Les monnaies locales redonnent sens à l’économie : l’Eusko lance sa carte de paiement numérique !

  • -

Les monnaies locales redonnent sens à l’économie : l’Eusko lance sa carte de paiement numérique !

Tags : 

Les monnaies locales, ça vous parle ? Il en existe désormais des milliers à travers le monde, avec pour objectif commun de favoriser un facteur crucial pour la transition écologique et sociale : la relocalisation de l’économie.

En cette période de crise du modèle de développement dominant, une remise en question s’impose pour parer aux désastres environnementaux et humains. Or le très actuel cas du CETA, dessinant les traits d’une économie toujours plus mondialisée, montre que les gouvernements ne sont pas encore prêts à franchir le cap.

Qu’à cela ne tienne, les citoyens sont de plus en plus nombreux à se regrouper pour donner vie à leur monnaie locale ! Favorisant l’emploi et le commerce de proximité, les monnaies complémentaires améliorent la qualité de la vie et réorientent une partie de la production et de la consommation vers la réduction de notre empreinte écologique : elles posent ainsi les bases d’un modèle économique alternatif.

Pratique courante tout au long de l’histoire, c’est la recherche de monopolisation du pouvoir qui a conduit à l’abandon de la multiplicité des monnaies… à l’issue de la crise économique de 1929, un mouvement inverse a commencé à s’organiser, aujourd’hui renforcé par les impératifs écologiques – grand consommateur d’énergie et d’infrastructures, le transport de marchandises est une cause majeure d’émissions de gaz à effets de serre.

Comment donc mettre en marche un système alternatif d’échanges monétaires ? Le principe est simple. Le titre de paiement local (petit papier type ticket restaurant) s’échange contre la monnaie institutionnelle dans un bureau de change ; il s’utilise ensuite auprès des commerçants, paysans, artisans etc. dont les pratiques coïncident avec un cahier des charges (normes écologiques, sociales, culturelles). Définies par l’association qui gère le fonctionnement de la monnaie, les règles composant le cahier des charges vont peu à peu influencer l’économie locale. Cet effet label est d’autant plus important que l’usage de la monnaie complémentaire s’étend, les entreprises ayant intérêt à s’adapter pour ne pas perdre une clientèle locale grandissante.

En Allemagne, la région de Chiemgau offre un exemple particulièrement abouti de ce mécanisme. Lancé en 2003, le Chiemgauer circule aujourd’hui quatre fois plus que l’Euro et les entreprises adhérentes parviennent à réinvestir 73 % de leurs Chiemgauers dans le réseau, développant ainsi le lien social et les solidarités.

En France, il existe actuellement une trentaine de monnaies locales en circulation, et beaucoup d’autres en construction ! Parmi les plus développées, on compte notamment l’Abeille (Lot), l’Héol (Pays de Brest), la Pêche (Montreuil), la Mesure (Romans-sur-Isère), la Sol-violette (Bassin toulousain), l’Epi Lorrain (Lorraine, Belgique, Luxembourg) ou encore l’Eusko (Pays Basque).

Lancé en 2013 dans une démarche de relocalisation de l’activité, solidarité active et promotion de la langue basque, l’Eusko est aujourd’hui la première monnaie locale en France et la troisième en Europe de par la masse monétaire qu’il représente – plus de 548 200 euskos sont aujourd’hui en circulation. En quatre années d’existence, la monnaie complémentaire du Pays Basque Nord est notamment parvenue à fédérer un demi millier de commerçants et à soutenir des projets locaux d’intérêt commun à hauteur de 27 000 euskos[1]. Son succès immédiat en fait un sujet d’étude pour le milieu de l’économie solidaire (associations, collectivités locales, universitaires, CCI etc.), l’Eusko jouant également un rôle de conseil et de laboratoire pour d’autres monnaies locales existantes ou à l’état de projet (mutualisation d’expérience, essaimage, défrichage juridique et développement informatique – outils bientôt disponibles en version libre).

MASCOTTE-ROND-TRANSPARENCE-FOND-CLAIR

Forte de ce succès, Euskal Moneta, l’association qui porte le projet, franchit actuellement une nouvelle étape. Dans l’objectif d’augmenter le volume d’euskos en service, elle lance sa carte de paiement numérique, l’EuskoKart ! Comme une carte de paiement classique, l’EuskoKart permettra aux particuliers d’approvisionner leur compte eusko par virements puis de payer directement avec leur carte dans les commerces ; les professionnels auront la possibilité de payer leurs fournisseurs en ligne également. Dans quelques mois, la Sol-violette suivra les pas de l’Eusko en lançant le même type de projet dans la région toulousaine.

Très prometteuse, cette démarche représente néanmoins un défi de taille pour Euskal Moneta qui doit assumer des développements informatiques importants et accroître son travail juridique et administratif. 30 000 euros sont encore nécessaires à l’association pour financer une partie du matériel avant le lancement de l’EuskoKart. Si vous souhaitez contribuer à son financement participatif, rendez-vous ici !

Grâce à ce changement d’échelle, l’usage de la monnaie locale du Pays Basque pourra apporter un soutien décuplé à l’emploi et aux entreprises locales, renforcer ce modèle de développement respectueux de l’homme et de l’environnement et continuer de faire du consommateur quotidien un acteur favorisant les productions responsables et soutenables.

 

 

[1] Lors de l’adhésion des particuliers, ces derniers choisissent de parrainer une association. Dès lors que cette association aura été choisie par 30 parrains, elle recevra sous forme de dons 3% du montant des changes.


696 568 !!

Nombre de personnes ayant participé à un Village Alternatiba ou à une étape d'un Tour.

Restez informés !

Username:

-> Regarder nos vidéos