Revue de presse #mars 2017

  • -

Revue de presse #mars 2017

logo-revue-de-presse2

Ce mois de mars dans la revue de presse COP & climat, records de chaleur et records de reculs d’États… mais aussi mobilisations tous azimuts, avec :

Records de chaleur en cascade et conséquences qui s’aggravent

– Climat : 2016 bat un record de chaleur, la planète entre en « territoire inconnu » – Le Monde – 21 mars ; où selon le dernier bilan climatique annuel établi par l’Organisation météorologique mondiale (OMM), tous les compartiments du système climatique sont affectés par le record de chaleur de l’an dernier – des changements tels que les scientifiques ont déclarés être “désormais en territoire inconnu”.

> Et dans le détail, de nombreux articles reviennent sur l’impact du dérèglement climatique sur l’écosystème méditerranéen désormais plus grave encore que la surpêche, les océansla mangrove qui s’assèche en Australieles glaces de l’Arctique (qui risquent de disparaître en cas de dépassement des +1,5°C), la multiplication des phénomènes climatiques extrêmes, notamment à cause la perturbation des jet streams, …

Un constat pour 2016 qui ne semble pas s’arranger puisque les mois de février et de mars 2017 semblent déjà battre des records de chaleur… à tel point que d’aucuns s’interrogent, “faudra-t-il attendre l’effondrement pour réagir ?

 

Tandis que les actions des États restent insuffisantes et à géométrie très variable…

– En Russie, juste après les annonces de Trump, Poutine a minimisé l’impact de l’homme sur le changement climatique et estimé qu’il avait des bons aspects notamment en Arctique… alors même que le pays est en première ligne face aux risques “d’inondation des régions arctiques et sibériennes de la Russie dans les 20 prochaines années, mais aussi d’apparition de nouvelles maladies et de destruction des infrastructures”.

– Les Philippines ont de leur côté ratifié l’accord de Paris.

– La Chine, sans reprendre seule le leadership climatique vacant, investit massivement dans les renouvelables, diminue peu à peu ses émissions de CO2 et sa consommation de charbon. Le ville de Pékin a fermé sa dernière centrale à charbon et fait plutôt office de bon élève malgré quelques contrastes.

– L’Inde, 3e pays émetteur au monde, investit largement dans le solaire dont la croissance est exponentielle et qui y devient parfois l’énergie la moins chère du marché, et a suspendu, reporté ou annulé de nombreux projets de centrales à charbon.

– En Europe, signaux contradictoires : certes 11 États européens ont déjà atteint leurs objectifs 2020 d’énergies renouvelables, une plate-forme (mais qui n’exclut pas la capture et stockage du carbone) va être lancée en juin pour la sortie du charbon et l’accompagnement des régions concernées, des projets éoliens de grande ampleur se lancent comme en mer du Nord. Mais l’Europe est de plus en plus dépendante des énergies fossiles, seuls 3 pays européens seraient en voie d’atteindre leurs objectifs fixés à la Cop21 (dont la France mais qui peine sur le développement des renouvelables), et l’UE continue d’investir dans des projets gaziers et des gazoducs en Europe de l’est

> A noter que Climate Action Tracker vient de lancer une base de données sur les tendances d’émissions de gaz à effet de serre et les taux de décarbonisation par secteur économique des pays

 

Notamment du côté des États-Unis où Trump déclare la guerre au climat et à l’environnement

–  Trump sabre le budget environnement des États-Unis – Novethic – 17 mars ; où le président Trump a présenté son projet de budget qui prévoit une forte baisse de toutes les dépenses touchant au climat et à la transition énergétique, avec “notamment une coupe de 31% dans les fonds alloués à l’EPA et la fin de la participation des États-Unis au Fonds vert de l’ONU pour le climat”… Un budget qui fait également la part belle à la Défense et s’attaque à d’autres sujets comme la culture, l’éducation, la diplomatie, (…) mais qui doit encore passer devant le Congrès avant d’être adopté où la résistance se prépare.

– Trump signe un décret abrogeant des mesures d’Obama sur le climat – Le Monde – 28 mars ; où par décret le président Trump a supprimé une demi-douzaine de mesures climatiques de son prédécesseur, pour “supprimer nombre de réglementations environnementales « inutiles et destructrices d’emplois »” selon lui et investir à nouveau dans le « magnifique charbon propre ».

> La question se pose également de savoir si les États-Unis vont rester dans l’accord de Paris, même si dans tous les cas son inapplication ou le retrait des financements par les États-Unis seraient plus qu’un coup dur pour le processus…

> Par ailleurs, l’Administration Trump a été prise en flagrant délit de reprendre mot pour mot un communiqué d’ExxonMobil, tandis qu’à la commission de la Science, de l’Espace et des Technologies de la Chambre du Congrès comme à l’agence de l’environnement américaine le climatoscepticisme est désormais en majorité et l’avis des scientifiques plus le bienvenu…

> Ces multiples mesures climaticides n’ont pas manqué de faire réagir, d’abord aux États-Unis où scientifiques et démocrates (comme Bernie Sanders) ont largement dénoncé ces décisions ; d’autres veulent positiver en estimant que les acteurs économiques ou gouvernements locaux sont de fait déjà en train de se détourner du charbon qui n’est plus rentable et que la décision de Trump n’y changera rien ; quelques grandes entreprises dont même ExxonMobil ont critiqué ces choix ; de nombreux États ont marqué leur déception et désaccord avec ce décret, la Chine, l’UE les îles Marshall, le Vatican, … ; et en France, les ONG ou Nicolas Hulot ont également dénoncé ces décisions et rappelé leur soutien à la société civile mobilisée aux États-Unis et dans le monde pour empêcher ces reculs.

La transition énergétique en débat et au prisme des présidentielles 

– En questions et précisions : alors que le Réseau Action Climat publie un dossier pour en finir avec les idées reçues sur le sujet, l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena) estime dans un nouveau rapport que “décarboner le système énergétique d’ici 2060, c’est possible et rentable” et la Cour des comptes alerte sur l’absence de financement suffisants de l’Ademe pour répondre aux engagements de la France sur la transition énergétique.

En débats, Actu-Environnement a mis autour de la table Négawatt et le Shift Project sur la façon d’arriver à une France 100% renouvelable, tandis que “l’école des Mines-Paris Tech a réuni un panel de représentants des principaux candidats à la présidentielle pour que chacun-e exprime sa position sur la transition énergétique.

– Sur les renouvelables, le record d’installations a été battu en 2016, Bastamag se penche sur ces petits barrages hydroélectriques abandonnés depuis la domination du nucléaire et qui sont pour certains réhabilités et rentables, tandis qu’Actu-Environnement revient en infographie sur le développement des énergies marines qui créent déjà plus de 2000 emplois, et Novethic sur la question du crowdfunding comme source de financement des projets d’énergie renouvelable.

 Sur le bâtiment, Anne Bringault revient sur la définition des passoires énergétiques et les propositions incomplètes des candidats à la présidentielles pour répondre à cet enjeu, tandis que les premiers labels “énergie positive et réduction carbone” ont été remis pour 6 opérations pilotes, et que Reporterre pose la question : “Pourquoi l’usage de la paille, de la terre et du bois dans l’habitat limite-t-il l’effet de serre ?

– En France, le nucléaire critiqué avec Areva qui reste dans le rouge pour la 6e année d’affilée, de nombreux rassemblements contre le nucléaire pour l’anniversaire de la catastrophe de Fukushima, une bataille de chiffres qui conclut qu’il serait cher d’en sortir mais d’y rester également, et un tour d’horizon des programmes des principaux candidats à la présidentielle sur le nucléaire.

– Et sur les énergies fossiles, le prix du pétrole est reparti à la baisse, un immense gisement pétrolier vient d’être découvert en Alaska et les majors s’affolent déjà, tandis que le ministère de l’Environnement français “vient d’accorder deux prolongations exceptionnelles de permis de recherche d’hydrocarbures” pour du gaz de houille et de couche sous la pression judiciaire,

 

Et des mobilisations climatiques qui continuent en France et dans le monde !

– Une synthèse des actions en justice de la société civile sur le climat qui se multiplient à travers le monde, et ne sont plus limitées aux cadres onusiens ni aux experts scientifiques : ce sont ainsi de nombreux Etats qui ont été poursuivis pour manquement à leur responsabilité climatique et de protection des populations, avec parfois des victoires des associations et des juges qui acceptent de plus en plus souvent de recevoir ces actions. Dans cette même ligne, 15 ONG viennent d’appeler “Bruxelles à octroyer le droit aux citoyens d’attaquer les décisions européennes en matière d’environnement devant la justice”.

– Ce 23 mars, plus de 110 associations françaises ont lancé l’appel des solidarités, pour remettre de l’ordre dans les priorités politiques et notamment dans la solidarité avec les générations futures en ayant une action ambitieuse sur le climat.

– Les actions pour le désinvestissement des énergies fossiles continuent dans le monde, en Nouvelle Zélande par exemple avec des hakas et blocages ; aux États-Unis avec les défenseurs de Standing rock qui après leur expulsion exportent leur combat contre le Dakota Access Pipeline ; ou en France où justement les Amis de la terre et ANV-COP21 ont voulu dénoncer l’investissement des banques françaises dans plusieurs projets de pipelines aux États-Unis, et où Greenpeace dénonce les projets pétroliers de Total au Brésil qui menacent les populations locales et des ecosystèmes entiers.

– En deux minutes deux questions de Reporterre, Alternatiba donne des idées de “comment agir concrètement pour le climat” et Climates ses projets pour porter le sujet du climat dans les présidentielles… tandis qu’à eu lieu le 25 mars la traditionnelle Earth Hour de WWF, “une heure d’obscurité (de nombreux monuments) pour éclairer le changement climatique”

 

——-

Et en bonus :

– Des initiatives d’entreprises ou pour les faire avancer sur le climat, avec l’appel du Shift Project à décarboner l’Europe signé par 2 000 dirigeants d’entreprise et personnalités académiques “qui interpelle directement les politiques pour qu’ils s’engagent concrètement à respecter l’Accord de Paris” et propose 9 pistes portant sur le transport le bâtiment, l’agriculture ou l’énergie. L’occasion de revenir sur les bonnes pratiques pour intégrer les ODD dans une stratégie d’entreprise, ou sur les nouveaux engagements de la filière française du froid pour mieux récupérer et traiter les gaz réfrigérants.

– Percevoir et parler du climat, alors qu’un sondage sur des habitants de 4 grands pays européens montre qu’ils voient déjà pour une majorité d’entre eux les effets du dérèglement climatique en Europe. L’occasion de revenir sur deux performances photographiques pour sensiiliser sur le climat, avec les glaciers vus du ciel ou des réfugiés en montagne de la montée des eaux, sur le retour du train du climat en 2017 avec le collectif de scientifiques “les messagers du climat”, et sur un article de Mickael Dupré pour Place to B qui dresse un état des lieux des études sociologiques et psychologiques sur les comportements éco-citoyens.

– L’action des collectivités locales sur le climat, avec les annonces de Paris et son étude prospective qui vise la neutralité carbone en 2050 ; une nouvelle vague de conventions « territoires à énergie positive » (Tepos) qui porte à plus de 500 ces territoires dont le CLER rappelle les enjeux et intérêts ; les stratégies de résilience locale, avec Paris qui veut mettre le lien social au centre au même titre que la rénovation des bâtiments ou que la végétalisation des quartiers qui se développe rapidement ; et une expérience en Bretagne qui a inauguré la 1ère Cop 21 régionale à Saint-Malo pour réunir associations, collectivités, agriculteurs et entreprises afin de s’accorder sur des engagements climatiques.

– Un rapport sur les financements climat paru ce mois-ci pointe le fait que moins de 10% d’entre eux entre 2003 et 2016 ont atteint le niveau local… et propose plusieurs moyens pour remédier à ce déséquilibre.

– Les forêts, enjeu climatique méconnu qui en Europe fait l’objet de vifs débats sur son utilisation comme ressource renouvelable ou sa sanctuarisation comme puits de CO2… en France, des études sont également menées sur des essences qui pourraient disparaître à cause du dérèglement climatique, et d’autres en Australie sur le comptage du rôle de stockage de carbone des forêts, qui pourraient remettre en cause les chiffres et modèles de comptabilisation utilisés.

– Agriculture et climat alors qu”‘une sécheresse historique frappe l’est et le sud de l’Afrique” provoquant une famine, preuve de l’impact déjà grave du dérèglement climatique sur les populations. En France, le Réseau Action climat publie par ailleurs un rapport qui dresse un état des lieux des politiques agricoles au regard du défi climatique et avance 15 propositions pour les améliorer.

– Du côté des traités de libre-échange, le CETA pourrait être mis en application provisoire au 1er mai mais fait historique le Conseil Constitutionnel saisi a décidé de rallonger sa période de réflexion avant de trancher à l’été. En vertu d’un autre accord international, l’Italie est elle poursuivie devant un tribunal d’arbitrage par une compagnie pétrolière pour avoir voulu interdire toute nouvelle activité d’exploration et de production sur ses côtés… et la Commission européenne avance dans la finalisation d’un nouvel accord de libre-échange UE-Japon.

 

– Enfin la minute WTF et climat : une étude publiée dans le British Journal of Criminology montre que le bilan carbone de la criminalité est en baisse avec moins de vols de voiture et de cambriolages, sources de gaz à effet de serre, et évolue vers des formes de criminalité plus éco-responsables… Par ailleurs, une étude publiée dans la revue scientifique américaine PLOS Genetics montre que les formes de nos nez sont probablement dues au climat auquel nos ancêtres se sont adaptés, même si les chercheurs “ont reconnu que l’histoire de l’évolution du nez était complexe”. Merci la science.


557 831 !!

Nombre de personnes ayant participé à un Village Alternatiba ou à une étape du Tour.

Restez informés !

Username:

-> Regarder nos vidéos