Eau

Macaron_texte_EauBienCommun_RVBLe quartier Eau souhaite sensibiliser aux enjeux vitaux du cycle de l’Eau.

A l’échelle de la planète, le grand cycle de l’eau est mis à mal par le changement climatique :

En mars 2015, on a enregistré une température de 17,5°C, en Antarctique ! Le Pôle Sud reste l’une des régions les plus froides de la planète. Alors, comment expliquer une température aussi douce? Il est possible d’affirmer que l’Antarctique est l’un des endroits du monde le plus touché par le changement climatique.

Dans le même temps, une sécheresse historique s’abat sur la Californie. Elle est due principalement au choix humain de transférer l’eau vers les villes, au détriment des surfaces autrefois cultivables, abandonnées par les agriculteurs et devenues désertiques.

Au Brésil, la population de Sao Paulo se mobilise contre les pénuries d’eau qui sont directement liées à la déforestation de l’Amazonie et à son impact lui aussi direct sur le grand cycle de l’eau.

Selon des estimations de l’ONU, environ 884 millions de personnes n’ont pas accès à l’eau propre potable et 2,6 milliards n’ont pas de toilettes. 4000 enfants meurent chaque jour parce qu’ils sont obligés de boire de l’eau sale.

884 millions de personnes n’ont pas accès à l’eau potable

DSCN1216Ces exemples doivent nous faire prendre conscience que l’eau, élément indispensable à notre survie (un être humain meurt sans eau au bout de 3 jours), est une ressource précieuse et qu’elle doit être, de par sa nécessité absolue, un bien commun universel. C’est pour cela que l’ONU a reconnu le droit à l’eau comme un droit humain en 2010.

Pour développer pleinement ce droit universel, pour éviter la spéculation et la pénurie, il nous apparaît donc nécessaire d’établir un contrôle démocratique, citoyen et transparent de la gestion de l’eau, depuis son pompage jusqu’à sa réinjection dans son cycle naturel.

Sources :

http://coordination-eau.fr/2015/04/le-cycle-de-leau-mis-a-mal-par-le-changement-climatique/

http://www.alliancesud.ch/fr/politique/climat/ONU-eau-comme-droit-humain

 

Programmation envisagée :

Séances de cinéma en septembre et octobre 2015 :

Rien de mieux qu’un film pour apporter de l’eau à notre moulin !

Nous allons essayer de programmer des films ou des documentaires dans les salles du canton qui permettront de partager des expériences. Pour l’instant, nous en envisageons trois :

Vague citoyenne, documentaire de François Guieu (France 2015)

http://www.vaguecitoyenne.org/

vague citoyenne

L’eau est à qui ? À l’État, aux politiques, aux multinationales, aux financiers ou bien… à nous tous ? Le film nous amène à la découverte de la diversité de voix qui s’élèvent pour l’eau bien commun en France, et nous plonge au cœur  d’actions citoyennes aussi nombreuses qu’hétéroclites : éducation populaire, art activisme, expertise et plaidoyer, actions juridiques et désobéissance civile… C’est David contre Goliat, version contemporaine. Les géants de l’eau n’hésitent pas à user de procédés dignes de films d’espionnage pour décrédibiliser le mouvement… Mais inexorablement, les luttes, les défaites et les victoires citoyennes érodent, vague après vague, le pouvoir des puissants de l’eau.

Même la pluie, film de Icíar Bollaín (Bolivie/Espagne/France 2010)

même la pluieSebastian, jeune réalisateur passionné et son producteur arrivent dans le décor somptueux des montagnes boliviennes pour entamer le tournage d’un film. Les budgets de production sont serrés et Costa, le producteur, se félicite de pouvoir employer des comédiens et des figurants locaux à moindre coût. Mais bientôt le tournage est interrompu par la révolte menée par l’un des principaux figurants contre le pouvoir en place qui souhaite privatiser l’accès à l’eau courante. Costa et Sebastian se trouvent malgré eux emportés dans cette lutte pour la survie d’un peuple démuni. Ils devront choisir entre soutenir la cause de la population et la poursuite de leur propre entreprise sur laquelle ils ont tout misé. Ce combat pour la justice va bouleverser leur existence.

C’est pas sorcier ! Episode “Ça coule de source” :

Fred et Jamy suivent le chemin de l’eau : des sources ou des rivières jusqu’à nos robinets en passant… par les stations d’épuration ! Fred nous guide dans les circuits qu’empruntent l’eau potable et les eaux usagées. Nous verrons comment on élimine les gros déchets de l’eau et découvrirons tout du fonctionnement des bassins de filtration biologique de l’usine d’Ivry. Jamy nous explique d’où vient l’eau qu’on boit (le cycle de l’eau), comment on garde l’eau propre quand elle circule dans les canalisations et comment on épure l’eau dans une station.

 

Expositions et conférences le 18 octobre :

Dans le cadre du festival, nous proposons d’installer un stand où seront exposés des expositions sur les thèmes suivants :

L’eau dans le monde. Le cycle de l’eau. L’eau et le changement climatique, impact du changement climatique sur les ressources, l’eau chez nous. D ’où vient notre eau, consommations, facturation/coût ?

 

Autour de ce stand, deux conférences sont en préparation :

 

  • Conférence-débat n°1« gestion transparente de la ressource en eau »

Deux intervenants sont déjà pressentis :

Maurice Martin, président de l’AREP CAMY, association d’usagers de l’Eau dans le Mantois

http://mantes.eaupublique.over-blog.com/ et Djamel Nedjar, adjoint au Maire de Limay et vice-président de la La régie des Eaux de la Communauté de Communes des Coteaux du Vexin (CCCV) http://cc-coteauxduvexin.fr/eau/limay/

 

  • Conférence-débat n°2 « l’eau dans le monde »

Un intervenant pressenti : M. Duprat, représentant de l’Unicef

 

Que fait-on après l’Alternatiba ?

 

Les enjeux sont trop importants pour être résolus rapidement et facilement. L’eau est aujourd’hui un marché dont certains veulent profiter, alors que c’est un bien vital. Nous pensons qu’il serait nécessaire de créer une structure associative de défense des usagers de l’eau, sur l’ensemble du territoire du gestionnaire actuel, la SEOP (https://www.seop.fr/).