Revue de presse #avril 2017

  • -

Revue de presse #avril 2017

logo revue de presse

En avril dans la revue de presse COP & climat, élections, négociations, transition, aggravation et mobilisation, avec notamment :

Des effets toujours plus visibles et plus graves du dérèglement climatique…

– Vers un taux de CO2 jamais vu depuis 200 millions d’années – Futura-sciences – 13 avril ;où une étude montre que l’augmentation de la concentration de CO2 dans l’atmosphère qui a dépassé les 400 ppm s’accélere encore, à des taux jamais vus depuis 3,5 millions d’années, et avec des conséquences plus graves car le soleil brille plus aujourd’hui.

– Le réchauffement va faire se multiplier les événements climatiques catastrophiques – Slate – 1er mai ; où le renommé journal de l’Académie des sciences américaine réaffirme dans une étude plus large et générale que les événements climatiques graves s’accélèrent à cause du réchauffement donc de l’activité humaine, comme le montrent la fréquence des El Nino dont un nouveau pourrait revenir dès le second semestre 2017, où l’accélération des tempêtes extrêmes au Sahel.

> Côté océans, de nouvelles études montrent que le réchauffement va modifier l’amplitude des marées en Europe et provoquer la disparition d’une bonne partie de la Grande barrière de corail, que la montée des eaux s’accélère, et que celle de sa température également… Le tout lié au “réchauffement de l’Arctique plus rapide et plus dévastateur que prévu“, tant que d’aucuns imaginent “l’effrayant scénario d’une Terre sans glace

> Le réchauffement s’observe aussi avec les prévisions de l’été 2017 qui s’annonce particulièrement chaud et sec et les autorités qui se préparent à une sécheresse – sécheresse qui affecte déjà dramatiquement le Nordeste brésilien.

> Les animaux ne sont pas épargnés non plus avec les morses et caribous menacés de disparition en Arctique, comme les oiseaux migrateurs qui toutefois pourraient s’adapter, tandis que la boucle est bouclée avec les déplacements d’espèces dus au réchauffement qui pèsent maintenant lourdement sur les activités humaines.

> Enfin, le changement climatique menace aussi le patrimoine français, des vignes au Mont Saint-Michel

 

Du G7 aux hésitations de Trump, bras de fer international sur l’accord de Paris

– Aux États-Unis, l’administration Trump reste divisée sur l’accord de Paris : en sortir comme le souhaite le patron de l’Agence américaine de protection de l’environnement, ou y rester comme le veut le Secrétaire à l’énergie ?

D’aucuns comme Al Gore ou Royal estiment “qu’il y aurait d’« excellentes chances » que les États-Unis restent”, d’autres comme le président de la COP23 les exhorte à rester, mais dans tous les cas l’objectif de la nouvelle administration reste de revoir à la baisse les engagements du pays…Trump promet ainsi une “grande décision” sur le climat dans les deux prochaines semaines.

> L’occasion de revenir sur un premier bilan des reculs environnementaux de Trump, tandis que le site Climate Advisers lance le Trump Backtracker pour suivre les évolutions d’émissions de CO2 liées aux mesures de Trump, ou que la NASA continue d’alerter sur les impacts du réchauffement malgré tout.

– La position des États-Unis a aussi bloqué la conclusion d’un accord entre les ministres de l’Énergie des pays membres du G7, les États-Unis “réservant leur position” jusque fin mai… ce qui menace aussi les promesses de financements climat des pays du Nord, sur lesquels les pays émergents donnent l’alerte.

 

La transition énergétique qui avance lentement, en France, en Allemagne et en Europe en général

– Le développement des énergies renouvelables qui se poursuit, avec une infographie de la croissance exponentielle de l’éolien comme du solaire, le développement pour la première fois de parcs éoliens en mer sans subventions, ou d’une nouvelle technologie en France pour stocker l’énergie verte.

– Les énergies fossiles encore très prégnantesla fin du charbon n’étant pas encore arrivée notamment dans les pays émergents, tandis qu’au Canada la pollution de l’industrie pétrolière a été sous-évaluée, ou que Timothy Mitchell estime dans ” Le pouvoir politique à l’ère du pétrole” que les énergies fossiles ont façonné jusqu’à nos modèles démocratiques.

– En Allemagne, Bastamag revient sur les discussions, enjeux et freins à la sortie du charbon nécessaire pour respecter ses engagements climatiques.

– En France, si Ségolène Royal se félicite de l’application de la loi de transition énergétique, le Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) estime que « l’essentiel des efforts reste encore à faire » pour respecter les objectifs de réduction d’émissions en 2050. La France est aussi menacée d’amende par l’UE car risquant de ne pas respecter ses objectifs de développement des renouvelables, et vivement accusée d’avoir voulu manipuler l’initiative africaine pour les énergies renouvelables en voulant sélectionner l’essentiel des projets et des projets ni nouveaux, ni renouvelables, ni africains.

– En Europe, chaud et froid alors que de nouvelles mesures pour limiter la pollution de l’air de centrales ont été adoptées, mais qu’un rapport “commandé par la Commission européenne même dresse un bilan très critique des mécanismes de compensation carbone qui permettent d’acheter des crédits carbone en finançant des projets dans les pays en développement”. Par ailleurs, le Brexit fragilise l’Europe du nucléaire, le Royaume-Uni étant l’un des rares pays occidentaux qui y investit encore.

 

Le climat et l’environnement, grands oubliés de la campagne présidentielle en France :

– Le changement climatique oublié des politiques – Reporterre – 4 mai ; où dans une tribune deux scientifiques montrent que la prise en compte des enjeux climatiques a reculé chez les politiques depuis 2015, avec le déni aux commandes aux États-Unis et en Russie, et la campagne présidentielle française qui a, sauf à gauche, oublié le climat ; comme le montrent le désintérêt vis à vis des enjeux d’énergie citoyenne ou même la minimisation de l’impact de l’Homme sur le climat par certains candidats…).

> Pendant la campagne, beaucoup ont analysé et comparé les programmes, ainsi Reporterre sur le climat, le nucléaire et les transports ; Bastamag avec l’Observatoire français des conjonctures économiques sur l’impact des politiques économiques proposés ; le Réseau Action Climat sur 6 chantiers climat prioritaires ; et Actu-Environnement sur les programmes environnementaux des finalistes.

> A noter que pour la suite, France culture revient dans une émission sur les marges de manœuvre du futur président français sur la diplomatie climatique, ou que d’aucuns comme Vincent Verzat invitent à d’ores et déjà préparer la résistance pour le climat ! 

 

Et la mobilisation citoyenne pour le climat qui ce mois-ci s’élargit et se renforce à travers le monde !

– Le 29 avril, des centaines de milliers de personnes ont marché aux États-Unis et dans plus de 360 villes du monde pour le climat, et particulièrement contre les reculs de Trump.

– La mobilisation des scientifiques émerge, particulièrement des climatologues, partie des États-Unis avec plus de 500 marches pour les sciences qui ont eu lieu le 22 avril dans le monde pour protester contre le climato-scepticisme et la remise en cause des financements et thèses scientifiques, des remises en cause aux États-Unis qui ont un impact bien au delà. Le but était aussi de retisser des liens entre les citoyens et la science, même si sur une touche plus négative, une étude montre que les français n’acceptent généralement la science que quand ça leur plaît…

– Le thème de l’énergie citoyenne monte, comme la défend le collectif pour l’énergie citoyenne, la racontent Énergie Partagée et Wattvalue, ou le démontre la montée de l’autoconsommation collective ou individuelle pour des raisons économiques et d’autonomie.

– Et d’autres mobilisations variées se poursuivent, avec en France les suites de la campagne un million d’emplois pour le climat ou la sortie prochaine du film Irrintzina qui montre la montée des mouvements Alternatiba et ANV-COP21 pour la justice climatique, avec des actions de blocage de terminaux gaziers qui se poursuivent à Amsterdam, et des rassemblements militants estivaux pour le climat en Europe ainsi que les European Fossil Fuel Subsidies Awards qui se préparent.

 

Et en bonus : 

– Sensibiliser au dérèglement climatique, par quels moyens ? Place to B revient en vidéo sur les résultats de son étude sur les visuels climatiques, d’autres usent de la photographie pour montrer la fonte des glaciers, tandis que d’aucuns investissent également des festivals de musique urbaine comme à Abidjan ou d’autres un peu perchés le camp de base de l’Everest, pour parler réchauffement climatique.

Aux États-Unis, la vidéo est d’usage, de Al Gore et Bloomberg qui lancent des documentaires sur le climat et le charbon au lobby conservateur américain The Partnership for Responsible Growth qui sort des pubs sur l’urgence climatique ;

– Entreprises et climat, avec des signaux variés : certes les investisseurs mondiaux tendent à plus prendre en compte l’impact du changement climatique quoique de façon inégale dans le monde, et des groupements comme l’Energy Transitions Commission (ETC) affirment vouloir se détourner des énergies fossiles pour investir largement dans la transition énergétique, ou se réunissent comme avec Solidarité climatique sur les ODD et le sommet Climate Chance.

Mais les grandes majors des énergies fossiles y voient aussi une occasion de plaider pour des investissements… dans d’autres énergies fossiles comme le gaz, tandis que des assureurs comme Axa sont toujours pointés du doigt pour leurs investissements dans le charbon, qu’une infographie résume les sommes massives versées par Exxon à des think thank climato-sceptiques, ou que la question des conflits d’intérêt revient à propos des COP.

– Géopolitique, conflits et climat, alors qu’une nouvelle étude vient montrer que le changement climatique favorise le terrorisme et l’émergence de groupes armés ; et que le chercheur Bastien Alex revient sur l’importance géopolitique du climat.

– Le secteur automobile en transformation lente : alors qu’un rapport montre que “les moteurs diesel dernière génération polluent bien plus qu’annoncé”, que le diesel est en léger recul en Europe mais ne reste pas détrôné par les moteurs électriques et hybrides qui se développent, tant qu'”à Oslo, en 2025, plus aucune voiture neuve n’émettra de CO2“.

– Le rôle des écosystèmes pour le climat, avec une tribune qui rappelle que la déforestation aggrave les impacts du changements climatique, un casse-tête en France qui veut préserver sa forêt comme puits de carbone mais aussi l’exploiter plus comme énergie renouvelable, et la Fondation Nicolas Hulot qui rappelle l’importance de la restauration et de la préservation des sols pour s’adapter notamment.

– L’action locale pour le climat, alors qu’à Vienne au congrès des sciences de la terre ont été passés en revue l’importance des émissions de CO2 des villes et les impacts lourds du changement climatique à prévoir pour elles. Des expériences naissent ainsi pour y répondre, avec par exemple la mini-ville laboratoire “Sense-City” qui permet des simulations climatiques, les nombreuses propositions pour le plan climat de la ville de Paris avancées par les habitants, ou l’exemple de la ville de Stuttgart et sa politique strict d’investissements dans des énergies propres.

 

Cette revue de presse ne vous est pas offerte par des moines japonais qui se passent le flambeau du suivi du climat depuis 700 ans – mais ça aurait pu.

 


557 831 !!

Nombre de personnes ayant participé à un Village Alternatiba ou à une étape du Tour.

Restez informés !

Username:

-> Regarder nos vidéos