettant aux multinationales d’attaquer un État qui prendrait des mesures contraires à leurs intérêts. Toute décision publique visant à réduire l’exploitation et l’importation d’énergies fossiles pourrait être contestée par les lobbys énergétiques : ils réclameront des millions d’euros de compensation aux Etats qui adopteraient des politiques de transition”.

“Sous la pression citoyenne, plus de 600 institutions dans le monde ont déjà choisi de désinvestir des combustibles fossiles pour ne plus être financièrement et moralement impliquées dans les énergies fossiles. Pourtant le CETA encourage clairement l’investissement dans l’extraction et le transport de ces carburants du passé – notamment des sables bitumineux. La signature du traité serait la preuve que le gouvernement préfère se ranger aux côtés de l’industrie fossile plutôt que de respecter les principes de l’accord de Paris, qui exigent de mettre un terme à l’ère des énergies fossiles dès à présent “, ajoute Clémence Dubois, chargée de campagne pour 350.org.

Cet accord aurait non seulement des effets désastreux mais menacerait également la transition vers les alternatives locales et citoyennes à la crise climatique que l’on défend au quotidien” rappelle Jessica Zeganadin, porte-parole d’Alternatiba et d’ANV-COP21. “Énergies renouvelables, relocalisation de l’économie et de la consommation, services publics de qualité, emplois durables, tout serait sacrifié sur l’autel des profits des multinationales. Ségolène Royal a exprimé ses doutes, il faut maintenant qu’elle choisisse : faire respecter les principes de l’accord de Paris ou signer le CETA ! Sinon, son ministère risque bien de devenir inutile…” conclut-elle.

dscn9208

(1) http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKCN12620M


  • -

Camp Climat – Espère 2016 : 300 personnes formées  pour les prochaines mobilisations climat

 

Camp Climat Miniature Jour 5 Victoire Pau

ANV-COP21 / Alternatiba – Les Amis de la Terre

Espère », Lot-et-Garonne, le 16 août 2016 

Impressionnante mobilisation  pour le Camp Climat Espère  2016, co-organisé par ANV-COP21Alternatiba et les Amis de la Terre qui a réuni plus de 300 personnes du 5 au 15 août dans le Lot-et-Garonne. Dix jours de formations, d’ateliers, de réflexions stratégiques et de pratique des alternatives qui ont su remplir un objectif clair : renforcer le mouvement pour la justice climatique.

Une nouvelle génération se montre de plus en plus mobilisée et déterminée pour relever le défi de l’urgence climatique, en alliant de manière concrète résistances et alternatives. Le Camp Climat – Espère 2016, premier camp en co-organisation des trois mouvements [1] l’a démontré : des inscriptions closes à J-10, un programme riche en formations et mises en pratique (275 formations, ateliers et animations), l’ensemble des régions représentées, des participants de tous les âges dont une majorité entre 20 et 35 ans. « L’objectif de ce camp ouvert à toutes et tous est largement atteint : maximum dix ans pour gagner la bataille du climat, dix jours de formations et d’ateliers pour co-construire les campagnes et prochaines mobilisations. Climat et stratégie, non-violence, logistique, communication etc., débutants et plus expérimentés ont pu renforcer leurs compétences pour mener les prochaines campagnes et batailles face au défi de notre génération.» déclare Sylvine Bouffaron, porte-parole d’ANV-COP21. Le camp s’est ponctué par un entrainement géant : une simulation d’action de masse de désobéissance civile non-violente, réunissant 200 personnes, mettant en application les ateliers de la semaine (voir la vidéo de l’action)

Les alternatives en pratique !

Le Camp Climat – Espère 2016 a démontré que des alternatives existent et sont à la portée de toutes et tous. « Nous avons tenu le pari d’organiser un camp climat avec des alternatives concrètes et une participation de chacun aux tâches quotidiennes ! Le camp a fonctionné avec une électricité 100 % renouvelable, un approvisionnement auprès de producteurs et de commerces locaux, des systèmes d’économie d’énergie et de tri des déchets, etc. Chacun fait, chacun apprend et ensemble, nous sommes une force immense .» souligne Elise Ayrault, porte-parole d’Alternatiba.

 gjbkajpjfkdclnah

La mobilisation climat renforcée

Pendant toute la semaine se sont articulés des temps de co-construction des prochaines campagnes des trois mouvements (campagne anti TAFTA et Ceta, Transition Energétique, soutiens publics et privés au charbon, nouveau temps de mobilisation de la campagne des « Faucheurs de Chaises ») et des projets (Guide des lieux alternatifs, Odysée des alternatives Ibn Battûta, Cartoweb des alternatives, Prix Pinocchio, etc.) . « Nous avons cinq à dix ans pour relever la bataille climatique, cette nouvelle génération l’a bien compris. » déclare Malika Peyraut des Amis de la Terre. « Se former, se rencontrer pour renforcer le mouvement et préparer les rendez-vous de la rentrée : c’était le but de ce grand rendez-vous. Le succès du camp démontre leur motivation à relever le défi climatique. »

 bncclndnbokibkle

Le ton est donné pour la rentrée !

Après les mobilisations de la COP21 et du Sommet de Pau, c’est une nouvelle pierre qui a été posée pour le mouvement climat, renforcé et plus que jamais déterminé. De prochains rendez-vous sont déjà à l’agenda. Le 24 septembre, lors de la Journée de la Transition, chacun pourra participer à la campagne « mon quartier hors Tafta ». Le 1er octobre, week-end de mobilisation anti-nucléaire à Flamanville, sont prévues des actions visant à mettre en avant les alternatives citoyennes 100 % renouvelables. En octobre, l’Odyssée des alternatives, mettra les voiles depuis le continent européen pour arriver au Maroc durant la COP22. A l’automne, débute la 2eme phase de campagne pour les  Faucheurs de Chaises, « Faisons le siège des banques », en amont du procès de l’évasion de fiscale le 9 janvier à Dax.

QJ7B6628

[1] Voir la vidéo de lancement : https://www.youtube.com/watch?v=VPHdZYhz0kI

[2] Voir la vidéo de la simulation d’action : https://www.youtube.com/watch?v=D8ATuE96xTs&feature=youtu.be

Photos HD libres de droits, crédit Raphaël Bodin : https://drive.google.com/drive/folders/0B-Zsoq-0xSGUbnVWSTg2cld6YW8


557 831 !!

Nombre de personnes ayant participé à un Village Alternatiba ou à une étape du Tour.

Restez informés !

Username:

-> Regarder nos vidéos