Faites grimper le label de performance énergétique de votre maison pour tendre vers une écohabitation aux maigres factures en énergie !

Vous me direz : « facile à dire, mais comment s’y prend-t-on ? Par où commence-t-on ? ». C’est là tout l’objet et l’intérêt de cet article ! Vous avez déjà certainement entendu parler de cette fameuse certification ou certificat PEB obligatoire pour les bâtiments mis en vente ou en location. Ce label de performance énergétique délivré par la région aux logements neufs ou existants permet de comparer les habitations sur une échelle de A à G. Les différents paliers catégorisent les habitats selon leur niveau de kilowatt/heure d’énergie primaire par m2 par an (kWh/m².an), connu sous la dénomination de « niveau E » en Belgique. Le pallier A récompense les habitations au niveau E le plus faible (inférieur ou égal à 50), tandis que le pallier G regroupe les logements au niveau E le plus élevé (égal ou supérieur à 450). Comment faire, lorsque notre maison affiche un piètre classement, pour que celle-ci remonte la pente en ne procédant qu’à quelques travaux stratégiques ? Réponses.Si votre habitation affiche une cotation proche de G sur l’échelle de performance énergétique, cela signifie que les indicateurs sont très mauvais et que les factures en énergie risquent d’être très voire vertigineusement salées. Par indicateurs, on entend les paramètres sur la base desquels est défini le certificat PEB. Citons par exemple la performance d’une ou plusieurs installations de chauffage et d’eau chaude sanitaire, les besoins en chaleur de la maison, la présence d’un dispositif de ventilation, le recours à une alimentation à l’énergie renouvelable, etc.

Et donc, comment faire concrètement pour améliorer la cote énergétique de son habitation ?

Les experts recommandent avant toute chose de recourir à une procédure d’avis énergétique ou PAE par un auditeur agréé PAE de la Région wallonne. Celui-ci met sur pied un rapport d’audit énergétique détaillé qui permet de savoir quelles sont les améliorations que peut subir l’habitation de manière à en accroître le confort tout en amoindrissant sensiblement le montant des factures énergétiques. Le rapport d’audit fournit deux autres informations essentielles : l’ordre de priorités de ces interventions et l’évaluation du montant des travaux.

Les travaux d’isolation : la clé du succès pour passer du bas au haut du classement sur l’échelle de performance énergétique

Vous souhaitez habiter, vendre ou louer un logement (ou plutôt écologement) de classe énergétique A, B ou C ? Il faudra dès lors impérativement que l’isolation de votre habitation soit infaillible ! Pour cela, et si cela n’a déjà été fait, pensez à isoler votre maison en des endroits stratégiques tels que la toiture, les combles, les murs creux, la façade, les murs extérieurs ou encore le sol. Si tous ces points sont parfaitement isolés, sans le moindre pont thermique, vous ferez indubitablement des pas de géant vers une meilleure cotation énergétique ! L’installation d’un double vitrage renforcé est un deuxième point de première importance à travailler afin d’éviter toute déperdition calorifique. Aussi, pour gagner facilement des points sur le plan énergétique, pensez à remplacer votre vieille chaudière ou autre système de chauffage énergivore et à le troquer par exemple contre une chaudière à condensation, des vannes thermostatiques et l’installation d’un système de régulation ! Cela représente des grosses dépenses, certes, mais le jeu en vaut la chandelle et le retour sur investissement se fera sentir à très court terme ! Alors à vos isolants, tous !

Source : astuce écologie

Lien : http://www.astuces-ecologie.be/2015/11/faites-grimper-le-label-de-performance-energetique-de-votre-maison-pour-tendre-vers-une-ecohabitation-aux-maigres-factures-en-energie/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *